Archive | 13/04/2013

Le Peuple Veut Parler.

 

Le Peuple Veut Parler. dans Famille la-france

 

ET    SI    NOUS    ACCEPTIONS    D’AVOIR    DE    L’ ESPOIR,    POUR    UNE    FOIS    ?

Dans nos milieux…je veux parler des gens de nature catholique et de droite convaincue, l’on a tendance à observer le monde qui nous entoure avec un regard noir, presque sinistre.
On a tendance à prendre du recul face aux événements, à analyser plutôt que de se réjouir, à critiquer plutôt que de participer, et souvent nos discussions s’achèvent dans ce déplorable “C’était mieux avant “ ou quelque chose qui y ressemble.

Et voilà que c’est reparti !
Lorsque je discute avec des amis sur le parvis de l’église après la messe du dimanche (n’arrêtons pas les clichés), chacun y va de son commentaire, de son analyse apparemment objective de la situation, et j’ai un peu du mal à ne pas sortir de mes gonds.
Selon l’un “La loi passera quoiqu’il arrive”, selon l’autre “le mouvement de contestation mourra dans l’œuf”, si l’on écoute quelqu’un d’autre encore “Je ne suis pas pour le référendum : le oui à la loi passerait sûrement”.
Bien entendu, toutes ces affirmations sont fortement argumentées dans des grands discours un peu puristes nous expliquant que l’on ne peut pas compter sur la masse, qu’il faut attendre un chef charismatique, que Frigide Barjot n’est pas bien, qu’elle sert son intérêt personnel, et que du coup il ne faut pas s’allier avec elle.

D’accord, mais dans ce cas, que fait-on ?
De mon côté, je veux bien croire que le combat n’est pas gagné d’avance.
Que les Français ne vont pas se réveiller du jour au lendemain, se remettre à être fiers de leur histoire, et à vibrer comme avant pour les valeurs défendues par leurs ancêtres.
Bien entendu que les Français d’aujourd’hui ne sont pas les guerriers d’autrefois, et que parfois leur résistance un peu naïve peut nous faire sourire.
Mais comment rester de glace face à ce qu’il se passe actuellement en France ?
Comment ne pas s’enthousiasmer ?
La contestation des Français éclate de partout, et ceux-là qui hier encore se contentaient de commenter les événements assis dans leur canapé devant leur télé, ceux là sont dans la rue !
Ils manifestent en bleu et rose, certes, mais aux cris de “Taubira Démission !” et “Hollande, dictature !”
Ils veulent demeurer pacifiques mais sont prêts à subir les gaz et les violences policières pour défendre leur cause.
Ils sont encore happés par leur train-train quotidien, mais sont prêts à se rassembler en seulement quelques heures, suite à l’appel d’un simple « sms » !
Et peu à peu, le peuple de France va jusqu’à faire trembler le gouvernement, qui multiplie les atteintes à la justice, et qui ne fait qu’augmenter la colère et la détermination de ces citoyens que certains pessimistes croient endormis et soumis.
Soumis ?
Hier fut une belle preuve de l’insoumission de ce pays européen qui n’a pas encore dit son dernier mot, et qui a sans doute encore quelques belles pages d’histoire à écrire !

Hier à Paris, près de 10 000 manifestants se sont rassemblés autour du sénat.
Ils se sont étalés, rue de Rennes, boulevard Saint-Germain, boulevard Saint Michel, rue Vaugirard, rue de Médicis, etc.
Dans une ambiance pacifique mais déterminée, les manifestants sont allés jusqu’au Panthéon, pour crier leur colère.
Certains même (environ 300), ont atteint l’Elysée qui, affolé, a essayé de se sécuriser en quatrième vitesse.
Et, comme de coutume, le gouvernement PS n’a pu répondre à cet appel populaire qu’en envoyant ses gaz.

Hier à Lyon, environ 500 personnes se sont également rassemblés suite à un « sms ».
Et leur mobilisation est relancée pour le lendemain.
Ailleurs en France des manifestants se sont rassemblés de façon spontanée, comme à Nantes, ou à Caen.
Et la détermination sera reconduite pour tous les jours suivants :
le gouvernement n’a pas fini d’avoir peur.
Les Français ne lâcheront rien.

Alors, pitié, arrêtons le pessimisme, et acceptons d’avoir de l’espoir, pour une fois !

Marie Vermande

Source : « fr.novopress.info » du 13/04/2013

Les médias ont parlé de Paris et de Lyon mais pas des autres villes en France, sommes-nous en démocratie qui donne la voix au Peuple ou sous une dictature mollasse mais aussi tyrannique qu’un gamin capricieux ?

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Elus Virés Et Les Autres ?

POURQUOI  EN  VIRER  CERTAINS  ET  GARDER  LES  AUTRES,  PAR  EXEMPLE  STRAUSS-KAHN  ET  DESIR  ?

Le Parti Socialiste vient d’exclure Jérôme Cahuzac.
Nous pensions que dans ce genre de procédure, l’accusé avait le droit d’être entendu par une commission, avant que le verdict ne soit rendu. Apparemment, l’onde de choc provoquée par les aveux de l’ancien ministre du budget est telle qu’on en est, au PS, dans la justice d’exception.
On s’interroge, par ailleurs :
Pourquoi le seul Cahuzac, et pas ces vaillants camarades, pris, eux aussi, les mains dans le pot à confitures ?

Quelques exemples :

Jean-Pierre Kucheida Député-Maire du Pas-de-Calais :
Détournement de fonds.
Mis en cause, Attend les résultats de l’enquête parlementaire qui a lieu en ce moment sur les pratiques de la Fédération PS du Pas-de-Calais, suite aux révélations de « Gérard Dalongeville » à la juge « Véronique Pair », révélées dans son livre «Rose Mafia ».
Quand les premières révélations tombent, François Hollande l’a appelé pour lui dire « Tiens bon, on va laisser le vent retomber, ça va passer ».
François Bernardini Maire d’Istres :
Détournement de fonds publics, Condamné en 2001, en appel, à dix-huit mois de prison avec sursis, 400 000 francs d’amende et cinq ans d’inéligibilité.
Patrick Sève Maire de l’Haÿ-les-Roses :
Détournement de fonds publics.
Mis en examen le 8 septembre 2011 pour « octroi d’avantages injustifiés et soustraction de fonds publics », pour un montant d’environ 2 millions d’euros, et pour avoir bénéficié de pots de vin dans l’octroi de marchés publics dans sa commune.
François Pupponi Député-Maire de Sarcelles :
Extorsion de fonds.
Mis en cause Auditionné le 3 septembre 2010 dans le cadre d’une enquête sur un cercle de jeu parisien pour « blanchiment » et « extorsion de fonds ».
Accusé de « subordination de témoin » par son directeur de cabinet, il aurait essayé de persuader sa belle-fille de démissionner du cercle Wagram, comme l’exigeaient les nouveaux patrons corses.
Jean-Pierre Destrade Conseiller Général de Saint-Pierre-dIrube :
Trafic d’influences, condamné en 2005 à 3 ans de prison dont 2 avec sursis et 10.000 euros d’amende dans une affaire de trafic dinfluence et d’escroquerie, une peine couverte par sa détention provisoire.
Serge Andréoni Sénateur-Maire des Bouches-du-Rhône :
Complicité de trafic d’influences.
Mis en examen lundi 17 octobre 2011, pour « complicité de trafic d’influence »,il est soupçonné d’avoir fait désigner un avocat ami pour aider le frère de Jean-Noël Guérini, Alexandre, à régler un litige financier qui l’opposait à la communauté d’agglomération de Salon-de-Provence.
Henri Emmanuelli, Président du Conseil Général des Landes :
Complicité de trafic d’influences, condamné le 16 décembre 1997 dans l’affaire Urba à dix-huit mois de prison avec sursis et à deux ans de privation de ses droits civiques.
Également mis en examen le 15 octobre 1998 dans le cadre de l’affaire Destrade de financement illégal du Parti socialiste, il est relaxé.
Janine Ecochard Vice-Présidente du Conseil Général des Bouches-du-Rhône :
Trafic d’influence.
Condamnée en 1998 dans l’affaire Urba sur le financement occulte du PS.
Jean-Christophe Cambadélis Député de Paris :
Recel d’abus de confiance, Condamné.
Mis en examen le 7 juin 2000 pour abus de confiance, il est reconnu « coupable de recel d’abus de confiance » le 2 juin 2006 et il est condamné à six mois de prison avec sursis et 20 000 euros d’amende, dans l’affaire des emplois fictifs de la MNEF.
Harlem Désir Député Européen :
Recel d’abus de biens sociaux.
Condamné le 17 décembre 1998, à 18 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d’amende pour recel d’abus de biens sociaux.
Il avait bénéficié au début des années 1990 d’un emploi fictif, lorsqu’il était à la tête de SOS racisme, financé par une association lilloise.
Michel Pezet Député des Bouches-du-Rhône :
Recel de fonds, condamné.
Mis en cause dans l’affaire Urba en 1991, il est innocenté par la justice le 16 décembre 1998 de toute accusation d’enrichissement personnel ; en revanche, il est condamné pour « recel de fonds utilisés [pour un financement politique] en dehors de tout enrichissement personnel ».
Jean-Noël Guérini Président du conseil général des Bouches-du-Rhône :
Association de malfaiteurs.
Mis en examen le 8 septembre 2011 pour « prise illégale d’intérêts, trafic d’influence, association de malfaiteurs et complicité d’obstacle à la manifestation de la vérité » pour avoir favorisé son frère dans le cadre de marchés publics.
Jean-Pierre Noyes Conseiller Général des Bouches-du-Rhône :
Association de malfaiteurs.
Mis en examen le mercredi 11 janvier 2012 pour des faits d’association de malfaiteurs.
Il est soupçonné d’avoir favorisé l’attribution d’emplois et de logements sociaux au profit de proches d’Alexandre Guérini, le frère cadet du président PS du conseil général des Bouches-du-Rhône, alors qu’il était le président jusqu’en juin 2011 de « 13 Habitat », l’office HLM rattaché à la collectivité locale.
Jean-Marc Ayrault Député-Maire de Loire-Atlantique :
Délit de favoritisme.
Condamné à une peine de six mois de prison avec sursis et 30 000 F d’amende pour avoir octroyé de décembre 1991 à décembre 1993, sans mise en concurrence, ni avoir recours à des appels d’offres et sans réaliser de contrat, le marché d’impression du journal municipal nantais, Nantes Passion dont le budget d’impression s’ élevait à 6 millions de francs par an.
Michel Laignel Député et Conseiller Général des Bouches-du-Rhône :
Favoritisme.
Condamné le 14 juin 2005, alors poursuivi pour « favoritisme, prise illégal d’intérêts et faux et usage de faux, en écriture publique » le maire de Ronchin a été condamné à deux ans de prison avec sursis et deux ans d’inégibilité.
Christian Bourquin Président du Conseil Général des Pyrénées-Orientales :
Favoritisme dans l’attribution de marché public Condamné.
Soupçonné, dès 2001, d’avoir trafiqué ses comptes de campagne, il est condamné en 2009, à trois mois de prison avec sursis et 5000 euros d’amende pour minoration de comptes de campagne et complicité de faux.
En 2008, il est mis en examen pour favoritisme dans le cadre d’un marché public et de nouveau condamné, début janvier 2012, à deux mois de prison avec sursis pour ces « faits graves ».
Elie Puigmal Maire de Saint-Estève :
Délit de favoritisme.
Condamné le 26 janvier 2012 pour délit de favoritisme dans les conditions d’attribution de marché d’organisation de spectacles à l’association Boitaclous en 2009 alors qu’il était maire de Saint Estève.
Jacques Mellick, Député-Maire de Béthune dans le Pas-de-Calais :
Faux témoignages.
Condamné en 1996 par la justice à abandonner tous ses mandats suite à sa condamnation pour témoignage de complaisance dans l’affaire VA-OM.
Jean-Pierre Balduyck, Député du Nord :
Favoritisme.
Condamné par le tribunal correctionnel de Lille à 7 500 euros d’amende en 2005 après 7 ans de mise en cause, alors qu’il était maire de Tourcoing, pour complicité d’atteinte à la liberté des marchés publics dans l’affaire du Grand Mix de Tourcoing.
Robert Gaïa Député du Var :
Favoritisme.
Condamné le 21 janvier 2002 à six mois de prison avec sursis pour favoritisme dans l’attribution du marché des cantines scolaires de la ville de Toulon en 1997.
Jacques Mahéas Sénateur de Seine-Saint-Denis :
Agression sexuelle.
Condamné en mars 2010, pour agressions sexuelles contre une ex-employée municipale, pour des faits survenus en 2002.
La plainte a été déposée en 2004 mais il faut attendre 2011 pour qu’il démissionne du PS, sous menace d’exclusion.
Soutien de François Hollande pendant la primaire socialiste.
Pascal Buchet Maire de Fontenay-aux-Roses :
Harcèlement.
Condamné à 8 000 euro d’amende par le tribunal correctionnel de Nanterre, coupable de harcèlement moral à l’encontre de son ex-directrice de la communication, qui s’est suicidée en 2007.
François-Xavier Bordeaux Dirigeant du PS bordelais :
Abus de faiblesse.
Condamné à la peine de deux ans de prison dont un ferme, assortie de cinq ans de privation des droits civiques, civils et de famille, pour avoir abusé de la faiblesse d’une vieille dame fortunée, « Jeanine Terrasson ».
Yacine Chaouat Adjoint au maire du 19e arrondissement de Paris :
Violences conjugales.
Condamné par le tribunal correctionnel à six mois de prison avec sursis et dix-huit mois de mise à l’épreuve, pour violences conjugales sur son épouse.
En août 2009, Fatima, 21 ans, avait été battue à coups de ceinture et retenue à son domicile, alors qu’elle venait d’arriver de Tunisie.
Sylvie Andrieux Député des Bouches-du-Rhône :
Escroquerie.
Mise en examen le 8 juillet 2010 pour « complicité de tentative d’escroquerie et complicité de détournement de fonds publics » pour un montant estimé à 740.000 , grâce à des associations fictives.
Monique Delessard Maire de Pontault-Combault :
Faux en écriture publique.
Condamnée le 14 mai 2010, par la cour d’appel de Paris à 15 mois de prison avec sursis et à une peine d’inéligibilité pour avoir marié illégalement l’ancien député-maire « Jacques Heuclin », à l’article de la mort.
Bernard Granié Président d’ une intercommunalité des Bouches-du-Rhône :
Corruption.
Condamné le 7 septembre par la cour d’appel d’Aix-en-Provence à deux ans de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité.
Elle a en effet estimé que fournir des informations confidentielles contre 300 000 euros de pots de vin à une société de traitement de déchets candidate à un marché public constituait une faute gravissime.
Michel Delebarre, Député du Nord :
Ecoutes illégales.
Condamné, cet ancien ministre de la Fonction Publique sous Mitterrand, a été condamné en 2005 dans le cadre de l’affaire des écoutes de l’Élysée.
Il a été notamment reconnu coupable du placement sur écoutes de « Jean-Edern Hallier », journaliste qui menaçait de révéler l’existence de « Mazarine » à l’opinion.
Il est dispensé de peines.
Claude Pradille Sénateur du Gard :
Corruption.
Condamné en 1995 à cinq ans de prison de ferme, cinq ans d’inéligibilité et 300.000 francs d’amende.
Il avait été jugé pour «faux et usage de faux, corruption, complicité d’escroquerie et subornation de témoins» dans une affaire où il était soupçonné d’avoir fait construire sa piscine sur des fonds publics de l’Office HLM du Gard
Jean-Paul Huchon, Président du Conseil Régional d’Ile-de-France :
Prise illégale d’intérêts dans des marchés publics, condamné.
En novembre 2004, après l’envoi d’une lettre anonyme sur l’existence d’emplois fictifs au conseil régional d’Île de France, il est jugé avec son épouse, « Dominique Le Texier », pour prise illégale d’intérêts dans des marchés publics passés en 2002 et 2003, entre le conseil régional et les sociétés de communication Image Publique, « Sertis et LM Festivals », employant sa femme.
Il est condamné à 6 mois de prison avec sursis, 60 000 euros d’amende et un an d’inéligibilité le 20 février 2007 par le tribunal correctionnel de Paris puis la peine est confirmée en appel le 21 novembre 2008, hormis l’inéligibilité.
Robert Navarro Sénateur de l’Hérault :
Abus de confiance.
Mis en examen, cible d’une plainte déposée par le PS en mars 2011 pour « abus de confiance », pour des frais personnels et 42.000€ de pizzas qui ont été facturés à la Fédération PS entre 2008 et 2010..
Soutien de François Hollande à la primaire socialiste, il intègre son équipe de campagne durant l’été 2011.
René Teulade Sénateur-Maire de Corrèze :
Abus de confiance.
Condamné par le tribunal correctionnel de Paris à 18 mois de prison avec sursis et 5 000 euros d’amende.
Il s’est rendu coupable d’abus de confiance dans le scandale de la Mutuelle de retraite de la fonction publique (MRFP).
Il a été le suppléant de François Hollande à L’Assemblée entre 1997 et 2002.
Khadija Aram Adjointe au maire de Trappes :
Abus de confiance.
Condamnée le 27 avril 2011 à deux ans de prison, dont 18 mois avec sursis, pour avoir promis contre rémunération, à des personnes en situation irrégulière des titres de séjour qu’elles n’ont jamais obtenu, ainsi que cinq ans d’interdiction de droits civiques et civils.
Pierre Mauroy, Sénateur du Nord :
Abus de confiance.
Condamné le 20 juin 2008, il est mis en examen pour détournement de fonds publics à propos d’un emploi présumé fictif attribué à « Lyne Cohen-Solal » au sein de la communauté urbaine de Lille (CUDL) en 1992.
Le 4 février 2011, Pierre Mauroy est condamné à 20 000 euros d’amende avec sursis pour abus de confiance et devra, avec « Lyne Cohen-Solal et Bernard Masset », son ancien directeur de cabinet, rembourser 19 654 euros à la CUDL.
Philippe Kaltenbach, Maire de Clamart :
Corruption.
Mis en cause suite à la diffusion d’une vidéo sur Internet, où on le voit négocier, contre de l’argent, l’attribution d’un logement au proche d’un collaborateur, une enquête préliminaire a été ouverte, dans laquelle il est soupçonné de corruption dans l’attribution de logements sociaux.
Deux juges d’instruction de Nanterre sont chargés, depuis le 22 février, d’une information judiciaire ouverte pour « corruption active et passive, recel, complicité ».
André Vallini Sénateur de l’Isère :
Licenciement abusif et harcèlement moral.
Poursuivi par son attachée parlementaire, avec qui il a fini par trouver un accord.
Proche de François Hollande, cet ancien président de la « Commission Outreau » conseille le candidat socialiste sur les questions de justice.
Jean-Marc Pastor Sénateur / questeur du Sénat:
Notes de frais frauduleuses.
Mis en cause par le site « Médiapart », qui révèle le 27 juin 2011 que le sénateur avait transmis à la trésorerie du Sénat deux factures de restaurant émises dans le Tarn, son département, pour un montant total de 2492 euros. Il menace « Médiapart » de poursuites, produisant un faux communiqué de « Gérard Larcher » pour l’ occasion, alors Président du Sénat, avant de se rétracter et de rembourser l’intégralité des notes de frais.
Dominique Strauss-Kahn, ancien Député-Maire du Val dOise :
Complicité de proxénétisme.
Mis en cause, après son procès pour viol dans l’affaire du Sofitel de New York, Dominique Strauss-Kahn a été mis en garde à vue et entendu le 21 février 2012 pour complicité de proxénétisme dans l’affaire du Carlton de Lille.
Jusqu’au printemps 2011, il était le favori de la primaire socialiste pour l’élection présidentielle.
Gérard Dalongeville Maire dHénin-Beaumont :
Détournement de Fonds Publics.
Mis en examen en 2009, il attend toujours son jugement pour « faux en écriture et usage de faux, détournements de fonds publics, favoritisme et recel de favoritisme »

Hans Sutter

Source : « ripostelaïque.com » du n° 298

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Muslis A Bordeaux ?

En Egypte, les soldats d’Allah massacrent les chrétiens, à Bordeaux, Juppé offre une mosquée à l’UOIF

Tandis qu’en France « Normale » la volaille sortie des urnes tel le poussin de sa coquille, s’agite, le front plissé par la vicissitude patrimoniale de la condition politique, au Caire, la Cathédrale Saint-Marc brûle.
Oh, rassurons nous, elle ne brûle pas entièrement, du moins pas encore.
Mais voici que le symbole d’un peuplement premier sinon fort ancien, subit les assauts d’un voisin de palier devenu majoritaire au fil du temps, lequel voisin ne dissimule plus son désir de voir le logement du locataire précédent réduit en tas fumant de pierres.

Tandis qu’au Nigéria chrétien, des commandos musulmans s’abattent sur les fidèles assemblés dans les églises pour les mutiler, les égorger, enlever leurs enfants promis à l’esclavage et mettre le feu au reliquat d’une civilisation vieille de plus de mille ans, la Ville de Bordeaux concrétise l’accord avec les islamistes de l’UOIF (Frères Musulmans, Ramadan, Qaradawi, homos pendus à des grues, voleurs empalés, etc, etc), pour la construction de la Grande Mosquée aquitaine, ce phare de lumineuse culture au creux duquel des générations de gosses robotisés apprendront à haïr, jusqu’à devoir s’en débarrasser, l’hôte qui aura installé là leur ascendance.

Tandis que, dans les camps de réfugiés syriens en Turquie et au Liban, loin des zones « libérées » où les enfants sont dressés à la haine du mécréant, des marchands de viande humaine attirés là comme les frelons chinois par le joli thorax de nos frêles abeilles, font leur marché de proies sexuelles pour les bordels et les palais de nos très chers alliés saoudiens, qataris et autres seigneurs de l’énergie fossile, la voix qui compte ici, j’entends par là, d’une oreille fatiguée, celle de nos médias, nous indique qu’il ne s’agit en fait, dans tout cela, que d’un banal affrontement inter-confessionnel et de ses conséquences statistiquement imprécisables.

Ouf ! On aurait pu croire qu’un milliard et quelques de musulmans parfaitement observants de la démocratie, des droits de l’homme et de ceux de la femme, se ruaient, sous nos yeux, sur quelques centaines de milliers de tenants d’un ordre totalement obsolète, dépassé par l’accélération de l’Histoire et donc, de ce fait, promis très logiquement à la disparition.

Il n’en est rien, bien sûr, et Monsieur Juppé, qui installe dans sa bonne ville le nid d’hyménoptères d’où sortiront, juste le temps pour lui d’être grand-père, les escadrilles qui piqueront sa descendance comme El Juli le sixième toro des Fêtes de Bayonne, peut rentrer tranquillement chez lui. Bordeaux, c’est loin de Damas, de Khartoum et de Lagos.
Bordeaux, ça baigne dans le jus de la treille, le caviar de Gironde et le contentement de soi.
Bordeaux, c’est comme la France en quelque sorte, la morale sereine de la planète, la mousse sous laquelle on peut boire à la source du fric et du pouvoir, le chai odorant où la pourriture noble du Sauternes exhale soudain des senteurs bizarres de dattes moisies

Alain Dubos

Source : « ripostelaïque.com » du n° 298

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Mariage Gay Pluvieux

MANIFESTATION   DEVANT   LE   SENAT   PUIS   ESCALADE   VERBALE

Le ton monte entre ceux qui sont POUR et ceux qui sont CONTRE le «mariage pour tous»…
La tension est encore montée d’un cran vendredi soir aux alentours du Sénat, où plusieurs milliers d’opposant au «mariage pour tous» ont manifesté peu après l’adoption du texte à la haute-assemblée.
Peu avant 20 heures, ils étaient 7.500 selon les organisateurs et 2.300 selon la police, à tenter de gagner le Sénat aux cris de «Hollande démission».
Des membres de l’organisation traditionaliste Civitas, avec leurs drapeaux blancs frappés du Sacré Coeur rouge, étaient notamment présents.
Ils ont tenté de gagner le Sénat aux cris de «Hollande démission».
Frigide Barjot, l’une des meneuse de la fronde, a chauffé ses troupes vendredi soir:
«C’est une honte.
Les Français ne veulent pas de ce projet de loi et que font-ils?
Ils accélèrent».
Et de hurler:
«Hollande veut du sang, il en aura !
Tout le monde est furieux, nous vivons dans une dictature».
Des heurts ont eu lieu rue de Médicis, une artère qui longe le jardin du Luxembourg et des gendarmes mobiles qui ont tiré des gaz lacrymogènes.
Vers 22h15, deux cents personnes s’étaient regroupées dans une ambiance bon enfant devant le Panthéon avec une banderole «Hollande ne soit pas têtu», allusion à une publication du même nom destinée aux homosexuels.
Les derniers manifestants se sont ensuite dispersés.

Barjot promet de la violence, Boutin la guerre civile

Mais ce qui a déclenché la colère des «anti» mariage pour tous, c’est l’accélération du calendrier parlementaire.
En effet, le texte doit revenir à l’Assemblée nationale dès la semaine prochaine, a annoncé le gouvernement, alors qu’il était initialement prévu qu’il soit de nouveau examiné à la fin du mois de mai… rendant inutile la grande manifestation du collectif «la manif pour tous» programmée le 26 mai.
Du coup, Frigide Barjot a annoncé que cette manifestation était avancée au 5 mai, date à laquelle Jean-Luc Mélenchon appelle également à descendre dans la rue pour réclamer une VIe République.
Sur BFM TV vendredi soir, Frigide Barjot, très en colère contre cette accélération du calendrier, a prévenu:
«C’est un déni de démocratie.
C’est violent, et une loi violente, qui va passer violemment, va provoquer de la violence».
Sur la même ligne, Christian Jacob, le patron du groupe UMP à l’Assemblée, a estimé que François Hollande «prenait le risque d’une confrontation violente avec les Français».
Sur Twitter, Christine Boutin, qui s’était déjà illustrée vendredi en parlant «de couleur d’étoile» pour les «dissidents», n’a pas hésité à parler de «guerre civile» !

La (majorité) gauche appelle l’UMP à «la responsabilité»
Une guerre des mots guère appréciée par la majorité.
En arrivant ce samedi matin au Conseil national du PS, Harlem Désir a évoqué les «groupes fanatisés et fascisants» qui avaient manifesté violemment autour du Sénat et dénoncé «le silence assourdissant» de l’UMP sur leurs actes, si ce n’est «la complicité» de l’opposition avec ces groupes.
«J’appelle la droite à montrer qu’elle est responsable et à se démarquer» de ces groupes, a lancé le premier secrétaire du PS.
Peu après, Jean-Marc Ayrault a demandé à la droite à «ne pas se faire entraîner dans la radicalisation» de ce mouvement.

Source : « 20minutes.fr du 13/04/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Notre Poste Mal A L’Aise

DES   PROPOS   DU   PATRON   DE   LA   POSTE   CHOQUENT   LES   SYNDICATS

Dans un entretien avec un écrivain, Jean-Paul Bailly a affirmé qu’il n’y avait pas de malaise à La Poste et pointe du doigt des salariés «inadaptés» à la réorganisation de la société.
Les syndicats se disent choqués et la direction de la Poste dénonce des raccourcis de l’auteur.

Suicides, mécontentement des clients, concurrence accrue, résultats financiers décevants.
En pleine crise sociale, La Poste broie du noir.
Pourtant, selon son président, Jean-Paul Bailly, «il n’y a pas de malaise», affirme-t-il dans un entretien avec l’écrivain « Hervé Hamon », publié dans un livre «Ceux d’en haut», paru le 4 avril dernier.
«Mon diagnostic, c’est que certains postiers sont en difficulté quand se combinent, à l’occasion de situations de réorganisations, des échecs professionnels et des fragilités personnelles».
L’auteur lui attribue également ces propos:
«On ne les (les salariés, NDLR) emmerdait pas, on disait que ça faisait partie du casting, et on les laissait dans leur coin.
Maintenant, par les temps qui courent, ils n’ont plus leur place dans les entreprises même si, à La Poste, ils restent boucler leur carrière, et font des déprimes à répétition.
Certains supportent mal de se retrouver dans un monde mouvant».
Des propos qui ne sont pas sans rappeler ceux tenus il y a deux ans et demi par « Didier Lombard », l’ancien patron de « France Télécom ». Après 23 suicides d’agents de l’opérateur téléphonique entre 2008 et 2009, « Didier Lombard » avait dénoncé une «mode du suicide».
Avant de s’excuser.
Ce qui ne l’avait pas empêché de devoir céder les rênes à « Stéphane Richard » à la tête de « France Télécom ».
Les syndicats de La Poste n’ont d’ailleurs pas hésité à dénoncer une «lombardisation de Bailly».

Source : « lefigaro.fr » du 13/04/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Maladie Du XXIe Siècle !

NOUVELLE   DECOUVERTE   DANS   LE   DOMAINE   DE   LA   RECHERCHE   !

La Helléparthie

Si un café t’empêche de dormir;
Si une bière t’envoie directement aux toilettes;
Si tout te parait trop cher;
Si n’importe quelle bêtise te met en rogne;
Si un léger excès fait monter l’aiguille de ta balance;
Si tu arrives à l’âge des métaux (cheveux d’ argent, dents en or, pacemaker en titane);
Si la viande te fait mal à l’ estomac.
Si le poivre t’irrite et l’ail te fait régurgiter;
Si le sel fait monter ta tension;
Si tu demandes au maitre d’hôtel une table loin de la musique et des gens;
Si attacher tes lacets te fait mal au dos;
Si la télé t’endort;
Si tu dois te servir de plusieurs paires de lunettes (de près, de loin, de soleil);
Si tu as des douleurs d’origine inconnue;
Si tu as un ou plusieurs de ces symptôme;

ATTENTION!
C’est sûr, tu souffres de Helléparthie !
Et oui !

C’est la maladie du monde nouveau, tu ne la connaissais pas pas ?

La « Helléparthie »…. ta jeunesse…bien sûr !

Ne t’inquiètes pas, chacun l’attrapera, même les gamins de ce siècle qui se croient immunisés !
C’est dans l’ordre de Dame Nature, Petit Homme n’y peut rien !

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

 

Etre Elu C’est Pour Jouer

QUAND   LES   ELUS   JOUENT   PENDANT   LE   VOTE   SUR   LE   MARIAGE   GAY ! ! !

Jouer…et voter au Sénat.
Une sénatrice s’est fait prendre en flagrant délit de jeu par les caméras du «Petit journal», diffusé jeudi sur « Canal + ». Laurence Rossignol, sénatrice socialiste de l’Oise, a été filmée en train de jouer sur sa tablette au jeu en ligne Ruzzle, pendant le débat sur le mariage pour tous.
Il y a quelques semaines, lors du même débat, c’est le Scrabble qui avait occupé plusieurs députés…
Mercredi, l’équipe du «Petit journal» trouve la sénatrice distraite lors de chaque vote à main levée pendant les discussions sur le texte. Elle ne décolle pas les yeux de sa tablette.
Se plaçant dans l’hémicycle de manière à voir à quoi Laurence Rossignol est occupée, l’équipe du «Petit journal» constate qu’elle se détend avec le jeu « Ruzzle ».
« Ruzzle » est un jeu disponible sur tablette tactile et smartphone.
Le principe est de constituer, à partir d’une grille aléatoire de lettres, le plus grand nombre de mots en deux minutes.
Il est possible d’y jouer en ligne avec des amis.
Le «Petit journal» fait alors un test.
Il demande à devenir l’ami en ligne de la sénatrice, alors que les caméras ont permis de trouver son pseudo.
Elle accepte.
Et c’est une partie acharnée qui commence entre Laurence Rossignol et l’équipe du «Petit journal», dont l’élue sort vainqueur, toujours en plein débat sur le mariage gay.

Source : « leparisien.fr » du 12/04/2013

Si je comprends bien, nos élus ne sont donc pas payés pour transmettre les voeux de notre bon Peuple, avec l’argent de nos impôts rappelons le une fois de plus, mais pour se divertir !
Belle mentalité !
Sans doute rétorquera-t-on que nous devrions déjà être contents de leur voir faire acte de présence…ils ont tant de travail avec leurs cumuls de mandats !

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43