Archive | mai 2013

Eboueur En Mission !

Sa vareuse donne à Montebourg des airs de bouffon mondialiste dans son travail anti-social.

Pendant que Hollande, sa clique socialo-écolo, sa cour de bobos « parisianisés » bien-pensants et ses lobbies « homosexuels » détruisent l’une des structures fondamentales de notre assise sociétale et historique, et amusent la galerie avec des « mariages – zhomos » présentés comme des signes de la modernité libertaire qui nous mine insidieusement, la vie économique continue, bien poussée « sous le paillasson » par la propagande zélée des « medias » fiscalement assistés.

Ainsi, on apprend qu’il n’y aura pas de « repreneur » pour « Goodyear » – Amiens, et que donc 1173 emplois vont être supprimés …
Le « bouffon à la vareuse de marin » qui passe son temps à s’agiter dans son bocal mondialiste et européiste pour faire croire qu’il sert à quelque chose, s’est aussitôt fendu d’une déclaration « vigoureuse », demandant des « mesures d’accompagnement (de ces suppressions!) exemplaires »…
Cause toujours, ma baudruche, c’est tout ce que tu sais faire…
Tiens, tu avais fait la même chose pour PSA (de 8000 annoncées, les suppressions d’emplois sont passées à 12 000 !)
Arcelor Mital, Pétroplus, Doux, Heuliez, Pilpa, Spanghero, Fralib, Alcatel-Lucent, IBM, SNCM, Virgin… bientôt tu diras de même pour « Le Printemps » que tu as laissé vendre au « Qatar » avec plusieurs centaines d’emplois effacés, les gens du Qatar étant plutôt enclin à considérer les salariés qui travaillent pour eux comme des « esclaves » taillables et corvéables à merci …tu le sais, « bouffon à la vareuse », ce sont tes amis!…

Cela te suffit-il ou la liste, qui est loin d’être close, doit-elle être encore allongée ?

C’est par dizaines de milliers (285 000 en 2012) que les emplois productifs sont détruits dans notre pays , au nom de la « compétitivité » et de la libre circulation mondialiste des capitaux, des biens, des services… tandis que, non content d’impulser ce mouvement, le gouvernement en place fragilise encore plus le travailleur « de base » en supprimant le CDI (sans que personne ne s’en offusque d’ailleurs – tout en faisant croire que cela va favoriser les créations de postes…
La réalité de tous les jours balaie cette illusion cultivée par ceux qui dirigent et politiquement et économiquement… comme elle dévoile la stupidité des emplois aidés que le pouvoir en place lance avec l’argent de la dette et pour le seul besoin de conforter un clientélisme électoral qui l’a porté là où il est!

Mais, c’est vrai, il faut détourner l’attention du « bon peuple », des fois qu’il aurait la mauvaise idée de faire porter à la clique socialo-mondialiste-européiste qui a confisqué le pouvoir avec moins d’un quart de l’électorat français la responsabilité de ce chômage endémique que l’OCDE prévoit encore en expansion …
Des fois qu’il se dirait que ce qui nous attend, imposé par l’hydre européen de Bruxelles, cette caste non élue et autoproclamée dirigeante, est pire que ce qui est déjà acté et que nous subissons quotidiennement, pire du point de vue du manque d’emplois, du point de vue du rétrécissement du pouvoir d’achat des ménages, du point de vue de l’accès à la retraite dont le nombre des annuités de cotisation va flamber …
Des fois qu’il ferait le lien entre la masse de main d’oeuvre maintenue au chômage (et prise en charge par les ressources de chacun…) et l’ouverture des frontières à des masses de migrants destinées à servir au MEDEF et aux employeurs en général de forces utiles pour détériorer encore plus les conditions et la rémunération du travail …
Des fois qu’il se demanderait pourquoi personne ne combat vraiment et de manière décisive le travail illégal ouvert au vu et au su de tout le monde, qui coûte un maximum à la ressource nationale et sociale, qui intègre non seulement les illégaux de l’immigration mais aussi des pans entiers de cette immigration même, qui empêche de créer de vrais emplois qui pourraient être proposés à tous ceux qui ne travaillent pas, qui pompe la manne sociale au profit d’illégaux et d’inutiles venus d’ailleurs et qui devraient y retourner dare-dare!

On est là au coeur de la perversion du système géré par les politiciens UMP et PS (et leurs alliés divers) depuis 40 ans :

- délocalisations et suppression des emplois productifs au nom de la compétitivité faussée par les effets directs de la « Mondialisation » que nous imposent les oligarchies financières de « la City » ou d’ailleurs…
- ouverture des frontières pour toutes les formes légales et illégales de l’immigration servant, d’abord, à déséquilibrer le marché du travail à l’intérieur des Nations concernées et à limiter les rémunérations …
- création de l’Europe politique et libérale de Bruxelles pour codifier tout cela et l’imposer aux pays membres…
- gestion de leurs Etats par les gouvernements de ces pays membres où règne une fausse démocratie (les électeurs n’ont que le droit de choisir entre des européistes mondialistes atlantistes et des atlantistes européistes mondialistes…et quand ils votent « mal », « on » efface leur vote!!!) en fonction des directives imposées par les forces financières occultes de la « Globalisation » libérale et libertaire qui ne veut ni Nation, ni Peuple ouvert et actif, ni individus appuyés sur des valeurs historiquement constituées…non, que des « bouches » et des « culs », ce dernier mot étant à prendre dans les deux sens que lui donne le langage commun…

La seule voie ouverte aux citoyens de notre pays est celle qui permettrait de rompre le « Système » politique et idéologique mis en place en France depuis un demi siècle…
Il s’agirait pour eux de comprendre que ceux qui dirigent les mènent en bateau, qu’il n’y a plus de véritable clivage « droite » – « gauche » mais seulement une rupture entre ceux qui imposent la « Globalisation libérale et libertaire » et ceux qui veulent conserver, dans le cadre d’une souveraineté nationale retrouvée, nos valeurs historiques, nos principes de vie collective, notre sécurité d’existence, la juste récompense liée au travail et aux efforts de chacun…

A y regarder de près, seul le projet politique du Rassemblement Bleu Marine propose une alternative crédible prenant tout cela en compte.

Robert Albarèdes

Source : « ripostelaïque.com » du n° 305

Vous pouvez vérifier sur « Riposte Laïque » que l’auteur a fait un minutieux travail de recherche pour publier de telles affirmations.
En ce qui concerne Le Rassemblement Bleu Marine, j’adhère à cette alternative dans la mesure où ce serait la moins mauvaise des pires qui puissent nous être proposées.
Nous sommes présentement dans un état policier et seuls les plus malins réussissent à se faire entendre par l’ensemble de la population

Une Odeur D’Egout !

Il  faut  dire  que  l’on  a  encore  vécu  un  grand  moment  de  République  exemplaire  !

C’est planqués derrière des lunettes noires, des barbes postiches et des chapeaux enfoncés jusqu’ aux oreilles que les socialistes ont rasé les murs la semaine dernière.
Condamnation du député PS de Marseille « Sylvie Andrieux » à trois ans de prison, dont un an ferme, et 100.000 euros d’amende pour corruption.
Condamnation de l’ancien député PS du Pas-de-Calais « Jean-Pierre Kucheida » à 30.000 euros d’amende pour abus de biens sociaux.
Qui dit mieux ?
« On se serait bien passé de ces deux condamnations à 24 heures d’intervalle », a déclaré le porte-parole du groupe socialiste à l’Assemblée nationale.
En même temps, au point où on en est, la remarque frôle la mesquinerie.
Les socialistes ont peut-être enfin trouvé le véritable moyen d’en finir avec les affaires: les démultiplier à l’infini.
La nature humaine étant ce qu’elle est, elle s’attache davantage au rare qu’au multiple, qu’elle finit par ignorer.
Un jour pluvieux au mois de mai nous agace, quand il y a en a 31, on finit par oublier que le printemps existe.
N’est-ce d’ailleurs pas une ruse de l’histoire ce fameux printemps qui se dérobe sans cesse à la contestation ?
Bref, c’est bientôt l’homme politique honnête qui nous choquera.

Entre 2005 et 2008, Sylvie Andrieux, vice-présidente déléguée à la politique de la ville a, selon la justice, arrosé pour environ 900000 euros d’argent public (700000 du conseil régional, 200000 du conseil général) une quinzaine d’associations fantômes des quartiers Nord de Marseille dans le but de se créer une clientèle et de conforter son assise électorale.
Dirigeants de paille, constitution de dossiers de subventions avec émission de fausses factures, associations relais, entreprise véreuse, complicité administrative: le système n’avait rien d’un petit dérapage d’amateur mais tout de l’organisation mafieuse.
Pendant le procès, les langues se sont déliées.
Certains trésoriers de paille voulant décrocher ont évoqué les menaces physiques, d’autres ont suggéré qu’une partie de l’argent avait servi à alimenter le trafic de drogue.
Les trésoriers encaissaient les subventions et remettaient l’argent liquide à des caïds, principalement les sinistres « Boumédienne Bénamar » et « Benyoub Sane », qui roulaient en grosses berlines louées par les « associations » avec un « salaire » mensuel à la clef pouvant atteindre 5500 euros.
En contrepartie, les parasites devaient se débrouiller pour trouver le meilleur moyen de développer le sens civique de leurs concitoyens et les inciter à « voter utile », expression qui prend ici sa signification profonde.
« Procès de voyous », a lâché le procureur au cours des débats.
Voyous des cités.
Voyous en col blanc.
Les mêmes.

Avec Jean-Pierre Kucheida, c’est dans un univers tout aussi baroque que l’on pénètre: la fameuse fédération du Pas-de-Calais, déterminante pour l’élection du premier secrétaire du Parti socialiste et le contrôle de celui-ci.
Depuis la mort de « Guy Mollet », maire d’Arras et patron de la SFIO, la « fédé 62 » est entre les mains de trois notables locaux, « Daniel Percheron », son premier secrétaire de 1973 à 1997, « Jacques Mellick », ancien député-maire de Béthune, et Jean-Pierre « Kucheida », député-maire de Liévin pendant plus de trente ans.
Pour lutter contre le parti communiste, les socialistes du Nord et du Pas-de-Calais ont très tôt passé des accords avec le Comité des forges et le patronat dont ils ont fini par adopter les manières clientélistes.
C’est dans les Grands Bureaux des Houillères, siège des anciens patrons des mines, que « Kucheida » avait installé ses bureaux de maire de Liévin.
Tout un symbole.
Prise en charge de la naissance à la mort par le patronat, la vie des ouvriers le sera désormais par le PS.
Détournement de marchés, corruption, favoritisme, fraude électorale: la machine à cash fonctionne à plein tube.
Les avions taxis font la navette avec le Luxembourg où est planqué l’argent, ainsi que l’a décrit, dans « Rose Mafia » (éd. Jacob Duvernet), « Gérard Dalongeville », l’ancien maire PS de Hénin-Beaumont dont le procès devait s’ouvrir le 27 mai.
C’est en tant que dirigeant de la société de gestion immobilière du Nord-Pas-de-Calais (Soginorpa), qui gère le patrimoine des ex-Houillères, que « Kuche » est tombé.
Avec 500 millions d’euros d’emprunts bancaires pour un parc de 63000 logements, la « Soginorpa » a attiré l’attention de la chambre régionale des comptes dès 2008.
Dans un rapport accablant, elle dénonçait emplois fictifs, marchés truqués, utilisation à des fins personnelles de la carte bleue de la société, etc.
La « Soginorpa » avait même financé une exposition photo et la publication d’un beau livre sur une artiste locale appelée « MaryKa »… Marie Kucheida, fille de son père.
Dans un deuxième livre publié il y a quelques semaines, « PS, je t’aime moi non plus » (éd. Jean-Claude Gawsevitch), « Dalongeville » affirme qu’aucun premier secrétaire du PS ne pouvait ignorer cette corruption institutionnalisée.
Et surtout pas celui qui le fut durant onze ans, avant de nous vendre « la République exemplaire ».

Julien Jauffret

Source : « fr.novopress.info’ du 30/05/2013

Le Don Du Flambeau.

Il fut lui-même jusqu’au dernier instant,  Dominique Venner a passé le flambeau

La mort de l’historien, essayiste, soldat politique Dominique Venner a frappé la France de stupeur.
Un homme s’est suicidé à Notre-Dame !
Oui, à Notre-Dame.
En ce haut lieu de la Chrétienté, mais aussi d’une identité européenne bien plus ancienne.
Du chœur de Notre-Dame, dans « une forme d’œcuménisme moins rare qu’on ne le pense », 30 000 ans d’identité regardaient Dominique Venner.
Au matin de sa mort, Dominique Venner a posté un ul­time texte de réflexion sur son blog.
Il l’avait ou­vert quatre ans plus tôt par un entretien avec la journaliste « Pauline Lecomte » alors que venait de pa­raître l’un de ses ouvrages ma­jeurs, « Le Siècle de 1914″ (Pygmalion), lecture indispensable pour comprendre comment la Grande Guerre n’a pas seulement dé­truit l’ancien ordre européen d’a­vant 1914, basé sur des structures et sur des valeurs traditionnelles, mais aussi fait disparaître « 30 000 ans d’identité » pour reprendre le sous-ti­tre de son autre ouvrage majeur, « Histoire et Tradition des Européens » (Le Rocher).
« A une terrible crise spirituelle, écrivait-il le 23 avril 2009, il faut d’abord apporter des réponses spirituelles.
Les hommes n’existent que par ce qui les distingue : clan, lignée, histoire, culture, tradition.
Il n’y a pas de réponse universelle aux questions de l’existence et du comportement. […]
Chaque civilisation a sa vérité et ses dieux, tous respectables tant qu’ils ne nous menacent pas.
Chaque civilisation apporte ses réponses, sans lesquelles les individus, hommes ou femmes, privés d’identité et de modèles, sont précipités dans un trouble sans fond.
Comme les plantes, les hommes ne peuvent se passer de racines.
Il appartient à chacun de retrouver les siennes. »

Toute sa pensée est contenue dans les « 30 000 ans d’identité européenne ».
Mardi 21 mai 2013, Dominique Venner a donc publié un texte court mais dense dont le titre, « La manif du 26 mai et Heidegger », a entraîné le malentendu des premières heures faisant du « suicidé de Notre-Dame » un homme ayant mis fin à ses jours par opposition au « mariage pour tous », alors que son texte, au con­traire, mais encore fallait-il le lire, expliquait que si cette loi était bien « infâme », les manifestants du 26 mai ne pouvaient pas cantonner leur combat au refus du mariage des homosexuels :
« Le “grand remplacement“ de population de la France et de l’Europe, dénoncé par l’écrivain Renaud Camus, est un péril autrement catastrophique pour l’avenir. »
A midi, il a déjeuné, taisant tout de ses intentions, avec trois de ses amis :
l’africaniste « Bernard Lugan », le président de la fondation « Polémia », « Jean-Yves Le Gallou » et l’historien « Philippe Conrad », qui va lui succéder à la tête de la « Nouvelle Revue d’Histoire », elle-même con­tinuation de la revue « Enquête sur l’histoire » qu’il avait dirigée tout au long des années 1990 et dont le premier numéro était consacré à « Quarante siècles d’identité française ».
Le dossier avait alors vivement irrité ceux pour qui la France est née chrétienne (et ceux pour qui elle est née ré­publicaine), mais Dominique Venner apportait là une contribution majeure au débat à venir (et in­abouti) sur l’identité.
De même, avec les « 30 000 ans d’identité » européenne, avait-il placé le vérita­ble combat politique sur le terrain civilisationnel, dans cette permanence (au sens de durée constante) de l’esprit européen qui s’exprime de­puis la grotte Chauvet, qui date du paléolithique supérieur, soit de­puis l’apparition de l’homo sapiens en terre d’Europe.

Après quoi, seul à savoir qu’il ve­nait de leur faire ses adieux…
Do­minique Venner s’est rendu en la cathédrale Notre-Dame-de-Paris où, franchissant la barrière qui mè­ne au chœur, il a posé des lettres sur l’autel puis, fidèle à l’image qu’il avait toujours donnée, celle du junker prussien, droit toujours imagine-t-on, il a sorti un pistolet « Herstal » et s’est tiré une balle dans la bouche.
Venner savait, en spécialiste des armes, que la balle dans la bouche ne laisse aucune chance alors que celle dans la tête fait subsister le risque d’y survivre – et d’y survivre mal.
Pour de toutes autres raisons, son ami « François de Grossouvre » avait fait de même à l’Elysée dix-neuf ans plus tôt.
Dominique Venner avait 78 ans.

Du refus d’une mort annoncée et non maîtrisée, il a fait un acte politique.
Cas unique, a-t-on dit, d’un suicide à Notre-Dame, qui a causé la sidération des médias et donc celle des Français, mais dont il s’était ex­pliqué le jour même :
« Il faudra certainement des gestes nouveaux, spectaculaires et symboliques pour ébranler les somnolences, secouer les con­scien­ces anesthésiées et réveiller la mémoire de nos origines. »
Comme si Domini­que Venner, doté d’une intelligence (au sens de compréhension) supérieure, avait intégré, dans la préparation de son geste et son explication, qui furent d’une minutie et de ce perfectionnisme dont il fit preuve toute sa vie, l’analyse produite par « Guy Debord » sur le fonctionnement de nos sociétés marchandes qui s’alimentent par « l’accumulation de spectacles ».
« Au soir de cette vie, écrivait-il dans l’une de ses dernières lettres, devant des périls immenses pour ma patrie française et européenne, je me sens le devoir d’agir tant que j’en ai encore la force. »

Si, dans le même texte, il se déclarait « sain de corps et d’esprit », Venner était bien au soir de sa vie.
La faculté de médecine ne lui avait laissé aucun espoir de mourir dans son sommeil dans sa 103e année et, pour ainsi dire, en plei­­ne forme, comme Ernst Jünger.
Du refus d’une mort annoncée et non maîtrisée et d’une déchéance physique rapide et probable, à la­quelle, comme « Montherlant », il ne pouvait se résoudre, il a fait un acte politique, dont l’avenir dira s’il fut vain ou si, par cette sortie personnelle transmuée en geste pour sa communauté, il fut celui d’un éveil­leur.
Le choix de Notre-Dame, pour le païen qu’il était, a stupéfait.
Do­mi­nique Venner ne croyait ni en Dieu ni en diable, et surtout pas en Dieu, ni en cette re­ligion qui se veut universelle en son intitulé même (catholicos, du grec qui veut di­re « universel »), ni en cette promesse, paralysante à ses yeux, d’un royaume qui serait d’un autre mon­de.

Entre l’« immémoriel » et le « génie de [ses] aïeux », un continuum.
« Il faudrait nous souvenir aussi, comme l’a génialement formulé « Heidegger » (Etre et Temps), a écrit Dominique Venner en son dernier jour, que l’essence de l’homme est dans son existence et non dans un “autre monde“.
C’est ici et maintenant que se joue notre destin jusqu’à la dernière seconde.
Et cette seconde ultime a autant d’importance que le reste d’une vie.
C’est pourquoi il faut être soi-même jusqu’au dernier instant.
C’est en décidant soi-même, en voulant vraiment son destin que l’on est vainqueur du néant.
Et il n’y a pas d’échappatoire à cette exigence puisque nous n’a­vons que cette vie dans laquelle il nous appartient d’être entièrement nous-mêmes ou de n’être rien. »
Là encore, Dominique Venner s’est expliqué, pas assez peut-être pour les catholiques, en parlant de « lieu hautement symbolique », de cette cathédrale qui « fut édifiée par le génie de mes aïeux sur des lieux de culte plus anciens, rappelant nos origines immémorielles ».
En choisissant Notre-Dame, Dominique Venner n’a pas fait que le choix du « spectaculaire », qui n’eût pas été, qui n’eût pas fait de titre au journal de 20 heures s’il avait opté pour la forêt de Brocéliande ou pour la colline de l’Acropole.
Dans son inculturation au mon­de européen – ce que le pape Jean Paul II appelait « l’incarnation de l’Evangile dans les cultures autochtones » –, l’Eglise a édifié ses églises sur d’anciens lieux de culte païens, et Notre-Dame n’a pas échappé à la règle.
La cathédrale a été édifiée sur le site d’une basilique elle-mê­me bâtie sur le site d’un temple païen dédié à Jupiter, dont les vestiges retrouvés, le fameux Pilier des Nautes qui arbore tant le panthéon ro­main que le panthéon gaulois, est conservé aux thermes de Cluny.
Au-delà de cela, « Henri Vincenot » raconte, dans « Les Etoiles de Compostelle » notamment, l’histoire de la construction d’une cathédrale à travers la vie d’un apprenti dé­cou­v­­rant les secrets des compagnons en même temps que les traditions celtiques.
L’idée développée par « Henri Vincenot » est que, dans la vieil­le religion catholique populaire, on retrouve les anciennes va­leurs païennes.
De sorte qu’il y avait alors continuité, ou du moins « non-rupture », entre le paganisme et le catholicisme.
Entre l’« im­mé­moriel » et le « génie de [ses] aïeux », qui sont aussi les nôtres.

« Il n’a pas conçu son suicide comme une renonciation mais comme un germe »
Cette perspective n’ôte rien, aux yeux des catholiques, au caractère blasphématoire de son geste, mais le replace dans la continuité d’une permanence historique sur la très longue durée, jusqu’à ce que la religion chrétienne, devenue « humanitaire », rompe le fil.
D’un point de vue païen cette fois, la question du suicide pose moins de problèmes.
On trouvera l’explication de Dominique Venner – explication que l’on peine à croire non annonciatrice de ce qui allait survenir –, dans le chapitre « La Mort en face » de son livre d’entretiens avec « Pauline Lecomte » paru en 2 011 chez « Via Romana », « Le Choc de l’histoire ».
Evoquant « Montherlant » (« Montherlant se rattachait lui-même à la double tradition catholique et ro­maine antique, une forme d’œcuménisme moins rare qu’on ne le pense »), évoquant « Mishima », « Caton » ou « Ajax », Dominique Venner, se plaçant dans la lignée des philosophes stoïciens, livre les clefs de son acte.
On retiendra cette phrase :
« Il faut souvent du courage pour se maintenir en vie, mais il en faut également pour se détacher et rompre avec la tentation de prolonger l’existence en dépit de sa dé­gra­dation et d’événements fatidi­ques. »
Et surtout cette autre, à propos de la mort volontaire de l’écrivain « Arthur Moeller van der Bruck », théoricien emblématique de la Révolution con­servatrice allemande :
« Le jeune « Thierry Maulnier » […] lui rendit hommage : “Il n’a pas conçu son suicide com­me une renonciation mais comme un germe, il a voulu qu’il fût une provocation à l’espérance et à l’émeute.“ »
Do­minique Venner ajoute : « C’était une pensée généreuse. »
Aussi étrange que cela puisse pa­raître, Dominique Venner, en ce 21 mai 2013 à Notre-Dame, a ac­compli un acte de transmission.
Il a fait un don.
Pas le don de sa personne, non, celui de ses connaissan­ces.
De son savoir.
De sa mé­moire.
Le don du flambeau.
Pour que la mémoire des origines re­vienne irriguer « nos âmes et nos con­duites ».
Un acte d’espérance, en fait, de folle espérance raisonnée, com­me l’était Venner, sous forme de don à ceux qui restent.
« La mort n’est pas seulement le drame que l’on dit, écrivait-il dans l’avant-dernier numéro de la « Nouvelle Revue d’Histoire », sinon pour ceux qui pleurent sincèrement le disparu.
Elle met fin aux maladies cruelles et interrompt le délabrement de la vieillesse, donnant leur place aux nouvelles générations. »

Antoine Vouillazère

Source : « minute-hebdo.fr » du 28/05/2013

">http://www.dailymotion.com/video/

Source : « resistancerepublicaine.eu » du 06/06/2013

Dominique Venner

 

Dominique Venner dans DIVERS hommage_public_venner-300x221

Les Yeux Au Ciel !

les   phénomènes   qui   vous   attendent   dans   le   ciel   cette   semaine.

L’été et ses voûtes célestes étoilées approchent…
Le temps n’est pas vraiment clément en ce moment pour les astronomes.
Pourtant plusieurs phénomènes particulièrement intéressants, observables à l’œil nu ou au télescope, se déroulent dans nos cieux ces jours-ci, à l’approche de l’été, a rapporté « National Geographic ».
Le début de la semaine a vu Jupiter se rapprocher successivement de Mercure et de Vénus.
Pause ce mercredi, mais les phénomènes reprennent dès jeudi avec la mise en valeur de l’astéroïde Cérès, le plus gros jamais référencé (930 km de diamètre), qui se promènera, tout comme Mercure, dans la constellation des gémeaux ces prochains jours.
«Il n’a rien d’extraordinaire, mais il est facilement observable», explique à « 20 Minutes » « Patrick Rocher », astronome à « l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides » (IMCCE).

Alignement de planètes vendredi
Cependant, «il ne sera pas visible à l’œil nu», prévient l’expert, car Cérès est de magnitude 7, ce qui demande d’excellentes conditions d’observation.
A titre d’exemple, une étoile de magnitude 6 est observable lors d’une nuit noire et claire (ciel d’été) tandis qu’une magnitude 2 correspond à un objet céleste visible depuis le ciel d’une grande ville comme Paris.
Il faudra ainsi se munir de bonnes jumelles ou d’un télescope pour pouvoir apercevoir correctement l’astéroïde se déplacer.
Vendredi, c’est un phénomène un peu plus particulier, bien que courant, qui va être observable: un alignement de planètes.
Ce sont à nouveau Jupiter, Vénus et Mercure qui seront en scène, «dans un même coin du ciel», précise Patrick Rocher.
Déjà regroupées actuellement dans un cercle, elles donneront, avec la perspective terrestre, l’impression d’être alignées vendredi soir.
«Elles seront les unes à côté des autres et non pas les unes derrières les autres», indique l’astronome.

Le triangle de l’été pour ce week-end.
Pour pouvoir assister à cet événement avec ces trois planètes -qui n’a plus été vu depuis deux ans-, il faudra y mettre les formes. Déjà, «il faut qu’il fasse beau», prévient « Patrick Rocher » qui conseille de se placer «sur un endroit surélevé, avec un horizon dégagé». Après le coucher du soleil, place au spectacle avec la «très brillante» Vénus –que l’on appelle à tort «étoile» du Berger-, la «brillante» Jupiter et la moins lumineuse Mercure qui pourra être aperçue dans la lueur du soleil couchant.
Enfin, dès ce week-end, le fameux «triangle d’été» -particulièrement visible de juin à août- fera son apparition.
Dans ce triangle, les trois étoiles les plus brillantes du ciel: Véga, Altaïr et Deneb, issues respectivement des constellations de la Lyre, de l’Aigle et du Cygne.
Mais « Patrick Rocher » n’oublie pas de rappeler:
«Des phénomènes célestes, il y en a tous les jours.»
Ils sont tous recensés sur le site de l’IMMCCE.

Corentin Chauvel

Surce : « 20minutes.fr » du 29/05/2013

Rôle De La Police ?

La  police  aurait-elle  poussé  aux  incidents  hier  esplanade  des  Invalides  ?

A l’entrée de l’esplanade des Invalides, ce 26 mai vers 18h00.
On pouvait remarquer quelques groupes d’hommes qui rôdaient sur les terrasses surplombant les pelouses, âgés d’environ quarante ans, mines patibulaires, nuques rasés, vêtus de blousons sombres, de vestes de cuir ou de treillis.
Extrémistes de droite en attente d’un mauvais coup ?
Non, les observateurs avisés, intrigués par leur comportement louche, remarquent que certains portent de discrètes oreillettes, des matraques télescopiques dépassent des poches.
Ces hommes aux allures de nervis sont des policiers en civil…
Plus tard dans la soirée, alors que l’ordre de dispersion officielle a été donné, il reste encore quelques milliers de personnes sur l’esplanade, veilleurs, familles pique-niquant sur place, et surtout beaucoup de jeunes dans une ambiance bon enfant.
Face à la rue de l’Université, un fort groupe chante et chahute les CRS avec bonne humeur et insolence.
Il n’est pas question encore à cette heure-ci d’affrontements.

Soudain, surgissant de la foule, les policiers en civil repérés plus haut et qui se sont fondus dans l’assistance se jettent violemment sur quelques manifestants pour les interpeller.
La foule surprise tente de s’interposer mais les policiers en civil, et qui ne portent aucun brassard Police, forcent le passage distribuant force coups de matraques pour dégager le passage.
Emmenant leurs prisonniers, ils se retirent derrière les CRS sous les huées de la foule.
Ces interpellations musclées et sans raisons valables suffisent à déchaîner la colère de la foule, la confrontation, jusqu’alors bon enfant, prend alors une toute autre tournure et dégénère gravement :
Charges de C.R.S. et de gendarmes mobiles, salves de grenades lacrymogènes ripostent aux jets de bouteilles et de fusées d’artifice .
Manuel Valls peut être satisfait, il pourra fustiger le soir sur les ondes même de « violents débordements d’extrême droite ».

De là à imaginer que ces brutales interventions de policiers en civil s’apparentent à des provocations destinées à faire dégénérer la manifestation, il n’y a qu’un pas.
Déjà à Versailles le 16 avril des policiers, ne portant pas de brassard « Police » mais exhibant des drapeaux de La Manif Pour Tous, avaient cherché à créer de toute pièce des affrontements et des violences.
Quatre plaintes contre des policiers avaient été déposées pour insultes, menaces et incitations au trouble à l’ordre public.
De son côté, Christine Boutin, dès le 25 mai alertait sur Twitter de possibles provocations policières afin de provoquer des échauffourées et déconsidérer le mouvement.

De telles méthodes, si elles sont avérées, sont dignes d’un Etat policier.
Si l’on prend en compte également les centaines d’arrestations sans motif légitime, les gardes à vue abusives, la minoration systématique de l’ampleur des manifestations, parfois à l’aide d’images truquées, et les intimidations lancées par le ministre de l’Intérieur lui-même à l’encontre des familles qui voulaient manifester avec leurs enfants ce 26 mai, c’est un étrange visage qu’offre la Hollandie socialiste, voulant établir de « nouveaux droits » pour établir « le Meilleur des mondes » mais contre la volonté du peuple. Les jeunes manifestants qui affrontaient durement les forces de l’ordre sur les Invalides le 26 mai au soir criaient « Dictature socialiste », les faits semblent leur donner raison.

Pendant ce temps-là ceux qui avaient été embarqués samedi et ceux qui avaient investi le siège du PS ne pouvaient pas se trouver sur l’esplanade des Invalides, logique non ?

Les militants identitaires qui ont occupé temporairement le toit de Solférino commencent à être libérés

Une audience est prévue le 21 juillet prochain, un contrôle judiciaire avec pointage mensuel est mis en place avec interdiction de se voir entre militants qui ont participé à l’action.
Bon moral pour tous les militants.

Source : « fr.novopress.info » du 28/05/2013

Des centaines de fonctionnaires sont mobilisés à l’encontre de Français PACIFIQUES alors que courent des délinquants terroristes comme celui qui s’en est pris au militaire de « Vigie Pirate » !
Notre Gouvernement défend-il le peuple Français oui ou non ?
Il ne c’était rien passé pendant les défilés, il fallait justifier ce déploiement de forces publiques et créer les incidents puisqu’ils n’avaient pas eu lieu !
Nous ne sommes plus en sécurité !

Tous Des Escargots !

Tous Des Escargots ! dans TROQUET escargot-e1379111572200

Ni   race,   ni   sexe…tous   pareils   !

Ainsi il n’y a plus de races, puisqu’on vient de voter la suppression du mot dans tous les textes officiels, en attendant la Constitution.

C’est une excellente décision :
Plus de race donc plus de racisme.
On va pouvoir cesser de subventionner et voir disparaître devant l’évidence, la LICRA, le MRAP, SOS Racisme sans parler du CRAN ! on va cesser de poursuivre les Français pour des prétendus délits d’incitation à la haine raciale, injures, etc.

On a enfin découvert l’évidence :
Les hommes sont tous pareils et les petites différences d’aspect sont dues uniquement à des conditions de vie et de climat différentes.
Si les Africains ont le teint un peu plus foncé, c’est à cause du soleil, ils ont bronzé ; s’ils sont crépus, c’est que le soleil agit comme un fer à friser.
Si les Asiatiques sont un peu jaunes, c’est parce qu’ils mangent du riz, le riz agit probablement comme le maïs avec lequel on donne au poulet une chair bien jaune.
Mais une fois installés chez nous, ils vont se fondre dans la masse, pâlir, avoir des yeux bleus, voire des cheveux blonds.
La « négresse blonde » ne sera plus un fantasme de Georges Fourest, pas plus que le « géranium ovipare ».
J’espère que, devant de telles évidences, on va cesser de privilégier les « minorités visibles » et nous rendre par la télé le miroir de la majorité des Français, débarrassés de l’exotisme actuel.
J’espère aussi que les joueurs de football français ne paraîtront plus tout droit débarqués de Bamako.
J’espère qu’on n’entendra plus « sale blanc », son contraire « sale nègre » ayant depuis longtemps été abandonné grâce à l’action efficace des associations bien-pensantes.

Il en est de même du sexe qui, malgré quelques différences physiques mineures, doit être laissé « ad libitum » suivant le goût de chacun et ne pas être imposé à l’aide de « stéréotypes », les filles en rose, les garçons en bleu, tous devant maintenant pisser assis. Je m’interroge d’ailleurs, devant le scrutin binominal paritaire aux élections cantonales, qui vient d’être validé par le Conseil constitutionnel, de savoir comment les gays des deux « genres », les bi, les trans, vont arriver à s’appairer pour se faire élire.

Une dernière question :
A quel point d’asservissement sommes-nous réduits que nos élus votent de telles lois sans rechigner, alors que les Français, dans ces domaines, ne demandent rien et préféreraient le maintien du « statu quo ante ».

François Jourdier

Source : « bdvoltaire.fr » du 27/05/2013

Intrusion Délictueuse

Il  faut  un  référendum  pour  mettre  fin  au  scandale  actuel   !

L’ information pourrait prêter à sourire :
Les « grands du luxe parisien » s’inquiètent de l’insécurité à Paris et de l’effet désastreux pour le tourisme porté à l’image de la capitale par aussi bien les vandales des banlieues quand ils « descendent » de leurs antres pour tout casser et voler que par les troupes d’immigrés illégaux venus de l’Est européen pour imposer leur malfaisance à travers la mendicité organisée et les différentes formes de vol sur la voie publique…
Il n’y a pas si longtemps, le « Louvre » avait été fermé pour protester contre l’intrusion de bandes de roms et autres voleurs naturels tout heureux de traquer le visiteur cultivé…
C’est vrai que quand ces voyous organisés ne font que s’attaquer aux paisibles citoyens de notre pays, aux promeneurs « du dimanche », aux humbles en balade ou aux gamins des collèges, cela n’offusque guère les « tenants du luxe » comme ceux qui sont censés faire respecter l’ordre public..
Pour l’espèce de « mignon du Roi » qui règne sur l’hôtel de ville parisien ou pour le matamore gonflable qui occupe » Beauvau » (ou encore pour l’immigrée africaine via la Guyane qui stationne place Vendôme), le « péquenot de base » n’est là que pour payer, approuver l’oracle élyséen, fermer sa bouche au nom du « bien pensant imposé », tout accepter de l’Europe qui se construit et de la Mondialisation qui dirige …y compris l’intrusion délictueuse de populations étrangères inutiles.
Mais l’amusant ici réside dans la plainte des représentants du commerce du luxe, ce commerce dont les entreprises et les réseaux hôteliers émargent largement à l’assise libérale et libertaire qui impose l’immigration tous azimuts au nom des « droits de l’homme » et de la libre circulation des individus…et de la main d’oeuvre… En ces domaines, les Bergé, Vuitton, Arnaud, Pinault, Lacoste… et les réseaux financiers qui les structurent sont des experts !

Autrement dit, pour ces gens là qui sont aux commandes de la Mondialisation et de l’Europe, il s’agit de dire au gouvernement qu’ils pilotent :
Faites venir les immigrés légaux ou non pour notre main d’oeuvre malléable et sous payée, pour imposer le communautarisme qui tuera l’espace laïque de la République, pour « changer le peuple » afin de mieux effacer la Nation… mais protégez-nous des dangers que cela apporte et des effets pervers que cela crée pour nos affaires lucratives…
Que le » Peuple de France », lui, subisse de plein fouet les conséquences néfastes, particulièrement dans le domaine de sa sécurité quotidienne, de ces choix économiques, politiques et idéologiques, les concerne peu!

Tiens, pour une fois, proposons à ces « groupes économiques du luxe » une solution qui devrait les satisfaire tout en plaisant au » Peuple de France ».
D’autant plus qu’elle s’attaque aux causes des phénomènes dénoncés par tous plutôt qu’à leurs conséquences :
Fermeture des frontières par dénonciation de Schengen, moratoire sur l’immigration, expulsion des immigrés illégaux, enfermement des délinquants « cueillis » après la mise en oeuvre des moyens de police et de justice nécessaires, mise ne place des textes administratifs législatifs, judiciaires adéquats, mise en cause de l’Europe «politique et économique» actuelle par un retour au protectionnisme patriotique…

Le tout appuyé sur un référendum, seul moyen de faire s’exprimer qui a l’autorité en « démocratie élective » :  le Peuple !

Et, bien entendu, virer les politiciens au pouvoir et leurs doubles tapis autour des Fillon, Copé, Juppé, NKM et autres clones…

Chiche?…

Empédoclatès

Source : « ripostelaîque.com »

Paris A La Barbare !

Les terroristes aident notre président, à son insu, dans sa suppression des postes dans l’armée !

Un militaire en tenue, en mission Vigipirate, a été poignardé samedi vers 18h dans le quartier de La Défense.
Il a été attaqué par derrière et touché à la gorge.
Hospitalisé à l’hôpital à Clamart ses jours ne paraissent pas en danger.
L’agresseur a pu prendre la fuite et Le Parisien rapporte :
“La police le décrit comme un homme de type nord-africain, âgé d’environ 30 ans.
Il est porteur d’une barbe, d’un blouson noir et d’une djellaba de couleur claire, selon nos informations.”
Cette agression d’un militaire français survient trois jours après le meurtre à l’arme blanche dans la rue, là aussi, d’un soldat britannique à Londres par deux africains aux cris d’ « Allah akbar ».
Ceci évoque une analogie.
François Hollande depuis l’Ethiopie où il est en déplacement a déclaré “nous devons regarder toutes les hypothèses et nous n’en négligeons aucune”.

A notre connaissance Manuel Valls n’a pas (encore) attribué l’agression à un manifestant du Printemps Français ou de l”“extrême droite” dont il a dit craindre des actions “violentes” dès samedi, à l’occasion des manifestations contre le mariage homosexuel, Printemps Français dont il envisage d’ailleurs l’interdiction pure et simple !
Frigide Barjot, elle non plus, à notre connaissance, n’a pas (encore) accusé de cet acte le Printemps Français ou l”“extrême droite” !
Comme le rappelle Le Salon Beige :
Il a fallu que ce militaire de Vigipirate se fasse aussi poignarder à la gorge samedi près de Paris pour que cette info qui date du 7 mai quitte enfin le cadre du journal local qui l’a relatée :
“Un individu a fait irruption ce matin dans la brigade de gendarmerie de Roussillon [Isère] vers 11 heures 50.
Selon un témoin présent sur les lieux du drame, il est entré dans la brigade de gendarmerie en criant “Allah est grand” avant de s’en prendre à un gendarme à l’accueil, le blessant avec un couteau au niveau du cou”.

Source : « fr.novopress.info » du 26/05/2013

Effectivement, quand cela se passe « en province » on le tait plus facilement.
Cela se passait à la Brigade de gendarmerie de Roussillon, mais , là, les forces de l’ordre n’ont pas laissé fuir le coupale et l’ont écroué.
Pourtant ce n’est qu’un petit bourg !

La France Aux Français

La France Aux Français dans Politique demission2-300x225

 

« Génération identitaire » occupe un temps le toit du siège du PS en demandant la démission de Hollande !

Cet après-midi en marge de la grande manifestation contre le mariage homosexuel, une quinzaine de membres de Génération identitaire ont occupé temporairement le toit du siège du Parti Socialiste, rue de Solférino à Paris, en déployant une banderole demandant la démission de François Hollande.
Ils sont montés sur ce toit à l’aide d’une échelle.

Génération identitaire comporte décidément des escaladeurs puisque le mouvement s’était fait connaitre par la demande d’un référendum sur l’immigration et sur la construction de mosquées depuis le toit du chantier de la future mosquée cathédrale de Poitiers le 20 octobre dernier, action qui avait eu un retentissement énorme dans les médias français et même étrangers.
Ci-dessus, une copie d’écran de tweet de « Génération identitaire » relatant l’opération.

P.S.
Harlem Désir, premier secrétaire du PS dans un communiqué a “condamné fermement l’attaque du siège du Parti socialiste par un groupe d’extrême droite identitaire “.
Une “attaque”, rien de moins.
Le Parti socialiste a immédiatement demandé l’expulsion des manifestants par la police , ils ont été arrêtés.

Source : « fr.novopress.info » du 26/05/2013

Français En Révolte !

Français En Révolte ! dans SECURITE manif-300x200

Le panier à salade emmène les interpellés.

Samedi, 50 personnes interpellées sur les Champs-Elysées, davantage que pour les émeutes du Trocadéro !

Samedi soir à l’appel du mouvement « Français en révolte » quelques dizaines d’opposants au mariage homosexuel se sont rassemblés pacifiquement sur les Champs-Élysées à Paris.
Des policiers et gendarmes sont intervenus rapidement et une cinquantaine de manifestants ont été interpellés, nettement plus que pour les récentes émeutes ethniques du Trocadéro avec leur lot de voitures brulées, de magasins pillés avec leurs vitrines brisées, de blessés, etc., le 13 mai à Paris également.

Un témoin a crié « un militaire français vient de se faire agresser tout le monde s’en fout, on agite un drapeau français on se fait embarquer »

Cet événement est intervenu à la veille de la grande manifestation nationale contre le mariage homo à Paris qui s’est déroulé cet après-midi.

Source : « fr.novopress.info » du 26/05/2013

Sommes-nous en sécurité contre les crapules des zones de non-droit ?

Si Vis Pacem Para…

Européens,   la   fête   est   finie,   nous   sommes   en   guerre   !

De Stockholm à Londres en passant par Paris ou Athènes.
Le temps est désormais venu d’ouvrir les yeux et de mettre des mots sur ce qui se passe aujourd’hui en Europe :
Nous sommes en guerre.
Cette guerre a été déclarée non par nous, peuples d’Europe, mais par nos gouvernants, politiciens et grandes multinationales, qui ont sciemment contribué, depuis des dizaines d’années, à pourrir le fruit Europe.

Ils ont décidé sans nous consulter de mettre en place une immigration massive, destructrice de nos identités et de nos acquis économiques et sociaux.

Ils ont accepté sans broncher l’influence grandissante de la religion musulmane sous toutes ses formes, partout en Europe.
Ils ont accepté de tout leur donner pour ne pas provoquer leur colère.
Ils ont décidé que nous devions devenir des esclaves sur nos propres terres.

Ils ont accepté de vendre nos pays, nos institutions, aux marchands nomades qui sillonnent le monde, se sentant partout chez eux.

Ils ont décidé, afin de nous ôter définitivement toute racine, toute humanité, de mettre en place une politique de destruction des racines et de la famille, afin de faire de nous demain des simples robots.

Mais le produit de leurs folles décisions est en train aujourd’hui de leur échapper totalement, ils n’ont plus le contrôle.

Ils n’ont pas pu empêcher l’assassinat en plein jour et en pleine rue, à Londres, d’un militaire par deux islamistes fanatiques, alors qu’ils prétendent combattre l’islamisme partout dans le monde…sauf chez nous !

Ils nient le caractère ethnique des émeutes de Stockholm aujourd’hui, hier de Paris et de Londres, aidés en cela par des médias aux ordres.
Mais à l’heure d’Internet, tout le monde peut voir que les émeutiers, ceux qui saccagent, pillent, violent et tuent ne sont pas majoritairement européens de souche.

Ils vendent quotidiennement notre patrimoine aux puissances pétrolières arabes, rendant des populations entières dépendantes de nos ennemis.

Ils n’ont pas voulu mettre en place des barrières douanières qui protégeraient l’ensemble des européens de la guerre économique que nous mènent des pays comme les U.S.A. et la Chine.

Ils cherchent par la force s’il le faut à contenir tout mouvement de révolte populaire en Europe (des gazages des manifestations pour la défense de la famille en France, à la répression féroce contre les manifestation anti-austérité en Grèce).

Eux qui sont si prompts à donner des leçons à d’autres civilisations, d’autres pays, et même à y financer la guerre civile quand il le faut.

Ils n’ont plus le contrôle, et aujourd’hui, en voulant cadenasser par la force, l’amalgame et le dénigrement la révolte de leurs propres peuples, la haine qui monte et la colère qui gronde chaque jour un peu plus, ils abattent leurs dernières cartes, avant de s’effondrer.

Dominique Venner, éveilleur de peuple, historien et journaliste au service des peuples européens depuis toujours, avait bien compris cela, depuis longtemps déjà.

Son dernier geste héroïque à Notre Dame de Paris, un mardi, jour du dieu de la guerre Mars, a sonné les cloches annonçant la fin de la récréation.

La fête est terminée. Européens, si vous voulez la paix demain, alors préparez vous à la guerre.

Yann Vallerie

Source : « ripostelaïque.com » du n° 304

La France Rebelle !

La France Rebelle ! dans Famille france-rebelle-300x168

Les Français Patriotes continuent et continueront de gronder !

Bien que la loi Taubira ait été promulguée, les opposants au mariage pour tous ne déposent pas les armes.
Et maintenant, l’appel du 18 mai.
Un appel à la résistance.
A la poursuite de leur combat.
Les opposants au mariage homosexuel n’auront pas tardé à répondre à la promulgation expresse de la loi par François Hollande. Quelques heures à peine.
Ludovine de La Rochère, la présidente du collectif de la Manif pour tous, y voit «un abus de pouvoir d’un exécutif aux mains d’un lobby ultraminoritaire» et assure que, le 26 mai, «plus d’un million de personnes descendra dans la rue pour dire non à la loi Taubira».
Deux jours plus tôt, les étudiants qui s’étaient donné rendez-vous place de la Sorbonne brandissaient une affiche sur laquelle se déployait l’article 35 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen datée de 1793.
«Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.»
Les dizaines de CRS qui leur faisaient face ne pouvaient mieux souligner le sens que ces jeunes voulaient donner à leur action symbolique.
«Un Mai 1968 à l’envers», pour reprendre l’expression qui revient le plus souvent sur leurs lèvres.

Pas de casseurs, mais des Veilleurs !

Même lieu, même scénographie.
Ils ont repris les codes des pubards qui ont tous connu, sinon participé aux événements de Mai 1968.
Mais les slogans ont changé.
Le visage des nouveaux rebelles aussi.
Les jeunes filles sont en ballerines.
Les garçons propres sur eux.
La plupart semblent presque échappés d’une veillée de prière.
Ils défendent la famille.
Une certaine idée des valeurs et de la société.
On est bien loin «du jouir sans entraves» de leurs parents.
Pour l’essayiste catholique « Philippe Oswald », «c’est un mouvement profond qui récuse totalement la dérive libérale-libertaire issue de Mai 1968, dont trop de responsables politiques et de meneurs d’opinion, notamment de journalistes, sont les héritiers et les propagandistes».
C’est sans doute la raison pour laquelle le pouvoir n’est, pour l’instant, pas parvenu à arrêter cette lame de fond – pas plus que l’opposition n’a réussi à la canaliser ou à l’orienter à son profit.

La gauche était pourtant persuadée que la mobilisation des antis allait retomber avec le vote solennel de la loi par les députés.
Échec.
À défaut, le gouvernement pensait que la décision du Conseil constitutionnel mettrait fin au débat et permettrait de clore la séquence. Il n’en est rien.

Une mobilisation continue aux allures de guérilla.

Né à Paris, le mouvement des Veilleurs s’est étendu à toute la France.
Pas un jour sans que des opposants au mariage homosexuel n’organisent une action, un « sit-in », un « happening ».
Une manif improvisée.
Réveil ou accueil chahuté de ministres à chacun de leurs déplacements.
Une véritable guérilla.
Une «résistance citoyenne», disent-ils encore.
« Manuel Valls » et « Christiane Taubira » en ont encore fait les frais à Lyon.
En pleine promotion des zones de sécurité, il a fallu toute l’énergie des forces de l’ordre pour repousser dans une petite rue adjacente à la préfecture les opposants au mariage homosexuel qui tentaient de se faire entendre des ministres.
C’est comme ça tous les jours.
Les opposants au mariage homosexuel étaient sur le parvis des Droits-de-l’Homme, au surlendemain des émeutes du Trocadéro.
Là, pas de casseurs, mais des Veilleurs.
Effet de contraste garanti.
Un sens du « timing » étonnant.
L’avant-veille, soir de la mise à sac du Trocadéro par les casseurs du PSG, ce petit groupe d’opposants pacifiques était en bas des Champs-Elysées, derrière le Théâtre du Rond-Point, méditant à la lumière des bougies la dernière lettre de MarieAntoinette tandis qu’une cinquantaine de CRS les menaçaient «d’un an de prison» s’ils n’obtempéraient pas.
Dernière sommation…
À 22h55, aux premiers pétards, les forces de l’ordre levaient le camp au pas de course pour tenter de sécuriser (trop tardivement) la plus belle avenue du monde.
Les Veilleurs, eux, poursuivaient leur combat pour «alphabétiser à la politique une génération qui s’est laissé lobotomiser par la télé-réalité», selon l’expression d’un participant.

La Manif pour tous dispose d’une véritable armée mobilisable.

Ils ne sont pas seuls.
Il faut compter aussi sur les Hommen (en réponse au mouvement féministe des Femen), les Salopards (parce qu’ils portent des salopettes roses).
Ils se revendiquent du « Printemps Français », des « LGBTise pour tous ».
Ce sont les enfants de la Manif pour tous, les surgeons débordants d’une France qui n’entend pas baisser les bras et qui a appris à contourner les blocages médiatiques.
Chez ces nouveaux rebelles, l’info circule sous le manteau.
Quelques tracts, à peine.
Des affichettes placardées sur les murs, guère plus.
Des SMS et des messages relayés sur les réseaux sociaux suffisent à rassembler des troupes.
Internet a tout changé et permis une mobilisation qui n’aurait pu être il y a quelques années sur le même sujet.
Un simple blog comme le « Salon beige », relais non officiel de toutes les informations des opposants, enregistre plus de 3 millions de connexions par mois depuis la première manifestation nationale du 13 janvier.
A faire pâlir d’envie les sites de nombreux médias qui n’ont pas la même audience.
La Manif pour tous dispose d’une véritable armée mobilisable à l’envi.
Il suffit d’appuyer sur le bouton.
Comme le reconnaît « Arnaud Bouthéon », un membre de la « Barjot Team », «les gentils opposants se sont transformés en militants.
Ils dorment avec leur drapeau de la Manif pour tous».
Toujours prêts à se mobiliser, ils ont pris goût à la dissidence.
«Jusqu’à présent, ils vivaient leurs aspirations néoconservatrices comme une maladie honteuse, avant de s’apercevoir, en descendant par centaines de milliers dans la rue, qu’ils formaient une minorité puissante», explique « Marc Baudriller », auteur des Réseaux cathos. Aujourd’hui, ils sont décomplexés.

La Manif pour tous veut peser sur la primaire parisienne.

Il y avait bien longtemps que la France n’avait pas connu pareille ébullition ni tant de mouvements de contestation.
Mouvements qui sont aussi, au-delà des raisons de fond, une conséquence du sentiment de fausse fermeté qui émane du pouvoir, mais aussi de l’hésitation qu’affiche l’opposition sur la question.
Quarante-cinq ans après les événements de Mai 1968, les opposants au mariage homosexuel entendent souligner qu’ils tiennent désormais le haut du pavé.
«Le succès, c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme», dit Pierre, un étudiant en droit, en citant « Winston Churchill ».
« Camille Renard », 24 ans, élève en philosophie à l’ENS-Lyon, va plus loin, qui se persuade que «cette défaite politique précède une victoire culturelle bien réelle».

Ils ont appris à contourner les blocages médiatiques.

Certains, à droite, voudraient tourner au plus vite la page du « mariage gay », maintenant que la loi est promulguée.
La vérité, c’est que la plupart des dirigeants de l’UMP n’ont rien vu venir de ce mouvement et n’en comprennent toujours pas les soubassements.
Ils voudraient pouvoir récupérer le souffle de la Manif pour tous, mais ne peuvent que constater qu’ils sont à la remorque de ces néorebelles.
Pour preuve, la tentative avortée de « Jean-François Copé », le patron de l’UMP, de transformer la grande manifestation du 26 mai en un référendum contre Hollande.
Il a été immédiatement corrigé par les organisateurs de la Manif pour tous qui entendent rester sur l’unique terrain de la défense du mariage traditionnel et du droit de la filiation qui l’accompagne.
Eux connaissent les aspirations de leur base et savent combien ces opposants se méfient des états-majors politiques qu’ils suspectent en permanence de vouloir enterrer le débat.

Les temps sont à la jacquerie.
Pour preuve, la manière dont les militants de la Manif pour tous, après avoir investi la rue pendant des mois, essaient depuis quelques semaines de peser sur la primaire de la droite parisienne.

L’idée a germé au soir d’une énième manifestation sur la pelouse des Invalides.
Avant de se disperser, plusieurs jeunes ont fait passer le mot d’ordre de s’inscrire pour voter.
Nom de code de l’opération: «Paris sans Nathalie.»
L’objectif: privilégier « Jean-François Legaret » ou « Franck Margain », les deux seuls candidats qui se sont opposés au mariage homosexuel.
Et faire perdre « Nathalie Kosciusko-Morizet », qui s’est abstenue de voter le projet de loi.
«Se payer NKM, ça coûte trois euros.»
Ils jubilent.
Et qu’on ne leur dise pas qu’en faisant battre NKM, ils privent l’UMP de tout espoir de pouvoir l’emporter face à « Anne Hidalgo » en 2014. En 2001, lorsque « Delanoë » a été investi par le PS, tout le monde criait à «l’erreur de casting».
Alors « Legaret » ou un autre…
S’ils se montrent peu enthousiastes à l’idée que « Frigide Barjot » se transforme en « Beppe Grillo » de la politique, ces néorebelles rêvent volontiers d’imposer un virage à la droite, d’obliger l’UMP à s’engager à revenir sur la loi instituant le mariage pour tous alors que celle-ci hésite, voire se déchire déjà sur le sujet.
Leur seul mot d’ordre: «On ne lâche rien!»

Pendant ce temps, à Notre-Dame-des-Landes, les « insurgés » tiennent tête à Jean-Marc Ayrault.

C’est le même slogan que l’on retrouve dans le camp retranché de Notre-Dame-des-Landes.
Ici, pas de cathos, pas davantage de militants UMP.
Mais des éléments de l’ultragauche pour qui Jean-Luc Mélenchon est un joyeux Bisounours.
D’ailleurs, le leader du Front de gauche n’est pas le bienvenu derrière les barricades dressées par ces anars pour s’opposer au nouvel aéroport nantais.
Comme l’immense majorité des politiques, » Mélenchon » n’est toléré sur la ZAD (zone à défendre, ndlr) que pour de rapides apparitions de soutien, le temps d’un tour de rodéo médiatique.
Guère plus.
Idem pour « Jean-Vincent Placé », le sénateur écologiste.
Les insurgés de Notre-Dame-des-Landes se méfient des tentatives de récupération de leur mouvement et se tiennent à distance des politiques.

À gauche comme à droite, les caves se rebiffent.

Une certitude, en raison du combat de ces ultras, le nouvel aéroport que voulait Jean-Marc Ayrault a du plomb dans l’aile.
Les cabanes que ces squatters ont construites illégalement au nez et à la barbe de la police ont survécu à l’hiver et au printemps. Mieux, les CRS ont progressivement quitté les lieux sans pouvoir mettre à exécution les arrêtés d’expulsion.
Leur désobéissance civile est en passe de porter ses fruits.
D’ailleurs, ils ont commencé à cultiver les terres comme s’ils étaient désormais chez eux.
Il semblait pourtant écrit que rien ne pourrait s’opposer à la volonté de l’ancien maire de Nantes de voir s’installer dans sa région un nouvel aéroport.
Le PS et l’UMP étaient favorables au projet qui allait dynamiser l’économie locale.
C’était sans compter une fois encore sur une opposition dont les racines souterraines remontent très loin dans le temps et qui puise ses ferments dans l’écologie radicale, le refus du bétonnage, une critique aiguë du libéralisme.
La défiance toujours plus grande des Français à l’égard des politiques a fait le reste.
L’occasion était trop belle pour les opposants à Notre-Dame-des-Landes de transformer leur combat en un Vietnam pour le Premier ministre.
Le sursis qu’ils ont obtenu de la commission de conciliation a un parfum de victoire.
À gauche comme à droite, les caves se rebiffent au cri de «Résistance!»
Ces «nonistes» de tout bord se battent contre ce que le système leur présente comme des évidences.
Cette fracture n’est pas nouvelle.
Mais jamais elle n’aura trouvé autant d’expressions qu’en 2013.

Source : « lefigaro.fr » du 25/05/2013

Silence Des Médias !

Un couple d’homos “mariés” jugé pour viols avec tortures sur cinq enfants adoptés !

Dans l’Etat du Connecticut aux États-Unis, deux hommes « mariés » ensemble vont être jugés pour pédophilie, viols et tortures.
Pourtant la propagande locale avait loué en 2010 les mérites de ce duo « marié » qui avait pris le parti d’adopter neuf garçons.

Les deux homosexuels ont été arrêtés en décembre 2011 après une première mise en cause par deux enfants, mais l’accusation manquait de preuves tangibles et il n’y avait pas eu procès.

Début avril 2013, trois autres garçons dénoncent à leur tour des agressions sexuelles à répétition et des sévices physiques.
IIl va y avoir procès.

Une nouvelle soigneusement passée sous silence par les médias français et très peu reprise par les médias américains.
Des médias par ailleurs prompts à dénoncer la pédophilie au sein de l’Eglise catholique.

Y aurait-il des procès pour pédophilie et sévices sur enfants qui sont beaucoup moins ou pas du tout médiatiques, surtout dans certaines périodes, et pourquoi ?

Source : « fr.novopress.info » du 25/05/2013

Cela ne peut-il pas se produire en France ?
Bien sûr, cela sera dissimulé de la même manière !

Fêter Les Mamans ?

Fêter Les Mamans ? dans INSOLITE fete-des-meres-e1373382517591

Demain,  ce  sera  la  dernière  fête  des  mères  !

Pour la dernière fois, dimanche, vous allez célébrer la maternité, l’abnégation, l’exemple de celle qui vous a mis au monde.
Oui, bien sûr, dimanche, c’est la dernière fête des mères.
Comment peut-il en être autrement ?
Puisque, désormais, un enfant pourra avoir « un père et un père », et pas de mère !
Puisque désormais un enfant pourra avoir une mère et une mère, et cette question : du ventre de laquelle suis-je né ?
Et toutes les autres questions : j’ai deux pères, mais qui est ma mère ?
Pourquoi m’en a-t-on privé ?
J’ai deux mères, donc il faudra que je fasse deux dessins, deux bouquets de fleurs pour la fête des mères.
C’est plutôt sympa, je comblerai de bonheur deux personnes plutôt qu’une !
Mais dans trois semaines, dimanche 16 juin, pour la fête des pères, à qui offrirai-je un dessin et le coupe-papier que j’ai fabriqué à l’école ?
Et la mère porteuse indienne tenue en esclavage pendant neuf mois, elle n’a pas droit à un dessin, elle aussi ?

La fête des mères ne peut subsister.
Ce sera trop de souffrance pour certains enfants, c’est trop injuste, c’est inégal.
« Eux ont un père et une mère, pas moi ; c’est inégal, donc c’est injuste. »
Il faut donc raboter cette inégalité, niveler par le bas, comme toujours.
Certains ont un père et une mère ?
Tant pis pour eux !
Effaçons cette différence, écrasons cette richesse supplémentaire, il n’y aura plus que la fête des parents.

Vous n’êtes pas d’accord pour supprimer la fête des mères ?
Mais puisqu’on vous dit que ce n’est pas juste parce ce n’est pas égal !
Vous êtes ennemi de l’égalité ?
Alors vous êtes un fasciste !
Doublé, en l’espèce, d’un homophobe.
Et puis, celui qui institua la fête des mères, Pétain, était bien fasciste, non ?

Edouard Frémy

Source : « bdvoltaire.fr » du 25/05/2013

Bonne fête à toutes nos mamans Françaises !

Notre Langue Nationale

Et  si,  avant  l’anglais,  on  apprenait  le  français…on  en  parle  et  puis  on  oublie  !

L’Assemblée a adopté le fameux article 2 du projet de loi sur l’enseignement supérieur et la recherche introduisant l’élargissement de l’enseignement en langues étrangères, notamment en anglais, dans les universités françaises.
Pas sans mal, les violentes polémiques qui s’étaient jusqu’ici exprimées dans les médias s’étant poursuivies jusque dans l’hémicycle.
En gros, les partisans de la réforme se posent en parangons de la modernité, n’hésitant pas à accuser les autres de conservatisme, voire de racisme.
L’argument massue du gouvernement étant que cette mesure favorisera l’afflux d’étudiants étrangers, ceux qui osent en douter sont renvoyés dans les poubelles du Front national.

Le député PS « Thierry Mandon » (Essonne) a ainsi reproché à l’UMP « Daniel Fasquelle » (Pas-de-Calais) sa « phobie des étrangers ».
Ce que disait M. Fasquelle, d’accord en cela avec nombre d’universitaires, c’est qu’il serait plus urgent d’« engager un grand débat sur les raisons pour lesquelles les universités françaises baissent en attractivité ».
Car, dit-il, « ce n’est pas en basculant l’université dans l’anglais qu’on la rendra attractive.
C’est en défendant le multiculturalisme et le plurilinguisme ! »

Et ces maux de l’université française relativement à notre belle langue, on les connaît :

1) Le niveau de français des étudiants entrant à l’université est, dans une proportion importante, très mauvais, voire désastreux.
On ne compte plus les professeurs qui sont contraints, en début d’année, de reprendre les enseignements de base et donner à leurs étudiants des listes de vocabulaire, leur langage étant si pauvre qu’ils ne peuvent espérer comprendre ce qu’on doit leur enseigner. Une société qui comptabilise 20 % d’élèves illettrés et 75 à 80 % de bacheliers envoie évidemment dans le supérieur des jeunes qui n’ont pas la capacité de suivre des études.
Les effets sont ravageurs dans le monde du travail.
On apprend d’ailleurs, au lendemain du vote, que les entreprises sont de plus en plus souvent contraintes d’avoir recours à des « coachs » pour tenter d’élever le niveau de français de leurs cadres.
Ainsi lit-on dans Le Parisien (24/05) que « les entreprises (sont) aux petits soins avec l’orthographe ».
En effet, « l’excès de fautes pèse sur les affaires » (qui ne se font pas toutes en anglais !), aussi « pour améliorer le niveau, une société fait plancher aujourd’hui ses salariés sur les règles de grammaire.
Une première. »
Et un moyen pour ses salariés, prouvant leurs capacités à rédiger dans un français correct, de se voir promus.

2) Le niveau d’anglais de ces étudiants est pire encore, tant il est évident que celui qui ne maîtrise pas sa propre langue ne peut pratiquer correctement une langue étrangère.

3) Enfin, comme le soulignait cette semaine le président de l’université Paris IV-Sorbonne, la faible attractivité de l’université française ne tient évidemment pas au français mais essentiellement au fait qu’il n’y a pas, chez nous, de « campus » comme on en trouve ailleurs dans le monde, et que les étudiant ont donc d’énormes difficultés à se loger.
Choses auxquelles l’enseignement en anglais ne changera évidemment rien.
Peut-être, avec cette mesure, attirera-t-on une poignée de ces étudiants indiens, brésiliens ou chinois vers lesquels on lorgne.
Il est certain, en revanche, que cela creusera encore davantage les inégalités entre les nationaux.
Mais peut-être est-ce le but recherché ?
Faire un tri par l’anglais.
Opérer par ce moyen détourné une sélection parmi les étudiants français, cette fameuse sélection à l’entrée que tout le monde refuse ?

« Est-il normal que l’anglais se soit développé depuis quinze ans dans les grandes écoles, en violation flagrante de la loi Toubon, sans que personne ne pense à s’en offusquer ?
Mais cela concerne l’élite, donc personne ne dit rien ! », s’est indignée « madame Fioraso ».
Alors, fabriquons une « élite » à l’université et le tour sera joué.

Marie Delarue

Source : « bdvoltaire.fr » du 25/05/2013

Pourquoi l’anglais…ou plutôt l’anglais commercial ou politique,fortement américanisé et sans la distinction de l’anglais enseigné par nos professeurs ?
Pourquoi la communauté européenne doit-elle adopter l’anglais (américanisé !) alors que les racines germaniques sont communes à de nombreuses langues qui en font partie ?
Cherchons donc qui tire les ficelles de ce mondialisme infernal qu’on veut nous imposer.
Je suis tellement mieux dans mon « petit chez moi » que dans un « grand chez les autres ».
La communauté européenne est à ma taille mais le mondialisme sous la coupe des U.S.A., non merci !

Dans Toute L’Europe

Il   faut   en   finir  avec  les   droits   des   crapules   !

Panique à bord chez les immigrationnistes :
Depuis plusieurs jours, de Paris à Londres, en passant par Stockholm, il devient de plus en plus difficile de dissimuler aux peuples d’Europe les méfaits de l’immigration de masse.
Le député PS « Yann Galut », faussaire en chef, aurait bien aimé nous faire croire que les meurtriers du soldat britannique étaient des militants d’extrême droite, tout comme ceux qui avaient, selon lui, dévasté le quartier du Trocadéro, mais l’ignoble vidéo où l’assassin se met en scène ne laisse guère planer le doute.
L’hystérique « Houria Bouteldja » se voyait déjà interprétant son numéro favori de « couscous-cosette » expliquant les violences des populations afro-musulmanes comme la continuation légitime et logique des luttes en faveur de la décolonisation.
Las !
Même dans les manuels d’histoire falsifiés par les inspecteurs généraux de l’Éducation nationale, on ne trouve aucune trace d’une quelconque tentative de colonisation de l’Afrique par les braves Suédois qui pourrait servir de prétexte aux émeutes urbaines qui transforment Stockholm en un vulgaire Clichy-sous-Bois depuis près d’une semaine.

Heureusement pour nous, « Le Monde », il est vrai, déçoit rarement :
Il nous explique dans son éditorial du jour que « la montée d’un parti d’extrême droite, les Démocrates suédois, a eu l’effet pervers de légitimer certains propos et attitudes racistes, ainsi que des méthodes policières brutales et discriminatoires » (sic).
L’ex-« quotidien de référence » parvient à être encore plus têtu (sans jeu de mot « homophobe », je tiens à rassurer le vigilant « Pierre Bergé »…) que les faits : l’extrême droite est la cause unique et exclusive de tous les maux.
Le simple fait que sa progression soit la conséquence, et non la cause, de ce chaos ne venant même pas à l’idée des folliculaires du « Monde ».

Et pourtant, on ne peut pas imaginer un terreau plus favorable que la Suède à l’idéologie immigrationniste :
La Suède, c’est le paradis post-historique de l’indifférenciation généralisée.
De la « tyrannie de la faiblesse », pour reprendre le titre de l’excellent essai de « François-Xavier Paoli », où le mâle autochtone subit une émasculation permanente, quand l’allogène bénéficie d’une mansuétude sans limite au nom d’un relativisme culturel poussé à l’extrême, que la logomachie orwellienne nomme « tolérance ».
Assimilation à la française, communautarisme à l’anglo-saxonne, xénophilie suédoise :

Toutes les tentatives destinées à intégrer les immigrés d’origine afro-musulmane ont échoué, c’est un fait.

Les peuples d’Europe sont tous favorables à un contrôle plus strict de l’immigration, c’est un fait.

Comme l’a proposé la ministre de l’Intérieur britannique, il faut dénoncer la Convention européenne des droits de l’Homme qui, du fait de la perfidie des juges de Strasbourg, a créé dans les pays signataires un ordre juridique établissant les droits des crapules et les devoirs des honnêtes gens.
Il faut réformer en profondeur le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile en mettant fin au regroupement familial et en systématisant l’expulsion des délinquants étrangers assortie d’une interdiction définitive de retour sur le territoire national.
Les tenants du juridisme nous disent que le Conseil constitutionnel s’y opposerait.
Soit.
Mais celui-ci ne se reconnaît pas compétent pour statuer sur la conformité d’une loi référendaire à la Constitution, au motif — principal — qu’une telle loi constitue l’expression directe de la souveraineté nationale (décision du 6 novembre 1962, confirmée par la décision du 23 septembre 1992).
Alors, à quand un tel référendum ?

À l’instar de la consultation de 2005 sur la Constitution européenne, celui-ci constituerait un affrontement décisif entre l’oligarchie et le peuple.
Le cynisme de la droite libérale et la bien-pensance de la gauche libertaire contre les 70 % de Français qui estiment qu’il y a trop d’étrangers en France :
Et une fois encore, les défenseurs de la démocratie balaieraient dans les urnes les gardiens de la démocrature.
Voilà la vraie raison pour laquelle ce référendum n’aura sans doute jamais lieu…

Etienne Lahyre

Source : « bdvoltaire.fr » du 25/05/2013

 

Un Samouraï D’Occident

Dominique Venner dans un entretien d’Alain de Benoist recueilli par Nicolas Gauthier

Un homme qui a choisi de mourir debout !

NIcolas Gauthier :
Vous connaissiez Dominique Venner depuis 1962.
Au-delà de la peine ou du chagrin, êtes-vous étonné par son geste ?
Se place-t-il dans la logique de sa vie, de son combat politique, même si la politique, il avait arrêté d’en faire depuis longtemps ?

Alain de Benoist :
Dans l’immédiat, je suis surtout empli de dégoût en lisant les commentaires qui me tombent sous les yeux.
« Suicide d’un ex-OAS », écrivent les uns, tandis que d’autres parlent d’une « figure de l’extrême droite », d’un « opposant violent au mariage gay » ou d’un « islamophobe ».
Sans compter les insultes de Frigide Barjot, qui a révélé le fond de sa nature en crachant sur un cadavre.
Ces gens-là ne connaissent rien de Dominique Venner.
Ils n’ont jamais lu une ligne de son œuvre (plus de cinquante ouvrages et des centaines d’articles).
Ils ignorent même qu’après une jeunesse agitée, qu’il avait évoquée dans l’un de ses plus beaux livres – Le cœur rebelle (1994) -, il avait définitivement rompu avec toute forme d’action politique il y aura bientôt un demi-siècle.
Je peux même donner la date exacte, puisque j’étais présent lorsqu’il déclara prendre cette décision : c’était le 2 juillet 1967.
À compter de ce jour, Dominique Venner s’était entièrement consacré à l’écriture, d’abord avec des ouvrages sur la chasse et les armes (il était, en ce domaine, un expert reconnu), ensuite avec des travaux d’historien, écrits avec une plume étincelante et dont beaucoup font aujourd’hui autorité.
Il était enfin le fondateur de « La Nouvelle Revue d’Histoire », un bimestriel de haute qualité.
Je n’ai absolument pas été surpris par son suicide.
Je savais depuis longtemps qu’à l’exemple des vieux Romains, et aussi de « Cioran », pour ne citer que lui, il admirait la mort volontaire, qu’il y voyait la façon la plus conforme à l’éthique de l’honneur d’en finir avec la vie dans certaines circonstances.
Il avait en tête le souvenir de « Yukio Mishima », et ce n’est pas un hasard si son prochain livre, à paraître le mois prochain chez « Pierre-Guillaume de Roux », s’intitulera « Un samouraï d’Occident ».
On peut dès à présent en mesurer le caractère testamentaire.
Je n’ai donc pas été étonné par cette mort exemplaire.
Je suis seulement surpris du moment et du lieu.

Dominique Venner n’avait aucune « phobie ».
Il ne cultivait aucun extrémisme.
C’était un homme attentif et secret.
Au fil des années, le jeune activiste de l’époque de la guerre d’Algérie s’était mué en historien méditatif.
Il soulignait volontiers à quel point l’histoire des hommes reste toujours imprévisible et ouverte.
Il y voyait motif à ne pas désespérer, car il récusait toute forme de fatalité.
Mais il était avant tout un homme de style.
Chez les êtres, ce qu’il appréciait le plus était la qualité humaine, laquelle se résumait chez lui à un mot : la tenue.
En 2009, il avait consacré à « Ernst Jünger » un bel essai dans lequel il expliquait que son admiration pour l’auteur de « Sur les falaises de marbre » tenait d’abord à sa tenue.
Dans son univers intérieur, il n’y avait place ni pour les cancans, ni pour la dérision, ni pour les disputes de la politique politicienne qu’il méprisait à juste raison.
C’est pour cela qu’il était respecté.
Parfois jusqu’à l’excès, il recherchait la tenue, le style, l’équanimité, la hauteur d’âme, la noblesse d’esprit.
Ce sont là, malheureusement, des mots dont le sens même échappe sans doute à ceux qui regardent les jeux télévisés et se ruent chez Virgin Megastore pour profiter des soldes…

NIcolas Gauthier :
Dominique Venner était païen et ne s’en cachait pas.
Il aura pourtant choisi une église pour mettre fin à ses jours.
Y voyez-vous une contradiction ?

Alain de Benoist :
Je pense qu’il a lui-même répondu à votre question dans la lettre qu’il a laissée derrière lui, en demandant qu’elle soit rendue publique :
« Je choisis un lieu hautement symbolique, la cathédrale Notre-Dame de Paris, que je respecte et admire, elle qui fut édifiée par le génie des mes aïeux sur des lieux de culte plus anciens, rappelant nos origines immémoriales. »
Lecteur de Sénèque et d’Aristote, Dominique Venner admirait surtout Homère : l’Iliade et l’Odyssée étaient à ses yeux les textes fondateurs d’une tradition européenne qu’il avait reconnue pour sa patrie.
Il faut vraiment être Christine Boutin pour s’imaginer qu’il s’est « converti à la dernière seconde » !

NIcolas Gauthier :
Politiquement, cette mort spectaculaire sera-t-elle utile, tel cet autre sacrifice demeuré célèbre, celui de « Jan Palach », en 1969 à Prague, ou celui, plus récent, de ce petit commerçant tunisien ayant en partie déclenché le premier « printemps arabe » ?

Alain de Benoist :
Dominique Venner s’est aussi exprimé sur les raisons de son geste :
« Devant des périls immenses, je me sens le devoir d’agir tant que j’en ai encore la force.
Je crois nécessaire de me sacrifier pour rompre la léthargie qui nous accable.
Alors que tant d’hommes se font les esclaves de leur vie, mon geste incarne une éthique de la volonté.
Je me donne la mort pour réveiller les consciences assoupies. »
On ne saurait être plus clair.
Mais on aurait bien tort de ne pas voir que cette mort volontaire va bien au-delà du contexte limité des débats sur le « Mariage pour tous ».
Dominique Venner ne supportait plus, depuis des années, de voir l’Europe sortie de l’histoire, vidée de son énergie, oublieuse d’elle-même.
L’Europe, disait-il souvent, est « en dormition ».
Il a voulu la réveiller, à la façon d’un « Jan Palach » en effet, ou en d’autres temps d’un « Alain Escoffier ».
Il a ainsi fait preuve de tenue jusqu’au bout, restant fidèle à l’image qu’il se faisait de ce que doit être l’attitude d’un homme libre.
Il a écrit aussi :
« J’offre ce qui me reste de vie dans une intention de protestation et de fondation. »
Il faut retenir ce mot de fondation, que nous lègue un homme qui a choisi de mourir debout.

Source : « bdvoltaire.fr » du 23/05/2013

Vérifier, Info ou Intox ?

Et   si   nous   parlions   de   la   vignette   automobile   2013   ?

C’était trop beau pour que cela dure, on va encore payer.
Tous à vos porte-monnaies !!!
François Hollande rétablit la vignette automobile.
Il faut croire que les caisses de l’Etat sont vraiment vides.
Jean Marc Morandi, le ministre du Budget, vient d’obtenir l’aval de François Hollande pour rétablir la vignette automobile !
Un impôt pourtant supprimé en 2001 par… Laurent Fabius, ministre de l’Economie de Lionel Jospin.
Comme si les automobilistes n’étaient pas assez ponctionnés !
La décision ne devait être rendue publique qu’après les élections, afin de ne pas fragiliser les listes du PS, mais c’était compter sans les réseaux dont dispose encore l’UMP au sein de administration fiscale.
D’où cette fuite, qui redistribue les cartes, puisque c’est l’UMP qui va dénoncer la pression fiscale, et le Parti socialiste qui va devoir la justifier !
La nouvelle vignette automobile entrera donc en vigueur rétroactivement au 1er janvier 2013, et le texte devrait être promulgué par décret au cours de la dernière semaine de juin, juste avant les départs en vacances, période assez peu propice aux manifestations.
La seule bonne nouvelle est que la proposition de supprimer les départements a été définitivement enterrée par l’Elysée:
la nouvelle vignette, qui sera disponible chez les débitants de tabac le 1er septembre, est départementalisée en fonction du lieu de résidence du propriétaire du véhicule, et chaque conseil général pourra décider du monument qui figurera sur le pare-brise.
Mais c’est tout : les recettes fiscales, elles, iront à l’Etat.
Et l’automobiliste continuera d’être une vache à lait, d’autant que les tarifs n’auront aucune mesure avec ceux que l’on connaissait.
Pire, cette vignette sera assujettie à la TVA, elle même taxée !
On nous prend pour des moutons, mais reste-t-il quelque chose à tondre ?

A diffuser sans modération pour le vérifier !

Djihad-Sport A Lille !

Lasfar fait comprendre à Aubry qu’il est le nouveau patron et que le djihad c’est du sport !

Rien ne va plus entre « Martine Aubry-Brochen » et son grand pote « Amar Lasfar », imam de la mosquée de sa ville.
Sentant le vent diversitaire tourner, la « Titine » s’était soudainement affolée ces jours-ci de ce que la présence de ses amis barbus au Zénith de Lille pour leur rencontre annuelle risquait de générer un rififi politique du plus mauvais effet, à l’heure où celui qui est encore pour l’instant notre Président – élu par leurs voix – dégringole dans les sondages et dans les cœurs déçus de ses électeurs.
Il est des signes qui ne trompent pas, la vapeur est en train de s’inverser visiblement et c’est « Titine » qui aujourd’hui a fait les frais de ce retournement de brise.
Il faut dire que la ficelle de la « taqqiya » se faisait un peu trop grosse pour n’être pas perceptible, même par le moins finaud des mécréants.
En effet, le Haut Conseil Islamique d’Egypte, invité de la Rencontre des Musulmans du Nord qui se tient annuellement à Lille, a manqué de retenue en appelant les musulmans au djihad, par la voix du cheik « Salah Sultan » qui les a enjoints à pratiquer le combat en vue de libérer la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem.

« J’appelle les jeunes à pratiquer des sports, et à renforcer leurs corps dans la préparation du djihad ».

Un message clair et sans équivoque qui a provoqué un goulot d’étranglement dans la gorge de madame la maire.
(la mairesse ? madame le maire ? on ne sait plus comment dire, vous n’avez qu’à biffer), qui dorénavant risque de « s’emmerder » encore plus avec les importés islamistes qu’avec les Français de souche.
Elle s’est déclarée choquée par ces propos guerriers ainsi que par la présence de « Frère Tariq Ramadan » et de ses copains extrémistes, et a eu le mauvais goût de le dire, ce qui a eu pour effet de déclencher les foudres de son copain « Amar Lasfar », l’organisateur attitré de la manifestation, avec lequel elle entretient habituellement des rapports amicaux.
Mais ça, c’était avant.

Ce que la mère « Aubry-Brochen » n’avait pas encore compris jusqu’à aujourd’hui.
(Elle ne lit pas assez Riposte Laïque) C’est qu’un mécréant – et a fortiori une mécréante – n’est en rien un interlocuteur valable pour un islamiste.
Tout au plus peut-il servir de marchepied à l’instauration de la charia, le temps qu’un nombre suffisant de fidèles dans la place aient pris les commandes en lieu et place des autochtones et des politiques, tout socialistes qu’ils soient.
N’hésitant pas à faire usage du mensonge exigé en islam, « Amar Lasfar » s’est ouvertement moqué de notre intelligence en tentant de nous faire croire que l’appel à la préparation au « djihad » (l’extinction des non musulmans) serait en fait un appel à pratiquer…
« des arts martiaux », que dis-je, un « sport olympique » même !
Pour ce Malin incarné en imam, si peu enclin à aimer son prochain et si pressé de lui nuire, l’égorgement des insoumis par le fil du glaive ou le déchiquetage corporel à la kalachnikov serait comparable à la pratique de l’aïkido sur un tatami à votre cours du jeudi soir.
Fourbe jusqu’au bout du poil de barbe, il s’est empressé d’inverser les rôles en faisant passer son ancienne camarade pour la méchante de service (bien fait pour elle, ceci dit, ça lui apprendra), elle, qui pour une fois daignait se rappeler fort à propos de nos lois républicaines.
Intervertissant les rôles et se faisant passer pour victime comme il est d’usage en islam, il s’est déclaré lui-même « choqué », allant jusqu’à ajouter que la politique n’avait pas à s’ingérer dans la religion !
Ca c’est la meilleure !
Quand il s’agit de trouver des accommodements favorables à leur saleté d’idéologie, il ne sont pas si regardants les bougres.
Combien de fois par jour les islamistes font de l’ingérence dans la politique pour obtenir des faveurs ?

Caroline Alamachère

Source : « ripostelaïque.com » du n° 293

Hommages Italiens !

Hommages Italiens ! dans Famille caltanissetta-500x333-300x199

Casapound  Italia  couvre  les  murs  d’Italie  d’hommages  à  Dominique  Venner

La nuit dernière, dans plusieurs dizaines de villes d’Italie, les murs se sont couverts d’ultimes hommages à l’écrivain et historien Dominique Venner collés par les militants du mouvement Casapound Italia.

« Honneur à Dominique Venner, samouraï d’Occident »

C’est la phrase que l’on peut lire sur les bannières affichées dans cinquante villes du nord au sud du pays.
Par cette action nationale, Casapound Italia a voulu honorer l’historien français qui s’est donné volontairement la mort le 21 mai à Notre-Dame « pour éveiller les consciences endormies » et « briser le léthargie qui nous accable », selon les mots de Dominique Venner dans sa lettre-testament.
Qu’est-ce que l’acte de Venner ?
Souligne Casapound dans un communiqué, « c’est un acte aussi extrême que lucide et conscient, qui n’a rien à voir avec les gestes maladifs, hystériques et fous auxquels nous a habitué cette époque ; cela n’a rien à voir avec le fanatisme religieux de ceux qui utilisent la hache pour semer une terreur vide de sens, rien à voir avec la colère féroce et destructrice de ceux qui tuent dans la rue avec une pioche ou encore avec le désespoir aveugle de ceux qui, victimes du système injuste et pervers dans lequel ils vivent, décident de prendre la vie de leurs propres enfants, les privant de la seule chose que personne ne pouvait toucher, la capacité d’être.
« Alors que beaucoup d’hommes sont esclaves de leur vie, mon geste incarne une éthique de la volonté », a écrit Venner, montrant que son geste était un choix existentiel à regarder avec le plus grand respect, et qui le place parmi les quelques hommes encore libres de notre temps ».

Source : « fr.novopress.info » du 24/05/2013

Nos médias sont noyautés, on peut parler de n’importe qui mais surtout pas de Dominique Venner !
N’évoquons pas sa famille alors qu’on nous étale pendant de longues minutes les parents en pleurs des soldats tués (certainement pas pour la France) au Mali, n’évoquons pas les futures obsèques d’un grand historien, le gouvernement actuel oblige la France à se comporter comme une mère « Thénardier ».
Heureusement que nos amis transalpins laissent encore parler leur coeur !

Désir Grain De Sel !

Harlem  Désir  reproche  à  Marine  Le  Pen  d’avoir  humanisé  Dominique  Venner

Convoquons ce passage fameux de l’oraison funèbre écrite par Bossuet en la mémoire d’Henriette-Anne d’Angleterre, cousine de Louis XIV :
« Ô nuit désastreuse !
Ô nuit effroyable, où retentit tout à coup, comme un éclat de tonnerre, cette étonnante nouvelle :
Madame se meurt !
Madame est morte ! » .
Substituons « La France » à « Madame », et ça sonnera tellement juste !
Dominique Venner, un homme dont je ne savais rien, est mort… tragiquement.
Car il y a de la tragédie à se tuer au pied de l’autel d’une cathédrale.
Certains y verront un sens macabre de la mise en scène : peut-être.
Mais il n’est pas aisé de mourir, c’est une vérité indiscutable.

A part, peut-être, avec la promesse d’un cheptel de vierges et après avoir égorgé des infidèles !
On aurait pu déplorer ce geste d’un désespéré, comme on le fit pour ce père venu mettre fin à ses jours au cœur d’une école.
Mais Venner n’était pas un désespéré : c’était une « bête immonde », comprenez un nationaliste.
De là, toutes les outrances, toutes les bassesses coutumières de cette presse sous perfusion qui, sans les subsides de l’Etat, redeviendrait poussière tant elle est devenue inepte.
Tout le monde a donc pointé d’un doigt de Commandeur le passé d’extrémiste de Venner.
L’idéologue est mort ; qu’importe qu’il fût écrivain et historien.
Ce ne sont là que détails.
Son nationalisme lui interdit de prétendre à autre chose que la honte !
Pire, il ne saurait être question d’avoir une âme quand on est nationaliste !
Quelques-uns, rares, ont montré un peu plus de mesure et de pudeur (voir l’article du Figaro, par Paul-François Paoli : « Dominique Venner, historien engagé de la droite radicale »), mais ils furent noyés par la masse haineuse.
Certes, on aurait plus volontiers pardonné à Venner d’avoir été collaborateur sous l’Occupation.
Hélas pour lui, il a été de l’OAS, autrement dit le bourreau des « brebis » algériennes dévorées par le loup colonialiste.
En passant, quoique je partage la position de René Marchand, qui réfute la domination d’une culture sur une autre, l’OAS n’a pas été plus abjecte que le FLN.
Ainsi, dans le torchon commis par Libération, « Le FN «respecte» le suicidé d’extrême droite de Notre-Dame », « extrême droite » est répété comme une litanie.
On ne doit retenir que cela.
Le titre dit tout : on parle d’un « suicidé ». ; pas d’un homme.

La presse officielle dépossède ainsi Venner de son identité originelle, l’excluant de fait de la communauté humaine.

Harlem Désir, cette sangsue accrochée au pouvoir comme des morpions ailleurs, ose même fustiger Marine Le Pen de lui avoir rendu hommage, car elle l’humanise.
Interdit, vous dis-je !
Merah resta un homme, lui, aux yeux de ces délicats !
Et si l’extrême-droite se suicide pendant que l’islam nous trucide, le second aura toujours leurs suffrages !

L’amour, la maladie, la mélancolie, la défense d’une cause perdue peuvent amener un homme à se donner la mort.
La conviction que son monde s’effondre, aussi.
Stefan Zweig l’éprouva jadis en se tuant avec son épouse, en 1942.
Venner me semble être mort dans ces termes.

Bafoué hier, bafoué demain, n’en doutons pas, laissons-lui au moins le soin de conclure cet article et méditons sa lucidité :
« Je m’insurge contre les poisons de l’âme et contre les désirs individuels envahissants qui détruisent nos ancrages identitaires et notamment la famille, socle intime de notre civilisation multimillénaire.
Alors que je défends l’identité de tous les peuples chez eux, je m’insurge aussi contre le crime visant au remplacement de nos populations. »

Charles Demassieux

Source : « ripostelaïque.com » du n° 304

Les adhésions des socialistes sont donc utilisées pour salir des adversaires ?

Mot Race Supprimé ?

Fin des poursuites pour incitation à la haine raciale !

Malgré le climat psychologique plutôt houleux ces derniers temps..je ne peux m’ empêcher de penser  que « la vie est belle ».
Certes, la France et ses patriotes ont de nos jours, pléthores de raisons de se désespérer et de pleurer ; je confirme.
Néanmoins, en ce qui me concerne, aujourd’hui c’est de rire que je pleure, et comme l’occasion ne nous en est pas donnée souvent par ces temps troublés, je ne laisse passer aucun prétexte à me réjouir, dut-il grever mon budget « kleenex », puisque j’ai la fâcheuse habitude de rire aux larmes.
Et comme j’aime beaucoup partager, j’ai décidé de vous narrer par le menu les raisons de mon dernier fou-rire , dont je viens tout juste de me remettre, à peine mon souffle récupéré.

Raison de ma récente hilarité donc : la suppression du mot « Race » dans la Législation française !
Je vous vois déjà hausser un sourcil interrogatif :
Comment, elle se prétend patriote et elle se gausse d’un tel scandale ? ? ?
Rassurez-vous, je n’ai pas fumé la moquette, et encore moins viré ma cuti (bien que ce soit maintenant permis, voire même recommandé).
Non c’est bien plus simple, les premières suffocations de colères passées je réalise qu’en fait, le bataillon des crétins, labellisés « gens de gauche, donc de bien », a sans doute cru, par cette sournoise et crétine action, mettre au pas l’armée des incultes et nauséabonds citoyens français (blancs coiffés d’un béret, une baguette sous le bras, un litre de rouge à la main…) pratiquant le racisme, en les empêchant dorénavant de nuire avec leurs sales propos et actions contre les gentils immigrés désireux de s’intégrer.
Effectivement,si comme beaucoup de nos élus, on est dépositaire d’un cerveau de second choix, ayant précocement perdu un nombre incalculable de neurones, on peut se satisfaire de ce premier degré.
Sauf que si on gratte un peu, on trouve vite matière à se réjouir de la gaffe monumentale réalisée par ces sous-primates arriérés.

En supprimant le mot Race, les benêts pensant éradiquer ainsi le racisme, ne feront que l’attiser !
Parce que ces abrutis, forts de leur auto-proclamée supériorité, n’ont pas réalisé qu’en supprimant ce mot honni par eux, ils allaient se priver, eux et toutes les officines étiquetées « à Gauche », de leur principal fond de commerce : les procès intentés à tous ceux qui les indisposent, sous n’importe quel prétexte, mais sous l’appellation bien pratique « d’incitation à la haine raciale » !
Rien de moins !
Ils pensent avoir été suffisamment prudents en faisant préciser explicitement dans la loi qui restera sous le nom de Taubira, que « la République française interdit et condamne le racisme, l’antisémitisme et le xénophobie et ne reconnaît l’existence d’aucune prétendue race », selon leur habituel charabia indigeste, qui ne veut strictement rien dire car, soit il existe des races et le racisme également, soit il n’y a aucune différence entre elles, au point d’en supprimer l’appellation, alors il ne peut pas y avoir de racisme, pas plus que d’incitation à la haine raciale.

C’est Pierre Cassen, Pascal Hilout, Jacques Philarchein, Renaud Camus, Caroline Alamachère… (et tous les auteurs et contributeurs de Riposte Laïque qui vivent avec cette épée de Damoclès sur leur tête) qui vont être contents lorsque selon toute logique, leurs procès seront caducs pour cause de langage inadéquat …

Je pense que nos indignes parlementaires n’ont pas fini de se mordre les doigts jusqu’au coude (voire à jusqu’à l’épaule pour certains) et immédiatement je sens les prémices d’un nouveau fou-rire dévastateur arriver.

Plus sérieusement, comme le dit Gabrielle Cluzel avec sa logique implacable, dans son article intitulé « Le mot race supprimé – les faux culs au pouvoir », sur Bd Votaire ce 17 mai :
« L’ennui avec le vocabulaire est qu’il est très décevant : s’il peut à la rigueur cacher la réalité, il ne peut pas la changer »

Même le journal Le Monde, pourtant reconnu comme zélé larbin de la gauche au pouvoir, reconnaît dans un article en ligne en date du 17 mai dernier, que les races existent.
« … exemple :
celui des différences entre groupes humains.
Il existe une multitude de races de chiens, neuf sous-espèces de girafes, quatre de chimpanzés, quelques variétés de mésanges bleues, une liste impressionnante de sous-espèces de ratons laveurs.
Quel que soit le mot employé, il s’agit là de différences génétiques.
Et chez Homo sapiens ?
La fiction actuellement à la mode nous assène que les différences génétiques entre groupes humains sont proches de zéro, que la notion de race est scientifiquement infondée.
Idée aussi généreuse dans ses intentions politiques que farfelue sur le plan des faits.
La diversité de l’espèce humaine est grande :
Une partie de notre héritage génétique est largement partagée, mais une autre est caractéristique de groupes géographiques. »

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/05/17/oui-les-races-existent_3296359_3232.html

Pourtant le plus inquiétant, qu’il ne faut pas perdre de vue, c’est la mortifère logique qui transpire dans les sournoises menées de nos apprentis sorciers :
on commence par supprimer de notre langage, vite validé :
*le mot « Sexe » : Mariage pour tous = plus d’hommes ni de femmes, tout le monde est pareil.
*puis très vite le mot « Race » (soit disant pour éviter le racisme alors que cela ne va faire que l’exacerber) …

Quel serait donc la suite logique dans l’esprit démoniaque de ces démolisseurs de sociétés ?
le mot  » Nation », officiellement pour renforcer les liens d’amitié et de fraternité, la joie du vivre ensemble entre « choses » sans sexe, sans race, sans racines géographiques, alors qu’il s’agit uniquement de substituer aux Etats, un immense peuple de consommateurs compulsifs, malléables à merci, rêve des puissants « lobby » de la finance, ogres jamais rassasiés de frics et de pouvoir.
Nos traîtres élus sont bien trop arrogants pour avoir envisagé une seule seconde que le Peuple serait assez malin pour comprendre à demi-mots leurs visées démoniaques .
Ils ont donc tombé le masque trop tôt et maintenant qu’ils sont à découverts, il vont devoir se confronter, chaque semaine un peu plus, aux hordes de citoyens n’ayant pas l’intention de laisser changer leur nature profonde par les tenants d’une « race » inférieure, celle des »politicus-méprisus-traitrus » … et là ce n’est pas le mot qu’il faudra changer mes bel et bien les entités qui la composent et qu’il va falloir urgemment empêcher de nuire plus longtemps.

Mais à leur logique de malades, nous pouvons opposer celle que Hollande a lui même édictée :

Mot Race Supprimé ? dans Famille hollande-dit-ecouter-le-peuple-300x300

Ainsi qu’une autre, très prisée dernièrement, et que l’on voit fleurir un peu partout sur les réseaux sociaux et les sites d’informations faisant la nique aux médias officiels :

l-v-m-h1-300x149 dans Famille

Pour virer les imposteurs, il faut un soulèvement populaire encore jamais vu, afin de démontrer au dictateur de l’Elysée, qu’il est loin d’en avoir fini, avec le Peuple français, qu’aucun chef d’Etat avant lui n’avait eu l’audace de trahir à ce point, et pour tous ceux qui le pourront, rendez-vous aux deux prochaines manifestations officiellement prévues :

La Manif Pour Tous à Paris le 26 mai prochain

La Manifestation « Un an ça suffit ! Dissolution ! » à Paris le 22 juin prochain.

Patriotiquement vôtre.

Josiane Filio

Source : « ripostelaïque.com » du n°304

Venner De Notre-Dame

Les   hommage   pleuvent,   les   hommes   pleurent.

Les salauds font leur boulot :
«Extrême-droite« , comme si l’épithète qui se veut infamante pouvait empêcher la grandeur de l’homme, la grandeur de la chose . »Le suicidé de Notre-Dame« , comme si l’anonymat pouvait empêcher que l’on se penche sur l’homme, sur son discours, sur son message !
Je ne reviendrai pas sur l’oeuvre de l’humaniste, sur sa défense inconditionnelle de notre civilisation, de notre identité. Nous avions des divergences politiques, des divergences d’analyse sur certains points, mais l’amour de notre patrie, l’amour de la culture, l’amour de notre civilisation forment le plus fort des liens.
Et, ce matin, c’est un adhérent de Résistance républicaine qui a trouvé la formule qui résume tout :
Dominique Venner, c’est l’anti-Mérah.
Merci Jean-Paul.
Dominique, je vais te tutoyer, parce que l’on dit tu à ceux que l’on aime.
Dominique, tu avais l’amour de la famille, de toutes les familles, au point de mourir pour elle.
« Merah » la haine de toutes les familles non musulmanes, au point de tuer des enfants juifs pour appliquer les préceptes coraniques.
Dominique, tu aimais Homère, Montherlant et nos poètes, parce qu’ils te grandissaient, parce qu’ils te faisaient vibrer.
« Merah » détestait l’art, la littérature et la pensée parce qu’elles n’étaient pas le fruit d’Allah, il adulait les Talibans qui avaient détruit les Bouddhas…
Dominique, tu étais un homme libre, parce que tu soumettais tout au doute, à l’épreuve de la raison.
« Merah » était emprisonné dans un système fait d’ordre et de soumission aveugle refusant toute liberté à l’être humain.
Dominique, tu avais compris que nous étions en guerre contre les « Mérah », mais aussi contre nos élites, françaises et européennes qui veulent nous imposer le Grand Remplacement.
Tu étais en guerre contre l’immigration, contre l’islam, dont tu as reconnu le danger extrême.
Extrême au point de te sacrifier devant l’autel de Notre-Dame, renouant ainsi symboliquement avec les traditions païennes qui font partie de nos origines.
Tu t’es érigé en victime expiatoire afin de débarrasser notre peuple des « Mérah » qui veulent nous imposer leur haine et leurs superstitions.
Nous serons tous le 22 juin à Denfert-Rochereau afin que ton sacrifice ne soit pas vain.

Christine Tasin

Source : « resisptancerepublicaine.eu » du 23/05/2013

Message D’ Adieu

Les raisons d’une mort volontaire, déclaration de Dominique Venner.

Déclaration de Dominique Venner

Je suis sain de corps et d’esprit, et suis comblé d’amour par ma femme et mes enfants.
J’aime la vie et n’attends rien au-delà, sinon la perpétuation de ma race et de mon esprit.
Pourtant, au soir de cette vie, devant des périls immenses pour ma patrie française et européenne, je me sens le devoir d’agir tant que j’en ai encore la force. Je crois nécessaire de me sacrifier pour rompre la léthargie qui nous accable.
J’offre ce qui me reste de vie dans une intention de protestation et de fondation.
Je choisis un lieu hautement symbolique, la cathédrale Notre-Dame de Paris que je respecte et admire, elle qui fut édifiée par le génie de mes aïeux sur des lieux de cultes plus anciens, rappelant nos origines immémoriales.

Alors que tant d’hommes se font les esclaves de leur vie, mon geste incarne une éthique de la volonté.
Je me donne la mort afin de réveiller les consciences assoupies.
Je m’insurge contre la fatalité.
Je m’insurge contre les poisons de l’âme et contre les désirs individuels envahissants qui détruisent nos ancrages identitaires et notamment la famille, socle intime de notre civilisation multimillénaire.
Alors que je défends l’identité de tous les peuples chez eux, je m’insurge aussi contre le crime visant au remplacement de nos populations.

Le discours dominant ne pouvant sortir de ses ambiguïtés toxiques, il appartient aux Européens d’en tirer les conséquences.
A défaut de posséder une religion identitaire à laquelle nous amarrer, nous avons en partage depuis Homère une mémoire propre, dépôt de toutes les valeurs sur lesquelles refonder notre future renaissance en rupture avec la métaphysique de l’illimité, source néfaste de toutes les dérives modernes.

Je demande pardon par avance à tous ceux que ma mort fera souffrir, et d’abord à ma femme, à mes enfants et petits-enfants, ainsi qu’à mes amis et fidèles.
Mais, une fois estompé le choc de la douleur, je ne doute pas que les uns et les autres comprendront le sens de mon geste et transcenderont leur peine en fierté.
Je souhaite que ceux-là se concertent pour durer.
Ils trouveront dans mes écrits récents la préfiguration et l’explication de mon geste.

*Pour toute information, on peut s’adresser à mon éditeur, Pierre-Guillaume de Roux.
Il n’était pas informé de ma décision, mais me connaît de longue date.

Source : « fr.novopress.info » du 22/05/2013

Adieu Dominique Venner

La manif du 26 mai et Heidegger

Les manifestants du 26 mai auront raison de crier leur impatience et leur colère.
Une loi infâme, une fois votée, peut toujours être abrogée.

Je viens d’écouter un blogueur algérien :
« De tout façon, disait-il, dans quinze ans les islamistes seront au pouvoir en France et il supprimeront cette loi ».
Non pour nous faire plaisir, on s’en doute, mais parce qu’elle est contraire à la charia (loi islamique).

C’est bien le seul point commun, superficiellement, entre la tradition européenne (qui respecte la femme) et l’islam (qui ne la respecte pas).
Mais l’affirmation péremptoire de cet Algérien fait froid dans le dos.
Ses conséquences serraient autrement géantes et catastrophiques que la détestable loi Taubira.

Il faut bien voir qu’une France tombée au pouvoir des islamistes fait partie des probabilités.
Depuis 40 ans, les politiciens et gouvernements de tous les partis, ainsi que le patronat et l’Église, y ont travaillé activement, en accélérant par tous les moyens l’immigration afro-maghrébine.

Depuis longtemps, de grands écrivains ont sonné l’alarme, à commencer par Jean Raspail dans son prophétique Camp des Saints , dont la nouvelle édition connait des tirages record.

Les manifestants du 26 mai ne peuvent ignorer cette réalité.
Leur combat ne peut se limiter au refus du mariage gay. Le « grand remplacement » de population de la France et de l’Europe, dénoncé par l’écrivain Renaud Camus, est un péril autrement catastrophique pour l’avenir.

Il ne suffira pas d’organiser de gentilles manifestations de rue pour l’empêcher.
C’est à une véritable « réforme intellectuelle et morale », comme disait Renan, qu’il faudrait d’abord procéder.
Elle devrait permettre une reconquête de la mémoire identitaire française et européenne, dont le besoin n’est pas encore nettement perçu.

Il faudra certainement des geste nouveaux, spectaculaires et symboliques pour ébranler les somnolences, secouer les consciences anesthésiées et réveiller la mémoire de nos origines.
Nous entrons dans un temps où les paroles doivent être authentifiées par des actes.

Il faudrait nous souvenir aussi, comme l’a génialement formulé Heidegger, que l’essence de l’homme est dans son existence et non dans un « autre monde ».
C’est ici et maintenant que se joue notre destin jusqu’ à la dernière seconde.
Et cette seconde ultime a autant d’importance que le reste d’une vie.
C’est pourquoi il faut être soi-même jusqu’au dernier instant.
C’est en décidant soi-même, en voulant vraiment son destin que l’on est vainqueur du néant.
Et il n’y a pas d’échappatoire à cette exigence puisque nous n’avons que cette vie dans laquelle il nous appartient d’être entièrement nous-mêmes ou de n’être rien.

Source : http://www.dominique.venner.fr le 21/05/2013

Décevant Obama !

Obama,  loin  du  Lincoln  métis  que  les  médias  vantaient…

Il devait être le Grand Président.
La quasi-totalité des médias officiels nous l’avaient pourtant entré dans le crâne à coups de marteau entre deux pages de pubs !
Il devait être Le « Lincoln » métis, le « Kennedy » sans la balle, le « Reagan » de gauche, au final, ses électeurs auront gagné une sorte de « Hollande » plus présentable.
Alors que le second mandat s’enfonce dans la morosité, le souffle est retombé.
Bien sûr, la communauté noire, les hispaniques et les bobos blancs continuent à le soutenir, surtout qu’en face, lors des dernières élections, « Wall Street » avait placé son deuxième pion, une face de craie attirant comme un coup de trique, au cas où.

Mais pour Obama, la galère, c’est maintenant :
Il y a d’abord la lamentable affaire d’espionnage, où l’on apprend lundi que l’agence « Associated Press » a dénoncé une « intrusion massive et sans précédent » du ministère de la Justice, qui se serait secrètement saisi de deux mois de relevés téléphoniques de l’agence et de certains de ses journalistes !
Il y a aussi l’attentat de Benghazi au cours duquel l’ambassadeur US avait laissé sa peau.
Des informations relatant les menaces terroristes auraient été discrètement mises au placard pour ne pas troubler la réélection du saint homme.
Et puis il y a cette drôle d’affaire d’intimidation fiscale de 75 groupes patriotes et conservateurs, certains proches du Tea Party.
On parle d’ordres donnés à Washington.

Tout cela finira peut-être à la Nixon, dans une sorte de remake douteux où la scène des adieux se déroulera au milieu du film.
Obama en voix « off » sur une bande sonore originale signée « Ornette Coleman ».
C’est ce qui collerait le mieux à cette réalité chaotique et crépusculaire : une bonne dose d’anarchie musicale.
Du « free jazz » à plein tube pour offrir un final en beauté au rêve américain « made in » Hollywood.
Parce qu’Obama n’était bien que du rêve.
Un morceau d’espoir jeté en pâture aux peuples qui vivent dans cette fédération sous contrôle.
Après lui, que vont-ils trouver pour que la fiction continue ?
Un autre black ?
Un Ramirez républicain, un gay obèse ?
Les beaux discours sur le dialogue inter-religieux, le prix Nobel sorti d’un Kinder Surprise, tout cela est parti dans la fumée que laissent ses drones derrière eux, quand un quartier oublié a été rayé de Google Earth.
Obama, l’humaniste qui applique la peine de mort où que vous soyez, sans l’ombre d’un jugement.

Parce qu’Obama, son minable titre de gloire, entre deux pleurnichements à la télé, c’est quoi ?
L’exécution du terrible Ben Laden ? Un film muet et sans images…
Ses tentatives de réformes ? Échouées, laminées.
À l’international, ? Navigation à vue.
Au niveau de la morale ? Même pas capable de fermer Guantánamo, une vibrante promesse qui avait pourtant fait chialer les militants.
Ah, j’oubliais.
Pour redorer son image, Obama a peut-être trouvé la solution :
régulariser… 11 millions d’immigrés clandestins.
Chez nous, les socialos vont bander !

Joris Karl

Source : « bdvoltaire.fr » du 20/05/2013

Grande Braderie !

L’ONU ose demander la « décolonisation » de la Polynésie Française… et les socialistes s’abstiennent !

Dans l’indifférence générale, pendant que nous subissions le bavardage de Hollande, l’Assemblée Générale de l’ONU décidait de mettre la Polynésie Française sur la liste des territoires à décoloniser.
Après la répression sélective organisée par « Taubira » en métropole et en Outre-mer à l’encontre des blancs, s’accompagnant de projets de spoliation pure et simple des propriétaires terriens en fonction de leur couleur de peau, voilà qu’ »Oscar Temaru » (socialiste), sachant qu’il ne serait pas réélu à la tête de ce territoire, a fait le « forcing » auprès de l’ONU pour que cette décision soit prise juste avant son départ.
Si l’ONU voulait s’impliquer dans les Droits de l’Homme nous aurions pu lui conseiller d’aller voir du côté de l’Arabie Saoudite (où 85% de la population sont traités comme des moins que rien), de l’Inde (où l’on viole en réunion des gamines de 4 ans, ravagées jusqu’à la mort) ou encore l’Égypte (la population copte n’est autorisée à y exercer que la profession de ramasseur d’ordure).

Mais c’est bien la situation de la Polynésie Française qui est apparue à leurs yeux la plus alarmante.
La France est-elle devenue un pays si minable, si insignifiant que l’ONU se permette de proposer de l’amputer d’une partie de son territoire sans qu’aucun de nos hommes politiques n’élève la voix ?
Imaginez-vous un instant l’ONU mettant une des états américains sur cette liste ?
Pourtant les Indiens d’Amériques auraient toute légitimité pour le demander, eux qui vivent dans des mobiles homes, parqués dans des réserves, la majorité d’entre eux alcooliques et obèses.
Et que dire des Aborigènes d’Australie qui vivent pour la plupart dans des conditions misérables, traités comme des citoyens de seconde zone ?
Un gouvernement digne de ce nom aurait immédiatement remis à sa place cette organisation inutile que De Gaulle avait à juste raison nommée « le machin ».
Quelle est l’utilité d’avoir un siège au Conseil de Sécurité (je suis d’ailleurs convaincu que d’ici peu les socialistes l’abandonneront au profit de l’Europe) quand on n’est même pas capable d’empêcher qu’un tel vote soit à l’ordre du jour ?

Les socialistes, eux, ont décidé de ne pas participer au vote.
(c’est peut-être un moindre mal car ils auraient été capables de voter oui).
La France pratique donc la politique de la chaise vide quand il s’agit de défendre l’intégrité de son territoire.
Cela fait froid dans le dos.
Et tous nos lecteurs qui ont vécu l’occupation allemande doivent probablement ressentir un frisson dans la nuque en apprenant cette nouvelle.
Il est certain que les musulmans, qui sont majoritaires dans certaines de nos banlieues, sauront à quelle instance s’adresser quand, par exemple, la Seine-Saint-Denis voudra faire sécession.
Les mauvaises langues diront que si nous nous séparions de nos territoires d’Outre-mer et de leurs populations, la Métropole ne s’en porterait pas plus mal, tant ils représentent un coût financier exorbitant pour le contribuable sans rien en retour, si ce n’est des insultes et la présence de la diablesse Taubira.

En réalité il conviendrait de faire un double référendum.
Le premier demandant aux populations concernées si elles souhaitent rester françaises, en leurs expliquant bien ce que signifie l’indépendance (plus de RSA, de RMI, d’hôpitaux, de Sécurité Sociale, d’aides sociales en tout genre et la gestion de leur propre monnaie).
Le second en France Métropolitaine posant la question à tous ces racistes de contribuables s’ils acceptent de continuer à payer pour que ces territoires puissent continuer à fonctionner.
Je ne veux pas me livrer à des prédictions, mais j’ai bien peur que la confrontation des deux résultats ne soit assez cruelle pour l’Outre- Mer.
Le plus triste dans toute cette histoire est malheureusement à venir.

Les polynésiens ont éjecté le socialiste « Temaru » à la tête des la Polynésie Française, et ont voté pour le retour de « Gaston Flosse ».
« Gaston Flosse », 81 ans, ami personnel de « Chirac », une raclure mafieuse de la pire espèce ayant trempé dans toutes les magouilles politico-financières possibles et imaginables.
Comparé à lui, « Cahuzac » n’est qu’un petit joueur de troisième division tant « Flosse » a brassé des dizaines de millions à son profit pendant des décennies sans presque jamais être inquiété par la justice.
Caricature de petit roitelet tropical, « Flosse » dispose d’une flotte de voitures de luxe payée par le contribuable, d’une armée de barbouzes et de nombreuses vahinés (recrutées parmi les « stripteaseuses » locales et qui deviennent agents territoriaux) qui l’accompagnent partout.
Son style de vie et ses habitudes feraient passer « Tony Montana » (personnage principal du film « Scarface », incarné par « Al Pacino », « Tony Montana » est l’idole de toutes les racailles françaises) pour un vilain petit garnement.
Toutes ces informations sur Flosse sont publiques et n’ont même fait l’objet de nombreux reportages.
Pourtant, force est de constater qu’il a été réélu.

En considérant simultanément Hollande et les électeurs polynésiens je comprends que Jean Mistler ( Académicien et homme politique français) avait en son temps donné l’explication dans sa célèbre et cynique définition de la politique, qui n’a jamais été autant d’actualité :

« La politique est l’ensemble des procédés par lesquels des hommes sans prévoyance gouvernent des hommes sans mémoire »

Alain Falento

Source : « ripostelaïque.com » du n° 303

Drôle De Paix !

Nombre de ses défenseurs répètent que l’Islam est une religion d’amour et de paix.

Comme il est annoncé en prologue de chaque sourate du coran, Allah n’est que miséricorde.
Ils affirment que le quiproquo entre le monde musulman et l’occident repose surtout sur une mauvaise interprétation sémantique.
Ils passent sous silence ou bien tentent de réinterpréter à leur avantage les passages litigieux ou violents du livre sacré.
Le texte, écrit en vieil arabe est d’une facture souvent maladroite et chaotique, et la transcription de certains mots prête parfois à diverses interprétations, mais le sens général du contenu est très clair.
La gêne des théologiens islamiques est manifeste lorsque le livre sacré est soumis à l’examen critique d’une lecture libre et attentive.
Les injonctions aux crimes, à la haine et à l’exclusion sont très lisibles tout au long du texte et ne peuvent prêter à confusion.
Bon nombre de ces apologistes et avec eux, d’autres intellectuels occidentaux, affirment que la bible contiendrait plus de passage de violence et de haine que le Coran.

Ils n’ont pas perçu, les différences fondamentales qui opposent les deux textes.
La bible ne prétend pas, comme le coran être d’origine divine et peut donc être sujette à caution.
Son interprétation, par là-même plus souple, est livrée au sens critique de chacun.
L’ancien testament est une compilation de textes écrits par différents auteurs, à différentes époques.
Le coran est l’œuvre testamentaire d’un chef de guerre qui se présentait à tous comme l’envoyé de Dieu.
Les approximations historiques et le télescopage chronologique dans la bible, peuvent être remis en question par un lecteur averti, sans risque de blasphème et sans menace de mort.
La bible contrairement au coran ne se récite pas.
La lecture posée permet le temps de l’analyse et offre une distance que la récitation incantatoire d’un texte appris par cœur, n’autorise pas.
Les scènes de massacres, de meurtres, de viols, de supplices et de catastrophes en tous genres, décrites dans la bible, sont très éloignées de notre époque et de nos considérations humanistes, mais elles sont l’illustration de la longue narration, parfois fastidieuse, des pérégrinations d’un peuple sous le regard de « Dieu ».
En aucun cas, comme le fait le coran dans chacune de ses sourates, le texte biblique ne place la haine de l’autre (Celui qui choisit une autre religion) comme principe de base régissant les rapports humains.
On le comprend tout au long du récit, la théologie islamique s’affirme par la destruction de l’être plutôt que par sa construction.

Le coran est le chef-d’œuvre intellectuel d’un bédouin qu’on nous présente comme inculte et analphabète.
Il a été écrit dans l’environnement aride du désert de la péninsule arabique.
Rien ne sort vraiment jamais de bon, d’un milieu hostile et stérile, et ce sentiment d’apparente quiétude de l’âme n’est qu’un leurre. Ce n’est qu’un mirage, un de plus.
L’islam en tant que complément-alimentaire-placebo des nourritures de l’esprit, ne dérange personne, certains pourrons même lui attribuer un brin de transcendance, mais la lecture du coran nous ramène à la réalité.
La spiritualité, ici, sert d’écran de fumée à un solide projet politique.

On ne peut aujourd’hui porter une critique au sujet de l’islam, sans être taxé de raciste ou d’islamophobe.
On vous jette au visage ces adjectifs, un peu comme un crachat et l’insulte est rarement soutenue par une argumentation raisonnée.
Elle relève du jugement à l’emporte-pièce et, pire encore, du préjugé.
Préjugés qui, pour paraphraser « Nietsche » « sont des ennemis de la vérité, plus dangereux que les mensonges ».
Préjugés imbéciles qui tentent d’étouffer toute critique à l’égard d’une religion pas comme les autres.
L’islam, en effet, tient plus d’une maladie de l’esprit que d’une véritable quête spirituelle.
- Si l’on s’en tenait au sens littéral du terme islamophobe, c’est-à-dire qui craint ou déteste l’islam, alors on trouverait la critique aimable et l’on accepterait d’endosser le costume.

On peut regretter, d’une manière générale, que la lutte contre l’islamisme soit la chasse gardée de l’extrême droite.
Nos brillants esprits contemporains ont déserté la place.
Seuls quelques « Houellebecq » ou « Onfray » font part de leurs inquiétudes, essuyant les fatwas délirantes d’imams autoproclamés.
Les penseurs du dix-huitième et du dix-neuvième siècle étaient moins craintifs à l’égard de la religion musulmane.
Montesquieu déclarait qu’ « elle agit sur les hommes avec l’esprit guerrier qui l’a créée ».
Shopenhauer y trouvait « la forme la plus triste du théisme » et n’en pouvait tirer « aucune idée profonde ». Flaubert rêvait même de réduire en cendres le bâtiment de La Mecque sous les canonnières de l’armée.
De nombreux philosophes ou écrivains en ont fait une critique cinglante.
Le terme islamophobe n’était pas alors en cours et l’on ne marquait pas leur front, du sceau indélébile de l’infamie.
Mais l’islam pour les européens des siècles passés, n’était qu’une vague menace exotique.

Il en est tout autrement aujourd’hui et l’on ne peut évoquer le nom du prophète sans prendre toutes les précautions d’usage.

Georges Petitjean

Source : « ripostelaïque.com » du n° 303

La spiritualité, ici, sert d’écran de fumée à un solide projet politique. !
Et nous sommes dans une République où Etat et Religions sont censés être séparés, l’Islam n’y a aucun avenir…sauf si nous ne nous appelons plus France… ! Défendez votre Patrie, Citoyens Français !

Amical Delarue ! ? !

Christian Delarue, sur Mediapart, dénonce le 22 juin prochain mais reconnaît qu’on a raison !

Le sieur « Delarue » est décidément de plus en plus mal dans ses baskets…
Il ne peut s’empêcher, au fil des mois et des années de dénoncer l’horreur de l’islam dans la vie quotidienne et en même temps de s’en prendre aux islamophobes qui n’écrivent pas dans « Mediapart » !
Je ne sais comment il va pouvoir supporter longtemps cette forme de schizophrénie…
Néanmoins, qu’il n’aime ni « Christine Tasin » ni « Danielle Moulins », soit !
Peu importe, même, nous n’avions pas pensé une seconde à élever des cochons avec lui, mais qu’il ose écrire que le 22 juin serait la manifestation de l’extrême droite qui se préparerait à crier sa xénophobie et son racisme est de nature à donner encore du travail à notre avocat, car il y a diffamation délibérée.

Nous rappellerons en passant que la véritable extrême droite, en 2013 est constituée par les milices gauchistes de « Mélenchon » et compagnie ainsi que par les musulmans qui veulent imposer partout voile, halal, délit de blasphème…. à leurs coreligionnaires et aux autres, sans parler de l’idéologie d’agression véhiculée par l’islam selon « Boubaker » en personne.

Ce n’est pas nous qui interdisons les débats, les réunions, les articles qui nous déplaisent.
Nous, nous usons du moyen le plus légal et le plus traditionnel qui soit dans notre pays, l’antique « disputatio », l’art du débat, de la controverse.
Nous ne sommes pas des barbares, nous.
Nous ne sommes donc pas l’extrême droite.
Par ailleurs comment quelqu’un comme « Delarue » qui reconnaît le sort infâme fait aux femmes non voilées et habillées, en France, comme on s’habille en France (j’aime beaucoup son néologisme « putophobie » ), entre autres méfaits de l’islam, peut-il décemment opposer mosquées et islam des caves ?
« Delarue » ne peut pas ne pas savoir ce qu’est une mosquée, il a vu le tract de Résistance républicaine sur le sujet « non aux mosquées ».
« Delarue » ne peut pas ne pas savoir que la simple salle de prières est, était la seule solution acceptable.
Delarue ne peut pas ne pas savoir qu’il y a un lien étroit entre immigration et islamisation et entre islamisation et insécurité et maltraitance des femmes.

Lui qui appelait à compisser tous les livres religieux, y compris le coran, me la baille belle avec sa dénonciation du 22 juin !

Faux cul, va !

Christine Tasin de « Résistance Républicaine » le 16/05/2013

Delarue de plus en plus à l’ouest et à « Médiapart », rien de nouveau
Ils s’ennuient diablement, les gens du « Mrap », en ce moment, à croire que leur égérie anti-France au Ministère de la Justice aurait joué son rôle d’épouvantail à patriotes !
Alors l’inconnu « Christian Delarue » continue ses moulinets de bras sur la plage de Mediapart, et essaie désespérément d’allumer des branches mouillées afin d’appeler à la rescousse un navire égaré et de se sentir enfin exister.
Le naufragé lance une condamnation virulente de « G.Weill-Raynal » qui aurait eu la mauvaise idée d’exonérer « Bouteldja » de tous ses crimes pour ne s’acharner que sur moi.
Peu importe.
Par contre, ce qui importe, et qui est à conserver dans les annales, c’est qu’il puisse renvoyer dos à dos :
quelqu’un qui dit clairement que les blancs devront se cacher et fuir parce que, tôt ou tard, racistes ou pas racistes, ça va être leur fait (entendez que des meutes de racailles issues de l’immigration vont leur faire la peau),
et quelqu’un qui, sans aucune haine des musulmans (au contraire, ils ont diablement besoin qu’on les protège des barbus) attend clairement un pouvoir politique légitime qui mette en demeure les musulmans de choisir entre la France et l’islam.
Avec, pour ceux qui choisiraient l’islam, le choix « mortel » de demeurer croyant de façon privée, discrète, en France ou d’aller vivre pleinement leur vie de musulman dans un des 57 pays musulmans de la planète… Trop dur !
On retiendra encore que le sieur « Delarue » qui se mêle de donner des leçons que personne ne lui demande, à son grand dam, prétend imposer SA définition de la République.
L’inculte, apparemment, ne connaît ni son étymologie ni son histoire.
« Res publica » c’est le bien commun.
Bien commun que ne permet pas l’islam.
Le pire c’est que « Delarue » reconnaissait précédemment que l’islam ne permet pas le vivre ensemble.
En plus il n’a pas de suite dans les idées….

Christine Tasin

source : « resistancerepublicaine.eu » du 19/05/2013

Comment être étonné ?
Nos anciens disaient : « Qui trop embrasse mal étreint. » ; En tant que responsable du site « Amitié entre les peuples », sait-il de quel côté le vent souffle, vers qui se tourner, il va finir par s’envoler à force de tourner, attention à la chute !

123

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43