Archive | 03/05/2013

Epines Sous Les Rosiers.

Epines Sous Les Rosiers. dans Politique rosier

Il   modifie   le   trajet   du   TGV   pour   préserver   le   jardin   de   maman   !

En voilà un qui aime sa maman !
Un ancien conseiller de Christine Lagarde, François-Gilles Egretier, vient d’être mis en examen pour prise illégale d’intérêt par le juge Renaud Van Ruymbeke :
Cet ex-collaborateur du ministre de l’Économie est soupçonné d’avoir joué de ses appuis pour dévier, en 2010, une ligne de TGV afin… de préserver le jardin de sa mère.
Et en un sens, on le comprend.
Quoi de plus affreux que d’être exproprié d’une propriété familiale ou de découvrir un matin une voie ferrée ou une autoroute devant ses fenêtres ?
Le problème est que le nouveau tracé, validé par Réseau Ferré de France, trois kilomètres plus au nord, épargne la pelouse de Madame Egretier, mais pas celle de quinze autres habitants qui, modification faite, morflent à sa place…
Quinze autres habitants des Landes qui n’ont pas la chance d’avoir un fiston, un gendre, un cousin, un beau-frère dans les petits papiers du gouvernement.
Tiens, tout juste comme ce brave Claude Lagarde touché, lui, par un tronçon traversant la Charente, qui témoignait en mars 2011 — le regard vide à cause des antidépresseurs, nous dit-on — dans les colonnes de La Charente Libre :
Son exploitation agricole est coupée en deux par la Ligne Grande Vitesse, et il a dû louer un appartement en ville pour sa femme invalide à 80 % qui ne supportait plus le bruit des pelleteuses.
M’est avis que tout Lagarde qu’il est, il n’est pas le papa ni le tonton de Christine.

Vous allez me dire, c’est à chaque fois la même histoire :
Ces nouvelles LGV qui vont mettre Bordeaux à deux heures de Paris, et rejoindre in fine l’Espagne, il faut pourtant bien qu’elles passent quelque part, bon sang de bonsoir !
Sauf que si l’on commence par contourner les propriétés des copains de tout ce qui compte en France, cela va finir par ressembler à une épreuve de slalom géant et à 300 km/heure, et cela risque de faire gerber tout le monde.
Au sens propre comme au sens figuré.
D’autant que cette petite anecdote fait surface – quelle coïncidence – au même moment que la « success story » de Thomas Fabius, heureux propriétaire d’un appartement parisien de 280 mètres carrés trouvé dans une pochette-surprise.

Ah ça, on peut reprocher beaucoup de choses à ceux qui nous gouvernent depuis quelques années, mais pas de ne pas avoir l’esprit de famille !
On dit que le sacrifice de ses quatre fils morts pour la France lors de la Grande Guerre ne fut pas pour rien dans l’élévation de Paul Doumer à la présidence de la République.
Au fond, cela ressemble peut-être un peu à ça, une « République exemplaire » ?
Une République dans laquelle être fils de… (ou mère de…) ne vous donne pas plus de droits, voire vous donne plus de devoirs, qu’un Français ordinaire.
Dès qu’un marmot Hollande ou un rejeton Fabius s’engage volontaire au Mali (la guerre de papa, faut-il le rappeler), surtout vous me faites signe.

Mais les Français ne demandent même pas à leurs gouvernants de tout poil d’en arriver à de telles extrémités.
Simplement d’en finir une bonne fois avec le népotisme feutré érigé en mode de fonctionnement ordinaire.

Gabrielle Cluzel

Source : « bdvoltaire.fr » du 03/05/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Grand Nettoyage, Vite.

Grand Nettoyage, Vite.  dans DIVERS pendaisons-300x133

C’est  le  printemps,  il  serait  temps  de  faire  le  ménage  chez  nos  politiciens  !

Nous en avons déjà beaucoup vu et nous n’avons pourtant encore rien vu.
Ce que nous savons nous écœure et ce que nous craignons d’apprendre nous donne d’avance la nausée.
Chaque semaine, pour ne pas dire chaque jour, nous apporte son lot de rumeurs, de révélations, de scandales, et nous nous demandons jusqu’où montera le flot de boue qui éclabousse la classe politique, et n’épargne pas ce que, dans le sabir journalistique, si volontiers pléonastique, on appelle communément les plus hauts sommets de l’État.
À la liste déjà longue des élus locaux, régionaux et nationaux, de droite et de gauche, du Nord et du Pas-de-Calais, de Provence, de Côte d’Azur et d’ailleurs dont le classique « cursus honorum » — mairie, conseil général, Assemblée, Sénat, etc. — s’orne ou devrait s’enjoliver d’un détour par le tribunal correctionnel et d’un passage par la case « prison », de nouveaux noms sont venus s’ajouter ces derniers jours.

Claude Guéant nous a servi des contes à dormir debout qui font plus honneur à son imagination qu’à son image.
Le grand public a découvert simultanément l’existence de Madame Marie-Thérèse Hermange, et les studieuses soirées passées sous la lampe par cette ancienne sénatrice UMP en compagnie de l’envoyé spécial d’un grand laboratoire pharmaceutique.
Droite forte, droite populaire, gauche maintenant, Nouveau Monde ?
On peut se demander si ces courants qui sont censés irriguer notre vie politique ont plus de réalité et plus de poids que le courant Servier, le courant Pfizer ou le courant Sanofi.
Les soupçons qui planent depuis des années sur les campagnes présidentielles d’Édouard Balladur et de Nicolas Sarkozy se font de plus en plus lourds.
La volonté affichée de transparence, fût-ce sous la pression, la pugnacité retrouvée de la justice et de certains médias, les enquêtes et les informations en cours, l’épée de Damoclès que fait peser sur bien des têtes en vue la levée du secret bancaire, tout laisse présager des jours agités, sur fond de crise et de révolte.

Tous pourris ? Non.
Mais trop de vers dans le fruit.
Trop de malins qui pantouflent, tour à tour dans le service public et dans le secteur privé.
Trop de copains qui font leur trou dans les fromages de la République.
Trop de coquins qui font leur beurre sur le malheur des temps.
Trop de liaisons incestueuses entre le monde des affaires et le monde de la politique.
Balais roses, balais bleus, on n’a que le choix.
La certitude est qu’un coup de balai s’impose et si ceux qui devraient faire le ménage en sont incapables, d’autres — à commencer par les électeurs — le feront pour eux.

Dominique Jamet

Source : « bdvoltaire.fr » du 03/05/2013

 

nettoyage impératif et urgent car ce n’est pas de la poussière qui est soulevé mais de la boue

Mami 84

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Retour A L’Envoyeur !

Monsieur  le  Président,  je  vous  renvoie  ma  médaille  de la  famille  !

Monsieur le Président,

Le 23 avril dernier, l’Assemblée nationale a adopté un projet de loi visant à permettre l’union de personnes de même sexe et l’adoption d’enfants de la part de ces mêmes personnes, en appliquant à cette union le terme de mariage.

Cette réforme modifie fondamentalement la conception de ce qu’est le mariage et la famille, selon l’acception des termes usités jusqu’à ce jour et depuis des siècles.
Il ne s’agit pas d’une réforme sociale, mais d’un changement de nature imposé à toutes les familles.

Il y a une vingtaine d’années, au mois de mai 1993, m’a été remise la médaille d’or de la famille française.
Avec mon mari, nous avions à ce moment-là dix enfants, le onzième est né quelques années plus tard.
Ni mon mari ni moi n’avions fait de demande pour obtenir cette médaille mais, après avoir écouté les sages avis de notre entourage, nous avions compris qu’on ne refuse pas une décoration si rien de fondamental ne nous oppose à l’institution qui nous la remet.

Le jour de la fête des mères, en ce 30 mai 1993, après la messe, nous nous sommes donc rendus à la mairie de Guidel où le maire m’a remis la médaille au nom du préfet du Morbihan.

« La médaille de la famille est une distinction honorifique décernée aux personnes qui élèvent ou qui ont élevé dignement de nombreux enfants, afin de rendre hommage à leurs mérites, et de leur témoigner la reconnaissance de la nation », dit le code de l’action sociale et des familles (article D215-7).

Dans la reconnaissance que la nation octroie à ces familles, il y a la considération d’un service.
C’est le simple service, naturel mais exigeant, d’une mère et d’un père de famille qui laissent venir à la vie les enfants qui sont nés de leur amour.
Dans la logique de l’amour, ils les éduquent, non pas seulement pour eux et pour leur droit, mais pour construire la civilisation de demain.

« Peuvent obtenir cette distinction les mères ou les pères de famille dont tous les enfants sont français qui, par leurs soins attentifs et leur dévouement, ont fait un constant effort pour élever leurs enfants dans les meilleures conditions matérielles et morales. » (art. D215-7 id.)
C’est ce que, avec mon mari aujourd’hui défunt, nous avons prétendu réaliser, en toute simplicité, mais au prix d’efforts parfois considérables.
Aujourd’hui, nos enfants étudient pour les plus jeunes, ou travaillent pour les plus grands, contribuant à l’essor de notre pays.

Vous trouvez là, monsieur le Président, une contradiction profonde entre la conception de la famille prônée par la République jusqu’à aujourd’hui, et ce que vous mettez en place dans votre politique.
Par votre réforme, la famille n’est plus au service de la nation, elle n’est plus la nation de demain ; elle est l’expression de droits individuels et est sujette aux formes que chacun veut lui donner.

Bien évidemment, nous n’avons jamais ignoré les modes de vie particuliers de certains.
Si nous les avons trouvés étranges, nous n’avons pas discuté ou combattu leur liberté.
Mais quelle idée absurde de vouloir les regrouper sous le nom de famille : la filiation n’est pas un jeu de poker où gagnerait le meilleur tricheur !
Je vois sur le site officiel que la loi votée par votre Parlement reproduit à l’identique les dispositions de la précédente pour l’attribution de la médaille de la famille : les décorerez-vous lorsqu’ils auront acheté en nombre suffisant les enfants dont ils auront eu envie sur ces nouveaux marchés aux esclaves tels qu’il en existe déjà dans certains pays étrangers ?

Voilà pourquoi, monsieur le Président, je prends la décision de vous renvoyer la médaille reçue sous la présidence de monsieur Mitterrand.
Cette distinction perd tout son sens dès lors que la famille ne correspond plus à ce qui est prôné par les valeurs qui en justifient l’attribution.

Je sais qu’un certain nombre de mères de famille qui partagent mon opinion vous renverront aussi leurs propres médailles.
C’est notre manière d’exprimer combien il serait incohérent de conserver une décoration qui n’est plus qu’un leurre dès lors qu’elle est vidée de sa valeur symbolique.

Veuillez agréer, monsieur le président de la République, l’expression de la considération que je dois à votre fonction.

Françoise De Roeck

Source : « bdvoltaire.fr » du 03/05/2013

Bravo ! Le « mariage pour tour tous » et tout ce qui va avec n’a rien à voir avec l’union sacrée d’un homme et d’une femme qui FONDENT une famille !

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Mosquée Piètre Voisine.

Mosquée Piètre Voisine. dans Toutes Religions nomosquethumb152-e1373381882512

Les   centaines   de   voitures   des   fidèles   musulmans   gênantes   !

Comment une municipalité de gauche favorise la préférence religieuse au détriment des entreprises…
Nous sommes dans une zone d’activité économique -zone industrielle- de la région Nantaise,
Vous savez, Saint-Herblain, cette ville dont le maire est devenu Premier Ministre.
Cette zone d’activité économique, le terme « économique » est mentionné 3 fois sur le plan local d’urbanisme (PLU) de cette zone, est composée d’une rue principale et d’une impasse et compte à l’heure actuelle une trentaine d’entreprises (PME et TPE).
Créée vers les années 80, les entreprises la composant vivaient et se développaient normalement.
Chacun respectant les règles de bon voisinage ainsi que celles qui sont imposées par le Plan Local d’Urbanisme : Zone réservée aux activités économiques, parkings privés des entreprises permettant d’y stationner les véhicules des membres du personnel, rues et voies d’accès larges et dépourvues d’entraves pour permettre la circulation et les manoeuvres de gros-porteurs, etc…

Puis vint un jour où un bâtiment situé dans l’impasse a été vendu à une association culturelle et religieuse…
La municipalité n’a évidemment rien trouvé à redire sur cette nouvelle activité non conforme avec le PLU , mais depuis a accepté un permis de construire qui double la capacité d’accueil de ce centre religieux : de 800 fidèles, la capacité passe à 1650 fidèles.
La municipalité dans sa grande bonté a suggéré aux responsables religieux de faire stationner les véhicules des fidèles sur le parking public tout proche d’une salle de sport.
Rien n’y fait.
Tous les vendredis la rue principale de cette zone, ainsi que les parkings privés des entreprises sont envahis par les véhicules des fidèles.
Et malheur à l’industriel qui s’y oppose, il se fait remettre prestement en place.
Les noms d’oiseaux (exotiques) fusent allègrement.

Le vendredi, toute activité des entreprises doit se caler sur les heures de prières.
Pas moins de 400 voitures stationnent et manoeuvrent sans aucun respect pour la bonne marche des entreprises : parkings privés squattés, accès aux quais des entreprises bloqués, impossibilités pour des semi remorques d’avoir accès à cette zone etc.
Devant les plaintes des industriels, la municipalité ainsi que « Nantes Métropole », organisme créé par son ancien maire, qui gère la circulation dans cette zone ont décidé sans aucune concertation avec les entreprises et sous le prétexte fallacieux d’une carence de stationnement de créer et matérialiser dans la rue principale quelques places de stationnement, qui plus est en quinconce, et de faire interdire et verbaliser tout stationnement « illicite »
Décision bizarre car avant l’implantation de ce centre culturel, il n’y avait aucune carence de stationnement ni de circulation.

Conséquence de ces nouvelles règles :
- Grandes difficultés pour les semi remorques à manoeuvrer dans cette zone à cause de ces places de stationnement en épi, – Verbalisation des industriels par les services de la police municipale pour de soi-disant stationnements illicites tout le reste de la semaine,
- Bien entendu, aucune amélioration du stationnement et de la circulation le vendredi…
Devant tant d’incohérence certains industriels se sont plaints auprès de la mairie et les réponses sont tout simplement ubuesques :
 » Les entreprises doivent s’adapter aux nécessités de cette nouvelle activité, le centre religieux « .

« La ville bouge, la ville évolue »

« La ville ne cédera jamais sur les améliorations qu’elle entend mener «

En conclusion :
Sans parler de l’impact sur leur chiffre d’affaire, cette zone risque fort de se transformer en friche industrielle car les entreprises qui le peuvent ne renouvelleront pas leurs baux avec les propriétaires des bâtiments et iront s’installer ailleurs.

Un bel exemple de préférence communautaire au détriment des entreprises et de l’emploi.

Etienne Salorge

Source : « ripostelaïque.com » du n° 301

 

Les prières dans les rues n’étaient qu’un premier pas !
Maintenant les alentours des mosquées vont être obligés de vivre à l’heure islamique, c’est une amélioration magnifique pour une France qui se dit encore républicaine !


Mais les lamentations ne servent à rien, chantons la « Marseillaise » !

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43