Archive | 04/05/2013

Nous Etions Là Chez Nous

Pendant  quelques  heures,   amour  de  la  France, de  son histoire  et  de  son  peuple…

Après mon défilé initiatique du 1er mai frontiste de l’an dernier, j’avoue sans complexe y avoir pris un certain goût, savourant dès le saut du lit le plaisir joyeux de pouvoir côtoyer quelques heures durant des gens parlant la même langue que moi, de retrouver mes compatriotes, malgré un ciel bien peu engageant.
La place du Palais Royal à 9 h du matin est clairsemée de petits groupes aux allures patriotiques, le gros de la troupe se trouvant principalement réuni sous les arcades de la rue de Rivoli.
Il est émouvant de voir sous la banderole de la Côte d’Azur les Provençaux s’époumoner d’une même voix que leurs voisins immédiats du Nord-Pas de Calais pour entonner une vibrante Marseillaise.
Serge Moati, le ventre débordant de son long manteau marron joue le réalisateur du film du jour tandis qu’un cordon sécuritaire viril se forme autour de la tête du cortège où se tiennent entre autres Marine, son père, Marion, Valérie Laupies, Gilbert Collard, Fabien Engelmann et Florian Philippot.
Une perceptible cohue règne autour de ce début de cortège avec des bousculades de « caméramans » et de photographes, professionnels ou amateurs, mon portable valsant même dans les airs à un moment donné tandis qu’une mêlée de match de rugby laisse craindre un instant un début de bastonnade d’objectifs, immédiatement calmée.

Un peu plus tard, la place de l’Opéra est à nous.
Ayant abandonné un peu plus tôt le cortège pour récupérer des bonnes places devant la tribune, je suis campée avec mes amis sur un bout de trottoir surélevé, attendant le début des réjouissances devant un gigantesque panneau annonçant la couleur « Le peuple d’abord ».
Peu à peu une foule bleu-blanc-rouge se masse et envahit la place, scandant « Mariiiine, on t’aaaaiiime ! ».
Après que les pontes du FN aient pris place devant un parterre enthousiaste, le soleil perce au moment même où la vedette Marine entame un discours nous transportant dès les premiers mots dans toute sa fougue patriote, agite nos tripes en évoquant la France éternelle, à laquelle le peuple répond en communion « on est chez nous ! ».
Sous les yeux admiratifs et attentifs de sa nièce Marion, elle évoque tour à tour le nombre spectaculaire d’adhésions depuis un an, la nécessité de rassembler sous une même bannière tous les Français, qu’ils soient de métropole, d’outremer ou adoptés mais amoureux sincères de notre terre, le refus de la repentance et la renaissance de la fierté de la nation.

Elle est applaudie lorsqu’elle évoque l’immigration de masse en lien avec l’insécurité, le refus du communautarisme, le respect de la laïcité.
Avec un talent d’oratrice inégalable et diablement efficace, elle se lance ensuite dans une longue diatribe contre le système UMPS, condamnant principalement le quinquennat du « crocodile de marigot » Sarkozy, mais plus généralement l’ensemble de l’UMP contre lequel elle garde une dent acérée et rancunière pour lui avoir préféré les voix socialistes à celles de sa propre famille droitière.
Elle n’oublie pas d’écorner aussi le quinquennat entamé par Hollande, oubliant cependant de condamner nommément ses ministres les plus détestables, mais également les financiers, la mondialisation esclavagiste et Bruxelles qui par sa politique méprisante emporte les peuples européens dans les « ténèbres ».
A l’évocation de cette première année hollandaise et de ses dérives, le peuple se met à scander en choeur « Hollande démission ! », ce qu’il fera d’ailleurs à plusieurs reprises durant toute cette matinée.
Tour à tour sont évoquées les délocalisations, la baisse du pouvoir d’achat, les retraites, l’immigration et l’austérité non pour tous mais seulement pour les pauvres et les classes moyennes.
A la moitié de son discours enfin Marine aborde le communautarisme, le choc des civilisations, les « idéologies fondamentalistes extrémistes ».
Je retiens mon souffle.
Va-t-elle prononcer le nom de la communauté à laquelle je pense ?
J’ai bientôt la réponse… « l’islamisme fondamentaliste »…
Certes ce n’est pas encore tout-à-fait l’islam qui est dénoncé mais au moins elle en désigne les fidèles les moins intégrés, les plus intégristes.
Applaudissements rassurants dans la foule.

Elle se rappelle une fois encore au bon souvenir de notre fibre patriote.
Elle nous rappelle l’indivisibilité et la souveraineté de notre peuple soudé par notre histoire et nos valeurs communes face aux chimères européistes, tandis que décidément en forme la foule scande « on est chez nous ! ».
Elle dénonce l’inégalité et l’injustice de droits plus volontiers octroyés aux néo-arrivants prioritairement aux Français, des droits vérifiables et constatables chaque jour pour qui ouvre les yeux.
Ne remettant pas en cause la générosité et la solidarité qui sont les nôtres, Marine réclame pourtant le bon sens élémentaire qui veut que la France prenne d’abord soin des Français avant de prendre soin des étrangers.
Nourrit-on ses propres enfants en dernier ?

L’absence de déontologie n’est pas en reste dans son discours, d’abord dans les médias réduisant la liberté d’opinion et d’expression à une peau de chagrin, avec ensuite celle de la justice en berne, partialement rendue, faisant dangereusement pencher la balance de la Justice du seul côté gauche au risque de la faire tomber.
Le mur de la honte du Syndicat de la Magistrature est hué.
Anticipant une prochaine arrivée au pouvoir, elle promet une justice mieux rendue, plus juste, une liberté garantie sur internet et ailleurs, au contraire des lois liberticides qu’entendent nous imposer les socialistes au pouvoir.

L’émotion m’étreint lorsqu’elle évoque le peuple qui se lève et la « longue cohorte » ininterrompue de nos aïeux partis depuis longtemps, morts pour défendre notre terre et trahis depuis par tant de leurs descendants, et dont la présence en ce jour grossirait à coup sûr nos rangs.
« Tenez bon ! » nous répète-elle, nous enjoignant de ne pas céder au désespoir, de nous rappeler que nous devons être fiers de nous, que nous devons nous relever et qu’ensemble les patriotes finiront par trouver la voie de la victoire.
Après près d’une heure d’un discours revigorant, le public en liesse hurle en conclusion ce mantra « Marine présidente ! » avant d’entamer la Marseillaise.

Au moment où les chefs du parti se lèvent pour quitter la tribune au milieu des ovations, c’est cette fois un spontané et émouvant hommage à la plus jeune et talentueuse de nos députés, la décoiffante et rafraichissante Marion, qui s’exprime avec ferveur et espoir joyeux, tous drapeaux dehors.
En repassant sur la place de l’Opéra une heure et demie plus tard, les affiches de Marine ont été arrachées par des passants.

« Le peuple d’abord » est un concept qui, semble-t-il, ne fait plus l’unanimité.

Caroline Alamachère

Source : « ripostelaïque.com » du n° 301

Cela fait vraiment du bien de se sentir entre Français, non de papiers ou d’intérêts, tout simplement de coeur, de traditions et de culture !
Comme le travail fêté en ce 1er mai, ces valeurs n’ont plus guère de succès chez certains qui habitent ici !

Toujours Plus Vicieux !

Attention à une façon de préparer votre cambriolage singulière !

Mercredi, je me suis approché de ma voiture du côté passager pour y déposer mon portable sur le siège avant.
Comme j’allais ouvrir la portière, j’ai remarqué un petit trou juste en dessous de la poignée.
Ma première pensée fut que quelqu’un avait tiré un coup de fusil sur ma voiture !

A bien y réfléchir, j’ai cru voir de quoi il s’agissait.
J’ai contacté un ami carrossier auto et je lui ai demandé s’il avait eu à réparer des véhicules avec ce genre de trous.
« Oui, j’en ai vu souvent.
Le voleur place un poinçon juste sous la poignée de la portière, pratique un trou, accède au levier et ouvre la porte comme s’il avait utilisé une clé.
Pas d’alarme, ni vitre brisée et rien d’autre endommagé. »

J’ai alors contacté mon assureur et lui ai expliqué que j’étais surpris qu’ils n’aient pas emporté mon GPS ou autres biens. Et voilà où cela se complique !
 » Oh non, me dit l’assureur, ils sont plus subtils que ça.
Ils examinent votre GPS pour voir où se trouve votre résidence en recherchant « maison ».
Ou bien ils trouvent votre adresse sur votre certificat d’assurance ou tout autre document dans votre boîte à gants.
Alors ils savent quel véhicule vous conduisez, connaissent votre adresse, se rendent à votre résidence et, si votre véhicule n’est pas là, présument que vous n’y êtes pas et en profitent pour vous cambrioler. »

Bien sûr, ils vont même jusqu’à laisser sacoche et portefeuille dans votre véhicule et ne prennent qu’une carte de crédit pour ne pas attirer votre attention.
Quand vous vous en apercevez, ils ont déjà eu quelques jours pour l’ utiliser…
Ils ont même la courtoisie de refermer les portières.

Alors, faites le tour de votre véhicule périodiquement, surtout si vous avez stationné dans des centres commerciaux ou sur d’autres grands parkings.

Voici une photo du trou fait par le poinçon sous la serrure :

Toujours Plus Vicieux ! dans SECURITE cambriolage1-300x225

Vous devez être très vigilant pour remarquer ce genre de trou, particulièrement côté passager, car vous n’avez pas souvent l’habitude de regarder de ce côté-là !

Merci Jacky !
Merci ausi aux internautes qui me font part des perles qu’ils peuvent trouver sur la toile.
Les médias ne nous disent vraiment pas tout ce qui peut vraiment NOUS intéresser !

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Histoire Censurée !

Histoire Censurée ! dans INSOLITE cristiada

Cristiada,  un film  à  succès  américain  que  vous  ne  verrez  pas…. censure  socialiste  !

Vous ne verrez pas en France le film américano-mexicain Cristiada sorti en 2012.
C’est pourtant une production à succès aux États-Unis, au Mexique et dans les pays où la censure socialiste franc-maçonne ne s’exerce pas ou s’exerce avec moins de rigueur qu’en France.
Son metteur en scène Dean Wright et des acteurs renommés, comme Andy Garcia qui joue le rôle principal, ainsi que la manière « américaine » dont il a été tourné, avec des simplifications, des libertés prises pour les besoins du film par rapport à la véritable histoire des Cristeros et des scènes de bataille très bien faites, en font un succès commercial garanti pour les salles de cinéma.
Le problème, c’est que le film Cristiada raconte l’histoire vraie du Mexique des années 1920 dirigé après la révolution mexicaine par un président et un gouvernement socialistes et franc-maçons, élus démocratiquement mais dont le laïcisme forcené a plongé le pays dans la guerre civile et a fait du Mexique un pays où les libertés religieuses étaient jusqu’à récemment encore très restreintes.

La révolte de ces Cristeros mexicains dont le cri de guerre était Viva Cristo Rey ! (« Vive Christ Roi ! ») a duré de 1926 à 1929.
La constitution mexicaine issue de la révolution de 1910-17 interdisait à l’Église catholique de gérer des écoles primaires et de dispenser des cours de catéchisme.
Elle délégalisait tous les ordres religieux et interdisait toute cérémonie en dehors des édifices religieux.
Elle a également imposé la nationalisation de tous les biens de l’Église.
En 1934, elle a encore été amendée pour imposer dans les écoles une éducation socialiste libre de toute référence à la religion.
Dans les années 1920, le pays était dirigé par le président Plutarco Elías Calles, fondateur du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) qui a régné sur le pays sans interruption de 1929 à 2000.
Le président Calles, socialiste et franc-maçon, était connu pour son athéisme et son anticatholicisme virulents.
Après avoir remporté les élections de 1924, il a mis à exécution de manière très stricte la constitution de 1917 et notamment son point qui prévoyait la suppression de la personnalité morale de l’Église catholique mexicaine, l’interdiction aux prêtres et religieux de voter et d’exprimer des opinions critiques contre les décisions du gouvernement et des tribunaux, la réduction du nombre de prêtres par décision administrative des gouverneurs des États de la fédération mexicaine, l’expulsion de tous les prêtres étrangers et la fermeture des dernières écoles catholiques.

Après une période d’opposition démocratique et pacifique, avec notamment une pétition en faveur d’une réforme de la constitution qui a réuni deux millions de signature mais qui a été traitée par le mépris, puis le refus par les catholiques de payer leurs impôts et le boycott des produits et services gérés par l’État, et devant la violence croissante des répressions, les catholiques mexicains ont fini par prendre les armes.
La révolte s’est rapidement étendue à l’ensemble du pays et le gouvernement mexicain a réagi par l’assassinat de nombreux prêtres et par des exécutions publiques d’opposants.
Si un accord a été trouvé en 1929, les restrictions contre l’exercice de la religion sont restées telles que les catholiques ont à nouveau pris les armes dans les années 30 pour défendre leurs libertés fondamentales.
Ces restrictions sont en grande partie restées en vigueur jusqu’à la fin du XXe siècle et aujourd’hui, alors que les libertés religieuses sont de plus en plus attaquées en Europe, il n’est pas étonnant que, comme au Mexique où le sujet de la révolte des Cristeros était passé sous silence, ce film fasse l’objet d’une censure qui ne dit pas son nom.

Alors que le gouvernement français, dans lequel les loges franc-maçonnes exercent un pouvoir parallèle qui échappe au peuple, affiche son mépris pour les valeurs traditionnelles et pour les catholiques et que le ministre de l’Éducation ne cache pas son projet de transformer la République en instrumentalisant l’école au profit d’une idéologie, alors que la Grande-Bretagne a de fait interdit à l’Église catholique de gérer des centres d’adoption et pourrait bientôt engager des répressions contre les institutions religieuses qui refuseront de célébrer les « mariages » homosexuels, alors que l’Allemagne met en prison des parents qui refusent que leurs enfants assistent à des cours d’éducation sexuelle teintés d’idéologie du genre, l’histoire de la révolte des Cristeros au Mexique nous rappelle qu’il existe aussi un intégrisme laïque, un socialisme théoriquement démocratique qui s’inspire à la fois de la Révolution française et du socialisme bolchevique et qui n’a pas renoncé à transformer la société en faisant violence à la nature humaine, une idéologie somme toute réactionnaire puisqu’elle nous est resservie de manière récurrente à différentes sauces depuis la fin du XVIIIe siècle.

La censure qui entoure ce film comme celle qui entoure d’autres films et toutes sortes d’informations boycottées par l’ensemble des médias « mainstream » français pose aussi la question du degré réel de démocratie en France et du caractère centralisé ou spontané du grand lavage de cerveaux national et européen.
Peut-être serait-il aussi temps de s’interroger, un siècle après la séparation de l’Église et de l’État, sur la séparation de la franc-maçonnerie et de l’État.
Comment se fait-il en effet que des ministres et des hauts-fonctionnaires puissent être plus ou moins secrètement membres d’organisations parallèles qui ressemblent fort à des sectes ?

Qui est aujourd’hui capable de nous dire quelle est l’influence réelle des loges franc-maçonnes sur le pouvoir politique, judiciaire, médiatique et économique ?
Dans le Mexique des années 1920, leur rôle liberticide et antidémocratique est aujourd’hui avéré même si le film Cristiada n’y fait pas allusion.
Qu’en est-il de la France des années 2010 ?

Olivier Bault

Source : « NDF.fr » du 04/05/2013

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Grippe Aviaire Chinoise

Concernant  la  grippe  aviaire,  un  virus  mutant  créé  en  Chine  panique  les  experts

Une équipe de chercheurs a créé un virus hybride de la grippe aviaire, ce qui présente de nombreux risques selon les scientifiques.
Un article publié jeudi dans la revue américaine scientifique Science indique en effet qu’une équipe de l’Académie des sciences agricoles chinoise et de l’université agricole du Gansu ont réussi à créer un nouveau type de virus mutant de la grippe aviaire.
Autant dire que cette nouvelle inquiète déjà les experts alors que l’épidémie de grippe aviaire continue de toucher plusieurs provinces chinoises.
Selon l’article paru dans « Sciences », le nouveau virus mutant résulte en fait de gènes de la souche H5N1 du virus de la grippe aviaire, et de la H1N1, responsable de la pandémie des années 2009 et 2010. Si la souche H5N1 du virus peut être transmise aux humains par des oiseaux mais ne peut toutefois pas se transmettre d’humain à humain, la deuxième souche est quant à elle particulièrement contagieuse ce qui explique que les experts s’inquiètent du nouveau virus hybride créé en Chine et qui pourrait encore muter.

Les scientifiques à l’origine du virus mutant indique par ailleurs qu’une simple mutation du virus H5N1 lui suffirait à pouvoir se transmettre par la suite d’un mammifère à un autre.

Les chercheurs n’ont pas voulu créer ce nouveau virus pour terroriser encore plus les populations.
L’objectif était en effet de trouver un vaccin ou bien de prévenir les mutations de la grippe en trouvant comment elles se font dans la nature.
Nombreux scientifiques craignent toutefois que cette expérience soit le début de nouvelles mutations qui pourraient s’avérer incontrôlables et provoquer une véritable pandémie.
L’intérêt scientifique de la recherche ne justifierait donc pas toujours les risques potentiels selon beaucoup de chercheurs.

Source : « altlantico.fr » du 04/05/2013

Cela me rappelle les incertitudes quand est survenu le sida sur notre continent…il y a déjà pusieurs décennies !
Décidément, les recherches pour d’éventuelles armes biologiques n’ont jamais cessé, chaque bloc s’accusant mutuellement.
Les USA craignent la Chine de nos jours, ils lancent donc cette information, mais où en sont-ils de leur côté ?

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43