Archive | 15/05/2013

Cela Fait Du Bien !

A  tous  les  pourris  de  journalistes  sportifs  gavés  par  le  Qatar  et  ses  pétro-dollars  !

La barbarie libérée sur l’esplanade du Trocadero en réponse au triomphe d’une équipe de voyous footballeurs est le symbole parfait de la France équarrie.
Champions de France! Les Parisiens! Et quoi encore ?
Où sont les jolies filles du Qatar promises au joyeux hommage de leurs chevaliers, comme les petites galloises à nos appétits d’étudiants fêtant à Cardiff une victoire du XV de France sur les hommes du Poireau?
Où sont les compagnons de nuit brassés jusqu’à l’aube dans le même amour du sport, de la fête, de la fraternité?
Ma jeunesse résonne de ces empoignades, de ces chansons, de ce tumulte, de ces amours éphémères.
Un Blondin éthéré s’appuie au coin du bar, attendant la chicore, qui viendra, avant la grande réconciliation des aubes brumeuses. Antoine, regarde qui a repris ta plume pour célébrer l’agonie de nos passions : des spectres, des lessivés, des collabos attendant que leur soient versés les « reichsmarks » estampillés Qatar, des ordures répandues sous le lit de cette République à laquelle nous avons trinqué, toi et moi, avec un sacré paquet d’autres, au soir des victoires comme à celui des défaites.

Tout s’estompe dans le vomi des notables, l’acceptation des chantres vendus au plus offrant, la génuflexion de l’État devant ce qui va le tuer.
Invraisemblables soirées, entre Concorde et Arc, pollution, comme le visage de Marianne par le foutre de Saladin.
Où sommes nous, quelqu’un peut-il me le dire?
Champions de France ! De quelle France ?
Eh, les gens de « l’Équipe », de « BFM », de « Zorglub-Télé » ou de « Poubelle-la-vie », vous étiez où, ce soir ?
Chez Zahia ?
A la mosquée munichoise de Ribéry ?
A Dachau ?
Vous êtes de beaux enfoirés, qui ne voyez dans cette subversion par le médiocre que le fantasme de vos propres impuissances, de vos lâchetés, de votre incommensurable désir d’être dominés.
Menus incidents, débordements habituels, routine, c’est ça vos soirs exultants, votre bonheur d’être ?

Allez vous faire foutre, vous et vos employeurs !
Vous traitez de fascistes ceux qui gardent au coeur la grâce de la civilisation.
Les fascistes, c’est vous, bouche ouverte sous les bureaux d’où coulent les petro-dollars, petites putains nourries à la datte faisandée.
Je trinque à vos funérailles, à Doha !
Là est la banque, la couche, la mère attentive qui vous donnera le sein jusqu’à plus soif.
Têtez, journalistes sportifs français de mes deux et autres, et si vous avez faim, donnez de la canine sur les mamelons.
Ca fait bander l’animal, qui vous pressera la nuque jusqu’à ce que vous ayez cessé de respirer.

Alain Dubos

Source : « ripostelaïque.com » du n° 303

Nous Avons Bon Dos !

Les victimes peuvent demander réparation à l’État, après le FIASCO de la fête organisée pour le PSG !?!

Les particuliers et les commerçants qui ont subi lundi soir les actes de vandalisme suite au fiasco de la fête du club de football de la capitale doivent d’abord se tourner vers leur compagnie d’assurance.
Vitrines brisées, voitures brûlées, mobilier urbain dévasté…
Pour les riverains du Trocadéro, quartier plutôt tranquille de la capitale, les reliefs de la fête organisée lundi soir en l’honneur du club de football parisien ont un goût amer.
Malgré l’interpellation d’une vingtaine de personnes, il est en effet peu probable que les victimes puissent obtenir le moindre euro des casseurs.
«Leur responsabilité civile peut bien sûr être engagée, mais il faut tout d’abord être certain qu’il s’agit bien des auteurs des dégâts, puis déterminer exactement de quels faits ils sont accusés.
Il faudrait enfin que ces personnes soient solvables, ce qui est peu plausible étant donné l’étendue des dégradations qui atteint plusieurs centaines de milliers d’euros», explique Jérôme Travard, maître de conférence en droit public à l’université Rennes 1.
Un autre responsable va donc devoir prendre la relève: l’État dont dépendent les forces de police de la capitale, et ceci sans avoir à démontrer qu’une faute a été commise.
Selon Jérôme Travard, depuis le XIXe siècle, le simple fait qu’une manifestation dégénère suffit pour invoquer la «responsabilité sans faute» de l’État.
Toutes les victimes, y compris la Mairie de Paris dont le mobilier urbain a souffert, peuvent donc lui demander réparation.
« In fine », quelle que soit l’issue du procès politique en responsabilité qui enfle depuis hier soir, le paiement de la facture devrait donc incomber à l’État.
Dans la pratique, cette «responsabilité sans faute» sera surtout invoquée par les compagnies d’assurance qui voudront récupérer les sommes versées à leurs assurés.
Pour les commerçants notamment, les contrats d’assurance prévoient systématiquement une garantie contre le vandalisme, affirme la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA).
En ce qui concerne la perte de chiffre d’affaires engendrée par la fermeture des magasins en attendant les réparations, il faut en revanche que l’exploitant ait souscrit une garantie «perte d’exploitation», qui couvre également les indemnités des salariés condamnés au chômage technique.
Les particuliers dont le véhicule a été endommagé peuvent aussi obtenir réparation, à condition qu’ils aient souscrit une garantie «dommages», ce qui est le cas de 70% de la population française et davantage encore à Paris, assure la FFSA.
L’assurance aux tiers ne s’applique quant à elle que lorsque le propriétaire du véhicule est responsable de dégâts.

Source : « lefigaro.fr » du 15/05/2013

Encore heureux que les Champs-Elysées aient été refusés !
Le « football » n’intéresse pas toute une ville, pourquoi ne pas faire cette fête au stade, il n’y aurait pas eu de vitrines, ce n’est qu’un loisir, qui plus est sponsorisé par un étranger.
Et les finances de l’Etat, ce sont nos impôts, toujours nous donc, qui les approvisionnons, qui encore va payer ?
Les primes d’assurances vont une fois de plus augmenter sous ce pretexte…les autruches sont plus grosses que les pigeons mais se laissent aussi plumer !

Que Dit Le Coran ?

Un religieux de la Communauté de Saint-Jean a été agressé dans la cour du centre paroissial.

Les faits se sont déroulés lundi peu après 20 heures dans la cour du centre paroissial du quartier Saint Ruf à Avignon.
Le Père Grégoire se tenait devant l’église et envoyait un message avec son téléphone, lorsque quatre jeunes du quartier se sont dirigés vers lui.
L’un d’eux lui a volé son téléphone avant de prendre la fuite.
Le religieux a fait rentrer les trois autres jeunes dans les locaux paroissiaux pour tenter de les convaincre de lui restituer le portable. Le ton monte.
Un des agresseurs assène un coup de poing au visage du père Grégoire.
Bilan : un nez cassé et cinq jours d’incapacité temporaire de travail.
Des frères de la Communauté de Saint-Jean tentent de s’interposer, mais ils se retrouvent sous la menace d’un couteau.

Une agression qui indigne
« J’étais en habits de religieux. Ces jeunes savent clairement qui nous sommes, ils n’ont aucun respect », témoigne le père Grégoire sur RTL.
« Ils m’ont tapé dessus sans tenir compte de l’habit ou de la fonction que je représentais », ajoute-t-il.
Le Conseil régional du culte musulman de la région Paca (CRCM-Paca) a exprimé dans un communiqué « son incompréhension et son indignation face à cette agression qui a visé un homme de paix devant un lieu de prière et de recueillement ».
Le CRCM-Paca a témoigné de « son soutien fraternel au prêtre victime et à sa communauté face à cette agression choquante et inqualifiable ».
Le député d’extrême droite du Vaucluse, Jacques Bompard, a condamné avec « la plus grande fermeté » cette agression qui selon lui « est la conséquence du laxisme généralisé ».

Le centre paroissial a porté plainte mardi après-midi.

Raphaël Vantard

Source : « rtl.fr » du 15/05/2013

Il se serait agi d’un imam, c’est sûr que nos télés nous en auraient rebattu les oreilles.
Mais là, rien sur cette agression contre un catholique !

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43