Archive | juin 2013

Un Emigré Français Parle.

Un Emigré Français Parle. dans Famille passeport

Dès que je le pourrai, je renoncerai à mon passeport français.

J’appartiens à une génération née dans les années soixante qui n’osa jamais se dire de droite, quoique mon milieu familial d´artisans l’eût toujours été.
Mon nom est si « gaulois » et mon apparence si « fromage blanc » qu’ils en sont désespérants dans le contexte ambiant, et mes aïeux de tous côtés sont des « souchiens » aussi loin que l’on puisse remonter.
Je n’ai aucun quartier de noblesse d’immigrant ou de sang étranger à faire valoir.
Libéral dans l’âme et européen convaincu, j’aurais pourtant voté pour Marine Le Pen en 2012 si je m’en étais donné la peine, par exaspération et l’envie de donner un grand coup de pied dans la fourmilière.

En 2003, fatigué de l’atmosphère de guerre civile larvée qui régnait dans mon pays, de l’insécurité qu’on y ressentait, de la repentance mémorielle qui se généralisait, de l’irréalisme abstrait qui s’y complaisait et de l’immobilisme politique qui s’en nourrissait, je faisais le choix de partir au Canada et en Allemagne.
Je ne remets plus les pieds en France même si je continue à y suivre les débats intellectuels.
Le pays où je suis né m’exaspère et m’ennuie, pour ne pas dire qu’il me révulse.
Je suis devenu germanophile.
Dès que je le pourrai, je renoncerai à mon passeport français.

Parti avec un visa de travail, je compris plus tard mon statut d’émigrant.
Cela n’était plus arrivé dans ma famille depuis 350 ans, quand des ancêtres huguenots trouvèrent refuge à l’étranger.
Il me fallut longtemps pour comprendre que je vivais aussi un exil idéologique à l’égard d’un pays qui renonçait à son art de vivre, son intelligence, ses bonnes manières, une nation qui perd toutes ses guerres depuis 150 ans sans se remettre en question, et se gargarise d’un reste de grandeur que des vainqueurs magnanimes, encore éblouis par sa gloire et sa culture, lui accordèrent en 1945.

Le peuple de gauche n’existe plus, ses rangs ont fondu pour aller grossir ceux du Front national, sauf à supposer qu’il reste quelque chose de populaire aux cohortes de professeurs barbus, de gras fonctionnaires et de bourgeois bohèmes repus.
Le peuple de droite, comme un beaujolais juste tiré, vient de montrer un visage inédit, jeune et frais, mais pour combien de temps ? Car là est son drame, et sa pesanteur héritée du monde paysan et artisan qui le composait :
son retrait stoïque, sa calme dignité, son refus de l’engagement, son quant-à-soi silencieux – sauf en de brefs sursauts, parfois violents, que les vertueux taxent de populisme, forcément infâme et dangereux.

Je suis de ceux qui voient dans le populisme un syndrome et un symptôme, et même un principe salvateur.
Loin d’être une maladie de la démocratie, le populisme est l’accès de fièvre régulateur dans un corps malade qui l’ignore, un thermomètre politique qu’il est imbécile de vouloir casser quand il signale que le peuple s’est mis en branle pour rappeler à ceux qui le dirigent des réalités qu’ils ne perçoivent plus.
Les populismes posent les vraies questions sans leur apporter de remèdes.
Depuis trente ans (Dreux, 1983), l’émergence puis la persistance d’un populisme virulent à droite témoigne de la gravité des maux qui affligent la France, et de leur approfondissement.
Gageons que le peuple de droite continuera à montrer la bonne direction à des partis de gouvernement qui s’obstinent à ne rien voir.

Stephan A. Brunel

http://www.bvoltaire.fr  du 30/06/2013

Il est certain que la nation qui s’appelle France en ce début du XXI ème siècle donne plutôt envie de partir très loin, dans la mesure où l’on a déjà accepté que le « grand remplacement » sera irréversible.

Et bien ce n’est pas mon cas ni celui de nombreux Vrais Français, et heureusement !

Bonne chance  chez les autres, leurs immigrés ont plutôt intérêt à respecter les us et coutumes, surtout le rythme de travail  du pays qui veut bien les accueillir…

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

 

« France » « Terre » « D’Asile »…. ? ? ? ?

« France Terre d’Asile » et la mairie de Lyon arrosent les roms, futurs électeurs, Avec Nos Sous…!

Afin de nous conformer aux lois en vigueur et pour rassurer « la Police Socialiste de la Pensée » :
Nous préciserons que cet article ne concerne aucunement les très très nombreux Roms, que vous devez probablement rencontrer chaque jour,  qui sont sur notre territoire, respectent nos lois et occupent des emplois en toute légalité dans des usines, des commerces et des bureaux.

Appartenant à la « France moisie » j’étais convaincu que les Roms , population de nomades qui ne vivent que de la mendicité, du vol et de rapines obscures, ne sont que le bras armée de réseaux mafieux basés en Roumanie, Bulgarie et Hongrie.
Ils s’installent illégalement sur des terrains privés, en périphérie des grandes agglomérations,  et les transforment immédiatement en bidonvilles qui n’auraient rien à envier à ceux de Bombay.
Ils déferlent chaque jour sur la capitale pour y détrousser des touristes et ont transformé le Louvre en zone de non droit.
Le dernier rapport de l’ »Office National de la Délinquance et des Réponses Pénales » (« ONDRP ») est d’ailleurs accablant pour eux, montrant qu’ils représentent presque un quart des multirécidivistes de l’échantillon choisi.
Les plus faibles d’entre eux mendient,  assis à même le sol dans des postures infra humaines dont eux seuls ont le secret et gratifient tous les passants d’un « s’il vous plaît, Dame Monsieur », digne de « l’Actors Studio »,  qui devrait faire l’objet d’un dépôt de brevet.
On pourrait penser également qu’étant nomades et analphabètes pour la plupart, ils n’avaient de toutes façon aucune chance de trouver un emploi dans notre société ultra compétitive où les Bac+5 se retrouvent à « Mc Donald »,  et ce d’autant plus qu’ils n’en cherchent pas.

Heureusement La Mairie de Lyon et l’association humanitaire « France Terre d’Asile » sont là pour nous sortir de notre ignorance.

Leur comportement criminel et antisocial est bien entendu entièrement imputable au « racisme » des Français et au manque d’hospitalité de notre peuple pour toutes ces populations qui viennent nous faire profiter de leur grande culture.
Comme le mentionne « France Terre d’Asile », il est impossible de s’intégrer sans logement ni condition de vie décente.
C’est maintenant chose faite, pour 400  Roms qui occupaient illégalement des terrains à Lyon, transformés en cloaques insalubres.
Il leur a été octroyés (comme c’est d’ailleurs leur droit le plus stricte) des logements ainsi que toutes les commodités qui l’accompagnent, à savoir électricité, gaz, etc.
Bien entendu agrémenté d’une petite tournée de CMU, de RSA et d’une carte de séjour pour tout le monde au passage.
Tout ceci pour la somme dérisoire de 9 Euros par jour et par personne, soit un budget annuel d’environ 1 Million d’Euros,  payé en partie par le Grand Lyon et l’association « France Terre d’Asile » (gavée de subventions bien entendu).

Mais attention, tout cela n’est pas gratuit, il y a des contreparties auxquelles les Roms ne pourront pas se dérober.

Les familles Roms ont pour cela signé un contra tripartite avec l’association et la mairie de Lyon par lequel ils s’engagent à participer aux animations qui leur seront proposées.
Quel sacrifice !
Ce dispositif se nomme « ANDATU », qui paraît-il signifie en romani (même pas en roumain, qui est au moins une langue latine) « Je te donne ».

Le nom même de ce dispositif est un crachat à la face des contribuables lyonnais.

Cependant on ne va pas plaindre des gens qui ont élu « Najat Vallaud-Belkhacem », participant ainsi à son ascension politique.

Rien que pour ça ils méritent bien une dizaine d’Andatu.

Le contrat à peine signé l’association « France Terre d’Asile » s’insurge déjà que toutes les familles présentes ne soient pas concernées par ce dispositif,  (j’invite d’ailleurs les 2000 personnes concernées  à saisir immédiatement la Cour Européenne des Droits de l’Homme car c’est un cas flagrant de discrimination et il est certain que les familles exclues auront gain de cause).

Le fait que la préfecture ait le toupet de filtrer les futurs bénéficiaires d’une carte de séjour sur notre territoire est proprement scandaleux.
« France Terre d’Asile » prévient aussi que cette expérience ne pourra pas se traduire par un succès si le marché de l’emploi n’est pas totalement ouvert aux Roms.
C’est là de loin le point le plus intéressant du sujet.
En effet, seule une liste d’environ 291 professions est autorisée pour les ressortissants roumains et les bulgares.
Il convenait donc de se pencher sur cette liste afin de comprendre pour quelle raison les Roms n’y  trouvaient pas leur bonheur sachant qu’elle couvre l’agriculture, la pisciculture, en passant par le bâtiment, la finance, la comptabilité, l’enseignement et même jusqu’à la médecine !
Cette liste est tellement exhaustive que presque tous les métiers connus y figurent, mais visiblement  pas assez pour nos amis les Roms.

Il est vrai que le vol à la sauvette et la mendicité n’y sont pas mentionnés, j’en conviens.

Il ne restait donc plus qu’une seule explication rationnelle, les Roms sont donc surqualifiés vis-à-vis de tout ce que nous pourrions leurs proposer.

Des initiatives similaires voient le jour dans toute la France avec la bénédiction du gouvernement et des médias nationaux.

Chaque petit roitelet socialiste prend grand soin de ses Roms afin surtout de n’être pas taxé de racisme.
500 mille Euros par ci pour des maisons préfabriquées, 450 mille Euros par là pour l’apprentissage du français.
Les robinets à subvention sont ouverts au maximum.
Gavez-vous mes amis.
La Grande Putain vous abreuvera jusqu’à plus soif.

Dans le même temps, ces mêmes médias nous expliquaient que près de 10% des foyers français ne parvenaient plus à payer leur note d’électricité ou de gaz et que le nombre de mal logés continuait de grimper.

Tout cela est d’autant plus scandaleux que la Roumanie et la Bulgarie ont perçu des dizaines de milliards d’Euro de la part de l’Union Européenne afin d’intégrer les Roms dans leurs pays d’origine.

Mais où donc est passé le grisbi ?

Tous ceux qui ont eu l’occasion de séjourner dans les hôtels de Strasbourg pendant les cessions parlementaires peuvent répondre aisément à cette question.
On peut  y admirer les députés européens de ces pays, caricatures de mafieux de l’ère post soviétique, arrogants et vulgaires.

Les milliards de l’Europe ne sont visiblement pas perdus pour tout le monde.
Les élus locaux qui financent avec l’argent du contribuable ces projets scandaleux ne peuvent pas ignorer que les Roms sont mobiles par essence même, et qu’ils ne manqueront pas de s’engouffrer dans la brèche qui vient de s’ouvrir.
Préparez-vous à accueillir et à loger 10 Millions de Roms qui, vous devez le savoir, deviendront tous français à plus ou moins brève échéance, personne ne pourra s’y opposer.
Il y aura toujours pléthore d’avocaillons prêts à défendre leurs intérêts gratuitement contre un peu de publicité.
Les temps sont durs pour tout le monde et les divorces ça eut payé mais ça ne paye plus.

Vous ne le savez peut-être pas mais les Roms ont un roi.
Le Roi des Roms  vit en Roumanie et a fait fortune…dans le commerce de métaux, paraît-il.
Les câbles d’alimentation en cuivre de la « RATP » et de la « SNCF » eux non plus ne sont pas perdus pour tout le monde.
Le Roi des Roms avait vivement protesté contre les reconduites à la frontière de ses sujets en 2007 et avait adressé une lettre de protestation officielle, écrite en roumain,  à « Sarkozy » en expliquant qu’une grande Europe ne pouvait se faire sans les Roms.
Peut-être « Hollande » le recevra-t-il bientôt en grande pompe à l’Elysées.
Il n’y a vraiment aucune raison de s’arrêter en si bon chemin.

Tout cette farce pourrait être franchement amusante…si elle n’était pas financée avec nos impôts.

Les économistes qui remplissent nos universités par centaines disposent pourtant de nombreux concepts pour décrire le comportement des Roms  (passager clandestin, effet d’aubaine).
Laissons-leur quelques mois et ils nous sortiront une étude démontrant que l’immigration Rom rapporte 15 milliards par an à la France.
Il ne faut pas s’y tromper, les Roms sont tout sauf des idiots et ils ont mis au point une stratégie diabolique résultant d’une optimisation très fine de la loi européenne et française.
La première phase consiste à occuper illégalement un terrain et à le transformer en bidonville rapidement, s’accompagnant d’une explosion de la délinquance dans la zone considérée.
Les élus locaux ne peuvent  les expulser sans leur proposer une solution de relogement car le droit au logement ne peut être réservé aux nationaux de par la réglementation européenne.
Les associations de gauche et antiraciste veillent farouchement au respect de toutes ces  lois et pérennisent la situation.
Le cocktail explosif composé du « Droit du Sol », du regroupement familial et du laxisme du gouvernement achèvera de transformer les Roms en citoyens français de façon quasi automatique.

Plus que de nouveaux citoyens, ce sont de futurs électeurs que les socialistes sont entrain d’acheter avec vos impôts.

Le rejet des socialistes est tel que même le vote communautaire musulman (93% lors de dernières présidentielles) n’y suffit plus.
Il faut maintenant explorer de nouveaux horizons pour se maintenir au pouvoir.

Alain Falento

http://ripostelaique.com  du n° 309

 

Quelques éclaircissements  peut-être utiles :

A Lyon, le contrat d’intégration « Andatu » réservé à 400 Roms coûtera un million d’euros par an

La famille « Nacu » fait partie des premières à avoir intégré « Andatu » (« pour toi », en romani), un programme lancé par la préfecture de la région Rhône-Alpes afin de régulariser et intégrer des Roms issus de l’Union européenne.
Dans les locaux de « Forum Réfugiés », l’association chargée de la mise en œuvre du dispositif, « Stéphane » et « Vandana » montrent fièrement leur carte de séjour, que la préfecture leur a accordée sans même qu’ils aient à justifier d’un emploi. [...]
Les personnes choisies pour intégrer le programme « Andatu » se voient remettre un titre de séjour, sésame qui leur donne automatiquement accès aux minima sociaux (CMU, allocations familiales et RSA), et l’autorisation d’exercer le métier qu’elles souhaitent, bien au-delà de la liste de 291 métiers qui circonscrit légalement le travail des Roumains et des Bulgares en France.
En parallèle, « Forum Réfugiés » s’engage à fournir un hébergement d’urgence, puis un logement social, ainsi qu’une formation au français, et un accompagnement dans la recherche d’emploi. [...]

Combien coûte « Andatu » ?
Des quatre salariés de départ, l’équipe « Andatu » va bientôt compter quinze personnes, pour un budget annuel d’un million d’euros financé à moitié par les aides européennes.
Le reste du financement est apporté par le Grand Lyon et par l’Etat.
Globalement, le programme coûte 9 euros par jour et par personne.
Probablement moins que les expulsions suivies d’un relogement temporaire en hôtel.

Robin dans Immigration

http://www.fdesouche.com  du 23/05/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

 

Les Français Meurent Asphyxiés !

 Les Français Meurent Asphyxiés ! dans TROQUET tgv1

Train à grande vitesse du XXIème Siècle

La vitesse est un luxe que la France n’a plus les moyens de s’offrir !

Les 245 milliards d’euros affectés par la majorité précédente à la modernisation du réseau ferroviaire, des routes et des canaux d’ici 2040 ?
Irréaliste. Trop lourd. Trop cher. Trop ambitieux. D’ailleurs inadapté à nos besoins !

Le rapport sur le schéma national des infrastructures de transport remis par le député-maire de Caen et président de la région Haute-Normandie « Philipe Duron » au Premier ministre nous remet les idées en place, un peu rudement.
Le moment est venu de redescendre sur terre, de diminuer la vitesse et de réduire la voilure.

Donc, la ligne à grande vitesse (« LGV ») Bordeaux-Toulouse reste inscrite au programme pour 2030.
C’est demain !
Dans le même délai, les usagers du Paris-Mantes devraient gagner quinze minutes sur leur trajet, ou pour mieux dire leur calvaire quotidien, le matériel du Paris-Caen-Cherbourg sera remplacé.
Oh, j’allais oublier : le tronçon Serqueux-Gisors sera électrifié.
Pour ce qui est du prolongement de la ligne « TGV » entre Montpellier et Perpignan, comme entre Marseille et Nice, il est maintenu mais à l’horizon 2050, autant dire plus près de la Trinité que de Pâques.
Quant à Clermont-Ferrand et Limoges, ce n’est pas demain que le « TGV » y entrera en gare…

Que voulez-vous, la vitesse est un luxe que l’Etat n’a plus les moyens de s’offrir, ce qui tombe bien puisque les Français n’ont plus les moyens de se la payer.
« S’ils n’ont plus de pain », susurrait Marie-Antoinette pleine de tact, « qu’ils prennent de la brioche ! »
A défaut de « TGV », nous aurons toujours le « TER », à défaut du « TER » le bus, à défaut du bus le covoiturage, quand nous n’aurons plus de voitures nous nous remettrons à la bicyclette, qui est bonne pour le souffle et les mollets, comme nous le rappelait « Christine Lagarde », et quand nous n’aurons plus de vélos, nous découvrirons les chemins de grande randonnée.

Voilà ce qui arrive quand du statut de pays développé on passe à l’état de pays submergé.

Bienvenue dans le Tiers monde !

Dominique Jamet

http://www.bvoltaire.fr  du 29/06/2013

Le Courroux Du Vrai Peuple.

Le Courroux Du Vrai Peuple. dans Politique nuit_du_4_aout_1789_abolition_of_the_privileges1-e1372547421922

Les politiques ne sont pas seulement « tous pourris », c’est encore pire …

Notre classe politique commence à s’inquiéter.
Revenu de son Tour de France, le député MoDem « Jean Lassalle » a confessé avoir été terrorisé par la haine que les Français portent à leurs prétendus représentants.
L’abstention et le résultat des élections législatives de Villeneuve-sur-Lot n’ont pas dû le rassurer.
Désireux de conjurer cette lame de fond qui se traduit par une montée en puissance du Front national, dix députés de l’UMPS ont proposé, dans les colonnes du « Nouvel Observateur », qu’il soit mis un terme aux privilèges des parlementaires afin que la confiance soit renouée entre le pays réel et la classe politique.

Une telle proposition témoigne d’une profonde incompréhension des motifs de la juste colère du peuple Français.
Si nos concitoyens éprouvent un profond ressentiment envers leur classe politique, ce n’est pas parce qu’elle dispose de privilèges, mais parce que, depuis maintenant au moins trois décennies, elle prend le cœur léger des décisions qui sont objectivement et de toute évidence contraires aux intérêts de la France.
« Richelieu » et « Mazarin » se sont extrêmement enrichis lorsqu’ils avaient en main les rênes de la France.
La postérité cependant ne songerait à le leur reprocher, leur politique ayant été bénéfique à notre pays.

Le pays réel n’en peut plus de subir des politiques qui ont incroyablement dégradé ses conditions de vie.
Le pays réel ne supporte plus ce droit européen taillé sur mesure pour l’oligarchie financière, qui a détruit l’économie française et qui lui a mis sur le dos une dette publique artificiellement créée.
Le pays réel est fatigué de cette immigration de masse qu’on l’oblige à prendre en charge financièrement et dont les effets catastrophiques n’échappent qu’aux bobos.

Il ne tient qu’à l’UMPS de renverser la vapeur.
Mais pour cela, elle devra défaire ce qu’elle a fait, en sortant la France de l’Union européenne et en arrêtant immédiatement l’immigration.

Évidemment, nul ne croit un tel scénario possible.
L’UMPS n’acceptera jamais de se déjuger.
Elle ne se résoudra jamais à abandonner son eurobéatitude.
Marine Le Pen s’en frotte les mains.
Dans un tel contexte, elle peut penser avec optimisme à 2017.

L’abolition des privilèges des parlementaires ne changera pas une virgule au courroux du pays réel.

Adrien Abauzit

http://www.bvoltaire.fr  du 29/06/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Une Entreprise Florissante

Une Entreprise Florissante dans INSOLITE cocaine-300x259

Trafic de drogue, condamnations et nouvelles arrestations

Alors que cinq trafiquants de drogue ont été condamnés mardi à Rennes à des peines de prison, les policiers ont mis la main ces jours derniers sur la plus importante quantité de cocaïne destinée au marché breton.
Six personnes ont été interpellées.

Après deux jours d’audience, la « juridiction interrégionale spécialisée » (« Jirs ») de Rennes a condamné mardi dernier cinq individus de l’agglomération nantaise pour trafic de stupéfiants.
Le chef du réseau, âgé de 32 ans, a été condamné à sept ans de prison et son adjoint à cinq ans.
Les trois autres, qui avaient pour mission de revendre l’héroïne et la cocaïne sur le pays nantais, ont écopé des peines allant de quatre ans dont un avec sursis à deux ans de prison ferme.
Le trafic, qui concernait essentiellement la cité des Ducs, aurait duré deux ans.
Jugeant probablement les peines infligées trop lourdes, la plupart des prévenus devraient faire appel.

Après une longue enquête – celle-ci a débuté en avril 2012 suite à la découverte fortuite d’un laboratoire clandestin lors d’un incendie survenu dans un appartement de Rennes – les fonctionnaires de la police judiciaire et de la sûreté départementale de Rennes, ont interpellé ces jours derniers six personnes à Rennes et à Brest.
27 kg de cocaïne, 3 kilos d’héroïne, 60.000 € en espèces, quatre véhicules rapides, un revolver et trois pistolets automatiques ont été saisis.

Selon les policiers chargés de l’enquête, il s’agit là de la plus grosse saisie de cocaïne réalisée en Bretagne à destination du marché breton.
« La drogue était destinée à être revendue aux kilos dans les départements d’Ille-et-Vilaine, Côtes-d’Armor, Morbihan et Finistère.
Il y a deux ans, nous avions déjà saisi 94 kg de cocaïne en Bretagne, mais elle était destinée au marché nantais et parisien.
 »
(Ouest-France, 25/06/13).

http://fr.novopress.info  du 29/06/2013

Des Charognes sans Vergognes

Des Charognes sans Vergognes dans POEMES vautours-300x268

Pire que des charognes
Ils ont exploité cette mort sans vergogne.

La vérité a pointé son museau de fouine
Mettant dans l’embarras tous les accusateurs,
Ces avocats de la bonne cause, au col d’hermine,
Ces indignés à sens unique, ces procureurs.
Trois semaines durant, ils se sont acharnés
A faire de Méric, une icône, un martyr,
Un symbole victime des violences dextrogyres,
Mais voilà, la baudruche vient de se dégonfler.
On apprend de source sure par une vidéo
Que le gentil aurait attaqué le facho !
Voilà qui remettrait les pendules à zéro…
Et leurs excuses seraient cerise sur le gâteau.
Je sais, l’espoir fait vivre… Mais j’avoue, en cynique,
Me régaler de leurs contorsions sémantiques.
Ces premiers outragés qui ont pointé du doigt
Le FN et les JNR ou troisième voie,
Responsables à leurs yeux du « meurtre » d’un gamin,
Sauront faire amende honorable, c’est certain !
Valls, Ayrault et consorts qui, fort d’indignation,
Veulent des têtes et exigent des dissolutions,
Nous feront évidemment part de leurs regrets
D’avoir parlé trop vite, d’avoir trop tôt jugé.
Mais plus que tout, sincèrement, je félicite
Tous ces journalistes engagés, pleins de mérite
Qui ont, bien au-delà d’une déontologie,
Su orienter la plèbe au gré de leurs avis.
Sur ce fait divers, ils se sont précipités,
Tels des rapaces par l’odeur du sang alléchés.
C’est qu’il leur a fallu courage, abnégation
A ces « résistants », rebelles de l’information
Pour se jeter sans honte, pires que des charognes,
Exploiter jusqu’à l’os cette mort, sans vergogne.
Comme ils étaient vaillants ces faiseurs d’opinion
A hurler au retour de ces plus sombres heures.
C’est à celui qui serait le plus racoleur,
Titres rivalisant en abomination.
Tous ou presque auraient fait de bons inquisiteurs
A asséner, sans preuves, leurs pauvres vérités
Afin de mieux bourrer le crâne des lecteurs
Une farce tragique institutionnalisée.
C’était à qui mieux mieux, se roulerait dans la fange
Du parti-pris, surtout du déni de l’étrange.
Ils se sont tous vautrés dans la boue du mensonge
Déformant et manipulant le moindre fait
Clément est une victime, Esteban l’accusé
C’est établi, quoi que l’on pense, quoi que l’on songe !
Ils se sont érigés en donneurs de leçons
Leur avis prévalant comme une sainte onction.
Trois semaines durant, ce furent des litanies
Pour consacrer cet Estéban comme maudit.
Trois semaines durant, ces pisseurs de copies
Se sont sur des principes, royalement assis.
Présomption d’innocence, mais ils en ont fait fi
Ils tenaient leur coupable, un facho… c’est écrit !

Et voilà que les vidéos leur donnent tort.
Nous attendons donc de leur part quelques remords
Ou des excuses, mais je sais que c’est illusoire
Quand bien même à leur place, je fuirais les miroirs.
Esteban restera marqué de l’infamie
Portée par tous ces chantres de la calomnie.
La vérité a pointé son museau de fouine
Mais la rumeur n’en reste pas moins assassine.

Oréliane

http://ripostelaique.com du n°309

Plus De Prisonniers Politiques

Plus De Prisonniers Politiques dans SECURITE prisonnier-politique2-300x300

Libérez « Estéban », « Samuel » et « Nicolas », dehors ce gouvernement !

Non content de maintenir en prison des innocents, ce régime a-t-il fait fermer la page de soutien à « Esteban » ?
On aurait pu penser, si nous étions gouvernés par des gens ayant un minimum d’honnêteté, n’osons pas parler d’honneur, que, suite aux révélations de « RTL », confirmées par la police, quelque chose allait se passer.
Rappelons que sur cette vidéo de la « RATP », on voyait qu’ »Estéban », agressé par deux « antifas », et frappé dans le dos par « Méric », n’avait fait que se défendre, de même que « Samuel », et qu’il n’était pas l’agresseur, mais l’agressé.
Les agresseurs, c’étaient le gentil « Clément Méric » et ses paisibles potes.
Cela, « Serge Ayoub », interrogé par « Guy Sauvage », l’affirmait dès le 11 juin !

Qu’aurait-il du se passer dans un pays « normal » ?
D’abord, on n’aurait pas gardé de telles informations sous le coude, durant trois semaines, voulant monter un nouveau Carpentras. Ensuite, le Garde des Sceaux, dès information, aurait demandé la libération immédiate des deux jeunes garçons, injustement détenus.
Puis le ministre de l’Intérieur, voire le chef du gouvernement, voire le chef de l’Etat, qui, chacun dans leur registre, les avaient chargés, auraient présenté leurs excuses aux innocentes victimes d’une cabale politico-médiatique.

Bien évidemment, toute procédure de dissolution aurait été arrêtée, vu que cela a été déclenché sur ce qui s’avère être un mensonge d’Etat !

Or, non seulement ce régime persiste, sur la base d’une erreur judiciaire avérée, à dissoudre 3e Voie et les JNR, à vouloir faire fermer « Le Local » de « Serge Ayoub », non seulement il épargne les agresseurs, « antifas » et autres groupes gauchistes, mais il entreprend à présent la dissolution de l’ »Œuvre française » et des « Jeunesses nationalistes », qui, sans doute, ont attaqué et racketté un car de touristes au Trocadéro, ou un RER sur la ligne D, à Grigny.(lol !)

Comme si cela ne suffisait pas, il est fortement suspecté d’avoir fait pression sur « Facebook » pour faire fermer la page de soutien à « Estéban ».
En effet, la page avait disparu sans qu’aucun compte administrateur n’ait été hacké, et sans que « Facebook » n’ait reçu les habituelles pressions (souvent effectuées par les musulmans contre ceux qui critiquent l’islam) précédant une procédure de fermeture d’une page.
Pour ceux qui sont sur « Facebook », toutes les informations sont sur ces liens.

Qui donc, autre que ce gouvernement, a pu faire pression sur « Facebook » pour fermer sans sommation la page de soutien à « Estéban »…?
Page qui naturellement a été réinstallée sous un autre nom aussi vite que possible !

Conclusion :
De plus en plus affolé, ayant à présent trois prisonniers politiques, « Estéban », « Samuel » et « Nicolas », à gérer, condamné, au même titre que la Turquie, par l’Union européenne pour l’ampleur de sa répression, ce gouvernement utilise de plus en plus les méthodes d’une dictature, de laquelle il se rapproche de plus en plus dangereusement…

Plus que jamais, un seul mot d’ordre :

Libérez Estéban, Samuel et Nicolas, dehors ce gouvernement !

Lucette Jeanpierre

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Un An D’Aragne Quatarie !

Un An D'Aragne Quatarie ! dans TROQUET ri7hollande-roi-nu-dos-au-miroir-bis-e1372520633220

Hollande, c’est Iznogoud au pays d’Ubu

Les différents représentants de l’actuel gouvernement étant plus familiers des mosquées que des églises.
Il semblait normal à leur chef « Iznogoud » de se rendre à Doha plutôt qu’à Rome pour y faire allégeance et baiser inutilement les babouches de l’Emir, qui, au lendemain de la visite de son vizir, a remis les pleins pouvoirs à son fils.

L’Emir du Qatar, a semble-t-il été sensible aux jérémiades du « Grand Vizir de France » qui se prend pour le Khalife à la place du Khalife, ainsi qu’aux charmes de sa créature, puisqu’il s’est fendu d’un nouveau chèque de 10 milliards, pour venir non plus en aide aux  salopards des banlieues, mais cette fois-ci pour sauver notre industrie.
De retour sur les terres de la fille aînée de l’église, pour remercier le prince et marquer son dévouement aux serviteurs d’Allah, il s’est empressé de donner l’ordre de débaptiser quelques rues et places de Paris aux consonances trop laïques, pour les affubler de noms arabes.
Ce qui n’est certes pas nouveau, puisque « Delanoë » dans le plus grand secret, pratique cette substitution en marque de soutien au printemps Tunisien depuis le départ de la famille « Ben Ali ».

Pour faire bonne mesure, « Vincent Peillon », ministre de l’éducation nationale, et responsable du socialisme d’élevage, accuse le catholicisme d’être la cause de l’échec de l’intégration et du multiculturalisme à l’école, et par-là faisant fi de sa vocation première qui est sa laïcité.
La modification des programmes en faveur de l’Islam, et les stages de perfectionnement aux valeurs de cette religion offerts aux enseignants des zones dites sensibles seraient eux beaucoup mieux adaptés à l’école de la République Socialiste !

Jules Ferry est passé en mode essorage dans sa tombe.

Valls n’ayant pas pour habitude de faire de la figuration, emboîte le pas lui aussi dans le domaine de la formation et expédie ses flics et ses gendarmes en stage afin qu’ils se familiarisent avec les bonnes pratiques du Coran !
Il ne manquerait plus que nos gentils voyous aient à se plaindre de la brutalité policière auprès du nouvel Emir.

Peu à peu cette pratique de stages intensifs à la culture musulmane est étendue à tous les ministères.
Celui de la santé, ayant ouvert le bal avec la formation du personnel hospitalier conditionné aux us et coutumes dictées par les adorateurs de l’unique livre saint devant désormais servir de référence dans notre pays !

Parmi les choses inutiles en Europe, il y avait, on le sait les couilles du Pape, mais aujourd’hui est venu s’ajouter Hollande, de l’aveu même de « Barroso » qui désormais évite de le rencontrer hors des obligations officielles.
« Iznogoud » n’avait pas encore réalisé qu’il n’était qu’un simple Vizir et que toute souveraineté avait été retirée depuis belle lurette au pays qu’il croit diriger.
Il est vrai que même si Hollande avait eu les mêmes attributs inutiles du Pape (des spécialistes de la Paléozoosociologie l’affirment) cela n’aurait rien changé à l’obsolescence programmée de son unique neurone.
Hollande est un Sociopathe!
C’est Iznogoud au pays d’Ubu!
Il n’y avait que les socialistes pour ne pas s’en rendre compte, encore que cela semble être en train de changer.

On note ici et là, chez certains journalistes, quelques fléchissements de lassitude face au poids de la pensée unique dont il est nécessaire d’abreuver quotidiennement le peuple imbécile.
De « Jean-Pierre Pernaut » à « Alain Duhamel », le cœur n’y est plus.
Ils avaient jusqu’alors préparé et servi la soupe au socialisme tant que celle-ci n’était pas dénaturée par la politique actuelle qui à leurs yeux n’est devenue qu’un bouillon au goût insipide.
Ils auront eu beau tout mettre en œuvre pour lobotomiser les masses, ils réalisent maintenant leur échec face aux initiatives Ubuesques « d’Iznogoud ».
Avec juste raison 70 % des Français depuis plus d’un an n’ont de cesse de rejeter les initiatives du clown qui nous gouverne, et par la même occasion réduisent les média à l’unique fonction de « la voix de son maître ».
Concernant l’affaire « Méric », les masochistes de l’accusation ont été désavoués, concernant les affaires « l’Oréal », « Guéant », « Tapie », « Balladur », « Karachi », « Sarkozy », seuls quelques névropathes nostalgiques de l’Affaire « Stavisky », poursuivent ces chimères ordonnées par « Revanchard Premier ».

Les journalistes s’étant pris pour le quatrième pouvoir, réalisent que le duo élyséen qui aurait dû leur être favorable les dessert plus encore que sous Sarkozy qui ne les aimait pas.
Les rats un à un s’apprêtent à quitter le navire…
Et les relations incestueuses politico-médiatiques commencent sérieusement à déranger dans les dîners insolites des acteurs en vue du tout Paris.
Peu à peu ils retournent leur veste et pour certains leur pantalon, à l’exception des plus visqueux du service public, et de la première radio de France à la fibre féodale mieux enracinée, s’avérant pervers jusqu’à l’excellence dans l’art de la manipulation de l’information et du mensonge par omission.
Les journalistes à leur tour auraient-ils peur de perdre l’aura qu’ils s’étaient auto-décernée ?
Auraient-ils peur que les résistants, comme à l’issue de chaque libération procèdent à l’épuration idéologique des Socialos collabos de l’Islamisation dont ils seront les premiers à faire les frais ?
Au pays « d’Ubu » rien n’est impossible, tous les excès sont permis, « Iznogoud » n’a-t-il pas, contre l’avis du plus grand nombre, mis les lois de la république à la disposition des humeurs priapiques d’une minorité croupion ?
Les kapos de l’outrance savent qu’ils devront rendre des comptes, c’est pour cela qu’ils commencent à déserter le navire amiral.

Il n’est pas étonnant qu’en « Ubucratie » toutes ces âneries profitent au F.N.
Sous Sarkozy, ce parti représentait 18% , aujourd’hui il est à près de 30%, pourquoi ?
A ceux qui s’en étonneraient encore, il y a eu récemment :

-         Le mariage Gay, avec à suivre la P.M.A et la G.P.A.

-         La ponction en taxes et impôts divers à hauteur de 30 milliards sur les classes moyennes et les petites entreprises.

-         La mansuétude de la  » justice  » face aux casseurs du Trocadéro.

-         La dissolution des groupes d’extrême droite au bénéfice de la bienveillance de ceux d’extrême gauche.

-         L’incarcération d’un prisonnier politique qui a manifesté pacifiquement contre Hollande lors de sa venue sur M6.

-         La consultation des sénateurs concernant le vote des étrangers, pour ne pas dire la prise en main de nos mairies par les Arabes.

-         Le ministre « Peillon » qui insulte la laïcité, en se servant du Catholicisme comme d’un bouc émissaire.

-         Etc ….

Ca fait beaucoup, beaucoup trop, même pour ceux qui généralement traitent les choses de la politique avec mépris ou désintérêt.

Il y a des limites au supportable et à ne pas dépasser, même au pays « d’Ubu » et surtout par celui qui se prend pour le Khalife à la place du Khalife.

Hilaire de l’Orne

http://ripostelaique.com  du n° 309

 

 

liberte_egalite_vaseline-e1372523604960 dans TROQUET

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Appréciés Mais Souvent Dangeureux

Appréciés Mais Souvent Dangeureux dans SANTE cacahuetes-300x165

Tous ces aliments dont on ne se méfie pas assez,  et qui peuvent pourtant nous tuer…

Les hommes sont capables de tout ignorer des règles de survie pourtant basiques.
Nous poussons les limites de notre corps jusqu’à frôler la mort avec des exigences physiques (ultra-marathons dans le désert, record d’apnée sous l’eau) mais aussi gustatives.

Quels sont ces aliments mortels que nous avons l’habitude de déguster ?
On consomme certains d’entre eux sans se douter du risque que l’on court.
Voici une liste non exhaustive de produits que vous ne regarderez plus de la même façon.

Les cacahuètes.
Nous avons tous dans notre entourage une personnage allergique aux cacahuètes.
Gonflement de lèvres, urticaire, vomissements, nausées, toute personne allergique à l’arachide sait combien il peut être dangereux de manger une simple cacahuète.
Il ne faut que quelques minutes pour voir apparaître les premières réactions.
Selon  »Le Figaro », 500 000 Français seraient concernés, soit 1% de la population.
Les « hot dogs ».
Peuvent-ils être aussi dangereux que les cacahuètes ?
Selon « l’American Academy of Pediatrics » (« AAP »), la réponse est oui !
Il y a quelques années, l’organisation les a classés comme étant susceptible de provoquer des étouffements.
La forme des « hot dogs » les rend surtout mortels pour les enfants.
« L’AAP » a même recommandé que le « hot dog » adopte une nouvelle forme afin de sauver des vies !
La rhubarbe.
Tout le monde aime la tarte à la rhubarbe, ou, moins acide, la tarte à la rhubarbe et aux fraises.
Ce qu’il faut retenir quand on cuisine la rhubarbe, c’est utiliser seulement la tige, et jamais les feuilles vertes.
Si elles sont consommées en quantités importantes, les feuilles de rhubarbe peuvent empoisonner, provoquer des convulsions et des problèmes respiratoires graves, d’après « thefw ».
Le « casu marzu ».
Ce fromage italien de Sardaigne, qui signifie « fromage pourri » est connu pour être infesté par des larves vivantes.
Il est amené à un stade ultérieur de fermentation par l’action digestive des larves de la mouche du fromage.
Elles y engendrent un niveau avancé de fermentation et brisent les acides gras.
La texture du fromage devient alors très molle, et un liquide s’en écoule.
Les larves elles-mêmes apparaissent dans le fromage comme des vers blancs transparents, d’environ 8 mm de long.
Lorsqu’elles sont dérangées, les larves peuvent sauter en dehors jusqu’à des distances de 15 cm, d’où les recommandations de protection des yeux pour ceux qui mangent ce fromage.
Certaines personnes enlèveront les larves du fromage avant de le consommer, d’autres non.
Si l’aspect du fromage peut paraître repoussant pour la plupart d’entre nous, il est pourtant consommé par certains.
Le déguster comporte des risques sanitaires.
Les asticots contenus dans le fromage, avalés vivants sont résistants à l’acidité des sucs gastriques.
Ces larves sont ainsi capables de transiter vivantes dans le tube digestif.
Elles peuvent causer de sérieuses lésions sur les parois intestinales et engendrer des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales, et des diarrhées sanglantes.
L’ackée.
Les ackées sont de délicieux fruits jamaïcains mais ne les dégustez pas juste en les cueillant dans un arbre, cela pourrait vous tuer.
Elles contiennent un poison appelé hypoglycine, et cela peut vous faire vomir au point de tomber dans le coma et même mourir.
Il faut attendre que le fruit s’ouvre de lui-même pour qu’il soit consommable.
Le « fugu ».
Plus communément connu sous le nom de poisson globe, cest un mets de prix pour les Japonais qui raffolent de sa chair sucrée.
Le poisson globe, également appelé « fugu », recèle un poison violent contre lequel il n’existe aucun antidote, affirme  »Le Point ».
Malgré les accidents, les conditions de sa commercialisation sont assouplies pour satisfaire la demande.
Son foie et ses ovaires contiennent de la tétrodotoxine, une puissante neurotoxine qui paralyse les muscles et entraîne la mort par arrêt respiratoire.
Les passionnés de « fugu » affirment que l’engourdissement des lèvres au contact d’une goutte infinitésimale du poison, premier symptôme de l’intoxication, ajoute du plaisir à sa consommation.
Encore faut-il maîtriser le dosage.

http://www.atlantico.fr  du 29/06/2013

Déclin Des Français Autochtones.

Déclin Des Français Autochtones.  dans FRIC france-blancs-500x375-300x225

Français du XXIème Siècle

La paupérisation des Blancs est également une réalité Française

Un rapport britannique révèle le déclin scolaire des enfants blancs, en particulier ruraux, outre-Manche.
En France aussi, la population ouvrière et rurale blanche est plus pauvre que la population immigrée.
C’est ce qu’explique « Guylain Chevrier » dans un entretien avec le journal « Atlantico ».

Comment se manifeste la paupérisation des Blancs ?

En France, il s’agit surtout de la classe ouvrière, ou peu qualifiée, et des populations rurales.
Ces Français de souche sont installés dans des zones avec un fort chômage, ou dans des enclaves en banlieue.
Leurs enfants réussissent moins bien à l’école que ceux des immigrés, situés dans des zones plus urbaines.
Cette population blanche pauvre souffre surtout de la mondialisation et du libéralisme à outrance, avec une main‑d’œuvre immigrée à bon marché qui réduit ses perspectives d’emploi.
Et les Blancs ne comptent pas sur les trafics en tous genres pour fournir leurs revenus.

La classe politique française ne parle pourtant pas de cette paupérisation blanche, préférant se concentrer sur la population immigrée…
C’est ce qu’avance « Guylain Chevrier ».
La classe politique préfère opposer Français de souche et population immigrée, et déverser des flots d’argent public sur les banlieues. Les autochtones pauvres reçoivent de fait moins d’aides sociales et moins d’aide au développement local.
Pire, politiques et médias les rendent invisibles.
Les ouvriers sont moins représentés à la télé que leur poids réel dans la démographie.
Le Parti communiste les a abandonnés pour la défense de l’immigré.
L’Education nationale met l’accent sur l’exploitation coloniale et les religions étrangères, marginalisant les Français d’en bas.

Le gouvernement a-t-il annoncé des mesures pour remédier à cette situation ?

C’est tout le contraire.
Le Parti socialiste continue à défendre le droit de vote des étrangers aux élections locales.
Harlem Désir souhaite qu’un projet de loi constitutionnelle en ce sens soit déposé après les municipales de 2014.
Or, dans les municipalités à forte proportion étrangère, une telle mesure renforcerait la marginalisation des Blancs des classes populaires.
Les élus et leurs relais associatifs subventionnés se tourneraient encore davantage vers la clientèle électorale immigrée.

http://fr.novopress.info  du 28/06/2013

La Liberté Pour Nicolas !

 

La Liberté Pour Nicolas ! dans SECURITE france-pleure-300x133

Ben c’est fait.
Nous nous étions promis de suivre de près le sort réservé par la justice aux quinze interpellés « antifa » de la manif de dimanche.
Nous ne sommes pas déçus : sur quinze interpellations, deux seulement ont débouché sur une garde à vue.
Le premier individu, arrêté pour port d’arme prohibé, a été relâché avant la fin des premières vingt-quatre heures.
Le deuxième, un homme de 34 ans, donc plus tout à fait un adolescent (si les manifestants « antifa » étaient censés être des étudiants comme « Méric », celui-ci doit être un peu laborieux dans ses études…), a été gardé à vue pour  « rébellion » et« manifestation non autorisée ».
Libéré mercredi, il devra se présenter devant le tribunal correctionnel de Paris en septembre prochain.
Comme ça, c’est bien, son été ne s’en trouvera pas gâché.

Si l’on considère les chefs retenus, il faut donc en déduire que cet homme (à son âge, je n’ose plus dire ce garçon), considéré comme le plus « mouillé » dans cette affaire, n’aurait pas touché à une seule vitrine, n’aurait rien abîmé.
Ben ça, alors.
Qui a foutu le bronx, alors ?
Il y a eu un grand coup de vent, un tremblement de terre micro localisé avenue de l’Opéra ?
Les assurances vont invoquer l’état de catastrophe naturelle ?
Un gars qui fait voler des vitres en éclats, tague, dégrade du mobilier urbain (selon le mot de Valls qui, sur ce coup-là, n’a même pas cherché à nier), c’est quand même un peu voyant ?
Les forces de l’ordre qui encadraient la manif étaient donc sourdes, aveugles ou empêchées par l’arthrose de courir pour ne pas avoir réussi à interpeller les vrais coupables si ce ne sont pas les 15 en question ?
J’suis bête, ’devaient tous être en récup’, en prévision de la manif « violente » du soir.
Celle des« fa » venus soutenir Nicolas.

Parlons-en, de Nicolas, dont la « rébellion » et le « refus de se soumettre à un prélèvement ADN » n’ont pas inspiré à la justice française — comme nous sommes surpris — autant de mansuétude.

Sur ce sujet, le ministère public est formel : une telle différence de traitement se justifie très bien.
Mais parfaitement.
Sans rire.
Une semaine avant, Nicolas était passé en comparution immédiate (pour un crime très grave qui était, je crois, d’avoir donné le nom de jeune fille de sa mère plutôt que le sien), tandis que notre trentenaire « antifa » était blanc comme l’agneau qui vient de naître.
Et puis, dit-il, « il ne faut pas comparer les deux affaires, qui sont totalement opposées ».
Là, je confirme.
Absolument rien à voir : d’un côté l’interpellation d’un homme faite à la suite de déprédations et de vandalisme sur la voie publique, de l’autre celle d’un jeune de 23 ans, sans motif, à l’issue d’une manifestation on ne peut plus calme.
Mais n’est pas à Fleury-Mérogis celui que l’on croit.

Notez au passage que le ministère public ne serait pas le seul à s’acharner sur Nicolas.
Le propriétaire de la pizzeria dans laquelle Nicolas s’était réfugié porterait plainte contre lui pour un préjudice estimé à 1.000 euros.
Dans le tohu-bohu de l’arrestation, des assiettes se seraient cassées.
Là, respect.
Grande classe, la « Pizza Pino » des Champs-Élysées.
J’ignorais que l’on vous y servait les spaghettis dans de la porcelaine de Sèvres et le Coca light dans du cristal de Baccarat.
Il est vrai qu’eu égard au beau monde qui baguenaude le dimanche sur cette belle avenue, ce raffinement est bien compréhensible. Quant à moi, je n’y mettrai plus les pieds.
Maladroite comme je suis, trop peur de trimer le reste de ma vie pour rembourser.

Coïncidence de dates, ce même mercredi, les Femen de Tunisie, condamnées en appel à la prison avec sursis, ont retrouvé la liberté.
Nicolas, qui n’est pas allé provoquer les convictions religieuses et la pudeur de braves gens en exhibant ses roupettes, est lui toujours en taule.
Il y en a pour prétendre qu’en Tunisie, la justice serait arriérée et arbitraire.
Moins qu’en France, apparemment…

Gabrielle Cluzel

Vive Angela Merkel !

Vive Angela Merkel ! dans DIVERS lacigaleetlafourmi-245x300

La cigale française peut se plaindre de la fourmi allemande.

Celle-ci, après avoir pratiqué l’austérité et la rigueur, diminué le coût du travail et allongé sa durée, peut, à la veille d’élections, distribuer le bénéfice de ses efforts.
Déjà les firmes automobiles germaniques ont pu verser des primes à leurs ouvriers.
Chez Porsche, 7.600 euros par personne, 7.550 chez BMW, 3.200 pour ceux de Mercedes et 7.200 à chacun des 100.000 employés de Volkswagen.
Pendant ce temps, chez Renault et chez Peugeot, on ferme…

De l’autre côté du Rhin, Angela Merkel met désormais l’accent sur la politique familiale avec 6 milliards d’euros destinés à augmenter les retraites des mères de famille et 7,5 milliards pour accroître les allocations familiales.
La France, dont la politique familiale était la seule réussite enviable, en est réduite à l’écorner, en baissant le plafond du quotient familial, pour assurer ses fins de mois difficiles.

La chancelière, en bonne gestionnaire, annonce des dépenses d’infrastructure, synonymes d’investissements et d’emplois, quand le gouvernement français crée de faux emplois financés par l’argent public dans le vain espoir de voir une diminution passagère du chômage au mois de décembre, et pour cela il n’hésite pas à se lancer dans une course aux expédients et à la décourageante progression des prélèvements obligatoires.

Faut-il avoir honte de notre pays lorsqu’on le compare à l’Allemagne ? Non !

Mais avoir honte de nos politiciens, prétentieux, incapables et cupides : oui !

De notre mille-feuille administratif, des intercommunalités aux cumuls si discrets jusqu’aux multiples structures de l’État qui offrent à la carrière tant de fromages confortables, la politique présente en France bien des occasions de se servir de l’intérêt public pour satisfaire, sans beaucoup de risques, des appétits personnels.

Il est plus que temps d’y mettre fin, et les surprises électorales qui s’annoncent, après celle de Villeneuve-sur-Lot, vont engager le pays dans la voie des réformes salutaires et inévitables.

Au niveau de celles dont la France a besoin, il ne serait pas absurde de parler de révolution.

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr  du 28/06/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Des Cafards De Cafards !

Des Cafards De Cafards !  dans SECURITE blatte-cafard16-565x252-300x133

Chez « WikiLeaks »,  un protégé de « Julian Assange » était une taupe du « FBI ».

« Sigi Thordarson » a notamment fourni plusieurs disques durs aux autorités.
Tu quoque Siggi?
Selon les révélations du magazine Wired, « Julian Assange » a été trahi par un jeune Islandais qu’il avait pris sous son aile au sein de « WikiLeaks ».
Pendant trois mois en 2011, Sigurdur Thordarson a joué les agents doubles, fournissant huit disques durs au « FBI » contenant des communications (chats, photos et vidéos) de « Julian Assange ».

« Thordarson », qui avait 18 ans à l’époque, disposait d’un accès privilégié au cofondateur de « WikiLeaks ».
Il était l’un des rares volontaires de l’organisation présents dans la maison anglaise où « Julian Assange » se trouvait en attendant la décision sur son extradition vers la Suède.
« Thordarson » gérait notamment la « chatroom » de l’organisation et était le premier point de contact pour les nouvelles recrues.

Informateur rémunéré

C’est lui qui a contacté directement le FBI, pour une raison pas vraiment claire.
Il évoque notamment des liens «illégaux» de « WikiLeaks » avec les « hackers d’Anonymous » et de « LulzSec ».
Sauf que c’est lui –et pas « Assange »– qui les avait contactés pour pirater les serveurs du gouvernement islandais.
A l’époque, le leader d’ »Anonymous », « Hector Xavier Monsegur », connu sous son pseudo «Sabu», travaillait déjà pour le « FBI » après s’être fait pincé et avait prévenu Reykjavik.

Deux mois plus tard, Thordarson venait frapper à la porte des autorités américaines.
Il explique à « Wired » qu’il voulait vivre «une aventure».
En tant qu’informateur du « FBI », il a reçu environ 5.000 dollars et s’est rendu à deux reprises à Washington.
« Wikileaks » a fini par le renvoyer en novembre 2011 car il avait détourné 50.000 dollars en créant un site vendant des « t-shirts » à l’effigie de l’organisation

http://www.20minutes.fr du 28/06/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Et La Police Française ?

Et La Police Française ?  dans TROQUET cannabis-300x193

Un policier permet à ses collègues de faire une saisie record de cannabis

C’est en ouvrant la fenêtre de leur voiture de patrouille pour l’aérer,  qu’ils ont senti une autre odeur assez caractéristique…

Sans le régime protéiné de leur collègue « bodybuildé » et ses effets secondaires sur sa digestion, les policiers de Leicester seraient passés à côté d’une grosse prise.
Selon le magazine de la Fédération de la police, c’est en tentant de rafraîchir l’atmosphère fétide de leur véhicule, rempli des gaz de leur confrère, que les trois policiers ont senti l’odeur de cannabis émanant d’une maison voisine.
Ils y ont découvert une récolte d’une valeur de 12.000 livres et 7 personnes ont été arrêtées.

Claire Planchard

http://www.20minutes.fr du 28/06/2013

La police Française ?  Elle roule fenêtres fermées pour ne pas se faire couper la gorge !

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

 

 

Les Plaintes Pour Tous !

 

Les Plaintes Pour Tous ! dans Famille grande-armee-300x225

 

La France visée par des plaintes visant à faire reconnaître des atteintes à la liberté d’expression et la liberté de manifestation ?

C’est bien ce qu’entend faire reconnaître le collectif « Liberté pour tous ».
Emanation de « La Manif Pour tous », opposée au mariage homosexuel, qui a constitué un pôle d’une quarantaine d’avocats – tous bénévoles – pour soutenir les manifestants se considérants victimes de la « répression policière ».
Chose assez classique en somme, que l’on peut retrouver dans nombre de contestations sociales ou estudiantines, si ce n’est que le mouvement se distingue sur deux points de ce qu’il est coutumier de voir.

D’une part, les contestataires.
Même si l’opposition à la loi « Taubira » transcende les clivages politiques, force est de constater que le gros des bataillons de manifestants actifs sont plutôt de droite, et par essence peu coutumier des démonstrations de rue, il s’agit d’une sorte de «révolte de la France polie ».

D’autre part, chose plutôt inédite, la réponse du gouvernement socialiste, se traduit par une instrumentalisation des forces de l’ordre en sorte de police politique, du moins c’est ce qu’affirment ses détracteurs.

De multiples actions judiciaires ont été engagées contre les «arrestations arbitraires» et les «contrôles d’identité abusifs» par le collectif qui lors de cette conférence de presse animée par des représentants du pôle juridique et des députés UMP « Hervé Mariton » et « Jean-Frédéric Poisson », le tout, dirigée par « Ludovine de La Rochère » la Présidente « LMPT ».
Cette dernière n’a d’ailleurs pas hésité à asséner que « la démocratie en danger ».

Arrestations, contrôles d’identité, garde à vue seraient ainsi les moyens utilisés pour décourager les manifestants de continuer à participer à un mouvement qui a surpris par sa capacité de mobilisation, sa vigueur et sa longévité.
Le cas le plus emblématique, évoqué par l’ensemble des intervenants à contester cela, a été celui dit « du port du « sweat » ».
Comprenez le port du « sweat » à capuche – il en existe en bleu, blanc, ou rose – arborant le sigle de « La Manif Pour Tous » – un père, une mère et deux enfants, se tenant tous par la main – qui a valu, de façon ubuesque à certains opposants de se faire interpeller.
Les avocats, « Alexandre Varaut » et « Henri de Beauregard », entendent bien demander des comptes à l’Etat, et les députés de leur côté ont adressé des courriers au Président de la République François Hollande et au Ministre de l’intérieur « Manuel Valls », ainsi qu’à la Garde des Sceaux, « Christiane Taubira ».

Faisant feu de tout bois, et quelque peu désabusés par le parti pris des institutions de la République, c’est également vers l’ONU et le Conseil de l’Europe que ces « dissidents de l’ouest » se tournent.
Ce qui n’est pas sans rappeler l’action menée le 26 mai devant l’ambassade de Russie par le mouvement « SOS Russie » appelant Moscou à intervenir au Conseil de l’Europe, justement pour y dénoncer les atteintes aux droits de l’homme…

http://www.prorussia.tv du 25/06/2013

 

 

Le Discours Des Veilleurs.

Le Discours Des Veilleurs. dans Famille manif-conseil-de-leurope1-e1372376102681

Discours des Veilleurs, Madeleine et Jean-Baptiste,  au Conseil de l’Europe.

« la Manif pour Tous et la répression policière »

« Dans la nuit du 14 au 15 avril dernier, alors que le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe allait être adopté par le pouvoir législatif en France, au terme d’un processus parlementaire accéléré, 67 jeunes opposés au mariage homosexuel décidèrent de camper pacifiquement et sans bruit devant l’Assemblée nationale.
La chose n’était pas inédite : entre autres exemples, des enfants de harkis avaient déjà choisi de camper sur ce lieu, en 2009, pendant 7 mois, pour attirer l’attention des pouvoirs publics sur leur condition, sans être ni inquiétés ni délogés.

Mais les 67 jeunes opposants n’eurent pas droit au même traitement de faveur.
Vers 1h du matin, ils furent soudainement et violemment embarqués par les forces de police, puis retenus en garde à vue pendant plus de dix-huit heures dans des conditions extrêmement pénibles, pour ne pas dire déplorables.

Face à une telle disproportion des méthodes répressives, face à un pouvoir qui révélait de plus en plus manifestement son vrai visage, et cherchait la division et l’affrontement quand il aurait fallu favoriser l’apaisement, nous avons réfléchi toute la nuit au moyen de réagir.
Fallait-il se soulever et se radicaliser ?
Le choix d’une action violente semblait désormais nécessaire pour se faire entendre d’un gouvernement qui enchaînait provocation sur provocation, traitant avec le plus grand mépris plusieurs centaines de milliers de Français légitimement inquiets de leur avenir, de celui de leurs enfants et de leur pays.

Mais au fil de la nuit, nous avons compris que la violence ne mènerait à rien, et qu’on ne pouvait s’ériger en défenseurs de la dignité humaine sans être en même temps garant de la paix sociale.
Nous avons compris que la violence première se trouvait du côté d’une loi qui priverait bientôt les enfants d’un père ou d’une mère. Nous avons compris que notre colère, si légitime et si noble fût-elle, pouvait tout aussi bien s’exprimer de manière pacifique.
Nous avons compris enfin que nous ne pourrions désarmer ces violences policières qu’en étant nous-mêmes non-violents.

Il n’y eut donc pas de concept ou de système préalable à la mise en place des Veilleurs.
Non.
Il n’y eut qu’une simple intuition, un sursaut naturel de la conscience, ce même sursaut qui conduisit « Antigone » à enterrer son frère « Polynice » contre les ordres de « Créon ».
Convaincus de la gravité des évolutions en cours, nous ne pouvons nous empêcher de prendre pour modèles ces grandes voix prophétiques du XXème siècle qui, de « Sophie Scholl » à « Jerzy Popieluszko », de « Winston Churchill » à « Vaclav Havel », se sont courageusement levés pour réveiller une humanité en danger de mort.

Alors, la nuit qui suivit les 67 gardes à vue, nous nous sommes assis sur une pelouse devant les Invalides, avec des bougies, pour veiller sur le respect des personnes.
Pour rester vigilants, tandis que les consciences de nos concitoyens s’étaient endormies dans une mortelle indifférence.

Nous sommes aussi venus avec quelques textes de littérature que nous aimons, parce que nous avons eu l’intuition très forte qu’outre la non-violence, la culture serait l’arme la plus juste contre un pouvoir qui, par cette loi, rompait avec des siècles voire des millénaires de sagesse humaine.
Oui, l’adoption de cette loi est la conséquence d’une véritable démission de la pensée.
Estimant à la suite d’ »Hannah Arendt » que les pires drames de l’Histoire se sont produits parce que les hommes ont cessé de penser, nous avons choisi de réveiller les voix des grands penseurs dont nous relisons les écrits, soir après soir.

Cinquante lors de la première veillée, nous avons vu notre nombre multiplié par dix au bout de cinq jours seulement.
Voilà maintenant douze semaines que nous nous rassemblons, dans le calme le plus absolu.
Le mouvement, parti de Paris, a rapidement embrasé toute la France.
Les villes de Province ont en effet mis en place leurs propres veillées, de manière spontanée et autonome, sans recevoir de directives de Paris.
Les Veilleurs sont désormais présents dans plus de 150 villes en France, et dans une douzaine de pays à l’étranger.
Cet embrasement révèle, en France, et bien au-delà, l’existence d’une réelle soif :
La soif de reconstruire le sens de l’homme et de sa dignité face à des idéologies qui le menacent.
La soif de retisser le lien social d’une société pulvérisée par plusieurs siècle d’individualisme, un individualisme grossissant qui laisse la personne radicalement seule et démunie, notamment en ces temps de crise, et qui détruit les moindres aspirations de l’homme en le réduisant à ses désirs immédiats, afin de le circonscrire dans une vision à court terme, sans souci des générations qui pourront venir après lui, et sans gratitude pour celles qui l’ont fait naître.

Dimanche dernier, à Paris, plus d’un millier de personnes se sont rassemblées devant les Invalides.
Nous choisissons généralement de faire nos veillées en un lieu de mémoire ou de pouvoir, en lien avec le thème que nous abordons lors de nos veillées.
Celles-ci sont ponctuées de lectures de textes, de discours d’intervenants (psychiatres, légistes, personnalités politiques, artistiques ou religieuses, pères ou mères de familles, enfants adoptés, personnes homosexuelles, etc).
Les Veilleurs restent assis en silence : ils applaudissent à la manière des personnes malentendantes, pour ne pas troubler le calme de la nuit, et manifester ainsi leur non-violence absolue et leur respect pour la parole d’autrui.
Ce silence est interrompu par des chants que nous reprenons en cœur, notamment le chant de l’Espérance et le chant des Partisans.

Nos rassemblements sont non confessionnels et non-partisans : ils entendent être ouverts à toutes les personnes, quelles que soient leurs opinions politiques et leurs convictions religieuses, car la défense de la dignité humaine est un combat qui dépasse toutes sortes de clivages, et qui doit pouvoir rassembler les citoyens dans un même réveil des consciences.

Nos veillées sont la plupart du temps suivies d’une marche dans Paris vers un lieu symbolique.
Nous sommes alors rapidement encerclés par les forces de police, et souvent soumis à des sommations.
Chaque veilleur est libre de rester ou de partir.
Nous demeurons sur place jusqu’au temps que nous avons fixé, sans obéir aux sommations : par cette modeste transgression, nous posons un acte de désobéissance civile destiné à manifester notre résistance et l’irrépressible liberté de la marche de nos consciences.
Malgré les sommations nombreuses que nous avons pu recevoir, les quelques interpellations et les intimidations que les animateurs ont pu subir, aucun veilleur n’a jamais été emmené en garde à vue, ce qui est assez surprenant dans un contexte où les opposants au mariage homosexuel sont arrêtés à tout va.

Comment expliquer cette relative tolérance à notre égard ?
Nous avons pu constater à quel point les forces de l’ordre étaient embarrassées et divisées face à nous.
Il est en effet très délicat d’embarquer des personnes qui n’entravent pas la circulation, ne font pas de bruit, récitent des poésies et proclament, à la suite de « Dostoïevski », que « la beauté sauvera le monde ».
Apparemment inoffensive, cette révolution intérieure, culturelle et spirituelle que nous avons lancée est bien plus subversive qu’il n’y paraît.
Elle contamine notamment les forces de l’ordre qui nous entourent.
Un veilleur a pu discuter avec l’un d’eux dimanche dernier, et le policier lui a confié :
 » Nous sommes entre 80 et 90% à être de votre côté.
Nous sommes de plus en plus écoeurés par les ordres très sévères que nous recevons contre les opposants au mariage homosexuel, alors même qu’on nous a demandé, lors de la manifestation des antifascistes, de ne pas intervenir, tandis que nous assistions au cassage du quartier de la Bastille. »
Certains CRS rient de bon cœur avec nous, d’autres obéissent aux ordres en nous faisant savoir qu’ils le font à contre-cœur.
Lors d’une veillée, nous avons lu un discours du général « McArthur » sur la jeunesse, et un gendarme, qui connaissait ce discours par cœur, l’a récité en même temps que nous.
Oui, cette flamme que nous allumons est contagieuse.

Les Veilleurs entendent donner l’étincelle qui permettra l’embrasement d’un véritable réveil des consciences, par la médiation de la culture, de la pensée et des arts.
A chaque veillée, depuis le mois de juin, nous demandons aux personnes présentes de prendre un moment de silence pour penser à l’engagement concret qu’elles pourront prendre, dès le lendemain, chacune selon son charisme propre, pour promouvoir à l’intérieur des associations, quels qu’ils soient, à l’intérieur des syndicats, des partis politiques existants ou des médias, le sens de l’homme que nous défendons.
Nous assistons à la naissance d’une génération qui a enfin saisi le sens de la citoyenneté et de l’engagement, et qui est porteuse d’espérance pour l’avenir.

L’Europe, actuellement, a choisi de suivre la voix trompeuse des Sophistes, plutôt que la sage pensée des Philosophes.
Oui, l’Europe est en train de perdre son âme dans une illusion démiurgique digne de « Protagoras », lorsqu’elle affirme que l’homme est la mesure de toute chose, et qu’il peut à sa guise nier la réalité et vider les mots de leurs sens – je pense notamment au mariage, à la filiation et à l’altérité et la complémentarité sexuelles.

Nous, Veilleurs, refusons de nous laisser fourvoyer par ces sophistes des temps modernes, et répondons à la suite de « Socrate » que si l’homme est la mesure de toute chose, alors la folie devient la mesure de toute chose.
Oui, à la suite de « Socrate », nous sommes prêts à obéir à la seule voix de notre conscience, malgré le blâme ou la condamnation publique, par amour pour la Sagesse et pour la Vérité, par amour pour notre Cité et pour l’Homme. »

http://www.ndf.fr  du 27/06/2013

Les Preuves Pour Tous !

Les Preuves Pour Tous ! dans SECURITE action-antifasciste-paris-banlieue-extreme-gauche-300x300

Nouvelle preuve de la manipulation médiatico-politique !

Une vidéo de la « RATP » a été publiée hier auprès des organes des médias, témoignant de la réalité des faits quant à la bagarre du 5 juin, à l’issue de laquelle, Clément Méric, militant antifasciste, avait trouvé la mort.

Comment avait débuté la manipulation ?

Lorsque « Méric » est mort, les médias ont crié au meurtre fasciste.

Le milliardaire de gauche Pierre Bergé a même accusé « la Manif pour tous » d’avoir incité au meurtre tandis que la presse attaquait le Front national et les militants opposés à la loi « Taubira ».
Les manifestations violentes de l’extrême gauche ont été relayées et présentées comme une démonstration contre le fascisme, tous criaient « No pasaran ».
Quant à « Esteban », le jeune militant nationaliste, la haine s’est déversée sur lui, un monstre sanguinaire était né.

Que révèle donc cette vidéo ?

Contrairement à ce que les médias avaient présenté, la vidéo de la caméra de surveillance révèle que les militants radicaux de droite ont été provoqués et agressés par les nervis d’extrême gauche.
Au milieu de la bagarre, « Clément Méric » le « pacifiste au visage poupin » a attaqué « Esteban » dans le dos, celui‑ci s’est alors retourné, le frappant à la tête.
« Méric » tombe inconscient.
Il n’y a donc eu aucun lynchage de la part des militants nationalistes.

Par ailleurs les témoins, dont un vigile du magasin, attestent que c’est le groupe d’antifas qui a commencé l’altercation dans le magasin Fred Perry : “ »Clément Méric » voulait vraiment en découdre”. “Il semblait vraiment haïr ces gens”.
« Katia »la compagne d’ »Esteban » (« Esteban » n’était pas là au départ), faisait partie du groupe des 3 militants nationalistes pris à partie et l’a appelé au secours par portable.
Toujours d’après les témoins, pour éviter la bagarre les 3 militants nationalistes, sont sortis par une sortie différente de celle empruntée par les extrême-gauche, mais pour rejoindre le métro les ont malheureusement rencontrés.
Il faut saluer l’honnêteté et le courage de ces témoins qui maintiennent leurs déclarations malgré les marques d’agressivité violente bien connues qu’ils risquent ultérieurement de la part des « antifas ».

Il faut signaler que les photos d’ »Esteban » et de sa compagne « Katia » avaient été publiées sur un site d’extrême gauche, dont « Méric » était proche, les jours précédents la bagarre pour demander de les identifier !
« Méric » et ses amis avaient-ils reconnu « Katia » ce qui pourrait être un facteur aggravant ?

Pourquoi la vidéo a‑t‑elle alors été publiée si tardivement ?

Officiellement, cela a apaisé les tensions.
Mais en réalité cela a surtout permis aux médias de s’acharner sur une extrême droite bien mal définie et délimitée et à « Jean-Marc Ayrault » d’engager une procédure en vue de la dissolution du groupe des « Jeunesses nationalistes révolutionnaires » (« JNR »).
C’est aussi un moyen de couper l’herbe sous le pied à l’avocat d’ »Esteban » qui aurait ainsi prouvé l’absence de volonté de tuer, voire, la légitime défense.
Ce qui est sûr, c’est que cette vidéo était dans les mains de la police depuis le début et que la vérité était bien connue.

Mais rien n’est de trop pour manipuler les Français et asseoir la tyrannie des médias sur l’opinion.

http://fr.novopress.info  27/06/2013

La Laïcité Exclut L’ Islam

muslim-e1377889337143

L’islam n’est pas une religion comme les autres….

C’est « Dalil Boubakeur » en personne qui le dit.

 « Mais l’administration doit réaliser que l’islam n’est pas une religion comme une autre, à traiter sous l’angle de la loi de 1905.
Le ministre Valls n’a pas pris en compte la dimension sociétale de l’islam.
Il doit voir que la vie des musulmans de France se détériore. »

C’est clair.
La loi de 1905, notre loi, essentielle pour la laïcité et donc le vivre ensemble, n’est pas soluble ni compatible avec l’islam.
« Boubakeur » le reconnaît.
Il avait déjà demandé un moratoire concernant l’application de la loi de 1905 à l’islam.
C’était, à l’époque, sous prétexte de donner à l’islam la possibilité de rattraper les églises en nombre de mosquées, la demande de finances publiques pour la construction de mosquées.

On n’en est plus là et le vrai visage de « Boubakeur » (et donc la « takkia » de sa proposition de 2008 ) apparaît clairement.
Nul besoin de moratoire, ce que l’islam demande, c’est un traitement spécial, une prise en compte de la dimension totale de ce système…
Non seulement une prise en compte mais l’imposition de l’islam dans la vie française.

On comprend fort bien ce que « Boubakeur » a en tête quand on lit la fin de l’interview.
Ce qui le gêne c’est que malgré les faux-nez, la « takkia »… des gens comme lui, les Français voient clair et refusent l’islam.
Et « Boubakeur » de tenter de nous faire croire que le problème ce serait « Mérah » et autres terroristes qu’il faudrait se contenter de dénoncer (ce qu’ils ne font guère, d’ailleurs, il a raison).

Or, le problème c’est la visibilité de l’islam que les Français refusent : voile, kami, halal, prénoms, mosquées….

Mais pour « Boubakeur » tout cela dépendrait de la volonté des pouvoirs publics :
Il leur appartiendrait de « donner de la présence et de l’audience aux mouvements modérés de l’islam« .
Autrement dit plus de place dans les institutions, plus de reconnaissance des « spécificités » de l’islam…
Ou, pour faire court, il n’y a qu’à imposer comme inévitable et obligatoire l’islam en France.

Or, que les mosquées soient algériennes ou marocaines, qu’elles soient petites ou grandes, elles restent des mosquées, des lieux où l’on forme des soldats de l’islam, où l’on apprend à ne pas respecter les lois françaises.

Et ça, les Français ne le veulent pas, que cela déplaise ou pas à « Dalil Boubakeur ».

Parce que l’islam non seulement n’est pas une religion comme les autres, mais n’est pas une religion du tout.

C’est un système totalitaire haïssable.

Christine Tasin

http://www.resistancerepublicaine.eu  du 27/06/2013

Le Rire Pour Tous !

Le Rire Pour Tous ! dans TROQUET hollande-clown-300x133

Ces politiques nous feront toujours rire !

Comme tous les ans vient d’être décerné le fameux « Grand Prix de l’humour politique »qui récompense chaque année les meilleures« petites phrases » de la politique française.

Le lauréat 2013 est Gérard Longuet, pour cette remarque en phase avec l’actualité :

« Hollande est pour le mariage pour tous… sauf pour lui. »

Le « Prix spécial du jury » a été attribué à Jean-François Copé pour :

« À l’UMP, nous apprenons la démocratie. C’est assez nouveau. »

Le « Prix des internautes » a récompensé Jean-Luc Romero (militant du mariage pour tous, apparenté PS au conseil régional d’Ile-de-France) pour :

« Un gay qui vote à droite, c’est comme une dinde qui vote pour Noël »

Tandis que des « Prix de l’encouragement » ont été attribués à deux socialistes.
Marisol Touraine, ministre de la Santé, pour :
« Il y a quand même des médicaments qui soignent ! »
et Jean-Jacques Urvoas, président PS de la commission des Lois à l’Assemblée nationale pour :
« J’étais aux Baumettes. J’en suis sorti, à la différence des socialistes marseillais. »

Quant au « Prix Nocchio », il est logiquement revenu à Jérôme Cahuzac pour son interrogation :

 « Pourquoi démissionner quand on est innocent ? »

Nouvelles technologies obligent, les meilleurs tweets ont également eu leurs lauréats, le Grand Prix revenant à Jean-Luc Mélenchon pour :
« Je suis plus nombreux que jamais ».
Tandis que le « Prix spécial du jury »revenait à Christophe Girard pour :
« Les bois sur verge : un projet durable. »

Comme vous pouvez le constater, les citations sont cocasses mais il y a fort à parier que, parmi les vainqueurs potentiels de l’an prochain, se trouvera « Patrick Balkany » qui a déclaré dans « L’Express » du 12 juin dernier :
« Si on n’investit que ceux qui n’ont pas été condamnés par la justice, on n’a plus de candidats dans les Hauts-de-Seine. »
Il va falloir se surpasser pour espérer ravir la « pole position » acquise par le député-maire de Levallois-Perret.
Bref, l’année 2013 s’annonce sous les meilleurs auspices.
Et c’est « Coluche » qui le disait :

« J’arrêterai de faire de la politique quand les hommes politiques arrêteront de nous faire rire… »

Philippe David

http://www.bvoltaire.fr  du 27/06/2013

Plus De Marianne Pour Tous

Plus De Marianne Pour Tous dans SECURITE churchillfascistes5-300x230

Marianne a une gueule de dictature hypocrite et durable.

Est-ce que j’ai une gueule de dictature ?
demande Marianne avec la voix d’Arletty dans Hotel du Nord.
La réponse est clairement oui.
Le bonnet phrygien est bien là.
C’est celui des tricoteuses de la Révolution.
Il est juché sur la tête de ministres qui se croient investis par un court succès électoral déjà vieux d’un an et démenti par toutes les élections partielles de la mission de changer la société et de contraindre les Français à renverser leur conception de la nature humaine. On sent surtout chez eux la satisfaction malsaine de prendre une revanche sur tous ceux qu’ils détestent et sur tout ce qu’ils exècrent.
Pendant que les ministres chargés des questions sociales et économiques font preuve jour après jour de leur incompétence, ceux en charge de l’ordre républicain règlent leurs comptes idéologiques.
Sans surprise, celui qui est à la tête de l’éducation se rattache aux seconds.
La volonté de formater l’orientation mentale des enfants dès le plus jeune âge, de les « arracher » aux déterminismes familiaux, pour reprendre le mot du ministre, est toujours l’indice d’une dérive totalitaire.
Mais celle-ci est transparente dans le traitement des affaires qui font se croiser justice et politique.
La complicité active d’une partie non négligeable des médias n’est d’ailleurs pas rassurante.
La dictature idéologique est toujours plus dangereuse et durable que la dictature militaire.
« On peut tout faire avec des baïonnettes, sauf s’asseoir dessus » disait Talleyrand.
Dès lors que l’enseignement et l’information diffusent la pensée unique, imposent un langage commun, désignent l’ennemi public et stigmatisent la résistance, on quitte les rivages de la démocratie, pour une croisière plus sournoise et plus longue.

Nicolas est en prison pour avoir refusé d’être traité comme un délinquant.
Clément Méric est élevé par « Libération » au rang d’icône de sa génération.
Le gouvernement menace de dissoudre deux groupuscules d’extrême-droite auxquels serait lié celui qui a porté les coups mortels sur le jeune gauchiste.
Or, il apparaît de plus en plus clairement que la victime était un provocateur.
Masqué et agressif, il cherchait l’affrontement avec les manifestants paisibles de la « Manif Pour Tous ».
Le jour fatal, il aurait défié des « skinheads » à l’entrée d’un lieu de vente privée de vêtements prisés par les extrémistes des deux bords, les aurait attendus à la sortie avec ses acolytes et aurait cherché à frapper Esteban par derrière, entraînant la réaction de celui-ci.
Si on met entre parenthèses le fait qu’il est toujours dangereux de s’attaquer à un grand costaud quand on ne l’est pas, et l’éventuelle utilisation d’un poing américain, que rien ne prouve pour l’instant, on doit observer l’équilibre des situations et le déséquilibre des réactions.
Des extrémistes des deux bords, immatures au point d’attacher de l’importance aux symboles vestimentaires, aimant de part et d’autre la castagne, s’affrontent après une provocation du groupe gauchiste.
Un accident se produit du fait de la force de l’un des membres du groupe attaqué.

En revanche, les réactions politiques, médiatiques et judiciaires sont totalement partiales.
On dénonce l’extrême-droite de manière unilatérale.
On parle d’assassinat, de lynchage.
On annonce la dissolution des groupes de droite, mais pas de celui de gauche, potentiellement aussi dangereux et, en l’occurrence, à l’origine de la rixe.
On élève la malheureuse victime au rang de héros de sa génération, ce qui est bien triste pour celle-ci.
L’auteur des coups mortels est en prison alors que selon toute vraisemblance, il n’a fait que se défendre.
Son incarcération est à comparer avec l’impunité dont jouissent les loubards du Trocadéro, les pilleurs de RER, et les voyous des banlieues sensibles.
Il y est rejoint par Nicolas, simple opposant non-violent à la loi « Taubira », et qui, à juste titre n’a pas accepté d’être traité comme un délinquant.
La discrimination est flagrante et la liberté piétinée.
Les arrière-pensées sont évidentes :
Il s’agit de ressusciter la momie du fascisme, celui des années 30, ce fantôme contre lequel prétend se battre le groupuscule auquel appartenait Clément Méric.
Bien sûr, de proche en proche l’amalgame englobe l’extrême droite, les nationalistes, les traditionalistes religieux, les gentils chahuteurs du « Printemps Français » et pourquoi pas les Veilleurs, debout ou assis.
Il s’agit de faire coup triple : d’abord stigmatiser les opposants à la loi « Taubira », ensuite faire peser sur eux le soupçon d’être liés au Front national, qu’on cherche encore, avec de plus en plus de mal, à diaboliser, et enfin diviser la « droite » entre les bons avec Fillon, et les méchants avec Copé.

Dans ce processus, personne ne s’interroge sur le point de savoir qui est vraiment violent, vraiment intolérant, vraiment « fasciste » en un mot si l’on accepte ce terme anachronique.
Les « antifas » le sont à l’évidence.
La répression policière disproportionnée des manifestations contre le mariage unisexe ne l’est pas moins.
Le passage en force d’une loi agressant la conscience d’un très grand nombre de Français, comme en témoigne aujourd’hui la résistance de maires courageux, est une démarche totalitaire.
Bien sûr, il ne s’agit pas d’un dictature militarisée.
Non il s’agit de celle dont Tocqueville redoutait l’avènement : brisant la famille, faisant de l’État la source illusoire et inefficace de toute action économique ou sociale, décidant enfin de ce que nous avons le droit de penser ou de dire, et réprimant davantage la liberté d’expression que les délits financiers ou comportementaux qui encombrent le monde politique, de Marrakech à Hénin-Beaumont et de New York jusqu’au 19e arrondissement de Paris, avec la complicité d’une presse qui fait aisément comprendre comment celle-ci est, un jour, devenue « collabo ».

Eric Martin

http://www.ndf.fr  26/06/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Un Tribun Dépensier

Un Tribun Dépensier dans TROQUET melenchon1-300x130

« Jean-Luc Mélenchon » n’aime que la classe affaires !

« Moi, quand je voyage, je voyage en classe affaires. » « J’ai passé l’âge d’aller me faire briser le dos à la classe économique. » À qui doit-on cette sortie ? À un grand patron du CAC 40 ? Une héroïne de télé-réalité ? Un milliardaire russe ? Un gérant de fonds de pension américain ? Non, à un homme politique valeureux défenseur de la classe ouvrière et promoteur pendant la dernière campagne présidentielle du 100 % d’impôt pour les revenus les plus élevés…. Vous l’avez reconnu, il s’agit de « Jean-Luc Mélenchon », leader duFront de gauche, qui s’empresse d’ajouter dans la foulée : « Ils vous mettent comme des sardines là-dedans. C’est une honte ! Le transport aérien, les trois quarts du temps, est extrêmement désagréable. Ne me dites pas le contraire. » De passage la semaine dernière au Salon de l’aéronautique du Bourget, il a clamé haut et fort son art de vivre en essayant un nouveau modèle de siège totalement inclinable. Sur le fond, on ne peut pas lui donner tort. Sauf qu’il faut avoir les moyens de ses envies ! Imaginons que « Jean-Luc Mélenchon » veuille se rendre à Pékin, capitale de la Chine, pays dont il vante souvent les mérites… Le meilleur tarif pour un aller-retour en classe affaires sur Air France – il serait inimaginable que le patriote « Mélenchon », toujours prompt à dénoncer le libéralisme de Bruxelles et la dérégulation, prenne une compagnie étrangère – dépasse les 4 000 euros : 2 166 euros pour un départ sur le vol AF128 lundi 1er juillet et 2 088 euros pour un retour sur le vol AF381 le 11 juillet par exemple. Encore sont-ce là les tarifs les moins chers pour ce type de confort.

Quatre smic pour aller à Cuba !

Si « Fidel Castro » venait à rejoindre le « Che » dans son repos éternel, le même voyage aux mêmes dates – car il serait dommage de ne pas profiter des plages de la perle des Caraïbes – reviendrait à un peu plus de 4 200 euros. Prenez alors le vol AF3534 à l’aller et le AF3539 au retour. Enfin, heureuse surprise ! S’il venait à l’ancien candidat à la présidentielle la fantaisie de se rendre à New York pour y effectuer deux ou trois emplettes, il payerait substantiellement moins cher… Pour 1 907 euros, il peut s’offrir un aller-retour pour la capitale mondiale du libéralisme. Sans doute sont-ce là les effets de la libre concurrence… Bref, pour que le dos délicat de « Jean-Luc Mélenchon » n’ait pas à souffrir des turbulences, il lui en coûtera 1,8 smic (actuellement fixé à 1 121 euros net pour 35 heures de travail hebdomadaires) pour gagner New York et quatre pour humer le bon air de la liberté à Cuba ! Ses électeurs apprécieront.

Attention, Vaccin Dangereux !

Attention, Vaccin Dangereux ! dans SANTE vaccin-300x199

Le vaccin réduit le risque d’infection par le Papillomavirus

Une étude américaine met en évidence une baisse de plus de 50 % de la contamination par le papillomavirus, après la vaccination.
À la fin des années 1970, les chercheurs ont découvert que certains virus, les « papillomavirus » (en particulier ceux de type 16 et 18) étaient responsables du cancer du col de l’utérus.
Près de vingt-cinq ans plus tard, des firmes pharmaceutiques mettaient au point un vaccin contre ce cancer.
En 2006, les autorités sanitaires américaines le recommandaient à toutes les jeunes filles de 11 à 13 ans, puis jusqu’à 26 ans.
Une enquête publiée en début de semaine dans « The Journal of Infectious Diseases », révèle une baisse de la contamination par ces virus pour les filles de 14 à 19 ans, grâce à cette politique vaccinale.
C’est une bonne nouvelle pour la santé publique.

(Nous n’avons pas assez de recul !
Des voix se sont déjà élevées pour dénoncer un risque de stérilité due à ce vaccin.
Trop de femmes auront servi de cobayes quand on s’en rendra vraiment compte, mais se sera trop tard, comme pour le « médiator » !
pelosse)

En France dans le nouveau calendrier vaccinal, ce vaccin (trois injections avec un intervalle de deux mois entre la première et la deuxième et de quatre mois entre la deuxième et la troisième) est proposé aux filles de 11 à 14 ans, avec un rattrapage pour les 15 à 19 ans.
Quelle est l’efficacité de ce vaccin qui protège contre plusieurs souches de papillomavirus responsables du cancer ?
S’il faut attendre encore quelques années avant d’observer une diminution des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus,
les chercheurs du « Centre de contrôle » des maladies d’Atlanta (« CDC ») se sont intéressés à l’évolution du nombre de cas d’infection chez les jeunes filles.

Aucun effet indésirable majeur

Pour mener à bien ce travail, les scientifiques ont examiné les papillomavirus identifiés sur les frottis vaginaux de 4150 femmes de 14 à 59 ans testées entre 2003 et 2006 et sur les frottis de 4253 autres femmes de même âge testées entre 2006 et 2010.
Il est possible sur lesfrottis cervico-vaginaux effectués dans le cadre du dépistage du cancer du col de l’utérus, de détecter la présence de papillomavirus.
Les résultats révèlent que pour la classe d’âge des 14 à 19 ans, le taux de contamination par le papillomavirus a chuté de 56 % entre les deux périodes.
Le pourcentage de porteuses du virus (type 6, 11, 16, 18) est passé de 11,5 % entre 2003 et 2006 à 5,1 % entre 2006 et 2010, après donc le début des campagnes de vaccination.
Pour les autres tranches d’âge, aucune différence n’a pu être observée entre les deux groupes.

Pour le professeur « Thomas Frieden », directeur du « CDC » d’Atlanta, qui répondait aux questions de la presse lundi sur ce sujet, «ces résultats sont très frappants.
Ils devraient conduire à un réveil pour inciter les jeunes filles à se faire vacciner.
Il est possible si l’on s’en donne les moyens de protéger une génération contre le cancer du col de l’utérus.»
Aujourd’hui, en France, moins d’un tiers des jeunes filles bénéficient d’une protection par ce vaccin.
Même chose aux États-Unis.
Il faut aussi savoir que la vaccination pourrait réduire de 75 % le risque de cancer du col, mais pas de 100 %, car le vaccin ne couvre pas toutes les souches virales potentiellement oncogènes.

À ce jour, aucun effet indésirable majeur lié ce vaccin n’a été identifié, alors que 56 millions de doses ont été utilisées dans le monde. En 2011, en France, 6800 femmes ont souffert d’un cancer du col de l’utérus, 2 080 en sont mortes.

Martine Perez

http://sante.lefigaro.fr  du 26/06/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Les U.S.A. Vacillent

Les U.S.A. Vacillent dans Politique uncle-sam-300x133

je surveille vos téléphones

La rage impuissante de l’Oncle Sam après les révélations de « snowden » en fuite.

L’Oncle Sam ressemble à un petit garçon pris les doigts dans le pot de confiture, et qui se roule par terre de rage impuissante.
Depuis quinze jours, l’un de ses pioupious nargue la mère patrie avec la complicité de ses meilleurs ennemis, Chine et maintenant Russie, où il s’est réfugié tour à tour.
Il s’appelle Edward Snowden, n’a pas trente ans, et ne s’en cache pas : oui, c’est bien lui qui a révélé les secrets du programme de surveillance américain des réseaux internet et téléphone, un peu partout dans le monde.
Le consultant de la CIA qui fuit en Russie via la Chine, et s’apprêterait aux dernières nouvelles à rallier l’Équateur via Cuba, avouez que ça vous a quand même un petit parfum de Guerre froide !

À cette nouvelle internationale, habilement drapée d’oripeaux anti-impérialistes, il faut ajouter « Wikileaks ».
L’association, célèbre pour avoir divulgué plus de 700.000 télégrammes diplomatiques et documents militaires confidentiels américains en 2010, aurait aidé au transfert de « Snowden » en Russie, et joué les intermédiaires avec l’Équateur, pays qui a déjà offert l’asile à son fondateur « Julian Assange ».
Bref, c’est une coalition hétéroclite qui se fait jour pour empêcher l’extradition du jeune homme vers les États-Unis.
Bien sûr, chacun couvre la manœuvre d’un apparat de bienséance diplomatique, et refile le mistigri au plus vite pour éviter de trop fâcher Washington : ainsi de Hong-Kong, estimant n’avoir rien contre ce bon garçon, mais pressant tout de même son envol vers d’autres cieux ; ainsi de la Russie, tout heureuse de le déclarer en partance pour l’Équateur, donc techniquement hors d’atteinte ; ainsi de l’Équateur, qui dit étudier la question de l’asile, mais réserve encore sa réponse.

La patrie des droits de l’homme, la France, si vous en doutiez, n’a pas proposé d’accueillir le fugitif, malgré une proposition de Marine Le Pen en ce sens.
Mais puisqu’on évoque l’Hexagone, il est tout de même instructif de voir « Depardieu » et « Snowden » se réfugier d’un même élan chez « Poutine », même si les raisons qui les y ont poussés diffèrent.
Encore que… La réduction du champ des libertés par un État jugé omnipotent, voilà peut-être une piste à creuser, on ne sait jamais.

Quoiqu’il en soit, ce front uni de Pékin et Moscou est un camouflet pour Obama.
Et dire que tout ce beau linge dînait à la même table au G8 irlandais, il n’y a pas huit jours !
Qu’il n’y en a pas quinze, le Président américain faisait part à son alter ego chinois « Xi Jinping » de ses griefs en matière de cyber-espionnage !
Compliqué désormais pour notre bon vieux « Barack » de se poser en dragon de vertu…
« Les États-Unis se révèlent être le plus grand voyou de notre temps », vient ainsi d’écrire l’agence officielle chinoise « Chine Nouvelle », qui n’a pas pour habitude de faire dans la dentelle, mais là, tout de même, ça y va…

Par la force de la clé USB, « Snowden » fait donc vaciller la diplomatie de l’Oncle Sam.
Comme quoi, plutôt que d’aller voir ce qui se passe en Chine et ailleurs, l’Amérique aurait mieux fait de se concentrer sur les courriels de ce petit idéaliste peigné comme un jeune premier, et grandi avec l’Internet qu’elle a créé.
Lui semble en tous cas avoir tiré les enseignements de l’affaire du soldat « Manning » ― la taupe de « Wikileaks », dont le procès s’est ouvert ces jours-ci aux États-Unis ―, en se mettant à l’abri sans attendre.

Le drôle de tout ça, c’est que le jeune homme a attendu plus de quatre ans avant de dévoiler le pot aux roses :
L’élection d’Obama, pensait-il, allait changer l’Amérique…
Quand on vous le dit idéaliste !
Obama, qui vient d’en faire un apatride, en faisant révoquer son passeport.
Geste dérisoire d’une administration incapable de le lui retirer en mains propres, mais lancée dans une traque planétaire sans merci. « Snowden », qui estime se battre pour la protection de la vie privée, doit désormais protéger la sienne en tout chemin et en tout lieu.

Toutes proportions gardées, son cas me rappellerait volontiers celui de « Clément Weill-Raynal », ce journaliste de « France 3″ mis à pied pour avoir révélé l’existence du « Mur des cons » ornant le local du Syndicat de la Magistrature.

Comme lui, Snowden est de ces lanceurs d’alerte à châtier pour avoir révélé la faute ou la fraude.

De ces messagers jetés en pâture à la vindicte pour saturer d’émotions le cerveau de la plèbe, et lui faire détourner les yeux de la mauvaise nouvelle dont il est porteur.

Vincent De Longueville

http://www.bvoltaire.fr  du 25/06/2013

Un Salon Sans Sa Madone

Un Salon Sans Sa Madone   dans INSOLITE salon-du-mariage-gay-300x133

Le Salon du « Mariage Gay ».

Le Salon du « mariage gay » fait un gros « bide »…

Obligés d’écluser champagne et petits fours pour ne pas devoir les mettre à la benne, les premiers exposants au Salon du « mariage gay » – The G-Day– qui se tenait ce week-end au Parc floral de Vincennes sont repartis avec l’estomac plein et la rage au ventre.
En deux jours, rapporte « Le Figaro », ils n’ont vu que quelque 150 visiteurs traînant leur ennui dans les allées.
Mieux, il semble qu’il y ait eu parmi eux un paquet de jeunes figurants qui comptabiliseront leurs heures pour pointer chez les intermittents du spectacle.
Il serait bien intéressant de savoir qui a signé leurs contrats, mais sans doute ont-ils été payés au black…
Quant aux exposants qui ont loué leurs stands à prix d’or, alléchés par les promesses d’affluence et le mirifique pouvoir d’achat des CSP+++ qui s’égayent dans le Marais, ils crient à l’escroquerie et demandent le remboursement de leurs frais.
On leur avait garanti de 5.000 à 7.000 visiteurs, un chiffre d’affaires en proportion.
La marraine de l’opération, « Claire Jollain », fondatrice de l’agence « Events and Home Consulting » (parce qu’en anglais, c’est toujours mieux) l’assurait quelques jours avant :
« Beaucoup de couples qui ont attendu longtemps la loi convoleront à un âge plus avancé que leurs homologues hétérosexuels, et donc à un stade plus rémunérateur de leur carrière. »
Son alter ego, « Monsieur Lacrampe », de « Primeday.net », se réjouissait lui aussi de cette perspective alléchante :
« Le budget mariage des couples « gays » pourrait être 50 % plus élevé que celui des autres couples. »
Sachant que le prix moyen d’un mariage en France tournait autour de 13.000 euros en 2011, 20.000 euros pour les plus cossus, « Monsieur Lacrampe » entendait déjà tinter joyeusement le tiroir-caisse.
Hélas, contrairement aux affirmations du gouvernement qui voyait une urgence urgentissime à légaliser ces unions, il semble que les « gays » ne sont pas pressés de se marier.
Ou alors discrètement.
Ou pire encore : comme des hétéros.
« Allées désertes, hôtesses désœuvrées, agents de sécurité apathiques, en fin de matinée, « Le Figaro » n’avait pu rencontrer que trois clients », nous dit le quotidien.

L’attachée de presse a trouvé une explication qui pourrait passer pour discriminatoire :
« Les gays se lèvent tard. »
Ou peut-être bien qu’ils étaient au salon du Bourget pour voir décoller les grosses fusées ?
Allez savoir.
La responsable du salon, « Sandra Bibas », a trouvé mieux :
« C’est à cause des soucis avec les homophobes. »
À comprendre la petite poignée d’abrutis qui ont saccagé à deux reprises l’expo photo contre l’homophobie accrochée sur les grilles de la Mairie du IIIe.
Trois personnes ont été arrêtées, filmées par les caméras de surveillance, qui nient d’ailleurs être homophobes.
Ils sont justes bas de plafond.
Trois, c’est peu pour endiguer le flot des 7.000 visiteurs prévus au salon de Vincennes.
Ou alors, c’est que les gays sont très très très peureux.
Personne en revanche, sauf cette « Sandra Bibas », n’a aperçu la « trentaine d’opposants au mariage gay » qui, selon elle, auraient tenté samedi de ternir ce grand succès populaire.
Les responsables de la sécurité n’en ont pas vu la queue d’un, si l’on ose dire.

D’ailleurs on n’a pas vu non plus « Madame Taubira ».
La madone du Mariage pour tous qui, « submergée par l’émotion », quittait les bancs de l’Assemblée pour entrer dans l’histoire.
Qu’elle dit.

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr  25/06/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Le Manuscrit Pour Tous !

Le Manuscrit Pour Tous ! dans DIVERS apprendre

L’écriture manuelle devient optionnelle… avant de disparaître totalement ?

C’est en tout cas bien parti pour que ce soit le cas dans 45 Etats aux USA.
Puisque nous écrivons de moins en moins sur du papier et de plus en plus sur nos ordinateurs, téléphones etc, à quoi bon perdre du temps et…
surtout (mais ce n’est pas dit) infliger cet effort inutile à des enfants venus de familles où l’écrit est inexistant ou presque ?
Je ne suis pas, au contraire, contre la modernité et l’évolution, et je trouve merveilleux qu’il y ait des machines pour creuser des tas de cailloux, pour laver le linge et des engins qui permettent d’aller dans la lune.
Mais tout de même, cet abandon d’un apprentissage fondamental me semble grave, tout aussi grave que l’introduction du  »gender » dans nos salles de classe.

Il procède, de façon évidente des objectifs de l’élite mondialisée qui veut faire de nous des consommateurs sans culture.

- égalitarisme avec nivellement par le bas.
Plus d’avantages aux enfants des classes sociales favorisées qui leur donnent envie de lire, écrire… par simple désir d’imitation.

- disparition de la corrélation entre lecture et écriture.
qui permet de mieux apprendre  à lire et de développer certaines zones du cerveau.
Bref faire disparaître l’écriture manuelle c’est concourir à une régression comme l’humanité n’en a jamais connue

- disparition de la notion d’effort pour maîtriser un art difficile.
Poussant ainsi les enfants vers toujours plus de facilité, traduisez les jeux, la consommation… aux dépens de la culture, de l’apprentissage de la lecture/écriture et de la réflexion.

- disparition de l’autonomie de l’enfant et donc de l’être humain.
Sans machines… impossible de communiquer.
Et cela fait terriblement peur. 1984 est dépassé.

Le pire ?

C’est que, forcément, cette mesure sera populaire…

Le pire du pire ?

C’est que, forcément, les fous qui ont les manettes de notre pays vont, forcément, suivre…

Demain ou dans 5 ans mais c’est inévitable, sauf changement de « logiciel » électoral…

Christine Tasin

http://www.resistancerepublicaine.eu  du 26/06/2013

Une Lecture Pour Tous !

Une Lecture Pour Tous ! dans SECURITE minute-229x300

Le retour des prisonniers politiques

Depuis jeudi dernier, Nicolas Bernard-Busse, 23 ans, est en prison. A Fleury-Mérogis. Son crime : aucun ! Son délit : aucun !
Arrêté le dimanche 16 juin au soir sur l’avenue des Champs-Elysées à Paris après être allé manifester contre le « mariage pour tous » devant les locaux de M6, où François Hollande intervenait dans l’émission « Capital », il a été con­damné trois jours plus tard à qua­tre mois de prison dont deux mois ferme !
Et incarcéré sur-le-champ, le juge ayant délivré un mandat de dépôt à l’audience !
S’il est relaxé en appel, ce sera toujours ça de pris !
Allez hop, au gnouf !
En comparution immédiate et après trois jours à six dans une cellule de trois mè­tres carrés, ça vous fera le caractère !
Si « Nicolas Bernard-Busse » s’est fait arrêter, direz-vous, c’est bien qu’il a fait quelque chose.
Eh bien non !
Son avocat a démontré à l’audience, vidéo à l’appui, que rien ne justifiait son arrestation et que les sommations réglementaires n’a­vaient pas été faites.
L’arrestation étant nulle, tout le reste de la procédure doit l’ê­tre.
C’est le b-a-ba de la justice.
Mais qui vous parle de justice ?

Il a refusé de donner sa salive et il a bien fait !
Selon la police, il s’est « rebellé ».
Ben tiens.
C’est fou le nombre de rebellions qu’il y a depuis que les flics arrêtent n’importe qui n’importe quand.
Tous ceux qui ont fait un peu de politique le savent.
D’abord vous vous faites serrer, ensuite, comme il faut bien justifier votre interpellation, on affirme que vous vous êtes rebellé. C’est parole (de flic assermenté) contre parole (de clampin).
Et si vous présentez des hématomes, c’est que vous êtes tombé.
Voilà.
« Nicolas Bernard-Busse » aurait aus­si refusé de se prêter à un prélèvement ADN et c’est puni par loi.
Il a bien fait.
Un militant politique n’est pas là pour alimenter de son plein gré les fichiers de l’Etat.
S’ils veulent de la salive, qu’ils viennent la chercher.
Mais gare aux doigts, on mord.
Surtout les flics qui exécutent des ordres de basse police po­litique.
Surtout les flics qui prennent un Veilleur pour un casseur – car Nicolas est un de ces Veilleurs pacifiques qui croient au pouvoir de la non-violence et de la résistance passive ! – et même pour pire qu’un casseur.
Tous les jours que Dieu fait, les po­liciers – ceux qui font leur travail – se plaignent de croiser dans la rue le voyou qu’ils ont arrêté la veille, parce qu’il a été condamné à une peine de principe par un juge qui au­rait toute sa place sur un Mur des cons, et on met au placard un jeune qui n’a rien fait que d’exprimer pacifiquement ses idées ?
Quand les pilleurs du RER sont tous libres ?
Quand les casseurs du Trocadéro fanfaronnent ?
Quand n’importe quelle manifestation d’im­migrés clandestins est, non pas réprimée mais encadrée par la police ?
On peut donc tout faire en France sauf s’opposer au mariage pour tous ?
« Marion Maréchal » a protesté avec véhémence.
« Xavier Lemoine » aussi. « Christine Boutin ». « Jacques Bom­pard ». « Gilbert Collard ». « Quel­ques UMP ». « Quelques UDI ». Et des écolos, dont « Cécile Duflot », pour qui rien ne justifie le fichage généti­que des militants politiques.
« Mariton », lui, fait son show.
Usant de son droit de parlementaire de « visiter les lieux privatifs de liberté », il va aller voir « Nicolas Bernard-Busse » en prison.
Mais attention, ce qu’il a fait n’est pas bien : « A-t-il commis des actes répréhensibles par la loi ?
Oui.
Méritait-il d’être sanctionné ?
Oui.
Méritait-il un mandat de dépôt pour de tels faits ?
Non.
Si sa peine est lourde mais pas exceptionnelle, c’est le mandat de dépôt ayant entraîné l’enfermement qui est disproportionné. »
Mariton, ta gueule.
Quand on ne connaît pas le dossier, on la bou­cle.
Et quand on ne connaît pas le quotidien de la justice, on se con­tente d’être député.
Ça ne sert à rien mais ça occupe.

Sous « Valls », il n’y a plus d’Etat de droit
« Nicolas Bernard-Busse » est un pri­sonnier politique.
Il a été emprisonné pour ses idées et pour ses croyan­ces.
C’est la définition même du prisonnier politique.
Tel qu’on en con­naît en Chine.
Arrêté par la po­lice de « Valls », qui a ordre d’interpeller tout ce qui, de près ou de loin, ressemble à un militant de la « Manif pour tous ». Jugé par la justice de « Taubira », qui est contre la prison, sauf à l’égard de ses opposants.
La semaine dernière encore, un jeune homme a subi un contrôle d’identité parce qu’il portait un pin’s de « La Manif pour tous » !
Et la fliquette lui a dit que s’il voulait se promener ainsi, il fallait qu’il en demande l’autorisation !
A qui ?
Depuis des mois, l’Etat de droit est bafoué.
C’est-à-dire que les re­présentants de l’Etat n’agissent plus selon les règles du droit mais selon les ordres politiques qu’ils re­çoivent d’une hiérarchie aux ordres du ministre de l’Intérieur.
Quand une audience est interdite au public, l’Etat de droit est ba­foué.
Quand des jeunes gens porteurs d’un t-shirt aux couleurs de « La Manif pour tous » sont arrêtés sans autre raison, l’Etat de droit est bafoué.
Quand des lignes sont écoutées alors qu’aucun des deux interlocuteurs ne porte atteinte à la sûreté de l’Etat, l’Etat de droit est bafoué.
Valls et Taubira voulaient faire peur aux opposants au « mariage pour tous » ?
C’est raté.
Les socialos, vous allez en ch…
L’autre jour à Lourdes, dévastée par les inondations, Hollande a cru drôle de lancer à un commerçant :
« Votre saison est en croix, si je puis dire. »
Très drôle.
Les socialos, votre quinquennat est en croix.
Entaché à jamais par l’incarcération de Nicolas.
Souillé par ce prisonnier politique qui in­digne les démocrates dignes de ce nom.
Si c’est ça être « républicain », merci, on s’en passera.
La bataille continuera jusqu’à ce que vous ayez débarrassé le plancher.
Entre les démocrates et les républicains, vous avez choisi votre camp.
Très bien, nous aussi.

« Minute »

http://www.minute-hebdo.fr  du 25/06/2013

La Liberté Pour Tous !

La Liberté Pour Tous ! dans INSOLITE non-a-lislam-e1372152328314

Une superbe lettre de « René Marchand » au maire de Montluçon

Monsieur le Maire,

Cette lettre m’est inspirée par une grande colère et par beaucoup de tristesse.

Je suis né à Montluçon il y a trois quarts de siècle. C’est dans cette ville que j’ai passé mon enfance, avenue Jules Guesde, dans le quartier des Fours-à-chaux. J’ai fréquenté l’école publique Paul-Lafargue. J’ai fait mes études secondaires au lycée où j’ai eu, au nombre de mes professeurs, votre prédécesseur à la mairie, Jean Nègre, dont je garde un souvenir magnifique. Tous mes aïeux sont enterrés à Montluçon ou à Domérat

C’est à Montluçon que, à quatre ans, j’ai vu, pour la première fois, des êtres humains fracassés par un bombardement aérien. C’est là que j’ai assisté au triste spectacle de la « débâcle » : le défilé de pauvres gens, harassés de fatigue et de désespoir ; un groupe de misérables qui avaient trouvé refuge pour une nuit dans la cour de l’immeuble qu’habitaient mes grands-parents ;  parmi eux, une femme qui touillait des vêtements dans une marmite sur  un petit feu de bois : elle teignait ses vêtements en noir, car elle venait d’apprendre la mort de son mari soldat. C’est là que, quelques semaines plus tard, ma mère et mes grands-parents apprenaient que mon père était « mort pour la France » (encore une scène que je n’oublierai jamais). C’est là que j’ai vécu la guerre, avec la sensibilité si aiguë d’un gamin, apprenant, jour après jour, ce qu’était une ville occupée, une ville bombardée, une ville martyrisée, mais aussi une ville combattante (un des fusillés de la carrière des Grises était un proche de ma famille), puis une ville libérée…

Montluçon, une ville libérée. Donc, désormais une ville libre ? Je le croyais.

Et voici que son maire, sous le prétexte de préserver je ne sais quelle « harmonie » entre les citoyens, se couche devant l’islam, ce système politico-religieux dictatorial, expansionniste et guerrier, qu’il laisse construire une mosquée au sein de sa  cité, qu’il donne son accord pour une deuxième. Une mosquée, c’est-à-dire un lieu de propagande, d’enseignement, de formation continue, un bureau d’état-civil, une mairie, un commissariat, un tribunal, éventuellement une prison ou une caserne… C’est tout ça, une mosquée ! En 1938, à Munich, fallait-il préserver « l’harmonie » à n’importe quel prix et, sous prétexte que les Allemands n’étaient pas tous nazis, qu’il y avait parmi eux des démocrates, laisser le champ libre aux chefs et chefaillons qui encadraient et mobilisaient les masses, aux chiens du parti qui, justement, pourchassaient sans relâche les opposants au sein de leur communauté ? Au moins, à l’époque, les républicains n’offraient-ils pas aux ennemis des démocraties des centres opérationnels sur notre territoire afin qu’ils puissent plus aisément y faire croître et prospérer leur idées mortifères.

Monsieur le maire, vous avez rejoint la troupe lamentable des grands patrons esclavagistes, des politiciens cyniques et gribouilles, des intellectuels aliénés ou aveugles qui, depuis quarante ans, livrent la France à un totalitarisme aussi redoutable que, hier, celui de Staline ou d’Hitler. Vous,  successeur de Marx Dormoy, vous vous êtes mis au service d’une idéologie contraire à tous nos principes, à toutes nos traditions, à toutes nos valeurs. Vous vous êtes fait mercenaire d’une stratégie d’invasion. Ne savez-vous pas que les prétendus « religieux » (comme le dénommé Lamachi) qui encadrent, de plus en plus étroitement chaque jour, les communautés  musulmanes et les manipulent considèrent que leur devoir le plus sacré – un devoir absolu, définitif, non révisable, non discutable, parce que commandé par Allah lui-même et, comme Lui, éternel – est de nous asservir, par tous les moyens, la ruse comme la guerre, l’argent comme le terrorisme, puis d’anéantir nos libertés, notre civilisation et jusqu’à notre honneur ?

Monsieur le maire, vos pas pourraient vous mener sur les traces de ceux qui ont flétri la France il y a soixante-dix ans. Les vaillants qui, alors, nous ont sauvés de la honte et de l’anéantissement leur ont fait payer leur trahison. Je ne demande rien de tel pour vous.  Je me contenterai de souhaiter que, prenant conscience de votre ignorance ou de vos lâchetés (pour l’heure, je ne veux pas trancher), vous vous effaciez de la vie politique. Vous pourriez, par exemple, si vous avez été circonvenu en toute bonne foi, profiter de votre temps libre pour apprendre un peu ce qu’est l’islam. Peut-être, qui sait ?, ayant pris conscience des menaces qu’il représente  pour les peuples européens, et, au premier rang, pour la France, rejoindrez-vous un jour les rangs des résistants.

                                   René Marchand

Ancien élève de l’Ecole nationale des Langues orientales, licencié de langue et littérature arabe.

http://www.resistancerepublicaine.eu  du  20/08/11

Le Français Pour Tous !

Le Français Pour Tous ! dans SECURITE resistance-300x133

Pourquoi j’ai entamé une grève de la faim…

C’est d’une voix tout étranglée que Marie-Neige Sardin, libraire au Bourget depuis trente-cinq années, nous répond.
Lundi dernier, elle a entamé une grève de la faim pour alerter les autorités sur les régulières agressions dont elle est victime.
Un combat résolu pour la défense du patrimoine et la diffusion de la culture.

Quel a été l’élément déclencheur de cette action ?

Vendredi 14 juin, aux alentours de 18 h 30, un individu aussi imposant qu’une armoire à glace a tenté de braquer mon échoppe. Je n’ai dû ma survie qu’à la rapide fermeture d’une porte sécurisée derrière laquelle je me suis blottie. Ayant actionné immédiatement la procédure d’urgence située dans mon magasin, j’ai été mise en relation téléphonique avec l’homme chargé de contacter les polices municipale et nationale. Bien que situées à cinquante mètres de ma boutique, les forces de l’ordre n’ont pas daigné se déplacer avant une heure tandis que mes appels au 17 résonnaient dans le vide. Dans la soirée, je leur ai décrit l’apparence de l’agresseur, vêtu de manière quasi folklorique et donc aisément repérable. Neuf jours ont passé et je n’ai toujours pas la moindre nouvelle d’une éventuelle avancée de l’enquête. C’est la 34e agression dont je suis la victime, et celle de trop.

Comment expliquer que vous soyez devenue la cible de tous ces actes de violence ?

Ils me considèrent comme l’emmerdeuse locale ; celle qui a l’indécence, à l’intérieur de sa boutique, d’imposer des valeurs et un mode de fonctionnement conformes aux lois de la République. L’idée même de tenir un endroit dans lequel les gens se comporteraient de manière respectueuse les indigne. Je représente à leurs yeux le dernier bastion de la commune défendant la culture et le patrimoine français, et ils souhaitent visiblement en empêcher la diffusion à tout prix. Pourtant il ne me semble pas que la présence de Balzac ou de Saint-Exupéry soit susceptible d’engendrer quelque trouble que ce soit…

Est-ce représentatif pour vous d’un mal plus profondément ancré dans la société actuelle ?

Ce qui m’arrive depuis des années arrivera malheureusement à d’autres vecteurs du savoir et de la culture. À travers mon action, c’est tout un processus de violence que je souhaite dénoncer. Je n’exige pas la lune, simplement la possibilité d’exercer mon passionnant métier en paix et d’être à cet effet protégée par les pouvoirs publics. Prévenu, le maire n’a pas cru bon d’apporter son soutien à la dernière libraire de la ville que je suis. Aujourd’hui, et en dépit de la faim qui me taraude, je vous assure être obstinée et résolue.

Propos recueillis par Baudouin de Saxel

http://www.bvoltaire.fr  du 23/06/2013

Un Devoir Pour Tous !

 

Un Devoir Pour Tous ! dans INSOLITE droits2-218x300

 Les Droits de l’Homme et du Citoyen

Le système va-t-il craquer de l’intérieur ?

Dans « Le Point« du 21 juin, un magistrat écrit une tribune sous le pseudonyme de « Malesherbes » (l’homme qui défendit Louis XVI au procès qui le condamnera à mort).
Il parle de la France comme d’une “dictature” et rappelle l’article II de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui “élève au rang de droit naturel et imprescriptible la résistance à l’oppression”.

Et de poursuivre en disant:
“Oui, la résistance est un devoir.
Et elle s’appelle rébellion dans notre droit positif.
Mais ce n’est pas une infraction, c’est un devoir de l’homme libre.”

Bravo à ce magistrat.

Il y a toujours eu des amoureux de la France et de ses valeurs ancestrales.
1,5 million d’opposants à la singerie de mariage qu’on nous a imposée, ce n’est pas rien.
Cela dit, la loi est quand même passée et trois jours après son vote, un premier couple gay sortait “marié” de la mairie de Montpellier (29 mai 2013).
En terme militaire, on appelle ça une défaite.
Fort de cette victoire apparente, notre gouvernement semble ne plus rien avoir à craindre.

Mais voilà, il a oublié que sa force, il la doit aujourd’hui aux fonctionnaires qui acceptent encore d’obéir sans se poser de questions. La pénibilité de cette situation est renforcée par leur prise de conscience qu’ils agissent de plus en plus pour “le mal public”, qu’ils obéissent à des ordres que la morale la plus élémentaire désapprouve, qu’ils protègent un système non la République et n’agissent pas pour l’intérêt de leurs concitoyens…

Si l’on fait la sale besogne pour un système que l’on condamne secrètement, il faut parvenir à étouffer sa conscience quand on se retrouve seul avec ses mains sales le soir venu.
Le policier par exemple se rappelle ce pour quoi il a décidé d’entrer dans la police : arrêter les racailles et les violeurs, protéger les citoyens, etc.
Or le voilà qui remplit les paniers à salade par des arrestations abusives…
Se cacher derrière le devoir d’obéissance ne suffit plus.

Le gouvernement PS est bel et bien en passe de perdre une partie des membres de son allié historique, le corps des fonctionnaires.
Ces derniers comprennent qu’ils ne sont plus là que pour contenir la colère populaire, arrondir les angles et mâter “les rebelles”.
Mais Il arrive un point de rupture où la conscience de l’homme juste ne lui permet plus de suivre les ordres…

La tribune de « Malesherbes » est dans ce sens un cri de libération…

Franck Vinrech

http://fr.novopress.info  du 23/06/2013

Une Equité Pour Tous !

Une Equité Pour Tous ! dans DIVERS justice-e1372000448929

Lisez cette lettre courageuse qui dénonce notre système judiciaire gangrené !

Madame, Monsieur,

Des dizaines de milliers d’individus dangereux pour la société et condamnés à de la prison ferme pour violences graves ne purgent pas leur peine « faute de place » dans les prisons.

Des milliers de crimes et de délits graves ne sont même pas poursuivis.

Et pourtant, la justice a su trouver sans délai, hier, une place à la prison de Fleury-Mérogis pour incarcérer un jeune étudiant de 23 ans, fondateur du mouvement pacifique des « Veilleurs », protestant contre la loi « Taubira ».

Ce jeune homme est « coupable » d’avoir participé à un rassemblement de « la Manif pour Tous » et d’avoir refusé une prise d’empreinte d’ADN.

Il a été condamné en comparution immédiate à 4 mois de prison dont deux « ferme ».

Il faut pourtant savoir que, depuis la loi pénitentiaire de 2009, lorsqu’on est condamné à une peine de prison ferme inférieure à 2 ans, le principe est « l’aménagement de la peine », c’est à dire une alternative à la prison (bracelet électronique, travaux d’intérêt général et, plus souvent liberté sous contrôle judiciaire c’est-à-dire en pratique rien du tout).

Les condamnés à quelques mois de prison ferme sortent donc toujours libres de l’audience.

Par exemple, aux Tarterêts, en 2011, lors d’un guet-apens, un jeune avait essayé de tuer un policier à coups de marteau sur la tête.
Il avait déjà 10 condamnations à son casier.
Jugé en comparution immédiate, il a été condamné à 7 mois de prison ferme… mais est sorti libre de l’audience.

Et c’est bien la règle :

  • le 8 mai 2013 à Evreux : un individu qui a passé à tabac sa femme et sa fille reçoit 8 mois de prison dont 2 mois ferme mais repart libre en attente d’un aménagement de peine;
  • le 24 mai 2013 à Laon : un homme de 21 ans qui a déjà eu à faire à la Justice est condamné à 8 mois ferme pour car jacking : il sort libre du tribunal;
  • le 5 juin 2013 : un homme déjà condamné reçoit 6 mois ferme pour avoir incendié un bâtiment public : il n’est pas écroué;
  • le 11 juin 2013 : un homme coupable de mise en danger de la vie d’autrui et de violence à l’encontre des policiers à Trappes est condamné à 8 mois de prison avec sursis;
  • le 12 juin 2013 : pour l’attaque du RER D et de ses passagers, agressés, frappés, volés à Grigny : aucune peine de prison ferme n’est prononcée et relaxe pour la quasi-totalité des participants;
  • le 12 juin 2013 : agression sexuelle sur une fille de 11 ans dans les Ardennes : 18 mois avec sursis;
  • le 14 juin 2013, un homme qui a violé sa voisine pendant 2 mois a été condamné à 18 mois ferme, sans être incarcéré à l’issue de l’audience.

Nicolas, lui, est en ce moment incarcéré à Fleury-Mérogis, une prison qui accueille de véritables délinquants et criminels dont des dealers, des assassins ou des violeurs.

Que l’on soit en accord ou non avec le mouvement et les revendications de ce jeune homme importe peu.
Ce qui est très grave, en revanche, c’est qu’on ait une peine très lourde prononcée contre Nicolas, jeune étudiant au casier judiciaire vierge d’un côté et de l’autre, un laxisme absolu à l’encontre de tant de délinquants et criminels chaque jour.

Il est plus grave pour certains juges ou pour certains politiques de se rebeller, de refuser un prélèvement ADN ou de se faire interpeller que d’agresser sexuellement une vingtaine d’enfants âgés de dix ans1, car dans ce cas, on obtiendra une nouvelle fois une peine virtuelle de sursis.

Notre justice a-t-elle encore un sens ?
Notre pays a-t-il encore une justice égale pour tous ?
Pouvons-nous encore croire à l’impartialité de nos juges alors que le « mur des cons » du Syndicat de la Magistrature a montré que des magistrats pouvaient en toute impunité insulter des familles de victimes ?

L’heure est grave.

Nous ne devons pas laisser faire.
Nous devons exiger le retour du bon sens et de l’impartialité.
En apportant votre soutien à Nicolas vous enverrez un message clair :
Non au 2 poids, 2 mesures, non à une justice qui condamne certains individus avec la plus grande sévérité  et laisse filer les délinquants et les récidivistes notamment en supprimant les peines plancher ou la rétention de sûreté pour les meurtriers ou les violeurs dangereux.

Nous devons être des milliers, des dizaines et même des centaines de milliers à nous mobiliser.

Nous ne pouvons pas laisser faire ça.

Je compte sur vous pour signer la pétition de soutien à Nicolas exigeant la fin d’une justice à deux vitesses en cliquant ici.

Avec tous mes remerciements.

Laurence Havel
Secrétaire Nationale.

12345

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43