Archive | 01/06/2013

Dura Lex, Sed Lex ? ?

Dura Lex, Sed Lex  ? ? dans INSOLITE justice-de-gauche-300x133

Justice De Gauche

Participer  à  un  viol,  perturber  un   »mariage  gay »,  c’est  le  même  tarif  en  France  !

Le 29 mai à Montpellier, deux homosexuels se sont mariés.
C’est légal.
Est-ce moral ?
« Non », doivent penser les cinq éléments perturbateurs qui ont allumé des fumigènes dans le but de troubler la cérémonie.
L’un d’eux a même « tenu des propos homophobes », il aggrave son cas en étant « issu de la mouvance d’extrême droite identitaire ».

Le Figaro indique que ce jeune homme de 21 ans encourt jusqu’à six mois de prison. Soit !

Le même jour, un autre article du Figaro rapporte la condamnation à six mois de prison d’un homme de 29 ans ayant participé à des « tournantes », autrement dit des viols collectifs.
Un second prévenu a été relaxé.

Participer à des viols collectifs, perturber un mariage homo… six mois de prison, la même condamnation !

Saccager les voitures et les vitrines au Trocadéro, dévaliser les usagers du RER, relaxe assurée avec un bon avocat.

Cette justice vous paraît-elle morale ?
À peu près autant que la police qui arrête des centaines de personnes lors de veillées de prière, mais n’en appréhende qu’une petite trentaine les soirs de pillage avenue Kléber.
Tout cela est légal.
Nul n’est censé ignorer les homos, tous doivent les aimer.
Les seules personnes que vous avez le droit de détester publiquement sont : les hétéros, les cathos, les fachos (terme communément utilisé pour qualifier le Français attaché à sa patrie) et les riches !
Car notre président de la République tient des propos « richophobes » sans que cela ne choque personne.

Il déteste tellement les riches que son gouvernement s’efforce de nous rendre pauvres.
Ainsi, nous serons aimés par notre Président !
Cette ségrégation et cette disproportion des sanctions rappellent évidemment les heures les plus sombres de notre histoire, mais ne le répétez pas car notre Président décide des mots qu’il faut supprimer (père, mère, race) et des mots qu’il est interdit d’utiliser (gazer, collabos, résistance).
Le régime socialiste décide de tout.
Il veut interdire le printemps et continue de faire tomber la pluie.

Je vous rappelle donc que :
- caillasser la voiture du maire peut être sanctionné par la loi, mais moins sévèrement que si vous récitez un Pater Noster vêtu d’un sweat où n’est pas marqué PSG.
- déclarer « j’aime pas les homos » vous expose à une peine de six mois de prison, la même peine que si, à plusieurs, vous violez votre député…(sauf si ON est socialiste et si vous êtes identitaire, j’ose supposer)

Merci de sensibiliser vos élus.

Sed lex…

Jean-André Bossy

Source : « bdvoltaire.fr » du 01/06/2013

Plausible De Nos Jours !

Un  jeune  homme  pourrait  passer  la  bague  au  doigt  d’une  poupée  gonflable…

Combien de citoyens souffrent de ne pouvoir épouser leur poupée gonflable ?
Au nom du droit au mariage pour tous, le temps semble venu de militer pour que cesse enfin cette discrimination qui voit des milliers d’adorateurs de bombes sexuelles en latex vivre leur amour dans une quasi-clandestinité.
Cette catégorie de population doit pouvoir accéder, elle aussi, au mariage et sur ce point, je pense que les lecteurs de Boulevard Voltaire, dont le fondateur vient d’échapper à des épousailles rocambolesques, seront d’accord.

Idée farfelue, mais peut-être machine à buzz… l’humour est une arme !

Sinon… L’idée d’un boycott avait été évoquée… partie sur une mauvaise piste, à mon humble avis.
Inutile de rechercher un sens quant à la nature du ou des produits concernés, l’important étant de taper fort au porte-monnaie du système.
Exemple :
Les fruits, légumes et viandes des moyennes et grandes surfaces.
Tous au marché !
Un peu plus cher, mais bien meilleur. Même un petit moins 5 % sur le chiffre d’affaires…
Panique dans l’agro-alimentaire et la grande distribution.
« Michel-Édouard Leclerc » sous « Prozac », les pontes de « Carrefour » dans le bureau de François Hollande…

Ou le boycott d’un seul produit : les avocats…comestibles, bien sûr !
Notre cause n’en a pas besoin, jeu de mots militant, fruit d’importation, aucun producteur français pénalisé… Moins 50 % sur les ventes, secteur en crise, pays exportateurs mécontents… Pataquès.
(tout est bon comme dans le cochon !)
Geste simple, facile, sans risque… Au diable les mails à envoyer, plaintes, banderoles et sifflets… Juste une non-action à laquelle des millions de gens peuvent adhérer en toute tranquillité.

Comment allumer la mèche de cette bombe ?

Jany Leroy

Source : « bdvoltaire.fr » du 01/06/2013

Peine De Mort Papoue

Peine De Mort Papoue  dans INSOLITE boulevard-voltaire-femen-300x133

En  Papouasie-Nouvelle-Guinée  on  brûle  toujours  des  « sorcières » …

La Papouasie-Nouvelle-Guinée vient de se prononcer pour le rétablissement effectif de la peine de mort.
De quoi provoquer l’ire « d’Amnesty International ».
Imaginez un peu : ce pays qui n’avait exécuté personne depuis son indépendance, il y a un demi-siècle, pourrait en finir avec quelques-uns de ses criminels.
Un coup dur pour les abolitionnistes !
Mais que se passe-t-il donc dans ce petit État du Pacifique qui pourrait expliquer ce prurit répressif.
Pas grand-chose, si ce n’est qu’on y brûle… des sorcières.
Parfois jusqu’à des dizaines par an.
Il y a encore quelques mois, rapporte la presse, une jeune femme de 20 ans a été brûlée vive devant une centaine de villageois en colère.
Elle a été torturée avec une barre de fer chaud, dénudée, traînée sur un bûcher puis aspergée de pétrole…
Alors, bien sûr, tenter de mettre fin à ces pratiques d’un autre âge et décider de mesures radicales s’il en est à l’égard de leurs bourreaux, comme vient de le décider le gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée, choque nos belles consciences occidentales.
Et de dénoncer, comme le fait « Amnesty », un gouvernement qui « agite le spectre de la peine de mort pour avoir l’air de lutter contre les violences faites aux femmes ».

Je ne sais pas ce qu’on peut faire face à ces actes de barbarie – je parle de la mise à mort des prétendues sorcières.
Mais je ne suis pas certain que je parlerais, comme le fait « Amnesty », de « violences domestiques » à propos de ces abominations, même si l’expression doit être correcte dans le jargon juridique.
Un responsable de l’organisation de défense des droits de l’homme explique qu’il ne faudrait pas « oublier le rôle de la crise, qui engendre la pauvreté, la violence, le vol » avant d’ajouter :
« C’est un cercle infernal.
Les autorités, au lieu de chercher à résoudre les difficultés économiques, se rabattent sur la peine de mort : c’est une réaction purement démagogique. »
Voilà qui doit faire une belle jambe à nos « sorcières » brûlées vives, leurs familles et leurs enfants…

Ah oui, j’oubliais : en Papouasie-Nouvelle-Guinée, on a aussi recensé des cas de cannibalisme.

Mais les Papous, vous savez…

Robert Ménard

Source : « bdvoltaire.fr » du 01/06/2013

Magouilles, Magouilles !

Magouilles, Magouilles ! dans INSOLITE liban-e1373994025140

‘Ziad   Takieddine’   dort   désormais   en   prison   !

Les enquêteurs soupçonnent l’homme d’affaires franco-libanais d’avoir envisagé de se soustraire à la justice…
en cherchant à sa procurer un passeport diplomatique de la République dominicaine.
Déjà mis en examen dans le volet financier de l’affaire Karachi, il a été écroué vendredi soir:
La justice le soupçonne d’avoir voulu fuir la France.
L’intermédiaire en armement avait été placé en garde à vue jeudi matin par les policiers qui le soupçonnent d’avoir envisagé de se soustraire à la justice, en cherchant à sa procurer un passeport diplomatique de la République dominicaine.

À l’origine des nouveaux ennuis judiciaires de Ziad Takieddine…
Une nouvelle perquisition menée cette fois le 11 avril à son luxueux domicile parisien de l’avenue Georges-Mandel (XVIe).
À cette occasion, les policiers mettent la main sur un courriel laissant penser qu’il allait se faire délivrer ce document émis en janvier 2013, qu’il aurait commandé moyennant 200.000 dollars.
Au vu notamment de cette découverte, le parquet de Paris ouvre début mai une information judiciaire pour «corruption d’agent public étranger» et «escroquerie», confiée aux deux juges instruisant le volet financier de l’affaire Karachi, « Renaud van Ruymbeke » et « Roger Le Loire ».
À cette procédure viennent d’être jointes deux autres instructions qui le visaient déjà, cette fois pour «fraude fiscale» et «organisation frauduleuse d’insolvabilité».
Déféré vendredi, l’hommes d’affaires a été présenté aux magistrats instructeurs qui l’ont mis en examen pour l’ensemble de ces chefs, avant que « Ziad Takieddine » ne soit placé en détention provisoire, selon une source judiciaire.
Pour les enquêteurs, il s’agit de comprendre les raisons pour lesquelles l’homme d’affaires a cherché à obtenir ce document d’identité, alors qu’il n’a pas le droit de quitter le pays, et comment il a pu en financer l’achat, alors que l’essentiel de ses biens a été saisi dans l’enquête Karachi.

«Le projet de délivrance d’un passeport de la République dominicaine n’a rien à voir avec la préparation d’une fuite.
Mais il s’inscrit, de façon totalement accessoire, dans le cadre des investissements que « Ziad Takieddine » souhaitait faire en République dominicaine depuis la France et pour favoriser ceux-ci et l’ouverture d’un compte bancaire dans ce pays à cet effet», a affirmé vendredi matin Maître « Francis Vuillemin », l’un de ses avocats.
«Son incarcération arbitraire est le moyen de le faire taire.
Cela rassurera certains.
Pour l’instant», a ajouté l’avocat samedi.

Deux autres hommes, dont l’un de nationalité américaine, avaient été arrêtés dans cette enquête.
Soupçonnés d’avoir joué un rôle dans les démarches pour l’obtention de ce faux document, ils ont également été mis en examen vendredi et placés sous contrôle judiciaire.

Source : « lefigaro.fr » du 01/06/2013

Modelage Socialiste !

SOS Homophobie a reçu un nouvel agrément national de cinq ans du ministère de l’Education nationale pour ses actions dirigées contre « l’homophobie » dans les collèges et lycées. Le précédent agrément, accordé en 2009 au titre d’association éducative complémentaire de l’enseignement public, avait été annulé le 23 novembre par le tribunal administratif de Paris, saisi par la « Confédération nationale des associations familiales catholiques » (CNAFC).

La « CNAFC » avait en effet engagé des poursuites en octobre 2009 suite à des actions en classe de « SOS Homophobie ».
Une propagande qui s’appuyait sur des scénarios de réflexion intitulés « Le proviseur homophobe » ou « La mère homophobe ».
Un autre document stigmatisait les religions qui « interviennent souvent publiquement pour s’opposer aux avancées en matière de droit des homosexuels » et « justifient même parfois une certaine discrimination à l’embauche à l’encontre des homosexuels ».
L’association se donne pour objectif de se battre pour « obtenir l’égalité des droits entre les couples homosexuels et les couples hétérosexuels, et entre les personnes homosexuelles et les personnes hétérosexuelles ».

Ces interventions en milieu scolaire ne se limitent donc pas à la lutte contre « l’homophobie », mais s’apparentent clairement à de la propagande.
Dans la même logique de pensée que l’« antiracisme » qui assimile la résistance à l’immigration à du « racisme », cette prose condamne toute personne manifestant une opinion contraire à la pensée actuelle, concernant par exemple le mariage des homosexuels ou l’adoption pour les couples homosexuels, à de l’« homophobie ».

Avec la bénédiction de l’Etat socialiste, l’Education nationale confirme une fois encore ses objectifs.

Etre, non pas une institution chargée d’instruire et de former des esprits critiques, mais au contraire une organisation totalitaire visant à modeler les jeunes esprits selon une norme libertaire.

Source : « fr.novopress.info » du 31/05/2013

Infirmité Pour Tous.

Intoxication  technologique,  on  voit  de  plus  en  plus  d’infirmes  de  nos  jours…

Les infirmes dépendent de prothèses, de béquilles et autres appareillages destinés à soutenir leur organisme déficient.
Sans eux ils ne pourraient pas se déplacer ni vivre tout simplement.
Victimes de naissance ou d’accidents de la vie, les infirmes sont pour cette raison condamnés à une existence différente de celles des autres hommes.
C’est pourquoi ils ont toujours provoqué la compassion des gens bien portants dans notre civilisation.

L’info pour les aveugles.

De nos jours les nouveaux infirmes ne peuvent plus vivre sans « infos ».
Le matin dès qu’ils se lèvent, ils branchent la radio et la télévision et cela dès leur plus jeune âge.
Les pauvres ne peuvent pas non plus regarder le ciel pour savoir le temps qu’il fera :
Ils ont besoin de la « météo » pour cela.
Les infirmes ont en effet besoin qu’on leur dise ce qu’ils doivent regarder ou entendre, sinon ils seraient aveugles ou sourds.
Dès qu’ils sortent, ils se fichent des écouteurs dans les oreilles car leur audition nécessite ces appareillages.
Que ce soit à pied, en vélo, en train, en bus ou en voiture, les pauvres ne peuvent en effet se passer de musique ou « d’infos ».
Quelle triste maladie que celle qui les rend incapables de rester quelques minutes dans le silence et la réflexion personnelle !

Les prothèses électriques.

Les infirmes dépendent en permanence de prothèses pour penser et regarder le monde.
Les prothèses se nomment médias, journal gratuit, tablette, « blakberry », smartphone, écran, etc.
Mais ce sont toujours des prothèses.
Les yeux, les oreilles et l’esprit des infirmes ne fonctionnent pas, en effet, sans elles, sans cette dépendance. Quel malheur !
Les infirmes ne peuvent lire non plus : ils n’arrivent pas à se concentrer si le texte n’apparaît pas sur un écran luminescent.
Et si le texte dépasse la longueur d’un message publicitaire, ils doivent en outre « zapper » pour regarder autre chose.
Car chez les infirmes l’attirance pour le bruit et le mouvement l’emporte sur la perception du sens.

Le drame de la dépendance.

A peine assis, les infirmes tripotent leur smartphone ou leur ordinateur portable, envoient des SMS ou téléphonent.
N’importe où.
Même au cinéma, en famille, lors d’un enterrement ou au restaurant.
Et comme la SNCF se montre charitable envers les infirmes, elle a même installé des prises électriques à cette fin dans les trains grandes lignes.
Car les pauvres ne peuvent rester sans contact avec des correspondants, quels qu’ils soient.
Ils éprouvent le besoin irrépressible de consulter les messages que d’autres, également malades sans doute, leur adressent :
Et s’ils n’en reçoivent pas ils en envoient immédiatement, par peur du néant sans doute.
Salariés, ils sont rivés du matin au soir à leur écran comme le galérien à sa chiourme.

Dépendants mais fiers de l’être.

L’existence des infirmes dépend du stimulus résultant de l’émission et de la réception de signaux électriques incessants.
On voit d’ailleurs beaucoup d’infirmes qui ne se déplacent plus qu’avec un appareil de communication électrique à la main, afin de rester en permanence « connectés » aux autres, agrippant leur smartphone en guise de béquille.
Car leur voix ne porterait plus sans ces appareils.
Le plus troublant tient au fait que ces malheureux exhibent fièrement leur handicap, sans doute pour mieux masquer la souffrance que représente leur dépendance vis-à-vis de ces prothèses.
Ils valorisent ainsi leur dépendance sous de beaux mots :
modernité, accessibilité, connexion, dématérialisation ou communication.
Et les fabricants de prothèses les y encouragent très charitablement : comme ce Monsieur Samsung, par exemple, qui a pris pour slogan « Mon Samsung, ma vie ».
Une vie grâce à Samsung : vous vous rendez compte du cadeau que fait Monsieur Samsung à tous ces infirmes en échange de quelques modestes euros ?
Alors, quand vous rencontrerez un infirme, vous qui avez la chance de voir, d’entendre, de penser, de communiquer et finalement de vivre par vous-même, pensez à tout ce qu’il doit endurer.

Soyez charitable, expliquez-lui qu’il vivra beaucoup mieux sans toutes ces béquilles technologiques et commerciales !

Michel Geoffroy de « Polémia »

Source : « fr.novopress.info » du 31/05/2013

C’est une façon de niveler la population, bien entendu vers le moins performant puisqu’elle vise à faire de tous des infirmes !
Cela permettra de mieux contrôler le « troupeau », d’écarter les éléments « contagieux », merci monsieur « samsoul » !
Excellent volet du programme mondialiste, passives larves humaines qui se laissent berner !

La France Aux Folles.

La France Aux Folles. dans TROQUET la-cage-aux-folles2-300x232

Étrange  théâtre  que  celui  qui  se  joue  ces  derniers  mois…

A guichets fermés et à tombeau ouvert, sur les planches parisiennes, lesquelles semblent de moins en moins être le salut de la Nation Française.
Les « lemmings » bobos, de plus en plus roses et de moins en moins socialistes, qui par deux septennats consécutifs et une série de cohabitations avec une droite des moins adroites, avaient déjà démontré leur volonté manifeste de couler (avec ?) le bateau France, trouvant sans nul doute que celui ci, bien que déjà réduit à l’état d’épave, flottait encore trop bien, semblent puiser dans le quinquennat de Normal Ier l’énergie, sans doute du désespoir, d’avancer droit dans le mur, à marche forcée.

Voici donc le triste spectacle de la dissolution de la France, joué en décors naturels.
La pièce est écrite à Bruxelles, les costumes sont de « Pierre Bergé », bien entendu.
Le metteur en scène et premier rôle de cette pantalonnade, l’inégalable « ex » de la Jeanne d’Arc du Poitou, a inscrit au scénario une foultitude de rebondissements, d’éléments inattendus, de personnages hauts en couleurs, afin de faire oublier au public que celui-ci est invité de force, et que l’addition sera salée : sans nul doute faudra-t-il aux Français une bonne dose de “bravitude” pour survivre au cauchemar qui les attend.
On l’attendait social, de gauche, le couteau entre les dents pour mieux rattraper le troupeau égaré des brebis de « Mélenchon », le voici qui réprime, sitôt le rideau ouvert, le revol »Valls » à la main, les mouvements sociaux des employés se révoltant contre les licenciements en masse et les patrons voyous, chez « Sanofi » comme chez « Goodyear ».
On le croyait pacifiste bêlant, le voici chef de guerre autoproclamé, nous rejouant « Fort Saganne » dans les sables maliens.
On le pensait mou, on le découvre volontaire.
On pensait avoir voté Hollande, on retrouvait Sarkozy, les moulinets inutiles en moins.

Dès la fin du premier acte, toutefois, rattrapé par une affaire « Cahuzac », tel une pâle imitation de « Chirac » face à une cassette « Mery », il semble vaciller.
L’inénarrable dynastie « Fabius », depuis longtemps habituée des optimisations fiscales auto décrétées, ayant engendré un rejeton flambeur et tapageur, non soumis à l’impôt, mais qu’il fallait bien loger pour un modeste budget de 7 millions d’euros, voici venir le spectre d’un deuxième scandale financier.
C’est vrai que le spectacle donne par les grands argentiers de l’État socialiste, de « Cahuzac » redressant les contribuables de la main gauche pour mieux frauder de la droite à « Fabius » s’enrichissant a pleines mains aux frais de l’Etat depuis trois décennies, donnait une image quelque peu incongrue du socialisme, fût-il démocrate.
Par un spectaculaire retournement de situation, le voici livrant « Lagarde », certes très peu crédible dans le rôle de l’innocente jetée aux lions, en pâture à la presse et accessoirement à la justice.
Ils sont fous, ces Gaulois, doit-on se dire au « FMI », qui vient de passer d’un président français violeur a une présidente française bidonnant les procédures au profit d’un ex-ministre socialiste passé a droite.
Enfin, si les lambeaux de notre crédibilité internationale finissent de se décomposer de honte, ce qui reste d’honneur à gauche semble sauf.
On respire.

Le second acte s’annonce plus spectaculaire encore.
À la manœuvre, l’ineffable « Taubira », qui réussit à conjuguer indépendantisme militant et représentation nationale avec un aplomb qui ne cesse de stupéfaire.
On commence par un bref rappel d’un célèbre succès socialiste, “la France Repentante”, dans lequel le Conseil Représentatif des Associations Noires rappelle « Taubira 2001″ au bon souvenir du peuple de France, à l’heure où l’on vendange le cru « Taubira 2013″. Voici donc que ces très sérieux défenseurs de la cause noire, semblant toutefois plus inspires par la bande a « Bonnot » que par « Senghor », veulent braquer la Caisse des Dépôts et Consignations au nom de leurs frères haïtiens martyrisés par les ignobles esclavagistes que nous sommes, nous, peuple collectivement complice de descendance d’une génération de criminels contre l’humanité, puisque c’est la Loi qui nous le dit !
Pendant que leurs ainés tentent de dévaliser la banque, d’autres enfants de l’immigration jouent à l’attaque de la diligence contre un RER, puis, face au succès rencontré (peu d’interpellations, aucune condamnation ferme), décident d’un rappel en apothéose au Trocadéro.
Comme il est temps de faire preuve de fermeté, d’autant plus que le peuple gronde, lui qui n’apprécie que très peu de jouer le rôle de cocu dans des noces qu’on lui avait pourtant juré ne jamais célébrer lors de la promulgation du « PaCS », voici donc de retour de « Valls », notre « Clemenceau » des temps modernes.
À grand coup d’expulsions de Roms, on lui avait fait endosser un costume de matamore d’une flamboyance presque sarkozyste : patatras, tout s’effondre, puisque voila notre guignolesque gendarme en chef, à l’heure de distribuer du bâton, qui se trompe de cible, confondant Versaillaises à poussette et casseurs de banlieue.
Le public, choqué, désorienté, confus, n’entrevoir qu’a peine le dernier tableau : les figurants – spécialistes de la novlangue et de la bien-pensance, décrétant le retrait du mot “race” de la Constitution, qui pourtant, en s’en servant proclamait haut et fort ceux qui étaient différents par leurs caractéristiques ethniques comme libres et égaux.
“Voici donc venir le temps promis où tous seront tellement égaux qu’ils en seront uniformes, et où nul ne sera libre”, nous semble déclamer « Taubira », qui traverse la scène en riant.

Pendant que le rideau tombe sur l’acte II, on entend « Fräulein Angela », depuis les coulisses, appeler a l’austérité pour les chômeurs Français afin de sauver le pouvoir d’achat des retraités allemands.
C’est l’entracte.
Jack s’écrie « formidable, il va falloir subventionner » en entrainant Pierre, Bernard et les autres pour fêter a la buvette leur succès d’aujourd’hui, en rêvant de leur victoire de demain, ce meilleur des mondes socialiste dans lequel des bataillons d’utérus marchandisés, loués à l’année, émergeront des cohortes d’enfants de la Socialie, promis a un avenir radieux de chômeur surendetté, si toutefois ils survivent aux partouzes coralliennes de nos élites roses.
Bien qu’en disgrâce, Jérôme, surveillé de près par Laurent, compte la recette, un coup à toi, un coup à moi, alors que Christiane distribue des cartes “sortez de prison” aux jeunes attroupés devant le théâtre et que Manuel fait matraquer les techniciens de régie, qui avaient interrompu le travail pour venir en aide à un religieux victime d’une dépression nerveuse lors de la grande scène du « french-cancan » des « Femen ».

Je tente de m’éclipser, mais toute sortie est interdite avant 2017.
La prochaine fois, j’irai voir “La Cage aux Folles”.
Ah, c’est juste après l’entracte ?

Laurent Bardamu

Source : « ndr.fr » du 01/06/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43