Archive | 09/06/2013

« Vox Populi » Harcelé !

Rien à craindre de ces antifas d’extrême-gauche, n’est-ce pas ?

200 militants d’extrême-gauche « menacent de mort », à Tours, le porte-parole de Vox Populi !

Ce samedi à 16 heures, 200 militants d’extrême-gauche, dont certains masqués et armés, se sont livrés à une véritable descente sur le commerce de Pierre-Louis Mériguet, porte-parole de Vox Populi.

Les slogans criés étaient on ne peut plus clairs : « Mériguet on va te tuer ! »

Cette manifestation sauvage et violente était préméditée, puisque plusieurs journalistes étaient présents sur les lieux.
Malgré les menaces et le risque évident de violences, seulement une voiture de police encadrait la horde sauvage, renforçant ainsi son sentiment d’impunité.
On peut légitimement s’interroger sur cette absence de présence policière, les extrémistes ayant ainsi pu laisser libre cours à leur haine sans être nullement inquiétés.

Réaffirmons-le clairement : l’affaire Méric est une tragédie.
Mais elle ne doit pas servir à cautionner les exactions de cette extrême-gauche violente qui cherche – en panique face à sa perte totale d’influence sur la jeunesse tourangelle et française – à museler toute forme d’expression politique ne lui convenant pas.
Et cela notamment à l’approche des élections municipales.

Menant un combat légal, politique, démocratique à visage découvert, les enracinés de Vox Populi ne céderont pas face aux menaces et à la haine d’extrémistes cagoulés.

Une plainte va bien entendu être déposée pour menaces de mort, plusieurs agitateurs de l’extrême-gauche locale ayant clairement été identifiés.

Pierre-Louis Mériguet de « Vox Populi »

Source : « fr.novopress.info » du 09/06/2013

En attendant seule « l’extrême » de  l’extrême-droite encourt les foudres du gouvernement, pour avoir l’audace de tenir tête à plus armée qu’elle !

Hurlons Aux Voleurs !

Je suis également un retraité spolié par le sinistre senestre gouvernement Hollande !

Question écrite n° 06539 de « Jean Louis Masson » publiée dans le JO Sénat du 30/05/2013 – page 1610

Monsieur « Jean-Louis Masson » attire l’attention de Madame la ministre des affaires sociales et de la santé sur le fait que les travailleurs étrangers qui retournent dans leur pays ont le droit d’y percevoir leur retraite.
Toutefois, des fraudes massives ont été mises en évidence car dans certains pays, les décès ne sont pas systématiquement déclarés.
À ce titre, il semble que les organismes de contrôle s’étonnent tout particulièrement du nombre de retraités ayant dépassé l’âge de cent ans en Algérie.
Il souhaiterait donc qu’elle lui indique, parmi les personnes qui perçoivent une retraite du régime général, quel est le pourcentage de centenaires dans le cas, d’une part, de ceux qui résident en France et, d’autre part, de ceux qui résident en Algérie.

Constat auquel il faut ajouter le pillage des prestations sociales versées par les CAF :
L’Europe a décidé que la Caisse d’Allocations Familiales française paiera pour les fils d’immigrés algériens, y compris en Algérie et même en dehors de toute procédure de regroupement familial.
Cette info n’ayant pas été relayée par les médias « aux ordres », chacun pourra en trouver tous les détails dans la vidéo du journal hebdomadaire « ProrussiaTV », le journal de la Russie.
Ce journal TV sur Internet, d’une durée de 30 à 45 mn, en langue française, diffuse des reportages sur la France, l’international et la Russie.
Et beaucoup d’interviews et d’analyses dans plusieurs rubriques.
La Voix de la Russie se nomme elle-même le Journal de la réinformation.

Prenant moi aussi la responsabilité des mes écrits, je me présente :
Je suis Jacques CHASSAING, citoyen contribuable Français, né le 5 août 1955 à Saint-Etienne et j’estime que le fait de me spolier, avec ceux de ma génération, du droit à la pleine retraite à 60 ans et 160 trimestres alors que j’ai commencé à travailler à l’âge de 16 ans, constitue une atteinte à ma personne au motif premier que plus le temps passe, moins je suis assuré de profiter en toute validité d’une longue retraite méritée et qui m’est dûe par la réciprocité du système par répartition.
A presque 58 ans, je totalise 159 trimestres.
Sans la récente réforme, je partais en retraite à 160 trimestres et à coup sûr à 60 ans, comme tous les anciens depuis des lustres et pour qui j’ai cotisé toute ma vie.
Il m’en faut désormais 166 et 62 ans – quatre mois, et tenir jusqu’à cet âge avec des C.A.E – C.U.I payés à 780 € par mois alors que ma pension dûe serait d’environ 1 300 € :
inacceptable!

Je considère en outre que la priorité d’emploi doit être tournée vers les jeunes.
Au lieu de leur interdire l’accès à l’apprentissage dès 14 ans, s’ils le souhaitent, et non de contraindre les vieux à exercer des contrats précaires, mal payés et qui épuisent leurs droits à l’ASSEDIC pour qu’ils se retrouvent au RSA socle à 474 € mensuels.
La dispense de recherche d’emploi doit donc être rétablie pour nous, surtout quand le chômage dépasse en réalité les chiffres actuels considérés comme alarmants.
Mais le froid calcul des politiciens, qui ne veulent pas s’attaquer aux vraies causes du déséquilibre des retraites, est de s’appuyer sur des tables de mortalité : 60 – 62 – 65 – 67 ans .
Autant de morts et d’invalides qui ne connaîtrons pas le temps heureux des convenances choisies.

« AUX VOLEURS, AUX VOLEURS! »
M’estimant ainsi volé par l’inique réforme des retraites du secteur privé, pillé depuis des lustres par celles de tous les régimes spéciaux, et en état de légitime défense face à un système qui entend me jeter à la rue, je m’autorise à crier d’abord comme à la clameur publique, au passage des élus coupables de précipiter des vieux travailleurs dans la misère, tout en participant au vaste mouvement revendicatif qui s’annonce en la matière.

Jacques Chassaing

Source : « ripostelaïque.com » du n° 306

Quelle Sinistre Senestre !

Antifas...HOOLIGANS

Antifas et…Skins…Hooligans !

Les fachistes agressifs ce sont les gauchistes, M. Valls !

Les militants d’extrême gauche ont pour habitude de s’interpeler entre eux par le terme « camarade ».
Selon la définition du Robert, le camarade est la « personne qui partage le sort d’une autre ».
Manifestement Clément Méric n’aura jamais connu ce genre de partage puisqu’au lieu de défendre ce chétif roquet sortant tout juste d’une leucémie, ses « camarades » l’ont au contraire poussé vers le danger en excitant sa hargne, selon le témoignage du vigile, « chambré verbalement » selon « BFM TV », se mettant eux-mêmes en retrait et ne tentant même pas de lui porter secours, quittant les lieux alors même qu’il s’écroulait au sol…
Belle camaraderie…

Le vigile déclare avoir entendu Clément dire « ce sont des gens qui ne devraient même pas être vivants ».
Ajoutant qu’il n’était pas le chef de la bande et que sans le bourrage de crâne du meneur « antifa » le poussant à la haine et à la bastonnade, le jeune freluquet embrigadé serait toujours en vie.
Ce témoin crucial accable les « antifas » dont le « leader » a sorti des gants de boxe de son sac en incitant les autres à se battre alors que les skins tentaient de partir pour les éviter, réclamant même de l’aide au vigile.

On voit où sont les vrais fachos, alors qu’il a été démontré que l’auteur du coup fatal a, au contraire, fait en sorte de calmer le jeu, de prévenir le vigile.
« Tranquille, tranquille » répétait-il à la bande écumante qui était là pour en découdre, tout en montrant la paume de sa main en guise de drapeau blanc.
Il nie par ailleurs avoir utilisé un poing américain.
« Tout le monde le connaissait avec son crâne rasé, ses blousons en cuir, ses treillis et ses tatouages, mais à part ça, il n’était pas connu pour des faits de délinquance » selon le maire de sa commune.

Le jeune Méric, quant à lui, avait de bien curieuses méthodes pour un humaniste.
On a pu le voir le 17 avril dernier s’incruster dans la « Manif Pour Tous » afin d’agresser les manifestants (réellement pacifistes ceux-là, même si on peut ne pas partager leurs opinions, ils ont le néanmoins le droit de l’exprimer démocratiquement jusqu’à preuve du contraire) avec sa fraternelle petite bande.
Profitant de son « look » d’ado bien propre sur lui, il se la jouait fayot devant les flics, rajustant son bandana sur son visage lorsque les CRS étaient éloignés.
Il portait au doigt une chevalière destinée à frapper en cas de besoin, et selon les circonstances en cachait le chaton lorsque les CRS se trouvaient à proximité, pour le replacer ensuite vers l’extérieur quand la possibilité de frapper se présentait.
Un humaniste qu’on vous dit !
Les gauchos ont pour habitude « d’aller au contact » comme disent certains journaleux de parti-pris, ce qu’il faut traduire par « aller casser du facho », sous-entendu tout ce qui n’entre pas dans la catégorie autorisée « antifas ».

Leurs slogans hurlés alors qu’ils cherchent l’affrontement en disent long sur leur bienveillance.
«A bas l’Etat, les flics et les fachos ! ».
« cathos fachos, hors de nos villes ! ».
« mort aux fachos ! ». 
« flics fascistes assassins ! ».
Leur hypnotique anathème « facho » revient en boucle.
Comme pour s’auto-convaincre et légitimer leur lutte contre ceux qui pensent différemment d’eux.
Pour convaincre qu’ils entendent détruire au nom d’un humanisme très largement dévoyé.

« Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes » disait Winston Churchill.

Sur « le Figaro » une femme commente « je viens de voir une photo d’un rassemblement, jeunes le crâne rasé, tatoués, bras tendus…
j’ai cru que c’était des extrêmes droites, non des antifa ».
Il faut dire que leurs couleurs identiques à celles du drapeau nazi ne peuvent que créer la confusion.
Ils portent les mêmes marques de vêtements, utilisent les mêmes codes, usent des mêmes méthodes, de quoi s’interroger sur leurs différences…
Dans une vidéo on voit aussi un « Gentil » « antifa » faire un doigt d’honneur aux CRS alors qu’un autre crie « qu’est-ce que t’as à jouer les grosses couilles, abruti ?! ».
Les flics ont dû apprécier l’ambiance si terriblement conviviale en comparaison de celles des Veilleurs, n’est-ce pas ?

A part cela, sous prétexte sans doute de venger la mort de leur « camarade » envoyé au casse-pipe par ceux de son propre camp, des vitrines ont été brisées, du mobilier urbain et des voitures dégradés.
Un « facho » pris au hasard dans la rue parmi des gens qui passaient a dû être protégé par la police afin de ne pas se faire massacrer par une bande de « Gentils » qui par moments se mettaient à courir en molestant des gens qui passaient par là.
Deux « fachos » certainement très dangereux, croyant à une énième « Manif Pour Tous », ont eu la mauvaise idée de sortir un drapeau tricolore et un drapeau de « LMPT ».
Ils ont été aussitôt menacés, traités de « fachos » (décidément, ils ont un vocabulaire super limité), de bâtards, de fils de pute.
On n’ose imaginer leur sort s’ils s’étaient trouvés sur le trottoir…
L’un des « Gentils », sans doute animé des plus amicales intentions, se saisissait de bouteilles tandis que d’autres s’amusaient à renverser des poubelles sur la chaussée en y mettant le feu, un autre enfin frappait violemment des volets.
Ces images montrent donc sans le moindre doute de quel côté se situe la violence !
Celle contre laquelle ne s’indignent aucun de nos politiques, plutôt attachés à interdire tout ce qui vient de la droite, forcément qualifiée d’extrême et dont la diabolisation ne reste qu’un sentiment, et avalisant la violence des milliers de petits fachos de gauche, ceux de leur camp, le camp du Bien.
Des milliers de petits fascistes de gauche seront toujours plus fréquentables pour ce gouvernement désireux de liquider les libertés du peuple, que les quelques centaines de tatoués qui montrent leurs paumes pour éviter le conflit.
Une manifestation d’extrême gauche est prévue aujourd’hui à la Bastille et sur « Facebook » une personne lance cet avertissement à des anti-mariage pour tous :
« … j’ai des potes chez les gauchistes, et qu’ils m’ont averti que certains des leurs souhaitaient se payer quelques mecs de droite histoire de marquer le coup« .
Voilà. Mais on suppose que M. Valls n’aura pas eu vent de ces intentions belliqueuses venant du camp du Bien.

Si celui qui a donné la mort à Clément Méric est en détention provisoire pour « homicide volontaire » (comment qualifier de volontaire un homicide survenu lors d’une bagarre initiée par le camp du décédé ?) après lui avoir porté deux coups fatals au visage, les propres « camarades » de Clément, ceux qui l’ont poussé à la haine et à l’agression envers un plus baraqué que lui se concluant par sa mort seront-ils poursuivis ?

Non assistance à personne en danger ça va chercher dans les combien ?

En reprenant le Robert pour vérifier l’origine des mots, si je vois que la droite est la dextre, la gauche est bel et bien la senestre, la sinistre, en l’occurrence la bien nommée.

Caroline Alamachère

Source : « ripostelaïque.com » du n° 306

L’intention de tuer n’a pas été retenue contre Esteban,tous les médias devraient présenter leurs excuses pour avoir crié à l’assassinat !
Nous avons eu des images sur la marche en mémoire de Méric mais rien sur les dégâts causés par ces extrêmistes « autorisés » !
Voyons, ils n’ont pas cassé de vitrine, aucune plainte n’a été déposée, rien, ce sont des anges…aux yeux des fachos en place !

Il N’est Que Président !

François Hollande tient des propos qui laissent songeurs… aveux ou revanche déguisée ?

Au pays du Soleil levant, des cerisiers en fleurs, de la cérémonie du thé et des échanges de courbettes à n’en plus finir, les nobles visiteurs étrangers ont intérêt à marcher comme sur des œufs.
Un impair est si vite arrivé.
On pouvait redouter que François Hollande y déployât les grâces d’un éléphant socialiste dans un magasin de porcelaine.
Dieu merci, tout s’est bien passé.
Le président français n’a pas renouvelé l’exploit de George Bush senior, restituant, avant l’heure, son déjeuner sur l’épaule du Premier ministre nippon de l’époque.
La « compagne » du président n’a pas fait parler d’elle, on ne lui en demande pas davantage.
Et l’on sera indulgent sur le lapsus, effet de la fatigue ou de la distraction, dont s’est rendu coupable l’honorable invité de Sa Majesté « Akihito » en présentant ses condoléances « au peuple chinois » (sic) pour les victimes japonaises de la tuerie d’In Amenas.

C’est dans un registre où on ne l’attendait pas que François Hollande a prononcé des paroles étonnantes, et qui devraient laisser quelques traces.
Félicitant le nouveau Premier ministre du Japon, Monsieur « Shinzō Abe », pour les résultats spectaculaires de sa récente offensive de relance par la baisse du yen, le président de la République n’a pas hésité à observer que le Japon « peut décider souverainement de sa politique monétaire ».
Sur sa lancée, il a ajouté que cet heureux pays n’est pas soumis aux « ukases » d’une quelconque « Commission asiatique » qui déciderait à la place des États des voies par lesquelles il leur est permis de retrouver les chemins de la croissance.

Un psychanalyste déduirait de ces propos que l’inconscient du chef de l’État a parlé plus fort que lui.
En croyant prendre la route des Indes, Christophe Colomb a découvert l’Amérique.
C’est au Japon que François Hollande semble découvrir les liens dans lesquels la politique « européenne » qu’il soutient depuis trente ans a enserré et étouffé et  la France et les délices de l’autonomie, les avantages de la souveraineté, les bienfaits de l’indépendance perdue.

Dominque Jamet

Source : « bdvoltaire.fr » du 08/06/2013

Soit l’air du Japon , loin de toute influence « ricaine » , lui a donné un peu ce qu’on appelle « le mal du pays », la nostalgie aussi de la grandeur de la France et de ses possibilités… sans tuteur.

Soit il veut assouvir une rancune personnelle… mais contre Angela bien sûr qui ne cesse de le contrarier !

Attention, tout président que vous soyez, vous aurez des comptes à rendre de retour à Paris où il faut aussi marcher sur des oeufs !

Des Droitiers Contrariés !

Des Droitiers Contrariés ! dans TROQUET droits3-218x300

Le sympathique et inconnu « Jean Bourdeau » veut faire tirer sur le Printemps Français !

Via un « tweet », le jeune apprenti fusilleur, attaché parlementaire du sénateur PS Jean-Pierre Michel, exprime ainsi le raffinement de sa pensée :

Comme le titre de sa fonction l’indique, le personnage est attaché.
Principe de précaution.
Compte tenu de sa santé mentale, il est clair que, pour l’instant, il n’est venu à l’idée de personne de le détacher.
Préventivement, les autorités ont donc ficelé le déséquilibré à l’un des piliers de « l’asile », un patient de longue date, le susnommé « Jean-Pierre Michel », ex-membre du « Syndicat de la magistrature » qui, bien entendu, soutient fermement son compagnon de camisole. Entre fous furieux, la solidarité bat son plein.

La référence à Bonaparte est symptomatique du fou des temps anciens qui, à ses heures perdues, se prenait pour Napoléon.
Entonnoir sur la tête, le dérangé du bocal aimait à s’imaginer maître du monde.
Fidèle à la tradition psychiatrique, pour la version 2013, le cinglé « new look » ajoute à sa compétence de base, marieur d’homos, adorateur de Roms, créateur de sans-papiers et flingueur d’opposants à une logique qui lui est toute personnelle car, cerise sur le gâteau, il est également paranoïaque.
Faut-il autoriser le cumul des névroses ?
L’Assemblée tranchera.

Dans l’aile de l’asile PS où ont été placés les cas les plus inquiétants, aucun médecin traitant n’a jugé bon d’intervenir… et pour cause !
Le psychopathe exprime tout haut ce que la direction pense tout bas :
Tirer dans le tas.
En finir une bonne fois pour toutes avec ces empêcheurs de penser en rond.
Censure, lacrymogène, coups de feu, peu importe, mais qu’ils disparaissent !
Ils sont trop intolérants (rires dans le public).
Tous au cachot ou au cimetière, c’est la pulsion profonde révélée au grand jour par le saucissonné sénatorial.
Mais qui ose le dire, à part lui ?
Reconnaissons au moins à cet ectoplasme le mérite de la franchise.
Le mérite de mettre cartes sur table.
Sans détour, sans faux-semblant, sans esbroufe de style.
Tirer sur le Printemps.
Et les mesures préventives qui vont avec : nuages en prison, marguerites en garde à vue…
En arriveront-ils à récuser les saisons aussi ?
Ne sont-elles pas, tout bien réfléchi, quelque part en cherchant bien, une sorte de racisme météorologique ?
Cette stigmatisation du froid, de la neige et du vent n’est-elle pas scandaleuse ?
Que disent les droits de l’homme à ce sujet ?

En vérité, je vous le dis, le « tweeter Bourdeau » est un fou visionnaire.
Le promoteur avant-gardiste de la pensée détraco-gaucho.
L’avenir du PS.
Après le métissage, l’uniformisation des sexes, l’indifférenciation des saisons nous pend au nez.
Un seul et même temps toute l’année décidé par décret.
2020 verra l’abolition des mots « froid » et « chaud » et il sera formellement interdit de se couvrir en hiver et se dévêtir en pleine canicule.
Une terra vraiment nova.

Jany Leroy

Source : « bdvoltaire.fr » du 06/06/2013

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43