Archive | 22/06/2013

Les Brésiliens Mécontents.

Les Brésiliens Mécontents. dans INSOLITE bresil

« Le Brésil est un pays d’avenir et le restera », aurait cruellement dit le Général.

C’est peut-être pour ça que le pays est en train de sortir dans la rue.
Parce que ça suffit !
Parce que la jeunesse brésilienne voyage.
De plus en plus.
Partout dans le monde, forts de leur pouvoir d’achat, les Brésiliens dévorent, visitant exprès, genre Rome-Venise-Paris-Londres en une semaine.
Ils voient ce qui se passe ailleurs.
Comparent.
Commencent à comprendre que leur pays, pourtant si riche, n’est toujours pas à la hauteur de leur espérance.
Ils en ont ras le bol des routes mal entretenues, de leurs écoles gratuites pourries, du système de santé totalement injuste.

Ils payent des impôts mais ne voient guère les résultats.
Car la corruption ravage tout.
Pour contenir le flot intellectuel, la société brésilienne dispose, en plus des églises, de deux armes de destruction massive : les novelas, séries télé quotidiennes adorées du peuple et, bien sûr, le foot.
Deux puissantes digues, mais elles ne suffisent peut-être plus.

La gauche radicale, au pouvoir depuis « Lula », alliée au grand patronat, a énormément déçu.
L’ancienne activiste « Dilma Rousseff » est, il est vrai, victime d’un système politique où la présidence est aux mains des partis (une vingtaine au Parlement) gérant difficilement une coalition disparate.
Elle semble paralysée devant ce qui se passe.
Car il se passe quelque chose : plus d’un million de manifestants dans une centaine de villes.
Et ça devient violent : un mort, de nombreux blessés.
Après 20 ans de dictature militaire (1964-85), le pays était entré en léthargie, se révoltant une fois au temps du président « Collor », destitué pour corruption en 1992.
Sinon, R.A.S.
On parlait peu de politique à table, voire jamais.
Mais maintenant, entre deux verres de guarana, entre deux coups de fourchette dans l’arroz-feijão, on va causer, c’est sûr !

Il se passe quelque chose au Brésil.

Mardi soir, lors du match de football disputé par la Seleção contre le Mexique à Fortaleza, il y eut un incroyable moment de ferveur.
L’hymne national chanté en communion, en transe par les joueurs et le public, les larmes aux yeux.
En plein milieu du morceau, la musique s’est même arrêtée, laissant tout le monde vibrer dans un a capella de légende ! Ce n’est pas contre le foot mais contre le fric, contre l’orgie de pognon qui va couler pour la Coupe du monde, pour les JO que les gens manifestent.
Entre autres.

C’est une pure révolution patriotique.
Le drapeau brésilien, étendard sacré, ne sera pas brûlé comme dans d’autres pays.

Au niveau des réseaux sociaux, la jeunesse s’est mise à « Facebook » depuis quelque temps, après une longue hibernation dans « orkut », un réseau où seuls les Brésiliens parlaient aux Brésiliens.
Elle passe ainsi du national à l’international.
Ça change les points de vue !

Salement écornée, la belle image du pays métissé qui fait la fête, celle qui fait rêver les bobos.

Le Brésil veut être autre chose.

Joris Karl

http://www.bvoltaire.fr  du 22/06/2013

Mon Ennemi François.

Mon Ennemi François. dans INSOLITE francois-hollande-credit-parti-socialiste-flickr-cc-500x360-300x216

Et si la meilleure façon de se débarrasser de Normal 1er était de le laisser faire ?

Il se débrouille si bien tout seul, il est son propre ennemi.
Ses opposants ne pourront jamais le “descendre” mieux qu’il ne le fait lui-même.
Hollande choisit si mal les combats qu’il doit mener qu’il les perd et les perdra tous, toujours.
Là où le peuple français voulait un changement brutal de direction (chômage, insécurité, etc.), il a été un homme asservi à l’ultra-libéralisme le plus cynique, un roi de la collaboration active.
En revanche, quand Hollande s’agite et lance une de ses foutus “réformes” c’est qu’il y a quelque chose de trop français à ses yeux.

Pas de chance pour lui , la solution à nos problèmes est un retour à l’étalon France !
Avec lui, l’ENA est décrédibilisée pour toujours et tant mieux, cette école a fait assez de mal comme cela à notre pays.

Alors pourquoi le laisser agir ?
A chaque fois que notre président pose un acte, une parole, il crée l’effroi et la stupeur chez le français qui aime son pays ou plutôt ce qu’était son pays.
A la moindre de ses interventions, il cimente la résistance naissante en France et l’esprit souverainiste déploie les piquets de sa tente.
Finalement, la politique de Hollande nourrit le sentiment de défiance vis à vis du mondialisme et de l’ultra-libéralisme et renfloue donc généreusement les rangs des défenseurs de la nation.

Regardez comment son gouvernement (à l’image du président dans la 5ème République) a réagi face au refus populaire du mariage gay…
Nous avons eu une « Taubira » éclatant de rire et embrassant chaleureusement « Ayrault » au passage en force de la loi, pendant que « Valls » lançait des troupeaux de CRS contre le peuple…
Une véritable aubaine pour les prétendus “fachos”.
Les rares Français qui n’avaient pas encore déchanté ont été choqués par les dénis de démocratie multiples constatés.

Rien ne vaut en effet pour le combat nationaliste qu’un citoyen arrêté abusivement, une maman et son bébé gazés par deux “robocops”, un panier à salade rempli de pères de famille et de grand-mères…
Aujourd’hui, les images font le tour de France en une heure via les réseaux, et le gouvernement a beau nier les faits, les images sont dans la boîte.
Les puissants ne peuvent réécrire les pages du net comme ils réécrivent les pages des manuels scolaires d’histoire.

Laissons donc Hollande faire du hollandisme et déployer ses ailes bien haut dans le ciel, la chute n’en sera que plus violente…
Hollande est paradoxalement le meilleur ennemi que les souverainistes pouvaient avoir :
prévisible, maladroit, mauvais menteur et mauvais stratège.

Franck Vinrech

http://fr.novopress.info  du 22/06/2013

La Justice Pour Tous

La Justice Pour Tous dans Famille justicetribunal323-300x223

 

Ce sont des questions qui sont certes gênantes mais elles sont à méditer.

- Où est la justice sociale quand on repousse l’âge légal de la retraite alors que tout étranger de 65 ans n’ayant jamais travaillé ni cotisé en France, a droit à une retraite de 780 euros par mois dès son arrivée ?
- Où est la justice sociale quand une femme de paysan ayant travaillé 50 ans à la ferme, n’a pas droit à ces 780 euros au prétexte que son mari et elle dépassent le plafond de 1200 euros de minimum vieillesse pour un couple ?
- Où est la justice sociale quand la sécu en faillite continue de payer à l’étranger, sans le moindre contrôle, des retraites à d’innombrables centenaires disparus depuis des lustres ?
- Où est la justice sociale quand l’Aide Médicale d’Etat soigne 220000 sans papiers chaque année, à raison de 3500 euros par malade, alors que la sécu ne dépense « que » 1600 euros par affilié qui travaille et cotise ?
- Où est la justice sociale quand des étrangers bénéficient de la CMU et d’une mutuelle gratuite, alors que 5 millions de Français n’ont pas de mutuelle, trop riches pour bénéficier de la mutuelle CMU mais trop pauvres pour s’en payer une ?
30% des Français ont différé leurs soins en 2011 !
- Où est la justice sociale quand on sait que 10 millions de fausses cartes Vitale sont en circulation et permettent de soigner des milliers d’étrangers sous une fausse identité, au détriment des ayant droit ?
- Où est la justice sociale quand la France entretient des milliers de polygames, certains d’entre eux percevant plus de 10 000 euros par mois sans travailler, alors que la polygamie est interdite et que nos comptes sociaux sont dans le rouge ?
- Où est la justice sociale quand une famille nombreuse étrangère est prioritaire pour un logement social, alors qu’un jeune couple français doit attendre sept ou huit ans son premier logement pour avoir un enfant ?
- Où est la justice sociale quand on sait qu’un million de faux passeports, donnant droit à la manne sociale, sont en circulation sur les sept millions de passeports biométriques soi-disant « infalsifiables » ?
- Où est la justice sociale quand un Français né à l’étranger doit prouver sa nationalité à l’administration, ce qui se traduit souvent par un véritable parcours du combattant, alors qu’on brade chaque année la nationalité française avec des milliers de mariages blancs ?
- Où est la justice sociale quand on veut donner le droit de vote aux étrangers, alors que  nos élus ont confisqué aux citoyens leur « non » au référendum sur la Constitution européenne et que des millions d’électeurs, de droite ou de gauche, ne sont pas représentés au Parlement ?
- Où est la justice sociale quand on accueille chaque année plus de 200000 étrangers non qualifiés, dont notre économie n’a nul besoin, alors que la pauvreté augmente, que nous avons près de 5 millions de sans emplois et que le chômage atteint déjà 40% chez la population immigrée ?
- Où est la justice sociale quand le contribuable finance des associations qui ne combattent que le racisme à sens unique alors que le racisme anti français est systématiquement ignoré et les plaintes classées sans suite ?
- Où est la justice sociale quand on condamne un journaliste pour avoir énoncé une vérité sur la délinquance étrangère, alors que des rappeurs incitant à la haine ne sont jamais inquiétés au nom de la liberté d’expression ?

- Où est la justice sociale quand la délinquance explose et que les droits des voyous passent avant ceux des victimes ?

Car si l’intégration a totalement échoué, c’est tout simplement parce que nos dirigeants ont confondu anti racisme et acceptation de l’autre, avec le renoncement à nos valeurs.
Il ne fallait rien changer au moule républicain qui a permis depuis des siècles à des millions d’immigrés de devenir des citoyens français.

Les règles d’intégration qui ont fait leur preuve avec des générations d’immigrés, étaient la force de la République.

La faute majeure de nos élus est de les avoir ignorées.

La Fumeuse Socialie !

La Fumeuse Socialie ! dans TROQUET fumer-tue-300x200

La Socialie et son curieux sens des priorités

Qu’il est doux de vivre en Socialie !
Tout est prévu, tout est planifié, tous les coins aigus de la vie sont recouverts d’une épaisse mousse protectrice étatique et bientôt, plus personne n’aura jamais de problèmes.
Et pour arriver à ces lendemains qui chantent en cœur, avec des orchestres philharmoniques et des distributions de fleurs et de bisous, il faudra faire des choix de société.
Aujourd’hui, je vous en présente deux, d’autant plus intéressants qu’ils sont concomitants.

Il y a, tout d’abord, l’affaire, parfaitement entendue, du tabac.
Ce tabac qui pollue, ce tabac qui encombre les bronches, qui attaque activement le fumeur et passivement les gens alentours tel un ninja du cancer furtif, ce tabac qu’on fume dans de crasseuses fumées grises, ce tabac est, progressivement, repoussé dans les sphères les plus privées de l’individu.
À force de hausses, parfois carabinées (la prochaine sur la liste, pour cet été, devrait se monter de 30 à 40 centimes par paquet de cigarettes), les gouvernements successifs (autant ceux de droite que ceux de gauche, d’ailleurs, pour ce que cette différence politique veuille dire encore de nos jours) seront parvenus à réduire la consommation officielle.

Le marché noir, bien sûr, a explosé.
Le nombre de maladies liées au tabac ne semble pas s’être réduit tant que ça, et comme les progrès de la médecine ne s’arrêtent pas non plus, le bilan est, pour le moins, difficile à faire.
Du reste, il apparaît à chaque taxation supplémentaire que les gouvernements recherchent surtout une manne financière plutôt qu’un objectif sanitaire public, affiché pour des raisons de propagande bisou-compatible mais qui ne berne plus grand monde.
À ces hausses, il faut bien sûr ajouter la traque sociale, ponctuée de spots publicitaires et de campagnes culpabilisantes dans les écoles visant à faire passer les fumeurs pour des dégénérés, notamment lorsqu’ils sont en présence d’enfants
.
Pédophiles ou fumeurs, même combat !
Et si la prison attend certainement les premiers à plus ou moins court terme, il en ira de même pour les seconds, à plus ou moins long terme.
Bien évidemment, cette traque sociale s’additionne du harcèlement légal qui permet à chaque citoyen soucieux du respect des lois de jouer son petit kapo, par exemple en dénonçant à la « Komandantur » la plus proche ceux dans ses connaissances qui ont fumé sur une terrasse fermée, par exemple ; en effet, elles sont à présent interdites aux nicotinomanes et autres grilleurs de Havane, de pipe ou de cigarette.
Bien sûr, la cigarette reste autorisée en plein air : on est en France, après tout, pays de liberté !
Mais on comprend que le but est bien de pourchasser ces dérangés compulsifs de la fumette, cette lie si étrange de l’Humanité, qui persistent à s’injecter dans les poumons des nuages toxiques, des produits excitants et des goudrons dégueulasses.
Sans compter qu’une cigarette doit avoir un bilan carbone désastreux, qui ajoute le délit d’anti-écologisme au fumeur invétéré…

Dès lors, il est logique que tout geste qui évoque, même de loin, les actes nauséeux du fumeur dans son addiction doivent être bannis.
Il n’apparaît qu’évident qu’on fasse ce qu’il faut pour éviter que des enfants, âmes innocentes s’il en est, ne puissent voir ces zombies de la fumette, une tige au bec, tirer dessus négligemment et relâcher de coupables volutes !
Partant de là, on interdira aussi la cigarette électronique, notamment dans les lieux publics, et précisément pour éviter que des enfants ne sombrent à leur tour dans l’ignoble habitude tabagique !

Maintenant, oh là mes petits amis, n’allons pas trop vite en besogne.

S’il est entendu que la cigarette, fléau de la Socialie moderne, doit être arrêtée par tous les moyens, ne versons pas dans l’extrémisme idiot.
Certes, se droguer à la nicotine en grillant du tabac, c’est très laid.
Vapoter négligemment en présence d’enfants peut leur donner de bien tristes idées, qui se transformeront en néfastes habitudes.

Ce n’est cependant pas une raison pour empêcher le développement des salles de « shoot » !
Et c’est pourquoi la mairie du dixième arrondissement de Paris envisage très calmement d’introduire une telle salle dans sa municipalité, au 39 boulevard de la Chapelle, au plus grand bonheur de ses habitants.
Et c’est bien normal puisque toutes les précautions seront prises ; « Nicolas Lerner », représentant de la préfecture de police de Paris, explique ainsi :

« Une de nos priorités sera d’éviter la stagnation des personnes aux abords de la salle. Il n’y aura aucune zone de non-droit dans le Xe. »

Ce message est, bien évidemment un rappel aux salles petits fumeurs de clopes :
Ceux qui seraient surpris à stagner, la tige au bec, dans une terrasse fermée, seront pourchassés : pas de zone où le droit serait bafoué (comme, par exemple, si piquouser à l’héroïne) dans le dixième arrondissement, le monsieur a dit.
Et le fait que la salle de « shoot » proposée soit plutôt proche d’écoles et de crèches est absolument sans importance parce qu’elle sera le fruit d’une expérimentation, ce qui la classe dans une catégorie différente des expérimentations testées par les indécrottables fumeurs dans les terrasses couvertes, par exemple.
On ne peut pas comparer : il y a, en effet, un monde de différences entre le fumeur qui grille une clope et l’héroïnomane qui s’envoie sa dose.
Le premier est, à l’évidence, un déchet de la société que l’on combattra avec la dernière des énergies, la plus forte des taxes, la plus solide des répressions morales.
Le second est une victime d’un système qui broie les individus.

C’est pourtant simple :

la Socialie, ce sont des choix de société mûrement réfléchis.

Et dans ces choix, la clope n’est plus à la mode, et la piquouse, si.

Simple, net, carré.

Bon. C’est pas tout ça, je vais me siffler un alcool fort, tiens.

Voilà voilà.

http://h16free.com  du 20/06/13

Le Chômage Pour Tous !

Le Chômage Pour Tous ! dans Famille chomage-300x133

Hollande élude délibérément les vrais sujets qui sont, en tête, l’euro et l’austérité !

« Michel Sapin » est un adepte de la méthode Coué.
Selon lui, « si nous mettons le turbo dans la lutte contre le chômage, la courbe du chômage s’inversera » !
Alors même que la surévaluation de l’euro, la priorité donnée à la lutte contre le déficit budgétaire et la nature obsolète des instruments de la politique de l’emploi ne peuvent qu’entraîner la poursuite de l’augmentation du chômage en 2013 justement analysée par l’INSEE.

On ne répétera jamais assez que l’euro n’est pas une protection dans la crise,  c’est au contraire l’une de ses causes principales.
La surévaluation de l’euro pénalise directement les exportations françaises composées essentiellement de produits moyenne gamme en forte concurrence avec les pays émergents, tout en affectant peu les produits haut de gamme allemands.
Vouloir faire baisser le chômage en France, et dans les pays d’Europe du Sud, avec une monnaie conçue exclusivement pour les besoins économiques et démographiques de l’Allemagne, c’est comme tenter de gagner un 100 mètres avec une paire de charentaises.

La politique budgétaire de la France, désormais strictement encadrée par la Commission de Bruxelles, est tout aussi handicapante.
Les hausses d’impôt généralisées (heures supplémentaires à nouveau taxées, hausse de l’impôt sur le revenu, plafonnement du quotient familial, hausse de la TVA à compter du 1er janvier 2014) alliées aux restrictions budgétaires (gel du SMIC et du point d’indice dans la fonction publique, abandon de certains projets d’investissement) plombent la croissance qui dépend, en France bien plus qu’ailleurs, avant tout de la demande intérieure.

La cure d’austérité que subissent les pays d’Europe du Sud produit des résultats économiques et sociaux désastreux.
Selon les ineffables tenants de l’orthodoxie budgétaire, les sacrifices d’aujourd’hui sont les gages de la réussite de demain.
L’ennui, c’est que ce discours tourne en boucle depuis plusieurs décennies, sans que les peuples voient venir les lendemains qui chantent.
Vouloir faire baisser le chômage, avec l’euro et l’austérité, c’est attacher un boulet aux pieds de notre coureur de 100 mètres en charentaises.

Et pendant ce temps, le Japon, qui mène une politique aux antipodes des dogmes de Bruxelles et de Francfort, retrouve le chemin de la croissance.

Mais heureusement, Hollande dégaine de sa boite à outils les « contrats d’avenir », énième variante des emplois publics subventionnés, qu’il veut voir monter en puissance, alors que, pour la Cour des comptes, « leur utilisation dans le secteur non marchand a persisté en France, alors qu’elle a été abandonnée dans la plupart des autres pays en raison de sa faible efficacité en matière d’insertion durable dans l’emploi.
Le recours à ce dispositif dans le cadre de la réponse à la crise apparaît donc discutable. »

Traduction : ces emplois bidon sont des rustines aussi coûteuses qu’inefficaces dont l’utilisation est uniquement destinée à limiter artificiellement la hausse du chômage pour éviter une déroute socialiste aux municipales de mars 2014.

Hollande élude délibérément les vrais sujets : l’euro, l’austérité, l’environnement économique et normatif des entreprises, la formation professionnelle à refonder intégralement, la revalorisation du travail manuel.

Michel Sapin peut bien mettre le turbo, cela ne transformera pas « Pépère » en « Usain Bolt » !

Etienne Lahyre

http://www.bvoltaire.fr  du 22/06/2013

La Suspicion Pour Tous !

La Suspicion Pour Tous ! dans DIVERS christine-lagarde-300x133

De nos jours, même les paroles ou les gestes peuvent vous faire soupçonner !

« N’avouez jamais ! » 
C’est le testament spirituel que délivrait du haut de l’échafaud, en vrai « pro » du crime, l’illustre Lacenaire à l’adresse de ses collègues et de ses futurs émules en assassinat.

N’écrivez jamais !
Tel est le judicieux conseil qu’auraient été bien inspirés de suivre « Bernard Tapie » et « Christine Lagarde ».
Passe encore pour le premier qui n’a jamais fait étalage d’une culture historique exceptionnelle.
Mais la seconde avait-elle perdu la mémoire du propos célèbre et explicitement menaçant de Richelieu :
« Donnez-moi quatre lignes de l’écriture de n’importe qui, et je le ferai pendre » ?

L’heureux gagnant du gros lot de la « Lyonnaise des jeux » doit se mordre les doigts d’avoir pondu dès 1998 une dédicace émouvante à l’intention du bon président Estoup dont le soutien, écrivait-il imprudemment, avait changé le cours de son destin.
Une première fois, puisque l’intervention décisive du même homme détournerait en 2008 le cours du Pactole pour le faire passer rue des Saints-Pères.
Faut-il croire l’ancien ministre de la Ville lorsqu’il affirme en 2013 ne connaître l’ancien magistrat ni des lèvres ni des dents ?

Quant à la présidente du « FMI », l’acte d’allégeance et de soumission qu’elle faillit adresser en 2008 à « Nicolas Sarkozy », et dont elle eut la naïveté de garder le brouillon par-devers elle, s’avère plus attendrissant, et un tantinet ridicule, que réellement compromettant.

Au passage, on rappellera que les instructions judiciaires étant réputées secrètes, c’est par une violation permanente et générale de la loi que les résultats de la moindre perquisition, du moindre interrogatoire, que les procès-verbaux dont l’encre n’est pas encore sèche sont portés à la connaissance du public tant par les magistrats que par les avocats, les greffiers, les policiers, les secrétaires et les femmes de ménage qui gravitent autour des cabinets d’instruction.

Scripta manent, Verba volant…

Quoi qu’il en soit, ces deux anecdotes illustrent une fois de plus la vérité de l’adage antique : scripta manent , les écrits restent.
Bernard Tapie et Christine Lagarde, on n’en doute pas, se borneront désormais à l’expression orale de leur reconnaissance ou de leur attachement.
En quoi ils ne seront pas moins imprudents.
Dans le contexte d’espionnage et de dénonciation où s’abîme notre civilisation, il y a toujours un téléphone portable, un micro, une caméra, un magnétophone, quand ce ne sont pas les grandes oreilles du gouvernement ou d’officines particulières, pour capter, enregistrer, transcrire et divulguer éventuellement les conversations les plus intimes, les confidences les moins avouables et les épanchements les plus secrets.
Verba volant, les mots s’envolent, disait le même adage.
Ce n’est plus vrai :
les mots eux-mêmes restent inscrits à notre dossier. Lacenaire est bien dépassé.
Il dirait aujourd’hui, aux innocents comme aux criminels :
Ne parlez jamais !

Dominique Jamet

http://www.bvoltaire.fr  du 22/06/2013

L’ Argent Sans Odeur !

L' Argent Sans Odeur ! dans INSOLITE emblem_of_qatar.svg_

Le président français débute une visite au Qatar.

Que gagne vraiment la France à cette relation aux contours troubles ?

L’émirat a annoncé disposer de 120 milliards de dollars à investir dans le monde, une manne dont la France aimerait capter une partie.
Après le fonds pour les banlieues, la prise de contrôle du PSG, le rachat d’hôtels de luxe et des droits de diffusion télévisuels, le financement de l’UOIF, etc., comment analyser la présence financière du Qatar en France ?

Doit-on rechercher des intentions cachées derrière les investissements en apparence généreux de l’émirat dans notre pays ? Lesquelles ?

Karim Sader : 
Il convient d’abord de tordre le cou au cliché qui concerne la prétendue « générosité » des Qataris.
L’Émirat est loin d’être la « vache à lait » pour des économies occidentales en pleine crise.
Bien au contraire, le contexte de crise est une aubaine pour un Qatar affichant une croissance économique insolente et qui se voit accueilli à bras ouvert en Europe pour des placements attractifs.
D’autre part, en ce qui concerne la France, la part des investissements qataris y demeure bien inférieure qu’en Allemagne ou bien au Royaume-Uni où l’émirat investit deux fois plus que dans l’Hexagone.
En ce qui concerne les réelles intentions de Doha il faut là aussi nuancer un certain nombre de fantasmes qui entourent l’investissement qatarien.
Il est en effet courant de prêter aux placements qatariens un certain nombre de velléités hégémoniques.
Or, comme je l’ai déjà dit, la boulimie financière du Qatar émane avant tout d’un sentiment de vulnérabilité
(position géopolitique, faible démographie,…) qui le pousse à investir hors de ses modestes frontières.

Je concentrerais en revanche mes réserves sur le volet diplomatique.
Le partenariat privilégié qui s’est noué entre Paris et Doha – « essentiellement sous le mandat de Nicolas Sarkozy » – dans le cadre de la « nouvelle politique arabe » de la France est, à mon sens, une erreur stratégique.
En faisant de l’Émirat le partenaire incontournable de la diplomatie hexagonale dans les grands dossiers chauds de la région, Paris a fini par fâcher un certain nombre d’alliés dans la région, à commencer par l’Arabie saoudite et les Émirats, rompant le traditionnel équilibre qui caractérise la politique étrangère de la France au Moyen Orient.
Sans compter que l’issue des « Printemps arabes » a révélé l’agenda panislamique du Qatar dans la région, soutenant activement l’émergence des pouvoirs issus des Frères musulmans.
Haoues Seniguer :
Tout acteur social, qu’il soit individuel ou collectif, est mû par des intérêts, des stratégies ou des intentions, conscientes ou non. Ainsi, le Qatar recherche, par le truchement de ses investissements économiques ou financiers, des gratifications symboliques et/ou matérielles.
Naturellement, à cette aune, l’émirat n’est certainement pas désintéressé, par exemple quand il finance, en France ou ailleurs, des édifices religieux, des groupes ou organisations, dans une espèce de logique du don et du contre-don.
Qu’est-ce à dire ?
 Il provoque, notamment auprès de ceux qui bénéficient de ses largesses, une reconnaissance qui peut aller jusqu’à la mise en sommeil de la réflexion critique de certains de nos concitoyens musulmans à l’endroit de la nature réelle du Qatar, qui est une dictature oligarchique qui diffuse une vision de l’islam qui est tout sauf libérale.

Le Qatar est aujourd’hui le principal bailleur de fond d’une nébuleuse associée aux Frères musulmans.
Plutôt que d’encourager la vision d’un islam piétiste et spirituel, le Qatar ne va-t-il pas de la même manière appuyer en France le modèle d’un islam-étendard revendicatif ?
N’y-a-t-il pas là un risque de captation de l’islam de France (déclinable au pluriel et qui reste à définir) au profit d’une vision politisée de celui-ci ?

Karim Sader :
Il faut éviter de tels raccourcis.
Certes, le Qatar de par son système politique – une monarchie autoritaire – et son idéologie – le « wahhabisme », doctrine rigoriste de l’islam sunnite – est aux antipodes du modèle républicain et laïque que la France s’efforce de véhiculer.
Mais s’ils appuient ouvertement les mouvements islamistes au Moyen Orient, les Qataris se montrent extrêmement prudent dès lors qu’il est question de l’Islam en France.
Conscients qu’il s’agit là d’un sujet très sensible en France – surtout depuis la controverse suscitée par leur projet d’investissement dans les banlieues –, ils ont bien compris que toutes velléités religieuses pouvaient avoir un impact catastrophique pour leur image, ceux à quoi les Qataris accordent une très grande importance.
Je pense que le Qatar veut incarner aujourd’hui un nouveau pôle d’attraction de l’Islam du XXIe siècle capable de concurrencer l’Arabie saoudite dans ses prétentions islamiques.
Cette ambition aurait notamment pour vocation à attirer les ressources humaines issues de l’immigration arabo-musulmane en Occident.
Ceci aurait l’avantage de pallier le déficit démographique du Qatar, véritable talon d’Achille du minuscule émirat en quête de rayonnement.
Quant à la question concernant les liens entre le Qatar et l’islam de France, je pense qu’il s’agit là d’un débat qui dépasse de loin la seule présence de l’Émirat dans l’Hexagone.
Dans un contexte de mondialisation qui remet clairement en cause les prérogatives de l’État-nation, l’encadrement et l’intégration de l’islam en France ne peut dépendre que de la capacité de l’État à se prémunir de multiples influences extérieures dont le Qatar n’est qu’une composante parmi tant d’autres…

Haoues Seniguer :
Compte tenu de la nature du régime et des réalités sociales du Qatar, marquées par un fort conservatisme religieux, les officiels ou mécènes de l’émirat ont clairement un faible pour un islam très orthodoxe et orthopraxe, à l’instar de celui promu et arboré par la nébuleuse des Frères musulmans dans le monde musulman sunnite, lesquels comptent également des adeptes ou des sympathisants français, à l’image du président du Collectif des Musulmans de France (CMF), « Nabil Ennasri », qui se présente aussi dans les médias en « spécialiste du Qatar ».
Ce n’est donc pas tout à fait un hasard, si ce dernier, en retour, du fait de sa très grande proximité spirituelle avec le mufti du Qatar, « Yûsuf al-Qaradhâwî », a les yeux de Chimène pour l’émirat et cultive à son sujet un discours plutôt hagiographique, en dénonçant, sans ménagement aucun, « le Qatar-bashing ».
 À une échelle un peu plus importante, « l’Union des Organisations Islamiques de France » (UOIF) a de très bonnes relations avec des personnalités du Qatar (donateurs) et bénéficierait, à cet égard, de quelques faveurs dans la construction de mosquées ou dans le financement de certains projets.

Propos recueillis par Benjamin Weil

http://www.atlantico.fr/  du 22/06/2013

Des Promesses Encore !

Des Promesses Encore ! dans INSOLITE mime-attachment12

L’ Insee contredit Hollande sur l’inversion de la courbe du chômage

La croissance du PIB atteindrait 0,2% au deuxième trimestre, 0% au troisième et 0,1% au quatrième.

Souvent prise pour bouc émissaire par les politiques à gauche, l’Allemagne aidera pourtant cette année la France à sortir la tête de l’eau.                                                                                                                                                                                                                                        D’après la note de conjoncture de l’Insee publiée jeudi, c’est en effet grâce au rebond de la demande venue d’outre-Rhin - et dans une moindre mesure de celle des pays non européens - que les exportations françaises retrouveront des couleurs et progresseront de 1,3 % au deuxième trimestre, puis de 0,6 % au troisième et au quatrième.                                                                       «Ce rebond contribuerait à stabiliser l’activité manufacturière», précisent les experts de l’Insee.                                                        Après une année 2012 calamiteuse, c’est une bonne nouvelle, même si l’évolution reste erratique par trimestre (+0,9 % au deuxième avec un excellent mois d’avril, -0,3 % au troisième, 0 % au quatrième).                                                                          Néanmoins, on est loin d’une reprise durable dans l’industrie.

Hausse du chômage

À cela, une raison principale: la demande intérieure reste atone en France.                                                                                                      Lors de la conférence sociale, François Hollande a souligné qu’au-delà de la crise il y avait «un mal plus profond qui est la défiance, le doute et le désarroi» qu’il fallait combattre.                                                                                                                                           Reste que l’Insee montre aussi, chiffres à l’appui, que ce manque de confiance va avec de réels problèmes économiques.   Premier d’entre eux, la faible rentabilité des entreprises.                                                                                                                                              Sur ce front, l’amélioration sera lente, d’après l’Insee.                                                                                                                                        L’institut prévoit un taux de marge de 29,4 % au second semestre 2013, contre 29,1 % fin 2012.                                                             Pas de quoi permettre donc à l’investissement de rebondir.                                                                                                                                          Ce dernier reculera seulement moins rapidement en deuxième partie d’année.                                                                                         D’après l’Insee, les suppressions d’effectifs continueront également tout au long de l’année dans le privé, pour atteindre 114.000 postes en cumulé.                                                                                                                                                                                                           Le crédit d’impôt compétitivité emploi (Cice) atténuera seulement le choc, en créant ou sauvegardant 30.000 postes.     Résultat, l’Insee,contrairement à François Hollande, voit le chômage augmenter et atteindre 11,1 % en fin d’année.                        Ses experts estiment même qu’une telle situation poussera les Français à épargner davantage.                                                                Les ménages ne profiteraient donc pas de l’amélioration de leur pouvoir d’achat (elle-même due à la faible inflation) pour dépenser.

La consommation fluctuera entre 0,1 % et 0 % selon les trimestres.

Au total, entre rebond des exportations et stagnation intérieure, la croissance du PIB atteindrait 0,2 % au deuxième trimestre, 0 % au troisième et 0,1 % au quatrième.                                                                                                                                                                                  Ce léger mieux en fin d’année serait toutefois insuffisant pour effacer le très mauvais hiver 2012-2013 et la France bouclerait l’année avec une baisse de 0,1 % du PIB.                                                                                                                                                                                 Un chiffre identique à ceux de la Commission européenne et du FMI.                                                                                                                       Le gouvernement table, de son côté, toujours sur une croissance de 0,1 %, tandis que François Hollande a parlé de «croissance nulle» lors de la conférence sociale.                                                                                                                                                                                 «Entre une évolution de 0,1 %, 0 % ou -0,1 %, c’est l’épaisseur du trait.                                                                                                                     Si les évolutions conjoncturelles le justifient, nous réviserons nos ­prévisions dans le calendrier habituel, c’est-à-dire à l’occasion de la ­présentation du projet de budget en septembre», conclut-on à Bercy.

Cécile Crouzel

http://www.lefigaro.fr  du 21/06/2013

Touche Pas A Mon Eglise !

 

Touche Pas A Mon Eglise ! dans Toutes Religions tract

NON AUX MENACES

 

 

eglise-taguee1 dans Toutes Religions

Non Aux Profanations de Nos Eglises !

 

touche-pas-a-mon-eglise-e1371855339324

Non A La Mort De La France !

 

 

 Samedi matin, un paroissien a découvert des tags dans l’enceinte de l’église Saint-Jean-Baptiste de Bourgoin-Jallieu.

Il s’agit d’inscriptions injurieuses contre la religion catholique et contre la France, à la gloire de l’Islam et de Ben Laden.          Elles ont été réalisées au marqueur sur deux piliers, ainsi que sur une affiche située sur le panneau au fond de l’église.                 Les messages sont signés du GIA, qui pourrait faire penser au groupe islamique armé.
La police a procédé aux constatations d’usage.

L’équipe paroissiale a temporairement recouvert ces tags d’affichettes.

http://www.ledauphine.com  du 15/06/2013

 

Un immense bravo aux Identitaires du Dauphiné et à Génération identitaires Dauphiné qui ont déployé cette banderole devant l’église de Bourgoin-Jallieu taguée

Ils ont aussi distribué des tracts rappelant les insultes anti-chrétiennes et -France et proclamant l’amour de l’islam, de Ben Laden et autres joyeusetés…

Naturellement nul préfet pour condamner, nul déplacement de Valls…

C’est que, en notre pays, monsieur, seuls les violents sont écoutés.

Mais nous nous répétons et répèterons à satiété, sans nous cacher, sans abîmer les bâtiments :

« Islam, dehors ! »

 Christine Tasin

http://www.resistancerepublicaine.eu du  21/06/2013

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43