INSOLITE

Les Brésiliens Mécontents.

Les Brésiliens Mécontents. dans INSOLITE bresil

« Le Brésil est un pays d’avenir et le restera », aurait cruellement dit le Général.

C’est peut-être pour ça que le pays est en train de sortir dans la rue.
Parce que ça suffit !
Parce que la jeunesse brésilienne voyage.
De plus en plus.
Partout dans le monde, forts de leur pouvoir d’achat, les Brésiliens dévorent, visitant exprès, genre Rome-Venise-Paris-Londres en une semaine.
Ils voient ce qui se passe ailleurs.
Comparent.
Commencent à comprendre que leur pays, pourtant si riche, n’est toujours pas à la hauteur de leur espérance.
Ils en ont ras le bol des routes mal entretenues, de leurs écoles gratuites pourries, du système de santé totalement injuste.

Ils payent des impôts mais ne voient guère les résultats.
Car la corruption ravage tout.
Pour contenir le flot intellectuel, la société brésilienne dispose, en plus des églises, de deux armes de destruction massive : les novelas, séries télé quotidiennes adorées du peuple et, bien sûr, le foot.
Deux puissantes digues, mais elles ne suffisent peut-être plus.

La gauche radicale, au pouvoir depuis « Lula », alliée au grand patronat, a énormément déçu.
L’ancienne activiste « Dilma Rousseff » est, il est vrai, victime d’un système politique où la présidence est aux mains des partis (une vingtaine au Parlement) gérant difficilement une coalition disparate.
Elle semble paralysée devant ce qui se passe.
Car il se passe quelque chose : plus d’un million de manifestants dans une centaine de villes.
Et ça devient violent : un mort, de nombreux blessés.
Après 20 ans de dictature militaire (1964-85), le pays était entré en léthargie, se révoltant une fois au temps du président « Collor », destitué pour corruption en 1992.
Sinon, R.A.S.
On parlait peu de politique à table, voire jamais.
Mais maintenant, entre deux verres de guarana, entre deux coups de fourchette dans l’arroz-feijão, on va causer, c’est sûr !

Il se passe quelque chose au Brésil.

Mardi soir, lors du match de football disputé par la Seleção contre le Mexique à Fortaleza, il y eut un incroyable moment de ferveur.
L’hymne national chanté en communion, en transe par les joueurs et le public, les larmes aux yeux.
En plein milieu du morceau, la musique s’est même arrêtée, laissant tout le monde vibrer dans un a capella de légende ! Ce n’est pas contre le foot mais contre le fric, contre l’orgie de pognon qui va couler pour la Coupe du monde, pour les JO que les gens manifestent.
Entre autres.

C’est une pure révolution patriotique.
Le drapeau brésilien, étendard sacré, ne sera pas brûlé comme dans d’autres pays.

Au niveau des réseaux sociaux, la jeunesse s’est mise à « Facebook » depuis quelque temps, après une longue hibernation dans « orkut », un réseau où seuls les Brésiliens parlaient aux Brésiliens.
Elle passe ainsi du national à l’international.
Ça change les points de vue !

Salement écornée, la belle image du pays métissé qui fait la fête, celle qui fait rêver les bobos.

Le Brésil veut être autre chose.

Joris Karl

http://www.bvoltaire.fr  du 22/06/2013

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43