INSOLITE

Un Printemps Pour Tous

Un Printemps Pour Tous  dans INSOLITE turquie-e1371990470667

L’ antithèse des printemps arabes en Turquie

Alors que la Turquie a connu pendant trois semaines de violents affrontements entre police et manifestants hostiles au régime Erdogan, notre grand spécialiste de l’Islam, j’ai nommé le sieur « Nicolas Gauthier », écrit dans un article intitulé « Turquie : le mai 68 des gamins gâtés du Bosphore » :
… on peut y voir une métastase des printemps arabes ; ose un parallèle pour le moins inattendu avec les évènements de mai 68 en France…
Turquie : le mai 68 des gamins gâtés du Bosphore – Boulevard Voltaire)

Sacré mois de mai qui décidemment obsède les journaleux, depuis 45 ans !
Pour preuve, ce  qu’écrivait « Josette Cléry », dans un article de « RL » du 18 avril 2012 : « En janvier 2009, « Samuel Etienne » (FR3), commentant les évènements de l’année 2008, à la télévision, déclarait : « Mars – Les 40 ans de mai 68, les télés ont fêté mai en mars, moi le premier, c’est ça la blague.
Les célébrations ont commencé avec deux mois d’avance, car les journalistes rêvaient secrètement d’un mouvement social en mai… 
»

Bel aveu de « J’men-foutisme » !

Selon « Nicolas Gauthier », la révolte turque ne serait que la conséquence d’un pays en pleine expansion, avec une croissance record, un tourisme qui bat son plein, en somme…un pays trop heureux !!!
Et un homme «  »Atatürk », qui a, de force, obligé des millions d’Ottomans à se déguiser en Européens.
Comme si, chez nous, l’Elysée nous enjoignait de nous grimer en Seldjoukides ou en Turkmènes ».

Donc pour lui, la révolution opérée par « Mustafa Kemal Atatürk » pour faire naître une nouvelle Turquie tournée vers la modernité, se résume à une obligation vestimentaire !
Analyse pour le moins simpliste, farfelue, indigne d’un journaliste, mais mérite-t-il cette qualification ?

Il n’est peut-être pas inutile de rappeler les réformes majeures entreprises entre 1923 (proclamation de la République, dont Atatürk devient le 1er Président) et 1938, année de sa mort :

-1924-25 : abolition du califat, dissolution des tribunaux musulmans ; des établissements religieux d’enseignement ; interdiction du port du voile et du fez.

-1926 : institution de nouveaux codes civil, commercial et pénal.

-1928 : substitution de l’alphabet latin à l’écriture en caractères arabes. Séparation de l’état et de la religion. Abolition de la polygamie et obligation du mariage civil.

-1931 : adoption du système métrique.

-1934 : les femmes obtiennent le droit de vote et d’éligibilité dans les élections nationales (obtenu en France en 1944),   L’instruction publique devient obligatoire et gratuite dans les écoles mixtes, plus un certain nombre de mesures d’ordre économique.

Si d’aucuns se prenaient à penser que je suis favorable à l’entrée de la Turquie dans l’Europe, qu’ils se rassurent !
Cela n’a strictement rien à voir.
Je ne perds pas de vue que la Turquie est un pays à 98 ou 99% musulman.
Musulman certes, mais pas arabe.
La différence est d’importance.
Il ne s’agit pas de la même ethnie.

J’ai eu la chance de découvrir la Turquie en 1971, soit avant l’arrivée du tourisme de masse et des super-hôtels qui ont vu le jour un peu partout, détruisant un peu de l’authenticité de ce magnifique pays et de la spontanéité de ses habitants.
Détail des plus intéressants,  me semble-t-il, pour en percevoir la réalité, cette découverte se fit dans des circonstances assez particulières.
En vacances en Roumanie depuis deux semaines, la Roumanie de « Ceausescu », pays malheureux et triste, alors sous régime soviétique, dans lequel les gens manquaient de tout, et où même les touristes, avec leurs devises ne trouvaient rien à acheter, parce qu’il n’y avait rien.
Nous mangions fort mal et ne pouvions même pas acheter de fruits, il n’y en avait pas !
L’arrivée par bateau, au petit matin, en plein centre de la ville fut un émerveillement, et nous découvrîmes une ville grouillante de vie, des gens souriants, visiblement heureux de vivre, partout des étals débordant de marchandises.
Contraste saisissant avec ce que nous venions de quitter.
Nous Français, en étions arrivés au point de nous émerveiller devant les étals de fruits et légumes, c’est dire !

J’y suis retournée à de nombreuses reprises, non seulement à Istanbul mais dans la Turquie profonde, conquise par la richesse du passé, la splendeur des sites naturels, les beautés architecturales, notamment les réalisations du génial architecte « Sinan » (né chrétien !), la gentillesse et l’hospitalité de ses habitants.
Musulmans…mais pas « confits » dans la religion !!
Si le thé et le café sont les boissons de l’hospitalité, généreusement offerts à tout moment de la journée, et en tous endroits, les Turcs sont aussi grands consommateurs de raki, l’équivalent de l’ouzo en Grèce, et de bière.

Après avoir porté au pouvoir l’islamiste Erdogan, les Turcs mesurent maintenant tout ce qu’ils sont en train de perdre !
Presse muselée, opposants incarcérés, vente d’alcool prohibée, directives natalistes, censure culturelle, islamisation de l’enseignement, et ne supportent plus les décisions prises sans concertation, comme l’arrachage des arbres de Gesi Parki, l’étincelle qui a mis le feu aux poudres.

C’est bien là l’antithèse des « printemps arabes » dont on nous a bassiné pendant des semaines et des mois, pour le résultat que l’on connaît : le retour à la charia !

Voilà pourquoi cela n’intéresse pas les « merdias » dans leur quasi-totalité, ni le régime Hollande, dont ils ne sont que des courroies de transmission, mais en aucun cas des journalistes dignes de ce nom !
Quatre morts, plus de 7800 blessés, plusieurs centaines d’arrestations, une répression d’une rare violence, allant jusqu’à utiliser des canons à eau, une eau additionnée  de produits chimiques brûlant la peau…
Ce ne sont ni des « pilleurs » comme l’a prétendu Erdogan, ni des enfants gâtés comme le prétendent d’autres qui ont bravé la brutalité de la police, mais des jeunes gens qui refusent le retour au Moyen Âge.
Leur révolte et leur courage auraient mérité mieux que ce « silence assourdissant ! ».

Pour terminer, extrait d’un article publié le 3 juin par la journaliste turque NUR DOLAY :

« Notre seule valeur morale n’est pas l’islam » disent les révoltés de toutes les places turques. »
Il y a, parmi nos valeurs morales, la République laïque, les fêtes nationales, « Atatürk » et les droits de la femme (les femmes turques sont parmi les premières au monde à avoir obtenu le droit de vote), nos modes de vie, nos libertés individuelles qui ne peuvent pas être troquées avec vos règles communautaires musulmanes.
Il y a aussi l’état de droit et la justice.
Vous ne pouvez plus continuer à nous confisquer, comme bon vous semble, nos espaces verts, troquer nos arbres avec vos centres commerciaux, détruire nos théâtres et nos cinémas, tous ces biens publics créés par nos impôts. »

« Atatürk » qui symbolise aux yeux des Turcs toutes ces valeurs jetées à la poubelle par « l’AKP » de « Tayyip Erdogan », doit maintenant sourire, dans son mausolée, de cette belle revanche.
SJ-efeler : Message: Fw: analyse de la rébellion turque

Oriana Garibaldi

http://ripostelaique.com   du n° 308

 

C’est bizarre, ce sont des rebelles contre le régime en place dans leur pays, ils sont musulmans, et les pays qui portent secours aux syriens ne réagissent pas !

Mais Pourquoi Donc  ?  Vous savez aussi bien que moi ! CE  N’EST  PAS  LA  BONNE  ETHNIE  !

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43