Archive | 26/06/2013

Plus De Marianne Pour Tous

Plus De Marianne Pour Tous dans SECURITE churchillfascistes5-300x230

Marianne a une gueule de dictature hypocrite et durable.

Est-ce que j’ai une gueule de dictature ?
demande Marianne avec la voix d’Arletty dans Hotel du Nord.
La réponse est clairement oui.
Le bonnet phrygien est bien là.
C’est celui des tricoteuses de la Révolution.
Il est juché sur la tête de ministres qui se croient investis par un court succès électoral déjà vieux d’un an et démenti par toutes les élections partielles de la mission de changer la société et de contraindre les Français à renverser leur conception de la nature humaine. On sent surtout chez eux la satisfaction malsaine de prendre une revanche sur tous ceux qu’ils détestent et sur tout ce qu’ils exècrent.
Pendant que les ministres chargés des questions sociales et économiques font preuve jour après jour de leur incompétence, ceux en charge de l’ordre républicain règlent leurs comptes idéologiques.
Sans surprise, celui qui est à la tête de l’éducation se rattache aux seconds.
La volonté de formater l’orientation mentale des enfants dès le plus jeune âge, de les « arracher » aux déterminismes familiaux, pour reprendre le mot du ministre, est toujours l’indice d’une dérive totalitaire.
Mais celle-ci est transparente dans le traitement des affaires qui font se croiser justice et politique.
La complicité active d’une partie non négligeable des médias n’est d’ailleurs pas rassurante.
La dictature idéologique est toujours plus dangereuse et durable que la dictature militaire.
« On peut tout faire avec des baïonnettes, sauf s’asseoir dessus » disait Talleyrand.
Dès lors que l’enseignement et l’information diffusent la pensée unique, imposent un langage commun, désignent l’ennemi public et stigmatisent la résistance, on quitte les rivages de la démocratie, pour une croisière plus sournoise et plus longue.

Nicolas est en prison pour avoir refusé d’être traité comme un délinquant.
Clément Méric est élevé par « Libération » au rang d’icône de sa génération.
Le gouvernement menace de dissoudre deux groupuscules d’extrême-droite auxquels serait lié celui qui a porté les coups mortels sur le jeune gauchiste.
Or, il apparaît de plus en plus clairement que la victime était un provocateur.
Masqué et agressif, il cherchait l’affrontement avec les manifestants paisibles de la « Manif Pour Tous ».
Le jour fatal, il aurait défié des « skinheads » à l’entrée d’un lieu de vente privée de vêtements prisés par les extrémistes des deux bords, les aurait attendus à la sortie avec ses acolytes et aurait cherché à frapper Esteban par derrière, entraînant la réaction de celui-ci.
Si on met entre parenthèses le fait qu’il est toujours dangereux de s’attaquer à un grand costaud quand on ne l’est pas, et l’éventuelle utilisation d’un poing américain, que rien ne prouve pour l’instant, on doit observer l’équilibre des situations et le déséquilibre des réactions.
Des extrémistes des deux bords, immatures au point d’attacher de l’importance aux symboles vestimentaires, aimant de part et d’autre la castagne, s’affrontent après une provocation du groupe gauchiste.
Un accident se produit du fait de la force de l’un des membres du groupe attaqué.

En revanche, les réactions politiques, médiatiques et judiciaires sont totalement partiales.
On dénonce l’extrême-droite de manière unilatérale.
On parle d’assassinat, de lynchage.
On annonce la dissolution des groupes de droite, mais pas de celui de gauche, potentiellement aussi dangereux et, en l’occurrence, à l’origine de la rixe.
On élève la malheureuse victime au rang de héros de sa génération, ce qui est bien triste pour celle-ci.
L’auteur des coups mortels est en prison alors que selon toute vraisemblance, il n’a fait que se défendre.
Son incarcération est à comparer avec l’impunité dont jouissent les loubards du Trocadéro, les pilleurs de RER, et les voyous des banlieues sensibles.
Il y est rejoint par Nicolas, simple opposant non-violent à la loi « Taubira », et qui, à juste titre n’a pas accepté d’être traité comme un délinquant.
La discrimination est flagrante et la liberté piétinée.
Les arrière-pensées sont évidentes :
Il s’agit de ressusciter la momie du fascisme, celui des années 30, ce fantôme contre lequel prétend se battre le groupuscule auquel appartenait Clément Méric.
Bien sûr, de proche en proche l’amalgame englobe l’extrême droite, les nationalistes, les traditionalistes religieux, les gentils chahuteurs du « Printemps Français » et pourquoi pas les Veilleurs, debout ou assis.
Il s’agit de faire coup triple : d’abord stigmatiser les opposants à la loi « Taubira », ensuite faire peser sur eux le soupçon d’être liés au Front national, qu’on cherche encore, avec de plus en plus de mal, à diaboliser, et enfin diviser la « droite » entre les bons avec Fillon, et les méchants avec Copé.

Dans ce processus, personne ne s’interroge sur le point de savoir qui est vraiment violent, vraiment intolérant, vraiment « fasciste » en un mot si l’on accepte ce terme anachronique.
Les « antifas » le sont à l’évidence.
La répression policière disproportionnée des manifestations contre le mariage unisexe ne l’est pas moins.
Le passage en force d’une loi agressant la conscience d’un très grand nombre de Français, comme en témoigne aujourd’hui la résistance de maires courageux, est une démarche totalitaire.
Bien sûr, il ne s’agit pas d’un dictature militarisée.
Non il s’agit de celle dont Tocqueville redoutait l’avènement : brisant la famille, faisant de l’État la source illusoire et inefficace de toute action économique ou sociale, décidant enfin de ce que nous avons le droit de penser ou de dire, et réprimant davantage la liberté d’expression que les délits financiers ou comportementaux qui encombrent le monde politique, de Marrakech à Hénin-Beaumont et de New York jusqu’au 19e arrondissement de Paris, avec la complicité d’une presse qui fait aisément comprendre comment celle-ci est, un jour, devenue « collabo ».

Eric Martin

http://www.ndf.fr  26/06/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Un Tribun Dépensier

Un Tribun Dépensier dans TROQUET melenchon1-300x130

« Jean-Luc Mélenchon » n’aime que la classe affaires !

« Moi, quand je voyage, je voyage en classe affaires. » « J’ai passé l’âge d’aller me faire briser le dos à la classe économique. » À qui doit-on cette sortie ? À un grand patron du CAC 40 ? Une héroïne de télé-réalité ? Un milliardaire russe ? Un gérant de fonds de pension américain ? Non, à un homme politique valeureux défenseur de la classe ouvrière et promoteur pendant la dernière campagne présidentielle du 100 % d’impôt pour les revenus les plus élevés…. Vous l’avez reconnu, il s’agit de « Jean-Luc Mélenchon », leader duFront de gauche, qui s’empresse d’ajouter dans la foulée : « Ils vous mettent comme des sardines là-dedans. C’est une honte ! Le transport aérien, les trois quarts du temps, est extrêmement désagréable. Ne me dites pas le contraire. » De passage la semaine dernière au Salon de l’aéronautique du Bourget, il a clamé haut et fort son art de vivre en essayant un nouveau modèle de siège totalement inclinable. Sur le fond, on ne peut pas lui donner tort. Sauf qu’il faut avoir les moyens de ses envies ! Imaginons que « Jean-Luc Mélenchon » veuille se rendre à Pékin, capitale de la Chine, pays dont il vante souvent les mérites… Le meilleur tarif pour un aller-retour en classe affaires sur Air France – il serait inimaginable que le patriote « Mélenchon », toujours prompt à dénoncer le libéralisme de Bruxelles et la dérégulation, prenne une compagnie étrangère – dépasse les 4 000 euros : 2 166 euros pour un départ sur le vol AF128 lundi 1er juillet et 2 088 euros pour un retour sur le vol AF381 le 11 juillet par exemple. Encore sont-ce là les tarifs les moins chers pour ce type de confort.

Quatre smic pour aller à Cuba !

Si « Fidel Castro » venait à rejoindre le « Che » dans son repos éternel, le même voyage aux mêmes dates – car il serait dommage de ne pas profiter des plages de la perle des Caraïbes – reviendrait à un peu plus de 4 200 euros. Prenez alors le vol AF3534 à l’aller et le AF3539 au retour. Enfin, heureuse surprise ! S’il venait à l’ancien candidat à la présidentielle la fantaisie de se rendre à New York pour y effectuer deux ou trois emplettes, il payerait substantiellement moins cher… Pour 1 907 euros, il peut s’offrir un aller-retour pour la capitale mondiale du libéralisme. Sans doute sont-ce là les effets de la libre concurrence… Bref, pour que le dos délicat de « Jean-Luc Mélenchon » n’ait pas à souffrir des turbulences, il lui en coûtera 1,8 smic (actuellement fixé à 1 121 euros net pour 35 heures de travail hebdomadaires) pour gagner New York et quatre pour humer le bon air de la liberté à Cuba ! Ses électeurs apprécieront.

Attention, Vaccin Dangereux !

Attention, Vaccin Dangereux ! dans SANTE vaccin-300x199

Le vaccin réduit le risque d’infection par le Papillomavirus

Une étude américaine met en évidence une baisse de plus de 50 % de la contamination par le papillomavirus, après la vaccination.
À la fin des années 1970, les chercheurs ont découvert que certains virus, les « papillomavirus » (en particulier ceux de type 16 et 18) étaient responsables du cancer du col de l’utérus.
Près de vingt-cinq ans plus tard, des firmes pharmaceutiques mettaient au point un vaccin contre ce cancer.
En 2006, les autorités sanitaires américaines le recommandaient à toutes les jeunes filles de 11 à 13 ans, puis jusqu’à 26 ans.
Une enquête publiée en début de semaine dans « The Journal of Infectious Diseases », révèle une baisse de la contamination par ces virus pour les filles de 14 à 19 ans, grâce à cette politique vaccinale.
C’est une bonne nouvelle pour la santé publique.

(Nous n’avons pas assez de recul !
Des voix se sont déjà élevées pour dénoncer un risque de stérilité due à ce vaccin.
Trop de femmes auront servi de cobayes quand on s’en rendra vraiment compte, mais se sera trop tard, comme pour le « médiator » !
pelosse)

En France dans le nouveau calendrier vaccinal, ce vaccin (trois injections avec un intervalle de deux mois entre la première et la deuxième et de quatre mois entre la deuxième et la troisième) est proposé aux filles de 11 à 14 ans, avec un rattrapage pour les 15 à 19 ans.
Quelle est l’efficacité de ce vaccin qui protège contre plusieurs souches de papillomavirus responsables du cancer ?
S’il faut attendre encore quelques années avant d’observer une diminution des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus,
les chercheurs du « Centre de contrôle » des maladies d’Atlanta (« CDC ») se sont intéressés à l’évolution du nombre de cas d’infection chez les jeunes filles.

Aucun effet indésirable majeur

Pour mener à bien ce travail, les scientifiques ont examiné les papillomavirus identifiés sur les frottis vaginaux de 4150 femmes de 14 à 59 ans testées entre 2003 et 2006 et sur les frottis de 4253 autres femmes de même âge testées entre 2006 et 2010.
Il est possible sur lesfrottis cervico-vaginaux effectués dans le cadre du dépistage du cancer du col de l’utérus, de détecter la présence de papillomavirus.
Les résultats révèlent que pour la classe d’âge des 14 à 19 ans, le taux de contamination par le papillomavirus a chuté de 56 % entre les deux périodes.
Le pourcentage de porteuses du virus (type 6, 11, 16, 18) est passé de 11,5 % entre 2003 et 2006 à 5,1 % entre 2006 et 2010, après donc le début des campagnes de vaccination.
Pour les autres tranches d’âge, aucune différence n’a pu être observée entre les deux groupes.

Pour le professeur « Thomas Frieden », directeur du « CDC » d’Atlanta, qui répondait aux questions de la presse lundi sur ce sujet, «ces résultats sont très frappants.
Ils devraient conduire à un réveil pour inciter les jeunes filles à se faire vacciner.
Il est possible si l’on s’en donne les moyens de protéger une génération contre le cancer du col de l’utérus.»
Aujourd’hui, en France, moins d’un tiers des jeunes filles bénéficient d’une protection par ce vaccin.
Même chose aux États-Unis.
Il faut aussi savoir que la vaccination pourrait réduire de 75 % le risque de cancer du col, mais pas de 100 %, car le vaccin ne couvre pas toutes les souches virales potentiellement oncogènes.

À ce jour, aucun effet indésirable majeur lié ce vaccin n’a été identifié, alors que 56 millions de doses ont été utilisées dans le monde. En 2011, en France, 6800 femmes ont souffert d’un cancer du col de l’utérus, 2 080 en sont mortes.

Martine Perez

http://sante.lefigaro.fr  du 26/06/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Les U.S.A. Vacillent

Les U.S.A. Vacillent dans Politique uncle-sam-300x133

je surveille vos téléphones

La rage impuissante de l’Oncle Sam après les révélations de « snowden » en fuite.

L’Oncle Sam ressemble à un petit garçon pris les doigts dans le pot de confiture, et qui se roule par terre de rage impuissante.
Depuis quinze jours, l’un de ses pioupious nargue la mère patrie avec la complicité de ses meilleurs ennemis, Chine et maintenant Russie, où il s’est réfugié tour à tour.
Il s’appelle Edward Snowden, n’a pas trente ans, et ne s’en cache pas : oui, c’est bien lui qui a révélé les secrets du programme de surveillance américain des réseaux internet et téléphone, un peu partout dans le monde.
Le consultant de la CIA qui fuit en Russie via la Chine, et s’apprêterait aux dernières nouvelles à rallier l’Équateur via Cuba, avouez que ça vous a quand même un petit parfum de Guerre froide !

À cette nouvelle internationale, habilement drapée d’oripeaux anti-impérialistes, il faut ajouter « Wikileaks ».
L’association, célèbre pour avoir divulgué plus de 700.000 télégrammes diplomatiques et documents militaires confidentiels américains en 2010, aurait aidé au transfert de « Snowden » en Russie, et joué les intermédiaires avec l’Équateur, pays qui a déjà offert l’asile à son fondateur « Julian Assange ».
Bref, c’est une coalition hétéroclite qui se fait jour pour empêcher l’extradition du jeune homme vers les États-Unis.
Bien sûr, chacun couvre la manœuvre d’un apparat de bienséance diplomatique, et refile le mistigri au plus vite pour éviter de trop fâcher Washington : ainsi de Hong-Kong, estimant n’avoir rien contre ce bon garçon, mais pressant tout de même son envol vers d’autres cieux ; ainsi de la Russie, tout heureuse de le déclarer en partance pour l’Équateur, donc techniquement hors d’atteinte ; ainsi de l’Équateur, qui dit étudier la question de l’asile, mais réserve encore sa réponse.

La patrie des droits de l’homme, la France, si vous en doutiez, n’a pas proposé d’accueillir le fugitif, malgré une proposition de Marine Le Pen en ce sens.
Mais puisqu’on évoque l’Hexagone, il est tout de même instructif de voir « Depardieu » et « Snowden » se réfugier d’un même élan chez « Poutine », même si les raisons qui les y ont poussés diffèrent.
Encore que… La réduction du champ des libertés par un État jugé omnipotent, voilà peut-être une piste à creuser, on ne sait jamais.

Quoiqu’il en soit, ce front uni de Pékin et Moscou est un camouflet pour Obama.
Et dire que tout ce beau linge dînait à la même table au G8 irlandais, il n’y a pas huit jours !
Qu’il n’y en a pas quinze, le Président américain faisait part à son alter ego chinois « Xi Jinping » de ses griefs en matière de cyber-espionnage !
Compliqué désormais pour notre bon vieux « Barack » de se poser en dragon de vertu…
« Les États-Unis se révèlent être le plus grand voyou de notre temps », vient ainsi d’écrire l’agence officielle chinoise « Chine Nouvelle », qui n’a pas pour habitude de faire dans la dentelle, mais là, tout de même, ça y va…

Par la force de la clé USB, « Snowden » fait donc vaciller la diplomatie de l’Oncle Sam.
Comme quoi, plutôt que d’aller voir ce qui se passe en Chine et ailleurs, l’Amérique aurait mieux fait de se concentrer sur les courriels de ce petit idéaliste peigné comme un jeune premier, et grandi avec l’Internet qu’elle a créé.
Lui semble en tous cas avoir tiré les enseignements de l’affaire du soldat « Manning » ― la taupe de « Wikileaks », dont le procès s’est ouvert ces jours-ci aux États-Unis ―, en se mettant à l’abri sans attendre.

Le drôle de tout ça, c’est que le jeune homme a attendu plus de quatre ans avant de dévoiler le pot aux roses :
L’élection d’Obama, pensait-il, allait changer l’Amérique…
Quand on vous le dit idéaliste !
Obama, qui vient d’en faire un apatride, en faisant révoquer son passeport.
Geste dérisoire d’une administration incapable de le lui retirer en mains propres, mais lancée dans une traque planétaire sans merci. « Snowden », qui estime se battre pour la protection de la vie privée, doit désormais protéger la sienne en tout chemin et en tout lieu.

Toutes proportions gardées, son cas me rappellerait volontiers celui de « Clément Weill-Raynal », ce journaliste de « France 3″ mis à pied pour avoir révélé l’existence du « Mur des cons » ornant le local du Syndicat de la Magistrature.

Comme lui, Snowden est de ces lanceurs d’alerte à châtier pour avoir révélé la faute ou la fraude.

De ces messagers jetés en pâture à la vindicte pour saturer d’émotions le cerveau de la plèbe, et lui faire détourner les yeux de la mauvaise nouvelle dont il est porteur.

Vincent De Longueville

http://www.bvoltaire.fr  du 25/06/2013

Un Salon Sans Sa Madone

Un Salon Sans Sa Madone   dans INSOLITE salon-du-mariage-gay-300x133

Le Salon du « Mariage Gay ».

Le Salon du « mariage gay » fait un gros « bide »…

Obligés d’écluser champagne et petits fours pour ne pas devoir les mettre à la benne, les premiers exposants au Salon du « mariage gay » – The G-Day– qui se tenait ce week-end au Parc floral de Vincennes sont repartis avec l’estomac plein et la rage au ventre.
En deux jours, rapporte « Le Figaro », ils n’ont vu que quelque 150 visiteurs traînant leur ennui dans les allées.
Mieux, il semble qu’il y ait eu parmi eux un paquet de jeunes figurants qui comptabiliseront leurs heures pour pointer chez les intermittents du spectacle.
Il serait bien intéressant de savoir qui a signé leurs contrats, mais sans doute ont-ils été payés au black…
Quant aux exposants qui ont loué leurs stands à prix d’or, alléchés par les promesses d’affluence et le mirifique pouvoir d’achat des CSP+++ qui s’égayent dans le Marais, ils crient à l’escroquerie et demandent le remboursement de leurs frais.
On leur avait garanti de 5.000 à 7.000 visiteurs, un chiffre d’affaires en proportion.
La marraine de l’opération, « Claire Jollain », fondatrice de l’agence « Events and Home Consulting » (parce qu’en anglais, c’est toujours mieux) l’assurait quelques jours avant :
« Beaucoup de couples qui ont attendu longtemps la loi convoleront à un âge plus avancé que leurs homologues hétérosexuels, et donc à un stade plus rémunérateur de leur carrière. »
Son alter ego, « Monsieur Lacrampe », de « Primeday.net », se réjouissait lui aussi de cette perspective alléchante :
« Le budget mariage des couples « gays » pourrait être 50 % plus élevé que celui des autres couples. »
Sachant que le prix moyen d’un mariage en France tournait autour de 13.000 euros en 2011, 20.000 euros pour les plus cossus, « Monsieur Lacrampe » entendait déjà tinter joyeusement le tiroir-caisse.
Hélas, contrairement aux affirmations du gouvernement qui voyait une urgence urgentissime à légaliser ces unions, il semble que les « gays » ne sont pas pressés de se marier.
Ou alors discrètement.
Ou pire encore : comme des hétéros.
« Allées désertes, hôtesses désœuvrées, agents de sécurité apathiques, en fin de matinée, « Le Figaro » n’avait pu rencontrer que trois clients », nous dit le quotidien.

L’attachée de presse a trouvé une explication qui pourrait passer pour discriminatoire :
« Les gays se lèvent tard. »
Ou peut-être bien qu’ils étaient au salon du Bourget pour voir décoller les grosses fusées ?
Allez savoir.
La responsable du salon, « Sandra Bibas », a trouvé mieux :
« C’est à cause des soucis avec les homophobes. »
À comprendre la petite poignée d’abrutis qui ont saccagé à deux reprises l’expo photo contre l’homophobie accrochée sur les grilles de la Mairie du IIIe.
Trois personnes ont été arrêtées, filmées par les caméras de surveillance, qui nient d’ailleurs être homophobes.
Ils sont justes bas de plafond.
Trois, c’est peu pour endiguer le flot des 7.000 visiteurs prévus au salon de Vincennes.
Ou alors, c’est que les gays sont très très très peureux.
Personne en revanche, sauf cette « Sandra Bibas », n’a aperçu la « trentaine d’opposants au mariage gay » qui, selon elle, auraient tenté samedi de ternir ce grand succès populaire.
Les responsables de la sécurité n’en ont pas vu la queue d’un, si l’on ose dire.

D’ailleurs on n’a pas vu non plus « Madame Taubira ».
La madone du Mariage pour tous qui, « submergée par l’émotion », quittait les bancs de l’Assemblée pour entrer dans l’histoire.
Qu’elle dit.

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr  25/06/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Le Manuscrit Pour Tous !

Le Manuscrit Pour Tous ! dans DIVERS apprendre

L’écriture manuelle devient optionnelle… avant de disparaître totalement ?

C’est en tout cas bien parti pour que ce soit le cas dans 45 Etats aux USA.
Puisque nous écrivons de moins en moins sur du papier et de plus en plus sur nos ordinateurs, téléphones etc, à quoi bon perdre du temps et…
surtout (mais ce n’est pas dit) infliger cet effort inutile à des enfants venus de familles où l’écrit est inexistant ou presque ?
Je ne suis pas, au contraire, contre la modernité et l’évolution, et je trouve merveilleux qu’il y ait des machines pour creuser des tas de cailloux, pour laver le linge et des engins qui permettent d’aller dans la lune.
Mais tout de même, cet abandon d’un apprentissage fondamental me semble grave, tout aussi grave que l’introduction du  »gender » dans nos salles de classe.

Il procède, de façon évidente des objectifs de l’élite mondialisée qui veut faire de nous des consommateurs sans culture.

- égalitarisme avec nivellement par le bas.
Plus d’avantages aux enfants des classes sociales favorisées qui leur donnent envie de lire, écrire… par simple désir d’imitation.

- disparition de la corrélation entre lecture et écriture.
qui permet de mieux apprendre  à lire et de développer certaines zones du cerveau.
Bref faire disparaître l’écriture manuelle c’est concourir à une régression comme l’humanité n’en a jamais connue

- disparition de la notion d’effort pour maîtriser un art difficile.
Poussant ainsi les enfants vers toujours plus de facilité, traduisez les jeux, la consommation… aux dépens de la culture, de l’apprentissage de la lecture/écriture et de la réflexion.

- disparition de l’autonomie de l’enfant et donc de l’être humain.
Sans machines… impossible de communiquer.
Et cela fait terriblement peur. 1984 est dépassé.

Le pire ?

C’est que, forcément, cette mesure sera populaire…

Le pire du pire ?

C’est que, forcément, les fous qui ont les manettes de notre pays vont, forcément, suivre…

Demain ou dans 5 ans mais c’est inévitable, sauf changement de « logiciel » électoral…

Christine Tasin

http://www.resistancerepublicaine.eu  du 26/06/2013

Une Lecture Pour Tous !

Une Lecture Pour Tous ! dans SECURITE minute-229x300

Le retour des prisonniers politiques

Depuis jeudi dernier, Nicolas Bernard-Busse, 23 ans, est en prison. A Fleury-Mérogis. Son crime : aucun ! Son délit : aucun !
Arrêté le dimanche 16 juin au soir sur l’avenue des Champs-Elysées à Paris après être allé manifester contre le « mariage pour tous » devant les locaux de M6, où François Hollande intervenait dans l’émission « Capital », il a été con­damné trois jours plus tard à qua­tre mois de prison dont deux mois ferme !
Et incarcéré sur-le-champ, le juge ayant délivré un mandat de dépôt à l’audience !
S’il est relaxé en appel, ce sera toujours ça de pris !
Allez hop, au gnouf !
En comparution immédiate et après trois jours à six dans une cellule de trois mè­tres carrés, ça vous fera le caractère !
Si « Nicolas Bernard-Busse » s’est fait arrêter, direz-vous, c’est bien qu’il a fait quelque chose.
Eh bien non !
Son avocat a démontré à l’audience, vidéo à l’appui, que rien ne justifiait son arrestation et que les sommations réglementaires n’a­vaient pas été faites.
L’arrestation étant nulle, tout le reste de la procédure doit l’ê­tre.
C’est le b-a-ba de la justice.
Mais qui vous parle de justice ?

Il a refusé de donner sa salive et il a bien fait !
Selon la police, il s’est « rebellé ».
Ben tiens.
C’est fou le nombre de rebellions qu’il y a depuis que les flics arrêtent n’importe qui n’importe quand.
Tous ceux qui ont fait un peu de politique le savent.
D’abord vous vous faites serrer, ensuite, comme il faut bien justifier votre interpellation, on affirme que vous vous êtes rebellé. C’est parole (de flic assermenté) contre parole (de clampin).
Et si vous présentez des hématomes, c’est que vous êtes tombé.
Voilà.
« Nicolas Bernard-Busse » aurait aus­si refusé de se prêter à un prélèvement ADN et c’est puni par loi.
Il a bien fait.
Un militant politique n’est pas là pour alimenter de son plein gré les fichiers de l’Etat.
S’ils veulent de la salive, qu’ils viennent la chercher.
Mais gare aux doigts, on mord.
Surtout les flics qui exécutent des ordres de basse police po­litique.
Surtout les flics qui prennent un Veilleur pour un casseur – car Nicolas est un de ces Veilleurs pacifiques qui croient au pouvoir de la non-violence et de la résistance passive ! – et même pour pire qu’un casseur.
Tous les jours que Dieu fait, les po­liciers – ceux qui font leur travail – se plaignent de croiser dans la rue le voyou qu’ils ont arrêté la veille, parce qu’il a été condamné à une peine de principe par un juge qui au­rait toute sa place sur un Mur des cons, et on met au placard un jeune qui n’a rien fait que d’exprimer pacifiquement ses idées ?
Quand les pilleurs du RER sont tous libres ?
Quand les casseurs du Trocadéro fanfaronnent ?
Quand n’importe quelle manifestation d’im­migrés clandestins est, non pas réprimée mais encadrée par la police ?
On peut donc tout faire en France sauf s’opposer au mariage pour tous ?
« Marion Maréchal » a protesté avec véhémence.
« Xavier Lemoine » aussi. « Christine Boutin ». « Jacques Bom­pard ». « Gilbert Collard ». « Quel­ques UMP ». « Quelques UDI ». Et des écolos, dont « Cécile Duflot », pour qui rien ne justifie le fichage généti­que des militants politiques.
« Mariton », lui, fait son show.
Usant de son droit de parlementaire de « visiter les lieux privatifs de liberté », il va aller voir « Nicolas Bernard-Busse » en prison.
Mais attention, ce qu’il a fait n’est pas bien : « A-t-il commis des actes répréhensibles par la loi ?
Oui.
Méritait-il d’être sanctionné ?
Oui.
Méritait-il un mandat de dépôt pour de tels faits ?
Non.
Si sa peine est lourde mais pas exceptionnelle, c’est le mandat de dépôt ayant entraîné l’enfermement qui est disproportionné. »
Mariton, ta gueule.
Quand on ne connaît pas le dossier, on la bou­cle.
Et quand on ne connaît pas le quotidien de la justice, on se con­tente d’être député.
Ça ne sert à rien mais ça occupe.

Sous « Valls », il n’y a plus d’Etat de droit
« Nicolas Bernard-Busse » est un pri­sonnier politique.
Il a été emprisonné pour ses idées et pour ses croyan­ces.
C’est la définition même du prisonnier politique.
Tel qu’on en con­naît en Chine.
Arrêté par la po­lice de « Valls », qui a ordre d’interpeller tout ce qui, de près ou de loin, ressemble à un militant de la « Manif pour tous ». Jugé par la justice de « Taubira », qui est contre la prison, sauf à l’égard de ses opposants.
La semaine dernière encore, un jeune homme a subi un contrôle d’identité parce qu’il portait un pin’s de « La Manif pour tous » !
Et la fliquette lui a dit que s’il voulait se promener ainsi, il fallait qu’il en demande l’autorisation !
A qui ?
Depuis des mois, l’Etat de droit est bafoué.
C’est-à-dire que les re­présentants de l’Etat n’agissent plus selon les règles du droit mais selon les ordres politiques qu’ils re­çoivent d’une hiérarchie aux ordres du ministre de l’Intérieur.
Quand une audience est interdite au public, l’Etat de droit est ba­foué.
Quand des jeunes gens porteurs d’un t-shirt aux couleurs de « La Manif pour tous » sont arrêtés sans autre raison, l’Etat de droit est bafoué.
Quand des lignes sont écoutées alors qu’aucun des deux interlocuteurs ne porte atteinte à la sûreté de l’Etat, l’Etat de droit est bafoué.
Valls et Taubira voulaient faire peur aux opposants au « mariage pour tous » ?
C’est raté.
Les socialos, vous allez en ch…
L’autre jour à Lourdes, dévastée par les inondations, Hollande a cru drôle de lancer à un commerçant :
« Votre saison est en croix, si je puis dire. »
Très drôle.
Les socialos, votre quinquennat est en croix.
Entaché à jamais par l’incarcération de Nicolas.
Souillé par ce prisonnier politique qui in­digne les démocrates dignes de ce nom.
Si c’est ça être « républicain », merci, on s’en passera.
La bataille continuera jusqu’à ce que vous ayez débarrassé le plancher.
Entre les démocrates et les républicains, vous avez choisi votre camp.
Très bien, nous aussi.

« Minute »

http://www.minute-hebdo.fr  du 25/06/2013

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43