Archive | 09/07/2013

Le Porc Est Sain Mais Pas Halal!

Le Porc Est Sain Mais Pas Halal! dans SANTE boucher-e1373390902638

Du boeuf tuberculeux dans les cantines.

Une partie des bœufs britanniques importés en France et en Europe ont été testés positifs à la tuberculose.
Ils sont consommés dans les cantines et dans les hôpitaux.
« C’est surréaliste » avait déploré « Laurent Pinatel », porte-parole de la Confédération paysanne dans le Sunday Times.
La France, la Belgique et les Pays-Bas reçoivent quotidiennement les carcasses tuberculeuses de bovins britanniques abattus au Royaume-Uni.

On en compte 28 000 exportées par an, elles seraient principalement distribuées dans les cantines scolaires et les restaurants hospitaliers.
Pour cause, les grandes chaines telles que « McDonald’s » et « Burger King » et les supermarchés « Tesco », « Sainsbury’s » et « Waitrose » les refusent.
Cette situation n’est pas inconnue des services publics britanniques.
C’est l’agence vétérinaire publique « Animal Health and Veterinary Laboratories Agency » qui vend les bovins tuberculeux à l’abattoir du grossiste irlandais « ABP UK », qui en abattrait près de mille par an.

Malgré la connaissance de cause et le manque de suivi de la viande, le germe de la tuberculose qui infecte la viande représente un risque minime pour l’être humain.
Le risque de transmission est faible et le développement de la maladie est fastidieux, rendant sa traçabilité difficile.
« Lord Rooker », président de la « Food Standards Agency », d’après le « Sunday Times », a affirmé que « la viande devrait être étiquetée pour s’assurer que les consommateurs sachent ce qu’ils reçoivent ».

En France, les bovins français sont dépourvus de la maladie.
Pour « Laurent Pinatel », « comme pour le scandale de la viande de cheval, le principe de précaution devrait s’appliquer lorsqu’il s’agit d’alimentation et de santé ».

http://www.linternaute.com  du 09/07/2013

 

A Quand La Yaourtière A Bébés?

A Quand La Yaourtière A Bébés? dans SANTE uterus-articiel-e1373381669686

Ouvrons plus grande encore la boîte de Pandore avec l’utérus artificiel !

Après que Pierre Bergé nous a appris qu’il n’y avait pas de différence entre louer son utérus pour fabriquer un bébé pour certains ou louer ses bras pour fabriquer des motoculteurs pour tous et après que Mâme Taubira nous a averti qu’on allait en finir avec l’institution conjugale, oppressante et patriarcale s’il en est, voici la dernière trouvaille  :  Marcela Iacub !
Très chouette, Marcela Iacub !

Elle ferait passer Caroline Fourest pour une mémère rétrograde !
En digne intellectuelle conscientisée, « Mademoiselle Iacub » a eu la gentillesse de se pencher sur notre  sort à nous, êtres humains, et a diagnostiqué le mal dont nous ne mourrons pas toutes mais dont nous sommes – presque – toutes atteintes.
En effet, après un triturage de méninges qui lui vaudrait l’absolution si elle croyait à l’enfer ailleurs que dans nos sociétés obscurantistes, » Marcela Iacub » nous livre le fin mot de l’histoire :
« Le pire ennemi des femmes, c’est l’enfant et la famille ».

Il y a cinquante ans, c’étaient les ados en révolte qui s’écriaient « Familles, je vous hais ! », maintenant c’est devenu le panache de ralliement des mal-baisées.
Du moins de celles qui officient chez Libé.
Forte de ce constat que ne renierait pas une arrondie de quatre mois au plus fort de ses nausées matinales, « Marcela Iacub » se lance dans la promotion d’un nouvel outil des plus sympa, encore plus pratique qu’une yaourtière : l’ectogenèse !

En français, l’utérus artificiel.
Vous prenez 23 paires de chromosomes harmonieusement réparties entre Parent Un et Parent Deux, vous agitez et vous enfournez dans l’ectogenèse sans préchauffer.
Puis vous jouez à la canasta pendant 9 mois et le tour est joué !
Selon « Mademoiselle Iacub », c’est la seule garantie que nous ayons de voir, enfin, une réelle égalité des sexes dans le monde du travail.
On va pouvoir crever le plafond de verre et franchement,  c’est ce que nous attendons toutes depuis des lustres.
Toutefois, lorsque l’on demande à « Mademoiselle Iacub » si elle-même est encombrée d’affreux jojos poisseux, elle répond avec une gentillesse déconcertante :
« Non, mais j’ai une petite chienne… » 
C’est très bien Marcela, et comme tu es une brave fille, je suis certaine que tu lui as appris à chier dans le caniveau.
Encore un bon point !
Mais puisqu’il a été décrété que les curés, en principe célibataires, n’étaient pas habilités à s’exprimer sur le mariage, on peut se demander ce que vaut le discours de « Mademoiselle Iacub », sans mari ni enfants, sur la famille, mère de tous les maux.

Parce qu’en fait, si elle était mariée et mère de famille, « Mademoiselle Iacub » supporterait sans problème les neuf mois de grossesse réglementaires, prendrait sans vergogne ses congés de maternité, bien consciente que son talent compensera son absence, si talent il y a, et peut-être même soupirerait-elle qu’elle est bien mieux, blottie contre son bébé, que cadenassée dans une salle de réunion.
Et saurait depuis belle lurette que la meilleure ennemie de la femme, ce n’est ni l’enfant, ni la famille.
C’est la belle-doche !
Et à la vitesse où ça va, certaines jeunes donzelles de la prochaine génération, éperdument amoureuses d’un issu du mariage pour tous se retrouveront avec DEUX belles-doches !
Bonne chance, les filles !

Sophie Flamand

http://www.causeur.fr  du  06/07/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Informons-Nous Par La Toile !

Informons-Nous Par La Toile ! dans DIVERS mediapart-300x126

Mediapart condamné à censurer ses infos sur l’affaire Bettencourt.

Le site Mediapart a été condamné par la Cour d’appel de Versailles à supprimer toutes traces des enregistrements réalisés secrètement par le majordome de Liliane Bettencourt, qu’il avait publiés.
Y compris les retranscriptions écrites.

Nouvel effet Flamby en perspective…?

L’effet Streisand ne désignant que des contenus qui n’avaient pas encore attiré l’attention du public.
Ce jeudi, la Cour d’appel de Versailles a condamné Mediapart à retirer sous huit jours « toute publication de tout ou partie de la retranscription des enregistrements illicites réalisés au domicile de Liliane Bettencourt« , les juges ayant estimé que leur divulgation portait atteinte à la vie privée des personnes enregistrées par le majordome de la milliardaire.
Le site d’ »Edwy Plenel » devra supprimer toutes traces des enregistrements, y compris sous la forme d’une retranscription écrite, « sur tous supports, électroniques, papier ou autre« .
Il devra notamment supprimer les extraits diffusés ailleurs par ses propres soins, en particulier sur Dailymotion, etsupprimer l’ensemble des articles qui utilisent les propos enregistrés, sous astreinte de 10 000 euros par jour.

La justice avait été saisie par le tuteur de Liliane Bettencourt, Olivier Pelat.
Mediapart a annoncé qu’il ferait appel de la décision en se basant sur les directives européennes protégeant le droit à l’information, et sur un arrêt de la cour de cassation du 31 janvier 2012 qui avait reconnu la licéité de la production des enregistrements dans le cadre de l’affaire Bettencourt.

Mais le pourvoi en cassation n’aura pas d’effet suspensif, nous indique Mediapart.
En première instance, le tribunal des référés de Nanterre avait estimé que la publication des enregistrements, coupés des éléments d’ordre privé sans lien avec l’affaire d’abus de faiblesse dénoncé par Mediapart, constituait une « publication d’informations légitimes et intéressant l’intérêt général« .
Le juge avait considéré qu’interdire la publication de l’enregistrement, même réalisé par un tiers dans des conditions clandestines, « reviendrait à exercer une censure contraire à l’intérêt public, sauf à ce que soit contesté le sérieux de la reproduction des enregistrements – ce qui n’est pas le cas en l’espèce« .

Mediapart avait publié un premier article où ne figuraient que des retranscriptions écrites des enregistrements, puis il avait mis en ligne des extraits sonores.
Ce sont ces enregistrements qui ont déclenché l’enquête pour abus de faiblesse sur Liliane Bettencourt, pour laquelle Nicolas Sarkozy est mis en examen.

Guillaume Champeau

http://www.numerama.com  du 04/07/2013

 

A quoi servirait la toile si ce n’est à TOUTE l’information

 

Tous les articles censurés De Mediapart sont sur The Pirate Bay

Censurés, les articles de Mediapart sur l’affaire Bettencourt trouvent une nouvelle vie dans une multitude de copies circulant sur Internet, et notamment sur le réseau P2P BitTorrent, grâce à leur mise à disposition (illégale mais légitime ?) sur The Pirate Bay.
Une illustration flagrante de l’effet Streisand, qui ne résout cependant pas toutes les difficultés posées par la décision de la cour d’appel de Versailles.

Ce n’est vraiment pas une surprise, mais plutôt la confirmation que la censure postérieure aux publications ne peut plus plus avoir lieu à l’ère d’internet.
Dès hier soir, au moment où nous rapportions que « Mediapart » avait été condamné par la court d’appel de Versailles à supprimer tous ses articles faisant mention de l’affaire « Bettencourt » en citant des enregistrements réalisés par le majordome de la milliardaire (qui sont une pièce maîtresse du dossier), nous prévenions qu’il y aurait très certainement un effet « Streisand » qui veut que la chose que l’on cherche à cacher ne fait qu’être mis plus encore au grand jour.
Quelques minutes à peine après notre publication, les copies des articles en cause de « Mediapart » commençaient à affluer, pour permettre aux internautes d’en prendre toujours connaissance au jour où le journal d’ »Edwy Plenel » devra effectivement supprimer ses archives.

Par ailleurs, « BitTorrent » est mis au service.
Comme nous l’ont signalé plusieurs lecteurs, une copie intégrale des articles liés à l’affaire « Bettencourt » publiés par « Mediapart » est diffusée sur The Pirate Bay, avec 95 pages HTML d’articles, 82 fichiers MP3 permettant d’écouter les enregistrements censurés, 79 images, et 14 pages en PDF ou JPEG.
Une page miroir aussi été mise en ligne pour recenser différents miroirs.

L’accès à Mediapart étant payant, il s’agit là d’une confrontation inédite entre le droit à l’information et le respect des droits d’auteur, où le piratage sert paradoxalement les intérêts (au moins démocratiques) du journal payant censuré.

Mais le véritable problème posé par la censure de Mediapart est moins dans les articles déjà publiés que dans ceux qu’il ne pourra plus écrire.
Le site n’a plus le droit d’évoquer les enregistrements du majordome dans ses articles, or ils sont essentiels pour contextualiser les développements judiciaires.
Par exemple, hier encore, « Eric Woerth » et « Patrice de Maistre » ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel pour trafic d’influence dans le cadre de l’affaire « Bettencourt ».
Il est reproché à l’ancien ministre du budget d’avoir octroyé une légion d’honneur à l’ancien gestionnaire de fortune de « Liliane Bettencourt », pour le remercier du recrutement de sa femme.
Or on ne comprend pas cette procédure judiciaire si l’on ne sait pas que les enregistrements permettaient d’entendre « Patrice de Maistre » dire à « Mme Bettencourt » :
Le fait que vous ayez une femme de ministre, chez nous, tous les journaux, tous les trucs disent, euh, oui tout est mélangé, etc., bon.
J’avoue que quand je l’ai fait, son mari était ministre des finances (du budget, ndlr), il m’a demandé de le faire
“.

L’enregistrement a été accepté comme élément de preuve par la Justice, mais la presse n’a pas le droit d’en référer.

http://fr.novopress.info  du 08/07/2013

 

 

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43