Politique

Encore Plus Loin De Mon Ile !

 

Encore Plus Loin De Mon Ile ! dans Politique drapeau-corse

Yvan Colonna, accusé de tentative d’évasion, transféré en région parisienne

Condamné à perpétuité pour l’assassinat du préfet de Corse Claude Erignac…
Yvan Colonna a été transféré vendredi dans une prison de la région parisienne, accusé d’avoir préparé une évasion avec un possible recours à des explosifs, une accusation que ses proches contestent.
Selon la Chancellerie, des informations recoupées laissaient penser qu’Yvan Colonna préparait un projet d’évasion, « au cours de laquelle des explosifs pouvaient être utilisés ».
Compte tenu de ces informations, « l’administration a jugé inutile de courir le risque de laisser Yvan Colonna à Arles », où il était détenu depuis décembre, et a décidé son transfèrement à la prison de Réau (Seine-et-Marne), a-t-on ajouté de même source.

Pour son avocat Maître « Pascal Garbarini », « cette prétendue tentative d’évasion, ou plus exactement de préparatifs en vue d’une tentative d’évasion » est une façon d’empêcher le rapprochement de son client de la prison corse de Borgo, non loin de Bastia, où résident l’épouse et le bébé du condamné.
« Cette difficulté intervient au moment où sa défense a contesté le statut de +détenu particulièrement surveillé+ (DPS), qui est aujourd’hui le seul obstacle qui empêche Yvan Colonna d’être rapproché de Borgo, où sa famille pourrait le voir plus facilement qu’elle ne peut le faire à Arles », a dit l’avocat à « BFMTV ».

Revenant sur ces propos, la Chancellerie a indiqué qu’il n’avait « jamais été question » de transférer le détenu au centre pénitentiaire de Borgo.
Yvan Colonna, condamné définitivement en juillet 2012, avait été transféré en décembre à la centrale d’Arles, après avoir été incarcéré huit ans à Fresnes (Val-de-Marne) puis un an à Toulon.
Depuis son interpellation, le 4 juillet 2003, « il n’y a eu aucune procédure disciplinaire concernant Yvan Colonna », a insisté Maître « Garbarini ».

« Je pense qu’on est dans un stratagème qui est d’empêcher Yvan Colonna de retrouver sa famille », a-t-il ajouté.
« On lui reproche une prétendue volonté de s’évader alors qu’aucune espèce d’élément ne permet de le penser », a ajouté un autre de ses avocats, Maître « Patrice Spinosi ».
« C’est un procès d’intention », a-t-il estimé.
Pour le conseil, on reprochait à son client de « faire trop souvent du sport et c’était quelque chose de bizarre ».
Le père d’Yvan Colonna, Jean-Hugues, a expliqué à l’AFP avoir été prévenu à 12h30 par la directrice de la prison d’Arles.
« Elle m’a dit qu’ils avaient eu vent d’un projet d’évasion.
Je lui ai dit que j’étais totalement surpris ».
Pour Monsieur Colonna père, « il est impossible qu’il ait pu envisager une évasion, vu les liens qu’il a avec sa famille », qui lui rendait visite chaque semaine à Arles, notamment son épouse et leur bébé d’un an et demi.
« En admettant même qu’une évasion réussisse, c’était se priver lui-même des relations avec sa famille », a-t-il estimé.

« Je trouve ce procédé scandaleux »
« (…) On punit l’ensemble d’une famille, et on dit qu’il faut améliorer les conditions de détention » des détenus!, a-t-il ajouté.
« On avait demandé un rapprochement à Borgo, il n’y a pas eu ce rapprochement et maintenant on a un éloignement ! »
Selon une source syndicale pénitentiaire, « on est venu le chercher à 05H00 du matin (vendredi).
Il a été emmené en véhicule terrestre ».
« Même les surveillants n’étaient pas au courant.
Jusqu’ici, il n’y avait rien à dire sur sa détention à Arles. Il était calme », a-t-on précisé de même source.

Bruno Ferrier, de la CGT pénitentiaire à Arles, a confirmé à l’AFP que l’un des détenus les plus célèbres de France était « parti ce matin »: « Quand on a pris le service à 07H00, il n’était plus là ».
Selon une source syndicale pénitentiaire, Yvan Colonna est arrivé au Réau entre 12H00 et 14H00.
« Ils ont essayé de faire ce transfert de manière discrète », la plupart des surveillants « n’ont pas eu l’info » avant son arrivée, a-t-on indiqué de même source.
A la prison de Réau, centre de détention livré mi-2011 et où est notamment emprisonné le braqueur « Antonio Ferrara », « on a un problème d’effectifs.
Il manque 60 personnes (sur un effectif total de 220 à 240 surveillants), donc nous confier ce genre d’individus, qui a envie de s’évader, c’est dangereux », a regretté « Gérard Ferjul », de l’Ufap Paris.

http://www.linternaute.com  du 12/07/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43