Archive | 19/07/2013

Il S’ Evade Pour Des Vacances !

Il S' Evade Pour Des Vacances ! dans TROQUET campagne-300x163

L’ évasion incroyable d’un « détenu lambda », dépendant au cannabis.

Le feuilleton de l’étrange belle de « Mohamed Elhajjioui », 31 ans, continue.
Mardi, aux alentours de 18h, ce détenu incarcéré depuis le 28 mai pour trafic de cannabis prend la fuite, au nez et à la barbe d’une escorte de la police judiciaire, composée d’un policier et d’un gendarme.
Il part en courant, menottes aux poignets.
Toute la journée, il était en garde à vue dans les locaux de la brigade des stupéfiants de la « PJ » de Lille, dans le cadre d’une affaire en cours.
Récidiviste en matière de stups, il est bien connu de la police et de la justice.
Selon plusieurs sources, il s’était déjà évadé de l’ancienne prison de Loos en 2007.
Néanmoins, à Sequedin, les surveillants pénitentiaires le considèrent comme « un détenu un peu lambda, qui a profité de l’opportunité pour prendre l’air », selon « Frédéric Bogaert », délégué local FO-pénitentiaire.
Bien loin du personnage de « Redoine Faïd », dont tous les personnels sequedinois avaient au moins entendu parler, lorsque nous les avions interrogés juste après l’évasion, beaucoup plus spectaculaire, du 13 avril.

Son père, un homme très digne de 72 ans, vit dans une courée à Mons-en-Barœul.
Pour lui, Mohamed a surtout besoin d’être « soigné ».
« Il n’est pas normal dans sa tête, il fume beaucoup de drogue », déplore-t-il.
L’homme, aujourd’hui retraité, est arrivé du Maroc dans la métropole lilloise en 1966.
Depuis, il a travaillé de toutes ses forces dans le bâtiment, et a eu sept enfants.
Mohamed lui cause du souci :
« Depuis treize ou quatorze ans, il est toujours en prison. »
Les riverains s’accordent à dire que le fugitif passe finalement peu de temps à Mons.
 « Plusieurs fois, la police est venue le chercher.
Ou ils cherchent de la drogue ici.
La dernière fois, ils étaient quinze, avec des chiens.
Ils ont tout dérangé ! »
, se plaint le père.

Ce dernier en veut à ceux qui ont laissé échapper son fils.
Il est vrai que la question se pose, évidemment.
Une enquête interne est en cours, qui établira le pourquoi du comment.
En attendant, les syndicats de police pointent le manque de moyens.
 « La norme pour escorter un détenu, c’est trois fonctionnaires.
C’est un confort que l’on n’a pas »
, soupire Bruno Noël, secrétaire général Nord d’Alliance police nationale.

Pourquoi la portière était-elle ouverte ?
« Bruno Noël » table sur « un dysfonctionnement » du véhicule, pointant un « parc vétuste ».
Tard dans la soirée, le fugitif en était toujours un.
Et des questions se posent toujours sur les responsables de ce couac.

Plana Radenovic

http://www.lavoixdunord.fr  du 17/07/2013

A la suite de ses déclarations, hier, le frère du fugitif interpellé et entendu par la police judiciaire.

Les propos que nous avions hier rapportés en exclusivité d’Aïssa Elhajjioui, frère de Mohamed Elhajjioui, 31 ans, qui s’est enfui de la prison de Sequedin mardi soir, ont fait bondir le syndicat UNSA Police qui, par la voix de son responsable de la communication « Christophe Crépin », a souhaité aujourd’hui réagir.
« Il y a une forme d’indignation à l’égard des réflexions de ce monsieur, juge « Christophe Crépin », qui y voit surtout une provocation. 
J’aimerais lui rappeler que le meilleur des services qu’il pourrait rendre à son frère, c’est de lui dire de se rendre.
La France, ce n’est pas ça.
Il y a des lois républicaines.
 »

Hier, Aïssa affirmait que son frère et lui s’étaient baladés en plein centre-ville de Lille, mercredi.
« Il fait ce qu’il veut.
Il m’a dit 
Je fais mes vacances, je rentre en prison à la rentrée», rapportait-il, avant de justifier la fuite rocambolesque de son frère par le fait qu’il était «tentant » de profiter de l’inattention de ses gardiens.
Et de préciser : « À Sequedin, Mohamed dort par terre, dans sa cellule, avec deux Irakiens qui ne parlent même pas français. »
« Le juge va apprécier ces déclarations », a ironisé « Christophe Crépin ».

De fait, dans la foulée de son intervention médiatique, « Aïssa Elhajjioui » a été interpellé à son domicile, ce vendredi matin, par la police judiciaire qui l’a entendu pendant toute la matinée pour expliquer dans quelles circonstances il avait rencontré Mohamed.
Il aurait confié que ce dernier l’avait retrouvé au sortir de son travail, dans le quartier d’Euralille, avant de l’accompagner rue Faidherbe et sur la Grand-Place de Lille.
« Aïssa Elhajjioui » était de nouveau libre en début d’après-midi.
En revanche, on ne sait toujours pas comment le fugitif a réussi à échapper aux forces de police à ses trousses ni comment il est parvenu à se débarrasser de ses menottes.

Julien Lecuyer

http://www.lavoixdunord.fr  du 19/07/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

 

 

 

Tous Les Droits A Des « Djeunes » Incivils.

Tous Les Droits A Des

Le Sable Cache Le Danger

Nous ne sommes pas dans un Etat de droit.

Ce n’est pas avec la France bien élevée qu’on en finira avec les « sous-sociaux » de Brétigny et d’ailleurs.
Depuis le drame de Villiers-le-Bel, dès que les beaux jours de l’été arrivent, et parfois même bien avant, un nouveau phénomène social pourrit quotidiennement la vie de ces millions de citoyens qui n’ont pas les moyens de se payer un logement à 2.000 € par mois dans des quartiers à l’abri de la diversité sociale.
En effet, depuis le mort tragique de deux de ces brillants intellectuels qui nous enrichissent prodigieusement, la Police a reçu directement du Ministère de l’Intérieur la consigne formelle de ne plus poursuivre les « jeunes » qui s’amusent sur ces engins strictement interdit à la circulation sur route.

Conséquence : dans de très nombreuses villes de France, pour ne pas dire l’immense majorité, c’est devenu invivable, car on se fait péter les oreilles à longueur de journée par ces maudites motos qu’on entend pétarader à des kilomètres à la ronde.
Bien entendu, le quidam qui rouleraient sur un tel engin – formellement interdit à la conduite sur route je vous le rappelle encore -  se ferait immédiatement coffrer par la Police et mettre au placard.
Mais les « jeunes » on droit à une de leurs nombreuses dérogations spéciales.

En toute impunité, ils peuvent violer la loi, 365 jours par année, et 366 les années bissextiles.
Comme vous pouvez le constater, être un « jeune » vous donne droit à certains privilèges.
Il est vrai qu’ils nous apportent tellement en retour !
Etrange, quand même, que dans ce qui est censé être un « Etat de droit », certains individus peuvent bafouer ainsi la loi, au mépris total de la quiétude et de la tranquillité de villes entières, sans compter le danger que cela représente pour les piétons.

J’en ai reçu confirmation au Commissariat de Police de ma ville : poursuites strictement interdites.
Parce que s’il y avait le moindre petit accident, ce serait catastrophique : on aurait droit à des émeutes.

Qu’on ne vienne donc surtout plus me faire ch… avec cette p… d’élucubration vaseuse « d’Etat de droit ».

Nous ne sommes pas dans un Etat de droit.

Nous sommes dans un Etat où l’application des lois et les sanctions pénales sont à géométrie variable.

D’autres appelleraient cela une République Bananière.

Devant cette constatation plus qu’évidente, je me demande ce qu’on attend pour réécrire le Code Civil.
Les choses seraient beaucoup plus claires pour tout le monde.
Même si j’approuve totalement les articles de « Gabrielle Cluzel » sur Boulevard Voltaire, je suis en  profond désaccord avec son concept de « Méfiez-vous de la France bien élevée ».
A quoi nous mènera cette France bien élevée ?
A strictement rien du tout.
Sauf à nous faire piétiner un peu plus à chaque jour.

Parce que c’est précisément cette France bien élevée qui est tenue en otage depuis tellement longtemps qu’elle souffre dorénavant du syndrome de Stockholm.
Nous sommes confrontés à des sauvages, à des « Chances Pour la France » qui ne respectent strictement rien ni personne, comme on a pu le constater une énième fois lors du drame de Brétigny-sur-Orge.
Nous avons affaire à ceux que « Laurent Obertone » nomme à juste titre des « sous-sociaux ».
Ce n’est pas en leur payant des vacances et en se mettant à genoux devant eux qu’on leur apprendra à respecter les lois.

Malheureusement, le gouvernement actuel et la magistrature pensent le contraire, et c’est là tout le drame.

Jean Vaillancourt

http://ripostelaique.com  du n° 312

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

 

 

Un Message Au Sujet Des Commentaires


Un Message Au Sujet Des Commentaires dans DEBATS web-e1374192935153

 

Bonjour à tous ceux qui viennent lire les articles de ce blog.

Un premier avis à prendre, TRES AU SERIEUX :
Tous les commentaires ne visant qu’à faire une publicité commerciale sont supprimés pour plusieurs raisons.

C’est illégal !

C’est un blog en langue exclusivement Française, ayez donc la politesse de faire vos commentaires en Français ou de vous abstenir.

Les messageries privées sont trop souvent fantaisistes, mentionnées comme n’existant pas.

Vous avez un lien sur lequel vous pouvez me contacter, dans la langue de votre choix, mon blog reste ainsi exclusivement en Français pour des lecteurs comprenant les subtilités de la langue de Molière.

Merci à ceux qui me complimentent sincèrement.

Quant aux autres, j’espère que vous avez compris !

Pelosse

 

Mais beaucoup n’ont pas voulu comprendre, tant pis !

 

Je précise sans faire d’humour et, surtout, sans me lamenter.


Mais continuez à chanter, danser et rire, c’est le propre de l’homme !


Les lamentations ne sont que pour les indécis ou les sournois.

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste.

Coïncidence Ou Bien Sabotage ?

Coïncidence Ou  Bien Sabotage ? dans SECURITE tgv-300x133Notre réseau ferroviaire

Un possible sabotage a fait dérailler un train en Haute-Vienne.

Une locomotive a déraillé dans une autre gare de l’axe Paris-Limoges, le même jour qu’à Brétigny…
Une éclisse en partie déboulonnée a entraîné vendredi le déraillement partiel d’une locomotive sur un site du groupe nucléaire Areva en Haute-Vienne, le même jour que l’accident de Brétigny, a-t-on appris mercredi auprès de la SNCFqui privilégie la piste du sabotage.
Une enquête a été ouverte à Limoges, notamment pour «mise en danger de la vie d’autrui», selon des sources concordantes.
Le déraillement partiel de la locomotive – l’un des essieux a quitté la voie – a été provoqué vendredi 12 juillet par une traverse soulevée sur cette voie longue de deux kilomètres située au lieu-dit du Pradelet, à 30 km au nord de Limoges, a-t-on appris auprès d’Areva.
Il n’a pas fait de blessés.

Une plainte déposée

Sur ce site, Areva entrepose notamment de l’uranium appauvri provenant de Pierrelatte (Drôme), où se trouve une partie du complexe nucléaire de Tricastin.
L’uranium appauvri y est transporté dans des conteneurs acheminés en train.
Au moment du déraillement toutefois, aucun transport d’uranium n’était en cours.
Le déraillement a été revendiqué par mail le 13 juillet auprès du Populaire du Centre par «un militant antinucléaire», selon ce journal. Le courriel, précise le quotidien, est arrivé le jour de l’ouverture d’Urêka, un musée de la mine en partie financé par Areva.
La SNCF a déposé plainte pour «mise en danger de la vie d’autrui» et Areva pour sa part a déposé une plainte contre X pour sabotage. Selon le Populaire du Centre, deux employés de la SNCF présents au moment des faits ont également porté plainte.

Le déraillement s’est produit le même jour que l’accident de train qui a tué six personnes à Brétigny-sur-Orges (Essonne) mais la SNCF avertit que tout rapprochement avec ce déraillement partiel probablement dû à un acte de malveillance serait «aventureux» même s’il s’agit d’éclisses dans les deux cas.
A Brétigny, la SNCF privilégie la thèse d’une défaillance matérielle d’une éclisse.
Selon l’opérateur ferroviaire, cette pièce d’acier de dix kilos reliant deux rails s’est détachée et est venue se loger au centre de l’aiguillage, provoquant une des pires catastrophes ferroviaires de ces dernières années.

http://www.20minutes.fr  du 18/07/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43