Archive | 06/08/2013

Et On Ressort Le Bouc Emissaire !

Et On Ressort Le Bouc Emissaire ! dans INSOLITE passeports-binationaux-300x216

Le sale procès fait à « Bruno Gollnisch ».

Il a oser traiter  un député socialiste naturalisé de « Français de relativement fraîche date », il se fait une fois de plus lyncher !
Ses propos montreraient que le Front National n’est pas un parti « républicain ».
Il serait « xénophobe ».
Désolé, les censeurs, mais « Bruno Gollnisch » a ouvert un vrai débat.
Et il est le seul.

Dans une vidéo publiée le 1er août dernier sur son site internet, Bruno Gollnisch est no­tamment revenu sur l’af­faire Méric, commentant un débat télévisé récemment rediffusé.
De ce débat, il a surtout retenu la prestation – caricaturale – du dé­puté de Seine-et-Marne et porte-parole du PS, « Eduardo Rihan Cy­pel ».
A ce dernier, « Bruno Gollnisch » a jugé nécessaire de rappeler que « Français de relativement fraîche da­te », il serait assez bien avisé de distribuer avec parcimonie ses avis et con­seils.
Et le député européen du « FN » d’en remettre une louche, déclarant qu’ »Eduardo Rihan Cypel » lui fait « penser à ces gens que vous invitez chez vous et qui, une fois qu’ils y ont pris pied, veulent y faire venir un petit peu tout le monde ».
Puis, s’adressant directement au socialiste :
« Ne vous croyez pas autorisé à stigmatiser ceux qui trouvent quand même qu’il y a un peu trop de nomades qui viennent en France. » « Bruno Gollnisch » faisait ici référence aux attaques du député contre « Jean-Marie Le Pen » après les dé­clarations du président d’honneur du FN sur la présence « urticante et odorante » des Roms à Nice.
N’écoutant que son courage, « Eduardo Rihan Cypel » avait alors évo­qué « des propos racistes », « les vieux démons », ou encore expliqué que le Front national restait « un parti en-dehors du champ républicain ».
Le champ lexical socialiste semblant de plus en plus réduit, c’est à peu près dans les mêmes ter­mes que « David Assouline » ou le pre­mier secrétaire « Harlem Désir » ont dénoncé les « propos insupportables » de « Bruno Gollnisch ».
Il faut bien reconnaître que le jeu­ne « Eduardo Rihan Cypel » est une pointure dans son genre.
Mondialiste ascendant bobo, il n’est jamais en retard pour lancer de grands ap­pels à la résistance et dénicher la bête immonde dans la moindre ma­nifestation de fierté autochtone.
Quand il ne dénonce pas les pro­pos des uns ou des autres, il pro­nonce des « fatwas » (sous forme d’appels à dissolution) comme ce fut le cas en mai dernier lorsque des militants de « Génération identitaire » avaient dé­ployé une banderole sur le toit du siège du « PS ».

La Droite forte hurle avec les loups

Tout ceci qui n’a pas empêché le co-fondateur de La Droite forte (aux côtés de « Guillaume Peltier »), « Geoffroy Didier », de lui adresser un tweet de soutien en dénonçant les at­taques « xénophobes » dont il se­rait victime !
Ce qui peut sembler assez déconcertant de la part du représentant de « l’aile droite » de l’ »UMP », mais s’inscrit certainement dans une stratégie à douze bandes dont nous n’avons pas encore saisi toutes les nuances.
De notre point de vue, valider les attaques et la guerre sémantique de l’adversaire est toujours une faut­e lourde.
Demain, c’est « Geoffroy Didier » qui sera lui-même traité de « xénophobe »… et peut-être par « Rihan Cypel » lui-même !
« Patrick Buisson » étant considéré comme le mentor caché de La Droite Forte, il serait bien avisé d’expliquer à ses jeu­nes recrues les principes élémentaires du combat des idées.
La figure imposée devenant tellement répétitive, au final, on se sent las devant toutes ces postures courroucées.
Ce qu’a dit Bruno Gol­lnisch est-il faux ?
Factuellement, certainement pas.
C’est donc son jugement politique sur cette réalité qu’on repro­che au frontiste.
Il est loin d’être dé­nué de fondements.

Quand « François Fillon » se payait « Eva Joly »

Car le cas d’ »Eduardo Rihan Cy­pel » n’est pas isolé et « Bruno Gollnisch » pose ainsi la question du rapport à la France et à son identité d’un certain nombre d’élus « français de fraîche date » – ou bien – en élargissant son propos – binationaux.
On peut notamment se remémo­rer les réactions qu’avait déclenchées « Eva Joly » – binationale franco-norvégienne naturalisée par mariage en 1967 – lorsqu’elle avait proposé de transformer le 14 Juillet en fête citoyenne.
« Je réagis avec tristesse.
Je pense que cette dame n’a pas une culture très ancienne des traditions françaises, des valeurs françaises, de l’histoire française », déclarait alors le premier ministre  »François Fillon’.
Des propos peu éloignés de ceux de « Bruno Gollnisch » à propos d’ »Eduardo Rihan Cypel ».
Le député « UMP » « Lionel Tardy » avait pour sa part carrément invité « Eva Joly » à s’en retourner dans sa Norvège na­tale !
« Xénophobes ! » imagine-t-on crier « Geoffroy Didier » à ses petits camarades…
Ceux qui, usant de la vieille tech­nique d’intimidation idéologique, réclament que « Marine Le Pen » condamne la sortie de « Bruno Gollnisch », devraient aussi se rappeler ce que la présidente du « FN » (et à l’époque candidate à l’élection pré­sidentielle) avait déclaré concernant « Eva Joly » et sa proposition fantasque :
« Ces propos sont absolument consternants, ça démontre que Madame « Joly » ne comprend strictement rien au lien extrêmement profond qui existe entre le peuple français et son armée », estimant que cette incompréhension était « peut-être » due au fait qu’ »Eva Joly » soit née en Norvège.
Trois jours plus tard, « Marine Le Pen » avait qualifié la candidate écologiste de « sans patrie fixe ».
A priori ceux qui exigent des « condamnations » devraient attendre un pe­tit moment…
Du côté des Verts, on peut aussi sans peine penser au cas de « Sergio Coronado », Chilien devenu apatride puis naturalisé français en 1994, ou encore de l’exceptionnelle « Es­ther Benbassa ».
Naturalisée française en 1974, celle-ci est une « trinationale », cumulant les nationalités française, turque et israélienne.
Tous les deux sont fermement en­gagés dans la lutte « contre les discriminations » et l’antiracisme, c’est-à-dire en réalité dans la culpabilisation permanente des Français de souche.
Si l’on peut aussi évoquer « Ma­nuel Valls » (devenu français en 1982), c’est à une autre ministre ré­cemment nommée que l’on pourrait s’intéresser.
Pour cela, il faut traverser les Alpes et évoquer « Cécile Kyenge », Italo-Congolaise née en République démocratique du Con­go et devenue ministre de l’Intégration en avril dernier.
Confiant être entrée clandestinement en Italie, fille d’un père polygame ayant 38 enfants, quelles sont les principales mesures prônées par « la première femme noire d’un gouvernement italien » ?
L’instauration du droit du sol, la fin du délit de clandestinité ou encore une grande campagne visant à faire com­prendre aux Italiens que « l’Italie est un pays métis »…

Gollnisch, le dernier à « faire le « job » » ?

On le ressent clairement : en toi­le de fond, c’est bien la question fon­damentale du rapport entre identité, nationalité et citoyenneté dont on débat ici.
Une conception se basant sur la dimension « charnelle » (portée par Bruno Gollnisch), qui ne refuse pas l’assimilation mais prône une société conservant une certaine homogénéité, s’oppose à une conception uniquement contractuelle, qui est désormais largement répandue dans la classe politique française.
Jusqu’au sein du Front national ?
Car « Bruno Gollnisch » est le seul à évoquer les choses aussi nettement, et semble même parfois être le seul à s’en préoccuper. L’invocation permanente de la République par certains cadres apparaît parfois comme un moyen un peu trop facile d’éluder la question.
Et si le « PS » s’est solidarisé derrière « Eduard Rihan Cypel », les soutiens frontistes à « Bruno Gollnisch » se font quelque peu timides. Conception charnelle et conception contractuelle de la nationalité s’opposent donc, ou, pour le dire au­trement, « Français de souche » et « Français de papiers » – devenus Français par les papiers obtenus.

Dans les quartiers populaires et les cours de collège, le débat sem­ble réglé :
On y parle de Gaulois, de Blacks, d’Arabes, et cela sans se soucier une seconde de la na­tionalité inscrite sur la carte d’i­dentité -qui n’a jamais aussi mal porté son nom- des uns ou des au­tres.
Pour une fois, ce qui se passe à l’école est à méditer.

Lionel Humbert

http://www.minute-hebdo.fr  du 06/08/2013

Adieu La France De Ce Jour.

Adieu La France De Ce Jour. dans LECTURE la-france-e1375811390436

Ils aiment la terre de France et ils la quittent !

Je ne manque pas d’être surpris de la fureur des commentateurs de « Boulevard Voltaire » à mon égard. Quand je mentionne avoir quitté la France parce que je ne me sentais plus d’affinités avec le pays où je suis né, parce que je n’y étais pas heureux et que ce que j’aimais – la culture, l’élégance, la civilité – y disparaissait à jamais.
Chaque année, 50.000 jeunes Français diplômés ou entreprenants partent tenter leur chance à l’étranger, au point que la France est devenue pour la première fois de son histoire un pays d’émigration.
Leur fait-on un mauvais procès parce qu’ils sont désireux d’une vie meilleure et qu’ils s’exportent sans pour autant rompre avec leur pays d’origine ?

Les cerveaux s’en vont car la société française est malade.
Tandis que les remplaçants venus d’Afrique et du monde musulman forment un contingent annuel de 200.000 colons, « aculturés » et non éduqués, auxquels s’ajoutent les barbares de l’intérieur dont on ne dit pas assez qu’ils sont des chrétiens convertis ou des enfants d’immigrés dont les parents ne pratiquaient plus les rites religieux, et qu’ils se trouvent de ce fait égarés entre deux cultures parce qu’on a abdiqué avec eux les règles de l’assimilation républicaine.

« Thilo Sarrazin » en avertissait ses compatriotes :
Le remplacement d’une population par une autre, culturellement hétérogène, sera mortel pour une civilisation européenne, occidentale, chrétienne qui a mis 1500 ans à se construire.
C’est en cours parce que l’Europe ne croit plus à son histoire et son destin et que la France ne parvient pas à faire les réformes indispensables à sa cohésion, sa sécurité et sa prospérité.

Le sentiment national se dilue désormais dans des identités multiples, héritées et construites, collectives et intimes.
Pour s’en ouvrir, encore faut-il ne pas s’enfermer dans le sentiment obsidional et ses corollaires d’antigermanisme, d’anglophobie et d’islamophobie qui semblent à présent servir de viatique aux Français.
Une identité équilibrée consiste à accepter ses racines sans tomber dans l’obsession des origines.
Face à mon choix de m’expatrier, les patriotes franchouillards m’objectent résistance et patrie en danger, comme si on était en juin 1940, ou alors ils me souhaitent bon débarras.
C’est grotesque et anachronique et hors de la réalité.

« Max Gallo » pointait du doigt le divorce consommé entre une France du grand large, voyageuse et cosmopolite (dont je fais partie), et la France des déclassés, paupérisée et laminée par la mondialisation, l’immigration massive et la crise.
Que ceux-là m’agressent et parlent de trahison, voire de lâcheté, parce que je peux faire grâce à mes talents et mon travail ce qui ne leur est plus permis, cela me fait penser à ces « imbéciles heureux qui sont nés quelque part » de la chanson de Brassens, les mêmes qui se font gloire d’être nés en Algérie ou au Mali, ou se réinventent une identité musulmane de composition en raison de leurs lointains aïeux, et du même fantasme des origines que ceux qui ne veulent pas d’eux chez eux.

Stephan A. Brunel

http://www.bvoltaire.fr  du 06/08/2013

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43