Archive | 12/08/2013

Ali Déséquilibré Ne Sera Pas Jugé.

Ali Déséquilibré Ne Sera Pas Jugé.  dans TABOU censure-chut-silence1-e1376331629717

La presse française tente d’étouffer l’affaire

Pour faire oublier Ali Hamadou, Valls et les médias mettent en avant le militaire «d’extrême droite radicale»
Le fait que le principal suspect, un certain Ali Hamadou, un SDF multirécidiviste, qui a déjà eu affaire à la justice Française pour vols, violations de domicile, rébellions, dégradations, recel, petits trafics de stupéfiants…, soit d’emblée qualifié par Manuel Valls de « déséquilibré », que le ministre de l’Intérieur ait demandé à chacun « d’éviter les surenchères et les polémiques déplacées » (comme si les faits ne suffisaient pas à créer la polémique !), qu’il avait jugé la proposition d’Eugène Caselli, président pourtant PS de la communauté urbaine de Marseille, de placer toute la ville en « zone de sécurité prioritaire » comme « (n’ayant) aucun sens » rend encore plus insupportable le décès dimanche de Jérémie Labrousse, des suites de l’agression au couteau gratuite dont il a été la victime jeudi vers 23h30, boulevard d’Athènes.
On apprend aussi que son portable pourrait avoir été volé par une tierce personne pendant ou peu après l’agression, le procureur adjoint évoquant pudiquement un  »vol d’opportunité ».
Voilà qui rappelle furieusement le scandale des détroussages de victimes de la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge !

Les médias mettent l’accent sur ce qui ne nous intéresse pas !

Ce lundi matin, l’affaire ne figure pas en page d’accueil du site du « Nouvel Obs »
Il réservait par contre une place de choix au fait qu’à Lyon, « un militaire qui projetait de tirer sur une mosquée (a été) arrêté », précisant que « l’homme de 23 ans, sergent dans l’armée de l’air » est « proche des idées de l’extrême droite radicale ».
Si on se sert de la barre de recherche, on tombe bien sur une dépêche de l’AFP traitant de l’agression mortelle de Jérémie, mise en forme par notre confrère, mais, comme par hasard, elle omet de donner aux lecteurs le nom du principal suspect, ce dont s’étonnent d’ailleurs plusieurs internautes…
Idem pour « LExpress.fr », qui n’évoque pas le drame en page d’accueil, et qui, dans l’article qu’il consacre à Jérémie (on le retrouve dans les archives grâce à la fonction recherche, à croire que l’affaire a eu lieu il y a plusieurs semaines !), se refuse à indiquer à ses lecteurs que le meurtrier présumé s’appelle Ali. « Liberation.fr »ne cite pas davantage son nom et insiste lourdement sur le fait qu’il serait « déséquilibré ».

« Google Actualités », qui reflète les tendances des médias français, évoque d’ailleurs, en Une, l’affaire du militaire « d’extrême droite radicale »
L’affaire Jérémie ?
Elle fera certainement la Une des médias si on retrouve dans les affaire d’Ali « de la littérature d’extrême-droite » ou de quoi le traiter de « suprémaciste blanc ».
Ou si l’agresseur s’appelle en fait Jean-Charles.
Il ne faudrait surtout pas vous donner l’envie de « mal voter » aux prochaines élections…

Eric Martin

10/08/1792…La Journée Noire !

10/08/1792...La Journée Noire ! dans EDUCATION 10aout-e1376325819380

10/08/2013…Journée noire sur les routes de France selon Bison Futé !

Voilà une couleur qui convient bien à cette date.
Il y a quelques semaines, la fête nationale du 14 juillet commémorait, non la journée sanglante de 1789, mais la fête de la Fédération qui, un an plus tard, réconciliait les Français dans le cadre d’une monarchie constitutionnelle, alors que l’essentiel des réformes qui apparaissent aujourd’hui comme le bilan positif de la Révolution était accompli.
« L’essentiel a été dit le 4 août » affirme François Furet qui souligne par là que la révolution libérale avait brisé les monopoles, aboli les privilèges, et mis de l’ordre dans le maquis des règlements et du droit.
On aurait pu et dû en rester là, avec simplement la tension provoquée par le gigantesque transfert de propriété qui résulte de la vente des « biens nationaux », auparavant propriété du clergé et du domaine royal.
Celle-ci a été le contraire d’une nationalisation, puisque les biens appartenant aux deux grandes institutions que sont l’État et l’Église ont été vendus à des particuliers.
Ceux-ci en feront parfois bon usage sur le plan économique.
Le développement de l’industrie cotonnière dans notre pays lui devra beaucoup.
Jusqu’à la Restauration, et au-delà, avec l’affaire de l’indemnisation des émigrés, dont les biens auront également été saisis et vendus, la coalition des acheteurs sera le plus sûr rempart contre un retour de l’Ancien Régime.

Le 10 août 1792 est le jour où la Révolution française montre hélas sa nature spécifique et consacre un échec que notre discours officiel et notre enseignement cherchent désespérément à cacher ou à oublier en prétendant qu’elle est « un bloc ».
Deux siècles et quelques années plus tard, après une douzaine de régimes, et la volonté chez certains d’instaurer une sixième république, le bilan est négatif.
Si l’on considère la Révolution comme un bloc, on doit se souvenir qu’elle a inspiré par son sens et par ses pires méthodes, la révolution bolchévique qui s’en voyait le prolongement prolétarien et trouvait dans la Terreur le modèle de son action.
Le génocide vendéen annonce l’ »Holodomor » ukrainien sous Staline.
De manière plus sourde, l’une des particularités de la gauche française est sa haute teneur en poison idéologique si on la compare aux autres gauches européennes, plus pragmatiques.
Il y encore chez nous cette idée issue de la révolution jacobine de changer la société et pour cela de façonner l’esprit des hommes qui la composent.
C’est ainsi que Madame Belkacem et Monsieur Peillon rêvent à haute voix de changer les mentalités, y compris en imposant l’idéologie du « genre » à l’enseignement libre » au mépris de son caractère propre reconnu par la loi.
Un gouvernement doit assurer le bien public.
Il n’a pas à intervenir dans la pensée et peser sur les consciences, sauf à être totalitaire dans la pure tradition du 10 août 1792.
Les Américains ont fait leur révolution quelques années avant nous, avec le soutien de l’Armée royale.
Les Britanniques en ont fait deux, la seconde, un siècle avant la nôtre.
Ils n’ont plus changé de régime depuis et aucun de leurs gouvernements ne se croit en charge de décider de la pensée des citoyens.

Le 10 août 1792, c’est l’illustration la plus magistrale de ce qu’écrit encore François Furet :
« la période qui va de mai-juin 1789 au 9 thermidor 1794 n’est pas caractérisée par le conflit entre la Révolution et la Contre-révolution, mais par la lutte entre les représentants des Assemblées et les militants des clubs. »
Au travers des « journées » et des émeutes, les Jacobins vont imposer la domination d’une « société de pensée » à un pays dont on a détruit la capacité de résistance en faisant disparaître son organisation en « corps ».
C’est donc une minorité agissante qui va l’emporter sur les instances censées représenter la majorité.
Cela aura trois conséquences négatives.
D’abord, ce premier rendez-vous manqué avec la démocratie représentative pèsera sur la suite de notre histoire.
Ensuite, ce recours à la violence où à la force, au « coup » d’État ou non, sera assez constant jusqu’à un certain 13 mai 1958, malgré la longue parenthèse entre la Commune et la Première guerre mondiale, où les héritiers des Jacobins prennent le pouvoir et le conservent en ne manquant pas de s’attaquer à la liberté religieuse.
Enfin, subsistera, de manière plus ou moins avouée à gauche, l’idée que la légitimité procède du « progrès », de ce sens de l’histoire qu’a incarné la Révolution par son glissement à gauche jusqu’à la terreur.

Le 10 août 1792, préparée par un Comité d’insurrection, soutenue par une Commune insurrectionnelle, l’attaque des Tuileries est menée par les volontaires nationaux, les « fédérés » et les sections parisiennes qui massacreront les défenseurs, les gardes suisses, notamment, lorsque ceux-ci cesseront leur résistance sur l’ordre du Roi.
Celui-ci sera suspendu et emprisonné au Temple.
Deux ans de cauchemar vont suivre marqués par les règlements de compte entre les factions et les individus, Girondins et Jacobins, Danton et Robespierre, le premier responsable des massacres de Septembre, l’autre de la Grande Terreur.
La Convention est sans doute l’époque la plus noire de notre histoire sur le plan intérieur.
En revanche, cette république calamiteuse sera sauvée par l’élan de la Nation et par ses victoires militaires.
Valmy n’a pas été une grande bataille, mais c’est un grand événement qui a deux faces :
d’abord, c’est la réaction d’une Nation à laquelle l’étranger veut dicter sa loi.
Le stupide manifeste du « duc de Brunswick » promettant de livrer Paris à une exécution militaire avait été le détonateur du 10 août. Valmy est la réponse de la France au roi de Prusse.
Mais, ensuite, la guerre a changé de sens.
Sous l’Ancien Régime, les guerres n’étaient que des moyens d’accroître les territoires soumis aux monarques.
Les mariages ou les alliances étaient d’autres moyens.
Désormais, la guerre va prendre un tour idéologique.
Les révolutionnaires haïssaient l’Autriche, dont la monarchie française s’était rapprochée par le mariage de Louis XVI avec Marie-Antoinette.
Ils avaient de la sympathie pour la Prusse et surtout pour l’Angleterre, pourtant nos véritables ennemis.
Ces pays vont certes combattre la contagion révolutionnaire, mais ils vont surtout continuer leur politique ancienne, comme en  témoignent les partages de la Pologne en 1793 et 1795.
Les Français vont au contraire inaugurer des guerres idéologiques appuyées sur la conscription générale.
Le 10 août marque donc une rupture, désastreuse pour notre pays et sans doute aussi pour l’Europe.

Christian Vanneste

http://www.ndf.fr  du 12/08/2013

Voiles Interdits A La Faculté !

Voiles Interdits A La Faculté ! dans TABOU valls-et-le-voile

Il faut dévoiler la fac !

Dans un contexte de fin de ramadan, où la France des classes moyennes se couche dans le farniente estival, et la France des banlieues renoue avec les violences, une « polémique islamophobe » a bien failli gâcher les vacances de nos chers éditorialistes.
« Le Monde » qui pourtant avait allumé la mèche en publiant un rapport confidentiel de la mission laïcité du « Haut conseil à l’intégration » (« HCI »), a voulu éteindre le débat qui couvait. 
« Consensus autour de l’inutilité d’une loi sur le voile à l’université »
 osait même « Stéphanie Le Bars » mercredi.
Elle citait l’entretien sur « France Info » de « Hervé Mariton » qu’on croyait infréquentable depuis son son combat au côté de la « manif pour tous ».
Ce dernier s’était joint à « Jean-Loup Salzmann », président de la « Conférence des présidents d’universités » (« CPU ») également président de Paris 13, une fac implantée en Seine-Saint-Denis, et à l’ »UNEF », qui dans un communiqué n’acceptait pas « que le nécessaire débat sur la laïcité se résume à désigner une religion, à savoir l’islam, comme principale cible. »
Fermez le ban !

Patatras, « Le Figaro » relance la polémique jeudi en publiant un sondage « Ifop ».
Lequel dévoile que près de 80% des français sont opposés au voile à l’université.
Le consensus n’est donc pas celui qu’on croyait ?
Voilà qui ne va pas plaire à « Jean-Louis Bianco », le très prudent président de l’ »Observatoire de la laïcité ».
Ce rapport « n’engage que la mission laïcité du « HCI » qui n’est plus en fonction ».
« Cette question du port du foulard dans l’enseignement supérieur n’est pas à ce stade dans le plan de travail de l’ »Observatoire de la laïcité » » s‘agace-t-il pour mieux refermer le dossier.
Normal pour celui qui dans son précédent rapport d’étape préconisait « une laïcité d’apaisement ».
On sait depuis Munich qu’apaisement peut aussi rimer avec renoncement.
À ceux qui s’inquièteraient, comme « Jean-François Copé », il répond dans son blog :
« Il mélange laïcité et intégration, laïcité et politique de la ville.
Mais la laïcité ne peut pas tout résoudre. »

Cruel aveu d’impuissance pour celui qui est désormais chargé de veiller à l’application de la laïcité en France.

Car le PS n’est, depuis 1989, plus vraiment à l’aise avec le débat sur la laïcité.
L’affaire des foulards de Creil avait symbolisée le passage de témoin entre l’islam et l’Église dans la confrontation avec la République laïque, cinq ans après le grand débat sur l’école libre.
Et donc c’est la droite qui défend aujourd’hui ce dont la gauche s’était jusqu’alors présentée comme la gardienne.
90% des musulmans ayant voté Hollande au second tour, ce dernier leur doit en parti sa courte victoire.
Pas étonnant qu’il ait chargé « Jean-Louis Bianco » d’enterrer les polémiques.
Car une large majorité des sympathisants socialistes est malgré tout opposée au port du voile à l’université…

Aussi l‘argument de la laïcité n‘est plus opérant pour faire bouger la gauche.
Mais le voile dont il est question est-il vraiment une prescription religieuse ou plutôt un instrument de soumission et d’asservissement de la femme ?
Tradition patriarcale qui pouvait se justifier au Moyen-Âge, bien des théologiens musulmans affirment que celle-ci n’est pas un impératif religieux.
Dont acte !
Ce n’est pas la laïcité qui est en jeu mais bien l’égalité homme-femme.
Nulle femme ne peut être réservée au regard de son mari, de son fiancée ou de son futur conjoint dans notre République.
Le sexisme et le machisme ne doivent plus exister c’est une évidence.

Que « Najat Vallaud-Belkacem », toujours en pointe sur ces questions, prenne logiquement le relai de son collègue « Manuel Valls ».
Le ministre du Culte est courageusement monté au créneau pour rappeler l’engagement de François Hollande à légiférer suite à l’arrêt Baby Loup de la cour de cassation.
Qu’elle en profite, « Geneviève Fioraso » ne veut pas en entendre parler, « Christine Taubira » non plus.
Et pas de raison de laisser « Manuel Valls » accaparer toutes les faveurs de l‘opinion, non ?

Hadrien Desuin

http://www.ndf.fr  du 12/08/2013

 

voile-islamique-e1376324441952 dans TABOU

 

Il Faut Choisir, Le Fric Ou La Patrie !

Il Faut Choisir, Le Fric Ou La Patrie ! dans INSOLITE qatar2-e1376316921152

Quatre sportifs témoignent de l’esclavagisme pratiqué au Qatar

Des sportifs Français témoignent, la FIFA alertée, les autorités Française ne bougent pas, les médias se taisent ou minimisent !
Quatre sportifs Français humiliés, désabusés, retenus contre leur volonté, décrivent la face cachée du Qatar, pays esclavagiste qui se donne des airs de sainte nitouche.
« Zahir Belounis », « Stéphane Morello », « Jean Godeffroy » et « Abdeslam Ouaddou » témoignent, mais des dizaines de personnes sont dans le même cas.
Des joueurs, des entraineurs ou des préparateurs physiques sont partis au Qatar, attirés par les promesses de « mille et une nuits » et pour gagner un argent facile !
Du moins c’est ce qu’ils croyaient, innocemment, par méconnaissance de la duperie élevée au rang institutionnel du petit état islamique.

Ils le regrettent amèrement et cherchent à fuir l’émirat voyou et esclavagiste.

Le Qatar que certains médias français vous décrivent de manière fallacieuse comme un Eldorado, n’est pas celui que vous allez découvrir une fois là-bas.
Cette propagande que le Qatar entretient grâce à l’argent et à son puissant réseau politique et médiatique français de gauche et aussi de droite, a brisé des rêves et détruit des familles.
Avant de vous laisser entrainer par une utopie qui risque de tourner au cauchemar, réfléchissez !

Touché sans doute par la grâce, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault déclara:
« Le Qatar ?
Avant d’y aller, je réfléchirai
 ».

Faites comme lui, ouvrez les yeux !
Ancien milieu de terrain de Noisy-le-Sec, de l’Île Rousse et de Saint-Lô, « Zahir Belounis » est retenu au Qatar avec son épouse et ses deux enfants.
Ce joueur franco-algérien, débauché pour servir Al-Jaïsh, le club de l’armée, dont il a été le capitaine d’équipe, est privé de ses droits et de sa liberté de quitter le territoire qatari.
Son contrat a été déchiré, et pour quitter le Qatar, retrouver la liberté et regagner la France, le directeur sportif du club Al-Jaïsh, « Youssef Dasmal » lui impose de renoncer à deux ans de salaire qui lui sont dus.
«Je vais arrêter de manger, je vais faire une grève de la faim.
Je veux faire ça 
», expliquait « Belounis » à « CNN » le 1er mai dernier.
« Je vais commencer la semaine prochaine.
Ils me traitent comme un chien, mais je vais me battre. Je mourrai ici au Qatar… 
».

« Stéphane Morello » : « Je suis un otage qui ne connait même pas le prix de la rançon » !
Originaire de Saumur, 52 ans, l’entraineur sportif ne touche plus aucun salaire depuis plus de trois ans.
Comme beaucoup d’autres, « Morello » s’est expatrié au Qatar pour y faire fortune grâce à son savoir-faire footballistique.
Contrat signé avec le comité olympique qatari, il devait encaisser 6000 dollars par mois.
Cela fait plus de trois ans qu’il ne touche plus rien.
En procès contre son employeur, il espère obtenir gain de cause, mais la justice est aux ordres de la famille régnante.
« Je ne peux pas exercer mon travail, je ne peux pas aller travailler ailleurs, je ne peux pas quitter le territoire, je ne peux rien faire », il ajoute, « cela fait cinq ans que je n’ai pas pu sortir du Qatar…
J’ai l’impression d’être un otage, et je ne connais même pas le prix de la rançon 
», déclare « Morello » dans l’indifférence totale des autorités socialistes, aveuglées par l’argent du Qatar !

Jean Godeffroy : « Une fois au Qatar, on ne peut plus quitter ce pays librement » !
Le cas de « Jean Godeffroy » est moins tragique mais il est tout aussi significatif.
Ancien préparateur physique du « PSG », il a renoncé à neuf mois de salaire pour quitter le Qatar.
« Un vendredi, on m’a téléphoné pour m’annoncer que ce lundi, je dois débarrasser le plancher » !
Il a abandonné ses droits et ses salaires en échange de l’indispensable permis de sortie du territoire que l’employeur esclavagiste délivre… ou pas… selon son bon vouloir.
« Godeffroy » met en garde les autres sportifs afin qu’ils ne tombent pas, eux aussi, dans le piège doré.

« Abdeslam Ouaddou » : « C’est de l’esclavagisme pur et simple » !
Footballeur professionnel d’origine marocaine, ancien de l’équipe de Nancy, il a été recruté par le « Qatar Sports Club », deuxième club du propriétaire du « PSG ».
Mais au bout d’un an, il est contraint de renoncer à son contrat, encore valable un an, contre son « droit » de ne pas rester emprisonné au Qatar.
Son employeur ne le paye plus depuis juillet 2012, il déclare :
« En 2010, je m’engage pour deux saisons avec le club qatari de Lekhwiya qui appartient au cheikh « al-Thani », également propriétaire du « PSG ».
A la fin de la première saison, nous remportons le titre de champion.
Je rentre en France pour les vacances et, à mon retour, tout se complique.
Les dirigeants m’informent que je dois quitter le club, sans la moindre explication.
J’ai d’abord cru à une blague.
Mais je me suis vite aperçu que celui qui me parlait ne rigolait pas du tout.
J’ai essayé de comprendre, de discuter.
Mais rien à faire :
« C’est un ordre du prince.
Et les ordres du prince ne sont pas sujets à discussion. 
»
Il se plaint à la Fifa, et finit par obtenir son permis de sortie.
En échange, il doit renoncer à sa plainte, à ses droits, et à tous ses salaires – comme un vulgaire esclave.
« Ce qui me dérange, c’est le contraste entre ce qui se passe là-bas –parce que j’y ai vécu pendant deux ans et demi – et l’image qu’ils veulent renvoyer en Occident et en particulier en France grâce au « PSG »…
Je veux vraiment ouvrir les yeux aux joueurs qui ont l’intention d’aller vers ces destinations.
Ce n’est pas l’eldorado qu’on pense
 »

Plusieurs organisations humanitaires dénoncent les pratiques esclavagistes du minuscule pays bédouin, peuplé de 300 000 habitants, où les travailleurs immigrés chargés de construire l’infrastructure de la Coupe du monde sont abusés, privés de leurs droits, de leurs salaires.

Pour « Human Rights Watch » et la « Confédération internationale du travail », le Qatar a créé un système « d’esclavage de fait » pour les deux millions de travailleurs étrangers qui y résident.
Le Qatar a installé un système de visas de sortie qui vous empêche de quitter le territoire si votre «sponsor », votre employeur, n’est pas disposé à vous le remettre.
Les travailleurs sont très vulnérables, explique « Nicholas McGeehan » de « Human Rights Watch ».
Au point qu’il a demandé à la « FIFA » de retirer au Qatar l’organisation de la Coupe du Monde de 2022.
« J’ai été choqué de découvrir cette exploitation [des travailleurs] dans le monde du football, » explique « Sharan Burrow », secrétaire générale de l’ »Organisation internationale du travail ».
Esclavagistes et richissimes, car fort d’un million de travailleurs immigrés réduits en esclavage vont construire pour l’émirat, le projet de plusieurs milliards de dollars de la World Cup 2022.

Dans cette « démocratie en construction » (sic), comme le présente le remplaçant de « Tariq Ramadan », « Nabil Ennasri »…
« Mohammed Al-Ajami », un Qatari, a été condamné en novembre 2011 à 15 ans de prison pour avoir écrit un poème interprété par la justice comme un appel au renversement de la dictature.
Et n’oublions pas le « Qatargate », révélé par le magazine France Football le 29 janvier 2013, qui explique « comment ils ont acheté le Mondial 2022 ».
Le 11 janvier 2013, Europe 1 révélait que « Zinédine Zidane » aurait touché près de 11 millions d’euros pour avoir soutenu la candidature du Qatar !

L’islamisation des esprits n’a pas de prix en France !

Le Qatar, donc le wahhabisme, est la forme la plus extrémiste de l’islam, la plus perverse, responsable des attentats du 11 septembre, qui tisse sa toile dans le monde occidental, et notamment dans nos quartiers dits « sensibles » !

André GALILEO

http://ripostelaique.com  du 12/08/2013

 

Peut-être que les fans de « foot » réaliseront ce qui risque de leur arriver demain quand la France finira par être complètement submergée !

Les Français de souche seront définitivement remplacés si personne n’y met bon ordre, mais les autres qui seront des bâtards  sont destinés à devenir des esclaves…triste consolation si cela doit en être une !

L’occident est la terre de la guerre pour l’islam,  l’islam n’y a pas sa place !

 

 

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43