Archive | 14/08/2013

La Belgique Informe Le Peuple Français

La Belgique Informe Le Peuple Français dans SECURITE coq-autruche-300x185

Décidément, il faut s’expatrier pour savoir ce qui se passe chez nous !

Un TGV reliant Paris à Perpignan a dû être dérouté vers la gare de Lyon-Saint-Exupéry samedi pour mettre hors d’état de nuire quatre jeunes Franciliens qui multipliaient les incivilités à l’égard des voyageurs, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.
Interpellés par la « Police aux frontières » (« PAF ») lors de l’arrêt imprévu du TGV en gare de Lyon-Saint-Exupéry, les quatre jeunes ont été placés en garde à vue, puis jugés en comparution immédiate à Lyon lundi, comme l’a révélé le quotidien Le Progrès.
Ils ont été condamnés pour « violences en réunion » à des peines allant de 1 à 3 mois de prison aménageables.
Le parquet a toutefois fait appel du jugement, la condamnation étant jugée insuffisante, « eu égard à la gravité des faits », a précisé à l’ »AFP », mercredi, une source judiciaire.

Joints et alcool

Certains étaient déjà connus des services de police, a-t-on ajouté de même source, et les quatre jeunes seront reconvoqués devant la cour d’appel de Lyon.
Originaires de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), ils avaient embarqué sans billets dans le Paris-Perpignan de 7h15 samedi en gare de Lyon (et non sur le Paris-Montpellier comme indiqué dans un premier temps), direction la Méditerranée, selon un porte-parole de la SNCF.
Fumant des joints et buvant de l’alcool dans une rame du TGV, les quatre provocateurs ont rapidement semé la zizanie.

La voiture entière terrorisée

« Ils ont commencé à agresser et à terroriser les voyageurs en milieu de train », a déclaré un porte-parole de la SNCF à l’ »AFP ».
Ils ont alors commis plusieurs incivilités, arrachant les baladeurs des oreilles d’un passager, giflant une jeune fille ou insultant une autre passagère.
Quand les deux contrôleurs à bord sont intervenus, ils ont été accueillis par une bordée d’injures.
Les quatre resquilleurs étaient « très virulents » et « terrorisaient la voiture entière », selon la SNCF.
Face à ces tensions, le projet d’exfiltration des jeunes en gare de Nîmes, prochain arrêt sur le trajet, a été abandonné et le TGV a effectué un « arrêt exceptionnel » sur Lyon, demandé par les agents SNCF aux alentours de 9h20.
« Nîmes étant plus bas, ils ont dû penser que Lyon était plus proche et ont dû vouloir les faire descendre plus tôt », a expliqué le porte-parole.

Arrestation mouvementée

Les fauteurs de troubles ont alors été interpellés par la PAF.
Leur arrestation a été mouvementée, a-t-on confirmé de source policière.
Le détournement a causé un retard de 45 mn sur le trajet.
A leur arrivée en gare de Perpignan, les deux contrôleurs ont porté plainte pour « outrage et rébellion » envers agents de la SNCF, comme le veut la procédure en cas de débordements, précise la compagnie.
La SNCF déplorait mercredi cet incident « exceptionnel » et les désagréments occasionnés.
« Paris-Perpignan, c’est une ligne très, très fréquentée, une ligne de vacances, sans incidents particuliers » habituellement, a souligné le porte-parole de la compagnie, selon lequel « ils ont choisi ce train-là comme ils auraient pu choisir un Paris-Nice ou un Paris-Marseille ».

http://www.7sur7.be  du 14/08/2013

 

C’est tout de même un comble de devoir consulter les médias étrangers pour avoir de véritables informations de France !

Bien sûr, comme il y aura eu des « fuites », ils vont faire leur travail maintenant, mais ils se moquent bien du monde !

 

 

 

France, Champ De Batailles Etrangères.

France, Champ De Batailles Etrangères. dans EDUCATION cochon-e1376479805322

Union sacrée contre un néo-nazisme imaginaire

Une bombe explose à Paris devant la synagogue de la rue Copernic.
3 octobre 1980.
Il est environ 18 h 45.
Le bilan est lourd : 4 morts et 28 blessés.
Les caméras sont bientôt sur place.
Un micro se tend vers un rabbin britannique :
« Quelle explication avez-vous… ? »
La réponse fuse, alors que la question n’est pas terminée :
« C’est évident, cher Monsieur, c’est une bombe posée par nos amis les antisémites et les nazis de France. »
Le décor est planté.
L’emballement médiatique peut commencer.

Dès le lendemain, les défilés se multiplient.
Marseille. Toulon. Toulouse. Evreux. Strasbourg.
A Paris, le « Comité de liaison des étudiants sionistes socialistes » et le « Renouveau juif » défilent de la place de l’Opéra à la rue Copernic.
20 000 personnes alternent les slogans avec ceux demandant la démission du ministre de l’Intérieur, « Christian Bonnet »
A Montpellier, une manifestation rassemble 10 000 personnes derrière une banderole :
« Non au fascisme, non au racisme. »
Le 7 octobre, « Antenne 2″ ouvre son journal :
« Sursaut national contre le racisme dans tout le pays.
Des manifestants par dizaines de milliers.
A l’assemblée, les députés étaient « pour une fois » unanimes. »
« Léon Zitrone », présentateur vedette de l’époque, a le visage grave.
Le ton est théâtral :
« Des dizaines de milliers de personnes ont pris part cet après-midi à Paris, de la Nation à la République, à la manifestation organisée par le « Mrap ».
Des personnalités politiques, des syndicalistes de tous les horizons, participaient à cette véritable mobilisation contre le racisme, le fascisme et l’antisémitisme. »

Gauche et droite au coude-à-coude.
François Mitterrand Bernard Stasi Georges Marchais ;Bernard Pons.
Le journaliste Jean-François Kahn, présent au sein du cortège, se lance dans un grand morceau d’anthologie d’analyse politique :
« Cette manifestation est extraordinaire pour une raison.
Les gens qui manifestent ce soir, qui défilent ensemble, c’est peut-être la première fois qu’ils se rencontrent.
Hier encore, certains d’entre eux polémiquaient durement, échangeaient des injures, des insultes.
Il y a des communistes et des socialistes, il y a des gens qui votent pour l’ »UDF » et le « RPR ».
Mais il y a mieux.
Il y a ici ce soir des sionistes et des antisionistes.
Il y a des gens fanatiques d’Israël et des gens fanatiques des Palestiniens.
Il y a des religieux, des mystiques, des athées, des francs-maçons.
Ces gens là ont trouvé normal d’être ensemble parce qu’ils ont vu apparaître la gueule horrible du racisme, la tête immonde du fascisme.
Alors ils sont là, et je crois que c’est en soi un événement extraordinaire. »

Avant le départ du défilé, « Albert Lévy », secrétaire général du « Mrap », avait fixé sa finalité :
« Il faut que s’exprime cette volonté d’obtenir de la part des pouvoirs publics les mesures enfin efficaces contre les groupes néo-nazis qui se livrent à ces violences racistes. »
Même son de cloche à l’Assemblée nationale oùJacques Chaban-Delmas, son président, ouvre la séance étreint par l’émotion :
« L’antisémitisme, comme toute forme de racisme, est une atteinte monstrueuse à la dignité humaine.
Il ne sera pas davantage toléré qu’il y a bientôt un demi-siècle.
Et ceux qui ont vaincu les nazis sont déterminés à en combattre les résurgences.
J’invite l’assemblée à se recueillir dans le souvenir des martyrs, ceux d’hier, ceux d’antan, et ceux de toujours. »

Vitriol et acide sulfurique : il ne manque que les femmes tondues

Les protagonistes du psychodrame qui s’empare du pays sont entendus.
Des exemplaires du « Figaro Magazine », accusé d’avoir créé un « climat malsain » en accueillant des journalistes de la Nouvelle Droite, sont brûlés publiquement [Ndlr : Le Figaro sera contraint de chasser ces journalistes, la normalisation de la presse était obtenue, voir Novopress].

La chasse aux fascistes est ouverte.
Un jeune permissionnaire, aux cheveux trop blonds et trop courts, échappe de peu au lynchage.
Des motards, aux vestes kaki, sont tabassés.
Des cafés, connus pour être fréquentés par des militants nationalistes, sont attaqués à la batte de base-ball.
Le siège de la Fane, un groupuscule néo-nazi dissout le 3 octobre 1980, est pillé.

La cruauté ne s’arrête pas là.
A Neuilly-sur-Seine, un vieux monsieur de 85 ans ouvre sa porte.
Il reçoit de l’acide sulfurique au visage.
Son crime ?
Etre l’homonyme de Pierre Bousquet, responsable du journal nationaliste « Militant » et ancien membre du Front national.
L’agression est revendiquée par des « Brigades juives ».
Et l‘escalade de la violence continue.
Le 29 janvier 1981, Michel Caignet, un étudiant de 26 ans, qui est également l’ancien trésorier de la Fane, est agressé par quatre personnes qui le jettent au sol.
Les coups pleuvent.
Soudain, l’un des agresseurs lui asperge le visage et la main gauche de vitriol.
Brûlé au troisième degré, il est défiguré à vie.
L’auteur trouvera refuge en Israël.
Il ne sera jamais arrêté.
Qu’importe.
L’hydre fasciste a été terrassée.
La France peut retrouver sa sérénité.

Et les coupables de l’attentat ?
Des nazis ?
Non !
Ils n’y sont pour rien.
Comme toujours.

L’attentat est lié au conflit israélo-palestinien.

Son auteur serait un Libanais proche du Front populaire de libération de la Palestine.
Qu’importe !
L’attentat a perdu de sa gravité s’il n’a pas été commis par une fantomatique extrême droite.
Les médias sauront s’en souvenir pour refaire le coup.

Thierry Normand

http://fr.novopress.info (via « Minute »)  du 12/08/2013

 

La France est laïque où ne sont que tolérés  Israëlites et Mususulmans,  mais notre terre est souvent le théâtre de la lutte que leurs  religions d’état se livrent dans leur violence meurtrière habituelle…l’attaque venant, apparemment,  de l’islam en général.

Les Français de souche sont rares à être élus dans les médias.

Il est donc politicien et médiatique de désigner le fauteur de troubles parmi ceux qui  cherchent à garder son identité  Française, Européenne et Occidentale à notre terre qui est la Maison de la Guerre pour l’islam…faut-il le rappeler ?

Il Faut Sauver Notre Civilisation !

Il Faut Sauver Notre Civilisation ! dans INSOLITE a-la-jeunesse-e1376442909112

La France est vraiment en train de crever !

Dans 260 semaines, le mot fin sera écrit au bas de l’Histoire de France.
Dès le lendemain de la victoire de Hollande, un de nos contributeurs, Michel Tonarelli, écrivait cet article terrible !
C’est une chose que d’annoncer une catastrophe longtemps à l’avance, c’en est une autre que de se retrouver le jour venu les pieds en plein dedans.
C’est une chose que d’avertir, il y a plus d’un an, que l’élection de Hollande déboucherait sur des lendemains qui ne chantent pas, c’en est une autre que de constater, aujourd’hui et chaque jour un peu plus, l’effrayante progression de la maladie :
La vitesse à laquelle la doulce France se métamorphose en hideux Frankistan !
La vitesse à laquelle la République jadis encore un peu démocratique se transforme en dictature toujours plus répressive pour certains -cloués au Mur des Cons-, toujours plus complaisante pour d’autres -gavés des milliards de nos impôts- !
La vitesse à laquelle l’idéologie délirante de la gôche, imposée de force sans tenir le moindre compte de la réalité, ravage la société ; la vitesse à laquelle une République officiellement encore laïque s’affuble d’une religion d’Etat avec la croyance la plus épouvantablement arriérée qui soit et s’y ensevelit comme dans un suaire !
La vitesse à laquelle les « zélites » françaises qui pètent de trouille devant cette religion agressive se muent de dhimmis honteux en kollabos affichés et fiers de l’être !
La vitesse à laquelle ces mêmes « zélites » prostituent la France à leurs différents grands et petits maîtres internationaux, comme si la France n’était plus qu’une vieille putain décatie à refiler au plus offrant ou au plus vicelard : l’Amérique, l’Allemagne, l’Europe, le Qatar, l’Arabie Saoudite, l’Algérie sans parler de tous les autres machins non élus qui décident pour nous, et à notre place, de notre destin (FMI, OMC, OTAN, etc.).
Tout cela au nom de grands principes, cela va de soi, mais défigurés ou devenus fous :
dogme droit-de-l’hommiste, égalité poussée jusqu’au grotesque, vivre-ensemble obligatoire, laïcité invoquée chaque fois qu’elle est violée, modernité, compétitivité, etc.

La France est sournoisement en train de crever

Juste trois exemples révélateurs glanés dans l’actualité de ces dernières semaines :
À Brétigny-sur-Orge, le 12 juillet, des « jeunes » détroussent les victimes du déraillement du train Paris-Limoges, puis volent et caillassent les secours au point qu’il faut l’intervention des CRS pour les faire déguerpir.
Les grosses légumes (Hollande, Ayrault, ministres, autorités préfectorales) arrivées sur place à la vitesse du TGV, ainsi que les médias kollabos et les responsables de « gôche » qui se bousculent devant les caméras, tous, immédiatement et avec un bel ensemble de perroquets bien dressés, nient les faits qu’ils qualifient de « fausse rumeur de la fachosphère » -le syndicat de policiers à l’origine de la « rumeur » en question présentant la tare rédhibitoire d’être classé à droite-.
Pourtant, le Procureur de la République confirme, le 24 juillet, au moins 2 vols alors que 4 plaintes ont été déposées.
Et si l’accident est officiellement dû à la défaillance inexpliquée d’une éclisse, qu’on se rassure, la possibilité d’un sabotage a été immédiatement écartée par Hollande, grand expert ès-aiguillages s’il en est.
À ce jour, aucun perroquet bien dressé n’a reconnu nous avoir pris pour des cons.
À Toulouse, le 2 août, des « jeunes » agressent et caillassent les secours appelés pour aider une jeune femme à accoucher à son domicile, sans doute que la « meuf » n’était pas une voilée.
Dépouiller les cadavres, voire les blessés qui réclament une aide d’urgence, agresser les secours, c’est une pulsion de mort déchaînée, un retour à la sauvagerie de nos origines il y a des millions d’années, une régression vertigineuse vers une bestialité que des siècles d’éducation n’ont manifestement pas suffi à éradiquer.
Si la loi oblige à porter secours à autrui puisqu’elle punit la non-assistance à personne en danger, elle n’a pas prévu de punir l’agression de personne en danger, et pour cause puisqu’il s’agit là d’un tabou d’origine anthropologique -voire même génétique-, fondamental pour tout être humain civilisé et qui n’a pas besoin d’être écrit.

Ces individus qui ont commis de telles saloperies sont-ils des êtres humains civilisés ?
Évidemment non, et parler de comportements « d’une bêtise sans nom » est une bêtise sans nom :
Ce n’est pas une simple « bêtise », avec ou sans nom, ce sont des actes contre-nature et criminels, des actes qui mettent leurs auteurs au ban de l’humanité, des actes qui les désignent comme des bêtes dangereuses et malfaisantes qui ne relèvent plus de la sociologie mais de la zoologie, et qu’il faut éliminer sur le champ et sans autre forme de procès car c’est la seule réponse sensée qu’une société décidée à se défendre doit leur donner.
On n’en est malheureusement pas là car notre société n’est pas du tout décidée à se défendre, et comme chaque âme sensible à la souffrance animale le sait, nos forces de l’ordre ont été tellement émasculées par les pouvoirs capitulards successifs qu’à chaque « échauffourée », leur préoccupation unique est de ne blesser personne dans le camp des « divers » d’en face, quitte à se laisser tirer dessus à l’arme de guerre sans riposter !
C’est que ça la fiche mal pour la propagande du pouvoir lorsque la simple « échauffourée » en question vire soudain à l’émeute ultra-violente généralisée de 3 jours et 3 nuits !
Donc, les forces de l’ordre qui obéissent aux ordres se bornent à se protéger elles-mêmes puis à faire retraite clopin-clopant en laissant le moins possible des leurs sur le carreau, la répression du crime ce sera pour plus tard !
Pour la protection des citoyens honnêtes, pourtant le premier devoir de l’État, ce sera pour encore plus tard !
Et pour la défense de la civilisation contre la barbarie, ce sera, c’est promis, à la Saint-Glinglin.

La France est  violemment en  train de crever

Dans la France d’aujourd’hui, on peut donc mourir après un accident ou une maladie parce que les secours d’urgence dont on a un besoin vital sont tombés dans un guet-apens organisé par des « défavorisés » pour se distraire ou s’enrichir ou pour faire comme la bande de racailles de la cité d’à-côté.
Dans la France d’aujourd’hui, les victimes d’une catastrophe peuvent être dépouillées par des voyous qui ne pensent qu’à leur faire les poches en les laissant crever dans leur sang au lieu de leur porter secours.
Dans la France d’aujourd’hui, ces faits devraient tous nous épouvanter, nous montrer que ça va trop loin, que les fondements de la société partent en morceaux, que des mesures radicales doivent être prises et mises en œuvre de toute urgence, mais ça ne fait qu’un petit tour aux journaux télévisées avant de céder la place à des infos plus passionnantes -comme les croustillants ébats de Nabilla-.
Car dans la France d’aujourd’hui, quand les « zélites » ne parviennent plus à minimiser la violence intolérable des faits, elles nient les faits purement et simplement, elles nient une réalité qu’elles ne contrôlent plus depuis longtemps, laissant ainsi la population seule et désarmée à la merci des bêtes sauvages.
Dans la France d’aujourd’hui, les « zélites » sont criminelles en bandes organisées et complices des crimes qu’elles laissent se commettre.

Le lendemain, dans le même quartier décidément accueillant, des « jeunes » agressent, frappent et caillassent les pompiers venus au secours d’une femme âgée victime d’un traumatisme crânien après une chute ; celle-ci devra finalement être emmenée (« exfiltrée » ?) par sa famille.

Sur ces deux derniers faits, « Valls à Gaz » a parlé de comportements « d’une bêtise sans nom » ; c’est le moins, en effet.
Même si, actuellement, saison estivale oblige, les médias kollabos nous parlent surtout de « sea, sex and sun », nous avons quand même été informés de ces faits, surtout le premier en raison de sa gravité, tandis que les deux autres ont malheureusement peu retenu l’attention.
Comme si tout cela était normal en Normalie de Normal 1er.
Comme si tout cela n’était que « bêtises » de « jeunes » un peu chahuteurs dans des quartiers « sensibles » ou « défavorisés » toujours un peu « chauds » en été (ramadanesque de surcroît), selon le charabia de la culture de l’excuse que nous connaissons par cœur.

Mais réfléchissons bien au point commun de ces trois faits :
en 2013, vingt-et-un siècles après l’Âge du Fer, en France, un pays riche d’une civilisation millénaire et d’un art de vivre réputé, en Europe de l’Ouest qui a longtemps été le centre flamboyant du monde, des individus peuvent agresser les secours et dépouiller les cadavres en toute impunité !
Cette constatation m’épouvante comme un cauchemar ou un film d’horreur, sauf que ce n’est ni un cauchemar ni un film d’horreur mais la réalité crue du pays dans lequel nous vivons.
J’ai été horrifié en apprenant les événements de Brétigny ;
Je l’ai été de nouveau en apprenant ceux de Toulouse car ils montrent que ces comportements se banalisent à la vitesse de la lumière. Or, aucune société humaine civilisée ne peut tolérer de tels comportements car ils sont aux antipodes de ce qu’est une civilisation ; c’est la solidarité des individus unis face aux dangers qui a permis de bâtir des sociétés vivables, c’est la certitude que mes voisins viendront spontanément à mon secours si ma maison brûle et que je ferai de même pour eux, sans me poser de question ; c’est ce dévouement réciproque qui permet à la collectivité de survivre et ça ne date pas d’aujourd’hui puisque c’est la solidarité de la famille, puis du clan, puis de la tribu, puis de la société qui a permis à nos lointains ancêtres humanoïdes, pourtant mal pourvus par la nature, de survivre envers et contre tout et de finir par dominer le monde.

L’ensauvagement de la France décrit par « Laurent Obertone » dans sa « France Orange Mécanique » n’est pas un fantasme d’extrême-droite, « un tissu d’âneries qui sert le FN » (Nouvel Obs, toujours bien inspiré) mais la glaçante réalité.

La mort par égorgement du jeune Jérémie, 23 ans,  à Marseille, en est une nouvelle illustration.

Je souhaite vivement qu’une de ces arrogantes crapules qui nous bassine matin, midi et soir avec sa morale de pacotille soit elle-même un jour victime de ce qu’elle prétend n’être qu’un tissu d’âneries, un fantasme, un préjugé, un racisme franchouillard, et qu’elle y laisse une bonne poignée de plumes, de dents, d’argent et plus encore si affinités, ça lui donnera peut-être une meilleure appréciation de la réalité telle qu’elle est et telle que nous devons la subir en silence.

La France est consciencieusement laissée en train de crever

Et pendant que la France sombre ainsi dans la barbarie, pendant que le niveau de violence toléré augmente inexorablement, pendant qu’une guerre de moins en moins sourde et de plus en plus violente s’installe partout, certains patriotes discutent du sexe des anges, ou sodomisent des mouches pour ceux qui préfèrent les travaux pratiques.

N’y a-t-il vraiment rien de mieux et de plus urgent à faire ?

Allons-nous nous laisser assassiner ou nous révolter ?

« Les droits [naturels et imprescriptibles de l'Homme] sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. »
 Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, art. 2

Winston Churchill disait :
Si la guerre est horrible, la servitude est pire.
Si vous ne vous battez pas pour vos droits quand vous pouvez vaincre sans verser le sang, si vous ne vous battez pas quand la victoire est certaine et peu coûteuse, le moment viendra où vous devrez vous battre contre tout espoir, avec des chances de survie très minces.
Et il y a pire :
Peut-être devrez-vous vous battre sans la moindre chance de vaincre, parce qu’il vaut mieux périr que de vivre en esclaves. »

Cyrano

http://ripostelaique.com  du n° 316

Pas De Jeux Du Cirque En Russie.

Pas De Jeux Du Cirque En Russie. dans TousSports logo_moscou_2013

Mais où sont les spectacteurs aux Mondiaux 2013 ?

Les autorités russes ont été montrées du doigt lundi en raison de la fréquentation dérisoire aux championnats du monde d’athlétisme à Moscou dans un stade aux sièges souvent vides, au point que sa capacité aurait été réduite.
De célèbres athlètes parmi lesquels le Britannique « Mo Farah », champion olympique du 10.000 mètres, et l’Américain « Aries Merritt », spécialiste du 110 mètres haies, se sont dit déçus par le faible nombre de spectateurs au stade « Luzhniki » d’une capacité de 84.745 places, qui avait accueilli les jeux Olympiques de 1980.
Les épreuves de qualification dans la matinée se sont déroulées dans un stade quasi vide, où des sièges étaient inoccupés dimanche soir même pour la finale du 100 mètres – l’une des plus prestigieuse épreuves – remportée par la légende jamaïcaine Usain Bolt.

Un test pour la Russie

Ces championnats du monde à Moscou sont considérés comme un test pour la Russie à organiser de prestigieuses compétitions internationales tels les jeux Olympiques d’hiver dans six mois à Sotchi et la Coupe du monde de football en 2018.
« Tatyana Lebedeva », ancienne championne olympique du saut en longueur et vice-présidente de la Fédération russe d’athlétisme, a reconnu qu’il y avait des problèmes, notamment l’inexpérience du pays pour un tel événement.
«Oui, les gradins sont tout sauf plein.
Oui, des billets sont distribués gratuitement.
Et au final, les organisateurs se verront reprocher des erreurs», a-t-elle écrit dans une tribune au quotidien « Sovetski Sport » lundi. «Mais soyons un peu indulgents.
Nous n’avons tout simplement pas l’expérience d’organiser de grands événements d’athlétisme» », estime « Sovetski Sport ».
«Il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas.
Par exemple, les décathlètes ont pour tradition de faire un tour d’honneur (dimanche soir, ndlr) mais nous leur avons demandé de quitter la piste.
La tradition a été rompue.
Mais croyez-moi, cette erreur ne se reproduira plus.
Nous apprenons et apprenons avec plaisir», écrit « Lebedeva ».

L’athlétisme en Russie est loin d’être aussi populaire que le hockey sur glace ou le football, ce qui peut parfois se refléter dans les résultats des sportifs.
Suivez les Mondiaux de Moscou en live comme-à-la-maison
La piètre performance des athlètes russes au saut en longueur – parmi lesquels la star « Darya Klishina » – qui ont échoué à s’approcher du podium dimanche est un revers pour la Russie, et cela va accroître la pression sur la diva de la perche « Yelena Isinbayeva » qui rêve de décrocher l’or mardi soir.
La chaîne de télévision publique russe « Rossia Une » a ouvert ses bulletins d’informations lundi avec du sport, non pas avec les Mondiaux-2013 à Moscou, mais les championnats du monde d’escrime à Budapest où l’équipe russe a été sacrée championne du monde par équipes au sabre chez les messieurs et médaillée de bronze chez les dames au fleuret.
«Comment peut-on attribuer les championnats du monde d’athlétisme à un pays qui ne soutient pas l’» a interrogé le décathlète allemand « Pascal Behrenbruch ».

Selon des sources proches des organisateurs, la capacité actuelle du stade « Luzhiniki » a été réduite à 50.000 places. Le nombre de billets en vente au public a été limité à 33.000, après déduction des invitations et des places pour la presse.
Les difficultés à remplir le stade moscovite sont d’autant plus étranges que les prix sont très accessibles, dès 100 roubles (2,30 euros) pour les moins chers.
De nombreux billets coûtent moins de 1.000 roubles (23 euros), tandis que les plus chers dépassent 2.000 roubles (46 euros).
Mais la publicité en ville est très discrète voire quasi inexistante pour ces championnats qui sont considérés comme le plus grand événement sportif au monde après les JO et le Mondial de football.

De modestes affiches sont les seuls signes apparents que les Mondiaux-2013 se déroulent à Moscou du 10 au 18 août, un période peu propice à attirer les foules dans la mesure où de très nombreux Moscovites quittent la ville en août.

http://www.20minutes.fr  du 13/08/2013

 

Disons qu’il n’y a pas assez de touristes qui parlent le russe, que ces touristes préfèrent aller visiter les pays du tiers-monde, que les U.S.A. sont en froid avec la Russie en ce moment.

Les russes aussi privilégient leur vie de famille et ne vont pas sacrifier leurs vacances parce que les jeux se déroulent « pour une fois » à Moscou !

Le mondialisme leur importe peu, ils se seraient sans doute plus déplacés pour un championnat national.

 

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43