Archive | 23/08/2013

Pas Belle La Charia Egyptienne !

Pas Belle La Charia Egyptienne ! dans TABOU ronde-vautours-298258-e1377265469669

C’est la devise des Frères Musulmans que l’Occident aime tant !

« Dieu est notre but, le prophète notre chef, le Coran notre constitution, le djihad notre voie, le martyr notre plus grande espérance ».

Face aux agissements de la Confrérie en Egypte, l’Occident continue de mener sa politique de l’Autruche…..
Et s’apprête à réitérer une condamnation des agissements de l’armée égyptienne qui,  soutenue par le peuple, vient de libérer l’Egypte d’une théocratie médiévale.
Souhaitons que l’Armée aille jusqu’au bout de sa logique et après l’arrestation des dirigeants des Frères Musulmans, dissolve la Confrérie.
Mais on s’interroge sur la nature des liens tissés par les dirigeants de l’UE avec cette sinistre engeance islamiste dont elle se fait le défenseur et le porte-parole.

Raymond Ibrahim évoque les camps de torture des Frères Musulmans, leurs exactions sur lesquelles la presse occidentale jette un « voile pudique » : 

Les militaires égyptiens ont réussi à neutraliser les bases terroristes  des Frères Musulmans.
A présent, les grands medias officiels s’emploient à  déformer la réalité et à montrer les islamistes sous un jour favorable, comme des victimes innocentes, de “simples veilleurs” [holding vigil]   abattus alors qu’ils appelaient à la poursuite de l’armée pour « violations des droits de l’homme » [human rights abuses]
Ces médias suivent la ligne de « Al Jazeera », favorable à la Confrérie et qui décrit ces bases de « Rab‘a al-Adawiya » et ailleurs comme de pacifiques « sit  ins ».
Ce que les médias officiels ont oublié de rapporter est que depuis deux mois dans ces « sit ins » – ou plus exactement dans ces mini-émirats d’ Egypte – de nombreux égyptiens ont été torturés, mutilés, violés et tués en masse au nom de l’islam et/ou de la loi de la Confrérie.

Bien sûr, rien d’étonnant à cela, quand on sait que ces medias sont restés muets quant aux attaques incessantes et  haineuses contre la minorité chrétienne d’Egypte, crimes soutenus par la Confrérie.
[the nonstop and heinous attacks on the nation’s Christian minority and its churches, all validated by Brotherhood leadership]
Les anecdotes sont nombreuses.
Par exemple, un homme est accusé de vol, torturé et amputé du doigt – selon les règles de la Charia.
On le voit dans cette vidéo [this video] – le visage tuméfié des coups qu’il a reçus – et décrivant son supplice.
Comme tant d’autres à « Rab‘a », il ne se trouvait pas sur place comme supporter des Frères Musulmans, mais parce qu’il travaillait dans la zone.
Accusé de vol, il a protesté de son innocence.
Comme ses accusateurs refusaient de se laisser fléchir, il a dit:
«Très bien, si je suis un voleur, remettez-moi à la police », mais ils ont dit :
«Non, nous allons te remettre à Allah. »
Et ils l’ont emmené dans une pièce et torturé pendant quatorze heures, notamment par pulvérisation d’eau et électrocution et à plusieurs reprises poignardé et entaillé avec un cran d’arrêt.
Puis, ses « pieux » bourreaux ont invoqué leur dieu en disant:
«Au nom d’Allah », avant de lui trancher le doigt.

Les femmes sont également des proies faciles dans le camp de la Fraternité.
Selon un rapport récent, des femmes ont été victimes de violence pour avoir refusé d’avoir des relations sexuelles avec des partisans des Frères.
Une femme aurait été torturée à mort et une autre grièvement blessée et hospitalisée.
Une organisation égyptienne des droits de la femme a déclaré qu’elle « fera état dans les prochains jours de l’ampleur des violations et des crimes contre l’humanité dont nos sœurs ont été victimes sous les ordres du Guide Général ["Mohammed Badie"] pour contraindre les femmes à s’engager dans le « Djihad » du sexe – avec la torture à mort pour celles qui refusent. »
Voici une autre interview en direct avec une reporter égyptienne [« another live interview« ] kidnappée à Rab‘a, battue, et contrainte de rester sur place « parce que nous avons besoin de femme pour le sexe ».
La théologie derrière le « Djihad » du sexe (en arabe « jihad al-nikah ») est que les femmes sont autorisées à copuler avec des Frères Musulmans  célibataires et protestataires pour alléger leurs frustrations sexuelles et leur permettre de se concentrer sur le renforcement de l’Islam – qui au sein de la Confrérie est synonyme de renforcement de la Confrérie – pour maintenir leur énergie et que jamais ne soit abandonné le « Djihad ».

Puis il y a tous ces cadavres que l’on a retrouvés.
Selon le journaliste « Ahmed Musa » de « Tahrir TV channel« , l’un des terroristes arrêté a confessé que la direction de la Confrérie a assassiné plus de 80 personnes qui étaient soit suspectées d’être des informateurs de la police ou essayaient d’échapper des camps de la Confrérie.
Les Frères Musulmans ont ensuite enterré les corps dans un charnier de Rab‘a.
Selon ce terroriste arrêté, les Frères Musulmans craignent que « si leurs camps sont découverts, leurs crimes contre l’humanité seront révélés et le ministre de l’Intérieur prendra des photos de ces charniers pour les diffuser au monde entier. »
En plus de ces atrocités et accusations d’atrocités, des rapports de violence généralisée apparaissent chaque jour.
La majorité tourne autour de gens travaillant ou vivant à Rab‘a, soumis à des pressions  pour rejoindre les protestataires « pro-Morsi », et battus sauvagement s’ils refusent.

En dépit des nombreuses et graves violations des droits de l’homme qui se sont déroulées sous les auspices de la Confrérie, le seul média occidental à y avoir fait allusion, a été un rapport de l’AP [AP report] qui, après avoir expliqué que forcément les cadavres avaient été retrouvés près de Rab’a en précisant qu’en Egypte on était sûr que c’était l’œuvre de la Confrérie, passa immédiatement en mode « sourdine » en suggérant que ce pourrait être de fausses allégations et, que ces cadavres  découverts, étaient peut-être le travail de l’armée qui essayait de monter un mauvais coup contre les Frères en reproduisant exactement les actions de la Confrérie, prise en flagrant délit d’assassinat de ses propres partisans pour monter un mauvais coup contre l’armée.

L’exploitation des médias par la Confrérie pour recueillir la sympathie est un phénomène ancien.
L’ancien président égyptien « Hosni Moubarak », expliquant jadis la façon dont les islamistes se tournent souvent vers la violence quand le «dialogue» ne va pas dans leur sens, avait déclaré:
Mais quand je vois que vous tirez sur moi, et essayez de me tuer – et bien, je dois me défendre.
Puis les agences internationales d’information vont vers ces groupes islamistes à la recherche d’informations et ceux-ci leur disent : « Ils sont en train de nous tuer, de nous tuer »
Mais vous, les agences d’information ne les voyez-vous pas en train de tuer la police ?
Je vous le jure, aucun policier ne veut les tuer, pas un seul.

Et maintenant, que l’armée égyptienne démantèle les camps terroristes de la Confrérie, juste au bon moment, la presse occidentale fait ce qu’elle sait le mieux faire :
Orienter la réalité au bénéfice de la Confrérie.

Pourtant, il y a un aspect positif à tout cela.
Parce que beaucoup de membres musulmans de la Confrérie et leurs alliés islamistes s’étaient rassemblés dans Rab’a et ailleurs, les transformant en mini-États islamistes où la loi de la Confrérie était appliquée – torture, amputation des doigts, abus sexuel des femmes, et meurtre des dissidents – nous avons eu un aperçu exact du genre d’état qu’ils souhaitaient voir venir en Egypte.
Mais, de la même manière qu’il a fallu plusieurs mois avant que « Fox News » n’évoque les chambres de torture des Frères musulmans – en dépit du fait  que les médias égyptiens depuis des mois diffusaient des photos et vidéos des victimes, sans doute, il faudra un certain temps avant que les informations sur les camps de torture de la Confrérie ne soient  diffusées en Occident.

Raymond Hibrahim, traduction Nancy Verdier - Source : FrontPageMag – 15 août 2013

http://www.europe-israel.org  du 22/08/2013

Nous Serons Toujours Vulnérables.

Nous Serons Toujours Vulnérables. dans SANTE coronavirus-e1377260102756

Des chauves-souris d’Arabie saoudite à l’origine du coronavirus.

Les autorités sanitaires américaines viennent de déterminer, pour la première fois, l’origine scientifique du coronavirus qui a tué 47 des 96 personnes infectées à travers le monde :
C’est à cause de chauves-souris d’Arabie saoudite qui ont été porteuses du virus.
Toutefois, la transmission directe à l’homme n’a pas été prouvée, puisque, comme le relève le docteur « Ziad Memish », ministre adjoint de la santé saoudien, « la transmission entre humains est très difficile, nous pensons donc qu’il pourrait y avoir un vecteur intermédiaire pour transmettre le coronavirus aux personnes. »

En revanche, les virologues américains et saoudiens ont précisé que ce virus est génétiquement 100 % identique à celui qui infecte les humains.
Cette découverte, faite notamment par des chercheurs de l’université Columbia aux Etats-Unis, publiée dans la revue « Emerging Infectious Diseases », a été possible grâce à plus de 1 000 prélèvements sur sept espèces de chauves-souris dans des régions d’Arabie saoudite où les cas de coronavirus de syndrome respiratoire (MERS-Cov) ont été identifiés.
« Il y déjà eu plusieurs annonces de découvertes de virus ressemblant au MERS chez des animaux, mais aucun ne correspondait exactement génétiquement comme c’est le cas avec le pathogène trouvé dans une chauve-souris », explique « Ian Lipkin« , un des coauteurs de l’étude.
Il ajoute que « la chauve-souris porteuse de ce virus se trouvait près de l’endroit, à quelques kilomètres, où a été observé le premier cas d’infection humaine » en septembre 2012 en Arabie saoudite.
Jusqu’alors, l’origine de ce nouveau coronavirus, qui se transmet difficilement entre humains, était inconnue.

http://www.lemonde.fr  du 22/08/2013

Les dromadaires probablement impliqués dans la transmission

Les dromadaires pourraient être l’un des vecteurs de transmission du nouveau coronavirus à l’homme selon une étude publiée vendredi 9 août dans la revue médicale  »The Lancet« .
Apparu l’an dernier au Moyen-Orient, ce coronavirus a déjà infecté 94 personnes, dont 46 sont mortes, selon le dernier bilan fourni la semaine dernière par l’ »Organisation mondiale de la santé » (« OMS »).

Les chercheurs soupçonnent depuis un certain temps des chauves-souris d’être à l’origine du nouveau coronavirus, mais estiment que, pour se transmettre à l’homme, le virus a probablement utilisé des hôtes intermédiaires. Pour vérifier cette hypothèse, une équipe de chercheurs internationaux dirigée par le « Docteur Chantal Reusken », des Pays-Bas, a étudié des échantillons de sang de 349 animaux, essentiellement des dromadaires, des vaches et des chèvres provenant de plusieurs pays, dont Oman, les Pays-Bas, l’Espagne ou le Chili.

« CES DROMADAIRES ONT ÉTÉ EN CONTACT AVEC LE VIRUS »

Des anticorps contre le coronavirus MERS ont été retrouvés dans les analyses sérologiques des 50 dromadaires originaires du sultanat d’Oman et, dans une moindre mesure, dans celles d’une centaine de dromadaires originaires des îles Canaries, une région dans laquelle le nouveau coronavirus n’avait encore jamais été signalé.
Pour « Marion Koopmans« , l’une des chercheuses :

« La présence d’anticorps signifie que ces dromadaires ont été en contact avec le virus ou un virus très similaire. 
Nous devons également trouver le virus avant de pouvoir dire avec certitude qu’il s’agit du même que celui qui infecte les humains.
[Cette découverte] suggère que les dromadaires pourraient être l’un des réservoirs du virus qui provoque la maladie chez les humains. »

De nouvelles études seront nécessaires, tant chez l’homme que chez l’animal, avertissent les chercheurs, pour découvrir si la transmission se fait par contact ou par ingestion de produits provenant des dromadaires infectés, le lait de chamelle, par exemple.
Le nouveau coronavirus reste, pour l’instant, relativement peu transmissible de patient à patient et touche principalement des personnes immunodéprimées ou déjà fragilisées par des maladies chroniques.
Il provoque des problèmes respiratoires, une pneumonie et une insuffisance rénale rapide, rappelle le « Docteur Benjamin Neuman », de l’Université de Reading, au Royaume-Uni.

« Le plus grand mystère de l’épidémie de coronavirus MERS était de savoir comment des personnes pouvaient être infectées par un virus présent chez la chauve-souris et pourquoi au Moyen-Orient.
En montrant que des dromadaires avaient été en contact avec le virus ou avec un virus proche, les chercheurs pourraient avoir contribué à répondre aux deux questions à la fois. »

http://www.lemonde.fr  du 09/08/2013

 

On Veut Eradiquer le Christianisme.

On Veut Eradiquer le Christianisme. dans TABOU no-jesus-e1377213520354

Le Christ, « persona non grata » dans l’Union européenne !

Les temps sont durs pour le Christ.
En cette fin d’été où l’on brûle des églises et où l’on massacre des chrétiens en Égypte, où au même moment se poursuit en France la destruction scandaleuse des églises de campagne, l’image même de Jésus est peu à peu reléguée dans les interdits.

La mésaventure que vient de subir le micro-État d’Andorre est, à ce titre, significative.
Il faut savoir que, bien que non-membre de l’Union, Andorre utilisait de facto la monnaie unique depuis la fin de la peseta et du franc.
Après un accord signé en 2011, l’euro est devenu la monnaie officielle du pays, qui décida alors de lui donner une identité locale, comme ailleurs.
C’est là que ça allait se corser pour nos voisins.
Alors que les dessins des euros d’Andorre pour 2014 avaient été sélectionnés après une compétition nationale, l’UE vient de demander à la Principauté de revoir sa copie !

Motif invoqué ?
Les malotrus avaient choisi une double illustration :
le campanile de l’église « Santa Coloma » et le visage du « Christ pantocrator » tiré de la fresque qui orne l’église « Sant Marti de la Cortinada ».
Sacrilège, si l’on ose dire, pour les technocrates bruxellois, d’ordinaire beaucoup moins sourcilleux quand il s’agit d’autres croyances…
Est-ce néanmoins une surprise, quand on se souvient que les « racines chrétiennes de l’Europe », pourtant une évidence historique, n’ont pas eu droit de cité il y a quelques années ?
Alors imaginez que pour ces élites (non élues), diffuser le visage de Jésus à des milliers d’exemplaires revenait quasiment à une provocation !
C’est vrai que le Christ n’était pas forcément l’allié des banquiers et autres collabos de l’ordre du Saint-Pognon.

Habilement, se protégeant derrière l’argument bien pratique (uniquement dans ce cas) de la « laïcité », l’Union européenne a donc suggéré au ministère des Finances andorran « de reconsidérer le projet pour ne pas rompre le principe de neutralité en matière de croyance religieuse » !
Lol, dirait l’autre.
Andorre, curieuse survivance médiévale codirigée, rappelons-le, par la France et l’Espagne, a évidemment immédiatement obéi :
le visage du Christ a été effacé.

La Slovaquie avait récemment essuyé les mêmes tracas lorsqu’elle avait voulu faire figurer l’image des saints Cyrille et Méthode avec leur croix sur les pièces de deux euros.
Les Slovaques, à force d’insister, finirent par obtenir gain de cause, enfin presque :
Il aura quand même fallu supprimer les auréoles de la tête des personnages…

Faire table rase de notre identité, de notre culture, effacer autoritairement le moindre symbole de notre long passé.

L’UE sert, semble-t-il, d’obscurs intérêts, tout sauf européens.

Joris Karl

http://www.bvoltaire.fr  du 20/08/2013

 

Nos médias ne parlerons jamais de la « christianophobie » pour ne pas déplaire au CFCM qui, lui, déposerait vite plainte pour islamophobie !

La Nouvelle Ecole Des Escargots !

La Nouvelle Ecole Des Escargots ! dans EDUCATION gender2-e1377210215184

Une rentrée qui a  vraiment mauvais “genre”…

La rentrée scolaire approche, quelle est la priorité du gouvernement ?
Lutter contre les « stéréotypes de genre », afin qu’ils soient « déconstruits et mis à distance », selon les mots d’un rapport remis fin juillet au ministre de l’Enseignement.
« Vincent Peillon », flanqué de l’inénarrable « Najat Vallaud-Belkacem », y travaille donc dur :
Une formation obligatoire des professeurs est prévue dans les « ESPE » (« Écoles supérieures du professorat et de l’éducation »), qui remplaceront en septembre les « IUFM ».
Les manuels scolaires seront revisités, et dès la rentrée, un dispositif baptisé « Les « ABCD » de l’égalité » sera lancé dans 500 classes de primaire, visant, comme dans la crèche « Bourdarias » que « Najat Vallaud-Belkacem » a visitée il y a quelques mois, à éradiquer dès le plus jeune âge les clichés et comportements sexistes.
Une formation et des outils spécifiques sont prévus pour repérer les attitudes « genrées »…
Même si nos deux compères au gouvernement ont conscience, comme le dit toujours le même rapport, que la question du « genre » peut susciter de « fortes résistances et des réactions très négatives ».

On rigole.
La gauche fait l’expérience du mot piégé qui vous explose entre les mains.
Eux, les maîtres artificiers du verbe, les spécialistes de la manipulation sémantique à la nitroglycérine viennent de comprendre qu’ils ne pourront plus dégoupiller le mot « genre » qu’avec d’infinies précautions.
Quoi qu’il en soit, comme le stipule le rapport, il faudra par exemple en finir avec le cliché de la « fille sage et laborieuse ».
Quelle bonne idée.
Vive la fille agitée et qui n’en fout pas une.
Il restait un segment de population tenant à peu près en place pendant les heures de cours, il serait dommage de ne pas l’encourager à mettre le boxon.
Dans la crèche « Bourdarias » aussi, on recommande aux fillettes de « faire du bruit, crier, grimper ».
C’est le ci-devant secrétaire d’État à la Justice « Jean-Marie Bockel » qui ne doit pas en revenir… lui qui, fin 2010, dans un rapport sur la prévention de la délinquance juvénile, mettait en garde contre le développement exponentiel des bandes de filles « mimant des conduites jusqu’à présent masculines ».

Est dénoncée aussi, dans le secondaire, la sous-représentation des filles dans les filières scientifiques.
Non qu’elles n’en aient pas le choix – puisque les filles, « sages et laborieuses », réussissent mieux à l’école –, mais elles n’en ont pas le goût.
Et libérer la femme, ce n’est pas, pour le gouvernement, lui laisser le choix, c’est la forcer à faire le « bon » choix, comme on l’a déjà vu pour la réforme récente du congé parental.
Il faudra donc faire rentrer à la trique et au chausse-pied les récalcitrantes dans une filière scientifique, faire d’elles des malgré-nous du « BTP », de l’informatique et de la maintenance de plate-forme off shore.
Ce qui contribuera fortement, on s’en doute, à leur épanouissement.
Si l’on voulait réellement œuvrer pour les femmes, ne faudrait-il pas au contraire revaloriser les filières littéraires, pour lesquelles elles ont visiblement de l’appétence ?
À l’instar de « Serge Villepelet », président (jusqu’au mois dernier) de « PricewaterhouseCoopers France » et auteur du livre « Un patron qui aime les littéraires », ne faudrait-il pas mettre en avant les qualités propres d’une formation littéraire – de rédaction, de synthèse et d’analyse – pour l’entreprise ?
Ne faudrait-il pas en finir avec le « tout sélection par les sciences », voulu par le sociologue marxiste « Bourdieu », celui-ci accusant les formations littéraires d’être socialement discriminantes et de favoriser « l’endorecrutement » des classes dominantes ?

Gabrielle Cluzel

http://www.bvoltaire.fr  du 22/08/2013

 

Je me demande comment ils vont résoudre la questions des toilettes et des vestiaires de gymnastique pour satisfaire tout le monde, des parents encore attachés à la différence, des enfants délurés, des enseignants déboussolés… septembre promet de belles surprises !

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43