Archive | 30/09/2013

Au Sujet De L’attaque De Nairobi.

Au Sujet De L'attaque De Nairobi. dans TABOU lapressegaveedesubventionsdetat-e1380561600232

Ce que les médias occidentaux n’ont pas voulu ou su vous dire.

L’attentat qui a ensanglanté Nairobi, et fait plus d’une centaine de morts selon les autorités kenyanes, n’est que le dernier d’une longue série.
Spectaculaire par la durée et le procédé employé, ciblant principalement les non-musulmans, il est pourtant bien moins dramatique que celui perpétré en 1998, contre l’ambassade américaine qui causa la mort de 220 personnes et en blessa 5500 autres.
La particularité qui voudrait aussi que le centre commercial visé appartienne à des israéliens n’explique pas tout, non plus.
En novembre 2002, un attentat à la voiture piégée avait déjà visé un hôtel israélien dont la clientèle était exclusivement israélienne.
20 minutes plus tôt, un missile sol-air avait été tiré sur un vol commercial israélien sans atteindre son but.
Mais les motifs de ces attaques tendaient plus à sanctionner l’attitude de la direction et des touristes vis-à-vis du personnel autochtone, que de faire part de réelles raisons politiques.
Même si les réseaux « jihadistes » en sont, jusqu’à preuve du contraire, les responsables, les dessous de cette dernière attaque ne relèvent pas seulement du fondamentalisme musulman ou d’un antisémitisme.
La situation est plus complexe que ne laisse paraitre les médias dont les journalistes ont déjà du mal à situer le pays sur un planisphère.

Ancienne colonie anglaise, le Kenya est un pays resté très majoritairement chrétien.
Depuis 2011, l’armée kenyane mène la guerre en Somalie, pays musulman, afin de protéger officiellement la partie nord de son territoire de la contagion terroriste.
Un pays déchiré par la guerre qui, depuis le renversement en 1991 du général « Barré » et les diverses interventions « humanitaro-militaires », tant occidentales qu’africaines, a laissé prospérer une situation des plus chaotique, favorisant le piratage et le terrorisme dans cette région de l’Afrique.
Or en 2010, un rapport de l’ »ONU » faisait apparaître l’implication directe de Nairobi dans l’organisation et la formation des rebelles islamistes qui luttaient contre le gouvernement fédéral de transition somalien.
Ce document dénonce aussi la corruption d’un certains nombre de fonctionnaires kenyans et européens, dans la fraude de visas.
Alors, de là à penser que le Kenya finançait et organisait le terrorisme qu’il combat aujourd’hui, la question peut être posée.
Une fois de plus tout n’est pas simplement blanc ou noir dans cette affaire.

Un autre paramètre de raisonnement souvent occulté, est l’évacuation du pétrole du Sud-Soudan. Une région devenue autonome sous le patronage américain.
Le transfert d’hydrocarbures doit se faire grâce à un « pipe-line » qui aboutira dans la région du nord Kenya, la transformant ainsi en un terminal pétrolier essentiel, pour les puissances asiatiques.
Ces dernières rêvent d’une nouvelle « route de la soie » indépendante de la puissance atlantiste.
Derrière la lutte contre le terrorisme en Somalie, se dissimule une fois de plus la volonté de sécuriser une zone hautement stratégique, pour la transformer en un quasi-protectorat kenyan.
La région dénommée Jubland est aussi pourvue d’importantes réserves de pétrole « off-shore ».
De quoi exciter bien des convoitises et être la source de tensions importantes entre plusieurs groupes d’intérêts. Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont vu d’un mauvais œil l’élection du nouveau président kenyan « Uhuru Kenyatta », inculpé de crimes contre l’humanité par la Cour Pénale Internationale, et qui, se méfiant de la nouvelle politique de colonisation des pays occidentaux, se rapproche de la Russie et de la Chine.

Jusqu’ici le Kenya avait les faveurs des occidentaux pour des raisons stratégiques et économiques évidentes.
Dans la guerre contre le terrorisme, le pays est un allié majeur sur le continent africain et l’armée britannique y possède toujours des camps d’entrainements.
Côté économique le Kenya est le septième plus gros bénéficiaire de l’aide financière américaine et de nombreuses sociétés occidentales y ont investi.
Il représente indéniablement,  un marché d’avenir avec une augmentation importante de sa population, de sa classe moyenne et de ses infrastructures.
Acteur régional majeur, il pourrait devenir l’un des pays les plus en pointe de l’Afrique.

Tout le monde connait aujourd’hui le rôle trouble joué par le Qatar ou l’Arabie Saoudite, dans le financement de groupes terroristes chargés des basses besognes, comme par exemple les miliciens d’Al-Shebbab en Somalie ou Al-Nosra en Syrie, mais aussi les nombreux attentats sous faux-drapeaux, télécommandés depuis les capitales occidentales ou du Moyen-Orient.
La Syrie en est la démonstration quotidienne.
Cependant, le traitement de l’information a interpellé plus d’un observateur à ce sujet.
L’attaque d’un centre commercial israélien dans un pays africain, justifiant l’intervention supposée de forces spéciales israéliennes et américaines, pourrait servir de nouveau prétexte pour renforcer une présence militaire internationale à dominante occidentale.
Alors que les images de l’attaque tournaient en boucle sur les grands médias français, aucune information n’a filtré sur le triple attentat, commis pourtant le même jour par des fondamentalistes musulmans en Irak et qui a fait 65 morts.
Pas plus d’information non plus, sur celui commis au Pakistan contre une église et qui a couté la vie à plus de 80 personnes.

Il est vrai que dans le premier cas, les martyrs étaient chiites et dans le second cas, ils étaient chrétiens.
Il faut bien le constater, certaines victimes semblent n’avoir de l’importance, qu’en fonction des intérêts stratégiques du moment.

http://www.prorussia.tv  du 30/09/2013

Notre Diversité Est Dans Nos Vins !

Notre Diversité Est Dans Nos Vins ! dans TABOU vignoble-bordeaux-e1380555333795

La filière viticole va-t-elle entrer en guerre contre  Hollande ?

Le monde viticole -vignerons, producteurs, négociants- s’inquiète de mesures envisagées en France comme la taxation sur le vin, discutée en octobre dans le cadre du projet de budget de la sécurité sociale (« PLFSS »), et interpelle avec vigueur le gouvernement.

En cause, des projets de réglementation que préparerait le gouvernement.
Selon le site internet de l’association « Vin et société », cinq mesures « contre le vin » sont envisagées par le gouvernement socialiste :
«-Interdiction de parler du vin sur internet,
-interdiction de parler positivement du vin dans les médias,
-taxation du vin au nom de la santé publique,
-radicalisation du message sanitaire et
-durcissement des mentions sanitaires sur les étiquettes
« .

L’association « Vin et société », qui regroupe tous les acteurs de la filière, a lancé jeudi une campagne de mobilisation sur internet,« cequivavraimentsaoulerlesfrancais », reprenant notamment un visuel de François Hollande, verre de vin en bouche, avec un message: «Merci, monsieur le président, de soutenir la 2e activité exportatrice de notre pays».

A Bordeaux, les professionnels menacent le gouvernement :
 « Nous ne pouvons accepter d’être considérés comme des dealers.
La stratégie des Bisounours, c’est fini »,
 lançaient jeudi le président, « Bernard Farges », et le vice-président, « Allan Sichel » du « Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux » (« CIVB ») à l’occasion de leur conférence de presse de rentrée.

Selon la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie, la polémique n’aurait pas lieu d’être :
« Toute cette affaire est partie d’une coquille qui s’est glissée dans la version finale que nous avons publiée sur notre site.
Il n’a jamais été question d’interdire la promotion en ligne du vin, c’est une erreur de notre part
 ».

Deuxième activité exportatrice du pays, la filière viticole est un des poids lourds de l’économie française.
De juillet 2012 à fin juillet 2013, 2,36 millions d’hectolitres de vins de Bordeaux ont été exportés, soit près de 314 millions de bouteilles.

 

amoureux-e1380555119322 dans TABOU

cequivavraimentsaoulerlesfrancais

http://fr.novopress.info  du 29/09/2013

 

Inutile de recourir à mes souvenirs scolaires qui me rendraient triste, j’ai l’impression d’entendre un écho de cette lutte anti-tabac qui dure, dure, continue encore mais n’empêche pas  nos concitoyens de fumer…même plus,  de faire des joints pourtant toujours illicites !
Pourtant, toucher à nos vignobles c’est toucher à notre patrimoine et nous ne pouvons pas le tolérer.
Que des panneaux soient mis dans les pharmacies pour indiquer tous les dangers, même pour ce qu’elles vendent, avec ou sans ordonnance !
Le vin fait partie de notre culture, il n’a jamais tué autant que les guerres, les complots, les assassinats, maintenant l’insécurité galopante et violente chez nous, les rébellions, les révolutions, les attentats aveugles, le djihad islamiste et ses corollaires, etc…
Tuer nos vins c’est vouloir tuer notre France !

Eglise Catholique Ou Bien Cathodique ?

Eglise Catholique Ou Bien Cathodique ? dans JESUS sentier-e1380552658133

Le pape François sur « son » chemin de Canossa.

Il n’est pas très utile de discuter à l’infini comme le faitLe Figaro sur ce que le pape a vraiment voulu dire [dans l'entretien donné à une revue jésuite le 20 septembre] et jusqu’où il est prêt à aller.
Il suffit de regarder la joie et l’exploitation de son entretien exceptionnel par les tenants de l’idéologie médiatique pour comprendre qu’il a fait un pas vers l’alignement exigé sur les homosexuels et la contraception par exemple.

Le Monde titre sur l’ “Aggiornamento du pape François”.

Pour RFI “Le pape brise les tabou”.

Pour« TF1″ “L’église en fait trop sur le mariage homo”.

Pour« Bfm-tv » “La révolution culturelle du pape François”.

Et ce ne sont que quelques exemples.

On a bien compris la présentation du message du souverain pontife :
L’église aime tout le monde et ne juge pas, elle comprend et accueille dans la compassion chrétienne ceux qui ne sont plus vraiment des pécheurs.
Elle ne doit pas s’arque bouter sur des dogmes du passé mais prendre en compte la société telle qu’elle est dans sa miséricorde et notamment les plus blessés.
Que les femmes avortées soient blessées, personne ne dira le contraire mais les homosexuels ça se discute.
Enfin l’essentiel est dans l’évolution très nette de la religion catholique vers la religion cathodique. Une évolution lente mais en marche et que les traditionalistes ne pourront certes pas accepter.
Les rapprochements d’hier ont sans doute été enterrés par l’évolution d’aujourd’hui.

En fait le pape est sur son chemin de Canossa vis à vis des idéologies des tolérances modernistes. L’expression signifie :
« Céder complètement devant quelqu’un. S’humilier devant quelqu’un ».
Cet épisode resté célèbre s’inscrit dans la querelle des investitures, querelle qui opposa les empereurs germaniques (puis les rois de France) à la papauté dans la désignation des évêques.

Le 24 janvier 1076, le pape « Grégoire VII » ayant refusé que les évêques fussent nommés par des laïcs, » le roi Henri IV », futur empereur germanique, fit prononcer la déposition du souverain pontife par le concile de « Worms ».
Dès le mois de février, le pape répliqua en excommuniant le souverain germanique et en déliant ses vassaux de leur serment de fidélité.
Les princes du royaume se révoltèrent et en octobre 1076, à « Trebur », menacèrent de déposer « Henri IV ».
« Henri » devait absolument agir avant que le pape vînt à « Augsbourg ».
Il apprit que le pape était en villégiature chez la comtesse « Mathilde de Toscane » à Canossa et décida d’aller à sa rencontre.
Franchissant les Alpes en plein hiver par un chemin terriblement escarpé accompagné d’une troupe mal équipée et inexpérimentée qui subirait de nombreuses pertes au cours du périple, « Henri » arriva tout de même aux pieds de la ville de « Canossa » le 25 janvier 1077.

Apprenant l’approche du roi, le pape avait fait fermer les portes de la ville.
La légende veut qu’ »Henri IV », sa femme et ses enfants, en chemise de bure, aient dû attendre, les pieds dans la neige, que le pape changeât d’avis, ce qu’il fit le 28 janvier.
Le recevant, le pape ne pouvait faire moins que de lever l’excommunication de l’empereur.

Le pape ne sera plus excommunié par les médias s’il poursuit sur ce chemin.
Mais cette fois semble-t-il, c’est le pape qui s’incline devant l’empereur laïc du monde moderne :
le pouvoir médiatique.

Jean Bonnevey de « Metamag »

http://fr.novopress.info  du 29/09/2013

 

Et qui tient les rênes de ce « pouvoir médiatique » multicéphale  encore au dressage ?
Heureusement que les prairies de la toile sont vastes et que des étalons peuvent courir sans autres rênes que ceux de la liberté d’expression !

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43