Archive | 09/10/2013

Dérives De L’ « Euthanasie Pour Tous ».

Dérives De L'

Une euthanasie  plus que libérale au Benelux.  

Plusieurs cas récents viennent nous rappeler que la légalisation de l’euthanasie entraîne inéluctablement toujours plus de dérives.
Après cette Belge de 44 ans euthanasiée parce que mécontente de son « changement » de sexe, ce qui a suscité la semaine dernière, une fois n’est pas coutume, des articles dans la presse hexagonale, on apprend aujourd’hui du site « DutchNews.nl«  qu’une femme de 70 ans a été euthanasiée en Hollande parce qu’elle ne supportait pas sa cécité.
Née avec une mauvaise vue, elle était devenue totalement aveugle depuis plusieurs années et vivait seule depuis la mort de son mari.
Les souffrances psychiques intolérables résultant de sa solitude et de sa cécité ont donc conduit des médecins néerlandais particulièrement humanistes à considérer qu’elle se qualifiait, à la lumière de la loi des Pays-Bas, pour une euthanasie par injection létale.
Aux Pays-Bas la loi réserve en théorie l’euthanasie aux personnes victimes de souffrances insupportables, mais cette notion inclut comme en Belgique les souffrances psychiques et il a été expliqué aux journalistes que cette malheureuse septuagénaire avait l’obsession de la propreté.
Devenue aveugle, elle ne pouvait par exemple plus voir les taches sur ses vêtements, ce qui était devenu pour elle une telle torture qu’il n’y avait d’autre solution que de la tuer.
C’est rapide, c’est définitif, et ça coûte moins cher à la société que s’il avait fallu aider et accompagner cette pauvre dame pendant Dieu sait combien d’années.

Ce n’est pas la première fois que des médecins assassinent au Benelux des personnes souhaitant mourir à cause de leur cécité.
Le 14 décembre 2012, des médecins belges faisaient une injection létale à deux jumeaux de 45 ans à qui il avait été annoncé qu’ils allaient devenir, semble-t-il en raison d’une maladie génétique, aveugles tous les deux de manière irrémédiable.
La Belgique discute par ailleurs aujourd’hui de la possibilité d’élargir l’euthanasie aux enfants et aux personnes âgées souffrant de démence et de la maladie d’Alzheimer car il est intolérable que le droit à la mort soit refusé à des personnes ne disposant pas des facultés suffisantes pour pouvoir la demander elles-mêmes alors que ce même droit est accessible à d’autres.

Si la France « hollandaise » décide dans ce domaine de suivre la voie des Pays-Bas et de la Belgique comme elle l’a fait avec le « Mariage pour Tous », ne pourrait-on pas appeler tout de suite la loi sur l’euthanasie « Euthanasie pour Tous » ?

On voit bien en effet que son champ d’application sera appelé à s’élargir rapidement.

Et puis cela sonne mieux qu’une appellation plus technique du type « Loi de résorption des déficits récurrents des branches Vieillesse et Santé de la Sécurité Sociale ».

Olivier Bault

http://www.ndf.fr  du 09/10/2013

 

Rappelons cette tragédie 

 

Un Italien euthanasié, (par erreur ?) en Suisse

C’est en juillet que l’affaire a éclaté mais je n’en trouve trace sur les sites des médias français.
Pourtant des journaux suisses et italiens ont évoqué la tragédie de « Pietro D’Amico », cet ancien magistrat de « Catanzaro », en Calabre,  qui a mis fin à ses jours avec l’aide de l’entreprise suisse d’aide au suicide « Eternal Spirit Life Circle » alors que son diagnostic de maladie incurable était erroné.
Ainsi, la « Tribune de Genève » rapportait le 15 juillet dernier dans cet article que la fille de « Pietro D’Amico », « Francesca », avait appris en avril la mort de son père, qui souffrait de dépression, par un coup de fil depuis la Suisse : « Votre père est mort ce matin.
Il a bénéficié du suicide assisté.
Il allait très mal et il voulait s’en aller. ».

Le problème, c’est que l’autopsie du défunt a révélé qu’il se portait bien mieux que ne le laissaient croire les certificats médicaux italiens présentés à la « clinique » d’« Eternal Spirit Life Circle ».
Le problème, c’est aussi que la législation suisse exige que le diagnostic de maladie incurable en phase terminale des candidats au suicide soit confirmé par deux médecins suisses indépendants.
Or l’un des deux médecins ayant confirmé le diagnostic n’était autre que la fondatrice de l’entreprise d’aide au suicide qui lui a vendu ses services.
Il s’agit de la doctoresse « Erika Preisig » qui a quitté « Dignitas » en 2012 pour fonder son enseigne concurrente.
Il faut croire que l’aide au suicide devient une véritable industrie en Suisse même si les entreprises présentes sur ce marché se font passer pour des associations.
Une industrie lucrative (le fondateur de « Dignitas »« Ludwig Minnelli », a fait fortune en aidant les gens à se suicider) et de surcroît exportatrice.

Après avoir frappé sans succès à la porte de « Dignitas » qui, d’après la « Tribune de Genève », n’accepte d’assister dans leur projet « que » 40 % des candidats au suicide, le magistrat dépressif a donc pu exaucer son vœu le 11 avril 2013 dans le cabinet de l’« Eternal Spirit Life Circle »à Bâle.
Il a lui même activé la perfusion de pentobarbital de sodium combiné à un puissant somnifère qui a mis fin à ses jours.
La famille du magistrat veut maintenant se battre pour faire punir les coupables de la mort de leur proche.
La fille de « Pietro D’Amico », citée par la « Tribune de Genève » :
« Mon père était dépressif à phase alternée mais pas incurable.
Il fallait l’aider à vivre, pas à mourir. »

Olivier Bault

http://www.ndf.fr  du 03/10/2013

 

 

Il ne reste plus qu’à sortir la « pilule » qui donnera envie de mourir ou qui rendra irresponsable pour que tout un chacun soit bon pour débarrasser le plancher, que cela soit lucratif dans un premier temps, que cela permette de faire toutes sortes d’économies (retraites, soins, nourriture, etc…),  que cela  donne un peu plus d’air et de place à ceux qui seront choisis pour rester !
Mais qui sera choisi et sur quels critères ?
Cela empeste la rentabilité de l’être humain, l’eugénisme et la franc-maçonnerie à des lieues !

 

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43