Archive | 10/10/2013

La Poule, Les Députés et le Président.

La Poule, Les Députés et le Président. dans TROQUET poule-e1381421921636

Un député « UMP » caquette, un député « PS » menace la France d’un coup d’Etat !

Une poule perturbe les débats à l’Assemblée Nationale ?
Non vous n’y êtes pas !
C’est juste un député-homme qui moque un député-femme en caquetant pendant son intervention.
Et ce gravissime événement a aussitôt interpellé certains médias, qui exceptionnellement n’étaient pas occupés à regarder ailleurs, transformant illico une blague de potache en un véritable crime de lèse-majesté !
Bon, qu’un élu de la République sous prétexte qu’il est un homme, « UMP » de surcroît, se croit autorisé à « faire la poule » pendant l’intervention d’une collègue « EELV » sous prétexte qu’elle est une femme, révolte profondément la féministe que je suis.

Pour autant, je me demande s’il est opportun d’en saisir immédiatement la Haute Cour Européenne de Justice (sic), organe qui dorénavant se mêle de tout ce qui nous concerne … y compris pour ce qui ne la regarde pas.
Je me donne donc le temps de la réflexion, surtout que les témoignages qui suivent vous apprendront quelle sanction … n’a pas infligée monsieur « Bartolone » au coupable … ainsi que l’intervention hautement fouillée de la ministre chargée du droit des femmes … l’ineffable « Belkacem » !

Mais revenons aux faits.
Est-ce parce qu’il était relégué tout en haut de l’hémicycle, que monsieur « Philippe Le Ray », député « UMP » s’est cru un instant au poulailler, comme au théâtre ?
Toujours est-il qu’en entendant la captivante intervention d’une élue écologiste, il a ressenti le besoin irrépressible de lui conter fleurette, dans une langue que les députés masculins ne seraient pas en mesure de comprendre, mais que sa collègue représentant les « Verts », donc proche de la nature (c’est eux qui le disent) serait à même de traduire en langage humain, recevant ainsi son message 5/5 ?

Fatale erreur !
Car pour son malheur, la victime, Madame « Véronique Massonneau », est bien bilingue, mais uniquement en Français/Langue de bois, comme la plupart de ses collègues, et n’a donc aucune connaissance en langue gallinacée !
L’innocente plaisanterie a donc failli immédiatement mettre le feu à l’hémicycle, à commencer par le président lui-même (non, pas « Hollande », il prend des cours de boutonnage, « Bartolone », président de l’Assemblé Nationale) qui a piqué une colère impressionnante, n’hésitant pas à durement asséner :
« Il y a des comportements incroyables,  je vous le dis « 

Puis après  l’interruption de séance, imposée « pour que chacun puisse retrouver son calme », il a ajouté :
« Il y a des choses qui relèvent de notre responsabilité collective, et n’allez pas, ensuite, vous étonner qu’il puisse y avoir des voix pour les populistes si les électeurs se rendent compte que les élus de la République se comportent comme ils le font quelquefois«

http://youtu.be/5uJuoq2rfNI

C’est vrai que ça fait peur !
C’est dans des moments comme celui-ci que je suis contente de ne pas être députée, d’abord parce que « j’aime bien être contente », comme le soulignait « Coluche », mais aussi parce que je ne pourrais pas vivre dans cette atmosphère sévère où il est défendu de rigoler et raconter des galéjades, parce qu’en fait, il semble que de nos jours, le rôle d’un élu de la République,  de droite ou de gauche ça n’a aucune importance, soit uniquement de tirer à boulets rouges sur le nauséabond parti, désigné sous le vocable « extrême droite », quand bien même cela est parfaitement inexact et ridicule, puisque ne voulant rien dire du tout !

Pourtant il semble que monsieur « Bartolone » ne soit pas méchant homme puisque, comme le rapporte « France info » :
Fin avril, trois députés avaient écopé d’un rappel à l’ordre, sans inscription au procès verbal (pour éviter de les priver du quart de leur indemnité parlementaire pendant un mois).
Ils avaient déclenché un pugilat dans l’hémicycle durant le débat sur le mariage gay,  lors déjà d’une séance de nuit.
En revanche la ministre franco-marocaine (ou maroco-française ? j’ignore quelle est la bonne formule, étant pour moi toutes deux inacceptables), porte-parole du gouvernement, et accessoirement (très accessoirement) ministre des Droits des Femmes, n’y va pas par quatre chemin pour affirmer :
« On ne peut que regretter que certains aient du mal à conserver une attitude conforme à leur fonction après des dîners manifestement bien arrosés »
De son côté, « Aurélie Filippetti », qu’on n’a pas sonnée, mais qui en tant que ministre de l’Inculture se croit autorisée à donner son avis sur tout, a qualifié l’acte de « lamentable » (ça valait vraiment le coup de s’exprimer !).

Le président de l’Assemblée, « Claude Bartolone », a finalement convoqué ce mercredi une conférence des présidents exceptionnelle pour revenir sur cet incident de séance, et aux dernières nouvelles, d’après le « Huffingtonpost » qui publie ce jour une mise à jour :
Selon l’AFP, le fautif a été sanctionné à l’unanimité, d’après plusieurs députés. 
Sans précision sur ladite sanction … toutes les supposition les plus loufoques sont donc permises.

http://www.youtube.com/watch?v=q6L2MaAGmdc

Ce que je trouve le plus ahurissant c’est que, totalement étrangers à l’état lamentable (pour plagier « Filippetti ») du pays, aux vrais drames existentiels qui se déroulent chaque jour :
Femmes battues, suicides de policiers en raison de tout ce qu’ils endurent, braquages de magasins parfois sanglants, exactions de racailles toujours excusées, égorgements de plus en plus nombreux de citoyens innocents par des fous bénéficiant de l’illimitée mansuétude de juges partiaux… (liste non exhaustive), les élus actuels ne trouvent rien de plus contrariant et révoltant qu’un caquetage de poule s’adressant à l’une d’entre eux.

C’est dire à quel point le gouffre qui sépare les citoyens de leurs indignes élus, n’est pas prêt de se combler, compte tenu de leur insupportable légèreté, et de l’évidente démonstration que, hors leur nombril, rien ne semble pouvoir les émouvoir… 

Et ils s’offusquent après cela, que « Marine Le Pen » seule d’entre eux se montrant attentive aux voix et aspirations du Peuple, voit sa côte grimper de manière vertigineuse !!!
Puis que « Malek Boutih », Député « PS » de l’Essonne, ancien président de « SOS Racisme », invité à l’émission « Mots Croisés » du 7 octobre dernier ose proférer de très explicites menaces de coup d’Etat en cas de victoire du F.N. telle que :
 » Même si vous gagnez, vous aurez un problème de légitimité à notre égard » , en dit long sur la véritable sale mentalité, le manque de « fair play » et l’immense intolérance de ces éternels donneurs de leçons que ces faux gauchistes !

Qu’entend-il d’ailleurs par « notre » égard, parle-t-il de son parti, le PS ou s’agit-il d’un non-dit encore plus grave ???
destinée à faire peur … comme si les exactions commises par les élus actuels ne nous avaient pas déjà plongés dans la terreur !
Des propos totalement inadmissibles, de la part d’un élu de la République et qui devraient lui valoir une éviction immédiate, mais, hormis sur le Net et les Réseaux sociaux, où pullulent les réactions et même une pétition demandant sa démission, c’est le grand silence  des médias et des élus des autres partis, comme d’habitude.
En revanche il n’est pas difficile d’imaginer les glapissements de tout ce « beau monde » si ces mêmes propos avaient été tenus par celui auquel ils s’adressaient, « Florian Philippot », qui lui, a encore gagné des points par son attitude bien plus correcte et en adéquation avec ce que l’on attend d’un représentant politique.

http://www.youtube.com/watch?v=8fJipikKTiQ#t=1040

En attendant, on caquette à l’Assemblée Nationale … Pas étonnant que rien ne bouge valablement !
Finalement, plutôt qu’en référer au jugement de la Cour européenne, je pense plutôt me diriger vers une pétition sur les réseaux sociaux,appelant à défendre l’honneur des gallinacées … qui n’ont vraiment rien fait pour mériter d’être moquées ainsi, en pleine Assemblée, par une comparaison Ô combien douloureuse avec une insipide élue … de couleur verte (pouah !)

Post-Scriptum :
C’est pas pour me vanter, mais je crois que « La Fontaine » lui-même aurait bien aimé ma façon de raconter ce qu’il aurait plaisamment titré  « » Le Président, La Poule et le Député » ».
Bon je sors.

Josiane Filio

http://ripostelaique.com  du n° 324 le 10/10/2013

Autopsie D’une Illusion Caractérisée.

Autopsie D'une Illusion Caractérisée. dans LECTURE ouverture-desprit-e1381418269663

« Islamisme, quand l’occident creuse sa tombe »

« Hamid Zanaz », journaliste indépendant d’origine algérienne, continue à nous gratifier d’ouvrages sur l’islam qui ont le mérite de ne pas tourner autour du pot.
Après nous avoir proposé, il y a un an, « Islamisme, vrai visage de l’islam », il nous propose son dernier livre, intitulé « Islamisme, comment l’occident creuse sa tombe ».

L’originalité de cet essai de 90 pages est qu’il donne la parole à quatorze auteurs, français, européens ou américains, qui, avec des limites pour certains, ont pris conscience du péril mortel qui guette l’occident.
Hamid Zanaz a regroupé dans ces témoignages des personnes aussi différentes que « Nadia Geerts », surnommée la « Caroline Fourest belge », et notre amie « Anne Zelensky », présidente de la « Ligue du Droit des Femmes » et rédactrice de « Riposte Laïque ».
On se souvient que la première et unique rencontre entre ces deux femmes, lors de l’émission « La Ligne Jaune » avait tourné au vinaigre.
Professeur de philosophie, cette militante prétend combattre l’islam en faisant la séparation avec l’islamisme, et surtout refuse de voir que l’immigration massive de son pays est une arme pour mieux l’islamiser.
Sa manière bisounours de minimiser et de relativiser un ensemble de questions est relevée par l’auteur.
On retrouve également « Jocelyn Bézecourt », animateur du site « Athéisme », qui, de manière fort pertinente, s’inquiète de l’amalgame entre le racisme et la critique des religions.
« Djamila Benhabib », auteur de « Ma vie à contre-coran », se dit obsédée par la liberté, l’égalité et la justice, qui ne pourront s’exercer que par une rupture avec le courant totalitaire de l’islam.
Elle insiste sur la nécessaire évolution des rapports hommes-femmes dans l’islam… ce qui – c’est moi qui le dis - signifierait que l’islam ne serait plus l’islam !
« Joachim Véliocas », animateur du fort utile site « L’Observatoire de l’islamisation », et auteur du livre « Ces maires qui courtisent l’islamisme », nous explique fort bien le rôle de la commission européenne dans l’immigration et l’islamisation du pays.
« Mireille Vallette », féministe suisse et femme de gauche, auteur de « Islamophobie ou légitime défiance », évoque la servitude volontaire des femmes musulmanes qui, même nées en Europe, portent ce voile symbole d’oppression des femmes.
La magnifique « Wafa Sultan », de manière fort pertinente, démontre que l’islam est une religion, et un état en même temps.
Elle affirme très fortement que les vrais musulmans sont d’abord musulmans avant d’être des citoyens de leur pays d’accueil, et masquent leurs véritables intentions pour mieux endormir les populations.
« Michèle Vianès », présidente de « Regards de Femmes », et intervenante aux « Assises internationale sur l’Islamisation » de nos pays, démontre la réalité du communautarisme en Europe, et se livre à une vibrante défense de la laïcité et de la République.
« Aldo Mungo », de nationalité belge, autre intervenant aux « Assises de Charenton », contrairement à « Nadia Geerts », pointe du doigt le rôle de l’immigration dans l’islamisation de son pays, et estime que la Belgique n’a pas à accueillir des nouveaux venus qui viennent pour combattre ses valeurs.
Notre amie « Anne Zelensky » rappelle son opposition de toujours à l’islam, notamment à cause de sa vision de la femme.
Elle déplore, dans les milieux féministes, se retrouver bien seule, en France, à combattre le voile.
« Sami Aldeeb », chrétien arabe d’origine palestinienne et de nationalité suisse, explique que dans le pays où il vit depuis 40 ans, la population musulmane a doublé à chaque décennie.
Fort de son nombre, elle multiplie les revendications croissantes, et suscite une réaction de plus en plus vive de la population du pays d’accueil.

« Hamid Zanaz » interviewe également « Mohahed al Bosifi », écrivain libyen néerlandais, « Hamed Abdessamad », chercheur et romancier égyptien vivant en Allemagne, « Mohamed Moksidi », poète et écrivain greco-marocain, aujourd’hui installé en Suisse et « Louise Mailloux », militante canadienne athée, féministe et laïque.

C’est un plaisir de lire toutes ces contributions, qui complètent fort bien le tableau dressé par les vingt-cinq intervenants des « Assises de Charenton ».
« Riposte Laïque » a côtoyé une grande partie des contributeurs, depuis sa création, en 2007.
Nous suivons toujours avec intérêt toute action ou tout écrit des uns et des autres, même ceux qui ont choisi de s’éloigner de nous.
En effet, fidèles à notre ligne de rassemblement des patriotes, nous considérons que ce qui nous rassemble, face au péril mortel qui nous guette, est bien plus important que ce qui peut, ponctuellement, nous diviser.

Quand on lit un tel ouvrage, et les autres contributions d’ »Hamid Zanaz », on enrage de constater que ce journaliste, au langage très proche de celui de notre site et de « Pascal Hilout », n’est jamais invité sur les plateaux de télévision, qui préfèrent faire venir les enfumeurs habituels.
A défaut de médias qui valorisent « Hamid Zanaz » comme il le mérite, utilisons nos sites de ré-information pour le faire mieux connaître, encourager les associations résistantes à l’inviter et à faire connaître ses travaux et ses livres.
Cela s’appelle la solidarité militante.

Pierre Cassen

http://ripostelaique.com  du 10/10/2013

 

Mais nos chaînes ne l’inviteront pas, à moins que ce soit pour le descendre en flammes sur les points qui ne concordent pas avec le programme de l’oligarchie !
Il est exact que « les élites » de l’Occident creusent la tombe de toute sa population, de sa culture, de ses valeurs…nous n’avons pas attendu que ce monsieur vienne nous le dire.
C’est très courageux de résider en France, à l’abri depuis vingt ans, de souligner « en français » nos défaillances face à la déferlante de ces immigrés musulmans, mais pourquoi ne fait-il pas plutôt état de ce qui peut se dire dans les mosquées et les associations ou se faire dans notre pays à l’encontre d’un peuple « trop » hospitalier ?
Et je ne parle que de la France puisqu’il s’est réfugié chez nous !
Très malin de réunir cette brochette, cela lui permet de prendre, en quelque sorte, « la température »…reste à savoir pour qui ?

 

Nos Valeurs Sont En Décadence !

Nos Valeurs Sont En Décadence ! dans EDUCATION decadence-valeurs-europe-russie-e1381411551904Les Romains de la décadence.

La Russie et l’Europe face à la décadence des valeurs

Le problème des valeurs

Les valeurs ne sont pas une connaissance.
Le vrai, le bien et le beau sont des objectifs pour l’action.
Leur origine n’est pas la création par un petit père des peuples, ou par une commission interministérielle mais elle est immémoriale.
L’Europe et la Russie partagent des valeurs communes parce qu’elles sont issues de la même civilisation, issue de la Grèce et de Rome, transfigurées par le christianisme.
Refuser que l’Europe soit « un club chrétien » comme l’ont dit plusieurs politiciens comme « Jacques Delors » ou le premier ministre turc « Erdogan » revient à nier l’identité historique de l’Europe.
Les valeurs montrent leur importance sociale à travers leurs fruits.
Le meurtre ou la malhonnêteté ne sont pas généralisables.
La société s’effondrerait.
L’honnêteté ou le respect de la vie sont généralisable.
Le fait d’avoir des enfants aussi.
C’est le signe qu’on est en présence de valeurs authentiques.
Le problème des valeurs est qu’elles ne sont pas issues de la raison comme l’ont montré des philosophes comme « Hume » ou le prix Nobel « Hayek ».
Elles se situent entre l’instinct et la raison.
Le 18ème siècle européen avec son culte de la raison et son éloge de la libération de la nature, donc des instincts a été une catastrophe pour les valeurs.
La raison, cette « crapule » comme disait « Dostoïevski », a servi à justifier les instincts.
Or les hommes ont une vie instinctive chaotique à la différence des animaux.
L’homme a par nature besoin des disciplines de la culture, de la civilisation, comme l’a écrit l’anthropologue « Arnold Gehlen ».
Du 18ème siècle à nos jours, on a assisté en Occident à la destruction des valeurs traditionnelles issues du christianisme et du monde gréco romain.
Quatre faux prophètes ont joué un rôle majeur : « Voltaire », « Rousseau », « Marx » et « Freud ».
Au 20ème siècle, les idéologies scientistes totalitaires ont provoqué des meurtres de masse au nom de la raison.
Plus récemment, la révolution culturelle des années soixante, partie des universités américaines, a affaibli nos valeurs de façon décisive avec des slogans tels que « il est interdit d’interdire » ou « il n’existe pas d’hommes ni de femmes mais des choix subjectifs d’orientation sexuelle ».
Le fait est que le nombre de crimes et de délits en France resté stable autour de 1, 5 millions d’actes entre 1946 et 1968  a monté depuis lors au chiffre de 4,5 millions.
Le record des prisonniers est détenu de loin par les Etats-Unis d’Amérique où le nombre de meurtre par habitant est quatre fois celui de la France.
Face à cette situation, les gouvernements n’ont guère réagi sauf celui de la Russie.
Si l’on reprend les quatre causes d’Aristote : matérielle, formelle, motrice et finale, on a quatre groupes de valeurs culturelles qui sont le socle de la civilisation et de la société.
On a les valeurs comme normes obligatoires incarnées par l’Etat et le droit, on a les valeurs familiales qui s’étendent aussi à l’économie et enfin les valeurs spirituelles incarnées par les religions.
Dans quelle situation sommes-nous par rapport à ces quatre groupes de valeurs ?
L’utilitarisme américain qui réduit l’homme à une matière première de l’économie remet en cause beaucoup de nos valeurs traditionnelles.

Les valeurs culturelles et morales

L’Europe et la Russie ont dans ce domaine un héritage majeur, celui de l’Empire romain et des anciens Grecs.
Il s’agissait de la « paidéia », l’éducation de l’homme afin qu’il devienne « beau et compétent » de corps et d’âme (kaloskagathos).
D’où la recherche de l’excellence morale par l’exemple des grands hommes de l’histoire.
Cette éducation humaniste, qui était aussi bien catholique que laïque en France, a été reniée.
On cherche à former des techniciens et des commerciaux sans culture générale et non des citoyens autonomes. L’homme doit devenir un simple rouage de la machine économique comme l’a montré le philosophe « Heidegger ».
On assiste à un effondrement de la culture générale et de la lecture.
En même temps, le sens moral s’affaiblit, à commencer chez les élites car « c’est toujours par la tête que commence à pourrir le poisson ».
Au nom des droits de l’homme, on sape la morale traditionnelle car on ignore la nature véritable de l’homme.
Celui-ci a trois cerveaux, « reptilien » pour commander les instincts, « mammifère » pour l’affectivité (mesocortex) et « intellectuel et calculateur » (neocortex).
En Occident, le cerveau affectif qui commande le sens moral n’est pas favorisé :
il est considéré comme réactionnaire !
La morale est réactionnaire ! Seuls sont promus le cerveau reptilien (les instincts) et le cerveau calculateur (intelligence) mis au service du reptilien.
Cela donne des personnalités au comportement déréglé comme un ancien directeur du FMI.
Plus gravement, cette dégénérescence a produit aussi les criminels comme « Hitler » ou « Pol Pot » !
La raison au service de l’agression reptilienne, c’est la barbarie !
Il faut réaffirmer l’importance de la morale, notamment civique, laquelle n’est pas fondée sur la raison mais sur des traditions que l’on acquiert avec l’éducation du cœur, comme l’a toujours affirmé le christianisme.
C’est essentiel pour l’Europe comme pour la Russie.
Nous partageons l’idéal de la personne qui recherche l’excellence, idéal issu des anciens Grecs, de l’empire romain et du christianisme.

L’offensive contre les valeurs familiales

A partir de mai 1968  pour la France, les valeurs familiales se sont effondrées.
Le mot d’ordre de mai 68  était « jouir sans entraves » comme disait l’actuel député européen « Daniel Cohn Bendit » accusé aujourd’hui de pédophilie.
Depuis les années soixante dix, un courant venu des Etats-Unis, « la théorie du genre », affirme que le sexe est une orientation choisie.
Le but est de casser le monopole du mariage normal, hétérosexuel.
Depuis les mêmes années, la natalité s’effondre dramatiquement en Europe.
L’Europe ne se reproduit plus et sa démographie ne se maintient en quantité que par l’immigration du tiers monde.
Le tissu social se déchire par les échecs familiaux et par l’immigration de masses déracinées.
La France favorise la gay pride, autorise le mariage gay et réduit les allocations familiales.
Par contre, la Russie crée, pendant ce temps, une prime de 7700 euros à la naissance à partir du deuxième enfant, et crée une fête officielle de l’amour de la fidélité et du mariage avec remises de décoration.
Une idéologie venue des Etats-Unis affirme le choix de vie « childfree » (libre d’enfants) opposé à « childless » sans enfants par fatalité.
Avec une telle idéologie, l’Europe contaminée est en danger de mort démographiquement.
Ce  fut le cas de la Russie après la chute de l’URSS  mais le redressement s’affirme depuis trois ans environ.
Il faut aussi lier les valeurs familiales et celles de la propriété et de l’entreprise.
Dans le passé, la famille était la base de l’économie.
Le système fiscal français démantèle la propriété et empêche les travailleurs d’accéder à la fortune par le travail.
On sait grâce aux exemples allemand et suisse que les entreprises familiales sont souvent les plus efficaces et les plus rentables.
Or on est dans une économie de « managers » de gérants qui cherchent le profit à court terme pour des actionnaires dispersés.
L’Etat est aussi court termiste dans sa gestion et s’endette de façon irresponsable, droite et gauche confondues.
Une société sans valeurs familiales est aussi une société tournée vers le court terme, qui se moque de ce qu’elle laissera aux générations futures.
Là encore, l’Europe pourrait s’inspirer de la récente politique familiale russe et la Russie avec son faible endettement est un bon contre-exemple par ailleurs.

La crise des valeurs nationales.

Le socialiste Jaurès disait :
« les pauvres n’ont que la patrie comme richesse » :
On cherche aujourd’hui à leur enlever cette valeur.
La patrie repose sur un certain désintéressement des hommes :
Mourir pour la patrie fut un idéal de la Rome antique à nos jours.
La marginalisation des vocations de sacrifice, celle du soldat et celle du prêtre n’arrange rien.
La classe politique est gangrenée par l’obsession de l’enrichissement personnel.
La patrie est vue comme un obstacle à la création de l’homme nouveau utilitariste et sans racines.
En outre en France surtout, on a cherché à dissocier le patriotisme de l’héritage chrétien, ce qui est contraire à tout ce que nous apprend l’histoire.
L’Eglise dans beaucoup de pays d’Europe a contribué à sauver la patrie lorsque celle-ci notamment était occupée par l’étranger.
La patrie, du point de vue des institutions politiques, est inséparable de la démocratie.
Or en Europe « à la notable exception de la Suisse », on vit plus en oligarchie qu’en démocratie.
Ce n’est pas nouveau.
De Gaulle dénonçait déjà cette dérive.
Il faut rétablir une vraie démocratie,  au niveau national comme de l’Union européenne, organisation oligarchique caricaturale, et ré-enseigner le patriotisme aux jeunes pour retisser un lien social qui se défait.

La marginalisation des valeurs spirituelles

L’Europe comme la Russie sont issues d’une même civilisation issue de l’Empire romain et du christianisme.
Le christianisme est unique en ce qu’il est une religion de l’incarnation, du Dieu fait homme pour que l’homme puisse être divinisé comme l’ont dit « Saint Athanase » en Orient et « Saint Irénée » en Occident.
Le christianisme met donc l’accent sur le respect de la personne humaine que l’on ne peut séparer des devoirs moraux.

Cet équilibre est rompu avec l’idéologie des droits de l’homme où les devoirs sont absents. « Dostoïevski », cité par le patriarche russe « Cyrillel II »  a montré que la liberté sans sens des devoirs moraux peut aboutir à des catastrophes humaines.
De même l’égalité sans charité débouche sur l’envie, la jalousie et le meurtre comme les révolutions l’ont montré. Quant à la fraternité, sans justice, elle débouche sur la constitution de mafias, qui sont des fraternelles mais réservées aux mafieux  au détriment des autres.
L’égalité en droit des différentes religions n’est pas en cause.
Mais il n’y a rien de choquant à reconnaître le rôle du christianisme dans notre histoire commune et à en tirer des conséquences pratiques.
Comme l’a dit l’ancien président « Sarkozy », un prêtre peut être plus efficace pour redonner du sens moral et retisser le tissu social que la police ou l’assistance sociale.
Il en appelait à une laïcité positive, non anti-religieuse.
Là encore, la Russie tente une expérience intéressante, qu’il ne faut pas ignorer, de collaboration entre l’Etat et l’Eglise.
La destruction du rôle public des Eglises a mené au totalitarisme, à un Etat sans contrepoids moral, il ne faut pas l’oublier.

Redressement culturel et démocratie authentique

Qui pousse en Occident à l’effondrement des valeurs traditionnelles ?
Ce n’est certes pas le peuple mais plutôt les élites profitant de leur pouvoir « oligarchique », « médiatique », « financier », « juridique » et en définitive « politique » sur la société.
Si on faisait un référendum sur le mariage gay, on aurait sans doute des résultats différents du vote de l’Assemblée Nationale.

Ce qui caractérise l’Europe d’aujourd’hui est une coupure croissante entre les élites acquises à la nouvelle idéologie pseudo religieuse des droits de l’homme et le peuple attaché aux valeurs traditionnelles de la famille, de la morale classique et de la patrie.

Ce fossé, par contre, existe moins, semble-t-il en Russie où le président et le gouvernement reflètent bien la volonté populaire, quitte à être critiqués par quelques oligarchies occidentalisées.
C’est pourquoi je pense, contrairement à une idée reçue, que la Russie d’aujourd’hui est sans doute plus démocratique que la plupart des Etats européens car la démocratie, c’est d’abord le fait de gouverner selon les souhaits du peuple.
En Occident, les pouvoirs sont manipulés par des groupes de pression minoritaires.
Ils négligent la volonté du peuple et la preuve en est qu’ils ont peur des référendums.
La démocratie russe est jeune mais est-ce un défaut ?
Une démocratie trop vieille peut être devenue vicieuse et décadente, et perdre ses vertus démocratiques d’origine pour sombrer dans l’oligarchie.
La Russie est donc peut-être plus démocratique car plus proches des valeurs du peuple que nos oligarchies occidentales dont de puissants réseaux d’influence souhaitent changer notre civilisation, la déraciner, créer de toutes pièces une morale nouvelle et un homme nouveau sans le soutien du peuple.
Démocrates d’Europe et de Russie ont en tous cas un même héritage culturel à défendre et à fructifier face à ces réseaux.

Face au déclin des valeurs, déclin surtout importé d’Amérique depuis les années soixante, il appartient donc à l’Europe et à la Russie de faire front commun pour défendre les valeurs de la nation, de la démocratie, de la culture classique avec son héritage chrétien.

Comme disait De Gaulle, il faut s’appuyer sur les peuples d’Europe de ‘Atlantique à l’Oural, ou plutôt à Vladivostok.
Il a écrit dans les Mémoires de guerre :
«  Les régimes, nous savons ce que c’est, sont des choses qui passent.
Mais les peuples ne passent pas ».
J’ajouterai qu’il en est de même de leurs valeurs éternelles car elles sont inscrites dans la nature humaine et dans la transcendance ».

Yvan Blot de « Metapo Infos »
(Institut de la démocratie et de la coopération, 10 juin 2013)

http://fr.novopress.info  du 09/10/2013

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43