Archive | 13/10/2013

Un Budget 2014 Qui Ne Fait Pas Rêver.

 

Un Budget 2014 Qui Ne Fait Pas Rêver. dans FRIC pierre-moscovici-e1381701435241

 La France  actuelle, c’est « ça » ?

 Le budget 2014 de « Pierre Moscovivi »  risque d’être éphémère.

Dans sa conception, le budget 2014 présente quelque analogie avec une coupe de cristal.
Finement ciselé, il rend un son agréable mais résiste assez mal au choc.
« Cap sur la croissance et l’emploi », annonce-t- il sans rire.
Au moins ne promet-il rien sur le pouvoir d’achat.

Le projet de budget pour 2014 est finement ciselé car tout semble être dans la mesure :
pas de prévisions fantaisistes, hausse apparemment minime de la fiscalité, maîtrise des dépenses.
Juste ce qu’il faut pour que Bruxelles avalise le projet :
pas de danger imminent sur le financement de la dette française et donc pas de risque d’aggravation de la crise de l’euro à quelques mois des élections au Parlement européen – elles sont pour le 25 mai 2014 –, ce qui aurait fait désordre.

Le budget sera modifié… après les européennes

Cependant, si l’hypothèse d’une croissance à 0,9 % n’est pas irréaliste, cet objectif n’est pas acquis d’avance.
Le déficit annoncé est de 3,6 % du PIB pour 2014 ; il sera à 4,1 % pour 2013 (pour 3,7 % budgété).
Seulement, cette prévision omet les dépenses du Programme d’investissements d’avenir, qui porte en fait le déficit à 3,9 % pour 2014, soit 82,2 milliards, à emprunter donc.

Le projet annonce la suppression de 13.000 postes dont 8.000 pour la seule défense, mais en fait 11.000 créations de poste sont prévues dont 10.000 dans l’Education nationale.
Quel est à ce titre la sincérité d’un budget qui promet la stabilité des dépenses salariales, sans réduction significative des effectifs et avec une revalorisation du traitement de tous les agents de la catégorie C ?

Dans les « économies », puisqu’il y a des économies dans un budget général de dépenses qui augmente de 295,2 à 305,5 milliards, la dotation aux collectivités locales diminue de 1,5 milliard.
Bravo!
Mais on découvre que 2,3 milliards de recettes leur sont transférés et qu’elles pourront accroître les droits de mutation de près d’un milliard.
Zut…
Joli tour de bonneteau.

Ce budget est fragile, sans marge de manœuvre, sans véritable maîtrise.
« Sauf à modifier la loi de programmation et le calendrier de redressement des finances publiques, le mécanisme de correction sera déclenché mi-2014, appelant des efforts supplémentaires par rapport à la loi de programmation pour atteindre l’équilibre structurel en 2016 », prévient le Haut Conseil aux Finances publiques présidé par le socialiste « Didier Migaud ».
Traduit en français :
il faudra une loi de finances rectificative pour remettre les finances publiques dans la bonne trajectoire.

Tant que l’illusion de finances publiques sous contrôle pourra perdurer, la France bénéficiera de taux bon marché pour financer son déficit.
Si le doute vient au marché, la position du Trésor peut rapidement devenir inconfortable.
On comprend pourquoi le ministère des Finances tient à garder les apparences sauves.
Au premier choc, il faudra tout remettre à plat.

Pour les assistés, il y a toujours de l’argent !

L’impression générale qui ressort de ce budget comme du précédent est que le gouvernement s’est livré à une véritable segmentation des contribuables à des fins de pur clientélisme.
Pour les catégories censées « bien voter » – et qu’il s’agit d’empêcher de filer vers le Front national –, celles qui dépendent de l’Etat pour vivre, ouverture des vannes :
revalorisation du RSA, extension des tarifs sociaux de l’électricité et du gaz, revalorisation des plafonds de la CMU et de l’accès à la complémentaire santé, revalorisation de 25 % de l’allocation de rentrée scolaire, redistribution de points d’indice pour la moitié des fonctionnaires.

Pour celles qui ont l’audace de défiler dans la rue, la punition :
abaissement du plafond du quotient familial, suppression de la réduction d’impôt pour frais de scolarité, suppression de l’exonération fiscale des majorations de pension pour charges de famille ou encore fiscalisation de la partie des cotisations de prévoyance complémentaire santé prise en charge par l’employeur.

Comble de l’ironie, ces mesures sont classées dans le chapitre :
« Un budget orienté vers l’avenir ».
Déjà, le budget précédent avait lourdement frappé les auto-entrepreneurs, les artisans et les petits patrons.
Pour eux, en 2014, un recul du pouvoir d’achat de 5 % est déjà acté.

Dernière trouvaille lors de la discussion budgétaire :
les députés socialistes se sont dégagé une enveloppe de 750 millions d’euros en annulant la réduction de la TVA à taux réduit de 5,5 % à 5 %.
La baisse de 1 ou 2 centimes sur les produits de base n’est pas rentable d’un point de vue électoral.
Les idées fourmillent pour proposer de jolies distributions avant les élections mais qui, pour l’instant, excèdent largement la « cagnotte ».

Pendant ce temps, l’UMP propose un contre-budget. 
« Nous avons voulu commencer une démarche humble en proposant cinq milliards d’économies supplémentaires », explique le député UMP « Gilles Carrez », président de la commission des finances de l’Assemblée.
Pour la révolution fiscale, on repassera.
Après la faillite ?

Bertrand Riasse de « Minute »

http://fr.novopress.info  du 13/10/2013

Un Coup D’ Epée Dans L’ Eau !

Un Coup D' Epée Dans L' Eau ! dans DIVERS hollande-e1381687705105

« Salles de shoot » : le Conseil d’État dit non

Saisi du projet d’ouverture d’une salle dite « de shoot » dans le 10e arrondissement de Paris, le Conseil d’Etat a renvoyé hier le gouvernement devant ses responsabilités
« On était prêt à ouvrir mi-novembre.
Les travaux devaient être lancés, on était en train de recruter des gens, on doit tout arrêter »
, a déploré « atterrée » la directrice de la salle dite « de shoot » qui devait bientôt voir le jour aux abords de la gare du Nord.
Le gouvernement pensait pouvoir imposer ce projet par simple décret, sur le modèle des lieux d’accueil pour toxicomanes.
C’était sans compter avec une association de riverains qui a déposé un recours devant le conseil d’Etat.
Les magistrats du Conseil ont estimé hier que l’installation « d’une salle de consommation de drogues » n’est pas conforme juridiquement à la loi de 1970 sur les stupéfiants, laquelle interdit tout usage de drogues en France.

Le Conseil d’Etat aurait-il pris en considération les craintes des Parisiens ?
Non.
En fait, les « sages » ne se prononcent pas sur le fond, mais simplement sur la forme.
Dans leur décision, ils ne font en effet que recommander au gouvernement d’inscrire dans la loi le principe de ce dispositif pour plus de garantie juridique.
« Le Conseil d’État recommande de passer par une loi, c’est un conseil qu’évidemment nous allons suivre », a d’ailleurs commenté, goguenarde, la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine.

Les associations de riverains ne sont donc aucunement rassurées…
Alors que le maire du 10ème arrondissement considère que cette salle est  « le seul moyen d’améliorer la sécurité des habitants (sic) et la santé des usagers(re-sic) », pour le collectif des associations de riverains, dont « Parents contre la drogue », en revanche, une telle salle ouvre la voie à un « suicide sous assistance » et représente « la première étape vers une dépénalisation des drogues ».
Pour les mêmes raisons, Génération Identitaire Paris et le Front national Paris sont également vivement opposés à ce projet.
La décision du Conseil d’Etat ne fait que reporter de quelques mois l’ouverture de la salle contestée.
Marisol Touraine a été claire hier :
les députés devront se prononcer pour l’ouverture de telles salles et donc légaliser l’usage des drogues en France.

Après les municipales ?

Une nouvelle avancée majeure de la culture de mort.

http://fr.novopress.info  du 13/10/2013

 

Bien sûr, des raisons toutes plus fumeuses les unes que les autres nous seront données.
En réalité, notre gouvernement espère, sans doute, y trouver un revenu substantiel par des taxes aussi importantes que sur le tabac.
La raison la plus plausible ne serait-elle pas de hâter le grand remplacement qui ne s’effectue pas assez vite ?

Nos Médias Veulent Nous Culpabiliser.

Nos Médias Veulent Nous Culpabiliser.  dans TABOU vision-e1381620943941

Je n’ai pas honte de tous les naufrages de réfugiés.

Non,  je n’ai pas honte du drame qui a frappé plus de 300 réfugiés de la misère à Lampedusa.
Je ne me sens pas responsable de ces pauvres gens qui meurent en tentant d’atteindre nos libres rivages.

Je n’ai pas honte, parce que les coupables de ces catastrophes sont les gouvernements et les fanatiques de leurs pays, arabes et africains en particulier, plus occupés à se remplir les poches et à s’entretuer pour des questions ethniques ou religieuses qu’à développer l’économie de leur pays.

Je n’ai pas honte, car depuis les années 90, l’Europe a accueilli d’innombrables immigrés économiques venus au titre de l’asile.
Et ceci malgré des tentatives de certains pays, dont la Suisse, de freiner ce mouvement.
Elle reste toujours première au hit parade de l’accueil.

Je n’ai pas honte et je suis même fière de nos démocraties qui appliquent ainsi depuis des décennies leurs valeurs humanistes et se sont montrées extraordinairement généreuses dans l’aide à l’intégration de ces immigrés.
Une intégration qui aujourd’hui ne fonctionne plus.

Je n’ai pas honte et je suis même extraordinairement reconnaissante à nos sociétés d’être les seules qui offrent à leurs citoyens aide et protection de la naissance à la mort, droits à l’éducation, au travail, à la justice, y compris pour ses étrangers.
Je comprends que cette réalité attire comme un aimant.

J’ai honte pour ces organisations humanitaires et ces journalistes qui eux vomissent sur ces sociétés et leurs citoyens « indifférents » et « égoïstes ».

J’ai honte pour ces irresponsables qui tentent par leur souverain mépris de faire place à davantage d’immigrés.

J’ai honte de ne les entendre jamais afficher un tel jugement à l’endroit de pays qui ne respectent rien, commettent des actes barbares et dont certains tiennent en esclavage leur main d’œuvre étrangère.
Des pays plus riches que les nôtres, auxquels nul ne songe, et surtout pas nos gouvernements, à demander des comptes.

J’ai honte que nos indignés fassent semblant de ne pas voir que de nombreux pays européens font face à des difficultés économiques majeures qui les empêchent de continuer à ouvrir grand leurs portes aux centaines de milliers de réfugiés qui se présentent (330’000 en 2012).
Des indignés qui font semblant d’ignorer que des dizaines de millions souhaitent les imiter.

J’ai honte que le « HCR » fasse une demande à l’Europe qui n’a aucun sens:
accueillir quelques dizaines de milliers de réfugiés syriens -sur deux millions !- qui ne parlent pas un mot de notre langue, qui sont totalement étrangers à notre culture, et qui vont grossir les rangs d’une communauté religieuse qui pose déjà d’innombrables problèmes et dont une fraction menace gravement nos démocraties.

J’ai honte pour tout ce monde de bien-pensants qui demande aux démocraties d’accueillir sans cesse de nouvelles victimes, plutôt que se demander comment contrer la descente aux enfers du monde dont elles viennent.

Mireille Vallette

http://ripostelaique.com  du n° 324 le 12/10/2013

 

A longueur de journée, jour après jour, mentionnant même qu’un bateau est passé sans s’arrêter, on nous saoule avec les africains ou les moyen-orientaux qui bravent la mer pour fuir la guerre chez eux.
C’est un vrai mur des lamentations devant lequel nous sommes invités et c’est intolérable !
Nous n’avons pas à répondre de toutes les misères du monde, proches ou lointaines, occupons-nous déjà de nos misères à nous, il semble que ce soit le cadet des soucis de notre gouvernement !
La drogue, la violence, le chômage, tout ça ne sera pas réglé à la fin de l’année, et on nous baratine pour accueillir encore plus d’immigrés ?
Et des islamistes européens, français et autres, vont combattre aux côtés d’Aqmi en Syrie quand nos soldats sont allés au Mali faire la guerre aux alliés d’Aqmi ?
C’est vraiment du n’importe quoi !

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43