TABOU

Bamboula Africaine A Montreuil !

Bamboula Africaine A Montreuil ! dans TABOU dal-e1382721057811Les africains les premiers, bien sûr !

 Les « squatteurs » africains manifestent pour obtenir des logements gratuits

C’est une bande d’une vingtaine de jeunes encapuchonnés, rigolards, d’origine africaine, qui font le tintouin, depuis des heures au pied du 56 rue du Clos Français à Montreuil.
Passant dans les parages, intriguée par le bruit, je m’approche du petit groupe afin de m’enquérir des raisons de leur excitation.
Trois personnes portant un brassard orange « sécurité » me regardent, l’un d’eux, d’origine asiatique s’approche de moi, hilare « ils vivaient là, ils payaient pas le loyer et maintenant ils demandent un logement gratuit, mais pour nous c’est pas gratuit, nous on doit payer », me dit-il immédiatement.
Je sors mon portable et filme la scène avec la banderole jaune en arrière plan.

Je m’approche d’eux, ils portent sur la poitrine un autocollant jaune fluo du DAL et m’expliquent être là suite à leur expulsion, « sans violence » d’après Libé,  la veille à 5h du matin selon leurs dires.
Le Tribunal d’Instance de la ville en avait ainsi décidé le 24 septembre dernier.
Quelques jeunes font les pitres.
Un gamin se marre et me demande de prendre son copain en photo.
Un homme d’âge mûr portant des lunettes se fait le porte-parole de ces occupants illégaux.
Il me raconte que des bébés ont été jetés à la rue et qu’ils se trouvent actuellement avec les femmes dans un gymnase à côté.
Aucun ne semble ni traumatisé, angoissé, ni malheureux, bien au contraire.
Il m’explique que la destruction n’a pas encore commencé mais que des hommes commandités par le bailleur sont venus détruire l’escalier afin de les empêcher de revenir s’installer.
J’aperçois effectivement un morceau d’escalier et des gravats derrière une porte en verre brisée.

Libération explique  que « c’est un bâtiment vétuste et hors-norme, commente « Anne Fessan », représentante de la société.
Avec des gravats, des ascenseurs à l’arrêt, sans chauffage.
Nous avons prévu de le détruire et de le reconstruire.
On passera de 24 à 44 appartements.»
Quand « I3F » a acquis le bâtiment en juillet 2011, il n’y restait déjà plus que sept locataires, tous relogés depuis.
Tout au long de l’été, le chantier a pris de retard avec l’arrivée inattendue de familles à la recherche d’un toit, de plus en plus nombreuses.
Le bouche-à-oreille a fonctionné à plein régime, les portes murées ont été ouvertes, et la procédure d’expulsion a été lancée par le bailleur. »

C’est donc l’installation inopinée depuis plusieurs mois de cette soixantaine de squatteurs majoritairement ivoiriens qui a empêché la destruction en temps et en heure de ce vieil immeuble destiné à la démolition pour reconstruire, bien évidemment, des logements sociaux.

Une seule personne de type caucasien se trouve parmi eux, une femme peut-être de l’association « DAL » qui a l’air aussi aimable qu’un alligator affamé.
Elle tend à l’un des jeunes hommes une liasse de pétitions vierges de toute signature.
Quelqu’un dit « il faut bien qu’elles servent à quelque chose ! ».
L’homme me propose de signer.
Je refuse, lui expliquant que je suis juste passée voir ce qui se passait mais que je n’ai pas l’intention de cautionner pour autant.
l n’est pas question de se rendre complice d’un système de pompe aspirante qui fait à grande échelle se désertifier de ses populations le continent africain en tuant son économie et sa culture, pour les importer ici où elles contribuent à appauvrir gravement notre système social.
Il est criminel que des associations participent au vidage de territoires entiers de leurs habitants, il faut avoir gardé une sacrée âme de colons pour utiliser à des seules fins pécuniaires les Africains en les incitant à abandonner leurs pays respectifs.

Devant mon refus et sans hostilité aucune ils n’insistent pas, me disent que je ne suis pas obligée de signer si je n’ai pas envie, que ce n’est pas grave.
Ils ne sont pas dupes de ces démarches associatives et savent parfaitement de toute façon que le système politique français est parfaitement rôdé, tout acquis à leur cause, et que ces pétitions ne sont que de la poudre jetée aux yeux des gogos-bobos, puisque, quoiqu’il arrive la municipalité les relogera aux frais des contribuables montreuillois.
La femme, elle, fait clairement la tronche.
Il faut dire que personne n’est là pour assister au spectacle, pas de caméras, même pas de bobos compassés, rien, le bide absolu.

Je repars en leur souhaitant bonne chance.
« Dominique Voynet » est évidemment en train de se décarcasser pour tous les (re)loger à l’œil.

Caroline Alamachère

http://ripostelaique.com  du n° 326, le 24/10/2013

 

 

d.a.l-e1382720945889 dans TABOUEt pourquoi pas  le service  ?

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43