Archive | novembre 2013

S.O.S. Racisme Ne Gagne Pas Toujours !

sos racisme

Comparution immédiate pour le président de  S.O.S. Racisme Dunkerque !

« Anthony Simati », présidentde SOS Racisme et militant anti-violence, a été sévèrement condamné par le tribunal, hier, en comparution immédiate, pour avoir tabassé son ex-concubine au point de la défigurer.
« Ça ne me ressemble pas.
Moi, je suis quelqu’un qui a toujours visé les étoiles.
Vous savez, je suis président de SOS Racisme dans le Dunkerquois, membre du bureau national, impliqué dans plein d’associations.
J’ai une bonne situation.
Je suis chauffeur de bus.
Ce n’est pas moi ça  », se lamente « Radjabou (Anthony) Simati ».
Mais la présidente reste de marbre.
« Ce que vous faites à côté, c’est très bien, mais ce n’est pas ce qui nous intéresse aujourd’hui », répond la magistrate qui veut s’en tenir aux faits, particulièrement violents.

Dans la nuit de dimanche à lundi, vers 2 h, l’ex-concubine d’Anthony rentre chez elle, après son service au casino.
Le couple est définitivement séparé depuis juin.
Mais elle vit dans la peur.
Anthony est jaloux, ne cesse de la harceler.
Il s’est d’ailleurs déjà montré violent.
Elle a reçu un coup de pied dans le ventre le 14 février 2011.
« Chouette Saint-Valentin ! », ne peut s’empêcher la présidente.
Il envoie aussi des SMS menaçants.
Alors ce 6 août, Anthony l’attend en bas de chez elle.
Dès qu’elle sort de sa voiture, en proie à une crise de jalousie, il lui demande son téléphone portable, « pour voir les numéros de tous les mecs qu’elle se tape », lit la présidente.

« Défigurer quelqu’un à ce point, c’est rare »

Puis tout va très vite.
Anthony se met à frapper la femme de 25 ans avec un acharnement « comme on a peu l’habitude de le voir , insiste la substitute.
Défigurer quelqu’un à ce point, c’est rare ».
Tous les coups sont portés au visage.
La jeune femme perd quatre dents, devra se faire recoudre en plusieurs endroits.
Son nez est fracturé.
Elle est couverte de sang des pieds à la tête.

« Je regrette ce que j’ai fait, ça ne me ressemble pas », répète Anthony, particulièrement sensibilisé aux problèmes de violences  :
Il a l’habitude d’intervenir dans les écoles pour des actions de prévention sur le sujet.
« Vous dites que ça ne vous ressemble pas, mais alors comment vous expliquez lui avoir littéralement « latté » le visage à coups de pied ? », interroge un assesseur.
Anthony ne se l’explique pas.

La partie civile détaille les blessures de la jeune femme, insistant sur le préjudice esthétique, au sens juridique du terme :
« Ma cliente est hôtesse d’accueil au casino.
Elle n’est même plus certaine de se représenter un jour à son travail.
On n’exerce pas ce métier édenté, avec des cicatrices sur le visage.
Tout ce qu’elle demande maintenant, c’est la réparation de son préjudice et que son ex-concubin ne l’approche plus car elle dit vivre dans la peur. »
Une expertise médicale sera nécessaire pour évaluer le montant des dommages et intérêts.

« Cette jeune femme ne retrouvera peut-être pas le visage qu’elle avait avant d’être passée à tabac.
Son avenir professionnel est peut-être compromis.
Tout cela est inadmissible », renchérit la substitute.
Elle réclame dix-huit mois de prison dont neuf assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve et un maintien en détention.

Pour la défense, il s’agit « d’un acte isolé de la part d’une personne parfaitement insérée. L’envoyer en détention, c’est lui faire perdre son travail ».
Le tribunal a été plus sévère que les réquisitions, condamnant Anthony Simati à dix-huit mois de prison dont quatre avec sursis mise à l’épreuve.

Il est parti en détention pour huit mois. •

ALEXIS CONSTANT

http://www.lavoixdunord.fr  du 09/08/12

Un an de Hollanderie et nous n’en aurions pas même entendu parler !

Et qu’en est-il de notre sécurité ?

Bla, bla, bla,…de belles paroles mais les agressions surtout contre les femmes continuent d’augmenter !

 

La Charia Faut Pas Charier !

cochon rit

 Ce genre de manifestation n’est jamais retransmis sur TF1….

 

(https://www.facebook.com/photo.php?)

v=10151945369707226&set=vb.356884551114566&type=2&theater

Manifestations contre l’islam en polynésie Française le 09 novembre 2013

 

Attention, Ce Vaccin Est Dangereux !

0

Le vaccin réduit le risque d’infection par le Papillomavirus

Une étude américaine met en évidence une baisse de plus de 50 % de la contamination par le papillomavirus, après la vaccination.
À la fin des années 1970, les chercheurs ont découvert que certains virus, les « papillomavirus » (en particulier ceux de type 16 et 18) étaient responsables du cancer du col de l’utérus.
Près de vingt-cinq ans plus tard, des firmes pharmaceutiques mettaient au point un vaccin contre ce cancer.
En 2006, les autorités sanitaires américaines le recommandaient à toutes les jeunes filles de 11 à 13 ans, puis jusqu’à 26 ans.
Une enquête publiée en début de semaine dans « The Journal of Infectious Diseases », révèle une baisse de la contamination par ces virus pour les filles de 14 à 19 ans, grâce à cette politique vaccinale.
C’est une bonne nouvelle pour la santé publique.

(Nous n’avons pas assez de recul !
Des voix se sont déjà élevées pour dénoncer un risque de stérilité due à ce vaccin.
Trop de femmes auront servi de cobayes quand on s’en rendra vraiment compte, mais se sera trop tard, comme pour le « médiator » !
pelosse)

En France dans le nouveau calendrier vaccinal, ce vaccin (trois injections avec un intervalle de deux mois entre la première et la deuxième et de quatre mois entre la deuxième et la troisième) est proposé aux filles de 11 à 14 ans, avec un rattrapage pour les 15 à 19 ans.
Quelle est l’efficacité de ce vaccin qui protège contre plusieurs souches de papillomavirus responsables du cancer ?
S’il faut attendre encore quelques années avant d’observer une diminution des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus,
les chercheurs du « Centre de contrôle » des maladies d’Atlanta (« CDC ») se sont intéressés à l’évolution du nombre de cas d’infection chez les jeunes filles.

Aucun effet indésirable majeur

Pour mener à bien ce travail, les scientifiques ont examiné les papillomavirus identifiés sur les frottis vaginaux de 4150 femmes de 14 à 59 ans testées entre 2003 et 2006 et sur les frottis de 4253 autres femmes de même âge testées entre 2006 et 2010.
Il est possible sur lesfrottis cervico-vaginaux effectués dans le cadre du dépistage du cancer du col de l’utérus, de détecter la présence de papillomavirus.
Les résultats révèlent que pour la classe d’âge des 14 à 19 ans, le taux de contamination par le papillomavirus a chuté de 56 % entre les deux périodes.
Le pourcentage de porteuses du virus (type 6, 11, 16, 18) est passé de 11,5 % entre 2003 et 2006 à 5,1 % entre 2006 et 2010, après donc le début des campagnes de vaccination.
Pour les autres tranches d’âge, aucune différence n’a pu être observée entre les deux groupes.

Pour le professeur « Thomas Frieden », directeur du « CDC » d’Atlanta, qui répondait aux questions de la presse lundi sur ce sujet, «ces résultats sont très frappants.
Ils devraient conduire à un réveil pour inciter les jeunes filles à se faire vacciner.
Il est possible si l’on s’en donne les moyens de protéger une génération contre le cancer du col de l’utérus.»
Aujourd’hui, en France, moins d’un tiers des jeunes filles bénéficient d’une protection par ce vaccin.
Même chose aux États-Unis.
Il faut aussi savoir que la vaccination pourrait réduire de 75 % le risque de cancer du col, mais pas de 100 %, car le vaccin ne couvre pas toutes les souches virales potentiellement oncogènes.

À ce jour, aucun effet indésirable majeur lié ce vaccin n’a été identifié, alors que 56 millions de doses ont été utilisées dans le monde.
En 2011, en France, 6800 femmes ont souffert d’un cancer du col de l’utérus, 2 080 en sont mortes.

Martine Perez

http://sante.lefigaro.fr  du 26/06/2013

J’ai repris cet article que j’avais publié il y a quelques mois en raison de l’actualité.
Chacune est libre de faire comme elle l’entend, se rappelant toutefois que la couverture est loin de la protéger contre « une » forme de cancer.
Y avait-il des vaccins pour nos ancêtres ?

Les Turpitudes Anti-Patriotes Continuelles.

_bestiole

Les services secrets français avaient monté un plan choquant.

Les services de renseignement français avaient projeté d’assassiner l’islamiste Abu Hamza, à Londres, et de se faire passer pour des néo-nazis, révèle ce matin le très sérieux « Telegraph » (source) .
Les espions français avaient prévu d’envoyer des menaces de mort au « jihadiste », avec la signature de « Combat 18″, la branche armée du groupe néonazi britannique « Blood & Honour » fondé en 1991, avant de le tuer avec les armes qui sont utilisées par ce groupuscule.
Autre option révélée par l’organisation « Hope not Hate » (pas la haine mais l’espoir), les renseignements français avait projeté de kidnaper « Hamza » et de le ramener en France.

Le plan, qui date de 1999, avait pour double objectif de lutter contre l’islam radical, car les Français trouvaient que les Britanniques ne le prenait pas assez au sérieux, malgré son importance outre Atlantique, et de créer une phobie contre les extrêmistes de droite.

Etant hermétique aux théories complotistes, je n’aurais pas publiée cette information si elle ne venait pas du « Telegraph ».
Elle met en lumière la constante bienveillance vis à vis de l’extrême gauche, responsable pourtant des plus sanglants attentats et crimes non islamistes qui se sont produits en Europe.
Pas plus tard que la semaine dernière, à la grande déception des « Caroline Fourest » et autres gauchistes qui font de la distorsion des réalités leur gagne-pain, un islamo-gauchiste a blessé au fusil à pompe un photographe dans les locaux de « Libération », un média qu’il a qualifié de « journaputes » menteurs et manipulateurs, ce qui atteste de sa parfaite lucidité.
La même semaine, on apprenait l’existence de trois femmes réduites en esclavage pendant 30 ans, à Londres, et qui ont réussi à s’échapper.
Les esclavagistes, vient d’apprendre le « Daily Telegraph », sont deux gauchistes qui adorent « Mao », et qui dirigaient un collectif communiste dans les années 70.

Là encore, les journaliste trotskistes, mouchés, ne se bousculent pas pour dénoncer la puanteur de l’extrême gauche.

Hervé Roubaix pour « Dreuz.info »

http://www.dreuz.info  du 25/11/2013

Relayons Tous L’ Appel De Geert Wilders !

wilders_francais-

Levons un drapeau de la Vérité et de la Libération !

Il y a exactement 9 ans, en Novembre 2004, des policiers en gilets pare-balles et en armes venaient me prendre à mon domicile pour me mener en lieu sûr.Ceci arriva deux jours après le meurtre du réalisateur islamo-critique Théo Van Gogh, par un assassin islamique, en plein jour, dans une rue d’Amsterdam.
La police me protégeait parce que des assassins islamiques avaient menacé de me tuer aussi.
Cela, parce que j’avais également dit la vérité à propos de l’islam, le plus grand danger pour notre liberté et notre civilisation.
Depuis cette date sinistre, il y a neuf ans, j’ai été forcé de vivre sous protection policière constante.
J’ai vécu dans des casernes, dans des prisons et des maisons refuges.
La menace continue aujourd’hui et m’a enlevé ma vie privée et  ma liberté.

Mais je vais continuer à parler.
Le drapeau de l’Arabie Saoudite proclame fièrement la « Shahada » (la déclaration de foi islamique) :
« Il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète ».
En mémoire de ces neuf années passées, en mémoire des milliers de victimes qui ont été tuées par des assassins islamiques durant cette période, à Londres, à Moscou, à Mumbai, à Nairobi et dans d’innombrables endroits, en mémoire des millions de personnes – femmes,apostats, non-Musulmans – qui souffrent quotidiennement de discrimination et d’humiliation de par la malfaisante idéologie islamique et de sa loi oppressante la charia, j’offre au monde islamique un nouveau drapeau – un drapeau portant une déclaration de vérité et de libération :

« L’islam est un mensonge, Mahomet un criminel, le Coran est du poison ».

C’est seulement quand le monde islamique aura compris cette vérité qu’il pourra se libérer du mal, et faire ainsi du monde un endroit meilleur et plus sûr pour tous les Humains.

C’est seulement quand le monde libre aura compris que l’islam est majoritairement une idéologie totalitaire plus qu’une religion qu’il deviendra capable de défendre ses libertés et ses valeurs.

En souvenir de ces neuf dernières années, à la mémoire des milliers de victimes qui ont été assassinés durant cette période par des assassins islamiques, à Londres, à Moscou, à Mumbai, à Nairobi, et dans d’innombrables autres endroits, et en souvenir des millions de personnes – les femmes, les apostats, les non-musulmans – qui souffrent quotidiennement de discrimination et d’humiliation de l’idéologie du mal de l’islam et la charia islamique loi oppressive, j’offre le monde islamique un nouveau drapeau – un drapeau avec une déclaration de la vérité et de la libération: « l’islam est un mensonge, un criminel Muhammad, le Coran est un poison. « 

 

Geert Wilders

http://gatesofvienna.net  du 24/11/2013

musulmann

Où En Est, Ce Jour, L’Empire Du Milieu ?

panda-chinois-avers.

Vers une nouvelle révolution chinoise ?

Le 15 novembre dernier, le monde a peut-être été témoin d’une de ces révolutions silencieuses qui marquent l’histoire de l’Humanité pour plusieurs décennies.
La presse internationale, prudente peut-être, n’en a fait qu’un modeste écho.
En France, bien sûr, elle est consciencieusement passée à côté pour s’attarder sur des histoires de bananes.

Et comme on pouvait raisonnablement s’y attendre, ce discret chambardement vient de Chine. Comme nous l’apprend une brève de Contrepoints, à l’issue d’une réunion du comité central du Parti communiste chinois, une liste de réformes a été livrée par l’agence officielle « Chine nouvelle ».
J’ai déjà évoqué, un peu, les mutations que traverse l’Empire du Milieu dans sa marche posée hors du communisme mortel qui précipita des millions de Chinois à leur perte après la seconde guerre mondiale, en remarquant notamment que, ces cinq dernières années, le rapport des autorités chinoises à l’or avait progressivement évolué au point que le pays en achète maintenant plus que tout autre, et que ses réserves, stockées par sa banque centrale, en sont difficilement estimables mais certainement bien supérieures aux 1054 tonnes officiellement détenues.

Ici, on comprendra qu’un pays qui concentre près de 20% de la population terrestre compte forcément un peu dans le concert des monnaies.
À ce titre, tout changement de politique vis-à-vis de son « Yuan » impactera forcément l’ensemble de la planète à commencer par les économies occidentales, au premier rang desquelles les États-Unis dont le dollar est massivement détenu par les autorités chinoises.
Ainsi, l’augmentation drastique du stock d’or de la banque centrale chinoise peut raisonnablement montrer une volonté, pour le gouvernement, de se détacher de sa dépendance à la monnaie américaine, par exemple en proposant un « Yuan » convertible, voire, éventuellement, adossé à l’or.
Certains m’objecteront qu’une telle manœuvre provoquerait un décrochement du dollar et amoindrirait beaucoup la valeur des réserves chinoises.
Je note cependant que les dirigeants chinois ont parfaitement compris que les petits exercices actuels de la « Fed » finiront par aboutir au même résultat.
Le fait, pour ces derniers, de passer à une monnaie-or leur permet de conserver à la fois le contrôle du moment et de la quantité de dollars qui leur resterait sur les bras, ainsi que les conditions et le contexte international d’une telle opération monétaire. Finalement, mieux vaut perdre un peu selon ses propres termes que tout selon les termes d’un adversaire commercial dont les manipulations sont de plus en plus erratiques.

Et c’est tellement vrai que la Chine serait prête à contracter ses achats de pétrole directement en « Yuan« , ce qui revient de facto à amoindrir nettement la position du dollar comme monnaie unique pour les échanges énergétiques, et indique sans ambiguïté le rôle croissant du « Yuan » sur la scène internationale.
Si j’évoque cette question du « Yuan », c’est parce que cette monnaie figure dans les sujets couverts par les réformes évoquées à la fin du dernier « Plenum » chinois.
Pour les dirigeants chinois, il est temps d’envisager la convertibilité libre du « Yuan » sur les marchés des changes mondiaux. C’est, clairement, un pas vers la stratégie évoquée ci-dessus.
Bien évidemment, les réformes s’étendent bien au-delà de ces considérations monétaires et c’est aussi cela que je veux évoquer dans les quelques paragraphes ci-dessous.

Ici, je pourrai m’étendre un peu sur la fin de la politique de l’enfant unique, ou l’abaissement de certaines barrières administratives aux mouvements de populations.
Ces éléments amélioreront indubitablement la vie de tous les jours des Chinois, et c’est tant mieux :
Ce peuple mérite, lui aussi, de sortir enfin du communisme, et le sociétal est une étape indispensable.
Mais la réforme qui m’apparaît bien plus importante (et qui fut quasiment passée sous silence par les médias français) est à mon avis celle qui concerne le rapport des citoyens chinois à la terre, et notamment à la possession agricole.

On apprend en effet que les agriculteurs se verront accorder des droits de propriété, pour posséder, utiliser et transférer les terres qu’ils cultivent.
Mieux,  ils pourront utiliser leurs droits de propriété comme caution pour des opérations financières.
Voilà un changement profond, stupéfiant et fondamental de la façon dont fonctionne la Chine :
Jusqu’à présent en effet, toutes les terres agraires sont officiellement possédées par l’État, qui en cède la jouissance aux agriculteurs.
On comprend ici qu’une telle réforme va provoquer un changement colossal dans le pays puisque, dans le principe, elle revient à donner un capital (la terre) à quasiment un milliard de personnes, capital qui pourra servir, être investi, de différentes façons.

Il ne faut pas se leurrer :
Le gouvernement chinois reste celui d’un pays communiste, d’essence totalitaire, dont le rapport à la transparence et à la sincérité est au moins aussi trouble que les gouvernements occidentaux actuels, ce qui n’est pas peu dire.
L’importance de cette réforme devra donc être mâtiné d’une bonne dose de prudence, d’autant que, comme le remarque fort justement « The Economist« , les réformes concerneront aussi les entreprises d’état, monopolistiques, qui devront s’ouvrir à la concurrence et devront composer avec une Justice que le gouvernement chinois entend rendre aussi indépendante que possible.
Il n’y a donc pas d’efforts à faire pour imaginer les réticences, les résistances plus ou moins farouches et les frictions peut-être violentes qui vont s’opérer dans les prochaines années dans l’Empire du Milieu.

Il n’en reste pas moins que la réforme légale des droits de propriété peut, très concrètement, transformer la planète :
Lorsqu’un milliard de personne accède ainsi au capitalisme, l’impact sur l’économie mondiale promet d’être énorme.
On peut même noter, comme le fait justement « James Gruber » dans un papier d’ »Asia Confidential«  que ces profonds changements auront un effet possiblement négatif sur les marchés mondiaux, puisque la Chine va se transformer, d’une économie majoritairement productrice et exportatrice, en économie essentiellement consommatrice, avec une réduction notable de sa croissance :
La période que nous venons de vivre pendant laquelle la Chine tirait l’économie mondiale en étant devenue l’usine du reste du monde est en train de s’achever et la nouvelle configuration mondiale promet de sérieuses remises en questions.

Devant ces bouleversements, il est de plus en plus consternant, par contraste, d’observer l’état de décrépitude et d’immobilisme français.
Il est même douloureux de constater qu’un pays comme la Chine parvient progressivement à se réformer, et affirme de plus en plus fort, de plus en plus clairement que l’économie de marché fonctionne, qu’elle permet de faire sortir un nombre croissant d’individus de la pauvreté, et va même jusqu’à jeter une grosse poignée de capitalisme bien dodu vers une population qui en était privée depuis des décennies.
Pendant ce temps, la France progresse dans le sens inverse, grignotant chaque jour la notion même de propriété privée (les lois Duflot en sont un exemple glacial, la rétroactivité des ponctions sur l’épargne en formant un autre aussi inique), allant même jusqu’à inculquer un culte du « Tout-à-l’État » et le mépris affiché du monde de l’entreprise à toute une génération d’élèves, au travers d’une propagande grossière et stérilisante.

Indubitablement, les prochaines décennies verront le monde changer dans des proportions que peu sont en mesure d’appréhender.
Et il suffit de parcourir les petits articles de la presse franchouille sur le sujet chinois pour se rendre compte qu’au moins, la population française sera sagement rangée à l’abri de tous ces changements, aussi bénéfiques soient-ils :
l’ »intelligentsia » veille et ne leur en parlera pas, de peur de les choquer.

La Chine, tous les jours, sort un peu plus du communisme.
Mais tout va bien, pour compenser, la France a « heureusement » choisi le chemin inverse.

h16 du blog « hashtable »

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/  du 24/11/2013

Une Mosquée Est Détruite A Luanda.

angola

Vive l’Angola, premier pays au monde à interdire l’islam.

L’Angola, pays à 95 % chrétien, dont 55% des Angolais sont catholiques, et un quart appartient aux Églises protestantes fondées pendant la période coloniale, surtout à l’Église évangélique congrégationnelle, et avec moins de 1% de musulmans, a décidé d’interdire la religion musulmane qu’il considère comme une secte.
Début octobre 2013, les musulmans, en majorité des guinéens, ont eu la mauvaise surprise de voir le minaret de leur mosquée être démonté.

Motif,  celui-ci était « mal fait » et a été installé sans autorisation.

Toujours en octobre, les autorités ont entamé la destruction de la mosquée de Zango, située dans la commune urbaine de « Viana ».

Puis le gouverneur « Bento » de la ville de « Luanda » a annoncé que « les musulmans radicaux ne sont pas les bienvenus en Angola et le gouvernement angolais n’est pas prêt pour la légalisation des mosquées en Angola. »

Mardi 19 novembre, la ministre de la culture, « Rosa Cruz e Silva » a déclaré :
« En ce qui concerne l’Islam, dont le processus de légalisation n’a pas été approuvé par le ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, leurs mosquées seront fermées jusqu’à nouvel ordre».

En janvier 2006, la police angolaise avait pénétré dans un certain nombre de mosquées de la région de « Luanda », avait ordonné aux musulmans de quitter les lieux, et avait confisqué leurs haut parleurs pour l’appel à la prière.
Les mosquées furent fermées, et les portes condamnées par des chaînes.

Le gouvernement angolais a promis de faire de la destruction de toutes les mosquées sa priorité.

Les deux seules mosquées de « Luanda » ont reçu un document d’avertissement de l’administration, signé par le maire, « José Moreno ».

Un seul pays au monde qui interdit l’islam, c’est peu, très peu, mais c’est un début comparé aux nombreux pays musulmans qui persécutent les Chrétiens, leur interdisent de construire des églises et, pire, détruisent à tour de bras les quelques monastères et églises qu’il reste en orient, comme ici en Syrie.

 André Galiléo

(I)Nos Français En Algérie En 1962.

pieds-noirs1

Les dockers de la CGT criaient : « Les pieds-noirs, à la mer ! «  ….en 1962

Amnésie :
Un passé sous silence, une honte nationale
Du mensonge au dénigrement :
Une histoire déformée et instrumentalisée

Depuis l’élection de François Hollande, nous constatons une recrudescence des comparaisons et allusions sur l’histoire des Français d’Algérie.
Algérie est le nom donné par la France, au 19ème siècle, à ce territoire du Maghreb central qu’elle développa en trois grands départements, et qui devint indépendant en 1962 au bout de 132 ans de construction.
Un demi-siècle s’est écoulé, et dans une ténébreuse constance, les commentaires à leur égard s’avèrent toujours aussi injustes et humiliants.
Depuis 50 ans une chape de plomb s’est abattue sur cette histoire qui demeure, comme une plaie mal cautérisée, douloureuse et purulente.

Déjà, au printemps 2012, des journaux français invitèrent et firent recevoir avec les honneurs la sénatrice algérienne  « Zohra Drif », célèbre comme poseuse de bombes contre des civils, femmes et enfants.
Précédemment, une Cour d’Appel avait débouté « Nicole Guiraud », victime à 11 ans d’un acte terroriste de cette même « Zohra Drif ».
La plaignante fut déboutée de sa plainte contre une chaîne de télévision publique pour apologie de ces poseuses de bombes dans  un reportage « les porteuses de feu » d’une série intitulé « Passé sous silence ».
L’indignation sélective serait-elle acceptable ?

Une loi inique  fut votée le 6 décembre 2012 par les deux chambres mais avec un décalage de dix ans!!! En effet, le premier texte passa à l’assemblée nationale en 2002.
La démarche s’avérait abusive mais le Conseil Constitutionnel valida.
C’était le petit cadeau fait à l’Etat algérien pour pouvoir partager une date anniversaire de la victoire, avec les porteurs de valise et certains anciens combattants.

Ainsi  sera désormais commémoré le 19 mars  1962…
Pourquoi pas Waterloo au nom de la paix des mémoires?

Il faut savoir que si ces outrages passent sans créer de vagues, la raison majeure tient dans la longue manipulation du peuple français, durant plus de cinq décennies.
Les médias et les politiques d’alors pervertirent les réalités (comme, malheureusement, les Français semblent l’observer soudainement de nos jours.).
Ils chargèrent ces Français de l’autre rive de fautes et de monstruosités afin d’occulter leurs propres responsabilités et de pervertir les réalités.
Ils édifièrent d’honnêtes citoyens en « bouc émissaire »…
Il ne fallait surtout pas que l’on puisse entendre ce qu’ils pouvaient révéler à la Métropole pour la prévenir…
Sous l’aberration du mensonge et des promesses trahies, les violences politiques conséquences des actes terroristes, les révoltes d’indignés, l’irrespect du droit démocratique et d’assistance aux civils en danger abandonnés à l’ennemi, se multiplièrent.

 Alors, lâchés par la Nation, le dos au mur, abandonnés de tous et après avoir aveuglément fait confiance à une cinquième République née en 1958 à Alger, ils constituèrent une résistance désespérée.
Au bout de huit années de milliers d’horreurs « FLN », cette résistance ne s’établit effectivement que dans les derniers mois, à la fin dans un objectif tyrannicide assumé, face aux « barbouzes » (milice gaulliste), aux forces de l’ordre qui leur livraient de jeunes adolescents indignés, finalement acheminés aux mains du  « FLN »,  pour périr sous d’horribles tortures.
3 000 morts seront imputés à ces résistants sur 400 000 soit 0.8%.
Tardive et aux conséquences limitées, elle n’en demeure pas moins l’épouvantail de tous les contempteurs des Français d’Algérie pour mieux justifier leur négationnisme.
Dans une fuite effrénée, la plupart des familles « Pied Noir » subirent  les épreuves d’un nettoyage ethnique auquel aspiraient, après les « accords » d’Evian, l’hégémonie arabo-musulmane, la composante la plus radicale du « FLN », l’autre étant les berbéro-matérialistes.

Brisés et démunis, traités de surcroît comme des « parias » du XXème siècle, ils subirent, dans l’exode vers l’amère Patrie, l’opprobre incompréhensible de ceux auprès desquels et pour lesquels ils luttèrent avec ferveur sous le drapeau, quand la France était en péril !
Alors, la parole libératrice interdite, devenus de brûlantes archives de chair aux ardeurs colériques incomprises, les « Pieds-Noirs » et les Harkis assumèrent la lourde et double-peine du silence.
Et il fallait retrouver de l’énergie de vie…
Personne ne mesura le « pretium doloris » accablant ce million d’âmes qui voulut rester debout.
Aujourd’hui, les enfants et petits-enfants  se tournent vers les générations de l’exode et demandent :
Pourquoi?

Les « Pieds-Noirs » et les Harkis n’oublièrent jamais ceux qui depuis l’hexagone, suscitèrent ce fléau fratricide, perpétrèrent et encouragèrent ces crimes, ceux qui les amnistièrent,  qui les justifièrent au nom du « sens de l’histoire », ceux qui les théorisèrent et qui maintenant les nient dans une stratégie mémoricide perverse, ceux qui maintiennent toujours le couvercle de l’abominable boîte de Pandore.

Depuis plusieurs décennies, le manichéisme de l’idéologie s’exerça là ardemment pour servir toujours sa sélection victimaire.
Les voici encore, dans une France déboussolée qui reprennent les références à cette période, agitant toujours leur vieil épouvantail de désinformation afin de maintenir dans l’égarement ceux d’entre nous qui seraient tentés de faire un lien avec les évènements auxquels nous sommes confrontés et de leur donner le sens et la réalité que les pouvoirs en place s’activent à leur dénier.
De l’autre côté de la mer Méditerranée, c’est le même jeu pour endiguer une crise politique économique et sociale, les complices objectifs agitent le chiffon rouge de la faute de la France et se complaisent à réclamer sporadiquement la repentance pour mieux cacher leur incurie.
Avant de vous parler du 5 juillet 1962, date emblématique de cette histoire, qui vit la ville d’Oran baignée de sang, permettez que soient mises en évidence les dernières allusions des héritiers de « porteurs de valises »  (armant à l’époque l’ennemi contre leurs compatriotes appelés et les populations fidèles à la France).
Ils ont leurs légitimes successeurs pontifiant dans nos médias.
Ces « Janus » auxquels si peu de voix exercée apporte la contradiction( http://www.networkvisio.com/cercle-algerianiste-du-gers/article.html?id=5813 ) ont veillé sur les secrets coupables, annihilé les débats et les droits de réponse, élargi leur mission jusque dans l’éducation nationale et entrepris également de réécrire toute l’histoire.

Faits récents : les pratiques, toujours à l’endroit des « Pieds-Noirs », d’une lâche violencepsychologique…
A une heure de grande écoute, le politologue « Thomas Guénolé » s’exprimant sur « France Inter », se permettait d’expliquer des attitudes « racistes » dans le Sud de la France par le fait d’une importante présence de « Pieds-Noirs »
« Dominique Voynet » et « Eva Joly » osèrent développer quelques éléments de langage, autrement dit  un argumentaire concerté, en posant la question suivante:
« Pourquoi ne pourrions-nous pas intégrer 10 000 « Roms », alors que dans les années soixante nous avons été capables d’intégrer 1 500 000 « pieds noirs » ? »
L’aspect odieux de la comparaison relève moins des clichés désignant ces populations que du fait d’exclure de la communauté nationale les Français d’Algérie et d’utiliser encore leur malheur pour de basses tactiques politiciennes.
Le négationnisme de l’épuration ethnique fait passer sous silence des traumatismes cauchemardesques pour les requalifier en œuvre charitable d’une nation magnanime.
Dans un article du 31 octobre sur « Métamag », Roger Vétillard a très bien répondu à la perversité de ces arguments.
Mais récemment sur Toulouse :
Un conseiller municipal du Front de Gauche emboîtait encore le pas.
Ces élus savent fort bien que le sentiment national est très présent dans cette population bien qu’elle fût composée originairement de diverses nationalités.

La litanie semble reprise désormais avec une satisfaction sadique.
Ils savent très bien ce qu’ils font parce que dans leur perversité et à la suite du sieur « Guenolé », ils s’imaginent ainsi transférer encore la charge sur leur vieux bouc émissaire.
Pour eux sans aucun doute,« l’anti France raciste » s’ancre dans cette population de « factieux ».
Sous prétexte de sauvegarder le « vivre ensemble », ils ostracisent et attisent des divisions.
Mais enfin, des démocrates cultivés et de bon sens, qui prétendent au respect et à des fonctions élevées ne sauraient se vautrer ainsi sous la loi de « Peter », en ignorant que :
Les « Pieds-Noirs » étaient des Français venant de départements français, d’une France jusqu’alors « une et indivisible ».
Ils se réfugièrent en Métropole après un enfer de huit années de guerre interne, pour échapper à une extermination, un nettoyage ethnique de grande ampleur.
Ils n’avaient pas à faire leurs preuves pour être acceptés, ils étaient chez eux.
Et si l’on se place d’un point de vue simplement humain, aucune communauté n’a été aussi mal accueillie que la leur.
Comme l’attestent les coupures de journaux de l’époque, l’hostilité qui leur fut témoignée frappa les observateurs.
Une hostilité générée et nourrie par un matraquage médiatique de certains groupes d’Extrême Gauche et de Gauche très actifs en France (toujours les mêmes !).

Doit-on rappeler que les prédécesseurs de la Gauche actuelle, en l’occurrence le « PCF » s’opposait physiquement au débarquement de ces familles abattues, défaites, terrorisées comptant des enfants et des vieillards ?
Il faut voir les images d’archives si éloquentes où les dockers « CGT », qui avait préconisé des mises en grève de bateaux destinés à l’exode, arborent sur des banderoles « Les Pieds-Noirs à la mer ».
Ces bons « humanistes » allaient jusqu’à plonger dans l’eau du port les pauvres containers et les maigres affaires de ces « rapatriés » avant de les déposer sur les quais, pour être bien certains qu’il ne leur resterait plus rien…
En guise de cellule psychologique, l’ »Humanité » (réduite au seul nom du journal) préconisait même d’envoyer ces gens dans les dictatures militaires sud-américaines.
Et que dire des propos indignes de « Gaston Defferre », alors Maire de Marseille, qui éructait que « les Pieds-Noirs devaient se réadapter ailleurs » ?

Qui s’indigna dans la presse française ?

Devrait-on rappeler à cet élu toulousain du Front de Gauche que ses amis communistes fervents zélateurs du  pacte  germano-soviétique permirent  à   »Hitler » d’envahir  la Pologne ?
Doit-on  aussi  lui  rappeler que  les  mêmes  furent  « porteurs de  valises », qu’aujourd’hui  encore  ils fêtent la  victoire de nos adversaires et se sont mobilisés d’arrache-pied pour faire voter au Parlement Français la loi instituant le 19 mars comme journée de commémoration de la fin de la guerre d’Algérie ?
Pourtant ils sont bien placés pour savoir qu’il y  eut  deux fois plus  de  victimes après  le  19 mars  que durant tout le conflit et ils osent ainsi les mépriser dans le déni.
De manière impudique, ils osent affirmer qu’il y a toujours des queues de conflit.
Plus du double des victimes après le 19 mars serait une queue de conflit!!!

Doit-on remarquer aussi que c’est un ministre de gauche qui vient de saluer un grand général à la mort de Giap :
Lequel a torturé dans la jungle les soldats Français prisonniers lors de la guerre d’Indochine après la défaite de Dien Bien Phu ?
Ces comportements de donneurs de leçons confinent à l’obscène.
Ceux-là même qui ont combattu le sentiment patriotique se présentent aujourd’hui comme outragés quand on le leur rappelle.

L’engagement des Français d’Algérie dans les deux conflits mondiaux

Les Pieds-Noirs ont toujours été de grands patriotes.
Il est indéniable que les troupes venant en grand nombre d’Afrique du Nord et en particulier d’Algérie, ont joué un rôle considérable pour la libération de la France.
Le taux de mobilisation, eu égard à la population, fut un des plus élevé en 1914 et le restera lors de la seconde guerre mondiale avec un chiffre de  170 000 hommes (venus renforcer les 50 000 FFL et les 20 à 40 000 résistants en 1943), soit entre 16 et 18% de la population européenne d’Algérie, entre 40 et 50% de cette population masculine ou les 2/3 des hommes valides.
Ils déplorèrent 25 fois plus de victimes que les métropolitains et ce fut à l’échelle de ces territoires d’ »AFN »  une saignée aussi importante que celle  subit par la France entière pendant le premier conflit mondial.

Quelle n’est donc pas la surprise de trouver dans certains documents de nos ministères des exemples qui tendent à  »passer sous silence » ces Français d’Algérie ! 
(Fiches pédagogiques par pays ECPA D).
Ces derniers ont fait honneur au drapeau tricolore au côté d’engagés, frères d’armes, de ces mêmes territoires. Leur place ne se réduisait pas à quelques officiers.
De plus, ils ont donné deux Maréchaux à la France.

-Le Maréchal Louis Franchet d’Esperey né à Mostaganem en 1856, dont Joffre disait :
«Son rôle mérite d’être souligné devant l’Histoire.
C’est lui qui a rendu possible la victoire de la Marne ».

-Le Maréchal et Académicien Alphonse Juin né à Bougie en 1888 à qui le général « Américain Clark » écrivait :
« Mon Général, il m’est extrêmement difficile de trouver les paroles que je voudrais, afin d’exprimer mes sentiments de tristesse et de grande perte personnelle à la pensée du départ du Corps expéditionnaire français et de son très grand chef.
Pendant de longs mois, j’ai eu le réel privilège d’être moi-même témoin des preuves les plus éclatantes que les soldats français, héritiers des plus belles traditions de l’armée française, nous ont apportées.
Ils ont toujours accompli tout ce qui était possible, et parfois même l’impossible. »

Mais quelle grande messe nous prépare-t-on pour le 14 juillet 2014 ?
Ne va-t-on pas encore dissoudre un symbole patriotique dans un anachronique œcuménisme qui verra défiler sur les Champs Elysées des troupes qui ont combattu la France et dont aujourd’hui encore leurs dirigeants ne cessent  de la salir.
Le premier et second conflit mondial furent des moments essentiels pour ces populations françaises d’Algérie fondant leur sentiment national, au prix de leur sang.
Cette ferveur et ces sacrifices expliqueront beaucoup de drames à venir et d’incompréhensions.
La récupération qui en résulta conforta ceux qui combattirent le sentiment patriotique, au détriment de ceux qui ont payé de leur vie pour le défendre.
On sous estima aussi  l’horrible sort auquel furent condamnés tous les anciens combattants «Harkis» qui crurent en la France et qui le payèrent de leur vie.
Nous ne devonspas permettre que soit volé l’honneur qui leur est dû, pour l’attribuer à leurs bourreaux lors des commémorations à venir, comme le  donne à penser la morgue de tous les ennemis de la Nation.

Dix fois plus de musulmans que d’européens fidèles à la France périrent dans cette guerre fratricide d’indépendance (familles entières, conseillers municipaux, simple citoyens qui contre le boycott « FLN » avait décidé de voter, simples anonymes qui cherchaient à sauver leurs frères d’une autre ethnie ou d’une autre religion,…).
Une vision simpliste et efficiente d’un point de vue de la propagande des négationnistes cherche à nous présenter ce conflit au travers d’une rivalité manichéenne d’un côté les « européens » de l’autre « les musulmans ».
Or il est à noter comme dans tous les conflits où œuvre la terreur islamiste, les premières victimes et les plus importantes en nombre furent « musulmanes » et victime de la barbarie terroriste « FLN ».
Car la question essentielle est celle du contrôle de la population civile.
L’escalade dans la violence politique barbare a joué pleinement cet effet.
Le nettoyage ethnique commence par l’élimination de ce que les thuriféraires de la terreur qualifient de « traitres ».
Nous n’oublierons jamais que le parlement français a laissé insulter ces victimes, par un de leur bourreau aujourd’hui Président Algérien ,sans bouger de l’hémicycle.

Claire NAVARRO

Georges BELMONTE

http://christinetasin.over-blog.fr  le 22/11/2013

(II)Nos Français En Algérie En 1962

oran_62_horreur

Le peuple français est un grand berné de l’histoire…en 1962

Les victimes passées sous silence.
Le 5 juillet comme date emblématique.

Pour conclure l’analyse de ces comportements indécents, dans l’oubli et le mépris de victimes innocentes de crime contre l’humanité (les disparus en Algérie, le massacre du 5 juillet et le massacre des «Harkis»).
Nous avons lancé une pétition qui en appelle à la conscience de citoyen du monde de tous horizons, de toutes origines, de toutes ethnies, de toutes religions.
Toutes les victimes innocentes, parce qu’elles furent sacrifiées non pas, pour ce qu’elles avaient fait mais, pour ce qu’elles étaient, doivent avoir droit au même respect et à la même reconnaissance des souffrances endurées.
Force est de constater que pour le 5 juillet 1962 en particulier ce n’est pas le cas.
Cet évènement est passé sous silence
C’est pourquoi nous venons porter à l’attention des consciences élevées par l’Esprit de l’éthique, la connaissance de ce massacre.

Oran était la plus européenne des villes d’Algérie mais aussi des villes d’Afrique.

Jusqu’aux années 60, elle vécut dans une certaine  stabilité pacifique, avec une forte coexistence ethnique et religieuse.
Avec ses populations mêlées, son existence même contredisait la vision manichéenne d’une Algérie séparée en deux camps hostiles.

Les pseudos «Accords d’Evian» devaient garantir après  le  19  mars  1962, le respect et la protection des populations européennes jusqu’à la mise en place des nouveaux pouvoirs civils.
L’Armée dite de Libération Nationale ne devait pas pénétrer dans les villes avant l’installation de ces pouvoirs.
L’OAS (Organisation Armée Secrète) née un an auparavant en 1961, pour lutter et défendre l’existence des familles vouées à la perte de plusieurs générations d’existence, visées dans le plan des égorgeurs et de leurs complices occidentaux, s’opposait à ces accords car elle doutait de la conformité des actes et des discours.
Des discussions préparatoires à la rédaction de ces accords, ont eu lieu en dehors de la présence à la table des négociations d’autres mouvements d’élites algériennes et européennes qui auraient pu continuer d’assurer une indépendance digne et prospère à ce territoire qui aujourd’hui, pour le malheur de sa population, sombre dans la corruption, les prébendes et l’arbitraire d’une caste au pouvoir depuis cinquante ans.
Portés par le rejet de ces accords « privés », et un ressentiment tyrannicide pour les trahisons et le parjure subis, les dirigeants « OAS » craignaient l’aggravation des violences sur les populations fidèles à la France.

Ils avaient à leurs trousses des forces policières : gendarmes, gardes mobiles, et barbouzes : des repris de justice sortis de leurs geôles pour une œuvre de mercenaires meurtrière et inquisitoire, relayée par quelques fonctionnaires tortionnaires aux ordres de cette République…
On ne parla jamais de la multitude de Français, d’hommes et de femmes, torturés alors par ces envoyés spéciaux !

Un référendum antidémocratique, excluant les Français d’Algérie, fut ouvert aux seuls Français de la métropole le 8 avril 1962, confirmant la volonté de séparation.
Tout fut préparé dans les commissions confidentielles lors de l’élaboration de la nouvelle constitution.

A partir du 17 avril 1962, après avoir rejeté les dits « accords d’Evian », le « FLN » décupla intensivement les enlèvements pour  multiplier les disparitions de civils et décourager encore ceux qui espéraient l’accalmie et la sécurité promises.
Mais Ben Bella n’avait-il pas déclaré qu’il ne pouvait envisager une Algérie comportant un million de « Pieds-Noirs » ?

Les éléments de l’ »OAS » furent tous évacués le 27 juin après l’engagement par l’Armée Française, encore en place, de protéger la population civile.

Le 1er juillet 1962, les populations algériennes étaient invitées à un référendum sur l’indépendance.

Le 3 juillet, La France reconnaissait l’indépendance de ses départements d’Algérie…

La fête de l’indépendance de l’Algérie  était fixée le 5 juillet.

Ce même jour à Oran, deuxième ville d’Algérie, cinquième ville de France, fut commis un massacre «au faciès» de très grande envergure à l’encontre principalement des populations d’origine chrétienne et juive.

Si l’on interroge aujourd’hui nos compatriotes sur ce  qui  s’est  passé  le  5 juillet  1962, la presque totalité ne saurait que répondre tellement cette histoire fut passée sous silence. Entre sept cents et plus d’un millier de Français d’Algérie (hommes femmes et enfants de tous âges) furent massacrés dans une cruauté inimaginable.
Et depuis 50 ans on s’est bien gardé de le faire savoir.
Alors forcément, c’est non seulement les populations françaises et européennes, mais le monde même qui l’ignore.

L’historien « Jean Monneret » nomme cet évènement « la tragédie dissimulée » (aux Editions Michalon) et en révèle quelques éléments essentiels :

La population d’Oran comptait en 1962 environ 380 000 âmes dont la moitié de non musulmans européens et juifs. La chasse « au faciès » et aux noms à consonance latine, débuta de 11H00 du matin jusqu’à 17H00.
Sachez que la présence de l’Armée Française représentait dans la ville au minimum 18 000 hommes encore sous uniformes, avec tout près une des plus importantes bases navales de l’époque : Mers el Kébir.

Une rafle méthodique de tous les Européens rencontrés fut mise en place par des éléments musulmans.
Mais pour masquer cette organisation, des incidents furent provoqués au centre de la ville, dans un scénario habituel : des tirs, suivis de hurlements « c’est l’ »OAS » ! ».
Les autorités algériennes reconnaîront plus tard que ce ne pouvait être le cas.
Mais  il fallait bien hurler à l’agression pour déclencher le processus mortifère…
Outre les personnes abattues sur place, les transports d’autres futures victimes s’effectua par camions entiers (un matériel très rare à l’époque au sein de l’Armée de Libération.
Seules les forces françaises en disposaient !)

Des appels au secours furent envoyés depuis le haut de la Poste d’Oran, ce qui pourrait expliquer la violence des attaques subies par les personnes qui s’y étaient réfugiées.
Des navires britanniques patrouillant au large les entendirent, pas les autorités françaises!

La consigne des autorités militaires étaient claires : « laisser faire ! »
L’ordre de non-assistance était donné.
Les soldats français demeurèrent l’arme au pied, consignés dans leurs casernes, tandis que leurs compatriotes épouvantés s’époumonaient à les appeler au secours.
Seuls certains officiers intrépides osèrent défier les ordres, notamment le Lieutenant « Rabah Kheliff » qui sortit en entraînant certains de ses hommes à bord de véhicules, sauvant ainsi quelques centaines de personnes d’une « boucherie » à laquelle elles étaient destinées.
Nous n’oublierons pas non plus les actes de bravoures du sous-Lieutenant « Doly-Linaudière » et du Capitaine « Croguennec » qui enfreignirent les ordres du Général « Katz » qui reconnait avoir survolé la ville en début d’après-midi mais n’a rien remarqué d’anormal.
Tous les rescapés sont unanimes, c’est impossible.

Pour  comprendre  l’horreur de cette tragédie,  il  faut  malheureusement  décrire  les sévices subis.
Des  jeunes femmes disparurent pour finir  dans  les  bordels  du   »FLN »,  sans  que jamais nos  autorités informées  ne cherchent à les récupérer.
De malheureuses personnes servirent de « vache à sang » dans des centres de transfusion  pro- »FLN »,  dirigés par des  médecins  français, et des infirmières qui  ne  furent  jamais  inquiétés.
Un corps médical qui finit paisiblement sa vie en France.
Certaines victimes furent démembrées vivantes à la hache, eurent  les yeux arrachés ou crevés.
On en  trouva d’autres  exsangues ou égorgées  suspendues à des  crocs  de  boucher.
D’autres  encore  crucifiées  sur  des portes.
Des femmes enceintes éventrées, leur fœtus écrasé ou piqué d’une lame sur une porte.
Des hommes défigurés, émasculés vivants avant d’être achevés bestialement et exposés avec leurs parties génitales entre les dents (comme c’était la norme sur les victimes masculines civiles et militaires durant cette guerre).
La fureur de la foule et  surtout celle des femmes musulmanes devenues hystériques fut canalisée et orientée d’un bout à l’autre de l’horrible massacre.
Puis les rues de la ville furent nettoyées le soir venu.
Enfin, ces grands charniers furent assez rapidement ensevelis.
Des bulldozers s’activèrent pour  faire disparaître la plupart des corps dans les carrières du « Petit Lac » près d’une usine d’engrais (« SAPCE ») où on les recouvrit de chaux vive.
Une odeur pestilentielle y flotta pendant de nombreux jours.
On a vu plus tard, dans certains quartiers des  jeunes  jouer  au football avec quelques crânes récupérés dans cette décharge…
La mémoire  des Oranais qui réchappèrent  au carnage et qui purent rentrer en Métropole, demeura à jamais marquée.
Les vieux Algériens qui se souviennent, dont certains furent interviewés dans le film de « Jean-Pierre Lledo » (« Histoires à ne pas dire ») se ferment de honte et de peine pour toute l’horreur qui fut infligée aux européens ce jour-là.
Un jour d’agonie, comme le désigna « Geneviève de Ternant » dans « L’agonie d’Oran » aux Editions Gandini.

De l’aveu même de ceux qui ont récemment écrit sur ce sujet, historiens ou journalistes qui ont pu se pencher sur les archives que l’on commence à peine à dépouiller, la  réalité vécue dépasse  tous les récits.
Au mieux, on compatissait au récit des « Pieds-Noirs » dont on relativisait le pathos.
On pensait qu’ils en faisaient trop, mais aujourd’hui les faits extraits dépassent les témoignages.
« Jean Jacques Jordi » est l’historien qui a le plus dépouillé ces archives autour des disparus.
Son livre « « Un silence d’Etat » » est un véritable brûlot.
Mais en France, tout est entrepris et rodé pour cacher encore ces évènements.

Au cours des années quatre-vingt-dix, un ancien membre du « FLN » : Hocine Aït Ahmed déclarait pour la revue « Ensemble » ce qui suit :
«Au temps des Français l’Algérie c’était le paradis !
Ce fut une tragédie, oui je dis bien une tragédie humaine, et pour reprendre le mot de Talleyrand : plus qu’un crime, une faute !
Une faute terrible pour l’avenir politique, économique et même culturel, car notre chère patrie a perdu son identité sociale.
N’oublions pas que les religions, les cultures juives et chrétiennes, se trouvaient en Afrique du Nord bien avant les arabo-musulmans eux aussi colonisateurs, aujourd’hui hégémonistes…
Avec les « Pieds-Noirs » et leur dynamisme, je dis bien les « Pieds-Noirs » et non pas les Français, l’Algérie serait aujourd’hui une grande puissance africaine, méditerranéenne.
Hélas je reconnais que nous avons commis des erreurs politiques, stratégiques.
Il y a eu envers les « Pieds-Noirs » des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers des civils innocents et dont l’Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens. »

Mais il n’y a pas que l’Algérie qui devra y répondre, les responsables français initiateurs et complices, les zélateurs d’une idéologie qui a semé dans le monde tant de chaos et de conflits fratricides aussi et même les négationnistes qui aujourd’hui s’épanchent sans vergogne pour nier nos morts au champ d’honneur et les victimes innocentes d’odieux massacres.

Pour justement les sortir de l’oubli et pour qu’enfin la Vérité soit sue, nous avons lancé une pétition internationale.
La France seule n’est pas en capacité de relire son histoire.
Elle a une mémoire trop hémiplégique, elle est trop coutumière du passé sous silence.
Les mythes ont la vie dure.
Il  faut aujourd’hui établir les responsabilités non pas à des fins judiciaires mais surtout pour reconnaître le sort fait à des patriotes à qui l’on reprocha leur attachement à la France.
Après les avoir ostracisés, on les a réduits au silence ou exécuté, aujourd’hui on cherche à les faire oublier.
Il est important que le peuple Français sache qu’il est un grand berné de l’histoire, et qu’il se réveille avant que les ennemis de la Nation ne la vendent aussi à leur vieux démon fratricide, le père du chaos… !

Non à cette commémoration indécente qu’est le 19 mars que l’on veut nous faire passer comme hommage à toutes les victimes alors qu’elle est le signal de l’abandon et du sacrifice.

Non à l’oubli des disparus, du massacre du 5 juillet ou de celui des Harkis.

Claire NAVARRO

Georges BELMONTE

http://www.resistancerepublicaine.eu   du 23/11/2013

Paris Oublie Ses Eglises !

paris-ignore-ses-eglises

Saint-Germain-de-Charonne

 

En réalité, Paris ignore notre patrimoine religieux historique.

500 millions d’euros, c’est le montant nécessaire selon l’association SOS Paris pour la restauration dans les quinze ans à venir, des quatre‑vingt‑cinq lieux de culte catholique, dont la ville de Paris est propriétaire.

Mais ce chiffre rapporté au budget de la Ville, d’environ huit milliards par an, semble rester raisonnable…

En réalité, Paris néglige ses églises.
La majorité municipale engagée dans un combat idéologique, contre tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à un électeur de droite, a fait le choix de délaisser volontairement les bâtiments (mais c’est vrai aussi pour les associations) qui ne sont pas synonyme de fêtes pro‑gays, pro‑gender ou autres lieux d’expression d’une pseudo‑culture décadente.
Ainsi, l’Observatoire du patrimoine religieux nous explique :
« Alors que le budget de Paris a augmenté de 59 % en dix ans, le budget alloué aux bâtiments religieux appartenant à la ville a diminué de 27 % ».

Les conséquences sont‑elles déjà visibles ?

Au‑delà des peintures qui s’écaillent ou des murs qui suintent, la structure des édifices en elle‑même est désormais attaquée :
comme « Saint‑Germain‑de‑Charonne » (20ème), fermée, en attente de travaux pour 2014, comme « Saint‑Augustin » (8ème) œuvre de « Victor Baltard », l’architecte des Halles qui a perdu une de ses statues surplombant le grand portail, il y a quelques jours.

Ces édifices après tout sont à usage religieux alors pourquoi la ville s’en occuperait ?

C’est une conséquence directe de la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État. Les laïcistes de l’époque ayant souhaité confiner le pouvoir catholique, ils se sont retrouvés propriétaires des lieux de culte et des charges afférentes.
Ainsi pour Paris, 80 % des églises sont depuis, propriété de la mairie.

Pourtant, Paris sans ses églises, c’est comme New York sans ses gratte‑ciel…

Là encore comparaison n’est pas raison, dans l’imaginaire collectif que serait Paris sans ses monuments, tous ses monuments.
Il n’y a pas une représentation de la Ville lumière sans une évocation de la Tour Eiffel et des églises parisiennes, qui font l’âme et l’esprit des lieux.
Des lieux qui sont ainsi un attracteur économique, artistique et culturel tout autant que cultuel ; et en cela même, c’est autant de raisons pour que l’équipe municipale si elle n’était pas engagée dans une lutte idéologique à mort, se donne les moyens d’entretenir notre patrimoine commun.

Après tout pour paraphraser Henri IV :
 « Paris vaut bien une messe… »

http://fr.novopress.info  du 22/11/2013

La Meilleure Fromagerie Mondiale !

franceidentitaireqg1

Les Bons Fromages Blancs Français !

 

 

Aux abris, revoilà la « Religion d’État Antiraciste » !

Le changement n’étant pas pour maintenant, retour à la case antiraciste.
Mais déjà, ils se prennent les pieds dans le tapis avec l’arrestation du tireur de Libération.
En 1983, un virage antiraciste offrit au pouvoir socialiste une manœuvre de diversion pour masquer l’échec de sa politique économique et servir de substitut idéologique à la promesse trahie du changement.
L’historienne « Annie Kriegel » le théorisa, la première, en 1985.
Le subterfuge antiraciste permit au parti socialiste de se refaire une santé en faisant oublier ses promesses électorales.

Il est à craindre qu’on assiste aujourd’hui au même stratagème.

Que signifie faire « bloc » (Hollande), par un « rassemblement des forces les plus avancées », pour un « sursaut républicain » (Ayrault), contre des « factieux » (Valls) ?
Ce langage est destiné à envoyer des signaux de fumée antifascistes aux élites médiatiques, à rameuter l’extrême-gauche et à culpabiliser le centre pour le détacher de la droite, bref, à ressouder ses propres troupes et à semer le doute et la discorde chez l’adversaire.
Au moment même où la gauche abandonne la République pour se convertir au communautarisme, elle surenchérit dans les proclamations de République menacée par un péril aux portes de la Cité.
Contre un prétendu regain du racisme, sont orchestrés un meeting le 27 novembre prochain et une manif le 30…
« Nous devons pourchasser, lutter, éradiquer le racisme et l’antisémitisme », assène François Hollande.
« François Mitterrand », pour se faire réélire en 1988, écrivit dans sa Lettre aux Français :
« Je vous conjure d’éloigner de vous l’égarement raciste ».

Arrestation du militant d’extrême-gauche « Abdelhakim Dekhar »

Le filon est inépuisable, on le voit avec l’affaire du tireur du journal Libération.
Aussitôt, le patron de « Libé » met en cause « le climat de violence » et « des mots qui sont prononcés ».
Suivez mon regard…
C’est révélateur « d’une ambiance », selon « Jean-Luc Mélenchon », tandis que « François Fillon » énonce :
« Il n’est pas anodin que son premier geste meurtrier fut perpétré au sein d’un journal qui participe à la vitalité de notre démocratie.
Face à cette violence, nous devons tous faire bloc ».

Plus explicite, le radical de gauche « Jean-Michel Baylet » dramatise :
« S’en prendre à la presse c’est s’en prendre à la République ».
Et il accuse le « contexte actuel marqué par une multiplication des attaques contre les valeurs républicaines ». Cet ancien candidat à la primaire socialiste, accusé par la justice de prise illégale d’intérêts, est toujours prompt à dénoncer le « jeu dangereux du populisme » et « une droite décomplexée qui a d’ores et déjà montré qu’elle était prête, ici et là, à l’alliance avec l’extrême-droite ».

Autre adversaire du populisme, la journaliste « Caroline Fourest » incrimine Internet, « bistrot global… où se libère une parole qui encourage les passages à l’acte violents…
Mais la plus grande responsabilité, aujourd’hui, est à droite, où l’absence de complexe et la surenchère ont libéré une parole mortifère.
On entend décidément trop peu la droite républicaine.
Où est-elle ?
Quand des gens de son propre camp dérapent et tiennent des propos à droite de l’actuel Front national… », etc.

Las ! Comme le remarque plaisamment un internaute :
« En fait, le tireur a certainement plus souvent acheté « Libération » que « Le Figaro », et on peut être sûr qu’il n’a jamais acheté « Minute » ».
En effet, le coupable présumé avait déjà été condamné dans l’affaire « Rey-Maupin », du nom de ces militants d’extrême-gauche qui avaient abattu des policiers.

Plusieurs conclusions s’imposent.
Une nouvelle fois, comme dans l’affaire Merahceux qui ont parlé trop vite auraient mieux fait de se taire.
Cela conforte ceux qui, lors de l’affaire « Méric », ont d’emblée renvoyé dos-à-dos l’extrême-droite violente et l’extrême-gauche violente.
Cela infirme, une nouvelle fois, la pertinence des âneries antiracistes sur la « parole qui se libère » et « les mots qui tuent ».

Enfin, cela devrait inciter à la sobriété ceux qui donnent dans la boursouflure mélodramatique en incriminant, au premier fait divers, une attaque-au-cœur-de-la-République et contre-la-liberté-d’opinion.
Comme le remarque un internaute :
« Il y a 100 fois moins de moyens policiers déployés et de unes médiatiques quand chaque semaine en France une grand mère est égorgée ou un chauffeur de bus tabassé.
Cette histoire confirme que les médias et les politiques sont une caste au dessus du peuple français ».

Marc Crapez

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/  du 22/11/2013

Un Entretien Sans Langue De Bois.

raz-le-bol

Le Jour De Colère Arrivera

 

« Nouvelles de France » a rencontré Louis Dumont, co-organisateur de la manifestation Jour de colère programmée le 26 janvier.

«Le Jour de Colère est l’expression d’un ras-le-bol général de tous les citoyens qui refusent de regarder la déliquescence de notre pays sans rien faire, et qui comptent bien être entendus.»

Louis Dumont, qui se cache derrière le Jour de Colère ?

Le « Jour de Colère » est une plate-forme logistique sur laquelle tout mouvement de contestation peut venir se greffer, pour peu qu’il se retrouve dans tout ou partie de notre manifeste.
Elle a été mise en place et animée par des citoyens (qui sont pour la plupart aussi des contribuables), libres de toute attache politique et syndicale, excédés par la politique menée par ce gouvernement mais aussi héritée des précédents, conduisant à la ruine de notre pays, économique et morale.
Même si certains membres du collectif ont fait leurs armes lors des grandes manifestations de l’année dernière, ils ont été rejoints par d’autres depuis.
Les uns comme les autres ont pris acte du fait que les anciens clivages idéologiques étaient caducs.
La coagulation prend forme : familles, contribuables, victimes de l’injustice et de l’insécurité…
À l’exemple des Bretons, des ponts sont franchis et les barrières sautent.
Patrons de « PME » et syndicalistes défilaient main dans la main pour sauvegarder leurs intérêts communs, à savoir leur emploi, et donc la capacité de vivre dignement du fruit de leur travail.
L’équipe de « Hollande-Dégage » participe activement à la communication du « Jour de Colère ».
Celle-ci a déjà prouvé son efficacité et sa force de frappe logistique et médiatique par la tournée des plages de la banderole aérienne « Hollande Démission » cet été.
Celle-ci a d’ailleurs été revue récemment à Quimper, lors de la grande manifestation des « Bonnets Rouges ».
La plateforme n’a pas de représentant ni de porte-parole officiel.
Les mouvements qui la rejoignent n’ont pas d’étiquette et refusent toute récupération politique.
L’heure n’est plus aux querelles byzantines, mais à une prise de conscience collective de l’impasse dans laquelle la France se trouve à cause des lâchetés successives des politiques de gauche comme de droite.
Ce n’est que tous ensemble que nous pourrons redresser la situation par un changement de cap radical et faire évoluer ce système à bout de souffle, incarné par un régime en pleine décomposition.

La manifestation sera-t-elle déposée ?

Oui, elle le sera.
Nous sommes dans une approche de dialogue constructif avec tous les hommes de bonne volonté.

Que ferez-vous  alors si elle est interdite ?

Nous n’imaginons pas une seconde qu’elle puisse l’être dans un pays qui se targue d’être le garant des droits de l’homme.
La liberté de se rassembler pour se faire entendre ne se quémande pas, elle se prend.

Le Conseil de l’Europe l’a rappelé récemment dans sa Résolution n°1947 de juin 2013 :
« L’Assemblée rappelle que la liberté de réunion et d’association, y compris lors de manifestations non organisées et non autorisées, est un droit essentiel dans une démocratie, garanti par l’article 11 de la Convention européenne des droits de l’homme (STE n° 5), et rappelé de manière constante par la Cour européenne des droits de l’homme dans sa jurisprudence ».

« 6. le rôle des forces de l’ordre est de protéger les droits des manifestants, leur liberté d’association et d’expression, tout en protégeant les autres, ainsi que les biens publics et privés »

« l’Assemblée appelle instamment les États membres du Conseil de l’Europe, le cas échéant, à prendre les mesures nécessaires pour mettre leur législation en conformité avec les normes du Conseil de l’Europe et la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, notamment en matière de liberté d’expression, de liberté des médias et de liberté de réunion, et les invite :

9.1. à garantir la liberté de réunion et de manifestation, conformément à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, et en assurer l’exercice effectif;

9.2. à mener des enquêtes diligentes concernant le recours excessif ou disproportionné à la force par des membres des forces de l’ordre, et en sanctionner les responsables ».

Quelles seront vos revendications ?

Que le gouvernement écoute son peuple.
Les Français sont excédés de ces mesures qui se traduisent par une destruction systématique de tous les repères de la société.
Les contribuables, quand ils n’ont pas quitté la France, sont éreintés.
Le monde agricole est à bout ; nos militaires, paniqués à l’idée de la réduction injustifiée des effectifs.
Le sentiment d’impunité règne chez les vrais délinquants quand les honnêtes gens se font détrousser.
L’insécurité se répand partout sans que les forces de l’ordre aient les véritables moyens d’agir.
Les rythmes scolaires déboussolent totalement nos enfants alors que l’école est censée leur apporter instruction et stabilité.
Nos familles ont l’impression d’être la cible prioritaire de nos dirigeants quand elle devrait être considérée comme la cellule de base de la société.
Nos libertés se réduisent constamment.
Et l’identité comme la souveraineté de la France sont bradées.

Le Jour de Colère est l’expression d’un ras-le-bol général de tous les citoyens qui refusent de regarder la déliquescence de notre pays sans rien faire, et qui comptent bien être entendus.

Comment éviter la diabolisation dont ne manquera pas d’user contre vous le gouvernement ?

Nous ne courons pas après la reconnaissance d’une caste politico-médiatique qui, en réalité, ne représente plus qu’elle même.
Des familles pacifiques ont été diabolisées, les « Bonnets Rouges » ont été diffamés…
Bref, ce sont des millions de Français qui ont été méprisés systématiquement par ce gouvernement ainsi que par la plupart des médias à chaque fois qu’ils essayaient de faire entendre leurs voix.
Nous n’attendons rien d’eux, et nous continuerons inlassablement notre travail de terrain et de pédagogie, afin de rendre cette « coagulation » possible.
Et puis les Français ne sont plus dupes de la propagande et du traitement médiatique des faits.
Voyez comment s’est passée par exemple la soirée qui a suivi la qualification de la France à la coupe du monde de football, ou encore le traitement médiatique et politique du tireur soi-disant fou.
Ils en ont assez des mensonges, assez de la justice à deux vitesses, de la répression policière abusive, bref du deux poids deux mesures permanents.
Cela ne fait qu’accroître leur colère.

Eric Martin

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/  du 22/11/2013

 

 

 

A-T-On Jeté Un Mauvais Sort A Libération ?

liberation-fin-du-monde-600x337

Avalanche de tuiles pour « Libération » depuis de nombreux mois.

Retour sur une année noire pour le quotidien de référence de la gauche.

Septembre 2012 : « Libé » titre « Casse-toi riche con » avec une photo du patron français « Bernard Arnault ».
Dans la foulée, l’annulation des contrats publicitaires « LVMH », dont  »Arnault » est PDG, aurait privé « Libé » d’une manne de 500.000 à 700.000 €.
Grand seigneur, le même « Bernard Arnault » a tout de même renoncé à poursuivre « Libé » en diffamation.
Même le grand capital ne tire pas sur une ambulance…
À moins que l’actionnaire de référence du journal, l’homme d’affaires franco-israélien « Édouard de Rothschild », ne soit intervenu pour sauver sa danseuse ?
Il s’était pourtant félicité à l’époque d’« une belle opération de marketing ».

Avril 2013 : Le 8 avril 2013, « Libé » affiche en une une rumeur selon laquelle, « Laurent Fabius », ministre des affaires étrangères, possèderait un compte en Suisse.
Le lendemain même, « Nicolas Demorand » publie platement des excuses qualifiées d’« esquives » par « Acrimed« .
Dans le même temps, « Nicolas Demorand » est de plus en plus contesté au sein du journal.
Il cumule en effet la direction de la rédaction et la direction de la publication, ce qui est mal perçu par le conseil de surveillance de « Libé », qui représente les actionnaires.
Ces tensions interviennent alors que les ventes de « Libération » s’écroulent.

Juin 2013 :  »Nicolas Demorand » quitte son poste de directeur de la rédaction, au grand soulagement des journalistes de « Libé«  : 
« Le conflit dur[ait] depuis… son arrivée en mars 2011.
Deux mois après, l’ex-anchorman de « France Inter » se prend sa première motion de défiance.
Le rejet est massif : 78%.
Les griefs envers le nouveau patron seront les mêmes pendant deux ans : pas de sens collectif, arrogance, autocratie, unes racoleuses et sentiment de dépossession des journalistes. »

« Fabrice Rousselot » lui succède en à la tête de la rédaction en juillet 2013.

Septembre 2013 : passées les vacances, « Libé »  joue sur le registre des pleureuses, tout en essayant les traits d’esprits second degré.
Ils seraient en effet boycottés par « TF1″ qui n’invite plus « Libération » aux conférences de presse.
Est-ce le résultat d’une prise de bec entre « Martin Bouygues », dont le groupe possède 43,7% de parts de la chaîne, et « Édouard de Rothschild » ?

Novembre 2013 : La situation économique de « Libération » empire, ses ventes en kiosque s’effondrant de 29,5 % (« OJD ») et sa diffusion globale payée reculant de 16,5% sur la même période, à 102 000 exemplaires en moyenne.
Selon l’ »Ojim« , « ces chiffres catastrophiques ont entrainé cette année une perte « de 1 à 1,5 million d’euros en 2013 », le premier déficit du journal depuis trois ans. » 
Dans le même temps, « Libé » connaît quelques pannes informatiques sur son site internet

18 novembre 2013 : une tuile de plus à l’édifice…
Un « tireur fou » s’en prend à un jeune assistant photographe de« Libé », pigiste, et lui tire dessus au siège du quotidien, dans le 3ème arrondissement de Paris.
« Nicolas Demorand », jamais en panne d’idées, sous-entend à demi-mot sur « i>Télé » qu’il pourrait s’agir d’un militant d’extrême-droite.
Manque de bol, 36 heures plus tard, le tireur est interpellé, il s’appelle « Abdelhakim Dekhar », c’est un activiste d’extrême-gauche passé par la « CNT » (mouvance anarchiste).
Comble du ridicule, un chroniqueur de « Libé »  écrivait quelques jours plus tôt :
« Pour combattre la barbarie, on préférera décidément les méthodes des antifas, fussent-ils extrémistes, que la saisine, vraisemblablement vaine et contre-productive, du parquet par Matignon. »
Comme le dit la chanson du mythique groupe de rap parodique « MC Warrior », inventé par « Groland«  :

« tu l’as voulu, tu l’as eu, un grand coup dans ton… ».

« Libé » va-t-il finir l’année ?

http://fr.novopress.info  du 21/11/2013

Abdel Dekhar, Le Tireur De « Libération » !

Abdelhakim-Dekhar

Catastrophe ! Horreur ! Le tireur de « Libération » est un islamo-gauchiste !

On nous avait déjà fait le coup avec l’affaire « Merah », sortant immédiatement les gousses d’ail contre « l’extrême drôaaate » accusée d’instaurer un climat nauséabond.
L’infâme, aussitôt ses tueries perpétrées, nous avait tout d’abord été décrit comme un abominable néonazi blond aux yeux bleus, avec des cicatrices pour faire encore plus « flipper » les enfants, avant d’apparaître au grand jour pour ce qu’il était :
Un beur parfaitement intégré et gentil comme tout, avec juste une petite tendance malheureuse à l’antisémitisme et au « djihad ».

On se rappelle avec une hilarité toujours vivace de la déception non feinte du journaliste du « Nouvel Obs » « Nicolas Chapuis » qui avait lâché un «putain je suis dégouté que ce soit pas un nazi ».

Et bim, v’là t’y pas que l’histoire se répète dites donc ! Quand la malchance s’en mêle… !

Après les coups de feu chez « BFM TV », à la « Société Générale » et surtout à la rédaction de « Libé » où un photographe a été gravement blessé, on nous a là encore immédiatement décrit un homme de type européen au crâne rasé et portant un manteau kaki…
On n’a tout de même pas osé le casque à pointe mais c’était limite.
Le fait qu’il ait utilisé des cartouches réservées habituellement pour la chasse au sanglier aggravait singulièrement son cas.
Fort de toutes les suppositions, le festival des pourfendeurs de libertés pouvait commencer, avec une ligne d’attaque parfaitement rôdée.
De partout fusèrent alors les accusations sur les atteintes à la démocratie, aux valeurs de la République, on appelait à limiter drastiquement la liberté d’expression.
« Patrick Mennucci » appelait à suivre son regard et évoquait d’un air entendu « les adversaires de la liberté d’expression ».
Sur « I-Télé », on amalgamait tous les poncifs habituels sur le climat nauséabond et le racisme chevillé au corps de ces indécrottables Français, le « FN » qui avait évidemment armé le bras du tireur fou, mais aussi « Taubira » et ses salades de fruits, et bien sûr l’islamophobie rampante.
« Nicolas Demorand », quant à lui, avait l’intime conviction que le coupable devait très certainement être un transfuge de la « Manif Pour Tous » génératrice de haine comme on l’aura bien compris.
Et « Mélenchon » sentait poindre « une ambiance », lui qui avait qualifié   »Libération » de « carpette boboïde » …

Même notre « bon président » avait sa petite idée sur l’origine forcément un peu gauloise du tireur :
« On laisse une phrase être prononcée, on laisse un acte être commis, un enfant dans une école parce qu’il est juif être moqué, un arabe parce qu’il est musulman pourrait être mis en cause pour sa religion, et après un ministre parce qu’elle a une couleur de peau ».
Bien entendu, les trucidés non juifs, non musulmans et non noirs ne méritaient pas de faire partie de la liste car, comme chacun l’a bien compris maintenant, le raciste est blanc et rien que blanc.
Rentrez-vous ça dans le crâne une fois pour toutes !
Mais bien sûr, que serait l’erreur d’appréciation sans la toujours fougueuse « Caroline Fourest », jamais dernière pour la déconnade ?
Elle aussi, dans le Huffington, dénonçait ce racisme ambiant touchant exclusivement les noirs, les juifs et les arabes.
Pour Caro tout ça c’est de la faute à la liberté d’expression que tout de même un jour il faudra songer à limiter, à modérer, voire à interdire.
La droite se rend coupable d’avoir « libéré une parole mortifère », mais le pire de tout c’est ce « FN » qui « vit de cette nausée » écrit-elle.
Décidément sûre de son fait, elle réclame de la part de son aile gauche un « antiracisme intelligent, qui soigne les passions communautaires et fédère au lieu de diviser »…
Deux jours après, que d’hilarité déclenchée par cette tirade !

Pauvre petite Caro, toujours si complètement à côté de la plaque… On en a mal pour elle.

Ainsi donc s’achève l’épopée du tireur aux baskets vertes dont l’ADN vient d’être identifié comme étant similaire à celui retrouvé, un certain Abdelhakim Dekhar, 52 ans, bien connu des services judiciaires puisqu’il avait été condamné à quatre ans de prison en 98 pour association de malfaiteurs suite à la mort de cinq personnes en l’espace de 25 minutes, dont trois policiers, quatre ans plus tôt.

« Abdelhakim Dekhar, un anarchiste très étrange »

« BFM TV » le décrit comme « islamo-gauchiste » et une journaliste de Libération qui l’avait connu comme « un anarchiste » « très étrange » qui se disait « piloté par le consulat d’Algérie » et considérait les médias comme « de la merde ».
D’après son avocat, « Dekhar » racontait « qu’il était piloté par son oncle, responsable des services secrets algériens.
Il prétendait avoir reçu pour mission d’infiltrer l’ultra gauche qui aurait eu des accointances avec les islamistes et le « GIA » algérien 
».

Mince, on est loin des thèses de l’extrême droite !

Forts de ces derniers développements, nous attendons maintenant avec une impatience non feinte les conclusions de « Caroline Fourest » ainsi que celles de « Nicolas Demorand ».
Monsieur Hollande aura probablement quelque chose à nous dire, de même que Monsieur Mennucci.
Mais que les autres ne se privent pas, nous serons ravis d’apprendre les soulagements de tout un chacun sur ce dénouement pour le moins inattendu.
N’est-ce pas Caro ?

Caroline Alamachère

http://ripostelaique.com  du n° 330, le 21/11/2013

 

« Tout laisse à penser que le tireur de Paris a agi seul » par rtl-fr

 

Il devait faire sombre où on a cru le voir, se tromper à ce point !
De mon côté, je me demande si ce n’est pas un coup monté…tout comme la victoire des bleus…tout comme cet otage qui s’évade de nulle part…
Bizarre, on n’entend plus personne maintenant, si on a ajouté qu’il était « fou ».
Il ne va pas avoir monopolisé les forces de l’ordre et de la police scientifique pendant plusieurs heures sans qu’il y ait un marché à la clé.
Dans le contexte actuel, il y a de grandes probabilités qu’il soit reconnu irresponsable et ne soit même pas inquiété.
Ce sont ça les « chances pour la France » ?

ALerte ! La France Est Menacée !

Algerie-

En France , on écrit en bon Français.

Il appelle les Algériens à tout niquer et brûler et personne ne proteste !

Sans doute, relayer les messages de ce genre nous fait courir le risque d’être traîné au tribunal pour « incitation à la haine »…
Mais, ni « SOS Racisme » ni la « Licra », ni la « LDH » ne porteront plainte contre le quidam !
Quant à savoir si un Procureur de la République va décider de l’envoyer au tribunal c’est une autre paire de manches.

Pourtant le Procureur de Lyon n’avait pas pris de pincettes pour m’y envoyer, moi, pour avoir dit que l’islam était un système violent qui pouvait pousser des gens fragiles à devenir violents…

J’ai été relaxée certes, mais quand même, le deux poids deux mesures, on n’en peut plus.

Les choses sont simples pour les medias et les politiques.
Quand un immigré ou descendant d’immigré est violent ou menaçant, c’est toujours un isolé, un fou et personne ne peut être tenu responsable de ses propos.
Quand un Français d’origine est violent ou menaçant, c’est toujours un homme appartenant à « l’extrême droite », un homme qui rôde au « FN », un homme qui lit la « facosphère »…
Ce qui s’est passé cette nuit renforce notre certitude :
Une guerre défensive est inéluctable.
Je ne dis pas « guerre civile » parce que nous aurons en face de nous des non Français – ou des Français de papier qui haïssent notre pays et qui ne rêvent que de celui de leurs parents, de l’autre côté de la Méditerranée, qu’ils se gardent bien de rejoindre-.
Il y a trop de haine de notre pays, trop de haine des Français.
Et les Français ne sont pas tout à fait morts, malgré tous les efforts que font les « UMPS » depuis 40 ans.

Les Français se relèvent.

Les Français enlèvent leurs oeillères.

Et, malgré l’ »omerta » des medias, ils ouvrent les yeux et ils sont révoltés.

Gare à ceux d’en face et aux « dhimmis » qui les soutiennent.

Christine Tasin

http://www.resistancerepublicaine.eu  du 21/11/2013

 

 

pays17

 

 

 

Bien sûr, les « taupes » des socialauds ne vont pas faire suspendre ce compte qui appelle à la « haine raciale » sur notre propre sol !
Il n’y a pas longtemps, il aurait été déchu de la nationalité Française mais avec la gardienne des « sots » que nous avons actuellement, on peut toujours repasser !
Et « ils » appellent « CES MICROBES » des chances pour la France ?
La chance de nous contaminer, oui, c’est tout ce qu’ils peuvent nous apporter !
Mais on ne veut pas d’eux ni de leurs poisons, nous voulons vivre en Français Patriotes !

Triomphe Du Foot Algérien A Paris ?

CORAJA13Q100_DR_CANNABISSAISIE DE CANNABIS PAR LES DOUANES AJACCIO

La France,ils s’en moquent, ils fêtaient l’Algérie et le cannabis !

L’attitude de conquête et d’occupation des supporters algériens cautionnée par Valls

Si nous étions dans un pays normal, le fait que l’équipe de France de football se soit qualifiée pour les phases finales de la prochaine coupe du monde aurait suscité des liesses de joie populaire où le drapeau français aurait été présent dans de nombreux rassemblements, à l’image de ce 11 juillet 1998 où les Français d’Aimé Jacquet remportèrent le titre mondial.

Et ce mercredi, nous vîmes effectivement de nombreuses scènes de liesse de la part des supporteurs… algériens.

Le site « Fdesouche », quelques minutes après la qualification de l’Algérie, pour la Coupe du monde de football, nous a livrés les premières vidéos et photos, dans de nombreuses villes de France.
Partout, ce sont les mêmes scènes :
vandalisme, occupation de l’espace public, hystérie.

On se croit en Algérie, pas en France.

Aucun respect pour les habitants, pour les lieux publics, pour le bien commun.
Une véritable attitude de conquête et d’occupation du territoire français, encouragée par une impunité totale.

http://www.fdesouche.com/434551-football-la-communaute-algerienne-bloque-le-carrefour-barbes

Il y a déjà douze ans, à l’occasion d’un match de football entre l’Algérie et la France, les mêmes supporters avaient déjà sifflé « La Marseillaise lors des hymnes nationaux », puis conspué l’équipe de France tout au long du match, avant d’envahir le terrain, à un quart d’heure de la fin du match, leur équipe (l’Algérie) étant menée quatre buts à un.

Il y a sept ans, le drapeau français avait été retiré du Capitole, à Toulouse, et remplacé par le drapeau algérien.
Selon les premières rumeurs, cela aurait recommencé ce mercredi.
Dans de nombreuses villes françaises, et principalement à Marseille, les affrontements avec les forces de l’ordre se sont multipliés.

On attend avec impatience une éventuelle rencontre France-Algérie, au Brésil, en 2014, puisque les Français ont finalement réussi à se qualifier.

Y a-t-il un autre pays au monde où des supporters d’un pays étranger se comportent ainsi ?
La réponse est non !
Y a-t-il un autre pays au monde où la police n’a pas de consigne de réprimer brutalement ce genre de comportement ?
La réponse est non !
Y a-t-il un autre pays où les habitants du cru se font traiter de racistes alors qu’ils subissent quotidiennement le racisme de personnes se comportant, à l’instar des supporters algériens, en véritables occupants ?
La réponse est non !
Nous n’aurons même pas la cruauté de demander s’ils ont sollicité l’autorisation de manifester, tant il est évident que la réponse est non !

Ces actes de vandalisme de masse ne sont possibles que parce que ce gouvernement, Valls en tête, les tolèrent, bien qu’ils constituent une humiliation pour notre pays et ses habitants, contraints de baisser la tête.
Ministres et journaleux préfèrent insulter quotidiennement notre peuple, et laisser des barbares haineux vandaliser nos villes, même un soir de match de football.
Un gouvernement digne de ce nom ferait respecter la France, ne tolérerait aucun drapeau étranger dans ces manifestations, et renverrait au bled tous ceux qui se comportent comme une véritable cinquième colonne sur notre territoire.
Et s’il fallait taper dans le tas pour montrer qu’on ne bafoue pas la loi impunément, elle le ferait sans la moindre hésitation, comme le font les gouvernements de tous les pays du monde… sauf la France !

Bien évidemment, ces faits seront cachés, ou totalement minorés, au public, dans les grands médias officiels.
On ne va parler, toute la journée, que de la magnifique victoire de la France multiculturelle, qui doit tout à ses deux buteurs, « Mamadou » et « Karim », comme le clame déjà « Cambadelis ».
Et pendant ce temps là, après l’affaire du tueur de « Libération », cela fera encore une journée où la fronde sociale contre ce gouvernement passera à l’as.

Vive le sport au service de la propagande !

Jeanne Bourdillon

http://ripostelaique.com  du n° 330, le 20/11/2013

 

 

bonnet d'âne

 Et s’ils faisaient comme en Afrique du Sud,

rien que  pour profiter du voyage,

et pour humilier la France,?

 

L’ancêtre de ce sport n’est même pas anglais qui l’ont, certes codifié, mais Francais avec notre vénérable « Choule » picarde plutôt violente et brutale.
Je suivais les matchs quand je n’avais pas besoin de lunettes de vision nocturne, maintenant je ne regarderai plus le basket, peut-être plus le rugby pour très longtemps, ne parlons pas du tennis, même jusqu’au patinage.
Restent encore les sports d’hiver, nos latitudes s’y prêtent et nos médias ne nous cassent pas les oreilles avec…..pas sponsorisé par le Qatar  ? ….. ou trop « caucasien » comme disent les « ricains » ?
Pour ce qui passe à l’as, ne parlons pas de notre quotidien, c’est devenu une habitude, mais ce pauvre « Francis Collomp » s’est vu lâché comme une vielle chaussette sale,  quand il tenait les trois-quarts d’un journal !

Surtout on n’a pas parlé de l’attentat à Saint-Nicolas-du-Chardonnet, une Eglise en plein Paris,  quand on signale vite fait des tags sur une mosquée alors que l’iman en est l’auteur !
Ce gouvernement fait marcher Notre France sur la tête !

Sur La Révolution De La Quenelle.

aristote

 Au-dessus c’est le Soleil !

Dans cet article, nous analysons la quenelle et le climat actuel de la France, afin d’en tirer des leçons pour l’avenir et des solutions aux problèmes qui se posent.

I) La farce

À cause de cette affaire du « Petit Journal« , nous avons vu ces « quenellologues » disserter à foison et avec encore plus d’agitation sur la quenelle, en tentant de conceptualiser la quenelle à coup d’onanisme universitaire.
« Alain Soral » nous en offre un aperçu croustillant.
C’est amusant.
Autant tenter de conceptualiser une bonne droite dans la poire !
C’est le même ordre d’idée.
Ce qui n’est que la marque incarnée de désapprobation générale dans le style bien franchouillard de la farce, ce côté blague de bistrot, fait fantasmer les grands prêtres de la dogmatique Républicaine.
Ces enflures qui prennent un air puritain, pincé et faussement compassionnel envers cette « honte » et cette « saleté » populaire que jamais ils n’éprouveront, tout simplement parce que par orgueil, ils sont des désincarnés, des surhommes démocratiques, des espèces de clones nécessaires à la réalisation de la société idéale, absolue mais bien loin du réel : le Paradis sans Dieu.
Si nous cherchons les origines de la quenelle, il est facile de faire comme ces idéologues à chercher les origines de la quenelle dans l’idéologie nazie, tout en oubliant que ce qui est à la racine du nazisme est véritablement le progressisme typiquement socialiste, de ce qu’il y a de plus désincarné.
Les plus grands collaborationnistes sont en effets de gauchece que démontre  »Simon Epstein », implacablement.
C’est bien parce que le pacifisme refuse jusqu’au bout de buter sur un corps qu’il conduit tout droit à la collaboration et, « in fine » et paradoxalement au carnage.
Par exemple, nous voyons la République financer des « djihadistes » pour supprimer des dirigeants au pouvoir fort, et donc incarné.
La quenelle est un geste incarné, issu de l’expérience et du retour au réel :
C’est l’expression d’un « je t’emmerde » avec le corps.
Sur l’image ci-dessus,  nous voyons  »Aristote » esquisser ce que nous pourrions appeler une proto-quenelle.
« Aristote » est le père du réalisme et de la méthode qui consiste à partir de l’expérience, afin d’atteindre des concepts plus abstraits (essences – ce qu’une chose « est ». ) mais bien réels.
Il s’oppose donc à son maître « Platon » pour qui les essences des êtres sont issues d’un monde parfait et se projettent sur la réalité pour former une multitude d’incarnations imparfaites et différentes.
« Platon » est ce qu’on appelle un idéaliste, tandis qu’ »Aristote » est un réaliste.
Il est fort probable qu’ »Aristote » eût bien mieux compris le phénomène de la quenelle que son maître « Platon ».
La quenelle est expérimentale, elle est incarnée.
Elle n’existe pas dans un monde des idées :
C’est un geste de l’incarnation.
Cela insupporte les âmes  qui s’enferment dans une désincarnation, dans une pureté qu’ils n’atteindront jamais :
Le salut par la connaissance d’un idéal impossible.
D’ailleurs, et on le voit bien sur la fresque de l’École d’Athènes peinte par  »Raphaël »« Aristote » (à droite) tend son bras vers le sol, afin de montrer que l’expérience est première, esquissant ce geste si emblématique, tandis que  »Platon » (à gauche) désigne le monde des idées.
Tandis que tout ce ramassis d’intellectuels idéalistes montre sans cesse le monde des idées et dénonce la « saleté » de l’incarnation, le peuple de France affirme sa force et son exaspération.

La révolte de l’incarnation est en marche, contre le carnage programmé par la logique du libéralisme , dont l’histoire a produit tous les systèmes politiques modernes et postmodernes, soit directement, soit par déviations, soit par dialectique, mais toujours dans un même fondement anthropologique,
une vision de l’homme erronée.
Nous ne pouvons qu’avertir ces rats cools de la politique et du « showbizz » sur ce qu’ils vont prendre dans la gueule très bientôt, et qui pourrait bien commencer dès l’année prochaine :
une révolte implacable et meurtrière contre le système mensonger et intrinsèquement violent, par sa nature irréaliste voulant s’imposer à la réalité charnelle et organique.
Après avoir visé les concepts qu’il faut détruire, il sera nécessaire d’exercer une pression pouvant conduire à l’usage de la force, sur ceux qui les promeuvent puisqu’ils se mettront en travers du bon sens populaire :
C’est cela, la réalité de l’incarnation.
Nous voyons à quel point l’incarnation se vérifie dans le peuple lui-même qui, s’il n’était pas un corps en dépit de l’anesthésie libérale, ne réagirait pas.

Or, la réaction est en marche !

II) Le sang

Nous pouvons en effet craindre que cette farce de la quenelle se termine dans le sang.
La révolte du peuple atteindra certainement un degré qui forcera le régime républicain à tirer dans la foule comme il le fit de nombreuses fois, alors que par exemple Louis XVI le refusa lorsqu’il se trouvait en difficulté face au peuple en colère.

Ce qu’il y a de véritablement tragique, c’est que la logique libérale ne s’arrêtera que quand elle aura imposé son idéologie-religion, une anthropologie nouvelle, à l’intégralité du corps social.
Rappelons que l’aboutissement de cette logique libérale est la République, un étatisme contre lequel les libéraux de droite se battent, avec raison, mais en proposant plus de libéralisme, autrement dit un recul dans cette même logique libérale telle que l’histoire la révèle, depuis le protestantisme jusqu’à nos jours.
Cela ne pourrait conduire donc qu’à reproduire ce que nous vivons maintenant, mais bien plus tard.
En attendant les Français seraient certes plus libres par rapport à l’État, mais toujours dans une conception erronée de l’anthropologie.
Cette fin sera l’achèvement de son incarnation forcée contre la véritable incarnation, et cette violence contre le réel, ce sera la mort (des)intégrale.
En effet, c’est bien parce que cette idéologie ne correspond pas du tout à la réalité que cette incarnation forcée est violente, puisqu’elle viole la réalité pour la remplacer.

Nous savons donc que cette logique finira en carnage, d’autant que la résistance se généralise de jour en jour, et que le corps social démontre de plus en plus sa force, c’est à dire son intégrité et son refus de se laisser dissoudre complètement, malgré une désintégration toujours croissante d’une grande partie.

Il est certain que ce système vicieux va s’écrouler, mais le grand problème est de s’assurer que cela produise le moins de dégâts collatéraux possibles, ce pourquoi nous préconisons une série de grandes réformes afin d’éviter la guerre civile imminente et le lynchage de bien des imbéciles :
Que ce soient des personnalités méprisantes du « showbizz », des « intellectuels » traîtres, ou des politiciens véreux…
Il est certain qu’ils seront mis à la lanterne.
Nous n’encourageons pas de tels actes, mais est-il possible de contrôler un peuple en furie ?
Nous ne faisons qu’avertir.

III) Contre la guerre civile : l’incarnation

Éviter la guerre civile, c’est unir les Français.
Ce qu’il faut chercher afin de les unir, c’est le point commun entre tous les Français.
Ce qu’ils ont en commun, c’est qu’ils sont des corps (personnes incarnées), et non pas de pures idées, de pures volontés seulement réconciliables par le Droit et la République.
Ces corps sont des membres d’un plus grand corps : le corps social.
Il faut donc reconstruire une véritable démocratie :
Une société organique où le pouvoir est véritablement donné à des corporations et micro-républiques locales où chacun ou quelques représentants locaux pourrait siéger.
Le pouvoir ne serait donc plus intégralement concentré en une seule institution :
La République, disputée par des partis.
Nous sommes passés d’un pouvoir qui se devait d’être par définition un service (organique) à un pouvoir de consommation.
La souveraineté du peuple ne peut être absolue et nous voyons à quel point le système actuel privilégie la division des Français et l’intérêt de quelques uns contre le bien commun et le bien de chacun, et c’est pourquoi nous pensons qu’il est nécessaire de remettre le pouvoir au sein de la société.
Pour ce qui est des questions régaliennes, et sachant que la majeure partie du pouvoir serait alors ré-encastré dans la société, le rassemblement des Français serait possible par un corps :
Un roi issu d’une lignée légitime et méritante, un personnage ayant été éduqué toute sa vie pour l’exercice du pouvoir, et surtout du sacrifice au service de ses sujets.
Cela existe et permet d’éviter les jeux électoraux où les voix sont converties en parts de marché, les promesses en l’air et les tromperies de quelques-un sur le dos des Français pour garder le pouvoir. Comment expliquer l’engouement des peuples pour les mariages et la vie des têtes couronnées ?
Parce que le peuple a besoin de se rassembler autour d’un corps capable de compassion, de sacrifice, et non pas d’une idéologie et d’un système administratif incapable de prendre la moindre décision, comme nous pouvons le constater de jour en jour.
Bien des analystes politiques comme « Nicolas Domenach » définissent le Président de la République comme un « monarque républicain » preuve que le pouvoir en tant que tel, même le plus abstrait comme celui que nous connaissons actuellement, réclame une incarnation.

Exigeons un gouvernement naturel !

La priorité reste cependant dans la reconstruction de la véritable démocratie, celle qui ne peut être que locale.

 

Quenelle

 Huile sur toile par Athanase Ducayla et Fred.

La quenelle comme catalyseur de l’action des valeurs qui ont fait la France, et faisant renaître la royauté  !
après une soirée de discussions passionnées.

Athanase Ducayla

http://www.ndf.fr  du 20/11/2013

 

 

Les Bonnets Rouges Sont Des Champions.

bonnet-rouge

Loi Taubira interdisant le port du bonnet rouge.

Le 11 novembre 2013, après plusieurs semaines de contestation contre la République Socialiste Française et sa politique fiscale, un coup terrible a été porté à la démocratie.
Non, il ne s’agit pas des coups de couteau portés à un élu « UMP » ce même jour, mais des huées et des sifflets à l’encontre du chef de l’État.
Face à cette attaque gravissime, insupportable, qui remet en cause le fondement même du pacte républicain entre les Français et leur élite, le Président promulgue une loi juste et équilibrée visant à rétablir la paix dans le pays.

Article 1

Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue ou adopter une attitude destinée à manifester son opposition à François Hollande, Manuel Valls, Christiane Taubira, Vincent Peillon ou tout autre ministre du gouvernement ou plus généralement à « la religion socialiste ».

Article 2

I. ― Pour l’application de l’article 1er, l’espace public est constitué des voies publiques ainsi que des lieux ouverts au public ou affectés à un service public.

II. ― L’interdiction prévue à l’article 1er ne s’applique pas si la tenue est prescrite ou autorisée par des dispositions législatives ou réglementaires, si elle est justifiée par des raisons de santé ou si elle s’inscrit dans le cadre de l’apologie de la religion socialiste.

Est, par exemple, autorisé le port du sein nu dans les églises ou sur la voie publique s’il est accompagné de slogans ou d’actes de violence à l’encontre des opposants au régime.
La nudité est également autorisée sur la voie publique lors des manifestations de lobbies visant à promouvoir le mariage homosexuel ou plus généralement la propagande socialiste.
Dans ce cadre spécifique, le port de plumes dans les fesses devient alors obligatoire.

Article 3 : Du bonnet rouge

Le bonnet rouge est strictement interdit sur l’ensemble du territoire national à compter de ce jour.
Il est en effet devenu le signe évident de rassemblement d’un trop grand nombre d’opposants et il provoque des réactions incontrôlables et violentes de la part des policiers.
Le bonnet rouge est donc devenu une menace contre la République.

 

Que s’est-il vraiment passé sur les Champs-Elysées lors du défilé

 

Le gouvernement socialiste, soucieux d’assurer l’égalité de tous citoyens devant la loi, comme lors du mariage pour tous, décide également d’interdire tous les bonnets qu’ils soient bleus, blancs ou rouges ou de toute autre couleur.

Toutes les mairies devront donc procéder à l’enlèvement immédiat du bonnet phrygien des Marianne républicaines afin de donner l’exemple.

Toutes les Marianne encore coiffées du bonnet rouge dans un délai de 3 jours à compter de la parution de la présente seront placées en garde à vue.

Une attention toute particulière devra être apportée à la surveillance de l’espace public pendant la fête religieuse de Noël.
Une note des renseignements généraux indique en effet qu’un nombre important d’intégristes catholiques s’apprêtent à infiltrer les centres commerciaux avec un bonnet rouge auquel ils ont ajouté un pompon blanc afin de contourner la loi.
Leur objectif est clair : ridiculiser le gouvernement en distribuant des cadeaux et dénoncer la religion socialiste officielle qui consiste au contraire à n’en faire aucun.
Toute personne apercevant un bonnet de ce type devra immédiatement la dénoncer aux forces de police sous peine d’être accusée de complicité de déstabilisation de L’État Socialiste.

Tout personne affublée d’un bonnet rouge à pompon blanc qui, en plus, porterait une barbe blanche sera immédiatement placée en garde à vue et déférée en comparution immédiate.

Article 4 : des T-shirts

Le T-shirt rose ou bleu floqué est interdit.
Son port est une atteinte insupportable à la religion officielle qui instaure le droit au mariage et bientôt à la PMA et la GPA pour les couples homosexuels.

Ici encore, soucieux de rappeler que le socialisme à la française, c’est l’égalité pour tous, le port du T-shirt en général est interdit.
Le port du sein nu devient obligatoire sur l’ensemble du territoire.
Ceux qui n’ont pas de sein ne pourront plus sortir de chez eux sans une autorisation spéciale, ce qui va concourir à la promotion des femmes dans l’espace public.
Des faux seins seront toutefois mis en vente dans toutes les perceptions publiques au prix de 7 500 euros la paire afin d’assurer l’égalité des citoyens devant la loi et de renflouer les caisses vides de l’État.

Article 5 : de la liberté de la presse

Suite à la une honteuse du journal Minute affirmant que Madame Taubira, « maligne comme un singe »« retrouve la banane », il sera désormais strictement interdit d’accoler ces qualificatifs à toute personne de couleur noire sous peine de poursuites pour injure publique à caractère racial.

Dans la République Socialiste Française, il est désormais permis d’affirmer que les Roms, les Arabes ou les Juifs sont malins comme des singes et qu’ils ont retrouvé la banane, mais écrire cela pour des Noirs sera désormais passible des tribunaux.

Les citoyens de couleur noire ont désormais interdiction d’être malins comme des singes, mais également de porter la banane en guise de sourire.
Ça c’est de la protection des minorités, non mais.
Du coup, on interdit aussi les bananes dans l’espace public français.

Article 8

La banane sera désormais remplacée par la quenelle.

Article 9

Tous les médias grand public n’ayant pas appelé à voter François Hollande en 2012 sont interdits.
Par conséquent aucun média n’est interdit.

Article 10

Seuls la discrimination, le racisme et l’incitation à la haine raciale contre les Roms sont autorisés, particulièrement pour le ministre de l’Intérieur et de la propagande.

Article 11

Les sondages concernant la popularité du chef de l’État et de son gouvernement sont désormais interdits.
Ils représentent une remise en cause insupportable du suffrage universel et de la démocratie.

Article 12

La méconnaissance de l’interdiction édictée à l’article 1er est punie de l’amende prévue pour les contraventions de deuxième classe.

L’obligation d’accomplir le stage de citoyenneté mentionné au 8° de l’article 131-16 du code pénal peut être prononcée en même temps ou à la place de la peine d’amende.
Le stage de citoyenneté peut être remplacé par un stage chez les Femen ou chez Pierre Bergé.

Article 13

La présente loi s’applique sur l’ensemble du territoire de la République.

Article 14

La présente loi sera exécutée comme loi de l’État.

Fait à Paris, le 11 novembre 2013.

François Hollande

Par le monarque de la République :

Le Premier sinistre,
Jean-Marc Ayrault
La sinistre d’Etat, garde des sceaux,
sinistre de l’injustice et des libertés,
Christine Taubira
Le sinistre d’Etat, sinistre de l’intérieur,
sinistre de la propagande socialiste
Manuel Valls

Philippe Alain du blog « I am Spartacus »

http://www.ndf.fr  du 14/11/2013

L’Etat Emprunte, Nous Payons L’Erreur.

gouffre-economie

Nos impôts paient l’addition des emprunts toxiques des collectivités.

 
Les députés socialistes ont voté une nouvelle loi suite à la condamnation de « Dexia » dans l’affaire des emprunts toxiques.
Rappelons tout d’abord que ces emprunts toxiques sont en réalité des produits financiers spéculatifs qui ont été diffusés entre 2002 et 2008 parmi les collectivités publiques et les hôpitaux.
Le résultat étant des coûts de remboursements faramineux pour les 1.500 collectivités et organismes publics touchés.
Il y a plus de 300 contentieux en cours dont 250 environ concernent « Dexia » et la « SFIL » (« société de financement local »).

Mais alors pourquoi ne pas laisser faire la justice et voter une nouvelle loi ?

Parce que le risque est trop grand pour l’Etat qui est à la fois juge et partie.

Ainsi, la première condamnation de « Dexia » en faveur du conseil général de Seine‑Saint‑Denis est de fait défavorable à l’Etat qui en est l’actionnaire à 44 % via la « SFIL » depuis son démembrement.
L’objectif des députés est donc de trouver une solution alternative par le biais d’une nouvelle loi.
Une fois de plus, ce sont donc les impôts des Français qui vont pallier les défaillances de collectivités locales mal gérées et de banques scandaleusement irresponsables
Cette nouvelle loi prévoit 1,5 milliard de budget pour aider les collectivités à réduire leur endettement toxique à la condition d’abandonner les poursuites judiciaires.
Seule la moitié de ce montant serait financée par les banques qui s’en sortent à bon compte, via une augmentation de la taxe de risque systématique.
Le reste proviendra comme souvent des poches des contribuables.

Pour finir, rappelons que la très grande majorité des collectivités locales sont aujourd’hui dirigées par des élus socialistes.

http://fr.novopress.info  du 19/11/2013

 

 

Quand un candidat envisage de s’asseoir dans le siège de Président du gouvernement Françaisil doit surtout penser à ce que cela va lui rapporter !
Il ne doit pas songer qu’il ne va pas gérer une France toute neuve mais hériter des bonnes ou mauvaises gestions de ses prédecesseurs comme un enfant hérite des bons ou mauvais apports de ses lignées parentales.
Du moins nous n’en avons pas l’impression depuis un bon moment, ils se remplissent les poches les uns après les autres !
S’ils dépensaient moins d’argent en publicité mensongère ou de démolition des autres candidats, peut-être pourraient-ils se voir astreints se sentir plus responsables, personnellement, des erreurs de leurs mandats et obligés de participer plus activement aux réparations…après tout, ils en auraient les moyens car ils seraient plus prudents puisqu’il s’agirait de leur propre fric et non de celui de tout le monde !

La notoriété et la gloire, ça se mérite, quand on est honnête ça se paie !

Il Faut Arrêter Tous Ces Amalgames !

bouffon

Pourvu que le tireur de Libération soit d’extrême droite !

Tout est question d’échelle de grandeur !
Pour les « socialauds » et leurs soutiens, il semblerait, surtout ces derniers temps où ils sont en bien mauvaise posture dans les sondages, échos de la colère des Français, que le curseur soit définitivement coincé à l’échelon « racisme » et « fascisme ».
« Il ne faut pas confondre le racisme ordinaire et la réaction populaire contre une immigration mal régulée ». 
Admirable analyse de « François Kersaudy ».
http://www.lepoint.fr/invites-du-point/francois-kersaudy/francois-kersaudy-le-bal-des-racistes-16-11-2013-1757716_1931.php#xtor=EPR-34
Que ce soit dans la vie de tout les jours, pour savoir combien coûte une baguette de pain, une heure de baby-sitting ou une semaine en Hollandie… nous avons besoin d’une échelle de grandeur, y compris dans la vie politique, pour y mesurer l’importance des événements qui se produisent journellement aux quatre coins de l’Hexagone.
Mais il y a de quoi se faire grand soucis, quand il devient nettement évident que les « branquignols » actuellement au pouvoir n’utilisent pas du tout la même graduation que les citoyens.
Tout comme le mètre étalon sert de base aux mesures de longueurs… il me semblait que les fait-divers étaient jaugés en fonction des lois en vigueur dans notre pays, et que les organes officiels sensés les vérifier, étaient la police, la justice, les médias et bien sûr les élus politiques.
Pourtant en étudiant divers événements récents, abondamment partagés sur les réseaux sociaux, on constate que si certains sont constamment mis en lumière, et ressassés par les politiques et les médias, jusqu’à la nausée, d’autres au contraire sont très bizarrement maintenus dans l’ombre et seraient même passés totalement à la trappe, s’ils n’étaient pas relayés par les patriotes à la vitesse de la lumière.
C’est ainsi que pour les responsables politiques et leurs commensaux, censés faire régner l’ordre sur le territoire, le traitement diffère selon que vous êtes une belle âme (adhérents PS et ses protégés) ou un vulgaire citoyen accroché à ses valeurs républicaines (Pouah !).

Par exemple, toutes actions (agressions, braquages, vols, viols, égorgements etc…) émanant de racailles des cités (entrant dans la première catégorie) seront obstinément tues par les médias aux ordres, dès l’instant qu’elles sont dirigées vers d’insignifiants citoyens (de la seconde catégorie) …
En revanche qu’ un individu « de type européen » (*) se soit introduit vendredi matin dans les locaux de « BFMTV », braquant un journaliste avant de s’enfuir immédiatement (sans tirer), puis récidive lundi au siège du journal « Libération » tirant sur deux personnes (à ce stade de l’enquête il semblerait qu’il s’agisse d’un seul et même individu) et voilà le Procureur de la République de Paris en personne, lançant très vite sur les ondes un appel à témoins.
(*) La nuance parait importante puisque soulignée à plusieurs reprises… devrait-on pour autant accuser tous ceux qui l’ont utilisée « d’incitation à la haine raciale », argument pourtant habituellement ressassé par nos « belles âmes » de service ???
Je pose la question.
http://www.bfmtv.com/societe/fusillades-a-paris-appel-a-temoins-retrouver-tireur-648802.html

Les enquêteurs ont décidé de rendre publiques les images de vidéosurveillance de l’homme soupçonné d’avoir sorti une arme vendredi à « BFMTV » et d’avoir grièvement blessé un assistant photographe à Libération lundi, a par ailleurs annoncé le procureur.
Ces images ont été prises par les caméras de surveillance de « BFMTV » et par celles de la ville de Paris, à proximité des locaux de 
« Libération », dans le 3e arrondissement de la capitale.
Bizarre comme ces images sont immédiatement mises ici à disposition, alors que, souvenons-nous, dans l’affaire « Clément Méric », les « autorités » avaient soigneusement caché pendant trois semaines, la cassette de vidéosurveillance démontrant que « Esteban Morillo » (bien vite baptisé « skinhead ») n’avait fait que se défendre d’une attaque dans le dos du jeune « anti-fa »… laissant ainsi bien monter la mayonnaise de la fureur des enragés extrémistes de gauche à qui tout semble permis…
Comment ne pas s’étonner aussi de cette « Une » de Libération :
Éclipsant une autre de l’Express, (ou de bien d’autres de même nature)autrement plus importante et grave puisque concernant la France entière.

 

 UNE DE L'EXPRESS

Toute la semaine passée nous avons eu droit à la « cuisine » du mot racisme à toutes les sauces :
On agite à tout va l’épouvantail du racisme, ainsi on peut au passage, et par sous-entendus, égratigner, accuser, diffamer « MLP », le « FN » et l’extrême droite … c’est à dire une grande majorité de patriotes puisque c’est ainsi qu’on qualifie, en se bouchant le nez, tout citoyen ayant l’outrecuidance d’aimer son pays et de le dire.
Mais pour varier un peu les plaisirs, et donner l’impression d’une vraie divulgation d’infos, cette semaine on va   disséquer deux fait-divers, pas plus graves que bien des drames habituellement passés sous silence, mais qui prennent pourtant l’allure d’un crime de lèse-majesté, offrant par la même occasion un nouveau nuage de fumée, propice à faire oublier (jusqu’à la prochaine trouvaille, qui ne saurait tarder,  faisons-leur confiance) les déboires (pour ne pas dire les gravissimes emmerdes) du locataire de l’Elysée, plus empressé à aller se balader à l’Etranger, soit pour se mêler de ce qui ne le regarde pas, soit pour distribuer l’argent des contribuables français … que se résoudre à prendre la seule décision qui le sauverait du ridicule dans lequel il patauge :

sa démission !

Mais en attendant cette sage décision qui tarde à venir, pour exorciser les incantations de l’armée des bien-pensants, et histoire d’être au moins une fois au diapason, rangeons-nous aux côtés du ministre de l’Intérieur, pour hurler une phrase qui lui est particulièrement chère puisqu’il nous la sert sur tous les tons :

 

ARRETONS LES AMALGAMES

Josiane Filio

http://ripostelaique.com  du n° 330, le 19/11/2013

Et comment appeler ces amalgames ?
Il y a trop de Français par droit du sol ou nationalisations à tours de bras pour qu’on puisse parler d’une forme de racisme francophobe.
Nous sommes victimes de Patriophobie, ou de tradiphobie puisque nous étions traditionnellement européens, chrétiens, attachés à nos valeurs familiales, etc.

Défendons Aussi La Liberté D’ Expression !

0

Valls toujours silencieux sur l’agression du préfet de Haute-Savoie, mais très bavard sur « Libération » !

A peine connue l’intrusion dans les locaux de « Libération » et les tirs blessant grièvement un (assistant-) photographe de la rédaction, que déjà les premiers « tweets » tombaient : l’extrême droite était forcément derrière tout ça.
Peu de temps après, une seconde fusillade perpétrée, semble-t-il, par le même individu avait lieu devant le siège de la « Société Générale » à la Défense.
Les réactions de nos politiques ont bien évidemment été unanimes à condamner le tireur fou qui, selon la police, pourrait être le même qui vendredi avait déjà tiré des coups de feu au siège de « BFM TV ».
Ainsi, Jean-François Copé s’est déclaré « profondément choqué et indigné », ajoutant que « c’est bien la profession de journaliste qui semble être visée », même si la « Société Générale » n’est pas exactement ce qu’on peut appeler un journal… mais Monsieur « Copé » n’en est pas à une énormité près.
Il poursuit, au sujet tout de même d’un journal qui n’a de cesse de condamner toute pensée n’abondant pas dans le sens de la marche pseudo-antifasciste (on se rappellera la une du 21 décembre 1979 qui rendait hommage à Staline), que « c’est l’idée même de la liberté qui semble être prise pour cible, la liberté d’expression et d’information sans laquelle il n’y a pas de démocratie possible », une liberté de ton qu’il considère comme étant -je cite- « au service des Français », un avis d’ailleurs allègrement partagé par « Harlem Désir ».

Il y a d’abord eu cette tentative d’assassinat de trois coups de couteau sur le maire « UMP » de Châteaurenard, « Bernard Reynès », lors des cérémonies du 11 novembre, ainsi que des coups portés sur son adjoint et sa conseillère municipale.
Mais il semble que cela soit certainement beaucoup moins important que la blessure du photographe de « Libé » puisque personne n’a jugé utile de se déplacer pour eux ni même d’exprimer son émotion.
Sans doute Madame « Filippetti » ne juge-t-elle pas leur rôle indispensable, allez savoir…
Seul « Jean-Marc Ayrault » avait appelé à un « sursaut ».
L’agresseur, d’abord présenté comme un déséquilibré, a finalement été jugé parfaitement conscient et donc pleinement responsable de ses actes.
A noter que « BFM TV » n’a pas fourni son nom.

La deuxième agression s’est déroulée ce 14 novembre sur le préfet de Haute-Savoie que pas moins de trente individus ont aspergé de gaz lacrymogène avant de le rouer de coups.
Georges-François Leclerc accompagnait une équipe de la BAC dans un quartier sensible de Thonon-les-Bains, laquelle procédait à un contrôle d’identité sur un homme de 19 ans connu comme « dealer ».
Refusant de monter dans le véhicule de la BAC, celui-ci a alors ameuté sa cité avant qu’une horde sauvage ne fonde sur les policiers et sur le préfet.
Cela s’est passé il y a quatre jours et, hormis « Marine Le Pen », aucun politique n’a pensé à s’exprimer sur cette lâche agression en bande sur un représentant de l’Etat et sur ses hommes, pas même « Manuel Valls » pourtant censément Ministre de l’Intérieur pour qui cela semble être le cadet de ses soucis.

Par contre, pour se rendre chez « Libé », il accourt…

Il faut dire pour sa défense qu’il avait d’autres choses importantes à faire, comme de rappeler que l’esclavagisme c’était pas bien !

« L’indignation décuplée » de « Delanoë » pour ce qui touche à son attachement à la démocratie a pour cette occasion fait « pschitt ».
« Bertrand » s’en fout pas mal qu’on tente de zigouiller un élu de la République, il a des plaques de rues Mohamed Arkoun à faire imprimer, il ne peut pas être partout !
Seule « Marine Le Pen » a réagi, déplorant le franchissement d’un nouveau seuil « dans le remplacement de la loi de la République par la loi des caïds » (…)
La spirale de la violence qui frappe notre pays depuis des années n’a jusqu’ici trouvé face à elle que le laxisme et les effets de manche de l’UMP et du PS
 ».

Outre ces deux affaires graves, hier à Corbeil-Essonnes ce sont despoliciers municipaux qui ont été la cible de coups de feu dans la cité des Tarterêts.
Ils ont immédiatement demandé l’aide de la police nationale mais se sont vus répondre par cette dernière qu’elle ne pouvait pas intervenir… faute de véhicules disponibles !

Quid de la sécurité sur notre sol et des moyens pour la faire respecter ? Et ne parlons même pas des agressions quotidiennes subies par le peuple, les meurtres pour un regard, une cigarette, une couleur de peau trop blanche, les viols commis seul ou en bandes, les égorgements, et tant d’autres horreurs qui laissent indifférents et silencieux les pseudos défenseurs autoproclamés de la République.

On se rend bien compte en tout état de cause dans toutes ces agressions et ces violences que la promesse d’Hollande « j’apaiserai la France jusqu’à ce qu’elle m’aime » est encore très loin d’être tenue.

Caroline Alamachère

http://ripostelaique.com/  du n° 330,  le 19/11/2013

 

 

Non seulement le vrai peuple Français n’est pas apaisé mais il n’aime pas ce pseudo-président qui s’est vu placé à la tête de notre Patrie illégalement !
Les trois-quarts des Français en droit de voter ne l’ont pas élu et il refuse tout référendum
!

Une Eglise Attaquée ? Silence Medias !

saint-nicolas-du-chardonnet

Attaque christianophobe à l’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris.

L’actualité de ce lundi est en passe d’occulter ce qui s’est passé la veille dans une église parisienne.
Dimanche 17 novembre en milieu de matinée, l’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet a, une nouvelle fois, été victime d’un attaque christianophobe.

Ce dimanche, lors de la grand messe, les trompes de chasse étaient venues embellir la liturgie pour une messe dédiée au patron de la chasse, Saint Hubert.

Des individus ont alors commencé à jeter des boules puantes sur le parvis de l’église pour faire diversion et monopoliser l’attention des paroissiens, tandis qu’une personne restée à l’intérieur a dégoupillé une grenade fumigène et l’a lancée en direction du prêtre.
Le projectile a cependant fini sa course hors du cœur, au niveau de l’épître.
Une personne de l’assistance (?) a alors crié « à terre ! ».
Immédiatement une petite explosion a retenti avec des flammes de 50 cm et quelques projections lumineuses.
S’en est suivi un immense nuage de fumée remplissant très vite le cœur et prenant la gorge.
Un groupe de paroissiens s’est lancé à la poursuite du terroriste qui était aidé par deux compères chargés de couvrir sa retraite et provoquant la confusion.
Un autre paroissien s’est emparé du fumigène et le jeta hors de l’église tandis que d’autres paroissiens prenaient soin des personnes en état de choc.
Le terroriste et ses deux complices ont malheureusement réussi à s’enfuir.
Habitué aux attaques, l’abbé qui lisait l’Épitre et le curé n’ont jamais quitté leur recueillement.

Ne s’agissant ni d’une mosquée ni d’une synagogue, aucune indignation de la part des politiques ou de la presse.

Seul Bruno Gollnisch, membre du bureau politique du « Front National », qui a fait un communiqué.

L’abbé « Xavier Beauvais », curé de Saint-Nicolas, a indiqué qu’il porterait plainte.

L’église Saint Nicolas-du-Chardonnet rassemble environ 3.000 paroissiens de la mouvance traditionaliste à Paris (Fraternité Saint-Pie-X) répartis en 5 messes dominicales.
Environ 1300 personnes assistent à la grand messe de 10h30 dont de nombreuses familles.

http://fr.novopress.info  du 18/11/2013

Vive La Révolution Quenellienne !

Vive La Révolution Quenellienne ! dans DEBATS 632110ecussonfrancequenellesinvert-e1384716163939

Nos cousins Québecois nous encouragent avec bienveillance.

La révolution quenellienne qui se répand actuellement en France réjouit le cœur d’un survivaliste comme moi, au fond de mon Québec.
Je suis bien entendu admiratif du travail de « Dieudonné M’Bala M’Bala », l’inventeur du geste de la Quenelle et d’ »Alain Soral«  qui, l’un par ses intelligentes pitreries qui visent juste et l’autre par un argumentaire solide et d’abondantes démonstrations, dénoncent une République qui n’en est pas ou plus une, la vanité d’une démocratie représentative qui ne représente pas le peuple mais des « lobbies » très influents, la puissance cachée des frères la truelle et le pillage des richesses matérielles et culturelles de la France par des politiques traîtresses qui la livrent en pâture aux banques et aux oligarques.

Cette quenelle est un geste vulgaire qui dénonce une plus grande vulgarité :
Il faut bien combattre le feu par le feu…
Néanmoins, elle dénote le ras-le-bol d’une partie grandissante du peuple français, les « de souche » comme les « beurs » et les « blacks ».
Ce ras-le-bol cache la frustration d’être administrés par des roi-nègres pour le compte et les bénéfices de leurs Maîtres, des puissances financières privées étrangères.

Les Français ne dirigent plus la France :
Elle est gérée en fonction de plans tracés de longue date à l’étranger comme le démontre « Pierre Hillard » dans ses travaux.

Une faible part des Français le sait, beaucoup commencent à soupçonner quelque chose.
Cela doit continuer.

Si la France, « la vraie France », se reprenait en main, il ne fait aucun doute que la situation sécuritaire, les approvisionnements, les services publics seront temporairement mis à mal.
Il ne fait non plus aucun doute que les larbins au pouvoir s’enfuiront vers New York, Londres, Tel Aviv ou vers des destinations plus exotiques pour les déviants en place.
Le peuple, lui, souffrira.
Il souffrira puisqu’il est épuisé, n’a pas de réserves et peut difficilement s’en constituer à cause de la cherté, des salaires qui baissent, du chômage.
Néanmoins, le citoyen qui possède des conserves ou des aliments à longue conservation, qui a accès à de l’eau potable en toutes circonstances ou qui a les moyens de la rendre potable, pourra envisager des périodes de troubles avec non pas de la sérénité, mais au moins avec un peu moins d’angoisse.

Pour être en contact étroit avec beaucoup de survivalistes français, je peux affirmer qu’ils sont tous politisés, qu’ils sont tous en contestation silencieuse ou active du système et pas seulement dans une contestation conjoncturelle et que tous se préparent davantage.
Leur jugement de la situation n’est pas parole d’évangile.
Il repose sur des facteurs subjectifs, leurs propres situations, leurs propres observations et des sources d’information alternatives aux grands lobotomiseurs que sont les journaux télévisés ou les quotidiens qui sont la propriété des banques ou des marchands d’armes. Toutefois, quand un survivaliste sent l’imminence d’une dégradation, il faut en tenir compte.
Ce n’est pas une garantie qu’elle se produira mais c’en est une qu’il faut relever son niveau d’alerte.

Je parlais récemment avec un survivaliste très respecté qui me disait :
« 2014, je ne le sens pas trop ».
J’allais lui dire la même chose.
Oh, ça n’en fait pas une prophétie mais pour des observateurs sérieux comme lui et comme moi, c’est significatif.
Après tout, l’économiste en chef de l’ »UBS » « Larry Hatheway », disait en entrevue fin 2011 de stocker des métaux :
de l’or, des conserves et des armes de petit calibre.
Il était en avance mais je crois qu’il voyait clair.
Alors si j’ai une chose à dire à mes cousins français, c’est de garder leur sang-froid, de se préparer à des pénuries, d’augmenter au maximum leur niveau d’autonomie en nourriture et en eau et de porter fièrement le bonnet rouge, devenu le symbole de la résistance face aux pilleurs et à leurs larbins qui dirigent non seulement la France mais la majorité des États de la civilisation occidentale.
L’autonomie, c’est aussi d’avoir réellement son mot à dire sur les politiques qui nous affectent et sur les décisions qui sont prises.

Informez-vous aussi à des sources fiables, qui ont l’amour de la vérité et non l’intérêt de garder le peuple calme et niais.
De mon côté de la grande mare, vous avez tout mon soutien et je vous envoie tous mes espoirs.

Vic Survivaliste

http://www.ndf.fr  du 17/11/2013

Qui Est Notre Gardienne Des Sots ?

Qui Est Notre Gardienne Des Sots ? dans LECTURE autocollanttaubira11-e1384649617842

Un pot-pourri  de trahisons…risque sévère d’écoeurement !

http://www.resistancerepublicaine.eu/2012/medias-epuration-stalinienne-ca-commence/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2012/premiere-bavure-de-taubira-les-recidivistes-de-16-a-18-ans-consideres-comme-de-tendres-agneaux/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2012/pour-taubira-ils-devraient-embrasser-sur-la-bouche-les-assassins-de-leur-enfant/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2012/la-prison-cest-comme-le-redoublement-ca-sert-a-rien/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2012/taubira-fait-tout-pour-que-les-violeurs-dangereux-se-promenent-en-liberte/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2012/celui-qui-sattaquera-a-lislam-perira-par-taubira-marine-le-pen-menacee/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2012/rappel-pour-obama-comme-pour-taubira-la-charia-cest-obligatoire-et-cest-demain/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2013/lindependantiste-guyanaise-taubira-est-garde-des-sceaux-bravo-hollande-par-beate/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2013/taubira-veut-naturaliser-les-bebes-nes-de-meres-porteuses-a-letranger/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2013/justice-adaptons-les-peines-au-delinquant/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2013/suppression-de-la-prison-lexemple-anglais-est-plus-que-dissuasif-mais-taubira-nen-a-cure/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2013/lettre-ouverte-a-christiane-taubira-ministre-de-la-justice-par-rene-streit/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2013/taubira-hollande-commemorent-la-fin-de-lesclavage-pendant-que-des-musulmans-assassinent-leurs-esclaves/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2013/le-nouvel-obs-en-appelle-a-taubira-afin-de-faire-taire-robert-menard-et-christine-tasin/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2013/non-aux-projets-fous-de-christiane-taubira-par-laurence-havel-de-linstitut-de-la-justice/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2013/de-linacceptable-banane-tendue-a-cette-garce-de-taubira/

http://www.resistancerepublicaine.eu/2013/machiavel-etait-un-amateur-a-cote-de-taubira-par-tarick-dali/

 

http://www.resistancerepublicaine.eu  du 16/11/2013

 

Les Mosquées Installées Par L’Etat ?

Les Mosquées Installées Par L'Etat ? dans INSOLITE nomosquethumb152-e1384647007273

Combien nous coûtent les officines destinées à nous faire accepter l’islam ?

« Mais pour parler d’économies on pourrait peut-être commencer par cette fameuse cour des comptes elle même. »
A ce propos, en 2013, la Cour des comptes coûte 220 millions d’euros, dont 190 millions en dépenses de personnel.

http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/farandole/2014/pap/pdf/DBGPGMPGM164.pdf

Tableau page 13.

La Cour des comptes dépend du premier ministre, de son budget.
Dans ces conditions, elle ne va quand même pas se montrer désagréable avec son patron, hein ?

Mais puisque nous parlons du coût de la Cour des Comptes, regardons d’un peu plus près certaines d’entre elles… 
Autres officines dépendant, comme la Cour des comptes, de la mission budgétaire « Conseil et contrôle de l’Etat » affectée au premier ministre :

- CONSEIL D’ETAT et autres juridictions administratives :
(cours administratives d’appel, tribunaux administratifs, Cour nationale du droit d’asile)
Coût annuel : 370 millions d’euros dont 310 millions en dépenses de personnel.
http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/farandole/2014/pap/pdf/DBGPGMPGM165.pdf
Tableau page 14
(NOTE )

- CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL (CESE, 233 membres)
N’essayez pas de savoir à quoi sert ce CESE, surtout en lisant le baratin de présentation
(« Présentation stratégique du projet annuel de performances ») de son président, « Delevoye » (sauf erreur, ex président de l’association des maires de France et maire de Bapaume).
Au passage, on y relève ceci :
« L’action internationale doit servir l’institution et répondre aux attentes des pays, notamment de ceux qui, de l’autre côté de la Méditerranée se sont engagés dans un processus démocratique et ce grâce à l’action de la société civile. » ???

Coût annuel : 39 millions d’euros dont 33 millions en dépenses de personnel.
Que font-ils, tous ces gens ?
Emplois fictifs légaux ?
http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/farandole/2014/pap/pdf/DBGPGMPGM126.pdf
Tableau page 9
Voir aussi page 6 :
Gestion environnementale de l’institution (chiffres 2013) :
. Bilan carbone des déplacements des membres du CESE : 600 Tonnes de CO2
. Consommation annuelle de gaz : 173.000 M3
. Consommation électrique : 1.800.000 kWh
. Consommation d’eau : 4.500 m3.

Tout cela est fort bien.
Mais pour quoi faire ?

Et là, le clou du spectacle :
« Le CESE a prévu de s’engager à court terme dans une politique volontaire de réduction de son bilan carbone.
A cet effet un chef de projet a été nommé afin de réfléchir aux moyens disponibles (en complément des travaux déjà effectués) pour arriver à cet objectif.
A noter toutefois qu’une part très importante du bilan carbone provient des voyages en avion (étranger et outre-mer) que l’on peut très difficilement faire diminuer ».
Pourquoi ces voyages à l’étranger ?

- HAUT CONSEIL DES FINANCES PUBLIQUES
(apparemment, création « hollandienne »)
Coût annuel : 800 000 euros dont environ la moitié en dépenses de personnel.
http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/farandole/2014/pap/pdf/DBGPGMPGM340.pdf
Tableau page 5

NOTE : On comprend bien que le Conseil d’Etat n’est pas un arbitre indépendant mais un instrument aux ordres du Pouvoir (« La voix de son maître »).
Un arrêt du Conseil d’Etat en date de juillet 2011 en est un superbe exemple.
Il s’agit du bail emphytéotique permettant à tout promoteur de mosquée d’obtenir de n’importe quel maire un terrain voire plus, à l’encontre de la loi de 1905.
Affaire déjà évoquée récemment dans ces colonnes.
extrait, à nouveau :

19 juillet 2011, le Conseil d’Etat « AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS » (!!!) confirme l’arrêt de juillet 2008 de la cour administrative d’appel de Versailles.
Juristes ou pas, accrochez-vous :
« … LE LEGISLATEUR A AINSI permis aux collectivités territoriales (par l’article L. 1311-3 du code général des collectivités territoriales dans sa rédaction issue de l’ordonnance du 21 avril 2006) de conclure un tel contrat en vue de la construction d’un nouvel édifice cultuel, … il a, ce faisant, DEROGE AUX DISPOSITIONS PRECITEES DE LA LOI DU 9 DECEMBRE 1905 ;

Autrement dit, « EN PERMETTANT AUX COLLECTIVITES TERRITORIALES DE CONCLURE UN TEL CONTRAT EN VUE DE LA CONSTRUCTION D’UN NOUVEL EDIFICE CULTUEL …, LE LEGISLATEUR A ENTENDU DEROGER AUX DISPOSITIONS DE LA LOI DU 9 DECEMBRE 1905 PROHIBANT TOUTE AIDE AUX CULTES »

 

Ainsi, c’est bien normal n’est-ce pas, le législateur déroge à la loi, minutieusement, clandestinement ; et tout cela pour mieux installer l’islam.

Vous étiez au courant vous, vous l’auriez imaginé ?

Philippe Jallade

http://www.resistancerepublicaine.eu   du 16/11/2013

Hollande Nous Encourage Au Suicide.

Hollande Nous Encourage Au Suicide. dans SANTE autocollanthollande11-300x300

Il nous a déjà fait le coup de « la France apaisée, réconciliée »…

Rappelez-vous, c’était pendant la campagne électorale de 2012, et il cherchait à être élu :
Le mensonge ne pouvait qu’être qu’un de ses arguments de campagne !
Car mensonge il y avait, le présent de cet automne 2013 où sa caste de privilégiés et lui gouvernent est celui d’une France en ébullition, secouée par les suppressions d’emplois, balayée par un tsunami fiscal hors du commun,  menacée par une insécurité chronique, torturée par des communautarismes agressifs, étouffée par des flux migratoires incessants, paralysée par une dette abyssale, déshonorée par la perte de son identité historique, traversée de conflits politiques et sociaux de plus en plus violents…

Et, au milieu de cette tempête où le vaisseau « France » est balloté comme fétu de paille,  la « nullitude élyséenne »  profite de l’ouverture des cérémonies commémoratives du début de la première guerre mondiale pour nous appeler « à faire front commun » afin de sortir des difficultés que sa politique fait naître ou aggrave…

Tout en nous rejouant la partition éculée, maintes fois ressassée, de l’ »extrême droite » « factieuse » qui menacerait nos institutions et du rassemblement des « antiracistes » contre les « racistes » qui envahiraient nos campagnes.

Quelle hypocrisie!
Quel enfumage d’Etat…
Quelle manipulation de la part de celui qui avilit sa fonction par ses comportements mêmes et qui la déshonore par ses postures mensongères.

Même si la ficelle a la taille d’un gazoduc, elle est encore utilisée car la caste mafieuse qui s’est accaparée le pouvoir en utilisant les effets pervers d’un scrutin injuste et d’un bipartisme imposé s’est accaparée aussi l’ensemble des moyens de communication – dont les propriétaires et les constituants journalistes, gavés d’argent public, agissent en valets dociles-  pour soumettre chacun à son idéologie et à son mode de pensée.

En réalité, ces gens là, c’est à peine 20% du corps électoral, c’est un « président squatteur » totalement déconsidéré et qui a perdu toute confiance, y compris au sein même des gogos qu’il avait circonvenus…

Ces gens là détruisent notre pays, son Histoire, ses valeurs en noyant le Peuple autochtone sous des flux migratoires incessants …

Ces gens là conduisent une politique économique qui s’inscrit dans la mondialisation des oligarchies financières que le Hollande, candidat, est allé cajoler à la City de Londres après avoir fait croire à ses « supporteurs » que la Finance était son ennemi..

Ces gens là cultivent le chômage comme moyen d’enrichissement des possédants du CAC 40 et organisent les destructions d’emplois productifs pour les remplacer par des emplois assis sur les impôts et les taxes, et à fonction électorale…

Ces gens là taxent le travail au maximum, la consommation sans limites et s’attaquent férocement à l’épargne des Français, les mesures actuelles en précédant d’autres, et bien plus douloureuses…

Ces gens là préparent la répression de la parole opposante et de toutes les formes de contestation de leurs choix économiques, financiers, sociaux et sociétaux…

Ces gens là assurent la destruction du tissu sociétal français en promouvant les communautarismes destructeurs de  l’unité nationale et sources de conflits internes qui tueront le combat politique et social…

Ces gens là sont au service de l’Europe atlantiste, immigrationniste, mondialiste qui prétend détruire la Nation et noyer son apport historique dans le magmas de la mondialisation libérale et libertaire où les puissances financières dominantes, transnationales et trans- idéologiques ( la City de Londres ouvre une voie royale à la finance islamique qui participe largement à cette mondialisation financière) font régner leur loi unique, « celle de la jungle »…

Ben oui, Hollande appartient au cercle bien fermé des puissants français de la finance, de la politique, des média qu’est le « Siècle », ses réseaux ont déjà ici été décryptés, c’est un « young leader » choisi, en son temps, par le « French American Foundation »…

Et si  Hollande montre chaque jour davantage que la bonne santé des puissances financières est son objectif, si ses liens avec les Etats arabo-musulmans esclavagistes et fascisants mais riches en pétrole du Golfe sont réels , si ses convictions, exprimées il y a déjà quelque temps, sont qu’il n’est pas là pour s’occuper des Français mais pour tenir compte des populations de la Planète, ce n’est pas le fruit d’une quelconque lubie, mais la volonté de mener à bien la politique mondialiste pour laquelle il a été façonné…

Ne prenons donc pas pour de la mollesse de caractère, du simple entêtement, de l’aveuglement stupide cette attitude d’aujourd’hui où il  semble ne rien maîtriser…

Et s’il est en difficulté, n’oublions pas qu’il y a, à l’arc des tours de passe-passe électoraux, bien d’autres cordes pas encore utilisées…, la dissolution de l’Assemblée Nationale pour aller vers la création d’un front d’union nationale où se retrouveraient socialos-écolos-centristes et une part de l’UMP n’étant pas le moindre des dangers qui nous guettent.

Alors, oui, s’il y a un front à constituer, c’est celui des patriotes défendant notre Nation, son indépendance, sa souveraineté, et s’attaquant à l’Europe mondialiste, atlantiste, immigrationniste, qu’ il est impératif de réduire à néant si l’on veut vraiment changer les choix faits dans tous les domaines et lutter contre l’invasion barbare des flux migratoires,  islamiques en particulier.

Robert Albarèdes

http://ripostelaique.com  du n° 329, le 16/11/2013

C’est bien beau de dire qu’il faut constituer un front, de faire des projets, il faut quand même finir par les réaliser !
Je suis dure mais personne de valable ne se présente pour le moment !
Que Marine vienne défendre Taubira, j’en suis restée perplexe…mais, elle reste le moins mauvais du pire des choix.
Les Français attendent toujours un rassembleur de leur histoire, de leurs traditions, de leur terre, de leur identité…mais rien ne sera faisable si chaque clan ne veut pas cesser de ne penser qu’à son seul clocher et accepte de se mettre aux ordres de la mère Patrie !
On règlera les comptes régionaux après, quand l’ horreur de l’islam ne nous menacera plus !

Racontons Donc Des Histoires Sombres.

Racontons Donc Des Histoires Sombres. dans TROQUET salut-1-e1384628617301

Nous en apprenons tous les jours avec elles !

 

 La noire et le thermomètre.

Une noire avec un thermomètre dans la main patiente pendant 20 minutes sur son balcon,
soudain son voisin sort et lui demande :
- Mais que faîtes-vous avec ce thermomètre ?
Et elle répond :
- Mon copain vient me chercher à -10 !

 

La noire et la géographie.

Un homme annonce à sa collègue de bureau qui est noire :
- Je pars pour Milan !
- Quoi ? Si longtemps que ça !

 

La noire et les vacances terminées

Une noire s’assoie dans l’avion qui la ramène chez elle
après un séjour d’une semaine au Club Med.
- « Aaaaah, enfin réunis ! », dit-elle.
Son voisin, un peu surpris, lui demande :
- « C’est à moi que vous parlez ? »
- « Non, à mes genoux… »

 

 Proposition indécente…

Un jeune homme aborde une jolie noire dans la rue :
- Mademoiselle, voulez-vous…
- Oui !
Ni une, ni deux, elle l’emmène dans son studio.
Ils font crac-crac.
Quand c’est fini, le jeune homme lui dit :
- Il y a eu une légère confusion…
-Tout à l’heure, quand je vous ai abordée,
- je voulais vous demander si vous pouviez me passer un ticket de métro !
Indignée, la demoiselle proteste :
- Sûrement pas !
- Je ne vous connais pas !

 

Une noire rate son permis.

C’est une noire qui retrouve une de ses copines, noire elle aussi.
- J’ai encore raté le permis…
- Qu’est ce qui s’est passé ?
- Je suis arrivée près d’un rond-point et là,
- Comme l’indique le panneau 30,
- J’ai fait 30 fois le tour du rond-point.
- Et tu t’es trompée de combien de tours ?

 

La noire aux sports d’hiver.

Une noire arrive dans une station de sports d’hiver.
Dans le hall de l’hôtel est affiché le tableau de renseignement des stations de ski.
- MEGEVE : 15 centimètres, molle.
- L’ALPE-D’ HUEZ : 20 centimètres, souple.
- MERIBEL : 30 centimètres, dure.
La noire s’approche du réceptionniste et lui demande :
- « S’il vous plait, vous pourriez m’indiquer le numéro de la chambre de Monsieur Meribel ? »

 

 

Et Comment Se Portent Donc Les U.S.A ?

Et Comment Se Portent Donc Les U.S.A ? dans INSOLITE israel-blason-armoiries-e1384564696459

« Barack Obama » s’en prend à Israël !

Avant la dernière élection présidentielle américaine, j’écrivais :
« Les problèmes d’Israël vont vraiment commencer » si « Obama » devait remporter un second mandat.
Lors de sa deuxième cérémonie d’investiture, j’ai prédit qu’ »Obama » « libéré des contraintes de la réélection, [pourrait] enfin exprimer ses premières idées antisionistes après une décennie de positionnement politique.
Attendons-nous à un ton nettement pire du second gouvernement « Obama » envers le troisième gouvernement « Netanyahou ». »

Ce que j’avais prédit et écrit alors est en train de se réaliser.

Le voyage de mars 2013 effectué en Israël par « Barack Obama » semblait trop beau pour être vrai.
Alors qu’il faisait à peine pression sur Israël, il enjoignait aux Palestiniens de ne pas poser de conditions préalables aux négociations et, sous forme d’admonestation, de « reconnaître la volonté d’Israël d’être un État juif. »
Cela avait quelque chose d’inhabituel et suggérait qu’il y aurait par la suite un prix à payer.
Huit mois plus tard, ce prix à payer est désormais connu et comporte deux parties.
Si je pouvais paraphraser la position américaine, je dirais :
« Premièrement, restez calme et ne faites rien au moment où nous serons parvenus à un accord avec Téhéran sur le gel et non le démantèlement de son programme nucléaire.
Deuxièmement, arrêtez les constructions illégitimesde logements en Cisjordanie ou les Palestiniens déclencheront, avec le consentement des Américains, une troisième intifada. »

À ces deux demandes Israël a répondu avec une rudesse et une franchise inédites.
Le Premier ministre « Benyamin Netanyahou » a fustigé le futur accord avec l’Iran comme une « erreur monumentale » et, après avoir rencontré le Secrétaire d’État « John Kerry« , a lancé cet avertissement :

Je lui ai rappelé qu’il disait qu’aucun accord n’est meilleur qu’un mauvais accord.
Et l’accord qui est en cours de discussion à Genève en ce moment est un mauvais accord, un très mauvais accord.
L’Iran n’est pas tenu de démanteler ne fût-ce qu’une seule centrifugeuse alors que la communauté internationale est en train d’alléger les sanctions contre l’Iran pour la première fois depuis des années.
L’Iran obtient à ce stade tout ce qu’il voulait et ne doit rien en retour.
Et ceci se produit au moment où l’Iran est particulièrement mis sous pression.
J’exhorte le Secrétaire « Kerry » à ne pas signer dans la précipitation, d’attendre, de reconsidérer la situation, et d’obtenir un bon accord.
Car ici il s’agit d’un mauvais accord, d’un très, très mauvais accord.
Ce qui pour l’Iran est l’accord du siècle, est un accord très dangereux et très mauvais pour la paix et pour la communauté internationale.

Le ministre de l’Économie et du Commerce, « Naftali Bennet », a été encore plus direct en évoquant la perspective d’une bombe nucléaire iranienne détruisant la ville de New York :

On se souviendra longtemps de ces jours de novembre.
Le monde libre se trouve à la croisée des chemins, face à un choix clair :
ou bien résister et insister pour que l’Iran démantèle son programme d’armement nucléaire, ou bien capituler, céder et permettre à l’Iran de conserver ses 18 500 centrifugeuses.
Quand, dans plusieurs années, un terroriste musulman fera exploser une valise à New York ou que l’Iran lancera un missile nucléaire sur Rome ou Tel Aviv, cela arrivera uniquement parce qu’un mauvais accord aura été conclu en ce moment décisif.

Comme dans un match de boxe, le régime iranien est actuellement au tapis.
Le décompte n’est qu’à quelques secondes de 10.
Ce qu’il faut faire maintenant c’est accroître la pression sur l’Iran, le forcer à démanteler son programme nucléaire et non pas laisser celui-ci en place.
Il serait dangereux de lever les sanctions et d’accepter un accord qui permettrait à l’Iran de conserver l’intégralité de sa ligne de production d’uranium.
Ce serait dangereux car il suffirait à l’Iran d’ici un, deux ou trois ans, de tout remettre en marche pour obtenir l’arme nucléaire avant que le monde puisse faire quoi que ce soit pour l’arrêter.
Fermer les centrifugeuses n’est pas suffisant.
Il faut les démanteler complètement.
Nous lançons un appel à l’Occident pour qu’il ne signe pas un mauvais accord.

Israël a pour devoir d’assurer la sécurité de ses citoyens et c’est exactement ce que nous comptons faire.
Nous ne confierons jamais à d’autres la question de notre sécurité.

Sur le dossier palestinien, c’est le ministre de la Défense « Moshe Ya’alon«  qui s’est distingué :

Il ne faut pas craindre les menaces d’une éventuelle troisième intifada.
Nous sommes dans un conflit ouvert et permanent [avec les Palestiniens], qui, en ce qui concerne les Palestiniens, n’a pas pris fin avec les frontières de 1967.
Il y a « Cheikh Mounis » [nom arabe de] Tel Aviv, « Majdal », [nom arabe de] Ashkelon.
Nous avons quitté la Bande de Gaza et ils continuent à nous agresser.
Ils éduquent leur jeunesse dans la croyance que Haïfa et Acre sont des ports palestiniens et bien plus.
Il n’y a là aucun signe de compromis. …
Nous devrons nous montrer habiles et ne pas craindre les menaces d’une éventuelle troisième intifada.

Daniel Pipes  (Adaptation française : Johan Bourlard)

http://fr.danielpi du 15/11/2013

Il s’en passe de belles aux U.S.A. mais nous serions aussi contents de savoir où ils en sont au sujet de leur budget pour 2014…c’est autant la censure que chez nous !

La France est « La Cage Aux Phobes ».

La France est

« Réformophobie » des Français ou incompétence des politiques ?

Suivant la géniale expression de « Philippe Muray », la France est devenue une cage, une « cage aux phobes » où tout devient insupportable à tous. Les Français sont mécontents de la situation du pays et souvent de la leur, mais furieux lorsqu’on tente de réformer.
Des majorités ont été élues au nom du changement et battues pour la même raison.
Entre temps, elles avaient voulu réformer et avaient dû y renoncer sous la pression de la rue ou elles n’avaient rien fait et déçu par leur immobilisme.
Quant aux réformes réalisées, elles allaient toutes dans le sens d’une pente, celle de la facilité toujours prisée par les politiciens démagogues.
La gauche s’est fait une spécialité de cette descente et c’est pourquoi « ses » réformes sont plus visibles :
- adoucir les peines lorsque la criminalité s’accroît,
- faciliter l’immigration lorsque celle-ci s’intègre moins bien et même plus du tout,
- prendre sa retraite le plus tôt possible en dépit de la démographie,
- travailler de moins en moins longtemps notamment dans les services dits publics alors que la croissance s’étiole,
- marier des gens de même sexe alors que ceux de deux sexes différents se marient de moins en moins et divorcent de plus en plus. Tout cela vous a un parfum de modernisme et de progrès, c’est comme une marche vers un paradis au son des fanfares de la générosité, de l’ouverture et de l’humanisme.
Comme le lendemain, les Français se réveillent en enfer avec la gueule de bois, ils font appel à la « droite ».

Elle, c’est la spécialiste de la réforme en douce, sans le dire vraiment, la championne de la réformette honteuse.
- Soit elle a l’idée, en place depuis 25 ans au Danemark, de baisser le coût du travail avec la TVA sociale et elle remballe aussi sec parce qu’un ministre n’est même pas foutu d’expliquer la chose sur un plateau de télévision,
- soit elle compense la réforme de gauche par une mesurette de « droite », comme la défiscalisation des heures supplémentaires pour ne pas s’attaquer aux calamiteuses « 35 heures »,
- soit encore elle donne un gage à la gauche pour faire passer son texte en contrebande, comme en supprimant la « double peine » pour durcir un tantinet la loi sur l’immigration.
Alors dans le chaos des réformes qui ne marchent pas et des mesures qu’on ne prend pas, la France ressemble de plus en plus à une maison de fous.

A force d’employer le mot à tort et à travers pour culpabiliser les Français, on a fini par oublier que la phobie est une maladie, une peur panique de quelque chose.
On croit en déceler la présence latente et on appelle à la lutte contre l’épidémie.
La loi prolongée par la pédagogie doit éradiquer les phobies françaises.
L’idée que celles-ci puissent n’être que la résistance d’un peuple fatigué qu’on le ballotte de réforme inutile en réforme nuisible sans jamais procéder à celles qui sont nécessaires ne semble pas venir aux « Diafoirus » politiciens qui nous gouvernent.
Alors, on assiste à cet étrange spectacle des contestations diverses qui s’élèvent partout et vont peut-être converger dans une immense vague de ras-le-bol.
En 2002, on votait des milliers de policiers en plus.
En 2003, la « droite » leur appliquait « en douce » les 35 heures et à la fin de la décennie diminuait les effectifs.
Avec des moyens insuffisants, des heures supplémentaires non payées, mais depuis peu refiscalisées, les policiers sont dans la rue.
Le yoyo de la TVA par petits coups, tantôt sur un taux tantôt sur l’autre, au mépris comptable de tout bon sens n’aide pas notre industrie mais pénalise les commerçants et les artisans.
On se demande quels ministres paresseux conseillés par quels fonctionnaires aveugles ont pu prendre de pareilles décisions.
Chacun sait aujourd’hui que la France n’a pas procédé à temps aux réformes structurelles indispensables, qu’elle a même, au contraire, réformé à contre-temps et à contre-sens.
Quand apparaît une lueur de bons sens, quand on songe à rapprocher l’entreprise et l’école pour enrayer le chômage des jeunes ou qu’on se décide à modifier des rythmes scolaires absurdes imposés par les exigences syndicales et les intérêts du tourisme, c’est avec les pesanteurs nationales habituelles :
D’un côté on crée un conseil national avec 5 représentants des entreprises, mais autant de syndicalistes, de professeurs, de membres des administrations et d’élus des collectivités.
Il ne manque à ce « machin » qui se réunira deux fois par an que des ratons laveurs.
Quant aux rythmes, faute de moyens, dans la confusion et l’étalement, la réforme mal expliquée, mal encadrée, bricolée dans un ministère, doit s’imposer face à l’éventuelle « délinquance civique » aux 36 000 communes du pays.

L’idée que de vraies réformes, la régionalisation de l’ enseignement, la suppression des départements, la TVA sociale par exemple puissent être clairement mises en œuvre avec une explication cohérente de leur intérêt et le choix des Français par des référendums comme en font les Suisses est étrangère à l’oligarchie qui nous gouverne.

Les Français sont malades !

Ils n’ont pas la phobie des réformes ni des impôts,

mais une simple indigestion due à l’incompétence des cuisiniers.

Christian Vanneste

http://www.ndf.fr  du 15/11/2013

 

 

Surtout lorsque la fierté de ces cuisiniers est d’imposer le tout « halal » pour tout et tous !

Guignol Et Gestion Sont Incompatibles.

Guignol Et Gestion Sont Incompatibles. dans DEBATS img12-e1384475735627

Vu de l’étranger, la situation en France semble de plus en plus surréaliste

Vu de loin, la situation en France semble vraiment de plus en plus surréaliste.
.. le ministre de l’intérieur est poursuivi par le MRAP au motif de racisme,
.. le ministre de l’intérieur à grands coups de déclarations se voulant fermes et viriles, vole au secours de la ministre de la justice, elle-même victime de racisme.
.. le premier ministre -ou ses services- attaque un organe de presse pour racisme envers la ministre de la justice.
.. le ministre de l’intérieur fait embarquer par la police, des manifestants … avant même qu’ils ne manifestent au passage du président (11.11.2013 source « RL »).
.. le ministre de l’intérieur, par préfet de police interposé, faisait minorer -il y a peu- de façon ridicule les comptages des participants aux « manif pour tous » (ceci dit en dehors de toute prise de position pour ou contre le mariage pour tous), sans oublier les dérives -couvertes en hauts lieux- dans la répression.
.. le ministre de l’intérieur et surtout la ministre de la justice n’aiment pas les veilleurs debout (à nouveau, ceci est dit sans prendre position pour ou contre les thèses qu’ils défendent), … la police intervient, contrôle, aboutissant à une « pseudo-infraction » d’immobilité silencieuse sur la voie publique.
Mais tout cela ressemble à un grand écran de fumée détournant, pour un temps, les regards de problèmes bien plus inquiétants, et pour lesquels aucune solution n’est proposée ou trouvée.

Et le président que fait-il, pendant ce temps-là ?
Le président -qui confond de plus en plus la République, avec lui-même … puisque critiquer le président équivaut, à l’entendre, à s’attaquer à la République et aux institutions- … en appelle, encore et encore, au rassemblement et à l’unité.
Il ne peut y avoir raisonnablement de rassemblement, tant qu’il y a des divisions (merci Lapalisse !), … et s’il a des divisions, il faut nécessairement qu’il y ait des facteurs de divisions, … et tant que subsisteront les facteurs diviseurs, les divisions perdureront.

Petites recettes à essayer pour tenter de sortir du bourbier des divisions :
Ecouter -tout en pondérant- ce que dit la population, à laquelle tout responsable a des comptes à rendre (mais oui, mais oui …), ne pas s’isoler dans un « bunker » idéologique, et remplacer le narcissisme (ou le nombrilisme) par une bonne dose d’empathie vraie.
En partant du principe  que ma politique est « la » bonne, mais la population ne comprend rien à rien, … donc, je garde ma politique, et j’en écarte la population (c.à.d. je la vire, ou je la réprime, ou je la remplace selon mes besoins du moment) … ne peut aboutir qu’au conflit et au chaos.

Mandalay,
responsable « Résistance républicaine » de Belgique

http://www.resistancerepublicaine.eu  du 15/11/2013

 

§§§§§§§§§§

Hollande, héros d’un tube sur les impôts

 

Cette chanson, sur un air inspiré par Charles Trénet, fait le buzz en Suisse.
Les Helvètes se moquent des démêlés des Français avec les impôts, 18 mois après l’élection de François Hollande.

 

http://dai.ly/x173ulu


« Je taxe » 

http://fr.novopress.info  du 14/11/2013

12

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43