Archive | 12/11/2013

Et Que Font Nos « Muslis » En Syrie ?

Et Que Font Nos

De nouvelles « armées » impliquées dans la guerre civile en Syrie.

L’ « armée de l’Islam » en Syrie va tuer certains soldats et en enrichir d’autres.
La victoire de cette armée est irréaliste et inutile.
Pourquoi ?
La révolution syrienne s’est transformée en « jihad », c’est un fait.
La plupart de ceux que les pays occidentaux présentaient comme des « forces laïques » combattant sous les mots d’ordre « de la liberté et de la démocratie » pour « se débarrasser du régime tyrannique en Syrie », ont affirmé ouvertement leur union avec « Al-Qaïda » et ont des positions similaires avec cette organisation concernant l’avenir.

Le 24 septembre, 13 groupes islamistes basés à Alep, y compris la branche d’ »Al-Qaïda », « Jabhat Al-Nusra », ont annoncé la création d’une nouvelle alliance – « la coalition islamique », et la séparation complète de l’opposition laïque soutenue par l’Occident, dont les organisations Coalition nationale des forces de la Révolution et de l’opposition syrienne et l’Armée syrienne libre (« ASL »).

Cette décision a définitivement dissipé le mythe de l’unité de l’ »ASL » diffusé par les pays occidentaux.
La coalition comprend désormais les forces de combat de l’ »ASL » les mieux préparées :
« Ahrar Al Cham » et « Liwa al-Tawhid ».
En outre, « la coalition islamique » a refusé l’aide occidentale.
Cette annonce par « Al-Qaïda » d’une guerre ouverte pour le pouvoir en Syrie est une très mauvaise nouvelle non seulement pour les Etats-Unis, mais aussi pour l’Arabie saoudite.

La réponse des Saoudiens était prévisible.
Le 29 septembre, 43 nouveaux groupes islamistes basés près de Damas ont annoncé la création de l’armée islamique générale « Jaysh al-Islam ».
L’ancien commandant du groupe « Liwa al-Islam », « Zahran Allouche » en a pris le commandement.
Auparavant, son « équipe » faisait partie de l’ »ASL ».
Désormais, c’est l’ »Armée de l’islam » en Arabie saoudite qui se présente comme la principale force principale de l’opposition syrienne et s’affirme en mesure de renverser le régime d’ »Assad » et d’évincer « Al-Qaïda ».
Y parviendra-t-elle ?

Même pour les groupes militants à Damas la création de l’ »Armée de l’Islam » n’a aucune incidence sérieuse :
Elle restera l’un des groupes armés parmi tant d’autres.
Et elle n’en est pas devenue plus forte pour autant.
Une quarantaine de brigades et de bataillons qui combattent dans le cadre de cette organisation, existaient déjà sous la protection de « Liwa al-Islam ».
Les noms des autres groupes ne sont pas connus, et les groupes militaires nouvellement créés ne sont numériquement pas très importants.
Cependant, il est possible que l’ »Armée de l’islam » puisse attirer dans ses rangs des milliers de patriotes syriens qui sont fatigués de la domination de la terreur et de l’injustice.
Mais ce n’est pas le cas.

Dans une récente interview à la chaîne de télévision  »Al-Jazeera »,  »Zahran Allouche » a clairement exprimé son point de vue sur l’avenir de la Syrie.
À son avis, cet avenir passe par la «renaissance de l’Empire omeyyade » (2ème califat islamique avec comme capitale Damas) et le « nettoyage » de la Syrie des Iraniens, des chiites et des alaouites.
Tout comme la plupart des chefs rebelles, il considère les minorités religieuses en Syrie comme des « kafirs » (infidèles), qui doivent soit adopter son interprétation « salafiste » de l’Islam, soit être tués.
En ce qui concerne la société civile et la démocratie, « Allouche » s’est montré encore plus précis :
« L’Islam ne peut pas arriver au pouvoir par la démocratie, de même que le raisins ne peut pas pousser à travers les épines.
Tout comme la vérité ne peut pas être mélangée avec les mensonges, l’Islam ne peut pas coexister avec la laïcité.»

Apparemment, le projet des Saoudiens de créer leur propre version « d’Armée de libération » pour la Syrie est encore plus irréalisable que le projet occidental d’ »ASL » qui s’est désintégrée.
L’histoire de la Syrie ressemble de plus en plus au changement des « sponsors » inefficaces en Afghanistan, où cette aide n’a pas permis de mettre fin à la guerre.

Peut-être que cette guerre est bien l’objectif stratégique des Etats-Unis ?
Les chefs de guerre sont satisfaits de cet objectif.
Selon l’un des hauts responsables occidentaux, « l’aspect militaire (la création de l’ »Armée de l’Islam ») n’est pas une question pertinente actuellement.
C’est un geste politique.
Ces nouveaux groupes rebelles changent de nom et créent de nouvelles structures de gouvernance.
Cela fait partie des jeux politiques intérieurs consistant à lutter pour les ressources naturelles. »
La direction des nouveaux groupes armés pourrait bien s’enrichir en profitant de cette situation, et la population va encore souffrir et être terrorisée.
En attendant, pas de pourparlers de paix en vue, tant que la Syrie ne sera pas devenue un émirat d’ »Al-Qaïda » ou un « khalifat salafiste ».
Et elle ne risque pas de se transformer en un Etat salafiste.

Mais tant que cette guerre sera financée, cette situation d’instabilité va perdurer.

Vadim Fersovitch

http://french.ruvr.ru  du 11/11/2013

Allons Enfants De La Patrie…Raz-Le-Bol !

Allons Enfants De La Patrie...Raz-Le-Bol ! dans DEBATS bestiole-e1384281035953La Ménagerie de Hollandie !

Comme nous l’avions annoncé, la révolte fiscale et sociale s’étend lentement mais sûrement.

Incapable d’apporter des réponses aux problèmes, le gouvernement  de Hollandie détourne l’attention sur une suspicion de racisme.
Malgré la multiplication des destructions de portiques de surveillance et de radars routiers, l’oppression ne s’arrête pas pour autant. Sitôt la suspension de l’écotaxe annoncée, un projet de taxation des terrains constructibles en zone rurale voit le jour.
Une véritable spoliation de l’Etat qui, sous couvert de lutte contre la spéculation foncière, vise à réduire le droit à la propriété agricole et à obliger les propriétaires à vendre sous la contrainte fiscale.
En effet, dans certaines communes, la taxe foncière à l’hectare passera d’une vingtaine d’euro à … plusieurs milliers.
Pas vraiment de quoi aider la filière agricole déjà bien mal en point et qui constitue une partie importante des mécontents.

Face au constat de son incompétence, et de son mépris pour les revendications populaires qui ne cessent d’agiter la société française, le gouvernement et la gauche ressortent les cadavres du placard, en agitant une fois encore, le spectre du racisme. Seulement, le stratagème ne fonctionne plus, car comme le rappelle le proverbe « vêtez de soie une guenon, elle n’en perdra pas son nom » :
Incompétents ils sont, incompétents ils resteront, quels que soient les habits revêtus ou les fonctions occupées.

Un ministre de la Justice, parmi les plus impopulaires du gouvernement, a été comparé à une guenon, dans une caricature de mauvais goût, puis insulté par des opposants avec une banane à la main.
Et alors ?
Comparer des politiciens à des singes, ne date pas d’hier et n’épargne personne.
Déjà, un livre paru en 1982, intitulé « la politique des chimpanzés » avait inspiré un paléoanthropologue du Collège de France qui, dans son propre livre paru en 2012, soit à quelques mois des présidentielles, démontrait selon lui, que le comportement des singes et des politiciens peuvent parfois coïncider.
L’auteur avait comparé, à l’époque, François Hollande à un Orang-Outan pour qui, je cite :
« il est trop dangereux d’avoir du poids dans les arbres ».
Nous laisserons les spectateurs qui le souhaitent en tirer leurs propres conclusions et savoir si les singes font aussi de la politique… ou inversement.

Seulement cette fois, le Ministre en question est une femme, et une femme de couleur.
En ces temps de commémoration délirante de la part de « Monsieur Bricolage », il n’en fallait pas moins pour déclarer la « République en danger » et sonner le tocsin médiatique.
L’ennemi ne se présente plus aux frontières, il est le peuple de France lui-même, présupposé raciste, par principe.
Le péril est tellement contestable, qu’il aura fallu un rappel appuyé du gouvernement, pour obliger une partie des élus et des députés à exprimer, plusieurs jours après les faits, leur désapprobation.
Rien de bien flagrant donc, si ce n’est cette indignation orchestrée et imposée par un gouvernement et une majorité aux abois, qui flirtent dangereusement avec le racisme.
Car le plus choquant dans cette affaire, serait plutôt que certains aient si rapidement fait un lien, voir l’amalgame entre la couleur de la peau du ministre et l’insulte proférée.
Les vrais racistes ne sont peut-être pas ceux que l’on croit et l’utilisation qui en est faite risque de se retourner contre eux.
Après le point « Godwyn », le ministre de la justice invente le point « Taubira », pour faire taire ses détracteurs.
A ce stade, autant ne nommer que des français de couleurs pour éviter la moindre critique.

La fausse affaire « Leonarda » déjà, n’avait été qu’un avant-goût d’une énième culpabilisation de cette France que l’on met à genoux mais qui refuse de baisser le front.
Bien au contraire, elle relève la tête, fût-elle affublée d’un bonnet rouge.
Alors le comportement du gouvernement s’explique pour une raison :
Juguler cette colère sourde qui monte dans toutes les franges de la population excédée, et surtout qui se manifeste de plus en plus ouvertement.
Car tant que les Français n’auront pas finalisé leur mutation en cet « ersatz de société multiculturelle américanisée », le fameux rêve de « changement » socialiste et libéral, ils ne seront tout au mieux considérés que comme des poujadistes « accrochés à leurs  privilèges égoïstes » voire d’affreux racistes « refusant le progrès de l’humanité ».

Et pourquoi pas des singes refusant l’évolution ?
Leur tort ?
S’être réveillés un beau matin, plus pauvres qu’ils ne l’étaient jadis, dans un pays différent de celui de leurs parents.
Un pays où ils ne sont plus maîtres chez eux, car les lois et les institutions, sensées les protéger, se retournent contre eux.
Et s’il n’y pas encore de délit d’opinion, des opinions sont devenus des délits.
Au nom de la mondialisation, on détruit les emplois et les savoir-faire, mais plus sûrement encore les identités régionales et nationales, écologiques comme sociales.

La corruption au plus haut niveau de l’Etat, la dictature des minorités comme les fanatismes, parés du masque de la tolérance ou affichés sans vergogne par des religieux fondamentalistes, exigent du peuple d’ultimes révoltes pour sauver la liberté et la dignité humaine, si chères à l’esprit Français.
Amoureux de la France, nous laisserons le mot de la fin à l’un de ses auteurs du 18ème siècle, Nicolas de Chamfort. Vitupérant déjà sur la médiocrité des hommes politiques de son siècle, il écrivait dans ses pensées, que je cite :
« Si les singes avaient le talent des perroquets, on en ferait volontiers des ministres ».

Alors quelle ménagerie cette Hollandie !

http://www.prorussia.tv  du 11/11/2013

Ils Récoltent Ce Qu’ils Ont Semé !

Ils Récoltent Ce Qu'ils Ont Semé ! dans DEBATS 7hollande-hue-e1384265619219Hollande hué par les 70 % de Français qui ne l’ont pas élu

Les éditorialistes français tirent la sonnette d’alarme suite aux incidents qui ont émaillé les cérémonies du 11 novembre.

Les sifflets contre François Hollande et les incidents qui ont émaillé les cérémonies du 11 novembre scandalisent la presse qui se montre mardi 12 novembre très préoccupée par cette « France au bord de l’explosion sociale ».

« La pression monte sur Hollande »

« Hollande privé d’armistice » (Libération), « Le président des sifflets » (20 minutes), « ça craque de partout » (L’Opinion), « La fronde se généralise » (Le Figaro), « La pression monte sur Hollande » (Les Echos). Les titres des quotidiens ne vont pas raviver le moral d‘un exécutif en pleine tourmente.

Les éditorialistes condamnent certes sans ambages les huées contre le chef de l’Etat pendant les cérémonies du 11 novembre. « Une bêtise antipatriotique », pour Michel Urvoy d’Ouest France, commise par des manifestants qui « ont sali la République » selon Yann Marec (Midi libre). Dans L’Humanité, Michel Guilloux fustige même les « nouveaux factieux ». Mais ces incidents participent d’un climat inquiétant où « chaque jour qui passe voit l’ouverture d’un nouveau front de la protestation », constate Philippe Marcacci dans L’Est républicain.

« France au bord de l’explosion sociale »

Dans cette « France au bord de l’explosion sociale », pour Le Midi libre, « nul n’est capable de prédire l’issue de ce qui apparaît comme autrement plus grave qu’un chahut passager, qu’une manifestation de mauvaise humeur », estime Yves Thréard dans Le Figaro. Mais « n’importe qui peut, en revanche, désigner le responsable de cette sale ambiance« , ajoute l’éditorialiste du quotidien conservateur.

« On peut, comme François Hollande, prétendre tenir le cap, mais il deviendra vite impossible de faire comme si rien de tout cela n’avait d’importance », renchérit Nicolas Beytout dans L’Opinion. Les critiques fusent contre le chef de l’Etat de toutes parts, et bien au-delà de la seule presse de droite.

« Optimisme décalé » et « absence apparente d’autorité »

« Elu pour apaiser une société électrisée par le sarkozysme, il l’inquiète par un optimisme décalé et une absence apparente d’autorité », analyse Bruno Dive dans Sud-Ouest.

« C’est un cercle pervers dans lequel s’est enfermé le pouvoir : la peur d’être impopulaire - alors même qu’il l’est déjà, selon tous les sondages – freine dangereusement l’action politique et autorise tous les débordements », ajoute Jean-Claude Soulery dans La Dépêche du Midi.

« Il serait donc temps, si c’est encore possible, que François Hollande montre qu’il occupe le costume présidentiel pour lequel on vient de témoigner aussi peu de considération », insiste Philippe Waucampt dans Le Républicain lorrain. Dans Le Journal de la Haute-Marne, Patrice Chabanet fixe les termes de l’alternative : « soit François Hollande est sûr de ses choix et il les assume pleinement. Soit il s’est trompé et il assume tout aussi simplement un changement politique majeur, comme l’avait fait Mitterrand.

Faute de quoi, la déstabilisation du pays ne pourra que prospérer ».

http://www.rtl.fr  du 12/11/2013

 

 

Heureusement que la toile existe et que les seuls médias Français « autorisés » ne soient pas la seule source d’information dans notre beau pays aujourd’hui dans le chaos d’une braderie mondialiste !
Les Français de la France profonde bougent et cela ne fait que commencer !

 

 

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43