Archive | 04/12/2013

Bonne Idée De Cadeau Pour Les Fêtes

tyrannie-mediatique-230x350

Extrait de : La tyrannie médiatique, de Jean-Yves Le Gallou !

Jean-Yves Le Gallou, président du think tank  »Polémia« , s’est fait de l’observation des médias une spécialité.
Il a publié en février dernier un pavé de 380 pages, « La tyrannie médiatique« , aux éditions Via Romana.
Décryptant la « novlangue » et les bobards des médias, son livre jette un éclairage particulier sur ce qui est devenu le premier des pouvoirs, « celui qui s’exerce sur les esprits. »
Novopress »
 en publie un court extrait pour ses lecteurs.

 


De si gentils délinquants immigrés…

La fabrique du héros ou du salaud ne concerne pas que des individus.
Elle peut s’étendre à tout un parti ou à une catégorie de la population.
Ainsi, la surdélinquance liée aux phénomènes migratoires est un fait :
plus de 50% des détenus dans les prisons françaises sont musulmans et 18% des détenus sont de nationalité étrangère (musulmans ou non de religion).
Moins d’un tiers des détenus sont des français de souche.
La surpopulation carcérale si souvent dénoncée est une conséquence mécanique de l’immigration.
Eh bien !
Les médias utilisent une large palette des méthodes pour camoufler ces faits :
le silence quand c’est possible, le bon gros bobard parfois mais aussi – il fallait y penser- la présentation systématiquement positive des délinquants d’origine immigrée.
Voici un petit florilège (florilège emprunté à Michel Geoffroy).

Dans Le Figaro.fr du 27 février 2008, « Anne Charlotte de Langhe » rend compte du procès de l’élève ayant tenté d’assassiner, le 16 décembre 2005, une enseignante, « Karen Montet-Toutain » :
ce procès, « c’est celui d’un jeune homme vaguement perdu, d’une institution, d’une violence et d’un système entier ».
Le ton est donné, car pour l’auteur, le vrai coupable c’est, bien sûr… le ministère de l’Éducation nationale ! L’élève s’appelle « Kévani Wansale » et il a poignardé son enseignante à sept reprises :
la journaliste préfère écrire qu’il « l’agresse violemment au moyen d’un couteau de cuisine ».
Bientôt, on se demandera si elle ne les a pas un peu cherchés, ces coups de couteau…

Encore un exemple ?
Le Monde du 22 octobre 2008, titre :
« « Mort de Sidi-Ahmed » : en toile de fond une banale histoire d’amour »
 :
l’article d’Yves Bordenave relate la comparution en cour d’assises des auteurs de la mort par balle du jeune « Sidi-Ahmed Hammache » le 19 Juin 2005 dans la cité des 4000, à la Courneuve, à la suite d’une altercation.
Il est donc « banal », pour l’auteur de l’article, de conclure une histoire d’amour à coups de pistolet…

Dans Le Figaro.fr du 12 août 2009, figure un article de Cyrille Louis.
« Une bande de l’Essonne sème le trouble à Royan », avec pour sous-titre « Après avoir multiplié les agressions et les menaces, des jeunes ont été la cible lundi d’une action punitive des forains locaux ».
La lecture de l’article montre que ce que l’auteur désigne par « trouble » recouvre les faits suivants : occupation illégale de logement, vente de stupéfiants, vols, dégradations, coups, menaces, tentative d’extorsion : c’est à dire des délits, en bon français.

D’une façon générale, tous ces articles sont construits selon un schéma invariant dès lors qu’ils sont conduits à rendre compte (souvent de mauvaise grâce) de violences ou de délits commis par des personnes d’origine immigrée, des personnes de couleur ou de religion musulmane :

- leurs actes sont toujours « incompréhensibles », on « s’interroge », etc. ;

- ils ont été commis dans des quartiers toujours « tranquilles » ou « sans histoire »… jusque-là ;

- le présumé coupable est en général présenté de la façon la plus positive possible (« sérieux, bien intégré, cherchant du travail, apprécié de tous », etc.) ;

- on évite les mots qui pourraient choquer :
.au lieu de crime on parle de « drame » ;
.au lieu de vol, de « larcin » ;
.au lieu de délit, de « bêtise » ou de « faux pas » ;
.au lieu d’écrire que c’était un délinquant endurci, on écrira qu’il « avait un passé de violences », etc. D’une façon générale, les violences ou les crimes racistes ne sont jamais attribués à des personnes d’origine immigrée mais toujours à des Français de souche : cela procède d’une désinformation qui pose en tabou que l’immigré est par construction d’abord une victime soumise et l’autochtone un oppresseur dominant ;

- on donne toujours la parole à la famille du délinquant ou à ses proches et ceux-ci font part de leur désarroi. Les victimes, elles, n’ont droit à la parole que si elles tiennent des propos lénifiants ou si elles déclarent « refuser de faire des amalgames » ou rejettent la « récupération politique » du drame, c’est à dire que l’on censure toujours la mise en perspective de ces évènements, sauf si c’est, bien sûr, pour faire le procès du « chômage » ou du « racisme ». 

Jean-Yves Le Gallou, énarque, dirige la fondation « Polémia« , un « think tank » qui organise chaque année la journée d’étude de la réinformation et la cérémonie des « Bobards d’Or« .

http://fr.novopress.info  du 04/12/2013

L’ Etat Brade Notre Terre A L’Islam !

nomosquethumb152

La mosquée de Charleville-Mézières (08) collecte des dons sur Google.

Afin de diversifier ses dons et financer la mosquée de la ville (plus de 4 millions d’euros H.T.), l’association  à l’origine du projet a lancé une campagne de publicité « originale » sur la Toile.

La quête entre deux prières ne suffit plus.
Ni les opérations spéciales, ni les appels à la générosité des musulmans (entre 13 et 15 000 pratiquants dans les Ardennes).
Pour construire la mosquée de Charleville, entièrement financée sur fonds privés, l’Association de la mosquée et du centre culturel des Ardennes (« AMCCA ») innove.
Elle passe depuis le mois dernier par l’intermédiaire du célèbre moteur de recherche Google, pour débusquer des donateurs aux quatre coins de la France et du monde, Internet n’ayant pas de frontière.

L’opération passe par le service aux annonceurs Google Adwords, c’est-à-dire des liens publicitaires publiés sur la page d’accueil de Google, en fonction de mots-clefs.
Plus ces derniers sont ciblés (par exemple : la combinaison des mots « musulman », « mosquée », « Ardennes », etc.), plus la pub apparaît sur l’ordinateur de l’internaute.
On peut y lire :
« Vous êtes musulman – alors aidez-nous à finir la seule mosquée en construction chez nous ! »
Suit un renvoi vers la page de l’ »AMCCA » consacrée aux dons.
Bref une initiative simplissime (pour un webmaster), qui a permis de récolter plus de 2 000 euros depuis sa mise en place le mois dernier.

Cette démarche, l’ »AMCCA » la doit en grande partie à « Mohamed Lamrid », fils du trésorier de l’association, « Abdelouahad Lamrid ».
Carolo pur jus de 24 ans, ce jeune prodige est diplômé de « IFTS », option communication numérique et développement d’applications Internet.
Ces derniers mois, il a décidé de mettre son jeune âge et ses compétences au profit de la mosquée ardennaise.
« Si on veut toucher des jeunes, il faut innover.
On ne peut plus se passer des réseaux sociaux, de Google, et plus largement de toutes les possibilités qu’offre Internet. »

Une mosquée 2.0

Les collectes de dons traditionnelles, qui ont permis de recevoir plus de 600 000 euros depuis 2006, ne vont pas disparaître pour autant.
Elles restent indispensables.
Elles vont simplement accueillir et cohabiter avec une forme de collecte en phase avec son temps, et surtout capable de séduire des particuliers (et des jeunes) un peu partout dans le monde.
« Mohamed Lamrid » ne compte d’ailleurs pas en rester là.
Convaincu des bienfaits d’Internet sur le monde associatif, il a déjà créé la page Facebook et le compte Twitter de l’ »AMCCA », et s’apprête à lancer une newsletter.
« Elle sera destinée aux donateurs et permettra de leur montrer les avancées du chantier, ce qui les rassurera sur l’utilisation des fonds, et ce qui pourra donc entraîner de nouveaux dons. »
Ce cercle vertueux pourrait faire des émules.
Il existe à ce jour plus de 120 mosquées en construction en France et celle de Charleville, le long des voies ferrées de la gare de Mohon, fait partie des rares à draguer l’Internaute sur Google.
Ce projet de mosquée 2.0 lui vaut d’ailleurs les félicitations de la communauté musulmane, ainsi que la « Une » de certaines revues ou certains sites spécialisés.
C’est le cas de « al-kanz.org », qui couvre les nouvelles tendances du monde musulman.
On peut y lire :
« Ce qui est intéressant ici, au-delà de l’efficacité de la campagne de collecte de dons en elle-même, c’est la recherche de nouvelles sources de financement.
Espérons que d’autres mosquées agissent en ce sens et explorent elles aussi de nouvelles pistes. »

Guillaume Lévy

http://www.lunion.presse.fr/accueil  du 02/12/2013

 

Ils ne savent pas combien ils nous rendent service !
Comment nous empêcher de dire maintenant ce que nous pensons de l’islam sur internet si l’islam lui-même se sert d’internet pour une opération commercial par le biais d’une association ?
Nous sommes dans un état laïc, notre patrimoine historique religieux n’est pas entretenu mais les musulmans se permettent d’acheter notre sol qui devient terre d’islam pour construire leurs mosquées !
Où va notre culture ?
Non à cette invasion sournoise, la France a toujours lutté contre l’islam et cela continuera !
Les résultats sont déjà patents dans l’éducation scolaire des enfants et des adolescents, minable !

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43