Archive | 15/12/2013

Même La Police N’ Agissait Pas !

censure1-300x173

Arrestation du gang de pédophiles pakistanais d’Oxford

http://breizatao.com/wp-content/uploads/2013/05/6450356440.jpg

Leurs victimes étaient toutes des adolescentes blanches

Des gangs de pédophiles sont régulièrement découverts en Grande-Bretagne, mais les autorités cosmopolites au pouvoir s’obstine à étouffer les affaires, car les prédateurs sont des allogènes pakistanais. À chaque fois, les gros médias tous cosmopolites, et au premier chef la « BBC » enjuivée, islamisée, refuse d’en parler. Surprenant ? Pas du tout, la Grande Bretagne est une colonie indo-arabo-judéo-pakistanaise. Les rosbifs peuvent remercier Churchill et sa bande d’ordures qui voulaient une Europe cosmopolite sous domination juive. À la fin de 2010, après la mise au jour d’une affaire particulièrement atroce, une journaliste du « Daily Mail  »avait osé rompre le silence : «C’est un sujet qui, dans la Grande-Bretagne politiquement correcte d’aujourd’hui est pratiquement tabou – un sujet rarement évoqué par la police, les tribunaux et même les agences de soutien psychologique aux victimes. La réalité est que les perpétrateurs sont presque tous des Pakistanais et que leurs victimes sont blanches ».

 http://www.5pillarz.com/wp-content/uploads/2013/06/telford.gif

Ceux ci sont le Telford grooming gang (un autre gang de pakistanais pédophiles)

Un peu plus tard, le « Times » et le « Daily Telegraph » avaient dénombré 17 procès depuis 1997, où des groupes d’hommes avaient été jugés pour exploitation sexuelle de filles âgées de 11 à 16 ans : 53 condamnés sur 56 étaient d’origine pakistanaise, 50 d’entre eux musulmans. Les agences et associations censées aider les victimes d’abus sexuels avaient alors « été accusées de dissimuler le rôle des musulmans pakistanais de Grande-Bretagne dans l’exploitation sexuelle de petites filles blanches». Des policiers avaient confié, sous le voile de l’anonymat, que les condamnations ne représentaient qu’une petite partie des crimes. « Ces filles, avait avoué un policier haut gradé, sont passées de main en main et traitées comme de la viande. Pour arrêter ce genre de crimes, il faut en parler, mais tout le monde a été dans la terreur d’aborder le facteur ethnique ». http://1.bp.blogspot.com/-q_u2BVVGmCs/Tp2ssDYhmhI/AAAAAAAAQVk/BaHausK9CU8/s1600/londonistan.jpg

L’immigration une chance pour la Grande Bretagne, comme disent les enculés de gauche

Dix-huit mois plus tard, rien n’a changé. La police a annoncé,  il y a quelques jours, qu’un groupe d’hommes avait été arrêté à Oxford dans une affaire d’exploitation sexuelle de 24 filles âgées de 11 à 16 ans. « Nous pensons avoir découvert un groupe criminel qui vendait des jeunes filles pour des rapports sexuels ». Les chefs d’accusation incluent la prostitution de mineures, l’administration de drogues pour perpétrer des viols, le proxénétisme et le dressage sexuel. Selon la police, « nous considérons les petites filles comme très, très vulnérables et c’est la raison pour laquelle elles ont été prises pour cibles ». Il s’agirait en particulier d’enfants ayant fait une fugue. La police « a refusé de donner des indications sur la nationalité des suspects ». http://1.bp.blogspot.com/__YxNTMO_mps/SC8K4MOTwKI/AAAAAAAAASA/74END5AccKc/s400/Ken1803_468x649.jpg

Le ministre de l’immigration a dit :

« il faut arrêter de stigmatiser la communauté pakistanaise »

ces jeunes filles étaient probablement consentantes

(attention « fawke » ne l’a pas dit mais l’a pensé si fort)

« Sheila Taylor », directrice du « National Working Group for Sexually Exploited Children and Young People », s’est précipitée dans la presse pour assurer que les victimes seraient prises en charge. Effrayée que l’on puisse accuser les pakistanais, elle s’est empressée d’ajouter  : « L’expérience des membres de notre réseau est que tant les victimes que les criminels sont issus d’une gamme variée de milieux culturels et sociaux ». Akhtar Dogar

Aktar Dogar

La presse locale a ensuite donné les noms des six hommes qui ont comparu devant le tribunal d’Oxford et ont été placés en détention provisoire : - »Akhtar Dogar » est inculpé pour trois viols, un viol d’enfants, trois affaires de prostitution d’enfants, une menace de mort, et pour proxénétisme. -Son frère « Anjun Dogar » est inculpé pour viol d’enfant, prostitution d’enfant, et proxénétisme. - »Kamar Jamil » est inculpé pour quatre viols, deux affaires de prostitution d’enfants, une menace de mort, possession de cocaïne avec intention d’en fournir à quelqu’un. - »Zeshan Ahmed » est inculpé pour dix rapports sexuels avec enfant. - »Bassan Karrar » est inculpé pour avoir violé une petite fille. -Son frère « Mohammed Karrar » est inculpé de deux viols d’enfants et de fourniture de cocaïne à un enfant. Assad Hussain

Assad Hussain

Ils sont tous pakistanais ! Mais il est strictement interdit de le dire, because  : halte au racisme ! Il est convenu de dire qu’il s’agit « d’une gamme variée de milieux culturels et sociaux » : Ca ne veut rien dire et ça n’accuse pas nos pakistanais pédophiles et comme ça on peut subodorer qu’il s’agit d’anglais pervers… Sept autres hommes dont les noms n’ont pas été révélés ont été remis en liberté sous caution. Le nombre des victimes identifiées s’élève désormais à 38, âgées de 11 à 16 ans. Mohammed Karrar

Mohammed Karrar

www.theguardian.com/uk/2013/may/14/oxford-grooming-gang-profiles

http://www.britainfirst.org/wp-content/uploads/2013/05/rochdale_grooming_2214230b.jpg

Un autre gang d’ordures pédophiles violeurs pakistanais

Königsberg http://france.eternelle.over-blog.com/  du 15/12/2013

Nos Droits Et Libertés Sont Menacés !

password

Un Grand Frère à rendre jaloux « Big Brother »

Il est toujours temps de ne pas adopter l’article 13, qui étend encore plus encore la possibilité d’accéder aux données des internautes sans passer par l’autorité judiciaire, « en violation des libertés publiques ».

Depuis de nombreuses années, parlementaires et gouvernements français ont étendu les pouvoirs des services spécialisés en matière d’accès aux données.
Même si ce souhait est voulu dans un but « a priori » légitime de permettre une lutte plus efficace contre toutes les formes de criminalités, les acteurs de l’Internet qu’ils soient fournisseurs d’accès Internet (« FAI ») et les hébergeurs (Dailymotion, YouTube, etc.) s’alarment de ces propositions qui, si elles sont adoptées –et c’est assez bien parti pour…– pourraient mettre en péril l’écosystème innovant (si, si) mais fragile (très, très) de l’économie numérique en France.
En adoptant de telles mesures, la France va provoquer un déficit de confiance vis-à-vis des solutions nationales d’hébergement et va handicaper le développement d’un secteur porteur de croissance.

Ce qui est paradoxal, c’est en effet que les entreprises américaines conservent, elles, la faculté de repousser les requêtes des autorités françaises en demandant de passer par la voie de la coopération judiciaire internationale.
Le paradoxe sera donc que les données pourront être plus protégées en dehors du territoire français qu’ici !

Bon revenons à l’objet du délit.
C’est un article élargissant le régime d’accès aux données et documents détenus par les intermédiaires de l’Internet (fournisseurs d’accès et hébergeurs).
Cet article 13 de la Loi de programmation militaire (oui, il y a bien une programmation militaire en France, on espère juste qu’elle est juste mieux pensée que « Louvois » le logiciel de paye de l’Armée qui vient d’être passé par les armes pour insubordination) veut étendre les régimes d’exception et ainsi par exemple offrir aux agents du ministère du Budget un accès en temps réel aux données Internet.

Résumons le problème :
1 | Accès en temps réel donc aux données numériques des citoyens français.
2 | Or, si on accède en temps réel à des données, par définition, on n’a pas demandé au préalable à un juge l’autorisation de le faire.
3 | Pourtant le juge est le garde-fou qui dans une démocratie empêche l’exécutif de mettre en danger les libertés publiques.
4 | Par conséquent, en l’absence de validation par un juge, l’accès aux données personnelles numérique des citoyens est une atteinte aux libertés publiques
Imparable non ?

Vous pourriez répondre qu’il existe déjà, dans notre beau pays, cet accès sans intervention du juge.
C’est vrai.
La loi antiterrorisme de 2006 en matière d’accès aux données des utilisateurs a ainsi autorisé pour des finalités de lutte contre le terrorisme, un accès «administratif» aux données d’internautes conservées par l’ensemble des intermédiaires de l’Internet (fournisseurs d’accès et hébergeurs).
Cet accès administratif signifie, comme l’avait rappelé le Conseil constitutionnel, que ces demandes ne sont pas placées sous la direction ou la surveillance de l’autorité judiciaire.

Ce régime d’exception –qu’on peut discuter mais qui est bel et bien adopté, donc gardons nos forces– est étendu très largement dans le cadre du projet de loi de programmation militaire avec ce damné article 13 :
Un régime d’exception au-delà des cas de terrorisme :
Le texte étend le régime dérogatoire aux finalités prévues à l’article L. 241-2 du Code de la sécurité intérieure qui recouvre:
1 | la recherche des renseignements intéressant la sécurité nationale.
2 | la sauvegarde des éléments essentiels du potentiel scientifique et économique de la France.
3 | la prévention du terrorisme, de la criminalité et de la délinquance organisées et de la reconstitution ou du maintien de groupements dissous.
Beaucoup de choses donc.
Mais surtout en visant génériquement la «prévention de la criminalité», ce régime d’exception s’appliquera à toutes les infractions.

Un régime d’exception entre les mains de très nombreuses administrations :
Le texte prévoit d’offrir un tel accès administratif à des agents des services relevant des ministres chargés de la Sécurité intérieure, de la Défense, de l’Economie et du budget.
Les agents de l’ »Anssi » (« Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information ») pourront également s’adresser aux fournisseurs d’accès à l’Internet pour obtenir l’identification de toute adresse « IP », notamment pour prévenir la lutte contre les piratages informatiques.
Le point commun entre toutes ces administrations :
Absence d’intervention d’un juge pour autoriser un tel accès aux données.
Génial.
Big Brother devient en Français Grand Frère.

Un accès en «temps réel» qui se fera au travers d’une «sollicitation du réseau» :
Alors que, jusqu’à présent, toute réquisition judiciaire devait être adressée à l’intermédiaire technique, la loi souhaite offrir à ces autorités administratives la possibilité d’accéder «sur sollicitation du réseau et transmises en temps réel» aux données de l’ensemble des utilisateurs Internet.
Est-ce que cette «sollicitation du réseau» signifie que les autorités souhaitent donner un cadre juridique à une «interconnexion directe» sur les réseaux ?

Alors que les médias se sont faits l’écho de l’existence de nombreux dispositifs de surveillance des communications électroniques, aussi bien en France qu’en dehors du territoire (« NSA », « Prism », « affaire Snowden ») alors que la Cour de cassation vient de sanctionner l’usage de la géolocalisation par les services de police, il n’existe pas à ce jour de réelle photographie transparente de la manière dont l’ensemble des dispositifs juridiques ont été mis en oeuvre sur le territoire français.
Il n’existe pas non plus de transparence sur les volumes de réquisitions réalisées chaque année par les autorités françaises auprès des intermédiaires de l’Internet.

Alors que la société civile et de nombreux acteurs s’alarment des révélations quotidiennes en la matière, il est inconcevable que le gouvernement français se lance dans cette course effrénée à généraliser des régimes d’exception offrant à de nombreuses administrations un accès en temps réels aux données d’internautes.
Et pourtant si.

L’industrie de l’Internet a demandé ces derniers jours, sans succès, un moratoire sur toute adoption de nouveaux pouvoirs d’accès aux données d’internautes qui ne seraient soumis à aucun contrôle ou autorisation d’un juge afin que le ministère de la Justice, lui-même, lance immédiatement un audit complet du cadre juridique existant, de la manière dont ce cadre juridique est mis en oeuvre par les autorités et sur l’étendue du respect des droits et libertés individuelles.

Il est urgent que le Parlement, représentation nationale, réalise également une étude précise, approfondie et publique de la manière dont le cadre juridique et en particulier les régimes d’exception sont mis en oeuvre et respectent les libertés individuelles.

Mais c’est un peu mal barré.
Après le Sénat, l’Assemblée nationale a adopté –avec quelques modifications rédactionnelles mineures– l’article 13, un texte qui soulève de nombreuses interrogations quant à sa compatibilité avec les droits et libertés fondamentales.

La loi n’est pas encore adoptée, car le texte global diffère dans ses versions adoptées au Sénat et à l’Assemblée et donc va être revu par ces chambres en seconde lecture.
Mais cet article 13 semble s’éloigner des promesses faites, voici un peu plus d’un mois, tant par le président de la République que par le Premier ministre.

Les promesses de Hollande et Ayrault 
Rappelons que le 23 octobre dernier Jean-Marc Ayrault avait déclaré devant l’Assemblée nationale à propos de la question de la surveillance des données Internet:
«La sécurité est une exigence, mais elle ne doit pas être garantie à n’importe quel prix.
Elle ne doit porter atteinte ni aux libertés ni à la vie privée.
Telle est la position de la France!» 

De même, le président de la République, François Hollande, avait indiqué, à l’issue du Conseil européen consacré au numérique le 25 octobre dernier, à propos de cette question de la surveillance de l’Internet:
«Je suis également convaincu avec les Européens de la nécessité de protéger les libertés individuelles et les droits fondamentaux. (…)
Nous devons nous-mêmes être au clair et ne pas pratiquer ce que nous reprochons à d’autres.» 

Il ajoutait à propos des révélations sur un système de surveillance mis en oeuvre en France :
«Je ne voudrais pas qu’on laisse penser que, finalement, cette pratique de (surveillance) serait générale. Donc, il y a un cadre légal, il doit être respecté. Avec la « Cnil », nous veillerons à utiliser toutes les informations dans le respect de la loi.» 

Les promesses n’engagent définitivement que ceux qui les écoutent…
On a appris ces derniers jours que le cabinet de la ministre du Numérique a promis «une loi» sur les libertés en 2014, mais sans renier la position gouvernementale.
On n’est jamais aussi bien trahi que par ses supposés amis.

L’industrie Internet ne baisse pas les bras et continue à réclamer que :

  • le Parlement et/ou le gouvernement réalisent une évaluation du régime d’exception existant permettant ainsi de justifier son extension et pérennisation;
  • le Sénat réécrive profondément l’article 13 en : le limitant aux seuls cas de terrorisme ; le limitant, en ce qui concerne les hébergeurs, au seul accès aux données techniques conservées par eux et non à toute information et document ; supprimant, en ce qui concerne les hébergeurs, l’accès en «temps réel» et sur «sollicitation du réseau».

«En aucun cas il ne faut donner un quelconque blanc-seing aux militaires et à d’autres fonctionnaires pour écouter tout et espionner tout le monde en temps réel.»
C’est notre champion français du numérique nommé par le gouvernement, « Gilles Babinet », qui le dit.

On avait un champion du numérique, on va désormais légaliser les barbouzes du numérique.

Giuseppe de Martino sur « Slate.fr »

http://france.eternelle.over-blog.com  du 15/12/2013

La Pédophilie Fait Peur A Nos Médias.

braguette1-300x147

Un couple homosexuel espagnol est interpellé et arrêté.

C’est le genre d’informations qui ne sont jamais reprises par les médias français et il est donc important d’en parler pour rétablir un certain équilibre.
Alors que les grands journaux hexagonaux diffusaient en octobre des accusations, toujours sans suite à ce jour, formulées en République dominicaine à l’encontre d’un missionnaire catholique polonais, le père Gil (voir l’article sur « Nouvelles de France »), ils n’ont dit mot en novembre de cette sombre affaire de duo homosexuel « marié » d’Alicante, en Espagne, arrêté par la police pour leurs relations sexuelles sadomasochistes avec des mineurs.
Pourtant les deux Espagnols interpellés la première semaine de novembre exerçaient eux aussi des métiers pour lesquels on est en droit d’attendre un comportement moralement irréprochable vis-à-vis des enfants et des jeunes :
L’un est professeur d’université, l’autre est éducateur.
Autre comparaison qui saute aux yeux, la nouvelle a elle aussi été largement diffusée par les médias du pays concerné (par exemple ici etici) et les rédactions françaises ne pouvaient donc pas non plus l’ignorer.
Comme souvent, c’est donc à « Nouvelles de France » de briser la censure de nos médias « mainstream » dominés par le lobby « LGBT », non pas avec une volonté de pointer du doigt les homosexuels qui ne sont assurément pas tous amateurs de mineurs, mais uniquement par souci d’un traitement médiatique équitable de tous les citoyens, indépendamment de leur orientation sexuelle et de leur affiliation religieuse.

C’est donc l’histoire d’un professeur d’université de 39 ans arrêté avec son « mari » à Alicante la première semaine de novembre pour avoir maintenu pendant des années des relations sexuelles sadomasochistes avec plusieurs mineurs.
Selon le communiqué de la police espagnole, l’arrestation a fait suite à une dénonciation d’un adolescent avec lequel ledit professeur avait pris contact sur Internet, lui proposant des relations sexuelles rétribuées à 20 € la rencontre en sachant qu’il avait affaire à un mineur.
Manque de chance pour l’honorable professeur, cette fois le mineur en question s’est rendu au commissariat avec son père pour y raconter son histoire.
Son « mari », un éducateur, a lui aussi été arrêté pour avoir stocké sur un disque dur d’ordinateur des films où l’on voyait les frasques de ce couple nouvelle tendance avec leurs victimes.
Des frasques sadomasochistes pleines de violences et d’humiliations extrêmes, d’après la police.
Les accusations formulées à l’encontre des deux hommes portent donc sur leurs abus sexuels sur mineurs et sur la production de photos et films pornographiques impliquant des mineurs.
Ces accusations concernent les relations entretenues avec quatre garçons mineurs pendant plus de six ans, c’est-à-dire de 2007 à l’arrestation des deux homosexuels sadomasochistes le mois dernier.
Les deux hommes ont été remis en liberté provisoire après avoir versé une caution et ils ont été suspendus dans l’exercice de leur profession en attendant d’être jugés.
Les accusés utilisaient deux appartements pour commettre leurs délits avec les mineurs rencontrés sur Internet. Les enquêteurs ont saisi dans ces deux appartements des centaines de courriels envoyés et reçus, un ordinateur portable, un téléphone mobile, trois clés USB et une carte mémoire ainsi que trois disques durs, tous ces supports contenant de grosses quantités de vidéos et de photos des relations sexuelles du duo masculin avec des mineurs.

Bien entendu, malgré les lourdes charges qui pèsent contre eux, ces deux individus doivent bénéficier de la présomption d’innocence puisque qu’ils n’ont pas encore été jugés.
Il aurait été souhaitable que les médias n’oublient pas cette présomption d’innocence pour le « père Gil » dont l’ordinateur a lui aussi été saisi avec des photos pédophiles, à cette différence près que la saisie a été faite par les autorités dominicaines en l’absence de l’accusé, puisque celui-ci séjournait en vacances en Pologne, et que l’accusé lui-même ne figurait pas sur les photos pédophiles saisies.
Difficile donc dans ce cas de dire si elles lui appartenaient ou si son disque dur avait été infecté à son insu.

La différence de traitement est aussi flagrante lorsque l’on compare l’affaire du « père Wojciech Gil » à celle de « George Harasz » et « Douglas Wirth » dont j’ai parlé sur « Nouvelles de France » en mai (voirl’article ici).
Le site « Rue89″ s’était senti obligé de rompre l’omerta des médias « mainstream » à propos de la pédophilie et des abus sexuels sur mineurs dans les milieux homosexuels, à cause du « buzz » provoqué par l’article de « Nouvelles de France » dans les médias sociaux, mais avec en sous-titre « Outreau aux USA ? » alors que le procès ne faisait que commencer (il est toujours en cours) et qu’il n’y avait aucune raison de mettre en cause le fonctionnement de la justice américaine.
Sauf bien sûr à prétendre que deux hommes homosexuels « mariés » ne peuvent en aucun cas être soupçonnés de pédophilie et que de toute façon, deux papas ou deux mamans, c’est forcément aussi bien, voire mieux, pour les enfants.

Olivier Bault

http://www.ndf.fr/  du 15/12/2013

Bon Equilibriste A Son Corps Défendant !

censure

« Je ne crois pas à la démocratie dans le monde arabo-musulman »

L’écrivain algérien « Boualem Sansal » fait sensation avec un essai tonitruant révélant les origines, les tabous et les méfaits de l’islamisation qui poursuit sa propagation mondiale.

 Kerenn Elkaïm :
« Quel éclairage apporte un écrivain en « regardant un sujet de manière littéraire » ? « 

Boualem Sansal :
Je précise d’emblée que je ne suis pas un spécialiste de l’islam pour pouvoir parler librement.
On a besoin d’auteurs de toutes sortes, mais je m’intéresse aux phénomènes de société de notre époque.
C’est pourquoi j’aimerais retrouver l’engagement des écrivains d’antan.
Telle une caste détachée, ils restent absents du débat public, au lieu d’en être des acteurs.
Lorsqu’on est confronté à une question aussi menaçante pour la société que l’islamisation, on doit se comporter en militant.
Écrire ne suffit pas pour faire avancer les choses.
Ce livre vise à dépasser le simple discours politique pour examiner les mécanismes profonds.
J’espère vivement qu’il provoquera un vrai débat.

 Kerenn Elkaïm :
« Comment expliquez-vous le silence des intellectuels arabes, que vous qualifiez de « vecteur d’islamisme » ? »

Boualem Sansal :
Ce qui me frappe, c’est que ce silence a existé de tout temps, quels que soient les sujets qui traversent l’ensemble des sociétés (le divorce, l’homosexualité ou la crise économique).
C’est lié à la structure même de la société arabo-musulmane, dictatoriale ou féodale.
Au mieux, les intellos sont des troubadours répétant le discours officiel.
Ceux qui vivent en Occident demeurent également muets.
Comment les réveiller ?
Le mouvement « Ecrivains pour la Paix » − que j’ai fondé avec l’écrivain israélien « David Grossman » − a le plus grand mal à les mobiliser car ils redoutent d’être excommuniés ou assassinés.
Or le propre de l’intellectuel est de dépasser la crainte, sinon il devient soldat.

 Kerenn Elkaïm :
« En tant qu’Algérien, de quoi êtes-vous le témoin ? »

Boualem Sansal :
J’ai vu l’islamisme arriver sous mes fenêtres.
En quelques années, il a détruit des familles, une culture, une économie et des vies, tout en se répandant partout.
On ne peut pas rester indifférent face à ce phénomène qui risque d’arriver aussi chez vous.
Au lieu de se comporter en militants, les gens regardent la télé sans broncher.
Voyez Hollande qui n’a jamais désigné l’ennemi lors de sa visite au Mali.
Ne pas nommer les islamistes revient à les protéger !

L’une des clés est de distinguer islam et islamisme.

Boualem Sansal :
Ce livre rappelle que l’islamisme est né de l’islam par un glissement progressif.
Où commence le premier ?
Dans la volonté agressive de domination et dans celle de vouloir imposer une idéologie au plus grand nombre.
Elle est alimentée par certains musulmans radicaux, mais l’islam a rarement été tranquille.
Prônant le prosélytisme, il s’est souvent imposé par le glaive et les armes.

Kerenn Elkaïm : « Pourquoi ce retour du religieux, comme l’avait prédit « Malraux » ? »
Boualem Sansal :
L’humanité a pour but le bonheur.
Tous les moyens sont bons pour vivre en paix, mais en raison de la démographie, les ressources s’amenuisent.
Il faut un système performant, donc totalitaire.
Or que ce soit le communisme ou le capitalisme, tous les modèles échouent.
Avant, on se tournait vers l’ésotérisme, maintenant c’est l’islam dont la vitesse de propagation est prodigieuse.
Les pays musulmans n’ont pas beaucoup de choix.
Etriqués, ils n’ont point accès à la modernité.
D’autant que certains d’entre eux estiment avoir connu des siècles d’humiliation avec la colonisation occidentale.
L’envie de retrouver un islam conquérant explique le succès des « Frères musulmans », qui veulent « laver l’affront ».
Une vengeance mobilisatrice, décuplée par l’obligation de répandre la parole de Dieu et de convertir un maximum de gens.

Kerenn Elkaïm :« Islamiser le monde, pas seulement les pays musulmans. »
Qu’est-ce qui explique cet engouement en Europe,  que ce soit auprès des jeunes musulmans ou des convertis ?

Boualem Sansal :
La régression de l’Occident y est particulièrement propice.
Les Européens ne croient plus en l’avenir de l’Europe, qui n’a ni armée ni diplomatie et se montre incapable de coordonner la gestion de la crise économique.
Ceux qui aspirent à la domination mondiale se portent bien, grâce au pétrole ou à une croissance à deux chiffres.
Alors autant profiter de l’affaiblissement pour achever la bête !
Je suis effrayé par l’évolution foudroyante de l’islamisme européen en moins de dix ans.
Quand on est fatigué, on attrape toutes les maladies…
Autre cause : la crise identitaire.
Non seulement l’identité européenne n’émerge pas, mais en plus elle fissure le système en place.
Ceux qui ne sont pas de cette culture, ne peuvent pas et ne veulent plus s’intégrer.
D’ailleurs, les « pays d’origine » font tout pour contrebalancer une intégration réussie.
Ils craignent que si les communautés maghrébines se francisent ou se belgicisent, elles « pervertiront » leur culture.
C’est ce qui explique la toile d’araignée que constitue l’ouverture d’innombrables mosquées, de cours d’arabe ou de L’ »Amicale des Algériens » en Europe.
Les communautés immigrées sont instrumentalisées, or les gouvernements participent à ce double jeu, qui consiste à recruter des imams alors que ces pays se disent laïques.
Résultat ?
Les jeunes ne se sentent plus Belges, Français ou Allemands, bien que cette troisième génération soit née en Europe.
Quel échec !

Kerenn Elkaïm : »Vous dénoncez ainsi fermement l’hypocrisie des politiques qui aggravent la situation ? »

Boualem Sansal :
S’il y a un responsable de la situation dramatique en Europe, ce sont les politiques.
Ils représentent un danger car, à force d’aller de compromis en compromis, ils vont de compromission en compromission.
Ce cynisme les pousse à s’allier avec n’importe qui, comme « Kadhafi » reçu à l’Elysée en échange de contrats mirobolants.
Les pays arabes incarnent un grand marché, avec lequel il ne faudrait pas se fâcher.
Idem pour le « Printemps arabe », perçu par les observateurs occidentaux comme un mouvement révolutionnaire, alors qu’il s’agit d’une colère spontanée, aussitôt récupérée par les islamistes.
Aveuglés, les politiques préfèrent prôner « une stabilité » de la région, afin de poursuivre les affaires.
Tant en Europe que dans les pays arabes, il existe des moyens financiers et organisationnels colossaux pour diffuser les idées islamistes (la distribution d’exemplaires gratuits du Coran par exemple). L’Arabie saoudite, le Qatar, l’Iran et de riches mécènes américains ou français y contribuent largement.
Ils offrent ainsi des bourses pour former des ingénieurs et des atomistes, afin d’asseoir leur pouvoir. Contrairement à « Obama », ces pays n’ont pas de contrainte d’argent.
Les islamistes sont forts dans de nombreux de domaines :
La gestion de la finance internationale, le monde politico-économique, le commerce « halal », les mouvements sociaux, les œuvres « soi-disant » caritatives (l’une des forces des « Frères musulmans ») ou les médias.
Bravo, ils ont tout infiltré !
Même Internet et les médias, comme « Al-Jazeera », qui n’hésite pas à corrompre des ministres, des intellectuels et des journalistes pour prêcher l’islam de façon évangéliste.
La presse occidentale est également touchée, puisqu’ils payent des reporters dans le but de donner une autre vision de l’islam.
Il faudrait dénoncer ces derniers et encourager les journalistes d’investigation à se pencher par exemple sur la littérature islamique en Belgique.
Ils seraient surpris…

Kerenn Elkaïm :« Un nouveau vivre ensemble » vous semble-t-il envisageable ?

Boualem Sansal :
Pas trop… Ce serait un travail de (trop) longue haleine.
Il faudrait au minimum qu’il y ait la paix dans les pays arabo-musulmans, y compris entre communautés laïques et musulmanes, mais ça ne pousse pas tout seul.
Le vivre ensemble sera viable s’il est pourvu d’un cadre juridique, or beaucoup de gens feront tout pour l’entraver.
Je ne crois pas à la démocratie dans le monde arabo-musulman.
Elle ne verra le jour que lorsque les intellectuels se mobiliseront massivement ou travailleront ensemble pour transformer la société et les partis politiques.
C’est là que réside mon espoir.

http://www.levif.be/info/  du 28/10/13

LÉGION D’HONNEUR : Promotion 2013 !!!

cochon1-e1373992025650

Ceux qui ont élu Hollande peuvent être fiers !!!

Ce n’est pas une erreur, vous pouvez vérifier sur le Net.
Et oui « notre caramel mou » vient d’ajouter à son palmarès déjà bien fourni, une connerie de plus.
Mais celle-là est impressionnante, gratinée, car la légion d’honneur délivrée à un extrémiste musulman …
faut le faire quand même !!!!!

Décidément avec ce gouvernement on touche le fond !

LEGION D’HONNEUR Promotion 2013…………..à un « ISLAMISTE,  Recteur de mosquée » !!!!!!

Mais ou allons-nous ?

Tout ceci est malheureusement bien vrai.
Ce fait est vérifiable sur le JO du 1er janvier 2013 ou simplement en cherchant   »Tareck OUBROU » sur internet !
Le récipiendaire en question est nommé dans le cadre du Ministère de l’Intérieur sous le qualificatif de « Recteur de mosquée, 32 ans de service »

C’est triste !
Oui comme vous pouvez le constater ce n’est pas un ancien de 39-45 ou d’Indochine.

L’islamiste « Tareq Oubrou », nommé Chevalier de la Légion d’honneur !

Institué par Napoléon Bonaparte le 19 mai 1802, l’ordre national de la Légion d’honneur récompense « les mérites éminents militaires ou civils rendus à la Nation ».
Parmi les 681 personnes distinguées cette année, les bordelais auront la surprise de voir « Tareq Oubrou », promu au grade de chevalier.
Membre d’une des organisations les plus radicales de l’islam en France (« UOIF » : « Union des organisations islamiques de France ») dont la devise est « Le Coran est notre Constitution », » Tareq Oubrou » est également l’ancien président de l’association « Imams de France ».
Si un de nos lecteurs connait «les mérites éminents militaires ou civils rendus à la Nation» par « Tareq Oubrou », qu’il n’hésite pas à nous contacter.
Né au Maroc, il est un grand admirateur du fondateur des « frères musulmans », « Hassan Al Banna ».
Il y a plusieurs années, lors dune conférence publique, « Tareq Oubrou » déclarait :
«L’Islam touche à tous les domaines de la vie.
Comme le veut le Coran, C’est un Etat, c’est un pays, dans le sens géographique, c’est à dire qu’il regroupe toute la communauté dans une géographie où il n’y a pas de frontières.
La frontière entre deux pays musulmans est une hérésie méprisable par l’Islam…
La politique des Musulmans ce n’est pas la politique des autres, la politique des autres est construite sur le mensonge
».

Il est donc normal que ces islamistes n’aient aucun respect pour les Français et nous crachent dessus !

C’EST BIEN FRANCOIS, TOI ET TES AMIS SOCIALISTES, CONTINUEZ A TRAHIR VOTRE PAYS

Toi et ton gouvernement, ne méritez que la destitution et la révocation pour incompétence et trahison !!!!

Autre qu’un réseau social

C’est une information qui date du début de l’année mais elle ne fait surface qu’aujourd’hui.
Il faut dire que de bourde en bourde, notre gaffeur national n’a guère chômé et nous non plus !

Et Ca Se Passe En Terre Chrétienne !

musulmann

Quand les prêcheurs musulmans s’attaquent à nos fêtes de fin d’année

Nul besoin de traverser la Méditerranée pour entendre des messages de « vivre-ensemble » à la sauce islamiste puisqu’en France aussi sont délivrés de tels messages.

Deux exemples concrets.

A Aulnay-sous-Bois le 31 décembre 2011, dans les locaux municipaux loués par la mairie PS à l’association islamiste EMJF, un prédicateur, « Mehdi Kabir », disciple du cheikh tunisien pro-Ennahdha « Béchir Ben Hassen » qui sévissait à la mosquée de Villiers-sur-Marne et qui est reparti en Tunisie depuis qu’Ennahdha est au pouvoir (il y a lancé une fatwa visant à réprimer ceux qui célébraient le Nouvel an), lançait carrément que la majorité de l’Humanité qui s’apprêtait à fêter le Nouvel an allait non seulement désobéir à leur dieu allah, mais, pire encore, déclarer la guerre à allah.
Regardez cette vidéo intitulée « Sois fière de ta religion (sic) », le passage en question est à partie de 01’50″.

http://www.youtube.com/watch?v=mCk-mwsWbvo

Lors de l’« affaire » Merah, (le jihadiste algérien), « BFM TV » avait interviewé ce que la chaîne supposait être un imam pseudo-modéré, l’imam « Haroun Derba »l qui sévit dans la mosquée « Islah » au centre-ville de Marseille.
J’étais tombé sur son interview par hasard et avais enregistré avec les moyens du bord ses propos :

http://www.youtube.com/watch?v=RHoQlOtXUBM

Je résume en gros :
« Ca n’a rien à voir avec l’islam, le missage (sic) coranique, le missage de la religion c’est celui de la paix, de l’humanisme, « Merah » est un dilinquant (re sic); il faut éviter l’amalgame et la stigmatisation de l’islam ».

Mais voilà, le 23 décembre 2011, quelques mois donc avant l’affaire « Merah », ce même Haroun Derbal délivrait un bien curieux prêche dans sa mosquée (curseur à 20’30″, quelques secondes juste avant, on peut distinguer le mot « kouffar »):
« La cilibration (sic) des fêtes de fin d’année pour les musulmans n’est pas une affaire de péché mineur, ou majeur soit-il, mais c’est une affaire plus grave et plus profonde encore que cela, c’est une affaire qui peut mettre en danger notre islamité, notre foi et notre religion.
Elle peut nous faire sortir de la sphère de la croyance de l’islam pour nous faire dans une autre sphère qui est celle de la micriance (re sic) et de l’association
 ».

A 41’10″, il indique qu’un non-musulman voulant vivre sans problèmes au milieu de musulmans doit s’acquitter d’une taxe, la « djizia » (statut de dhimmi)…

Un vrai adepte du vivre-ensemble donc !

Combien de ces prédicateurs sévissent sur le sol français en totale impunité ???

Romuald

http://www.resistancerepublicaine.eu  du 14/12/2013

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43