Archive | décembre 2013

Et Ca Se Passe En Terre Chrétienne !

musulmann

Quand les prêcheurs musulmans s’attaquent à nos fêtes de fin d’année

Nul besoin de traverser la Méditerranée pour entendre des messages de « vivre-ensemble » à la sauce islamiste puisqu’en France aussi sont délivrés de tels messages.

Deux exemples concrets.

A Aulnay-sous-Bois le 31 décembre 2011, dans les locaux municipaux loués par la mairie PS à l’association islamiste EMJF, un prédicateur, « Mehdi Kabir », disciple du cheikh tunisien pro-Ennahdha « Béchir Ben Hassen » qui sévissait à la mosquée de Villiers-sur-Marne et qui est reparti en Tunisie depuis qu’Ennahdha est au pouvoir (il y a lancé une fatwa visant à réprimer ceux qui célébraient le Nouvel an), lançait carrément que la majorité de l’Humanité qui s’apprêtait à fêter le Nouvel an allait non seulement désobéir à leur dieu allah, mais, pire encore, déclarer la guerre à allah.
Regardez cette vidéo intitulée « Sois fière de ta religion (sic) », le passage en question est à partie de 01’50″.

http://www.youtube.com/watch?v=mCk-mwsWbvo

Lors de l’« affaire » Merah, (le jihadiste algérien), « BFM TV » avait interviewé ce que la chaîne supposait être un imam pseudo-modéré, l’imam « Haroun Derba »l qui sévit dans la mosquée « Islah » au centre-ville de Marseille.
J’étais tombé sur son interview par hasard et avais enregistré avec les moyens du bord ses propos :

http://www.youtube.com/watch?v=RHoQlOtXUBM

Je résume en gros :
« Ca n’a rien à voir avec l’islam, le missage (sic) coranique, le missage de la religion c’est celui de la paix, de l’humanisme, « Merah » est un dilinquant (re sic); il faut éviter l’amalgame et la stigmatisation de l’islam ».

Mais voilà, le 23 décembre 2011, quelques mois donc avant l’affaire « Merah », ce même Haroun Derbal délivrait un bien curieux prêche dans sa mosquée (curseur à 20’30″, quelques secondes juste avant, on peut distinguer le mot « kouffar »):
« La cilibration (sic) des fêtes de fin d’année pour les musulmans n’est pas une affaire de péché mineur, ou majeur soit-il, mais c’est une affaire plus grave et plus profonde encore que cela, c’est une affaire qui peut mettre en danger notre islamité, notre foi et notre religion.
Elle peut nous faire sortir de la sphère de la croyance de l’islam pour nous faire dans une autre sphère qui est celle de la micriance (re sic) et de l’association
 ».

A 41’10″, il indique qu’un non-musulman voulant vivre sans problèmes au milieu de musulmans doit s’acquitter d’une taxe, la « djizia » (statut de dhimmi)…

Un vrai adepte du vivre-ensemble donc !

Combien de ces prédicateurs sévissent sur le sol français en totale impunité ???

Romuald

http://www.resistancerepublicaine.eu  du 14/12/2013

Et Les Racines Du Peuple De France ?

arbre

Ayrault veut accélérer la mort de la France et la disparition des Français !

10 millions d’immigrés supplémentaires dans l’intérêt de la France nous affirment deux femmes auteurs d’un livre  »« Les trente glorieuses sont devant nous »« .
Un livre particulièrement scandaleux du fait qu’il ne prend pas en compte les racines gréco-judéo-chrétienne de la France, sa culture, les acquis des Lumières, etc.

Pendant que d’autres, dans un rapport remis au Premier Ministre Ayrault s’évertuent à démontrer que le « déracinement du peuple de France » comme le dénonce « Malika Sorel », est nécessaire pour une meilleure intégration.

Nous sommes tous priés, de gré ou de force parfois, à coup d’émissions télévisées orientées, de livres formatés, de discours lessivés, de contraintes légales, d’essorage de la liberté d’expression, de commentaires « d’experts éclairés », de comprendre que l’immigration est la « richesse de la France ».
Tant pis si chaque jour, nous en voyons les bénéfices dans les colonnes de nos journaux,  entre les lignes surtout, et sous des appellations fantaisistes du type « Vladimir ».

Tant pis si plus de 6 millions de Français ou non, sont sans emploi en France et à la charge de ceux qui travaillent encore, ou à celle d’entreprises françaises qui maintiennent des effectifs.

Les auteurs de ce livre sont deux économistes, deux femmes,  »Karine Berger » et « Valérie Rabault » qui en profitent pour nous refaire le coup d’ »Emile Zola », immigré italien ayant donné à la France l’un de ces plus grands écrivains.
Bien entendu, elles ne tiennent pas compte que la France n’était pas celle d’aujourd’hui et que le flux migratoire n’avait rien à voir avec celui que nous subissons.
Elles osent même parler de « régénération » de notre société.
Un discours qui rappelle d’autres discours d’antan, d’une époque que l’on croyait révolue, celle de « Robespierre « régénérant la France par le sang des patriotes, celle des dictatures de sinistre mémoire, régénérants les peuples dans la guerre ou les révolutions permanentes, les meurtres chers aux staliniens et autres maoïstes.
Nous nous trouvons en face d’une immense manipulation des esprits à travers ce livre infâme.

Que penser de ce rapport cité plus haut, demandé par le premier ministre socialiste souhaitant une meilleure intégration qui, donne raison à « Renaud Camus » sur l’idée du « grand remplacement » ?
Un rapport qui affirme la dimension « arabo-orientale » de l’identité française.

Ce rapport est un mode d’emploi, une attaque en règle contre notre Histoire, notre culture millénaire, nos us et coutumes, nos fonctionnements afin que l’immigrant se sente bien en France sur un territoire vierge.

Plus question d’intégration et encore moins d’assimilation disent les auteurs de ce rapport:
Ne parlons plus d’intégration!, préconisent-ils en substance.
«Symboliquement, l’abandon du terme peut constituer un signal fort pour celles et ceux qui sont soumis à cette injonction au quotidien et à tort
».
Français mais uniquement de nationalité.
«Faire France en reconnaissant la richesse des identités multiples».
Toujours cette expression de « richesse » pour noyer un poisson de plus en plus pauvre.

«On veut changer la manière d’aborder l’intégration, explique-t-on à Matignon.
On s’oriente vers une politique fortement ancrée sur l’égalité des droits et la lutte contre les discriminations».
Et quoi de mieux que de réduire les droits des Français de souche pour les lisser aux droits du dernier arrivant ?
Le Français n’étant plus la langue apprise en premier dans nos écoles, l’Histoire de France abolie comme un outil de discrimination vis-à-vis de l’étranger, la culture générale comme étant l’apanage d’une classe sociale favorisée, etc.
Il suffit de constater le niveau culturel de notre jeunesse aujourd’hui à la sortie des Lycées pour réaliser les dégâts de cette politique d’abêtissement généralisé.
Ne parlons pas de ceux qui sortent après le « Brevet des collèges » et qui savent à peine lire et compter.

L’école devenant cette machine à braire, elle devra laminer les têtes de nos enfants, de moins en moins blondes, grâce à l’arrivée massive de 300 000 immigrés par an, que souhaitent les auteurs cités précédemment pour « sauver l’économie française » disent-elles.
Il est même proposé dans ce rapport, d’autoriser le voile islamique dans nos écoles laïque.
Ce qui en dit long sur l’abandon de l’intégration et l’égalité des sexes.

Et qui sauvera la France, notre France de ces malades socialistes et leurs complices ayant gouverné auparavant qui ont décidé, sous l’emprise des tenants du mondialisme, de globaliser les cultures et de tuer les nations.

Nous pouvons observer une accélération des décisions qui visent à rendre inéluctable l’arrivée du « Français nouveau », un Français sans racine et sans culture, individualisé et corvéable si ce n’est malléable à souhait.

Il n’est plus temps de se battre seulement contre un des éléments de la destruction de nos spécificités comme la lutte contre l’islam.
Il est temps de discerner et de globaliser les luttes et d’étendre le champ à travers des passerelles avec d’autres organisations associatives.
L’islam par sa nocivité est lui aussi un outil de destruction des cultures nationales en Europe et particulièrement en France.
Un outil de plus !

La réponse ne peut-être que globale et ciblée dans le même temps.
A travers des actions communes contre l’islam bien sûr, mais aussi contre les maires qui favorisent ce système totalitaire.
Qu’ils soient de droite ou de gauche.

L’action doit également  se faire en démontant les mécanismes et en expliquant pourquoi cette volonté de destruction des nations.
A commencer par celle qui consiste à globaliser les économies et à de donner le pouvoir réel à des personnes non élues par les peuples si ce n’est à des entreprises sans patriotisme ni nationalité.

Cela peut sembler un discours gauchisant au premier abord et se serait sans doute vrai si la gauche était la gauche idéale et si les adeptes de « Mélenchon » ne marchaient pas, main dans la main, avec les tenants de l’immigration à outrance ayant le désir d’éradiquer le fait national au nom d’un pseudo « humanisme » et autres « droits de l’homme » prétextes.

Mais les socialistes n’ont jamais été pour l’humanité un facteur de progrès.
Il suffit pour s’en convaincre de connaître les origines du communisme et de ses petites sœurs qu’étaient le fascisme et le national-socialisme.
L’homme nouveau n’est pas une idée des Lumières.

L’homme-raison est l’ennemi du socialisme.
L’homme est libre parce que responsable.
C’est une idée contraire au socialisme qui le souhaite massifié, uniformisé et obéissant.
En cela ils rejoignent les intérêts des tenants de l’économie mondiale.

L’immigration massive, l’éducation des masses dès la maternelle, dans l’acceptation de l’étranger sans condition, par la culpabilisation s’il le faut, par l’éradication de l’Histoire et de la culture française soulignant la liberté, l’égalité, la fraternité et la laïcité sont, pour les socialistes et autres complices droite incluse, les moyens de rendre la France amnésique et totalement impuissante.
Il n’y a pas d’arbres sans racines disait « Victor Hugo ».
De même, il n’y a pas de peuple sans culture.
Le peuple de France est en danger grave et imminent.

Il faut se lever pour défendre la France avant l’euthanasie complète de notre pensée Française.

Gérard Brazon

http://ripostelaique.com  du n° 333, le 14/12/2013

Pauvre France Vidée De Son Sang !

france-pleure-150x1501-e1381756161958

« Le Grand Remplacement »… d’un peuple par l’immigration !

Pauvre France Vidée De Son Sang ! dans LECTURE 3854136

photo de classe en 1965

Le Grand Remplacement, fondée sur l’observation de l’évolution sociale et culturelle en France.
Cette théorie, est un livre écrit par « Renaud Camus », il l’avait déjà abordée dans l’ »Abécédaire De L’In-nocence » et la développe considérablement à travers trois allocutions intitulées « Le Grand Remplacement », « La gauche socialiste, instrument du Grand Remplacement » et « Que peut être une pensée libre aujourd’hui ? », réunies avec un entretien donné au « Nouvel Observateur » en septembre 2011 dans un ouvrage publié par « les éditions David Reinharc ».

Au journal qui demandait à « Renaud Camus » de développer cette idée de « Grand Remplacement », il répondait :

« - Oh, c’est très simple : vous avez un peuple et presque d’un seul coup, en une génération, vous avez à sa place un ou plusieurs autres peuples.
C’est la mise en application dans la réalité de ce qui chez le juif « Berthold Brecht » qui voulait « 
changer de peuple »  en Allemagne.
Le Grand Remplacement, le changement de peuple, que rend seule possible la Grande Déculturation, est le phénomène le plus considérable de l’histoire de France depuis des siècles, et probablement depuis toujours. »

Pour dissiper immédiatement tout malentendu sur les propos de « Renaud Camus », il faut encore citer ce passage d’une interview donnée au magazine « Causeur » le 20 juillet 2010 :
«  Toutes lespopulations sont inassimilables.
Il en va de l’acculturation et de l’assimilation comme de l’éducation :
Elles ne peuvent pas faire l’économie de l’
individu.
Ce sont des hommes et des femmes et des enfants qui peuvent être assimilés au sein d’un peuple, pas despeuples, surtout quand ces peuples ont une forte réalité, une culture, une civilisation, une langue, une religion, une puissance en dehors de la nation censée les assimiler.
Pourquoi se renonceraient-ils ?
Deux éléments créent des Français et peuvent en créer encore :
l’héritage (la naissance, l’ethnie, la race, les ancêtres, l’appartenance héréditaire) et le désir (la volonté, l’élection particulière, l’amour d’une culture, d’une civilisation, d’une langue, d’une littérature, des mœurs, des paysages).
 »

http://www.photo-de-classe.com/photos-de-classe/photodeclasse_287623/photo-de-classe-1973-ECOLE+FRANCOIS+MITTERRAND.jpg

photo de classe en 1973

Il ne faut pas se voiler la face, et « Renaud Camus » l’aborde d’ailleurs très sereinement, le remplacement de population qui pose problème est principalement celui des peuples d’Afrique et du Maghreb.
Tout d’abord parce qu’ils s’installent en tant que peuples et qu’aucune civilisation ne peut en assimiler une autre, à plus forte raison quand cette celle-ci a une identité forte.
Ensuite parce que cette identité forte, pour prendre la civilisation arabe « qui a connu des moments merveilleusement brillants, qui a atteint de hauts accomplissements, et produit de grandes œuvres, dans le domaine de l’architecture, de la poésie, de l’art du récit, de la mystique, de la musique », est étroitement liée à l’islam « une religion très dynamique, très aimée de ses fidèles, très naturellement et comme invinciblement portée à la conquête. »

L’islam, contrairement à la religion chrétienne qui a su s’en départir voici bien longtemps, est une religion dont l’emprise sur la politique est inéluctable.
La Tunisie, l’Égypte, la Syrie et même la Turquie en sont de récents exemples.
On peut chasser les dictateurs du pouvoir, on n’en chassera pas l’emprise religieuse.

Il n’est donc pas question pour « Renaud Camus » de stigmatiser, selon une expression consacrée, des individus mais de faire remarquer que lorsque différentes populations prennent la place de celle qui vivait dans ses frontières depuis des siècles, il s’agit d’un remplacement et qu’en tant que tel, il n’est pas une richesse mais un poids, un problème auquel il faut faire face.
Or seul aujourd’hui le discours antiracististe comme il l’appelle, cette « doxa politico-médiatique » qui nous explique ce que nous devons penser et dire, empêche ceux qui ont la parole de l’affirmer.

Depuis quelque temps, selon « Renaud Camus », une sorte de révisionnisme historique cherche à forger des mythes selon lesquels la France aurait été sauvée en 14-18 puis en 39-45 par ces peuples qu’elle avait colonisés, selon lesquels les étrangers auraient fait de l’art français ce qu’il a été au XXe siècle. Beaucoup d’artistes étrangers ont en effet trouvé en Paris une terre d’accueil au début du siècle dernier et ont contribué à son effervescence culturelle.
Les régiments d’Afrique et du Maghreb ont contribué aux victoires alliées lors des deux guerres mondiales mais lorsqu’une grande partie de la vérité historique est occultée au profit d’un message simpliste, on appelle cela une idéologie, dangereuse à ce titre, même si on cherche à la faire passer pour une morale.

http://fr.novopress.info/wp-content/uploads/2011/09/immigres-ecole.jpg

classe d’école _en 2012 avec un ministre ultra immigrationniste

«  Ces leçons n’en font qu’une, au demeurant, l’idéologie s’étant substituée à la morale, l’ayant remplacée là-encore :

c’est une autre forme du « remplacisme» .»

Passé le constat d’observation, reste la question la plus intéressante :
Comment ce Grand Remplacement est-il rendu possible ?

Comment la France a-t-elle pu en quelques décennies accepter sans réaction ce « cheminement hagard vers les poubelles de l’histoire ? »
La culpabilité face à son passé ne semble pas une raison suffisante.
Le repentir face aux anciens colonisés, aux atrocités révélées, à l’abandon des harkis mais aussi à la perte d’amour-propre révélée par la collaboration de l’État français avec le régime nazi pendant la guerre, toutes ces réponses sont un facteur important mais pas unique fait remarquer « Renaud Camus ».
Car d’autres peuples européens tels que la Grande-Bretagne qui n’a connu que la résistance et le combat contre le nazisme, la Suisse, la Suède ou le Danemark qui n’ont jamais colonisé l’Afrique, sont confrontés au même remplacement de population, qu’ils subissent aussi passivement que les Français.
Ce phénomène s’accompagne selon lui du grand mouvement de Déculturation institué depuis plusieurs décennies dans les pays occidentaux.
A ce titre, l’éducation et la culture ont un rôle essentiel à jouer pour contrebalancer ce phénomène car :
Que peut encore être un peuple qui ne connaît plus son histoire, ou qui la méprise, qui ne maîtrise plus sa langue et ne peut plus lire ses grands auteurs, qui n’a que de très vagues notions de son histoire de l’art ?
Un peuple sans mémoire est inévitablement appelé à être remplacé par d’autres qui, eux, ont une fière et profonde connaissance des leurs.
La nature est ainsi faite qu’elle ne supporte pas le vide, or le temps de cerveau disponiblede nos chers compatriotes semble une béance sans fond que remplissent a volo les idéologues de la consommation pour qui peu importe l’humain, l’individu, puisque compte avant tout la masse qui ingurgitera ses denrées éphémères.

Une fois de plus, nous prenons conscience que traiter les individus en simples consommateurs, c’est-à-dire en réceptacles et non en sujets pensants et agissants nous mène très sûrement vers la fin d’une des plus brillantes civilisations qui fut : la civilisation européenne.
Les cyniques du genre de « Jacques Attali » diront qu’il suffit d’attendre que les peuples qui s’installent en France soient aussi déculturés et décérébrés que nous le sommes à présent mais rien n’est moins sûr.
Eux ont encore foi en leur force.

A lire :
Renaud Camus, « Le Grand Remplacement »,   »éditions David Reinharc ». 

http://france.eternelle.over-blog.com  du 02/06/2013

Rétablir Les Finances Publiques ? ?

impots

Possible, simplement en supprimant les dépenses parasitaires et nuisibles.

Il est glorieux de payer près de 2 milliards pour faire bénéficier, de notre système carcéral, une population pénale à 70% d’origine étrangère.

« Payer ses impôts est un devoir glorieux ».
La formule est du regretté président Mao-Tsé-toung.
Et c’est vrai !

Oui, il est glorieux de payer des impôts pour effacer les dettes (4 millions d’euros) du journal « L’Humanité »  et apporter 2 milliards de subventions (directes et indirectes) à la presse écrite car il faut bien aider « les miséreux » à se faire entendre :
« Le Point »  »(« Pinault » propriétaire), « Les Echos » (« Arnault »), « Le Monde » (la banque « Lazard » et « Pierre Bergé »), « Libération » (« Rothschild »), la « PQR » (les « banques mutualistes » et le « Crédit Agricole »).

Oui, il est glorieux de payer des impôts pour subventionner à hauteur d’un milliard des syndicats de moins en moins représentatifs, et de plus en plus inutiles, sinon nuisibles.

Oui, il est glorieux de subventionner (Etat et collectivités territoriales) à hauteur de près d’un milliard des associations politiquement correctes :
« SOS Racisme », « France terre d’asile », la « LICRA », le « CRAN », la « LGBT » et tant d’autres qui le valent bien.
Et ils en ont bien besoin pour nous formater et nous censurer.

Oui, il est glorieux de financer à hauteur de centaines de millions les achats « d’art conceptuel » et« d’art contemporain » des « FRAC », sans compter les subventions à la mise en scène de « Golgota picnic »et autres spectacles faussement provocateurs.

Oui, il est glorieux d’aider la charmante « Leonarda Dibrani » et sa famille et de consacrer plusieurs milliards d’euros chaque année à loger et à nourrir les escrocs au droit d’asile.

Oui, il est glorieux de payer (800 millions) pour soigner les étrangers clandestins (« AME ») et d’accorder (« CMU » et « CMU complémentaire ») à des étrangers chômeurs la gratuité des soins refusée aux paysans Français.

Oui, il est glorieux de payer des centaines de millions pour accueillir à l’université des cancres étrangers poursuivant leurs études pendant 10 ans et parfois au-delà de 30 ans, comme « Fabienne Kabou », cette Sénégalaise de 36 ans, étudiante (en philosophie) à Paris-VIII, qui a noyé sa fille à Berck.

Oui, il est glorieux d’avoir une éducation parmi les plus chères du monde pour se retrouver au 25e rang mondial dans le classement « PISA ».

Oui, il est glorieux de payer près de 2 milliards pour faire bénéficier de notre aide judiciaire et de notre système carcéral une population pénale à 70% d’origine étrangère.

Oui, il est glorieux de payer des milliards pour le « logement social » dont sont exclues les classes moyennes et les classes populaires, mais dont bénéficient les arrivés de fraîche date ainsi (pas aux mêmes endroits) que les élus et leurs clientèles privilégiées.

Oui, il est glorieux de payer des centaines de millions pour permettre à des consultants d’élaborer des logiciels de paye (Louvois, par exemple) rendant impossible le règlement normal des soldes des militaires.

Oui, il est glorieux de payer des armes aux rebelles syriens permettant à nos « djihadistes » de banlieue de s’entraîner.

Pardon pour cette liste incomplète.
Elle montre naturellement que rétablir les finances publiques, c’est possible :
Simplement en supprimant les dépenses parasitaires et nuisibles.
Contre celles-ci, il est temps que les Français montrent leur mécontentement.

Rendez-vous dimanche 26 janvier pour le jour de colère !

Jean-Yves Le Gallou de « Polémia »

http://fr.novopress.info/148370  du 09/12/2013

Pas De Tutelle Pour Le Vieux Monde !

ane

La stratégie américaine pour couper l’Ukraine de la Russie n’a pas marché.

Les maîtres de ce monde seraient-ils en difficulté ?
La situation en Ukraine permet, une nouvelle fois, de se le demander.
A la crise inattendue, voire inespérée, que subissent en Syrie les membres « Qaïdistes » (ou « Al-CIAdistes ») de l’alliance anglo-islamiste, s’ajoute dans plusieurs pays européens la crise de plus en plus sévère du politiquement correct (« pourrect », pour les intimes).
La chape de plomb se fissure.
Une teinte rougeoyante s’empare d’elle, trahissant la montée du magma « populiste ».
C’est étrange.
Les logiques orwelliennes échouent.
« La paix, c’est la guerre », ça ne marche plus.
« La liberté c’est de fermer sa gueule » fait de moins en moins recette aussi.
Le peuple européen semble décidément insupportable.
Jamais deux sans trois.
Ou jamais deux sans trop, de « trop c’est trop » :
Voici qu’en Ukraine, « L’harmonie,  c’est la zizanie » n’a pas non plus fonctionné.
On voulait isoler la Russie.
On : L’Ombre.
Mais l’ombre a dû sortir de sa tanière, ce qui est rarissime.
La tactique habituelle des Américains, de se servir de leurs obéissants valets allemands, ne fonctionnait pas.
De ces jours ci, afin que le gouvernement ukrainien revienne sur sa décision de « suspendre » les discussions menant à son adhésion à la soi-disante « union européenne », la  fine fleur de la diplomatie anglo-saxonne s’est déplacée en personne à Kiev.
Mesdames « Victoria Nuland », du « département d’Etat » américain, ainsi que « Catherine Ashton », qui dirige les affaires étrangères à « l’union européenne », se sont présentées sur le sol ukrainien en vue officiellement de persuader « Viktor Ianoukovitch » qu’il se remette à la table des négociations, et officieusement, en vue de l’intimider à l’heure de nettoyer le centre de Kiev de quelques dizaines de milliers de manifestants.
Ceux-ci s’estimaient à peu près aussi fermement soutenus que les islamistes radicaux en Syrie, occupaient des bâtiments indûment, déboulonnaient des statues, empêchaient la circulation, etc…, le tout dans un clair signal de provocation au gouvernement pleinement « démocratique ».

Mais serait-ce, soudain, que « la démocratie c’est la dictature » ?
Toujours est-il que ce bruyant conglomérat de manifestants, parmi lesquels on trouve probablement le groupe de nationalistes le plus fourvoyé du monde (le parti Liberté), est à présent déçu.
L’ordre est rétabli.
Le  temps du nettoyage, de la capitulation et des possibles règlements de compte est venu.
On ne mesure probablement pas assez l’ampleur de cette bataille.
Les moyens mis en oeuvre en Ukraine sont énormes.
La « CDU » allemande, valet parmi les valets, a été jusqu’à créer un parti qui est purement et simplement son émanation : l’ »UDAR », qui est l’alliée des « nationalistes ».
De toute évidence, la volonté anglo-américaine de « stabiliser » l’Ukraine a échoué, ce en dépit des moyens mis en oeuvre, y compris la présence physique de leurs éminences (dont celle « européenne »).
Le plus extraordinaire est que des « nationalistes » soient venus à leur secours.
On devrait, à ce sujet, se lancer dans des considérations sur le contraste entre le Nord-Ouest de l’Ukraine, proche de l’esprit polonais, au reste du pays.

Insidieuse, nuisible, l’Ombre est pour une fois sortie de l’ombre, démontrant au passage à quel point ses intérêts se fondent dans la soumission des pays européens à « l’union européenne ».

Elle voulait couper l’Ukraine de la Russie.

Mais ça n’a pas marché.

« Les vessies, c’est des lanternes » : ça ne marche plus.

Oscar Letilleul

http://ripostelaique.com  du n° 333, le 13/12/2013

Obama Nous Prend Pour Des Billes !

IMAGE QUI DEFINIT NOTRE MONDE

Il révèle qu’Obama a menti sur l’usage de gaz sarin en Syrie.

Ce journaliste d’investigation américain, « Seymour Hersh », est déjà connu pour d’importantes révélations.
Entre  autres il avait dénoncé le mensonge de « Bush » et « Colin Powell » sur l’arsenal biologique de « Saddam Hussein », au moment où presque tous les médias acquiesçaient.

A la fin du mois d’août de cette année, les médias occidentaux ont accusé l’Etat syrien d’avoir fait usage d’armes chimiques contre ses opposants.
En particulier, le quotidien « Le Monde » a mis en avant le geste héroïque de ses journalistes revenus avec des échantillons collectés au péril de leur vie dans la banlieue de Damas.
Expertisés par une officine rémunérée à cet effet par le ministère de la Défense, ces échantillons auraient révélé l’usage de gaz de combat.

Ces preuves supposées ont été avancées pour justifier une intervention armée contre la Syrie

Pour François Hollande, le doute n’était pas possible :
C’est le régime du “sanguinaire dictateur” « Bachar el-Assad » qui avait commis l’atrocité de gazer sa propre population.
Aussitôt, le président socialiste a « sommé » la terre entière d’intervenir militairement en Syrie.

Les Etats‑Unis ont cependant refusé d’entrer en guerre

Certes, mais le président « Barack Obama » n’a pas contesté les allégations françaises contre Damas.
Il les a même confirmées avec force détails le 10 septembre.
Selon lui, le régime syrien était responsable du massacre de 1.400 personnes le 21 août.

Selon un journaliste américain, « Obama » aurait travesti la réalité

« Seymour Hersh » est connu pour avoir dénoncé le mensonge de « Bush » et « Colin Powell » sur l’arsenal biologique de Saddam Hussein.
Faute d’avoir trouvé un journal américain prêt à publier son étude, c’est dans les colonnes de la « London Review of Books » qu’il dénonce aujourd’hui sans fard les mensonges d’ »Obama ».
En réalité, il n’y a aucune preuve de l’implication de l’Etat syrien dans l’usage de gaz de combat le 21 août.

Le président américain sélectionnait soigneusement les informations mises à la disposition du public

Il a en effet caché que le front « Al‑Nosra », la milice des rebelles syriens « djihadistes », était capable de produire du gaz sarin.
Les services américains l’avaient pourtant clairement établi.
Ces « djihadistes » pourraient bien être de faux gazés et de vrais gazeurs.

http://fr.novopress.info/148871/  du 13/12/2013

Quelques Informations Inédites.

ecole

Nous le disions récemment :   ça bouge !

Emmanuel Ratier, responsable de la revue « Faits & Documents » – que nous remercions -, nous signale un article  »plus que surprenant » paru sur un site juif le 9 décembre, qui « va à l’encontre de tout ce qu’on lit en général » et où l’on apprend que :
« Au printemps 1944, 30.000 juifs vivent alors à Paris, recensés et portant l’étoile jaune ».

Ce site c’est le site « JForum », « le portail juif francophone », et l’article s’intitule :
« Ces Juifs que la Gestapo n’arrête pas. Printemps 1944″.
Il est signé d’un Marc André Chargueraud.
Le moins qu’on puisse dire est que l’article fourmille de renseignements inattendus qui ne constituent évidemment pas des révélations pour les révisionnistes chevronnés (qui savent bien tout cela par coeur), mais qui vont étonner bien des non-révisionnistes :
Comment, en effet, concilier l’image du juif traqué, terrorisé, obligé de se cacher,  avec celle qui est exposée dans cet article ?

En voici un extrait :
http://www.jforum.fr/forum/culture/article/ces-juifs-que-la-gestapo-n-arrete?utm_source=activetrail&utm_medium=email&utm_campaign=
Newsletter%20du%2010-1 2-2013-ordi

Rien n’est plus vrai et pourtant en même temps rien n’est parfois plus inexact si on lit le témoignage de « Maurice Brenner », trésorier de l’ »UGIF-Sud ».
Il se rend à Paris du 3 au 17 mai 1944.
Il est étonné par une incroyable situation.
En arrivant à Paris « il a une vision véritablement stupéfiante, le nombre de gens se promenant avec l¹étoile (…)
J¹ai été surpris de voir tout ce monde afficher ostensiblement leur judaïsme, de voir des Juifs, jeunes et vieux, hommes et femmes, côtoyer Allemands et miliciens dans le métro, dans la rue et les magasins, de les voir se promener tranquillement sans que, apparemment, personne ne songe à les embêter. Ma surprise n¹aurait
pas été plus grande si j¹avais aperçu des gens qui sur ordre des autorités auraient arboré la faucille et le marteau ou la croix de Lorraine ».

Profitons de l’occasion pour rappeler le remarquable article de « Célestin Loos » paru dans la « Revue d’histoire révisionniste » n° 6, mai 1992, sur la « Vie quotidienne des juifs allemands pendant la guerre » qui démontre, sur la base de documents précis (horaires d’ouverture des synagogues, annuaire téléphonique, coupons d’alimentation, etc.), que, en Allemagne aussi, les juifs ont longtemps pu vivre ouvertement sans être inquiétés.
(Chez Akribeia, 45/3 route de Vourles, 69230 St Genis-Laval,plantin-akri@laposte.net).

§§§§§§§§§§

Le 10 décembre au soir, sur la chaîne de télévision FR2, à 20h 30, était diffusée une émission présentée par le journaliste « Laurent Delahousse ».
L’émission avait « pour titre « Pétain ».
Dès le lendemain matin, le journaliste recevait de l’un de nos correspondants le message suivant, dûment signé:

Objet: vos commentaires sur « Pétain »

Monsieur,
La qualité d’un journaliste devrait être l’indépendance.
Vous avez choisi, par carriérisme, le chemin de la collaboration avec le Système, ce même Système qui continue de refuser au maréchal « Pétain » d’être enterré à Douaumont, en manipulant les esprits avec une propagande faite de mensonges et dont vous vous faites le porte-parole servile.

Vous n’avez que le mot de « Shoa » à la bouche alors que personne n’a été capable d’en apporter la moindre preuve. C’est comme Badinter qui devrait avoir honte d’avoir accepté un jugement qui a reconnu qu’il avait diffamé le professeur « Faurisson » mais « de bonne foi ».

A qui la faute de la déclaration de guerre ?
Vous n’en avez pas parlé.
A qui la faute de la défaite ?
Vous n’en avez pas parlé.
A qui la honte de la fuite de De Gaulle en Angleterre le 18 juin 1940, le lendemain du 17 juin 1940 uniquement parce que Pétain lui avait refusé le ministère de la guerre qu’il avait réclamé (cf. « Mémoires » de l’amiral Auphan) ?
A qui l’honneur, alors qu’il était, à 84 ans, ambassadeur en Espagne, d’avoir répondu à l’appel de 569 députés du Front populaire et d’avoir assumé sur place la charge du peuple français désemparé par la fuite des
responsables gouvernementaux de l’époque ?

Vous devriez lire un peu au lieu de colporter comme un perroquet les mensonges du Système.

La librairie d’Emmanuel Ratier vient d’être saccagée.
Aurez-vous le courage d’en faire état dans votre prochain journal ?

Si nous avions le temps, les uns et les autres, de réagir régulièrement aux mensonges des journalistes, il est certain que le Schmilblick avancerait plus vite.

§§§§§§§§§§

Le 9 décembre nous recevions de l’équipe de « Sans Concession » le message
suivant :

 

http://youtu.be/qBKaGdSJDtE

Être inaccessible au découragement

Dans cette allocution prononcée le 7 décembre 2013 à Lyon, lors de la « Fête des patriotes », « Vincent Reynouard » rappelle une vérité essentielle sur la société actuelle, à savoir que si le régime actuel dure, c’est qu’il
bénéficie de l’assentiment actif ou passif des foules.
L’exemple de la loi de 1975 sur l¹avortement est parlant :
même si cette loi résulte de l’action des « lobbies », elle n’a fait que légaliser une situation de fait (avant 1975,
on comptait au minimum un avortement toutes les dix minutes en France, soit 50.000 par an).
Au final, c’était LE PEUPLE qui voulait la liberté d’avorter et depuis 10 ans, il l’a amplement confirmé avec 200.000 avortements annuels…
Il en résulte que, pour l’heure, tout espoir de prise du pouvoir est vain.
Notre mission est ailleurs.
Elle est d’ailleurs plus noble :
il s’agit de sauvegarder une braise rougeoyante et de transmettre aux générations à venir des armes pour une victoire que nous ne verrons pas.
Bonne journée à toutes et à tous,
Marie Pererou

Autre Que Réseau Social

La Manifestation Passée Aux Oubliettes.

vision1-300x225

Le silence des moutons sur la manifestation du 8 décembre.

Une manifestation passée sous silence par les médias de la bien-pensance.
Il est vrai qu’elle était contre l’islam, ce cancer qui grignote notre pays, cette peste verte qui est favorisée par bien des maires de villes, petites ou grandes, qui s’ingénient, pour obtenir le vote musulman, à satisfaire les associations islamiques avant même qu’elles ne fassent de demandes.
Je me souviendrai toujours que la seule mosquée à avoir appelé à voter Hollande est celle de Puteaux, dont le Maire « UMP » ne fait pas dans le détail pour favoriser l’islam dans sa ville, à commencer par lui offrir une gigantesque mosquée de toile, contre un modeste loyer en attendant qu’une mosquée de cinq étages se construise au centre de la ville.

Une manifestation passée sous silence, une de plus, qui se voulait aussi, pour le maintien des fêtes chrétiennes.

Plus lâches que certains politiques à gauche, il n’y a que certains politiques à droite.
Tous, main dans la main, pour flatter l’imam du coin et espérer obtenir en échange une sorte de paix des électeurs.
Cela fait bien rire les imams et autres docteurs de la foi qui observent avec délectation ces circonvolutions et ces courbettes.
Une main tendue si elle n’est pas musulmane, est une main à couper.

Le plus étonnant est de voir que la communauté juive de France n’est pas en reste. Pourtant, celle-ci devrait être bien plus prudente dans ces signaux vis à vis de l’islam et ne pas faire semblant de ne rien voir, à commencer par les faits révoltants et de plus en plus courants d’actes antisémites qui ne sont pas le fait de hordes de Français blonds aux yeux bleus, et autres franchouillards.
Ils doivent réaliser que les seuls Français antisémites sont ceux qui se réclament de l’extrême gauche et qui, au nom de l’excuse facile de l’anti-sionisme en profitent pour dégueuler leur haine des juifs.
Israël a bon dos.
Mais Israël est loin.
La seule réponse qu’ont trouvée les élites juives françaises est de faire des courbettes à l’islam à travers le « CRIF » et la « LICRA ».
Ils devraient savoir qu’il ne sert à rien de reculer devant des personnes qui ont dans leurs propres textes religieux, leur « ADN », la détestation de ce qu’ils sont.
« Le jour du jugement dernier, même la pierre dénoncera le juif qui sera caché derrière elle«  .
C’est valable aussi pour les Chrétiens et je ne parle même pas des athées, des homos et autres mécréants qui sont condamnés à la pendaison immédiate dans le discours de la « charia ».
«Il n’y a pas d’autres dieu que dieu et il est le seul à disposer des lois ».
Autrement dit, dès lors que l’islam sera majoritaire, les lois de la république deviendront obsolètes.

Une manifestation donc, une de plus pour dénoncer cette horreur liberticide qu’est l’islam, système totalitaire équivalent au nazisme à tel point comme le faisait remarquer Jeanne Bourdillon ici même, qu’Hitler avait de l’admiration pour cette pseudo religion.

On peut simplement regretter que cette manifestation n’ait pas rencontré beaucoup de succès en termes de manifestants mais que cela tient à mon sens à des faits que je vais tenter d’expliquer :
-         La période électorale qui a interdit à beaucoup de personnes de venir alors même qu’elles ont à l’esprit une campagne municipale, qu’elles ont la tête dans le guidon et ne peuvent pas s’investir ailleurs que dans la recherche de colistiers et de démarches comme le tractage et le boitage ainsi qu’une présence sur les marchés de leurs villes.
-         Une confusion totale dans le message qui se voulait ce jour-là, à la fois républicain, laïc et pro-chrétiens dans la défense des fêtes chrétiennes (et donc religieuses) alors même que « Résistance Républicaine », l’organisatrice, refusait de participer aux manifestations du « Printemps Français » sous prétexte que c’était une démonstration de religieux « anti-mariage pour tous », que la Présidente de Résistance était en faveur de la loi Taubira.
Ce qu’elle revendiquait partout où elle pouvait le faire.
Sans compter que sur son site, «les veilleurs debouts» étaient assimilés à des extrémistes religieux. Se souvenir tout de même que de nombreux adhérents se sont fait vilipender, voire virer de l’association pour avoir participé, au nom de « Résistance Républicaine », aux manifestations.

Période électorale, confusion des messages, lassitude des uns et des autres, positionnements fluctuants et incertitudes sur les aboutissants, sans compter les dépenses inhérentes qu’une manifestation entraîne, expliquent probablement le nombre de manifestants.
300 disent les uns, près de mille, dit Résistance Républicaine.
Qu’importe, il va être temps de cesser de se prendre les pieds dans le tapis des egos multiples et variés et de proposer aux résistants un message clair, audible, unificateur et porteur d’avenir.

Le temps n’est pas à l’invective mais à la reconquête de nos libertés mises à mal par la classe politique et nos dirigeants depuis plus de 40 ans.

Gérard Brazon

http://ripostelaique.com  du n° 333, le 12/12/2013

Non Aux Violences Et Oui Au Jihad ???

nomosquethumb152

Grâce à Freebox TV, « jihad » à domicile sur le territoire français…

Propagande « djihadiste » en langue française sur Freebox, silence complice du pouvoir PS. La chaine salafiste « Iqraa » a lancé une version française diffusée sur Freebox. Au programme : « djihad », « charia » et haine de l’occident ! La version française d’ »Iqraa » est désormais intégrée au bouquet arabo-musulman, disponible sur Freebox TV. Cette chaîne diffuse un programme d’appel au « Jihad » et promouvant la « charia » et la haine de l’occident… Le Ministre de l’intérieur va-t-il enfin réagir pour interdire cette télévision salafiste incitant à la haine raciale de l’Occident ? Madame Taubira va-t-elle intervenir pour condamner la haine raciale des occidentaux ? Non bien sûr ! Trop heureux qu’ils sont de donner la parole à ceux qu’ils draguent à longueur d’émissions TV, de communiqués haineux sur le soi-disant racisme des Français, et pour conquérir sur le dos du peuple le tant aimé bulletin de vote qui les fera continuer encore et encore la destruction de notre patrie. Le principal site d’information des musulmans en France s’est félicité de la nouvelle le 10 décembre dernier : « Après les anglophones, c’est au tour des francophones de confession musulmane d’être servis par « Iqraa ». La célèbre chaîne religieuse leur est désormais accessible. La doyenne des TV islamiques commence dès mercredi 12 décembre sa diffusion en langue française. Une nouvelle qui ravira un très grand nombre de musulmans de France qui attendaient son lancement de longue date. » « Le lancement se fera en direct avec l’émission « Fatawa » (Avis juridiques), qui sera également transmise sur la version arabe de la chaîne « Iqraa » mercredi 12 décembre, à 21 heures, heure de Paris. Les téléspectateurs sauront être au rendez-vous. » Tu parles mon n’veu ! Qu’ils sont contents les musulmans de France ! Les cours de terrorisme à domicile… Sur le site de l’institut de recherche sur les médias arabes « MEMRITV », vous pourrez vous faire une idée plus précise de l’orientation « wahhabite » de la chaîne, en visionnant les émissions de la chaîne « IQRA », des propos extrémistes, antisémites, antichrétiens, haineux d’appel aux meurtres et à l’insurrection armée, que vous pouvez consulter en intégralité sur ce lien. Voici un florilège des propos tenus par l’islam de « paix et d’amour » que  l’ »UMPS » nous vend depuis trente ans et qu’ils ont introduit sur notre terre sans notre consentement, le voila l’ennemi intérieur : Monsieur Vals, Madame Taubira ! Ce n’est pas le FN et les patriotes ! Lisez plutôt : Le cheikh « Saad Elbrik », accueilli à Puteaux, se plaint : « Dès que l’on dit quelque chose de bien sur Hitler, on est accusé d’antisémitisme …» Le cheikh « Aidh Al-Qarni », accueilli à la mosquée de Puteaux aussi : « Les gorges doivent être tranchées et les crânes fracassés; c’est le chemin vers la victoire… » Le cheikh saoudien « Mohammad Al-Arifi » : « L’Islam n’impose pas d’âge minimum pour le mariage… » L’imam saoudien « Mohammad Musa Al-Sharif »: « Le jour viendra où l’Islam règnera à nouveau sur le Monde… » Le cheikh saoudien « Mohammad Al-Arifi » : « Les soldats Israéliens ont trop peur de quitter leur tank pour uriner ou déféquer, la Palestine sera libérée par la force, et non par la négociation… » Le professeur d’université « Salman-Al-Abdali » : « Les attentats-suicide OK à Tel-Aviv, mais pas à Ryiad… » L’expert législateur saoudien « Basem Alem » : « Nous avons le droit d’appeler au « Jihad » offensif pour imposer notre mode de vie… » L‘imam yéménite « Abd Al-Majid Al-Zindani » présente : «Des preuves scientifiques que la femme ne peut parler et se souvenir en même temps… » (Les féministes apprécieront !) Le saoudien « Adnan Hassan Bahareth »: « Les femmes ne peuvent réussir en politique que si elles sont dirigées par des hommes… » Le cheikh « Yousuf Al-Qaradawi » : « Justifie le meurtre des enfants et des femmes israéliens dans des opérations suicide… » L‘imam égyptien « Zaghloul Al-Naggar »: « Israël doit être détruite. L’Amérique doit être réduite à néant… » Le ministre de l’Information saoudien « Muhammad Abduh Al-Yaman » : «Nous avons dit aux chrétiens et aux juifs dans des échanges interreligieux que leurs Livres Saints sont falsifiés et que nous voulons les ramener à la Vraie Religion… » (Message au pape qui leurs fait des courbettes depuis qu’il a été élu !) L’imam égyptien « Gamal Qutub » : « Les Juifs détestent le Monde, et le Monde les déteste… » Le 29 août 2005 sur les ondes de la chaîne saoudienne « IQRA TV », « Abdallah Basfar », le secrétaire-général de la Commission de mémorisation du coran de la « MWL », invité chaque année par l’ »UOIF » en France, a ouvertement incité tous les musulmans à contribuer financièrement aux activités terroristes du « Hamas » en donnant à son organisation : «Le Prophète a dit : ‘Celui qui équipe un combattant — c’est comme s’il avait combattu lui-même.’ Vous êtes étendu dans votre lit, en sécurité dans votre maison, vous donnez de l’argent et Allah vous crédite des récompenses d’un combattant. Qu’est-ce que c’est? Un privilège.»   (« MEMRI ») 3 janvier 2006, 16 h 15, Extraits de la conférence de cheikh « Mohamed Saleh al-Mounjid » : « Allah seul a fait les lois et Il est seul juge, mais les mécréants, voués à l’enfer éternel, se permettent de mélanger les lois humaines aux lois d’Allah. » « Pour ce qui est du djihad, les djihadistes doivent tuer les ennemis, mais ils ne doivent pas tuer les femmes et les enfants de ces mécréants. Par contre, si une femme porte les armes, elle doit être tuée. Quant à l’impôt que les pays musulmans doivent prélever sur les mécréants vivant sur leurs terres pour leur assurer la protection, ce sont seulement les hommes qui doivent le payer…» 19 janvier 2006, 22 h 30, émission « Fi rihab el charia » (Sur la voie de la charia), le présentateur, cheikh « Massoud el-Ghamdi », reçoit le prédicateur cheikh « Abdallah ben Salem el-Batati ». Sujet du jour : « Le « hijab », une obligation pour chaque musulmane, imposée par le Coran et la « Sunna » et non laissée à son choix. » Extraits : Le présentateur : « On a fait et on continue à faire beaucoup de remous en Occident, notamment en France, sur le port du voile dans les écoles et sur les lieux de travail. Ils ont prétendu que c’était un signe religieux ostentatoire, et ils l’ont interdit. Qu’avez-vous à dire ? » L’invité : « Ils n’ont pas le droit d’obliger un musulman à agir contre les obligations de sa religion. Cela est grave. Le nikab pour toutes, et par la force s’il le faut ! » 23 janvier 2006, 20 h 30, Le présentateur est cheikh « Jassem Mohamed el-Metaweh », directeur de la chaîne « Iqra », émission « Awlawiyate » (Priorités) : « Combattez les mécréants avec votre argent, votre personne et votre langue… » Voila la bouillie immonde qui va être déversée 24/24h dans nos villes et nos banlieues islamisées, voila les appels à la haine raciale, aux meurtres, aux viols, aux vols, etc. Mais où est la bien-pensance grasse de nos subventions (souvent détournées…) où sont Désir, Taubira, Valls, Noah, Mélenchon, LCI, BFMTV, ITélé, SOS Racisme, LICRA, UEJF, Copé, etc. etc. etc. Vous savez qui sont les traitres qu’il faudra bien juger un jour devant le tribunal de la nation et de l’histoire ! Je lance un appel à « RL », à « FDS » et à tous les patriotes pour faire un maximum de bruit sur cette affaire gravissime. André GALILEO http://ripostelaique.com  du n° 333, le 12/12/2013

Hollande Est Le « Troufion » D’ Obama !

attention-300x225

Le trouble jeu de la France en Centre-Afrique.

La France n’est-elle pas plus qu’une simple compagnie de CRS de l’Oncle Sam ?
Comme nous le craignions dans nos précédentes éditions, le scénario à l’ivoirienne semble dramatiquement se répéter en République Centrafricaine.
Une fois de plus la France intervient militairement avec le blanc-seing de l’ »ONU », pour officiellement mettre fin à des massacres de civils et « sauver des vies humaines », selon son super-président « François Hollande » et le Ministre des Affaires Étrangères, le philanthrope « Laurent Fabius ».
Charitables déclarations et louables intentions  qui masquent difficilement la responsabilité et surtout l’implication de Paris, dans la déstabilisation de ce pays, majoritairement chrétien, livré à une rébellion musulmane venue du Nord.
Pourquoi en effet avoir tant tardé pour intervenir, alors que la France maintient sur place une force militaire et ne peut ignorer les affrontements meurtriers opposant depuis de nombreux mois des groupes d’autodéfense de villageois, surnommés « anti-balaka » (ou anti-machettes) à l’ex-rébellion « Séléka ».
Une alliance de groupes hétéroclites arrivée justement au pouvoir en chassant l’ancien président « Bozizé » en mars 2012… avec la bénédiction tacite de Paris !
Alors volonté politique ou impuissance diplomatique ?

Les enjeux de cette nouvelle opération militaire française, baptisée Sangaris, semblent multiples.
Bien que classé parmi les pays les plus pauvres de la planète, en raison de son instabilité, la Centre-Afrique dispose de riches ressources en bois, or, diamants et uranium.
Les nouvelles forces armées centrafricaines qui ne sont en réalité qu’un ramassis de milices incontrôlées n’obéissant qu’à des seigneurs de la guerre locaux, mettent le pays sous leur coupe réglée.
Sous couvert d’intervention humanitaire et de sécurisation d‘une région, que la France a pourtant sacrément contribué à perturber depuis 2011, notamment en Libye et en Côte-d’Ivoire, Paris cherche surtout à s’assurer du contrôle des ressources.
Quitte pour cela à conforter un pouvoir minoritaire et illégitime, en désarmant des milices chrétiennes qui chercheraient à se venger sur des populations musulmanes, notamment d’origine « Peules », des multiples exactions, violences et pillages à répétition dont elles sont victimes.
Rien de mieux en tout cas pour attiser un conflit ethnico-confessionnel que de croire qu’un gouvernement d’obédience musulmane puisse diriger un pays comportant 80 % de chrétiens.
À ce stade, ce n’est plus de l’incompétence mais une réelle politique de tension permanente et les masques tombent enfin, malgré les grandes déclarations de principe prononcées lors du sommet sur la sécurité et la coopération qui se tient actuellement.

Paris semble avoir lâché l’Afrique.

Ou en tout cas s’être mis en retrait au profit du bloc atlantiste, États-Unis en tête, qui entendent diriger les opérations et superviser progressivement l’ancien pré-carré français.

La « Françafrique semble » avoir cédé le pas à l’ »Américafrique » comme le déclare « Patrick Mbemko », auteur de plusieurs ouvrages de géopolitique.

Le projet est dorénavant connu :
Remodeler le monde en fonction de la nouvelle guerre économique mondiale qui a débuté, et dont l’Afrique sera l’un des champs de bataille, au propre comme au figuré.
Aucun pays ne pourra rester neutre et les chefs d’état africains n’ont guère le choix.
Soit ils alignent leurs pays sur les visées atlantistes et ils se maintiennent au pouvoir.
Soit ils passent outre et ils se retrouvent dans le camp des parias, mis à l’index des nations « éclairées » et s’exposant à des rébellions qui trouveront toujours, miraculeusement, les fonds nécessaires pour armer et entretenir une troupe de plusieurs milliers d’hommes, capables de mettre en échec les armées nationales.

Le but est clair :
Verrouiller au plus vite le continent africain face à l’avancée commerciale des pays émergents comme la Chine, la Russie ou le Brésil.
Pour cela il faut s’approprier rapidement les terres agricoles, les ressources énergétiques ou l’exploitation des richesses minérales.
Mais il faut aussi contrôler les corridors d’évacuation comme la « route transversale » qui traverse l’Afrique D’est en Ouest, de l’Océan indien au Pacifique et passe… par la république centrafricaine.
Étrangement aucun expert médiatique français n’aborde ces questions.
On se contente seulement d’appuyer la version officielle d’une urgence humanitaire.
Certains allant même jusqu’à dénier toute légitimité à la moindre réserve ou critique prononcée.
Le syndrome rwandais oblige, la culpabilisation artificielle de la France joue parfaitement son rôle de censure psychologique et politique.

Toutes ces guerres humanitaires dissimulent en réalité des opérations néo-coloniales qui n’en portent pas le nom.
« L’intervention française sera rapide, elle n’a pas vocation à durer et je suis sûr de son succès », c’est la dernière déclaration d’Hollande-le-va-t-en guerre.
Souhaitons-le en tout cas.
Car comme personne ne semble se bousculer pour financer cette opération, ni l’ONU, ni l’Union Européenne, ni les sociétés privées qui pourtant tirent d’énormes bénéfices de leur situation sur place, il faut souhaiter effectivement que cette probable victoire tactique, ne se transforme en une défaite stratégique, faute de financements.
À moins que comme, certains le supputent, Paris ne consente à supporter toute la charge financière.
La « Hollandie » en est réduite à rendre de martiaux services en échange d’une partie de sa dette, de son déficit ou de délais supplémentaires à titre de remerciements dans le cadre des relations économiques et politiques avec l’Afrique, espérant ainsi redorer l’image ternie de « Monsieur Bricolage ».
Les militaires français coûtent moins cher que les intérêts de la dette.
On comprendrait dès lors plus aisément le retournement stratégique français général et son alignement sur des intérêts contraires aux siens.
Comme l’écrivait « François de La Rochefoucauld » :
« Quand on croit servir les autres, on ne fait que se servir à travers eux ».
fin de citation.

Tout homme a son prix et il est indéniable,  en tout cas, que même en temps de crise financière, l’argent demeurera toujours le nerf de la guerre.

http://www.prorussia.tv  du 09/12/2013

 

 

Depuis le 09 décembre, nos forces ont déjà eu des morts en Centrafrique alors que l’argent des contribuables Français est largement dépensé pour les déplacements du gouvernement dans le même temps.
Combien d’immigrés reviendront dans notre hexagone quand nos troupes rentreront ?
Nous ne sommes plus chez nous, nous sommes dans un immense camp de réfugiés africains, la population qui déambule dans nos rues a changé de vêtements, parle DES langues inconnues.
Certains doivent parler Français puisque les télés, les pubs même, leur donnent leurs micros et braquent leurs caméras sur eux neuf  fois sur dix, ce ne sont pas des européens blancs mais des noirs, nés en France ou non, des noirs dont l’habitat n’est pas sous notre latitude.

Marre D’Etre Taxés De Racisme !

IMMIGRATION.

Nous casquons sans arrêt pour l’immigration africaine !

Madame « Taubira », avec toute sa clique « d’intellos-gauchos-bobos-méprisants », doit impérativement cesser de nous saouler avec le soi-disant racisme anti-noir, « pour elle il n’y a que celui-ci qui compte »… !
A votre avis madame la Garde des Sceaux, si les travailleurs-contribuables français, déjà largement ponctionnés en prélèvements sociaux, impôts et taxes divers, (dont le rythme croissant s’affole même en période dite « de pause fiscale » par l’injuste gouvernement auquel vous appartenez) n’avaient pas en plus, la générosité de donner encore et toujours aux « Restos du cœur », comment feraient donc ces pauvres femmes, engrossées la plupart du temps par des machos infantiles et irresponsables ne sachant pour beaucoup d’entre eux « travailler » uniquement qu’avec ce qui leur sert de cerveau, pour nourrir leur nombreuse progéniture ?
Un peu facile de considérer la femme uniquement comme un réceptacle à leur plaisir égoïste, et de la laisser ensuite assumer seule l’entretien et la (non) éducation des enfants,  dont ils se foutent comme de leur premier boubou,  surtout si ce sont des filles !
Mais pourquoi se gêneraient-ils puisque par exemple, comme le rappelle « Hervé Roubaix » dans « Dreuz Info »,  sur certains sites africains il est précisément indiqué les différentes combines pour venir s’installer en Europe, et notamment en France.
Et une fois sur place, qu’ils soient en situation régulière ou clandestins … grâce aux bons soins de la cynique « Duflot », avec son projet de loi pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové (« Alur »… venant de la part de quelqu’un qui n’en a aucune, ce serait presque risible si ce n’était pas si tragique pour les contribuables), les clandestins non européens pourront exiger des autorités un toit pour leur famille, en vertu du droit opposable au logement.

Ce qui n’est pas précisé, mais il faut savoir lire entre les lignes, c’est que bien entendu, forts de leur bon droit, ces immigrés clandestins, seront forcément prioritaires sur les citoyens lambda … qui n’auront qu’à continuer à attendre indéfiniment qu’un appartement se libère miraculeusement pour eux… et à la cadence des immigrations qui nous sont imposées, ce ne sera pas demain la veille !

En attendant ces « vilains racistes français » iront se geler les fesses les matins d’hiver, pour se rendre à leur travail … pendant que les étalons étrangers, dûment soutenus par nos irresponsables officiels et leurs complices, attendront benoîtement que tombe la manne à laquelle « ils ont droit », car qu’ils soient lettrés ou non, s’il est une chose qu’ils connaissent tous parfaitement en mettant un pied sur notre sol, c’est la liste de leurs droits !
En revanche inutile de leur parler de leurs devoirs (entre autre de respecter nos lois et nos us et coutumes) sans se faire agonir d’insultes tournant toujours autour du même thème : sales racistes !
J’espère que les flops à répétition qu’ont endurés les différents concerts de pleureuses professionnelles, destinés à enfumer les électeurs au sujet d’un soi-disant racisme des citoyens français, auront prouvé à qui de droit, qu’ils ne font plus recette et qu’il va donc falloir trouver autre chose pour continuer à cracher sur ceux à qui dame « Taubira » et ses clones doivent pourtant leurs mirobolants salaires… ainsi que tous les avantages, privilèges et passe-droits dont ils bénéficient outrageusement.

Il est déjà extrêmement pénible d’assister impuissants à la gabegie de ce gouvernement, dont la ligne de conduite est « un besoin (pour eux) = un impôt nouveau (pour nous)« , pendant que rien n’est fait, ou si peu hormis des parlotes, pour régler des problèmes qui demanderaient pourtant qu’on se penche enfin sérieusement sur eux !
Alors se faire injurier à tous propos, rabaisser plus bas que terre, et désigner comme uniques responsables de tous les maux de la planète … c’est un peu fort de café, et sans plus tergiverser, je ne pense pas m’avancer beaucoup en me faisant l’interprète d’une grande partie des patriotes pour hurler en leur nom à tous :
«  Y EN A MARRE ! »

Surtout que la synthèse de la situation est toute simple :
Que ceux qui ont à se plaindre du comportement insupportable des citoyens français, fassent immédiatement leurs valises et repartent sans plus tarder dans leurs si beaux et si regrettés pays(au point de vouloir calquer ici les usages de là-bas)… ils cesseront ainsi enfin de souffrir, et nous serons soulagés de ne plus entendre leurs jérémiades … On se demande d’ailleurs pourquoi ils veulent tant venir ici, malgré la sale réputation qu’on nous fait ?
Pour les sous ?
Ah oui, j’oubliais…
J’entends d’ici l’armée des bobos compatissants :
« Mais de quoi vivront-ils, leurs pays sont si pauvres » ?
Parce que la France est riche peut-être ?
Et puis « Tonton Hollande » a été plus que généreux depuis dix-huit mois, non ?
Et que je te gomme une dette par ci, et que je te fais de généreux prêts (à perte de vue) par là, et que je t’envoie des soldats faire le ménage qu’ils n’ont pas le droit de faire ici …
Stop !

Dans la vie on ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre…
Et nous les Français nous n’aurons bientôt plus de quoi acheter du beurre… !
Alors tant qu’à avoir des « beurs » et autres immigrés sur les bras, autant qu’au moins ils aient l’air satisfaits et reconnaissants, et cessent une bonne fois pour toutes leurs pleurnicheries, ou alors retour à la case départ !
Et ça n’est pas négociable !

Josiane Filio

http://ripostelaique.com  du n°  333, le 11/12/2013

Une Perversité Trop Longtemps Cachée.

picsou

Du cannibalisme à la pornographie chez Walt Disney

Aux États-Unis, le 1er mai 1989, une jeune femme de vingt-neuf ans, « Vicky Polin », apparaît sur le plateau de télévision de la célèbre animatrice « Oprah Winfrey ».
Elle révèle que sa famille fait partie d’une secte satanique qui remonte au XVIIIe siècle :
Ses proches exercent même les professions honorables d’avocat, de médecin ou d’agent de police.
Derrière cette apparente respectabilité, ils s’adonnent à des sacrifices humains, à l’inceste et au cannibalisme.
Ils boivent le sang de bébés assassinés.
Évoquant l’existence des « Illuminati », « Vicki Polin » explique que ces rituels sont effectués « pour acquérir du pouvoir ».
Elle raconte avoir « été forcée de sacrifier des bébés ».
Violée par son père, elle a  avorté cinq fois.
Sa thérapeute, le Docteur  »Tina Grossman » affirme avoir traité plus de quarante survivants américains, victime du satanisme.
Ce témoignage précis atteste que le satanisme est bien la religion la plus secrète et la plus élitiste :
De fait, la pédophilie est bien un piètre mot servant de paravent à des rites cannibales et sacrificiels.
« Walt Disney », que le pasteur « Fritz Springmeier » présente comme un « Illuminati » (au même titre que « Russell », fondateur des « Témoins de Jéhovah », « Rockefeller », « Rothschild »,…) vantait ces pratiques à seule fin d’implanter le satanisme au cœur de la société et de la jeunesse la plus tendre.

En 1993, sous la direction de l’entreprise Disney, la chaîne « ABC » produit la série « Wild palms » mettant en scène des procédés exploités pour le Contrôle mental.
L’histoire traite d’enfants enlevés qui seront programmés pour tuer.
Le film aborde les dynasties « Illuminati » et les mariages arrangés.
Les enfants esclaves, éduqués pour répondre à des déclencheurs ou des codes, appellent leurs maîtres principaux « papa » ou « maman ».
Le scénario se déroule dans un réseau souterrain avec une entrée secrète accessible à partir d’une piscine.
Le metteur en scène « Bruce Wagner » est considéré comme proche des cercles « Illuminati ».
Cette diffusion démontre l’arrogance des programmateurs quant à leur entreprise criminelle sur des milliers d’enfants et l’abrutissement du public qui s’amuse d’une histoire sans jamais soupçonner le reflet de la réalité.
Ce récit est d’autant plus troublant que « Walt Disney » adopta étrangement cinquante enfants du tiers-monde dont la disparition alimente les rumeurs les plus sombres.
Ce sataniste de haut grade fit également l’apologie du cannibalisme en déclarant que cette pratique est un « triomphe de l’esprit humain ».

Dans le film « Alive », les survivants d’un crash d’avion consomment de la chair humaine.
En 1925, dans « Alice cans the Cannibals », Alice et son chat roulent au bord d’une falaise, quand ils tombent dans l’océan et sont emportés par une tempête sur une île inconnue au nom évocateur de Cannibal Islands. Les deux  compagnons sont poursuivis par les indigènes.
Le duo met en œuvre des subterfuges pour échapper à la marmite des sauvages.
En 1930, dans le dessin animé « Cannibal Capers », quatre cannibales dansent au rythme d’instruments ornés d’os.
Ils jouent avec des crânes humains, lorsqu’un lion interrompt les festivités et provoque des courses poursuites dans la jungle.
Le film« Pirates des Caraïbes » raconte l’histoire du Capitaine « Jack Sparrow » et de « Will Turner » poursuivis par des cannibales.
En 1954, dans « Spare the Rod », « Donald » est aux prises avec trois gentils pygmées cannibales qui s’aventurent dans son  jardin.
Ses neveux (trois petits canards) ont décoré leur cabane avec un pentagramme, symbole démoniaque et des organes sexuels masculins.

« Joe Roth », directeur des studios « Walt Disney », dirige des filiales du géant cinématographique comme « Touchstone », « Miramax » et « Hollywood Pictures ».
Ses sociétés servent à « Disney » pour la production de films pornographiques.
Car en secret, Walt Disney est aussi un roi de la pornographie.

Laurent Glauzy

http://france.eternelle.over-blog.com  du 11/12/2013

Peut-on Dire Tels Parents, Tels Enfants ?

bonnet d'âne

Ne faut-il pas les mêmes compétences pour éduquer et être à la tête de l’Etat ?

L’hebdomadaire « Valeurs Actuelles » révèle que le fils de la « première concubine de France » a subi plusieurs interpellations, pris en flagrant délit alors qu’il cherchait à s’acheter de la drogue.
Il aurait été attrapé par la « BAC » (« Brigade anti criminalité ») dans une zone de sécurité prioritaire (« ZSP ») située à Saint-Ouen (93) alors qu’il essayait de se procurer du cannabis pour son anniversaire.
Il aurait ensuite échappé à la procédure policière. Le rapport de police indique clairement,selon « Le Point », qu’il aurait bénéficié d’une clémence particulière.

Le fils de « Marisol Touraine », ministre des Affaires sociales et de la Santé, a récemment été condamné à trois ans de prison ferme pour extorsion de fonds, quant à « Thomas Fabius » fils du ministre des Affaires étrangères, il fait l’objet d’une information judiciaire pour « faux », « escroquerie » et « blanchiment » dans l’affaire d’un appartement parisien acheté 7 millions d’euros alors qu’il ne paie pas d’impôts.

« Fils de socialiste »,  bientôt une insulte ?

http://fr.novopress.info  du 10/12/2013

 

§§§§§§§§§§

Le fils  de Valérie arrêté puis relâché sans la moindre poursuite.

Etre le fils de la compagne de François Hollande permet visiblement de bénéficier de passe-droit.
Selon le magazine people « Closer », un des trois fils de Valérie Trierweiler a fait l’objet de plusieurs interpellations par les forces de l’ordre en flagrant délit pénal sans qu’il ne s’en suive la moindre poursuite judiciaire.
L’une d’entre elles remonte au 23 octobre 2012.
« Le Point,«  qui a pu accéder au compte rendu de la brigade anti-criminalité, décrit les faits :
Le jeune homme a été arrêté dans une zone de sécurité prioritaire (« ZSP ») située à Saint-Ouen (93), alors que celui-ci, accompagné de deux de ses amis, cherchait à se procurer du cannabis à l’approche d’un anniversaire, selon sa déclaration faite aux gardiens de la paix.

Quelles ont été les conséquences ?
D’après la conclusion du rapport, le fils de « Trierweiler » semble avoir échappé à une procédure policière avec avis du parquet (dont font l’objet les interpellations en « ZSP », très encadrées) et à une amende, censée frapper tout acheteur de shit depuis le mois de septembre 2013.

On peut ainsi lire dans le rapport :
« Nous avons pris contact avec l’officier de sécurité (Ndlr : « du fils de Valérie Trierweiler »).
Afin de lui faciliter la prise en charge, nous l’avons pris à notre bord pour le confier à X avec lequel nous avions rendez-vous à la porte de la Chapelle à 17h40.
Nous lui avons rappelé que, pour cette action, nous nous trouvons en porte à faux…de ne pas avoir fait notre travail d’anti-criminalité…ni de devoir rendre compte des faits au vu du caractère récent et sensible de la création de la zone de sécurité prioritaire
 ».

Il aurait donc bénéficié d’une clémence excessive.

Une affaire qui n’est pas sans rappeler une autre du même acabit :

 Christiane Taubira a tenté de faire annuler la condamnation de son fils.  

http://www.valeursactuelles.com  du 09/12/2013

Bien Mal Acquis Ne Profite Jamais.

Prix-nobel-de-la-paix

Ce n’est pas « Nelson Mandela »mais

« Frederick de Klerk » qui a aboli l’apartheid !

Depuis sa mort, tous ceux qui ne croient ni à Dieu ni à diable se sont trouvés une icône devant laquelle ils brûlent des cierges en déférence :
Nelson Mandela.
Au point, presque, de réclamer sa canonisation immédiate. « Santo subito ! »
Mais Mandela n’a pas réalisé de miracle.
Ni avant, ni après l’abolition de l’apartheid… qui n’est pas de son fait !
Il est même responsable de crimes de sang.

Si l’Organisation des Nations unies a fixé au 21 mars la Journée mondiale de la lutte contre la ségrégation raciale, c’est en réfé­rence à la tragédie qui s’est déroulée le 21 mars 1960 à Sharpeville, en Afri­que du Sud.
Ce jour-là, la police, assiégée par plusieurs milliers de ma­­ni­festants réunis à l’appel du « Congrès national africain » (« ANC ») et prise de panique, a tiré sur la foule.
On relèvera 69 morts.
« Nelson Mandela », qui va sur ses 43 ans, est un cadre de l’ »ANC ».
Plutôt anticommuniste et plutôt non violent.
Cela ne va pas durer.
Il considère que la stratégie de l’ »ANC » – qui va être interdite – a échoué.
Qu’il faut adopter la stratégie marxiste du cycle provocation/répression, afin d’amener les mas­ses à se soulever contre le pouvoir afri­kaner.
Qu’il faut donc en venir à la lutte armée…
C’est ainsi qu’en cette année 1960, « Nelson Mandela » crée la branche militaire de l’ »ANC » – sa branche terroriste –sous le nom de « Umkhonto we Sizwe » (connu aussi sous le nom de MK), qui signifie « fer de lance de la nation ». MK est codirigée par « Mandela » et par « Joe Slovo », le chef du Parti communiste sud-africain, clandestin, formé à l’université « Patrice Lumumba » de Moscou, de huit ans son cadet.

La branche militaire de l’ »ANC » fondée par « Mandela »

C’est « Nelson Mandela » en personne qui va rédiger le plan de « passage graduel » à la lutte armée.
Première étape : les sabotages.
Deuxième étape : la « guerre de guérilla », planifiée en cas d’échec politique de la première, théorisée par « Che Guevara ».
L’un de ses camarades de combat décrira la première étape :
« Faire exploser des lieux symboliques de l’apartheid, comme des bureaux du passeport interne, la cour de justice pour natifs, et des choses comme ça…
Des bureaux de poste et… des bureaux du gouvernement. »
De 1961 à 1964, près de deux cents attentats et sabotages sont perpétrés !
Si « Mandela » est arrêté en 1962 – et con­damné –, ce n’est pas donc parce qu’il s’oppose à l’apartheid.
C’est parce que les moyens qu’il emploie et les équipes qu’il commande se livrent au terroris­me.
C’est aussi parce qu’il bénéficie d’importantes aides de l’étranger : financières (c’est lui qui est chargé de trouver les fonds) et matérielles.
L’Algérie tout juste indépendante l’a accueil­li pour le former aux actions mi­litaires…
« Umkhonto we Sizwe » n’arrête pas ses actions avec l’incarcération de « Mandela ».
Quelques mois après sa condamnation, les dispositions qu’il a prises avant d’être emprisonné permettent à « MK » de disposer d’un appareil militaire solide.
On estime alors ses forces à près d’un millier d’hommes, répartis dans des camps en « Angola », en « Tchécoslovaquie » et en « Russie ».
Dans la guerre entre l’Est et l’Ouest, l’Union soviétique utilise la branche militaire de l’ »ANC » comme une arme de déstabilisation de l’Afrique du Sud.
Et le signal de l’offensive sanglante est donné, depuis « Moscou », après les émeutes de Soweto en 1976.
En 1977, l’organisation créée par « Nelson Mandela » fait ses premiers morts sur le sol sud-africain.
Des opérations avaient dé­jà eu lieu en Rhodésie, où les terroristes de « MK » œuvraient, à la place des Soviétiques, pour renverser le régime.
Les attentats feront, au total, plusieurs centaines de victimes si l’on compte les victimes de cette bonne vieille pratique stalinienne : les purges internes à l’organisation.
Et « Umkhonto we Sizwe » regroupera, à son apogée, plusieurs dizaines de milliers de membres.

C’est « Frederick de Klerk » qui a aboli l’apartheid !

Non seulement cette stratégie n’a servi qu’à tuer des victimes civiles, com­me en 1983 à Pretoria (19 morts, 217 blessés !), mais elle n’a pas joué dans le processus qui a abouti à la fin de l’apartheid, l’assassinat répété – systématique dans certaines régions – de fermiers blancs ayant plutôt renforcé la conviction, dans les sphères dirigeantes, qu’on ne pouvait décidément pas laisser ces gens-là s’emparer du pouvoir.
C’est là qu’intervient un homme dont il aurait été à tout moins honnête de rappeler le rôle ces derniers jours, plutôt que d’attribuer à « Nelson Mandela » un rôle qu’il n’a pas eu :
« Frederick de Klerk », qui recevra d’ailleurs, en 1993, le prix Nobel de la paix conjointement avec « Mandela ».
« De Klerk », qui a succédé à « Pieter Bo­tha » à la tête du pays en 1989, est celui qui, en toute discrétion, va aller négocier la paix avec les dirigeants de l’ »ANC » en exil ainsi qu’avec… l’Union soviétique !
« Pieter Botha » avait commen­cé à négocier avec « Mandela », lui sait bien qui est le donneur d’ordres…
Ce n’est qu’après avoir obtenu des Soviétiques, dirigés par « Gorbatchev », qu’ils n’interviendront pas dans le processus, que « De Klerk » se décide à autoriser l’ »ANC » et à libérer « Nelson Mandela », dont la première déclaration, le 11 février 1990, est pour dire :
« Notre recours à la lutte armée en 1960 avec la formation de l’aile militaire de l’ »ANC » était purement une action défensive contre la violence de l’apartheid.
Les facteurs qui ont rendu nécessaire la lutte armée existent toujours aujourd’hui.
Nous n’avons aucune option à part continuer.
Nous espérons qu’un climat propice à une solution négociée existera bientôt, ce qui rendra inutile la lutte armée. »
C’est le même jour qu’il déclare :
« Je suis là devant vous non pas comme un prophète mais comme un humble serviteur du peuple », la seule phrase – tellement plus conforme à l’icône forgée durant ses années de captivité par « Winnie Man­dela » et par l’appareil de propagande de l’Union soviétique – qui ait été retenue de son discours en Europe.
Il faudra attendra le 6 août suivant pour qu’il proclame… la fin de la lutte armée.
A l’égard des Blancs mais aussi à l’égard des Zoulous, qui auront payé un très lourd tribut à cette guerre raciale.

En 1992, c’est « Frederick de Klerk » qui abolira l’apartheid, s’appuyant sur un référendum auprès de la population blanche.

Mandela n’avait rien aboli du tout.

De même que s’il n’y eut pas de bain de sang, c’est d’abord à « Frederick de Klerk » qu’on le doit.

La suite est tristement classique.

Devenu président de la République d’Afri­que du Sud en 1994 – il le restera jusqu’en 1999 –, Nelson Mandela n’au­ra qu’un pouvoir relatif, étant assisté de deux vice-présidents, « Frederick de Klerk » et « Thabo Mbeki », de l’ »ANC », militairement et intellectuellement for­mé… à Moscou, notamment à l’un­­iversité Lénine !
Et le pays, soi-disant « arc-en-ciel », sombrera progressivement dans le chaos, sur tous les plans. Au point que « Frederick de Klerk » dénoncera publiquement, quelques années plus tard, le reniement de ses promesses par l’ »ANC » et l’incapacité de « Nelson Mandela » à contrôler ses troupes.

Un pays ruiné, à feu et à sang et vrai coupe-gorge !

La suite est classique, disions-nous, car « Nelson Mandela » était aussi peu fait que « Lech Walesa » pour diriger un pays, et les observations livrées par l’africaniste « Bernard Lugan », auteur d’une « Histoire de l’Afrique du Sud » (Perrin) qui fait autorité, sont sévères :
« Nelson Mandela n’a pas apaisé les rapports inter-raciaux.
Ainsi, entre 1970 et 1994, en 24 ans, alors que l’ »ANC » était “en guerre“ contre le “gouvernement blanc“, une soixantaine de fermiers blancs furent tués.
Depuis avril 1994, date de l’arrivée au pouvoir de « Nelson Mandela », plus de 2 000 fermiers blancs ont été massacrés dans l’indifférence la plus totale des médias européens. »
En 2013, poursuit « Lugan », « le chômage touchait selon les chiffres officiels 25,6 % de la population active au [deuxième] trimestre […], mais en réalité environ 40 % des actifs.
Quant au revenu de la tranche la plus démunie de la population noire, soit plus de 40 % des Sud-Africains, il est aujourd’hui inférieur de près de 50 % à celui qu’il était sous le régime blanc d’avant 1994.
En 2013, près de 17 millions de Noirs sur une population de 51 millions d’habitants ne survécurent que grâce aux aides sociales, ou « Social Grant », qui leur garantit le minimum vital. »
Et l’on y compte 16 000 meurtres et plus de 50 000 viols par an.
800 000 Blancs, peut-être un million, ont fui le pays.
Le ministère français des Affaires étrangères déconseille fortement de visiter l’Afrique du Sud hors des circuits balisés, car « les agressions contre les touristes, principalement motivées par le vol de leurs biens matériels ou objets de valeur, peuvent s’accompagner de violences graves (vols sous la menace d’armes à feu, piratages de voitures, viols, meurtres, etc.). »
Et les héros sont priés de s’abstenir :
« En cas d’agression, ne pas regarder son agresseur dans les yeux et ne jamais tenter de résister ou de se défendre.
Les agressions sous la menace d’une arme à feu ou d’un couteau sont courantes.
Il s’agit d’assurer à votre agresseur, qui peut être sous l’emprise de l’alcool ou de la drogue, de votre disponibilité à coopérer (sic !) et à lui remettre immédiatement vos valeurs. »

Ame de « Mandela », aie pitié de lui,  sors de ce pays !

Lionel Humbert

Les Psys Nous Empoisonnent La Vie !

manipulation-mentale-

Les Psys Et Leurs Complices Pharmaceutiques !

Qui est-ce qui nous coûte des millions,
Pseudo-science grosse comme un camion,
Grands airs, manières de spécialistes,
Grand comédien pour brouiller les pistes,
César du gentil bienveillant,
Oscar du rôle de charlatan ?
Les psys !
Qui nous invente des maladies,
A nous frères humains sains d’esprit ?
Qui fait de drôles de diagnostiques,
Et a bien-sûr la pilule magique,
Bien dévoué à la santé du fric
Des industries pharmaceutiques ?
Les psys !
Sourires aimables quand on les sonne,
Ils n’ont jamais guéri personne !
Mais pour eux la recette est bonne,
Dans le tiroir-caisse la monnaie sonne !
L’autre jour j’ai croisé dans la rue
Un sacré drôle d’hurluberlu,
La bave aux lèvres, le regard glauque,
Il trainait des pieds comme une loque.
Il m’a dit « Ça y est, je suis guéri ».
Moi, je vous laisse deviner par qui …
Les psys !
Qui est-ce qui veut, dans les écoles,
Mettre sous drogue nos petites idoles,
Et ainsi, comme tout bon marchand
S’assurer de futurs clients ?
Qui veut détruire nos petits chéris
« Au nom de la santé d’esprit » ?
Les psys ! Les psys !
Les psys ! Encore les psys !

Les psys nous empoisonnent la vie !
Oh oui, sans eux, quel paradis !
Les psys nous empoisonnent la vie !
Faut protéger nos petits chéris
De la « bienveillance » de toute cette clique
Et de leurs complices pharmaceutiques !
Les psys nous empoisonnent la vie !
Oh oui, sans eux, quel paradis !
Les psys nous empoisonnent la vie !
Faut protéger nos petits chéris
De tous ces drogueurs acharnés
Qui veulent « soigner » l’humanité !
…et prenez vos pilules d’Accrolon, de Flouzomax et de Suicidine tous les jours !
Les psys nous empoisonnent la vie !
Oh oui, sans eux, quel paradis !
Les psys nous empoisonnent la vie !
Faut protéger l’humanité
De la pseudo-science de toute cette clique
Et de leurs complices pharmaceutiques !
Les psys nous empoisonnent la vie !
Oh oui, sans eux, quel paradis !
Les psys nous empoisonnent la vie !
Faut protéger l’humanité
De la pseudo-science de toute cette clique
Et de leurs complices pharmaceutiques !
ÇA SUFFIT !!!

Paroles et musique:

JP4U

Maternité Ou Prostitution Pour Autrui ?

penalisation-clients

Liberté, prostitution, esclavage et polygamie

Une fois de plus la bien-pensance de gauche veut légiférer,  contrôler pour dominer.
Ils doivent avoir des complexes d’infériorité himalayens, pour essayer de tout régenter à ce degré-là.
Je n’ai pas de réponse globale sur la prostitution, mais j’ai écouté bien des femmes, analysé le pour et le contre, et cela ne m’a pas apporté une réponse univoque.

Sans doute car il n’y en a pas.

Le problème de ceux qui croient avoir des réponses absolues c’est qu’ils veulent aligner toutes les têtes.
On reconnait les totalitarismes, même parés des atours défraîchis de la bonne conscience de bazar,  à leur besoin irrépressible de formater les choses.
Pire encore, de formater les êtres.
Les féministes ont décrété que toute prostitution est dégradante.
Or des prostituées revendiquent haut et fort leur état, et elles ne sont pas du genre à se faire marcher sur les pieds par un client.
Elles veulent se prostituer, par choix.
Qu’en conclure, qu’elles aspirent à la dégradation volontaire ?
Si  des femmes souhaitent se prostituer, pourquoi les placer dans une situation juridique  fragilisante, sans pour autant leur faire arrêter le tapin ?
Il sera déjà difficile de surveiller le Net.
Et les réseaux de maquereaux patentés  développeront de manière plus discrète leur sale trafic d’êtres humains.

Là est le vrai problème, ces souteneurs qui martyrisent des êtres fragiles, les instrumentalisant pour les casser, puis les jeter.

Le socialisme préfère s’attaquer aux clients, plutôt qu’aux causes.
Et comme d’habitude on a ressorti l’exemple vaseux des pays nordiques.
Où ce type de loi moralisante est censé avoir fait régresser de 50% la prostitution.
Les réseaux, comme les indépendantes, se sont surtout mieux organisés.
On évite de mettre en lumière le problème des viols (notamment ceux commis par des immigrés sur des femmes forcément violables et martyrisables à merci).
En France on pénalise le client de 1500€, en oubliant de vraiment sanctionner les violeurs, qui n’ont plus beaucoup de soucis à se faire avec les fantaisies de la gauche.
Le client est un sale mâle pervers.
Le violeur, un  pauvre bichon qu’il faut materner !

Difficile de  voir le progrès.

Sans oublier l’égalitarisme illusoire de cette loi :
On attend avec impatience qu’ un pandore arrête un prince saoudien en train de besogner une mineure !

Cette loi bâtarde  pose des questions de logique :
-D’un côté,  on développe une démarche humaniste visant à accorder l’assistance sexuelle aux handicapés, en leur reconnaissant à juste titre le droit à une sexualité normale mais aidée (et rémunérée car les associations recevront comme toujours  des subventions!).
-De l’ autre, celui dont la femme est malade, ou qui est isolé, n’aura d’autre choix que l’onanisme ou l’abstinence.
Les féministes vont hurler que la femme n’est pas là pour apporter un soulagement sexuel à l’homme.
Exact.
Et vice versa, car il faudra alors évoquer le cas de ces étalons qui soulagent les mamies dorées sur tranche à Biarritz, etc.!

Tout dépend du contenu psychologique que l’on met dans cet acte sexuel.
Et du ‘rapport’ qu’elles ont  au corps.
C’est évident pour certaines prostituées.

Dans un monde qui promeut la liberté  individuelle, comment peut-on interdire d’avoir des rapports sexuels tarifés à un être humain qui dissocie la sexualité physique, de la sexualité amoureuse ?

La sexualité est une activité comme une autre :
On paie une aide soignante en hospice ou un proctologue…
ou des enfants esclaves pour fabriquer les smartphones sur lesquelles nos féministes bobos tapotent rageusement leurs états d’âme!
Elles ne feront pas la grève du ‘phone’ pour autant !
Alors que les prostituées volontaires semblent très claires sur leur rapport à cette activité puisqu’elles se qualifient de travailleuses du sexe.

Ce sont des groupes qui ont décidés que toute prostitution est une atteinte à la dignité.
Une fois de plus, la Gauche bêtifie dans le simplisme, enfermant tout dans le même sac.
C’est plus facile de gouverner un troupeau de moutons uniformes, surtout quand on possède une morale élastique.
La Gauche a forcé le peuple de France à gober un mariage pour tousdont il ne voulait pas, et  cette même gauche attend prudemment que les douloureuses élections de 2014 soient finies pour faire passer la « PMA ».

Donc des homos pourront louer des ventres.
Pour avoir des enfants à but de narcissisme mal digéré?

« Prostitution à la maternité »?

On n’éduque pas les garçons en leur offrant des dinettes, ils n’ont pas besoin de ça pour devenir de grands cuisiniers !

On soutient le « gender » au lieu d’affirmer la liberté du féminin et du masculin.
On veut noyer la féminité dans le droit pour l’homme d’acheter un ventre afin qu’il joue à la maman qu’il ne sera jamais,  au lieu d’accepter le viril et la féminité.
On veut éradiquer la prostitution libre pour enfermer les femmes dans le seul vouloir des hommes qu’elles épousent.
Certaines femmes ne font qu’empêcher le progrès de l’égalité vraie des droits  pour tous, sans distinction de sexe.
Le premier combat des femmes devrait s’appeler LIBERTE.
Il vivifie tous les autres.
Après, que certaines la jouent camionneuse, ou lolita, respectons le.
Comme l’amour homosexuel.
Personne ne vous demande de comprendre que deux hommes s’aiment.
Il suffit de les accepter au nom de la liberté.

En quoi des êtres qui  veulent se prostituer  librement les dérange autant ?

J’ai une petite idée.
Le porte flambeau de cette loi possède, sauf erreur, la double nationalité franco marocaine.
Ou plutôt marocco-française.
Possède-t-elle une double religion ?
On peut en douter.
Elle a le droit d’avoir la religion qui lui convient, ou de ne pas en avoir, ce qui serait une bonne chose pour tout le monde.
Mais la question de la religion titille désagréablement.
En effet, si nous avons la « chance » d’avoir des sous-marins au cœur du pouvoir républicain, demandons-nous à quoi servent ses sous-marins, ou plutôt qui servent-ils ?
Vraiment.

La prostitution volontaire est  un acte de liberté.
De liberté féminine.
Cette liberté de la femme que l’Islam terrifié, condamne à tous niveaux,, lui préférant les simulacres hypocrites  du « mariage temporaire » ou du « jihad du sexe ».
Mieux vaut enfermer la femme dans la prison du mariage basé sur la « Charia », la contraindre à subir le labourage ‘gratuit’ et une  polygamie contre nature, qui la réduisent à être un ventre anonyme voué à la reproduction de l’ »oumma ».

La question de la liberté était réglée pour les hommes, puisque les musulmans castraient les esclaves mâles.

Donc la prostitution féminine ne saurait convenir à l’Islam, car c’est une revendication des femmes à faire ce qu’elles veulent de leur corps, même le vendre pour du plaisir.
Ce plaisir que l’Islam veut contraindre plus que tout et museler dans le cadre de la « Charia ».
Comme si le plaisir et l’Amour étaient affaire de religion et de loi.
Le plaisir fait partie du champ du libre arbitre.
Les totalitaires n’aiment jamais l’idée de la femme libre.

Un sage nommé Jésus a dit que :
« la loi est faite pour l’homme et non l’homme pour la loi ».

Il  pardonna à la femme adultère, lui conseillant de ne plus pêcher car il n’aurait pu la sauver encore.
C’était il y a 2000 ans.
Il  nous a  ainsi prévenu sur les dégâts qu’implique toute loi aveuglément normative,  qui  se révèle surtout autoritaire.

Certes, personne ne devrait être obligé à se prostituer  !
C’est le combat à mener
, afin de libérer toutes les victimes de l’esclavage sexuel.
Mais un monde de liberté, doit être capable de penser aussi une prostitution indépendante, qui sera un choix d’adulte.
En protégeant  ceux  qui font ce choix.

Dans les temps antiques, la prostitution était sacrée et pratiquée dans les temples dits païens.
Les anciens savaient voir le sacré en toutes choses sans devenir pudibonds pour autant.
Cela appelle à la prudence sur les idées trop définitives en matière de sexe et d’amour.
Sur la police de la pensée qui veut tout déterminer pour les autres.
Eduquons plutôt les enfants au respect, et les femmes à rester libres, quelle que soit la voie qu’elles emprunteront.
En effet, si  les enfants  étaient éduqués au respect de l’autre, nul doute que les relations des hommes avec les femmes, mêmes prostituées, seraient d’une autre qualité.
Quand on entend de délicates racailles insulter LA femme sous toutes les coutures et l’estimer juste bonne pour le viol, on se dit que les féministes se trompent de combat.
Et qu’elles préparent, même sans le voir, les voies d’une radicalisation fondée sur une prétendue décence de la femme !

Mieux vaut une libre putain qui a toujours le choix qu’une esclave « niqabée » qui n’en a plus aucun.

Il n’y a pas à choisir entre la sainte et la putain, certaines sont même les deux !
Quand le féminisme dira son fait aux islamistes et qu’il se dressera contre l’atteinte à la dignité de la femme dans le cadre religieux, il redeviendra crédible.
Ce n’est pas en essayant de tout laminer à coup de couper-copier-coller improbables entre les hommes et les femmes que nous résoudrons les vrais problèmes, à commencer par ceux, certes réels, qui concernent le monde de la prostitution.
Quant à la pudibonderie, elle n’est qu’ écoeurante, surtout quand elle sert à masquer le vice de la fausse vertu, élevée au rang d’étendard politico-religieux. Dans tout ce fatras, seules les femmes sont perdantes. De même que la Liberté.

Vous saurez quoi répondre quand un ignare vous dira :
« toutes des putes, sauf ma mère » !

A bon électeur genré, salut !

Lucie Clavijo

http://ripostelaique.com  du n° 332, le 08/12/2013

Notre France N’est Plus Respectée

harlem shake

Quand nos prisons deviennent des Club Med…

Le message de « Christiane Taubira » a manifestement été « reçu 5 sur 5″ chez les malfrats.
En plein marasme insécuritaire, drôles d’images que celles qui nous sont parvenues de Montmédy dans la Meuse.
On peut y voir des détenus effectuer un «  »Harlem Shake » », cette danse consistant à improviser en trente secondes des mouvements déstructurés avec des gais lurons masqués.
Mariages, casernes de pompiers ou encore écoles, cette mode a donc infiltré une de nos prisons françaises.

Si le côté « bon enfant » peut évidemment prêter à sourire, on peut en revanche s’étonner de voir de pareilles images en direct de nos prisons.
Outre la question soulevée des complicités (qui a fourni les téléphones portables et les vestes d’uniforme de gardien ?), on ne peut que constater la déliquescence de l’autorité de l’État, une fois de plus.
Si notre pays ne se trouvait pas dans un tel état de délabrement sécuritaire, on pourrait juste se dire que certains employés de l’administration pénitentiaire agissent avec beaucoup de légèreté mais cela intervient dans un climat particulièrement dégradé.

Alors que l’actualité a dirigé les projecteurs coup sur coup sur deux bijoutiers excédés par des braqueurs multirécidivistes, on ne peut que faire le rapprochement avec un discours qui déresponsabilise de plus en plus les criminels.
Loin de moi l’idée d’affirmer que tous les protagonistes de cette vidéo sont des bandits de grand chemin (après tout, en France, on risque davantage de prison pour des impôts non payés que pour un viol), mais il n’en demeure pas moins qu’à l’heure où on essaie de calmer nos concitoyens en leur disant que l’État est là pour assumer ses fonctions régaliennes, ces derniers peuvent légitimement se demander si les discours sont en accord avec les actes.

Cela montre une nouvelle fois que nos prisons sont des passoires.
Certes, cette fois-ci il ne s’agit « que » de téléphones portables, mais pour cette vidéo, combien de trafics de drogue, d’armes ?
Comment redonner confiance dans notre système carcéral qui souffre pourtant déjà d’un manque cruel de places ? Difficile également de ne pas faire le parallèle avec le message de madame « Taubira ».
À force de dire que les détenus sont des victimes du système, que la prison ne résout rien et qu’au fond « ce n’est pas grave », il ne faut pas s’étonner que des détenus prennent ce message au pied de la lettre.
Alors que le passage par la case prison est censé proposer une réhabilitation par la coercition, par la privation et par la mise à l’écart de la société, la réalité nous explose au visage :
Les prisons françaises sont en fait des lieux où on peut s’aménager des moments de déconne, des lieux où on peut choisir son menu à la carte comme le témoigne la récente controverse sur les menus « halal ».

Le fait est qu’aujourd’hui la prison, quand on y va, fait rire.
Pas tout le monde, car pour vous ou moi, ce sera un supplice, un purgatoire, mais les délinquants aguerris, ceux-là même que madame « Taubira » veut chouchouter et excuser, n’en ont plus peur.

La République ne fait plus peur !

La République n’est plus respectée !

Thibaut Ronet

http://www.bvoltaire.fr  du 06/12/2013

Minable Bilan Pour Nelson Mandela.

anc

Congrès National Africain

Le pays est plus divisé, plus cloisonné, plus éclaté que jamais.

En moins de deux décennies, « Nelson Mandela », président de la République du 10 mai 1994 au 14 juin 1999, puis ses successeurs, « Thabo Mbeki » (1999-2008) et « Jacob Zuma » (depuis 2009), ont transformé l’Afrique du Sud, un temps excroissance de l’Europe à l’extrémité australe du continent africain, en un Etat du « tiers-monde » dérivant dans un océan de pénuries, de corruption, de misère sociale et de violence dans lequel surnagent quelques secteurs ultraperformants, mais de plus en plus réduits, le plus souvent dirigés par des Blancs :

- Selon le Rapport Economique sur l’Afrique pour l’année 2013, rédigé par la Commission économique de l’Afrique (ONU) et l’Union africaine (en ligne), pour la période 2008-2012, l’Afrique du Sud s’est classée parmi les 5 pays « les moins performants » du continent sur la base de la croissance moyenne annuelle, devançant à peine les Comores, Madagascar, le Soudan et le Swaziland (page 29 du rapport), quatre pays en quasi naufrage…

- Le chômage touche environ 40 % des actifs et le revenu de la tranche la plus démunie de la population noire, soit plus de 40 % des Sud-africains, est inférieur de près de 50 % à celui qu’il était sous le régime blanc d’avant 1994.
En 2013, près de 17 millions de Noirs ne survécurent que grâce aux aides sociales, le Social Grant.

- Le climat social est empoisonné par les criantes inégalités nourries par les« Black Diamonds », ces nouveaux riches noirs, profiteurs insatiables et corrompus qui ont fait main basse sur l’économie du pays, affichant avec insolence un luxe ostentatoire.

- Les travailleurs des mines, exploités tant par les multinationales que par leurs nouveaux employeurs noirs, réclament des salaires décents à l’occasion de grèves qui prennent de plus en plus un caractère insurrectionnel, comme le 17 août 2012 à la mine de platine de Marikana où la police tira dans la foule des grévistes, faisant une quarantaine de morts et plus d’une centaine de blessés.
Quelle aurait été la réaction des médias européens si une telle répression s’était déroulée au temps du régime blanc ?

- Le pays est livré à la loi de la jungle avec une moyenne de 43 meurtres par jour.
Entre 1970 et 1994, en 24 ans, alors que l’ »ANC » était « en guerre » contre le gouvernement blanc, une soixantaine de fermiers blancs furent tués.
Depuis avril 1994, date de l’arrivée au pouvoir de « Nelson Mandela », près de 2.000 furent massacrés.

- La crise morale atteint des limites inouïes et la jeunesse sud-africaine a perdu tous ses points de repère.
Le 4 mars 2013, « Aaron Motsoaledi », le ministre de la Santé, a ainsi déclaré que 28 % des adolescentes noires entre 10 et 16 ans sont séropositives, contre 4 % des garçons de la même tranche d’âge, ce qui, selon lui, signifie qu’elles se prostituent à des hommes adultes.

- L’Affirmative Action a remplacé le mérite et la compétence par la préférence raciale ou communautaire au bénéfice des groupes raciaux dits« historiquement désavantagés », ce qui a largement contribué à ruiner des pans entiers de l’économie.

- Le pari qui était que la « RSA » allait décoller en raison de sa main d’œuvre noire à bon marché et de son encadrement blanc de haut niveau a été perdu car, depuis 1994, les Blancs diplômés quittent le pays, chassés par l’insécurité, les brimades diverses et la surfiscalité, ou bien ils se replient dans la région du Cap, seule province échappant encore à la mainmise de l’ »ANC » et à sa gestion clanique, dogmatique et corrompue.

- L’ »ANC » connaît de graves tensions multiformes entre « Xhosa » et « Zulu », entre doctrinaires post marxistes et « gestionnaires » capitalistes, entre africanistes et partisans d’une ligne « multiraciale ».
Un conflit de génération oppose également la vieille garde composée de « Black Englishmen », aux jeunes loups qui prônent une « libération raciale » et la spoliation des fermiers blancs, comme au Zimbabwe.

- Politiquement, le mythe de la « nation arc-en-ciel » s’est brisé sur les réalités régionales et ethno-raciales.
Le pays est en effet plus divisé, plus cloisonné, plus éclaté que jamais, phénomène illustré par les élections lors desquelles chaque communauté vote pour les siens.

Les perroquets de presse ne cessent d’affirmer qu’en 1994, grâce à « Nelson Mandela », la transition « pacifique » a pu se faire, en Afrique du Sud, ce qui aurait permis à la majorité noire de succéder sans cataclysme à la minorité blanche.

Là encore, la réalité est autre car le véritable artisan de cette révolution politique fut le président De Klerk.
Trahissant toutes les promesses faites à son peuple, ce fut en effet lui qui hissa « Nelson Mandela » au pouvoir :

- après avoir brisé la résistance des nationalistes afrikaners,
- après avoir désintégré une armée sud-africaine que l’ »ANC » n’était pas en mesure d’affronter,
- après avoir empêché la réalisation d’un État multiracial décentralisé, alternative fédérale au jacobinisme marxiste et dogmatique de l’ »ANC ».

Bernard Lugan

http://www.bvoltaire.fr  du 07/12/2013

Nouveaux Cons servateurs A La Française.

neocons.

Le prochain dîner de cons risque de vous rester en travers du gosier !

Messieurs du « Point », vous avez raison, je suis un vrai néo-con et hélas je ne suis pas tout seul, nous sommes même une majorité dans ce pays !
Je ne remercierai jamais assez « Le Point » pour sa couverture sur les « Néocons ».
Grâce à lui, après des années d’errements, je sais comment me définir.

Moi qui, lors de dîners interminables, quand fromages et rouge de Touraine libéraient la parole, ne savais comment me présenter.

Moi qui hésitais entre me dire patriote, populiste, nationaliste ou solidariste, tout en me demandant si ces mots en « iste » reflétaient bien la colère qui m’habitait chaque jour un peu plus.

Moi qui participais poliment à la « Manif pour tous » en ne voulant d’aucune manière déranger le bon ordonnancement des forces de l’ordre.

Moi qui m’excusais presque devant des fac-similés d’ »Alexis Corbière » d’avoir eu un grand-père mort pour la France pendant la Grande Guerre.
Je viens enfin de réaliser ce que j’étais vraiment grâce à cet hebdomadaire : un « néo-con » sans le savoir.

Et pourtant en réfléchissant, cette expression m’allait comme « Manuel Valls » aux antifas.
D’ailleurs, pour être honnête, ce n’était pas le début du mot conservateur qu’il fallait privilégier chez moi mais le mot lui-même, cette insulte de trois lettres que l’on entend si souvent dans mon Sud-Ouest natal.

Car comment justifier, même si je n’ai pas voté pour lui, que Monsieur Hollande soit président de la République et non uniquement du conseil général de Corrèze ?

Comment interpréter le fait que les partis de gauche comme de droite fassent depuis trop longtemps la même politique d’abaissement de notre pays sans que je sois capable de leur dire « basta », à la revoyure, cela suffit ?

Comment définir le fait que depuis dix ans je pèse mes mots, moi l’ancienne grande gueule de la gendarmerie alors que l’histoire des pandores risque de s’achever ?

Comment expliquer que j’ai tenté vainement de produire un long-métrage sur Camerone, le fait d’armes de la Légion (bien évidemment, je n’ai jamais trouvé les subsides nécessaires) alors que « Jamel Debbouze » peut, d’un claquement de doigts, trouver les sommes utiles à des films crachant sur l’armée et ces beaufs de Français.

Comment enfin expliquer que j’ai préféré déménager hors de quartiers « sensibles » et quitter la ligne 13 plutôt que d’apprendre à ma fille à résister aux sarcasmes et aux insultes des « jeunes » dans le métro ?

Certes, messieurs du « Point », vous avez raison, je suis un vrai néo-con et hélas je ne suis pas tout seul, nous sommes même une majorité dans ce pays !

Mais attention, car nous sommes de la race de ces cons qui, exaspérés par les politiciens, excédés par la classe boboïsée, peuvent redevenir intelligents.
Oui, ras le bol d’être un gentil, ras le bol de subir en attendant d’être jeté comme un préservatif dans les poubelles du progrès et du mondialisme.
Vous avez voulu ironiser sur nous, nous les invisibles, les silencieux, les résignés, vous n’avez fait que nous réveiller après un sommeil de plus de deux cents ans !

Méfiez-vous !
Si 2014 est dans quelques jours, 1789 est peut-être pour demain…
Aussi, c’est avec fierté que je reprendrai ces deux termes méprisants.
Vous nous avez donné, sans le vouloir, notre nouvel étendard !

Oui, nous sommes cette multitude de « petits Blancs », comme le dit « Aymeric Patricot », qui subissons mais, attention, plus pour longtemps car prenez garde que le prochain dîner de cons ne vous reste en travers du gosier !

Jean-Pierre Fabre Bernadac

http://www.bvoltaire.fr  du  01/12/2013

 

Soyons Tous A Paris Dimanche Prochain !

racisme

Et si nous faisions l’Union Sacrée contre le racisme anti-blanc ?

Nos gouvernants veulent voir disparaître notre histoire, chassée des manuels scolaires, remplacée par celle des empires africains.
Nous avons touché le fond de la haine « anti-Français », de la haine anti-blanc, la semaine dernière quand un certain « Joyce », se disant surveillant en école primaire, a tweeté sa jubilation parce que, systématiquement, il punit les petits « babtous » (toubab, en verlan, comprendre « tout blanc », mot originaire d’Afrique de l’Ouest).

Résistance républicaine n’aura les 5 ans requis pour porter plainte au tribunal contre le racisme qu’en 2015 : nous avons donc signalé la chose au procureur de la République.

Il y a une autre façon de montrer son refus et sa révolte devant ces actes inqualifiables qui touchent nos enfants.
C’est de défendre l’ensemble de nos traditions, de nos valeurs, de notre patrimoine, en nous unissant derrière notre histoire et notre héritage à la fois gréco-romain et chrétien, tous ensemble, main dans la main. Républicains et royalistes, bonapartistes et démocrates, chrétiens et athées, amoureux de 1789 et amoureux de Clovis, laïques et anti-laïques, en laissant derrière la porte nos divergences et nos ressentiments pour faire front, ensemble, avec le sentiment d’appartenir à la même nation, au même peuple.
Parce qu’ils sont en danger.

Nous sommes en guerre.
La guerre que nous font ceux qui veulent le Grand Remplacement dont parle « Renaud Camus ».

Face à eux, il faut faire l’Union sacrée.
Il nous faut faire, à une grande échelle, ce que nous avons réussi un certain samedi de juin 2012 à Vannes :
Un après-midi houleux consacré à l’immigration, avec des interventions de régionalistes, d’indépendantistes bretons, d’européistes… face à la jacobine souverainiste de service que je suis.
Cris, protestations, agressivité, échanges doux-amers…
L’ambiance était plus qu’électrique quand on vint nous annoncer l’arrivée menaçante de musulmans de la cité voisine avec cailloux et bombes lacrymogènes en l’absence de toute police, retenue, en petit effectif, à l’autre bout de la ville.

Et là, le miracle eut lieu.
Nous nous sommes tous retrouvés main dans la main pour faire face et, quand l’un des nôtres se retrouva en danger aux mains de l’agresseur, tout le monde fonça dans une mêlée hallucinante mais ô combien réjouissante.
Et victorieuse.

Comment dire la soirée que nous partageâmes ensuite sans la trahir ?
Comment dire ce sentiment euphorique que nos divergences n’avaient aucune importance face au danger, que nous appartenions au même peuple et que l’heure n’était pas à la lutte politique ?
Comment dire ce bonheur de l’accolade sincère de l’indépendantiste ayant traîné le Gueuse dans la boue tout l’après-midi à la jacobine, accompagnée d’une invitation à venir manger breton chez lui à la première occasion ?
Nous gardons tous un souvenir ébloui de ce jour.
Et c’est exactement cela que nous devons faire à l’échelle de la France.

Nos gouvernants veulent voir disparaître notre histoire, chassée des manuels scolaires, remplacée par celle des empires africains.
Ils veulent voir disparaître notre héritage chrétien :
-tantôt ils veulent remplacer deux de nos jours fériés chrétiens par une fête juive et une fête musulmane.
-tantôt ils chassent de l’espace public et même des écoles crèches et sapins, ou refusent les couronnes accompagnant la galette, parce qu’elles portent le mot chrétien « Épiphanie »

Chaque manifestation de « Résistance républicaine » est destinée à se battre contre ce remplacement de peuple et de civilisation.
Ce sera encore le cas dimanche prochain, nous partirons à 14 h place « Denfert-Rochereau » pour la défense de la laïcité et de nos fêtes chrétiennes, deux facettes de nos traditions et de notre identité.

Christine Tasin

http://www.bvoltaire.fr  du 06/12/2013

Notre Peuple En A Vraiment Ras-Le-Bol !

bonnets-rouges

Trois Français sur quatre s’attendent à une « explosion sociale »  proche !

À en juger par l’actualité récente, et la déferlante de Bonnets-Rouges bretons, la France renoue cet hiver avec les ébullitions régulières qui l’agitent de temps en temps.

Cette fois-ci, les mouvements de grogne ne prennent pas naissance dans le service public et ne sont pas alimentés par des syndicats orfèvres de l’immobilisme calculé, ce qui donne une dimension différente à ce qu’on observe :
les politiciens semblent un peu perdus, tant dans la majorité que dans l’opposition, pour gérer ou tenter de récupérer ces mouvements.

Et les hésitations des uns et des autres devant ces protestations fiscales s’expliquent notamment par le rapprochement difficilement miscible de revendications contradictoires.
-D’un côté, il semble évident que ces manifestations se basent sur un ras-le-bol fiscal que les dénégations des petits journaux de la gauche n’ont aucun succès à discréditer.
Oui, à l’évidence, le peuple en a assez de se faire tondre, surtout qu’en face s’accumulent les résultats pathétiques voire catastrophiques, en plus de dettes gigantesques que rien, dans la situation actuelle, ne permet de justifier réellement.
-D’un autre côté, on ne peut s’empêcher de noter les revendications, moins audibles mais bien présentes, d’une continuité des subventions qui arrosent assez généreusement la Bretagne.

Si le message de grogne fiscale est parfaitement compréhensible, celui d’une conservation des subventions l’est nettement moins :
Pour redistribuer, il faut d’abord aller ponctionner, et dans ce cadre, cette grogne comme beaucoup d’autres montre qu’elle comprend au moins une part de revendications purement catégorielles et qui échappe au bon sens économique.
Il semble logique d’accompagner la baisse de la pression fiscale, la baisse de la ponction, d’une baisse proportionnelle de la redistribution.
Ce raisonnement, peu semblent prêts à le faire ou, tout du moins, à le revendiquer haut et fort.

Pourtant, il y aurait tant à y gagner !

En effet, depuis des décennies de collectivisme plus ou moins discret, depuis le basculement de l’État français dans la redistribution tous azimuts, le peuple français s’est clairement habitué à l’idée que sans celle-ci, le pays sombrerait dans le chaos.
En cela, il aura été fort bien aidé par une classe de politiciens de plus en plus médiocres et démagogues, qui, dans le seul but de conserver ses prébendes, avantages et postes lucratifs, aura brossé le peuple dans le sens du poil, celui qui ne grattouille pas et ne remet en rien ses conceptions pourtant fausses.

Bercé dans l’illusion que cette redistribution, toujours croissante, pourrait fonctionner quoi qu’il arrive, toute une génération de Français s’est faite à l’idée qu’il en serait ainsi « ad vitam aeternam » :
Retraite, assurance santé, protection contre le chômage, aides de plus en plus nombreuses pour tous les petits et gros tracas de la vie, politique extrêmement accommodante de distribution de l’argent des autres (les riches ou les générations à venir, peu importe).
D’années en années s’est alors instauré l’idée que sans ces milliers de béquilles, le peuple tomberait, s’effondrerait, perclus de douleurs, de bleus et de ces horions infligés par, tour à tour, le (méchant) patronat, le (vilain) libéralisme, la mondialisation (ignoble) ou le capitalisme aussi triomphant qu’horrible, apatride et cosmopolite.

Et chaque jour, chaque mois, chaque année qui passent voient se multiplier les politiciens qui, ayant rangé leurs gonades dans un placard poussiéreux d’un autre siècle, abondent dans ce sens.
Tous se bousculent au portillon, prétendant avoir la bonne solution pour aider toujours plus de personnes, pour assister toujours plus de malheureux, pour protéger toujours plus de misérables et de nécessiteux.

Et plus ils « aident », plus il y en a.

Mais le peuple français a-t-il tant besoin d’aide ?

La France, cet hexagone aux paysages magnifiques, à trois façades maritimes, au centre de l’un des endroits les plus densément peuplés et les plus riches du monde, aux infrastructures routières nombreuses et bien entretenues, au réseau ferré développé, qui ne manque ni d’eau, ni de soleil, ni de terres arables, parcouru par des milliers kilomètres de fibre optique qui la placent dans les pays les mieux dotés en matière de télécoms, ce pays qui dispose d’une population vigoureuse et nombreuse, qui sait produire tant de richesses, ce pays a-t-il vraiment besoin de toutes ces aides ?

Où est passé le peuple qui vit naître sur son sol des individus comme les frères « Lumières », les « Blériot », « Michelin », « Foucault », « Eiffel » ou « Pasteur », qui révolutionnèrent le monde par leurs inventions et dont les bienfaits sont encore palpables aujourd’hui ?
Pourquoi un peuple qui découvrit le « PVC », inventa l’aspirine, le tube au néon ou le béton précontraint devrait voir dans l’avenir une telle menace au point de se recouvrir d’un gros maquis d’aides et de redistribution, couvertures si épaisses qu’on ne peut s’empêcher maintenant de les comparer à un linceul ?

Qu’est devenue la « patrie de Bastiat«  dont les écrits sont connus dans le monde entier mais soigneusement ignorés ici ?
Qu’est donc devenu ce pays qui réussit à produire, en 1789, une Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen qui servit et sert encore de référence en matière de droits essentiels ?
Où est passée la vigueur et le courage de ce peuple qui découvrit la moitié de ce qui allait devenir les États-Unis et le Canada, qui, il y a moins de deux siècles, tutoyait le premier empire mondial ?

Anesthésié par des décennies de confort aussi doucereux qu’artificiel issu d’un collectivisme de plus en plus intrusif, et de la création d’une dette colossale, le peuple a oublié qu’il n’a, en réalité, jamais eu besoin de ces tombereaux d’aides et de béquilles, de ces tonneaux de moraline épaisse et gluante qui l’empêchent à présent de progresser.
Toujours plus replié sur lui-même, regardant avec obstination vers le passé, tremblant de peur à l’idée de se projeter dans l’avenir, il a laissé les clefs du pays à une clique de parasites politiques, syndicalistes et corporatistes qui se sont empressés de piller tout ce qu’il y avait à piller.

Comment s’étonner du discours de la vermine lorsqu’enfin, le peuple se réveille un peu de sa léthargie comateuse et demande des comptes :
« Tout ceci n’est pas sérieux, si vous protestez contre les ponctions, c’est que vous protestez contre le vivre-ensemble, voyons, contre toutes ces douces protections qu’on a mis en place pour vous !
Demander à réduire la taille de l’État, non, ce n’est pas diminuer la ponction, ce n’est pas réduire les gabegies, les gaspillages, les avantages iniques d’une petite clique de prébendiers, c’est, bien sûr, diminuer le coton moelleux des hôpitaux, le capitonnage précieux du chômage, la protection douillette et indispensable d’une retraite bien méritée, assurément ! »

Pas étonnant que le peuple sente monter l’explosion sociale !
Qui les écoute ?
Qui, dans le spectre politique, ne s’en tient pas à des solutions d’exclusion, de repli, d’abandon, de distribution de bonbons ?
Qui est capable de susciter l’espoir ?
Qui regarde vers l’avenir et abandonne l’idée d’un État protecteur tous azimuts pour qu’enfin puissent s’exprimer les formidables ressources qui sommeillent dans les individus de ce peuple qui a montré, pendant des dizaines de siècles, qu’il sait relever tant de défis ?

Qui est capable de dire : oubliez l’État, oubliez le socialisme, oubliez cette sécurité chimérique que vous n’avez jamais eu et que vous n’aurez jamais ?

Et maintenant, qui aura le courage de dire « Faites-vous confiance ! » ?

h16 du « blog Hashtable »

http://www.ndf.fr/poing-de-vue  du 05/12/2013

Le Grand Malaise Démocratique.

0-300x225

Une démocratie sans démocratie directe est une démocratie factice.

En Allemagne, le programme de la nouvelle coalition gouvernementale (CDU/CSU et SPD) conduite par « Angela Merkel » vient d’être présenté officiellement.
La mise en place de la démocratie directe au niveau fédéral n’en fait pas partie, alors qu’il s’agissait d’un des thèmes de la campagne électorale et que la CSU et le SPD y étaient favorables, comme 84% de la population allemande, d’après le dernier sondage « Emnid » traitant de cette question.
La chancelière fraîchement réélue a simplement dit non.
Contre l’avis largement majoritaire du peuple, mais également contre l’avis largement majoritaire de la base de son propre parti.

Au même moment les institutions françaises valident dans un silence assourdissant la mise en place du référendum d’initiative partagée, qui est une parodie grotesque du référendum d’initiative populaire.Tellement grotesque que tous les observateurs s’accordent à dire qu’aucun référendum d’initiative partagée (l’initiative populaire étant partagée avec le parlement) ne verra jamais le jour dans la forme actuelle de la loi.
En mars 2011, un sondage de l’Ifop révélait que 72% des Français étaient favorables (et seulement 12% contre) à la mise en place du référendum d’initiative populaire en France.

Dans les deux cas, en France comme en Allemagne, les dirigeants élus ont refusé à leurs électeurs le droit à la démocratie directe.

Pour autant, l’aspiration à la démocratie directe ainsi que sa pratique progresse lentement en Europe et dans le monde.
Les Allemands sont de plus en plus massivement favorable à cette modification fondamentale de leurs institutions, et pour la première fois en Allemagne l’introduction de la démocratie directe au niveau fédéral a été un des enjeux des discutions de la coalition gouvernementale.
Cela s’explique certainement par le fait que les électeurs allemands pratiquent la démocratie directe au niveau des Länder, et semblent de moins en moins comprendre pourquoi, dans la mesure où ils sont censés être le peuple souverain, les référendums d’initiative populaire ne seraient pas possibles au niveau fédéral, là où tout se décide, d’autant plus qu’en 2005, ils ont vu les Français et les Hollandais voter sur l’Union Européenne, sans qu’ils aient eu eux-mêmes droit au chapitre.

Aux États-Unis, la démocratie directe existe également dans 26 des 50 États, et elle y est de plus en plus pratiquée.
Et plus de 60% des Américains sont également favorables à l’introduction de la démocratie directe au niveau fédéral.

Les démocraties parlementaires sont et ont toujours été des formes de despotisme éclairé.
Les citoyens y sont considérés assez libres et responsables pour élire leurs représentants par des modes de scrutins par ailleurs on ne peut plus contestables, mais ne sont pas considérés assez libres et responsables pour décider directement, en tant que peuple véritablement souverain, des questions politiques les plus importantes, à commencer par les questions d’ordre constitutionnel, qui vont déterminer les règles du jeu démocratique et les droits civiques fondamentaux.

Au cours de l’Histoire, les monarchies absolues se sont transformées en monarchies constitutionnelles, les élections aux scrutins censitaires ont évolué en scrutins au suffrage universel masculin, et accorder le droit de vote aux femmes s’est finalement imposé comme une évidence.

La progression constante de la pratique du référendum d’initiative populaire aux États-Unis, les récents débats sur l’introduction de la démocratie directe au niveau fédéral en Allemagne, ainsi que le haut niveau d’opinion favorable à la démocratie directe aux États-Unis, en France ou en Allemagne, laissent à penser que l’imposture intellectuelle et politique qui consiste à prétendre que la démocratie peut se concevoir sans démocratie directe, sans que le peuple ait véritablement la main sur ses propres affaires et son propre destin, commence sérieusement à battre de l’aile.

Il n’y a jamais eu de véritable démocratie sans démocratie directe et il n’y a pas de véritable démocratie sans démocratie directe, nos voisins suisses le savent depuis longtemps, et de plus en plus de citoyens et de peuples à travers le monde commencent à s’en rendre compte. Es gibt keine echte Demokratie ohne direkte Demokratie. U.

Klapperstein

http://blog.unsri-heimet.eu/2013/11/7984/  du 29/11/2013

Chacun Chez Soi Et Dieu Pour Tous.

ukraine_armoiries2

En Ukraine, l’opposition est à bout de souffle.

Selon les experts, la vague de protestations recule en Ukraine.
Le premier ministre ukrainien Nikolaï Azarov a déclaré que les motifs pour manifester étaient épuisés. L’administration exhorte l’opposition à se mettre à la table des négociations.

Si les provocations continuent, elles auront des conséquences dangereuses, a averti le vice-président du gouvernement ukrainien « Serguei Arbouzov ».
Néanmoins, selon les experts, l’opposition a perdu son entrain, estime le directeur de l’Institut de la planification stratégique et du pronostic « Alexandre Goussev » :
« L’opposition est à bout de souffle, il n’existe pas de plan net.
En 2004 pendant la « révolution orange » le plan était minutieusement élaboré et il y avait un leader, « Ioulia Timochenko », qui est aujourd’hui en prison.
Actuellement il n’y a ni leader ni entrain, probablement faute de financement. »

La révolution n’a pas eu lieu.
A la différence de 2004, lorsque toute l’Ukraine était plongée dans la confrontation, actuellement la situation est locale, affirme le chef du Comité de la Douma d’Etat russe pour la CEI « Léonide Sloutski ».
Le chef du Comité international de la Douma « Alexeï Pouchkov » a souligné, quant à lui, que l’ »OTAN » avait réagi différemment à l’emploi de la force lors de la dispersion des manifestations en Ukraine et aux Etats-Unis.
« L’ »OTAN » a condamné l’emploi excessif de la force pour disperser les manifestants à Kiev tout en se montrant tolérante face la répression dans le sang de l’action des adversaires du sommet de l’ »OTAN » à Chicago », écrit « Alexei Pouchkov » sur « Twitter ».

Le chef de la diplomatie russe « Serguei Lavrov » s’est montré précédemment étonné que l’ »OTAN » participe activement à l’examen de la situation en Ukraine.

Les partis d’opposition sèmeront sans doute la discorde parmi les électeurs à l’avenir également, mais le peuple ukrainien en a assez, dit « Léonide Sloutski ».
« La pression de l’Occident, les passions exacerbées par le biais des « ONG », dans les médias, toutes sortes de séminaires, de conférences, les visites à Kiev des politiques européens en vue se poursuivront sans doute.
Cela donnera l’impression que la situation en Ukraine est toujours instable. »

Quoi qu’il en soit, dans l’ensemble la situation se détendra et le bon sens l’emportera, affirme le député.

Kira Kalinina

 

http://french.ruvr.ru  du 05/12/2013

Nous Sommes Vraiment Tous Concernés.

web

 Vérifiez bien à quelle catégorie vous appartenez !

-Si vous êtes homosexuel, le gouvernement vient de vous permettre de vous marier et bientôt surtout d’adopter des enfants.

- Si vous êtes drogué, le ministre de la « santé publique » va mettre à votre disposition des « salles de shoot » et tout le nécessaire indispensable pour que vous ne soyez pas en manque.

- Si vous êtes un locataire indélicat, « Cécile Duflot » vous facilite les choses en réduisant de 3 mois à 1 mois la caution qui était censée couvrir vos loyers impayés.

- Si vous êtes un Rom, le gouvernement vous donne accès à plus de professions et en tant que « gens du voyage », beaucoup moins de contrôles vous seront appliqués.

- Si vous êtes « gens du voyage », la CAF participera à l’achat de votre caravane.

- Si vous êtes salarié du Secteur Public, c’est à dire « fonctionnaire », « Marisol Touraine » a supprimé le jour de carence maladie (rappel c’est 3 dans le privé), et cela ne coutera après tout que 70 million d »euros.

- Si vous êtes un élu politique, pas de soucis, vous pourrez en toute impunité vous en mettre plein les poches, avec cumul des mandats et exonération d’impôts.

 - Si vous êtes un « jeune » petit voyou de banlieue, Christiane Taubira vous autorise à voler tout ce que vous voulez, et agresser qui vous voulez, tant que vous ne risquez pas 2 ans ferme de prison

- Si vous êtes syndicalistes, vous serez amnistiés pour les destructions auxquelles vous vous livrerez en entreprises, par grâce présidentielle à défaut de loi.

  - Si vous êtes étrangers, vous allez bientôt pouvoir élire vos propres représentants dans les instances nationales pour défendre vos intérêts spécifiques.

 

 Mais, désolé, si vous n’êtes qu’un simple citoyen français « normal », retraité ou non, hétéro, que vous ne vous droguez pas, que vous payez régulièrement vos loyers, et que vous n’êtes pas un bénéficiaire d’avantages acquis scandaleux, et qui déclarez honnêtement vos revenus, vous n’intéressez qu’un seul ministère, celui des finances.

Alors là oui, on s’occupera tout particulièrement de vous. Vous serez l’objet de toutes les attentions !

Et vous devrez financer, par les taxes et vos impôts indexés, tous les frais occasionnés par les multiples mesures de protection décrites précédemment…

Autre Que Réseau Social

Bonne Idée De Cadeau Pour Les Fêtes

tyrannie-mediatique-230x350

Extrait de : La tyrannie médiatique, de Jean-Yves Le Gallou !

Jean-Yves Le Gallou, président du think tank  »Polémia« , s’est fait de l’observation des médias une spécialité.
Il a publié en février dernier un pavé de 380 pages, « La tyrannie médiatique« , aux éditions Via Romana.
Décryptant la « novlangue » et les bobards des médias, son livre jette un éclairage particulier sur ce qui est devenu le premier des pouvoirs, « celui qui s’exerce sur les esprits. »
Novopress »
 en publie un court extrait pour ses lecteurs.

 


De si gentils délinquants immigrés…

La fabrique du héros ou du salaud ne concerne pas que des individus.
Elle peut s’étendre à tout un parti ou à une catégorie de la population.
Ainsi, la surdélinquance liée aux phénomènes migratoires est un fait :
plus de 50% des détenus dans les prisons françaises sont musulmans et 18% des détenus sont de nationalité étrangère (musulmans ou non de religion).
Moins d’un tiers des détenus sont des français de souche.
La surpopulation carcérale si souvent dénoncée est une conséquence mécanique de l’immigration.
Eh bien !
Les médias utilisent une large palette des méthodes pour camoufler ces faits :
le silence quand c’est possible, le bon gros bobard parfois mais aussi – il fallait y penser- la présentation systématiquement positive des délinquants d’origine immigrée.
Voici un petit florilège (florilège emprunté à Michel Geoffroy).

Dans Le Figaro.fr du 27 février 2008, « Anne Charlotte de Langhe » rend compte du procès de l’élève ayant tenté d’assassiner, le 16 décembre 2005, une enseignante, « Karen Montet-Toutain » :
ce procès, « c’est celui d’un jeune homme vaguement perdu, d’une institution, d’une violence et d’un système entier ».
Le ton est donné, car pour l’auteur, le vrai coupable c’est, bien sûr… le ministère de l’Éducation nationale ! L’élève s’appelle « Kévani Wansale » et il a poignardé son enseignante à sept reprises :
la journaliste préfère écrire qu’il « l’agresse violemment au moyen d’un couteau de cuisine ».
Bientôt, on se demandera si elle ne les a pas un peu cherchés, ces coups de couteau…

Encore un exemple ?
Le Monde du 22 octobre 2008, titre :
« « Mort de Sidi-Ahmed » : en toile de fond une banale histoire d’amour »
 :
l’article d’Yves Bordenave relate la comparution en cour d’assises des auteurs de la mort par balle du jeune « Sidi-Ahmed Hammache » le 19 Juin 2005 dans la cité des 4000, à la Courneuve, à la suite d’une altercation.
Il est donc « banal », pour l’auteur de l’article, de conclure une histoire d’amour à coups de pistolet…

Dans Le Figaro.fr du 12 août 2009, figure un article de Cyrille Louis.
« Une bande de l’Essonne sème le trouble à Royan », avec pour sous-titre « Après avoir multiplié les agressions et les menaces, des jeunes ont été la cible lundi d’une action punitive des forains locaux ».
La lecture de l’article montre que ce que l’auteur désigne par « trouble » recouvre les faits suivants : occupation illégale de logement, vente de stupéfiants, vols, dégradations, coups, menaces, tentative d’extorsion : c’est à dire des délits, en bon français.

D’une façon générale, tous ces articles sont construits selon un schéma invariant dès lors qu’ils sont conduits à rendre compte (souvent de mauvaise grâce) de violences ou de délits commis par des personnes d’origine immigrée, des personnes de couleur ou de religion musulmane :

- leurs actes sont toujours « incompréhensibles », on « s’interroge », etc. ;

- ils ont été commis dans des quartiers toujours « tranquilles » ou « sans histoire »… jusque-là ;

- le présumé coupable est en général présenté de la façon la plus positive possible (« sérieux, bien intégré, cherchant du travail, apprécié de tous », etc.) ;

- on évite les mots qui pourraient choquer :
.au lieu de crime on parle de « drame » ;
.au lieu de vol, de « larcin » ;
.au lieu de délit, de « bêtise » ou de « faux pas » ;
.au lieu d’écrire que c’était un délinquant endurci, on écrira qu’il « avait un passé de violences », etc. D’une façon générale, les violences ou les crimes racistes ne sont jamais attribués à des personnes d’origine immigrée mais toujours à des Français de souche : cela procède d’une désinformation qui pose en tabou que l’immigré est par construction d’abord une victime soumise et l’autochtone un oppresseur dominant ;

- on donne toujours la parole à la famille du délinquant ou à ses proches et ceux-ci font part de leur désarroi. Les victimes, elles, n’ont droit à la parole que si elles tiennent des propos lénifiants ou si elles déclarent « refuser de faire des amalgames » ou rejettent la « récupération politique » du drame, c’est à dire que l’on censure toujours la mise en perspective de ces évènements, sauf si c’est, bien sûr, pour faire le procès du « chômage » ou du « racisme ». 

Jean-Yves Le Gallou, énarque, dirige la fondation « Polémia« , un « think tank » qui organise chaque année la journée d’étude de la réinformation et la cérémonie des « Bobards d’Or« .

http://fr.novopress.info  du 04/12/2013

L’ Etat Brade Notre Terre A L’Islam !

nomosquethumb152

La mosquée de Charleville-Mézières (08) collecte des dons sur Google.

Afin de diversifier ses dons et financer la mosquée de la ville (plus de 4 millions d’euros H.T.), l’association  à l’origine du projet a lancé une campagne de publicité « originale » sur la Toile.

La quête entre deux prières ne suffit plus.
Ni les opérations spéciales, ni les appels à la générosité des musulmans (entre 13 et 15 000 pratiquants dans les Ardennes).
Pour construire la mosquée de Charleville, entièrement financée sur fonds privés, l’Association de la mosquée et du centre culturel des Ardennes (« AMCCA ») innove.
Elle passe depuis le mois dernier par l’intermédiaire du célèbre moteur de recherche Google, pour débusquer des donateurs aux quatre coins de la France et du monde, Internet n’ayant pas de frontière.

L’opération passe par le service aux annonceurs Google Adwords, c’est-à-dire des liens publicitaires publiés sur la page d’accueil de Google, en fonction de mots-clefs.
Plus ces derniers sont ciblés (par exemple : la combinaison des mots « musulman », « mosquée », « Ardennes », etc.), plus la pub apparaît sur l’ordinateur de l’internaute.
On peut y lire :
« Vous êtes musulman – alors aidez-nous à finir la seule mosquée en construction chez nous ! »
Suit un renvoi vers la page de l’ »AMCCA » consacrée aux dons.
Bref une initiative simplissime (pour un webmaster), qui a permis de récolter plus de 2 000 euros depuis sa mise en place le mois dernier.

Cette démarche, l’ »AMCCA » la doit en grande partie à « Mohamed Lamrid », fils du trésorier de l’association, « Abdelouahad Lamrid ».
Carolo pur jus de 24 ans, ce jeune prodige est diplômé de « IFTS », option communication numérique et développement d’applications Internet.
Ces derniers mois, il a décidé de mettre son jeune âge et ses compétences au profit de la mosquée ardennaise.
« Si on veut toucher des jeunes, il faut innover.
On ne peut plus se passer des réseaux sociaux, de Google, et plus largement de toutes les possibilités qu’offre Internet. »

Une mosquée 2.0

Les collectes de dons traditionnelles, qui ont permis de recevoir plus de 600 000 euros depuis 2006, ne vont pas disparaître pour autant.
Elles restent indispensables.
Elles vont simplement accueillir et cohabiter avec une forme de collecte en phase avec son temps, et surtout capable de séduire des particuliers (et des jeunes) un peu partout dans le monde.
« Mohamed Lamrid » ne compte d’ailleurs pas en rester là.
Convaincu des bienfaits d’Internet sur le monde associatif, il a déjà créé la page Facebook et le compte Twitter de l’ »AMCCA », et s’apprête à lancer une newsletter.
« Elle sera destinée aux donateurs et permettra de leur montrer les avancées du chantier, ce qui les rassurera sur l’utilisation des fonds, et ce qui pourra donc entraîner de nouveaux dons. »
Ce cercle vertueux pourrait faire des émules.
Il existe à ce jour plus de 120 mosquées en construction en France et celle de Charleville, le long des voies ferrées de la gare de Mohon, fait partie des rares à draguer l’Internaute sur Google.
Ce projet de mosquée 2.0 lui vaut d’ailleurs les félicitations de la communauté musulmane, ainsi que la « Une » de certaines revues ou certains sites spécialisés.
C’est le cas de « al-kanz.org », qui couvre les nouvelles tendances du monde musulman.
On peut y lire :
« Ce qui est intéressant ici, au-delà de l’efficacité de la campagne de collecte de dons en elle-même, c’est la recherche de nouvelles sources de financement.
Espérons que d’autres mosquées agissent en ce sens et explorent elles aussi de nouvelles pistes. »

Guillaume Lévy

http://www.lunion.presse.fr/accueil  du 02/12/2013

 

Ils ne savent pas combien ils nous rendent service !
Comment nous empêcher de dire maintenant ce que nous pensons de l’islam sur internet si l’islam lui-même se sert d’internet pour une opération commercial par le biais d’une association ?
Nous sommes dans un état laïc, notre patrimoine historique religieux n’est pas entretenu mais les musulmans se permettent d’acheter notre sol qui devient terre d’islam pour construire leurs mosquées !
Où va notre culture ?
Non à cette invasion sournoise, la France a toujours lutté contre l’islam et cela continuera !
Les résultats sont déjà patents dans l’éducation scolaire des enfants et des adolescents, minable !

Notre Hymne National Est Bien Méconnu.

tambour1

Explication de texte sur la Marseillaise.

Nous devons être nombreux à ignorer le sens de la phrase  » qu’un sang impur  abreuve nos sillons  » .

Cela  éclairera très certainement beaucoup de « lanternes »…
Quand on ne sait pas, on ne sait pas, on n’en fait pas un flan !!!

J’en ai marre d’entendre les gens, dont :
« Jamel Debouze », (bien placé celui-là), « Lambert Wilson » et compagnie…  critiquer la Marseillaise à cause de cette phrase :  « qu’un sang impur abreuve nos sillons ».

On ne peut pas leur reprocher leur ignorance, et ça ne devrait pas être mon rôle d’en rappeler le sens, mais à notre « Éducation Nationale », lors des fameux cours d’éducation civique.
Avant de dire « beurk, c’est quoi ça ?
C’est raciste , c’est méchant »…….  blablabla , il faudrait savoir ce qu’est le sang impur ainsi que les sillons.

Donc, voici quelques notions de notre culture française.

À l’époque, ce qu’on appelait le sang pur, c’était le sang des nobles qui, seuls, pouvaient prétendre au Pouvoir et à des fonctions d’officiers dans l’ Armée.
Lors de la Révolution – et notamment de l’attaque des autrichiens -  les nobles se sont enfuis et il ne restait donc que des « Sang impur » (Républicains), par opposition aux « Sang pur »(Royalistes).
Au cri de la « Patrie est en danger », c’étaient des gens du peuple qui prenaient les armes pour combattre l’envahisseur et qui étaient disposés à verser leur propre sang pour la liberté.
C’est dans le même esprit qu’ont été composés le « Chant du départ » et, plus récemment, « Les africains » .
Et les sillons sont des tranchées creusées un peu partout dans la campagne et les champs, lors des sanglantes batailles.

Ainsi,  « Qu’un sang impur abreuve nos sillons  » signifie donc que c’est notre « Sang impur » à NOUS, le peuple, qui nourrira nos terres.
En aucun cas il ne s’agit du sang de l’ennemi.
Ce serait bizarre et incohérent quand même, de chanter que le sang de l’ennemi nourrit nos terres, nos sillons.

On peut reprocher beaucoup de choses à la Marseillaise, notamment son esprit guerrier, mais pas le « Sang impur ».
Désolée pour les incultes.
À aucun moment de l’Histoire, la France n’a désigné ses adversaires en raison d’une notion raciste liée à la pureté du sang, notamment lors des guerres coloniales inspirées par des politiciens issus des « Lumières » , comme les Saint-Simoniens et les Francs-maçons.
La statue de la Liberté offerte à la jeune nation américaine illustre le propos…

Méfions-nous de cette approche socio-libertaire et antimilitariste simpliste qui avance sournoisement pour adapter l’Histoire à sa guise !…

Merci à cette personne d’ avoir remis les pendules à l’heure pour certains, et d’avoir, dans le même temps, éclairé ma lanterne, notre lanterne à tous, comme ne le font plus nombre de nos enseignants.

 

 

 

Sot Programme Pour La Garde Des Sots

non

Réinsérer les voyous est plus important que protéger la société !

De même que le bijoutier de Nice avait été largement soutenu par l’opinion publique, l’énorme élan manifesté sur les réseaux sociaux en faveur du bijoutier de Sézanne, qui a tué un braqueur multirécidiviste, en dit long sur le ras-le-bol des citoyens face à la montée de l’insécurité.

Pour la majorité des Français, qui ne demandent qu’à vivre et travailler en toute sécurité, c’est l’overdose d’un laxisme judiciaire permanent, avec un Etat qui ne légifère que pour accorder toujours plus de droits aux voyous au détriment des victimes.

Plus la violence explose et plus la justice caresse les délinquants dans le sens du poil. Cela est tellement vrai que la légitime défense n’est pratiquement plus reconnue, sauf à attendre que l’agresseur tire le premier avant de pouvoir « légalement » riposter !

Nous en sommes arrivés au point que l’Etat ne reconnait plus aux citoyens ce droit élémentaire de toute véritable démocratie, qui est le droit à la sécurité. En matière de laxisme, la réforme pénale voulue par « Christiane Taubira » est un modèle du genre, où l’aménagement des peines des malfrats prévaut largement sur la protection des citoyens. Un véritable encouragement à la délinquance et le signe évident d’un total mépris pour les victimes.

Pour notre Garde des Sceaux la priorité n’est pas de protéger la société contre la récidive des criminels, elle est de promouvoir la réinsertion des voyous en vidant les prisons ! Quand un gouvernement n’écoute plus la voix du peuple et quand il légifère sans arrêt contre sa volonté, il ne fait que semer les germes de la colère, porteurs de lendemains tragiques. Après le mariage pour tous imposé de force, après la réforme « Peillon » qui mécontente à la fois les maires et les familles, après la déferlante d’impôts et de taxes multiples, avec l’explosion du chômage et des déficits, la réforme pénale de « Christiane Taubira » est la goutte d’eau qui fera déborder le vase.

A ce jour, François Hollande est resté sourd aux grondements du peuple, mais à trop tirer sur l’élastique, tout ça pourrait très mal finir.

Jacques Guillemain

http://ripostelaique.com  du n° 332, le 03/12/2013

 

 

Prendre Le R.E.R. Devient Dangereux.

rer

Les conséquences quotidiennes du changement de civilisation.

Cet après-midi je traverse un quartier parait-il préservé (de quoi ?…) pour aller prendre le train.
Tout à coup j’entends un pas rapide derrière moi, je ralentis instinctivement, un homme me double sur la gauche en me collant et tout de suite après tourne à angle droit, nos pieds se heurtent, et que se serait-il passé si je n’avais pas ralenti ?…
Je me serais retrouvée par terre, les quatre fers en l’air, c’est absolument sûr.
Trois mètres après je vois son profil, diversitaire évidement.
Un de ceux bien sûr pour lesquels les femmes doivent rester toute la journée dans leur cuisine et n’en sortir qu’avec une autorisation dûment tamponnée en trois exemplaires du mari.
Une femme n’a donc pas le droit de circuler dans l’espace public qu’est la rue et il me l’a signifié en me faisant presque tomber.
On est loin de l’époque où les hommes s’effaçaient et soulevaient délicatement leur chapeau au passage des dames.
Il est vrai qu’ils ne portent plus de chapeaux.

Je pense un instant crier à ce malotru quelque chose comme « vous avez été éduqué où ? » mais je m’abstiens par paresse ou par prudence à moins que ce ne soit par un reste de bonne éducation.
Il est loin.

Je me promets alors de ne pas laisser passer le malotru suivant.
Le suivant, il est déjà là, un petit brun trentenaire, maigre au crâne élégamment (euphémisme) tondu, au visage taillé à la serpe, il est occupé à gratter avec un couteau à longue lame, et à la réflexion, à cran d’arrêt, une affichette sur un poteau qui proclame fièrement « ici on est en France ».
Je ne sais pas d’où vient cette affichette mais sa pertinence ne saurait selon moi être contestée.
L’homme l’abandonne et presse le pas, je le suis, peut-être dans le but inavouable de lui demander très poliment de me dire avec une extrême obligeance s’il pense qu’on n’est pas en France, et dans ce cas où serions-nous donc, en Papouasie ou en Mandchourie sans doute ?…
Mais il se dépêche, je me dépêche aussi, il entre dans la gare et je le vois prenant appui sur les côtés, s’élever en l’air et sauter avec maestria par dessus le tourniquet, manquant de peu une octogénaire complètement estomaquée qui a la mauvaise idée d’attendre là, sa canne à la main.

Je suis sur le point de crier « fraudeur », mais j’accélère, pour dire à cet homme qu’ ici en France, on prend son ticket, normalement, et on ne voyage pas à l’oeil.
Ce sont les gens comme vous et moi qui payons pour ces fraudeurs, et on en assez.
Le gratteur-resquilleur est avalé par l’escalier roulant, je cours, mais j’arrive en bas pour voir le RER fermer ses portes sous mes yeux et s’en aller.
Heureusement.
Car je réalise que cet homme-là avait un assez joli couteau.
Il est inouï que des gens se déplacent avec cette arme dans leur poche dans une rue où circulaient naguère exclusivement des fillettes en robes à smocks allant jouer au parc sous l’oeil de paisibles mères ou gouvernantes chapeautées et où l’on croise encore les adorables marmots du centre de plein air et les jeunes pleins d’avenir du lycée qui vont faire du jogging.
Et aussi tous ceux qui vont prendre le train.
Ou vaquent à leurs affaires.
A quoi ont-ils échappé !…
Tout l’espace public est concerné bien sûr.

Il me semble qu’il y a une législation qui oblige à transporter un couteau de cet ordre uniquement sous étui fermé, pour des raisons professionnelles et sans écarts sur le trajet déclaré.
Mais la législation cékoissa ?…

En trente ans, l’homme est redevenu un loup pour l’homme.

Finalement, en cinq minutes, après avoir failli être mise par terre par un malotru, j’aurais pu être « plantée » par un autre.
Je vis dangereusement, et mes concitoyens aussi.
En tout cas, que celui qui a mis cette affichette en remette vite une ou deux, encore un ou deux passages de cet homme là et il n’y aura plus rien.
Il est bon quand même de rappeler de temps en temps dans quel pays nous sommes, car certains semblent ne pas le savoir et c’est vrai, il y a des doutes.

Songeuse je prends le RER suivant.
Je regarde autour de moi, mon voisin jeune mais au sourire édenté téléphone, on entend sur un ton chantant et rythmé « walaoukilouagnamagna banque, kamagawagama allocations ».
Si quelqu’un peut me dire de quelle langue il s’agit, je lui en serai reconnaissante, mais à mon avis ce n’est pas du français.
Une langue dont le langage usuel est le sien, mais qui emprunte à la nôtre celui de l’argent, n’est-ce pas symbolique de ce qui se passe ?…
Il raccroche, très satisfait, il va toucher un pactole, c’est sûr.
Il nous fait un sourire triomphant et je crois un instant qu’il va danser dans l’allée le kwasa-kwasa, mais il s’abstient.
Il y a aussi la jeune femme de service, diversitaire, à la fois enceinte et voilée jusqu’aux yeux et veillant étroitement sur une double poussette.
Le tiers voire la moitié du compartiment n’est né ni à Liré, patrie de Joachim du Bellay, ni à Saint-Léon sur Vézère.

Aucun de nos hommes politiques ne prend jamais le métro, c’est certain.
Car un changement est en cours.
Je finis par me demander si on est bien en France.
Voilà pourquoi mon fraudeur grattait l’affichette, finalement il a raison !…
On n’est plus en France.
C’est bien de le dire.
Qu’au moins, on soit prévenu.

Me voilà arrivée !
Bien sûr on me bouscule pour sortir plus vite mais je ne me laisse pas faire, je donne à droite, et surtout à gauche, des coups de coude habiles dans l’estomac des diversitaires à casquette à l’envers, au jean prêt-à-tomber et à la démarche chaloupée qui d’aventure voudraient passer devant moi, et j’en oublie les couteaux à cran d’arrêt qui sont probablement dans leurs poches.
Il faut aussi contenir ceux sur le quai qui essaient de monter avant qu’on ne sorte, boubous, voiles, couvre-chefs mecquois et turbans, tout le monde est là.
Personne n’a oublié de venir.
Il ne manque que les tams-tams, mais non les voici, ils jouent une musique oppressante et de plus en plus rapide, qui se propage inexorablement dans les couloirs, exactement comme le grand remplacement qui est en cours, là, sous nos yeux.

Sophie Durand

http://ripostelaique.com  du n° 331, le 01/12/2013

Nos Jeunes Chômeurs Seront Victimes.

Lesjeunes

Poisson D’ Avril  Permanent !

La « baisse » du chômage dissimule un drame jamais évoqué en France.

Même si la baisse du chômage d’octobre était réelle – ce que personne ne croit car les 19 900 chômeurs de catégorie A en moins cachent les 41 500 chômeurs en plus des catégories A, B et C confondues – même si ce beau conte de fée était vrai, il cache un drame qui n’est jamais évoqué en France et qu’il convient d’exposer.

A 30 ans, de nombreux diplômés, on le sait, n’ont jamais connu de CDI.
Même « Le Monde« , avec sa langue de bois bien pendue, ne peut plus le cacher, et brosse trois portraits de jeunes diplômés contraints de faire des allers et retours à « Pôle emploi », de retourner vivre chez leurs parents, de « faire l’accueil et le ménage dans des campings ».
« Le Monde » ajoute que ce sont les « problèmes et les angoisses d’une génération ».

« Le Monde » et les autres médias cachent le vrai drame qui attend ces diplômés :
Avec les taux de chômage à deux chiffres qui touchent les jeunes, des taux dignes de la « Grande dépression », l’Europe ne sortira pas assez vite de la récession pour créer assez d’emplois correspondants à leurs qualifications.
Jamais de leur vie.

Ce n’est pas que l’Europe ne va pas s’en sortir.
C’est que la récession a duré si longtemps, que la croissance, quand elle arrivera, bénéficiera aux nouvelles générations.

La génération de maintenant sera devenue trop vieille pour le marché du travail.
Ses diplômes ne correspondront plus aux besoins, ils auront passé tant d’année sur la touche qu’ils auront oublié une partie de leur savoir et de leur formation, et les entreprises préfèreront engager les nouveaux venus, les frais émoulus, et laisser les « vieux », ceux qui ont aujourdh’ui la trentaire, sur le carreau.

Il est maintenant certain que toute une génération de jeunes chômeurs qualifiés ne trouveront jamais de travail correspondant à leur formation – de toute leur vie.

Voilà le vrai drame du chômage, pas la courbe.

« Angela Merkel » l’a vu, considérant le chômage des jeunes « le plus pressant problème auquel fait face l’Europe ».

Jean-Patrick Grumberg pour « Dreuz.info »

http://www.dreuz.info  du 01/12/2013

123

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43