Archive | janvier 2014

Un Pays D’ Asie Ne Peut Être En Europe.

turquie-e1371990470667

La Turquie ne peut être en Europe.

Si presque la moitié des Français étaient favorables à l’admission de la Turquie dans l’Union européenne il y a dix ans, plus de trois-quarts  y sont aujourd’hui hostiles.
Lorsqu’en 1999 la Turquie fut admise à poser sa candidature à l’entrée dans l’Union européenne, cette candidature semblait s’inscrire tout naturellement dans la logique de l’histoire de ce grand pays dont les neuf dixièmes du territoire sont pourtant situés en Asie et dont la population est en quasi-totalité, depuis le début du XXe siècle – et pour cause – de religion musulmane.

Héritiers et continuateurs d’Atatürk, les dirigeants d’alors étaient légitimes à vouloir arrimer leur pays au Vieux Continent et à une modernité qui n’était pas seulement technique et économique, mais idéologique et culturelle.
La Turquie n’avait-elle pas été depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale le meilleur rempart de l’Occident face au bloc communiste, n’y restait-elle pas le seul et indéfectible allié des États-Unis et d’Israël, n’était-elle pas le plus solide bastion de la laïcité au sein d’un monde musulman que commençaient à démanger les prurits du repli sur soi, du fanatisme et du terrorisme ?

Qu’attendre aujourd’hui de la rencontre entre un président français qui bat les records d’impopularité et un Premier ministre turc largement contesté ?
Puissance émergente, la Turquie entreprenante et laborieuse a droit à notre intérêt, à notre considération, à notre respect.
En revanche, sur le plan politique, nous n’avons plus d’atomes crochus avec un gouvernement qui soutient en Égypte les « Frères musulmans », qui appuie en Syrie les rebelles islamistes, qui mène dans la sphère turcophone étendue de la Russie à la Chine une opération de reconquête, et dont les liens avec l’Occident ne cessent de se distendre.
« Recep Tayyip Erdoğan », quant à lui, poursuit l’épreuve de force qu’il a engagée avec l’armée, la magistrature, les classes moyennes, les étudiants, les médias et d’une manière générale avec toutes les forces vives qui s’opposent à sa mainmise sur tous les pouvoirs et à sa tentative rétrograde de résurrection d’un passé islamiste que l’on avait cru révolu à jamais sur les bords du Bosphore.
Les seules portes qui demeurent ouvertes dans la démocratie selon Monsieur « Erdoğan » sont celles des prisons qui n’ont jamais accueilli un aussi grand nombre de journalistes, d’universitaires, d’intellectuels, de militaires et d’opposants.

L’opinion en France ne s’y est pas trompée.
Si 46 % des Français étaient encore favorables à l’admission de la Turquie dans l’Union européenne il y a dix ans, 83 % y sont aujourd’hui hostiles.
La dérive des continents ne se limite pas à des phénomènes géologiques scientifiquement constatables et mesurables.

La Turquie de 2014 s’est éloignée de nous.

Elle ne saurait prétendre sans imposture à être considérée comme un pays européen.

Dominique Jamet

http://www.bvoltaire.fr  du 28/01/2014

La Suisse Aussi En A Ras Le Bol !

immigration1-300x133

Une votation contre l’immigration de masse.

L’initiative contre l’immigration de masse crée des remous au « Mouvement Citoyens Genevois » !
Le 9 février prochain aura lieu une votation importante en Suisse.
En effet, à l’initiative du comité d’Egerkingen, que certains présentent comme l’aile dure du parti de droite populiste UDC (c’est ce comité qui était à l’origine de la votation contre les minarets en Suisse), doit avoir avoir lieu une votation contre l’immigration de masse.
Pour appuyer cette campagne est sorti une campagne d’affiches et autres visuels, avec ces propos :
« Bientôt un million de musulmans ?
Par conséquent, stop à l’immigration de masse »
.
Aux côtés du logo de l’ »UDC », se trouvent celui de la « Lega tessinoise » mais surtout celui du  Mouvement citoyen genevois (« MCG »).
« Et c’est là que le bât blesse ».

En effet, le « MCG » – mouvement populiste du canton de Genève – a fait élire comme conseiller fédéral « un Suisse converti à… l’islam » !
Et c’est peu dire donc que « Mauro Poggia », puis que c’est de lui qu’il s’agit (en novembre dernier, « Novopress » en avait dressé le portrait édifiant), n’apprécie guère cette collaboration du « MCG » à la campagne de l’ »UDC ».
Il affirme ainsi à la pressse helvétique :
« Le parti a été instrumentalisé et il doit réagir.
La cartouche de la peur a fonctionné une première fois avec l’islam, lors de l’initiative antiminarets, et ils réessaient.
Cela me conforte dans mon opposition à cette initiative qui, sous couvert de protection de la population ou de l’emploi, ne fait que désigner « l’Autre » comme un péril pour l’identité suisse. »

Ce qui n’est pas sans rappeler une ligne très « réconciliatrice » de notre côté des Alpes…

De plus, le « MCG » se défend mollement et semble suivre la ligne de son conseiller fédéral.
Le président du « MCG », Roger Golay, explique  :
« J’ai été surpris de voir figurer [le logo du "MCG"] sur ce graphique et m’en suis publiquement distancié.
Nous défendons tous les résidents genevois, quelle que soit leur couleur de peau ou leur religion.»

Des propos rassembleurs qui ne coïncident pas avec l’hystérie que manifeste le « MCG » à l’égard des frontaliers…

http://fr.novopress.info  du 28/01/2014

Ce n’est pas parce que les états de l’Union Européenne – dont ne fait pas partie la Suisse, il faut le rappeler – se laissent complaisement envahir par une population majoritairement d’outre-méditerranée qu’il faut que ce petit pays se voit pris d’assaut par les chômeurs de plus en plus nombreux.
Etre le porte-monnaie de l’Europe, cela fait des décennies qu’il s’acquitte très bien de cette tâche.
N’être qu’un pion dans la stratégie machiavélique des financiers mondialistes tirant les ficelles de leur chaos organisé !

Un Fameux Jour De Colère A Paris

-

Sommes-nous  revenus en 1788 ?

Le sens des évènements qui ont eu lieu à Paris le 26 janvier est à chercher bien au-delà de la rhétorique réductrice adoptée par les journaux de gauche.
Le Monde, Libé, le Nouvel Observateur évoquent un ramassis hétéroclite d’éléments marginaux alliant réactionnaires antédiluviens, partisans de Dieudo, fachos islamophobes, Identitaires de tout poil et intégristes catholiques manifestement apparentés aux Veilleurs ainsi qu’au mouvement France Jeunesse Civitas.L’Express n’a même pas hésité à pointer du doigt « la frange radicale de la Manif pour tous » qui serait à l’origine d’un soulèvement assez important projeté depuis le 30.10.2013.
On sait aujourd’hui que les opposants au mariage gay ne représentaient qu’une part assez modeste des contestataires à en juger par la composante réelle, en effet archi-diverse, des mouvances présentes.

Si l’emphase du Huffington Post dissimule à peine la nervosité de ses journalistes quant à la marche anti-gouvernementale du samedi dernier, on relèvera d’emblée la réserve affichée parLe Figaro ou Le Point, plutôt soucieux de pénétrer les tenants et aboutissants d’une manif pas comme les autres.
Premièrement, les méthodes ostentatoires auxquelles ont eu recours les participants ne sont pas sans rappeler les fameuses performances politiques en vogue ces dernières années.
C’est ainsi que l’on a pu voir des Français enterrer symboliquement les promesses de François Hollande en apposant une croix blanche sur chacune d’entre elles.
C’est ainsi que l’on a pu voir des personnes aux visages cachés par des pancartes toutes porteuses d’un message laconique et cinglant dénonçant d’une manière ou d’une autre les méfaits de l’équipe Ayrault.
Quoi qu’on puisse en dire dans le « mainstream » gauchisant, ces prises de position n’avaient rien de violent.
Elle faisait juste état, souvent en français presque soutenu, d’un malaise économique, social et identitaire sans précédent.
Deuxièmement, l’adhésion à la marche de groupes au demeurant incompatibles (Réseaux Identitaires et dieudonnistes défenseurs des communautés chiites de France pour ne citer qu’un exemple) montre bien que les points communs ont eu le dessus sur les points de divergence.

Le fait que la droite ait assez peu commenté l’évènement s’explique par la solidarité tacite qu’elle semble éprouver à l’égard des protestataires.
Sans applaudir la manif en tant que telle, source de déstabilisation, « Luc Chatel », ancien ministre UMP, a cependant été plus qu’explicite en avouant « comprendre la démarche du collectif Jour de colère ».
Le centre-droit incarné en l’occurrence par « Christine Boutin », présidente d’honneur du Parti chrétien-démocrate, a refusé de se joindre à la marche pour la simple et bonne raison que celle-ci risquerait de dégénérer sans pour autant arguer un éventuel rejet des thèses qui y seront véhiculées.
Là encore, il est à constater que la gauche hollandienne est réellement plus seule que jamais, même face à des partis dont la modération traditionnelle a toujours contribué au rapprochement UMP-Centre-PS contre ceux qu’ils traitent d’extrémistes.

Le Monde a beau se démener comme un beau diable en essayant de réduire la colère des couches moyennes au remue-ménage d’un grand fourre-tout psychopathique, trois réalités fondamentales transparaissent :
- Le regroupement en question aussi métaphoriquement désigné par le terme « coagulation » renvoie plus particulièrement à l’idée d’insurrection civique dans l’esprit de le Constitution de 1793 qui, même si elle n’a jamais été appliquée, a néanmoins perduré à travers cette sacralisation de 1789 dont les socialistes se sont faits les chantres les plus éminents.
L’éveil national auquel nous assistons depuis voilà près d’un an peut à ce titre être considéré comme un retour de manivelle.
On se demande dans cette optique ce qu’il en serait si le système de démocratie directe suisse était adopté en France sachant que la cote de popularité de François Hollande peine à dépasser les 15-18 %.
On se demande aussi si « Le Monde » continuerait à occulter la réalité des faits en désignant les 80% de la population restante de marginaux, de rétrogrades ou de fous à lier.
Quand « Pierre Mendès-France » avait comparé 1953 à 1788 en dirigeant ses foudres contre la personne de « René Coty » et la politique de décolonisation maladroite menée au crépuscule de la IVème République, ils ne pouvaient s’imaginer la profondeur toute abyssale des préoccupations que susciteraient soixante ans plus tard la double crise qui frappe de plein fouet la société française :
identitaire et socio-économique.
- Jusqu’à présent, les mouvements de protestation de ces dernières années ne débordaient guère du moule républicain.
Or, forcément, les idéaux de la République étaient incarnés par le pouvoir en place, si critiqué soit-il.
Lorsque des journalistes ont demandé aux insurgés s’ils étaient républicains, ils ne dirent ni oui ni non, en répondant simplement qu’ils étaient Français.
Il y a donc un hiatus à la fois symbolique et symptomatique entre république et France, un hiatus reflétant la crise identitaire mentionnée tout à l’heure.
- Enfin, il faut se rendre compte que le « Jour de colère » ne représente pas la sempiternelle confrontation de la droite avec la gauche mais bien un soulèvement en puissance des classes populaires et moyennes contre un gouvernement dont ils ne veulent résolument plus.
On est donc projeté au-delà de la problématique des partis, au-delà de la scission artificielle entre libéraux et conservateurs que l’on entend absolutiser alors qu’elle n’est en réalité plus que très relative et secondaire.

 La conscience rousseauiste dont parle l’historien « Laurent Avezon » faisant allusion au fameux contrat social qui fait que le peuple lègue provisoirement l’exécutif au souverain (en l’occurrence au président) est fort probablement en passe de s’éveiller.
Si donc François Hollande salue le renversement des « dictateurs » comme « Assad » qui pourtant, pour sa part, jouit d’une côte de popularité des plus honorables, il apparait pour le moins curieux que le président de 15% des Français ne tire aucune conclusion pratique de son impopularité.
On comprend maintenant mieux pourquoi Louis XVI a presque disparu des programmes scolaires.
Mais alors, pour plus de cohérence, peut-être faudrait-il réduire la Révolution à une demi-page ?

Françoise Compoint

http://french.ruvr.ru  du 27/01/2014

 

 

§§§§§§§§§§

 

 -

Des drapeaux Français dans la rue

La police compte 17 000 manifestants et les organisateurs 120 000.
Le Printemps Français avec « Béatrice Bourges », FFI.2 avec » Erick Mary », Holland DégageCivitas avec les catholiques en colère, NON au Changement de Peuple et de Civilisation
( NCPC ) et les défenseurs de « Dieudonné » étaient présents parmi les Français ( plus de 50 associations) en colère pour montrer la ligne rouge au gouvernement.
Le collectif breton qui a déposé la marque des Bonnets Rouges et le Front National n’étaient pas là.
Les médias, qui ont été traités de médias collabos dans les rangs des manifestants, parlent de réunions d’intégristes en évoquant les manifestants qui dénoncent la loi « Taubira » et le changement de société et de population.
La police française a mis en garde à vue plus d’une centaine de manifestants pacifiques dont un journaliste de l’agence « Info Libre ».

De « FFI2″ au « Printemps Français » en passant par les défenseurs de « Dieudonné » et de « NCPC », nous avons des Français qui se sont mués en résistants et qui ne veulent pas voir le pays être détruit par le mondialisme.

Nous avons affaire, en ce début de 21e siècle, de nouveau à des groupes de résistants pour défendre la France dans ses valeurs les plus profondes contre une culture d’invasion.

Les drapeaux de nations étrangères comme le drapeau européen n’étaient pas agités dans le ciel de Paris.

Ce dimanche 26 janvier, tous étaient unis pour sauver la France.

Contre un changement de société.


« Lorsque les hommes tournent le dos au mensonge, le mensonge cesse purement et simplement d’exister » (de Soljenitsyne) est un slogan du Printemps Français.
« Béatrice Bourges » est sur tous les fronts.
Elle est invitée en Allemagne et entretien des liens étroits avec la Russie.
Les Allemands qui se battent contre la destruction de la famille sur leur territoire reconnaissent en « Béatrice Bourges » une femme très courageuse et s’amusent à répéter dans leurs conférences :
« Imaginez-vous !
Le gouvernement français traite « Béatrice Bourges » de femme ennemie numéro 1 du pays ».
Durant la manifestation du « Jour de colère », « Béatrice Bourges » a réclamé que le Parlement entame une procédure de destitution de François Hollande, au nom de son impopularité et de son incapacité à gouverner.
De nombreux manifestants ont été pris aux tripes par son discours.
« Vous m’avez pris aux tripes Madame Béatrice Bourge !!!
Excusez-moi de vous dire cela, « vous en avez » !! »,
«Je salue son courage dans sa lutte contre le pouvoir », écrivent « Claude Féré » et « Xavier Darcy » sur le compte Facebook du « Printemps Français ».

Le directeur de la publication de NCPC est « Renaud Camus ».
« NCPC est destiné à faire connaître ce mouvement d’opposition résolue à l’immigration de masse et aux transformations politiques, morales et culturelles qu’elle impose», lit-on sur le site.
Dans un entretien d’août 2012 « Renaud Camus » nous avait parlé de la situation du pays.

Préserver la France.

« Nous sommes un collectif citoyen.
Nous avons fait notre premier stage militant à Annecy avec 17 stagiaires dont 9 femmes.
Actuellement nous avons 60 % de femmes pour 40 % d’hommes dans nos rangs.
Les médias voulaient nous donner une image martiale.
Notre public est composé de mères de famille et de jeunes femmes.
Notre projet est associatif et familial », explique « Erick Mary » qui met le projet « FFI.2″ sur les rails et dit bien «FFI.2 n’a pas vocation à devenir un parti politique».
« FFI.2″ veut fabriquer du réseau.
« Nous voulons avoir le lien direct pour la nourriture avec les fermes bios par lesAMAP(Associations qui mutualisent des familles auprès des producteurs de fruits et de légumes).
On ne passe plus par un grand groupe.
Nous sommes en train de créer des réseaux de résistance».
« Erick Mary » parle aussi de l’importance de fonder des crèches familiales et patriotiques :
« Nous voulons proposer à des mères d’origine africaine de mettre leurs enfants avec des petits Français pour bien apprendre la langue.
En échange elles doivent s’engager par des cours du soir à apprendre un métier et aussi la langue française.
C’est important pour recréer du lien.
Il faut créer des réseaux associatifs qui vont répondre au démantèlement de la République et de l’État.
Il faut palier à la fin des services publics en France.
Ils veulent casser toutes ces bonnes choses en France qui font notre pays !

Ils veulent faire de nous des Américains !».

Pour « Erick Mary » ce n’est pas Hollande le problème mais l’Union européenne avec ses traités qui sont appliqués et qui visent la destruction de la France en introduisant la création de « Länder » dans le pays.

Garde à vue.

Plus d’une centaine de manifestants pacifiques ont été mis derrière des fils barbelés durant plus de 3 heures.
« Nous sommes là depuis trois heures.
Il est 23 heures 30», dit une jeune femme.
Le journaliste de l’agence « Info Libre » qui a été raflé aussi par la police utilise sa caméra pour nous montrer l’état de détention :
« Regardez le nombre de personnes qui se trouvent là.
Regardez les fils barbelés !».
On voit dans une autre section d’autres manifestants qui viennent de recevoir leur notification d’arrestation pour garde à vue.
Avant d’arrêter, le journaliste dit :
« Regardez bien ce qui se passe en France !
Le pays qui donne des leçons de démocratie aux autres pays … »

Olivier Renault

http://french.ruvr.ru  du 27/01/2014

Cela se passe en France, fin janvier 2014 et nos journaux d’informations ne nous en parlent à peine !
Par contre, dimanche et lundi, nous avons été abreuvés jusqu’à la nausée de films ou documentaires sur la seconde guerre mondiale et…bien sûr, les éternelles « lamentations » !
Il y en a marre, penser aux morts est une affaire privée et personnelle, pensons à ceux qui veulent vivre…ou à ceux qui essaient selon leurs modestes moyens, quand des mégalomanes pervers et sournois veulent les en empêcher !

Les Français Parlent De La France.

pays171-300x225

Vous aimez trop Grand Corps Malade !

 

 e-slam censuré par les médias

Image de prévisualisation YouTube

 il n’est vraiment pas « politiquement correct »!

Profitez-en pour copier la vidéo sur une clé ou sur votre disque,  trop nombreuses sont celles de lui qui ont déjà été supprimées.

 

Tri Yann 30 Ans Au Zenith

Image de prévisualisation YouTube

De la musique, des costumes, des refrains
qui sont de nos latitudes et longitudes !

 

 

Saint-Malo Grande Marée 2014

Image de prévisualisation YouTube

Un superbe spectacle visible
sans aller à l’autre bout du monde

Inconscient qui se fait emporter par le courant
en traversant le passage de Gois

Image de prévisualisation YouTube

Les médias parlent de tout sauf
de nos faits divers qui nous intéressent

« >Autre Que  Réseau Social

Les Français En Colère Etaient Bien Là !

 

jour de colère

Le pouvoir tente de déstabiliser
« Jour de Colère »

Monsieur le Préfet,

Je suis le conseil d’une déclarante au nom du collectif   »Jour de Colère«  de manifestation qui doit se dérouler dimanche 26 janvier à 14 heures pour aller de la place de la Bastille à la place Vauban.

Bien que la déclaration ait été faite le 7 janvier vous avez finalement décidé d’imposer une modification du lieu d’arrivée Place Vauban hier en fin de matinée, ce qui, pour les organisateurs, pose d’évidentes difficultés matérielles.

Vous avez prétexté la proximité de la place de l’Opéra avec des lieux sensibles, comme si la Place Vauban qui se situe près de l’assemblée nationale n’était pas également un lieu sensible.

En outre, vous avez imposé un parcours rallongé pour éviter les quais et le boulevard Saint-Germain en invoquant des raisons liées à la circulation mais que l’on peut aussi aisément considérer comme une volonté d’occulter délibérément la visibilité de cette manifestation populaire.

La manifestation étant déclarée jusqu’à 18 heures, vous avez affirmé que le délai était largement suffisant.

Cependant, compte tenu de la longueur de ce parcours qui n’est pas du fait des organisateurs qui entendent tout faire pour respecter les délais, il va de soi que tout dépassement de cet horaire, notamment pour tenir des discours qui sont l’un des buts de toute manifestation démocratique, ne pourra leur être imputable et aucune rigueur ne pourra leur être tenue de ce fait.

Enfin, vos services ont cru bon devoir communiquer par des voies occultes à la presse le nom de jeune fille d’une personne initialement co-déclarante, en communiquant notamment des éléments sur son lieu de travail où de nombreux journalistes l’ont appelée.

Ce faisant et, alors qu’elle n’a finalement pour des raisons de disponibilité pas pu signer cette déclaration, certains membres de vos services ont donc révélé des informations détenues au titre du secret et ce dans une évidente intention de nuire.

A cet égard, je m’étonne qu’une journaliste du « Journal du Dimanche » ait été informé du lieu d’arrivée de la manifestation place Vauban et ce alors qu’aucune information n’avait été faite officiellement par le collectif « Jour De Colère », démontrant ainsi qu’un ou plusieurs membres de vos services étaient en lien avec la presse.

Compte tenu de ces éléments et de la malveillance manifeste de certains des membres de vos services, je vous invite à enquêter sur cette évidente violation de la déontologie policière sans préjudice de plainte pénale au titre de l’article 226-13.

Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en la marque de mon plus profond respect.

 

 

§§§§§§§§§§

JOUR-DE-COLERE1-212x300

Cent Soixante Mille Manifestants

C’est une foule considérable de 160.000 français en colère qui a défilé cet après-midi à Paris.
Partis de la Place de la Bastille à 14h, le cortège s’étalait plus de 2, 5 Km à 15h15, heure à laquelle les derniers manifestants ont quitté la Bastille.
Outre les provocations de la milice socialiste « Antifa » sur le pont d’Austerlitz et celle des Femens Boulevard Saint Marcel, les manifestants du Jour de Colère ont aussi dû supporter des violences policières dès le début de l’après-midi.
Gaz lacrymogènes et tirs de flash-ball ont été utilisés contre des manifestants pacifiques et un passant de 70 ans a été jeté au sol sans raison par des policiers.
Place Vauban, ils étaient attendus par des canons à eau et des pelleteuses blindées.
Manuel Valls a déployé des moyens dignes de l’Ukraine, en attendant peut-être utiliser ceux employés à Damas.

Sans s’arrêter ces provocations, les manifestants ont délivré leurs messages de manière résolue et non-violente. La colère fiscale, le ras-le-bol du chômage ou des entraves que subissent les artisans, les commerçants et les paysans ont été les premiers slogans du Jour de Colère.
Le cortège massé derrière la banderole « Liberté d’expression » était un des plus importants.
Il a rapidement entrainé la totalité des manifestants à reprendre ses slogans :
« François, casse-toi ! » ou
« Hollande, dictateur ! »,
soutenus par le chant de la Marseillaise.
C’est donc un mouvement de colère inédit qui a explosé aujourd’hui et qui n’arrêtera plus de se répandre.

Il ne reste qu’une issue à cette crise :
les parlementaires doivent immédiatement prendre les responsabilités que la constitution de la Vème République leur confie.
Selon l’article 68 de la constitution, il appartient aux élus des deux assemblés de se constituer, par un vote, en Haute Cour de justice, afin d’engager la procédure de destitution du Président de la République pour « manquement grave » à l’exercice de ses fonctions.
La ruine à laquelle il a conduit la France, alors qu’il ne se préoccupe lui-même que de ses turpitudes privées, ne lui permet plus de se parer du titre de Président de la République.

Le Jour de Colère exige solennellement des députés et des sénateurs qu’ils engagent cette procédure de destitution immédiatement.
Le peuple, souverain de notre démocratie, leur adresse cet ultimatum et saura le leur rappeler dans les semaines qui viennent.

http://www.jourdecolere.com  du 26/01/2014

Le « PS » Trahit Le Peuple Français.

la-gauche-m-a-tuer-e1385146999978

Comment les socialistes aident le terrorisme islamique…

De Royal à Hollande en passant par Delanoë et bien d’autre au PS, les contacts socialistes  avec le « Hamas » palestinien et le « Hezbollah » Libanais terroriste n’on jamais cessé !
La preuve que les socialistes ont toujours privilégié les musulmans à leurs peuples trop « moisis » !
Avant le 22 juillet 2013 le Hezbollah, « Parti de Dieu » chiite libanais, n’était pas considéré officiellement par l’EU et la France comme mouvement terroriste, bien qu’il le fût aux Etats-Unis depuis 1997 et dans bien d’autres pays, avec une longue liste d’attentats terroristes à son actif depuis son apparition en 1982.

En octobre 2006 Ségolène Royal échangeait fort aimablement avec l’un de ses représentants à Beyrouth.
Le mois précédent, sans le nommer précisément, Bertrand Delanoë l’avait couvert d’éloges.
Ainsi l’on apprend que, le 17 janvier 2014, « Emmanuel Bonne », conseiller spécial de François Hollande, rencontrait à Beyrouth, EN CATIMINI, un haut responsable du mouvement terroriste.

Si ce sont les Américains et les israéliens, qui ont subi le plus gros des attaques terroristes perpétrées par le Hezbollah, la France, elle aussi, a été très largement touchée !
En octobre 1983, 241 marines américains et 56 parachutistes français de la force multinationale étaient tués lors de l’explosion de deux camions piégés devant des casernes des marines et de l’armée française à Beyrouth (Le Drakkar).
En décembre de la même année une attaque contre des soldats français de la FINUL au sud du Liban faisait 10 morts, dont 1 soldat français, et plus de 110 blessés.
En 1985 les diplomates français « Marcel Carton » et « Marcel Fontaine », le journaliste « Jean-Paul Kauffmann » et le chercheur au « CNRS Michel Seurat » étaient enlevés.
« Seurat » sera assassiné en 1986, sans que ne soit jamais retrouvé son corps.
Cette année-là six autres Français étaient enlevés, dont quatre journalistes d’Antenne 2.
Entre décembre 1985 et septembre 1986 onze attentats perpétrés à Paris faisaient 13 morts et des centaines de blessés.
Deux autres attentats étaient heureusement déjoués.
Le Hezbollah a à son actif des centaines de victimes et des milliers de blessés.
Ce qui lui a valu d’être placé de longue date sur la liste des organisations terroristes des Etats-Unis, du Canada, de l’Australie, de la Grande-Bretagne, du Bahrein et des pays arabes du Golfe Persique.

L’Union européenne attendra donc 30 ans !!!

Jusqu’en juillet 2013 pour ne placer que « la branche armée » du Hezbollah sur sa liste des organisations terroristes, une distinction artificielle rejetée d’ailleurs par les Etats-Unis.
Le 7 mai 2007 « Susan E.Rice », alors Ambassadeur des Etats-Unis aux Nations unies, déclarait avec lucidité : « Je vais être très claire :
nous ne voyons aucune distinction entre les ailes soi-disant politiques et militaires de ces groupes.
Et nous n’aurons pas de contacts avec jusqu’à ce qu’elles déposent les armes, quel que puisse être leur implication au sein du gouvernement libanais
 ».
Par ailleurs, le responsable des relations internationales du « Hezbollah », « Ammar Moussaoui », celui-là même que vient de rencontrer en catimini« Emmanuel Bonne », émissaire de François Hollande à Beyrouth, condamnait alors « avec force la décision européenne de mettre son parti sur liste noire, la considérant comme une insulte au Liban et à son peuple ».
Il soulignait que « tout le monde sait que les branches militaires et politique du « Hezbollah » sont une seule et même chose ».
Fin 2006, déjà, Ségolène Royal, candidate du PS à la présidence de la République, fait une tournée au Proche-Orient, flanquée de l’un de ses directeurs de campagne, le très anti-israélien (pour ne pas dire antisémite) Jean-Louis Bianco.
Et à propos d’une grande manifestation du « Hezbollah » à Beyrouth, dans la foulée de l’assassinat du ministre anti-syrien « Pierre Gemayel », elle parle de « moment démocratique », affiche sa volonté de « parler avec tout le monde », et déclare à un député du « Hezbollah », qui vient de se lancer à son intention, à une diatribe anti-américaine et anti-israélienne, comparant Israël au nazisme, :
« il y a beaucoup de choses que je partage avec vous… »
Confrontée au tollé provoqué par cet épisode navrant, son entourage accusera perfidement, le traducteur, de ne pas lui avoir tout traduit… et donc pas le mot « nazya » entendu cependant par l’ensemble des journalistes présents. Ségolène Royal se fendra d’un communiqué de presse qui condamnera ces propos le lendemain.
Mais ajoutera aussi « Personne, personne ne m’empêchera de continuer à dialoguer avec des représentants démocratiquement élus ». (sic)

Quelque temps auparavant, à la mi-septembre 2006, c’est le Maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, qui se rendait à Beyrouth pour y dire sa solidarité avec les Libanais, la « souffrance ressentie par Paris », disait-il, « avec les Libanais tout au long de cette crise… »
C’est ainsi que Delanoë évoquait la seconde guerre du Liban, sans dire un mot de ce qui l’avait réellement provoquée et que je vous rappelle ici.
Le but de la guerre était d’une part de faire cesser les nombreux tirs de roquettes « Katioucha » envoyés par les agents du « Hezbollah » vers les villes du nord d’Israël, où résident près d’un million de personnes.
D’autre part d’affaiblir en profondeur l’organisation terroriste du « Hezbollah » qui opère à partir du territoire libanais.
Et enfin, l’objectif était de libérer les 2 soldats israéliens kidnappés par des hommes du Hezbollah le 12 juillet 2006 au matin.
Annonçant ses rencontres avec « beaucoup d’autorités religieuses de toutes les confessions… » « Des personnalités libanaises représentatives de ce peuple que nous aimons, de sa diversité, de ses engagements », Bertrand Delanoë ajoutait :
« il n’est pas possible de repousser un Libanais patriote qui met son peuple, son histoire, son avenir avant toute autre considération quelle que soit sa religion, quel que soit son parti, il est libanais, et c’est pour cela que la France l’aime ».
On ne saurait être plus clair… mais surtout l’on souhaiterait que les socialistes considèrent les patriotes Français avec le même respect et le même amour !!!

Peut être faudra-t-il pour cela, que les patriotes
se lancent dans le terrorisme et posent quelques bombes au siège du PS ?!!

Aujourd’hui l’on retrouve la même volonté française, sous la présidence de normal 1er, cette fois, de discuter avec « tous les partis politiques » libanais quels qu’ils soient, rapporte le quotidien libanais « L’Orient Le Jour » (sans faire une ligne d’ailleurs dans la merdiasphére hexagonale) qui relate la visite du « conseiller du président français François Hollande » ayant « rencontré le vendredi 19 janvier 2014 à Beyrouth un responsable du « Hezbollah », le mouvement chiite libanais engagé dans les combats en Syrie aux côtés des troupes du régime… »
Notant que « il s’agit de la première réunion d’un haut responsable français avec le « Hezbollah » depuis que la branche militaire du mouvement chiite a été inscrite le 22 juillet 2013 sur la liste de l’Union européenne des organisations terroristes ».
Ainsi, et selon, le mouvement terroriste chiite, «  »Ammar el-Moussaoui », qui dirige les relations internationales du « Hezbollah », a rencontré le conseiller du président français François Hollande pour le Moyen-Orient, « Emmanuel Bonne », qui était accompagné de l’ambassadeur de France à Beyrouth « Patrice Paoli »… »
Pour discuter des « développements tant au niveau local que régional… »
Le 17 décembre 2013, dans un entretien avec le quotidien libanais « The Daily Star », l’ambassadeur de France jugeait « qu’une entente entre l’Iran et l’Arabie Saoudite et un dialogue maintenu avec le « Hezbollah », est nécessaire… »
Dans un pays décrit comme « allant à la dérive…»
Dans un autre entretien début décembre 2013, avec « As Safir », cette fois.
S’il qualifiait l’intervention du Hezbollah en Syrie « d’erreur », le diplomate en poste au Liban depuis 2012, semblait mettre en doute la justesse de la décision européenne d’inscrire la branche armée du « Hezbollah » sur sa liste de mouvements terroristes et ajoutait :
« la France ne veut rompre aucun lien avec des partis libanais représentatifs…
Elle veut dialoguer avec tous.
Notre dialogue avec le « Hezbollah » continue donc avec ses représentants politiques
 ».
S’il admettait, naïvement, que « l’Iran, en tant qu’Etat, devrait combattre le terrorisme, » (sic) il ajoutait :
« le « Hezbollah » est un parti politique, pas un Etat.
La France coopère avec des Etats et des gouvernements.
Combattre le terrorisme est la responsabilité du gouvernement, de l’armée et des forces de sécurité libanais…
 »

Trente milliards de dollars saoudiens, et des contacts maintenus avec le Hezbollah.

Selon « Al Balad » (journal libanais proche du 14-Mars mouvement anti-syrien) cette rencontre entre le conseiller spécial de François Hollande et un responsable du « Hezbollah » « a voulu assurer que Paris maintient son rôle de médiateur ainsi que son parrainage de toute éventuelle sortie de crise au Liban et que les relations avec le « Hezbollah » sont constantes ».

Elle s’inscrit dans ce contexte :
le Prince saoudien « Bandar Bin Sultan » s’est rendu, ajoute le quotidien, « en France chargé d’un panier de stimulants économiques qui ont fait venir l’eau à la bouche de François Hollande.
Ce dernier n’a pu résister longtemps au charme des 30 milliards de dollars qui ont été proposés par le royaume.
Il a donc accepté de jouer avec tact le jeu qui consiste à contenir l’aventurisme saoudien sans toutefois oublier de rassurer les Américains du fait que les intérêts qui lient les deux pays sont purement d’ordre économique.
A cet effet, Hollande a tout d’abord levé le veto que la France avait opposé à l’inscription de l’aile militaire du « Hezbollah » sur la liste « UE » des organisations terroristes.
Quelques jours après la décision européenne, l’administration française a adressé discrètement une invitation au député « Ali Fayyad » 
».
En octobre 2013 le député du « Hezbollah » était reçu au Quai d’Orsay, (toujours en catimini) pour expliquer son point de vue à l’égard de la décision européenne et pour dire :
« que celle-ci n’aura aucun impact sur la volonté de Paris d’être ouvert à l’égard du « Hezbollah » ».

Quelles qu’aient pu être les raisons ayant conduit à une telle rencontre entre un émissaire de François Hollande et un des dirigeants du « Hezbollah », il n’en reste pas moins que l’on constate une volonté constante de dialoguer avec le « Hezbollah » terroriste, par des personnalités appartenant au PS, volonté qui demeure inchangée en dépit de l’inscription de la branche armée de ce parti sur la liste des mouvements terroristes de l’Union européenne…

Voila comment le PS et le gouvernement salissent la France !

En maintenant des relations contre nature avec les musulmans les plus dégénérés, les plus fanatiques !

Comment le PS et Hollande se compromettent honteusement avec des assassins de civils français et soldats français !

Pour n’en douter pas une seconde, recevoir le vote des musulmans de France et avec l’affaire Dieudonné convoiter le vote des juifs de France !

Jamais les socialistes français ne reculeront devant les plus bas instincts électoraux !

Les grands oubliés de ces tractations indignes, vous le remarquerez,
sont bien entendu les chrétiens « moisis » de France !

André GALILEO

http://ripostelaique.com  du n° 339, le 26/01/2014

Un U.S. Examine Les Pays Musulmans.

explosion

Le Moyen-Orient : l’homme malade du monde.

La « chute de Falloujah » en Irak, tombée récemment aux mains d’un groupe lié à « Al-Qaïda », rappelle le souvenir amer des ressources et des vies consacrées entre 2004 et 2007 par les Américains au contrôle de la ville – autant d’efforts qui n’ont servi à rien.
De la même manière, les centaines de milliards de dollars dépensés pour la modernisation de l’Afghanistan n’ont pas empêché la libération de 72 prisonniers auteurs d’attaques contre des Américains.
Ces deux exemples illustrent un constat plus général :
Les maux affectent si profondément le Moyen-Orient (à l’exception notable d’Israël) que les puissances étrangères ne peuvent y remédier.
En voici un rapide aperçu :

L’eau est en train de manquer.
Un barrage en construction sur le Nil Bleu en Éthiopie risque gravement de couper l’Égypte de sa principale source d’approvisionnement en eau en engloutissant des tonnes d’eau pendant des années.
La Syrie et l’ Irak souffrent de crises liées à l’eau en raison de l’assèchement du Tigre et de l’Euphrate.
Au Yémen, la culture du qat, plante narcotique, y absorbe tellement les ressources en eau déjà limitées que Sanaa pourrait devenir la première capitale moderne à être abandonnée pour cause de sécheresse.
En Arabie Saoudite, les systèmes mal pensés de culture du blé ont épuisé les nappes aquifères.
À l’opposé, le barrage mal conçu de Mosoul en Irak menace ruine et risque de noyer directement un demi-million de personnes et d’en priver plus encore d’électricité et de nourriture.
Gaza est envahie par les eaux usées.
De nombreux pays subissent des coupures d’électricité et particulièrement durant les chaleurs estivales accablantes qui atteignent régulièrement les 50 degrés.

La population est également en train de faire défaut.
Après avoir connu une explosion démographique perturbante, la région voit à présent ses taux de natalité s’effondrer.
L’Iran, par exemple, a subi la plus forte chute de taux de natalité qu’un pays ait jamais connue, passant de 6,6 naissances par femme en 1977 à 1,6 en 2012.
Cela a créé ce qu’un analyste appelle une « panique apocalyptique » qui nourrit l’hostilité de Téhéran.

Le dénuement des écoles, la répression exercée par les gouvernements et l’archaïsme des mœurs génèrent des taux de croissance économique ridicules.
La famine menace l’Égypte, la Syrie, le Yémen et l’Afghanistan.

Les énormes réserves de pétrole et de gaz ont dénaturé presque tous les aspects de la vie.
Les minuscules monarchies de type médiéval comme le Qatar deviennent des puissances mondiales surréalistes qui jouent à la guerre en Libye et en Syrie, sans tenir compte des vies qu’elles brisent, alors qu’une foule de travailleurs étrangers opprimés et exclus travaille dur et qu’une princesse consacre à l’acquisition d’œuvres d’art un budget inégalé dans l’histoire de l’humanité.
(« Al-Mayassa bint Hamad bin Khalifa Al-Thani »-née en 1983-, sœur de l’émir du Qatar et présidente de l’Autorité des Musées du Qatar, consacrerait annuellement environ un milliard de dollars pour ses dépenses en œuvres d’art.)
Les privilégiés, protégés par leurs réseaux et leur argent, peuvent assouvir leurs envies cruelles.
Le tourisme sexuel dans les pays pauvres comme l’Inde se développe.
Les tentatives pour instaurer la démocratie et la participation politique tournent à l’échec comme en Égypte ou portent au pouvoir des fanatiques qui dissimulent adroitement leurs objectifs, comme en Turquie.
Les tentatives pour renverser des tyrans cupides amènent soit des tyrans idéologiques pires encore (comme en Iran en 1979) soit l’anarchie (comme en Libye ou au Yémen).
En général on soutient les deux camps pour perdre et l’État de droit demeure un mirage.
L’islamisme, qui est actuellement l’idéologie politique la plus dynamique et la plus menaçante, est illustré par une déclaration morbide adressée par le Hamas aux Israéliens :
« Nous aimons la mort plus que vous n’aimez la vie. »
La polygynie, la burqa, les mutilations génitales et les crimes d’honneur font des femmes au Moyen-Orient les plus opprimées au monde.

La vie au Moyen-Orient est marquée par des préjugés tenaces et souvent officiels,  fondés sur la religion, la confession, l’ethnie, la tribu, la couleur de peau, la nationalité, le genre, l’orientation sexuelle, l’âge, la citoyenneté, le travail et le handicap.
L’esclavage demeure un fléau.

La vie politique dans la région est dominée par les théories du complot, le zèle, le ressentiment et la répression politiques, l’anarchie et l’agressivité.
Les notions modernes relatives à l’individu demeurent marginales dans des sociétés où les liens familiaux, tribaux et claniques restent dominants.
Le Moyen-Orient souffre d’un besoin de faire disparaître les pays stables.
Israël est la victime potentielle la plus connue mais le Koweït a en fait cessé d’exister il y a six mois alors que le Liban, la Jordanie et le Bahreïn peuvent être engloutis à tout moment.
Les États du Moyen-Orient dépensent des sommes colossales pour leurs services de renseignements et leurs armées et créent des forces inutiles chargées de se surveiller mutuellement.
À l’étranger, ils se lancent dans des achats superflus de tanks, de bateaux et d’avions.
Ils consacrent des revenus exorbitants aux armes chimiques, biologiques et nucléaires et à la livraison de celles-ci.
Même les groupes terroristes comme « Al-Qaïda » cherchent à acquérir des armes de destruction massive.
Les méthodes terroristes de pointe se développent au Moyen-Orient.

L’échec économique et politique produit un grand nombre de réfugiés :
Depuis les années 1980, la population de réfugiés la plus importante au monde est constituée par les « Afghans » désormais en passe d’être supplantés par les « Syriens » qui sèment la pauvreté et le chaos dans les pays où ils sont accueillis.
Des âmes désespérées tentent de quitter la région pour les pays occidentaux en laissant en chemin de nombreux morts.
Celles qui y arrivent importent les maladies de leur région dans des pays aussi sains que la Suède et l’Australie.

Au XIXe siècle, des diplomates ont surnommé l’Empire ottoman « l’homme malade de l’Europe ».
À présent, c’est le Moyen-Orient dans son ensemble que je nomme l’homme malade du monde.
Il faudra des décennies pour trouver un remède aux haines, à l’extrémisme, à la violence et au despotisme qui sévissent dans la région.
En attendant l’avènement de ce processus, le monde extérieur ferait mieux de ne pas verser son sang ni son argent pour le salut du Moyen-Orient – c’est sans espoir – mais devrait se protéger lui-même contre les menaces multiples en provenance de cette région, qui vont du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) aux harems en passant par le mégaterrorisme ou l’impulsion électromagnétique.

Daniel Pipes (Adaptation française – Johan Bourlard)

http://fr.danielpi  du 24/01/2014

 

A quand l’enseignement de l’arabe dans les écoles primaires américaines ?
Il faut être en Europe pour vivre le flot de l’immigration
!

Manolo Fait Encore Des Siennes !

valls-300x232

Et maintenant, Manuel Valls contre les « cathos intégristes »

Manuel Valls a appelé la gauche, le 22 janvier, à combattre avec la même vigueur les intégristes catholiques et les revendications religieuses dans les banlieues.
Une première menace vient, selon les propos du ministre de toutes les polices (et donc de la pensée), de « l’ultra-droite catholique, rejointes par une partie de la droite » lors des débats sur l’avortement. Cet expert de la communication et de la manipulation sémantique renvoie donc dos à dos « intégristes catholiques » et « intégristes musulmans » (il ne les nomme pas mais on a bien compris que, concernant les banlieues, il n’évoque pas les agissements des adeptes ultras du culte druidique celte).
Faute de succès dans la poursuite des voyous encagoulés, notre ministre semble décidé à faire la chasse aux soutanes :
plus facile, sans doute !
En tout cas, cette analogie arbitraire relève tout simplement de la construction de fausses fenêtres.

En effet, la façade bien symétrique que notre esthète de la place Beauvau veut nous imposer correspond-elle bien à la réalité ?
A-t-on vu nulle part dans le monde de ces fameux « catholiques intégristes » s’entourer le torse d’explosifs cachés sous leur loden et aller se faire sauter dans un lieu public ?
A-t-on vu des moines fous, tout de bure vêtus, détourner un avion pour détruire un immeuble et des milliers de vies ?
Plus anecdotique, le port du foulard Hermès (pas toujours) dans une église peut-il être assimilé (oh, le vilain mot !) au port du voile intégral ?
Evidemment non.
Alors, qu’est-ce qui permet à M. Valls, adepte de la laïcité intégrale, de qualifier que tel groupe de catholiques serait intégriste ?
A-t-il une compétence particulière, outre sa fonction de ministre des Cultes, qui lui permettrait de juger du degré d’intégrisme de telle ou telle communauté catholique ?
Qu’est-ce, du reste, qu’un catholique intégriste ?
Il me semble que, selon les critères socialistes, on le devient très vite.
Être opposé à l’avortement et à sa banalisation suffit désormais pour recevoir l’infamante qualification et être mis dans le même sac que ceux qui veulent imposer la « charia » en France.
Adeptes de la génuflexion, attention, geste douteux !
Une loi, peut-être ?

C’est pourquoi je ne saurais trop recommander aux catholiques, disons « bon teint », et même, soyons charitables, aux catholiques « de progrès » de ne pas tomber dans le piège de cette diabolisation orchestrée des soi-disant catholiques intégristes.
Les socialistes appliquent le processus révolutionnaire qui consiste à pousser hors du débat tout ce qui s’oppose à son projet sociétal mortifère.
Cette évacuation s’effectue par la porte située à l’extrême droite de l’édifice.
Ce qui était modéré hier sera donc mécaniquement extrémiste demain et donc à éliminer, toujours par la même porte et ainsi de suite.
Et après ?
Si dans ce processus totalitaire, ils peuvent aller jusqu’à nous embarquer les prétendus catholiques de Golias, pourquoi pas…
À toute chose malheur est bon.

Georges Michel

http://www.bvoltaire.fr  du 26/01/2014

Alerte, La France N’est Plus Française.

singe-e1379097210514

En attendant les langues africaines…

Le ministère de l’Éducation nationale propose « à l’école élémentaire » des cours de langue arabe et de culture algérienne.
Il diffuse un questionnaire « à retourner obligatoirement à l’école ».

Celui que je détiens provient de l’école élémentaire « Gérard-Philipe » à Grigny dans l’Essonne, et est rédigé en Français et

en arabe.

En voilà le texte en Français :

Madame, Monsieur,
Votre enfant peut recevoir à l’école l’enseignement de la langue arabe et de la culture algérienne.
Tout en valorisant les origines de sa famille, cet enseignement peut être un atout pour sa réussite personnelle.
Par accord entre l’Algérie et la France, ces cours sont assurés par des enseignants algériens qualifiés.
Ils font partie du travail de classe.
Ils peuvent être intégrés à l’horaire scolaire ou donnés après la classe en étant cependant considérés comme de véritables activités scolaires.
Si vous souhaitez que votre enfant commence un tel enseignement l’année prochaine, ou qu’il le continue s’il l’a déjà commencé, remplissez le formulaire joint et remettez-le au directeur de l’école de votre enfant.
Merci de répondre rapidement, c’est nécessaire pour organiser le cours pour la rentrée prochaine. »

Suit la traduction en arabe.

C’est hallucinant :
Il ne s’agit pas de l’enseignement d’une langue étrangère mais de maintenir l’enfant dans sa culture d’origine et d’empêcher ainsi son intégration.
Je laisse à penser ce que dira l’« enseignant algérien qualifié » des « méfaits » de la France en Algérie.
Par la suite on peut s’attendre à voir les langues africaines, peul, bambara, swahili… bénéficier du même privilège.

Pourtant, depuis l’ordonnance de « Villers-Cotterêts » en 1539 sous « François Ier », le Français est la seule langue admise en France et l’article 2 de la Constitution précise :
« La langue de la République est le Français. »

On peut se demander si ce texte a été diffusé dans toutes les écoles de France et de Navarre ou réservé à celles des « quartiers sensibles », officialisant ainsi des ghettos d’où les Français de souche vont se sentir encore un peu plus exclus.

François Jourdier

http://www.bvoltaire.fr  du 26/01/2014

Et bien sûr, ces enseignants algériens vont être payés par nos impôts !
Mais il ne faut pas nous prendre pour des imbéciles, la France n’est pas encore algérienne, même si de nombreux enfants d’immigrés ont été pondus sur notre sol !
Nous sommes en France, notre langue Nationale enseignée GRATUITEMENT dans nos écoles publiques et laîques doit rester le Français, réveillez-vous Français de souche et de coeur, ils sont fous ces ministres !

Les Organes Rapportent Gros Au Noir.

les-3-singes-300x183(1)

La mondialisation juteuse du trafic d’organes

Jusqu’où peut-on aller pour sauver des vies ?
Sur « Arte », mardi soir dernier :
«  »Voyage au cœur du trafic d’organes » ».
Au programme, médecins sauveurs et criminels, malades à bout et misère noire au temps de la mondialisation juteuse et au régal des mafias.
C’est un paradoxe :
Plus la médecine progresse, plus on a besoin d’organes.
Une denrée qui répond plus qu’une autre à la loi du marché :
l’offre et la demande.
On sait aujourd’hui remplacer tout ou presque des pièces défectueuses d’un humain.
Globalement, à quelques nuances géographiques près, les demandeurs sont au nord et les fournisseurs de marchandise au sud.
Tout circule :
cornées, ovocytes, foies…
Le cœur est à part : on n’en a qu’un.
Mais les reins, en revanche…

On suit dans le reportage de « Ric Esther Bienstock » des malades à bout :
Huit, dix, quinze ans de dialyse et toujours pas d’espoir de voir arriver un greffon.
Alors, certains finissent par céder aux sirènes d’Internet.
Hypothèquent la maison et font leurs valises pour le Vieux Continent ou l’Amérique du Sud.
10 à 15 % des transplantations d’organes se feraient de manière illégale, nous dit-on.
Pour le rein – le plus demandé –, le chiffre atteindrait 35 %, et encore est-il largement sous-évalué dans la mesure où les « donneurs » déclarent, bien sûr, qu’ils n’ont rien touché et jurent sur l’honneur que leur démarche est purement altruiste.
Le receveur débourse de 70.000 à 120.000 dollars, le donneur touche de 700 à 2.500 dollars.
Pour l’un la vie, pour l’autre de quoi sortir une famille de la cave où elle croupit, acheter une boutique, une moto, une télé…
Et la « qualité » de l’organe ?
On assure au receveur qu’elle est parfaite, bien sûr.
Sauf que c’est la loterie.

On fait connaissance du Canadien « Raul Fain » qui a déboursé 70.000 euros pour se faire greffer un rein au Kosovo.
Il était parti pour la Turquie, mais ça sentait un peu le roussi pour le Docteur « Yussuf Sonmez ».
Brillantissime chirurgien turc, il est aujourd’hui sous le coup d’un mandat d’arrêt international, comme ses chers confrères, le néphrologue israélien « Zaki Shapira » et l’homme de la finance « Moshe Harel ».
Direction, donc, la clinique Medicus, à Pristina, où « Raul Fain » reçoit le rein d’une femme moldave.
« Yussuf Sonmez » se vante d’avoir 2.400 transplantations à son actif, réalisées en Turquie, en Azerbaïdjan, au Kosovo…
Comme ses confrères, il a la conscience bien tranquille :
Ces histoires de trafic, dit-il, « c’est le problème des comités d’éthique, pas le mien ».
Eux sont des bienfaiteurs de l’humanité, forcément, d’autant que le trafic n’est pas près de se tarir.
On découvre ainsi, au fil du reportage, des familles, et même des villages aux Philippines où quasiment tous les hommes ont donné un rein.
Un « rabatteur d’organes » déplore :
« Il ne reste plus de donneurs de groupe O dans la province, ils ont tous donné un rein. »
Au Canada, on peut même trouver un rein par petites annonces sur Internet, de particulier à particulier…

À quoi est-on prêt pour sauver sa vie ou celle d’un proche ?
Pourquoi est-il moral de faire don d’un organe à un inconnu et immoral d’en tirer profit pour aider sa famille ? Les questions se bousculent.
D’aucuns avancent des pistes que d’autres réfutent à grands cris :
Par exemple, attribuer les reins sous couvert de l’anonymat (pour éviter un scandale comme en a connu l’Allemagne, où les chirurgiens faisaient passer leurs propres malades en tête de liste) et fixer une rétribution unique des donneurs.
En attendant que la recherche sur les cellules souches nous permette d’imprimer des organes en 3D et à la chaîne…

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr  du 26/01/2014

Le Camouflage Immigration-niste Suédois.

lapressegaveedesubventionsdetat-e1380561600232

Si la vérité n’est pas politiquement correcte, alors elle est raciste.

Le principal quotidien suédois, « Dagens Nyheter », toujours très respectueux du message politiquement correct, a pourtant publié la semaine dernière une publicité pour un livre sur l’immigration « Le camouflage immigrationniste ».
D’habitude,« Dagens Nyheter » ne passe pas de telles annonces et les deux auteurs du livre avaient négocié pendant un mois avant de voir leur publication acceptée.
Le contenu de la publicité avait bien entendu été examiné en profondeur par l’équipe éditoriale du journal, y compris son rédacteur en chef qui n’avait trouvé aucune incohérence dans les faits présentés.
Mais cela n’a pas suffi à éviter une tempête de réactions parmi « l’élite », journalistes, professeurs politiques et autres leaders d’opinion qui ont évoqué de la « propagande raciste » et un « sujet xénophobe ».
Les commentaires parlaient de  « publicité raciste » et ont demandé au journal de s’excuser.
La journaliste Alexandra Pascalidou a dénoncé une publicité « au service de la propagande raciste ».
Et une page Facebook a été créée contre le « racisme dans nos médias ».

Cependant, aucune contradiction sur le fond du livre et les faits présentés.
Le texte de la publicité était le suivant :

  1. De 2000 à octobre 2013, la Suède a accueilli 1.1 million d’immigrés.
  2.  Depuis le début de la guerre en Syrie, 16.400 Syriens se sont installés en Suède pour seulement 2.000 au Danemark et 802 en Norvège.
  3. L’immigration concerne essentiellement le regroupement familial et 1/3 de ces immigrés ne vivent que grâce à l’aide sociale.
  4. Les citoyens nés à l’étranger représente 15% de la population totale et reçoivent 60% du budget total d’aide sociale.
  5. La Suède comptait en 1990 3 ghettos, 156 en 2006 et on a arrêté de les compter depuis.
  6. Parmi ceux qui avaient reçu un asile dans le pays, 70% sont sans emplois deux ans après.
  7. (pas traduit)
  8. 64% des Suédois pensent que les médias ne disent pas la vérité sur les troubles sociaux liés à l’immigration.

http://fr.novopress.info  du 19/01/2014

 

§§§§§§§§§§

Israël envoie ses réfugiés érythréens en Suède

Alors que les protestations de milliers de migrants africains contre la politique d’accueil d’Israël entamaient avant-hier leur troisième journée, le ministre israélien de l’Intérieur, « Gideon Sa’ar », a annoncé le 7 janvier que des douzaines de réfugiés érythréens venaient de quitter volontairement Israël pour la Suède.

La Suède a accepté de les prendre sous la pression de l’ONU dans le cadre d’un plan de réinstallation dû à ces circonstances exceptionnelles.
Le ministre de l’Intérieur a précisé que chaque réfugié partait avec une aide de 3.500 US dollars et devait promettre de ne jamais tenter de revenir.

http://fr.novopress.info  du 09/01/2014

Un jour Les Cages Seront Ouvertes.

pillard-e1381931890483

Un jour, les gendarmes ne seront plus là…

Vivent désormais parmi nous des bêtes sauvages, plus promptes à piller qu’à aider.
Après les dramatiques inondations ayant dévasté plusieurs communes du Var, nos soldats n’ont pas ménagé leur peine pour venir en aide à la population.
Je ne parle pas que de ces hommes en treillis s’affairant à déblayer et à vider les caves inondées, mais aussi des autres militaires – des gendarmes plus précisément – qui eux ont été envoyés en renfort pour assurer la sécurité ! Eh oui, ce sont 100 gendarmes qui ont été déployés pour éviter d’éventuels pillages, en particulier dans les maisons abandonnées à la hâte par leurs habitants dans les zones les plus sinistrées.
Ah, lors du passage de l’ouragan Katrina aux USA en 2005, nous nous étions bien moqués de cette société américaine folle, obligée d’envoyer sa Garde nationale patrouiller à La Nouvelle-Orléans pour empêcher agressions, saccages et pillages.

Sommes-nous finalement si loin désormais de ce dont nous riions hier, si fiers de notre « vivre-ensemble » ?

Rattrapés par l’individualisme forcené et le déracinement forcé, rattrapés par l’immigration massive et le multiculturalisme, nous sommes entrés dans un véritable processus de « décivilisation ».
Ces terribles scories modernes nous isolent, nous atomisent, nous renferment, nous rendent méfiants, et même méchants.
Et c’est, au fond, assez logique.
Pour que les solidarités naturelles s’expriment, encore faudrait-il se reconnaître comme appartenant à un même peuple.
Et pour se rassembler, encore faudrait-il un minimum se ressembler.
Sans ce sentiment d’appartenance commune essentiel – la « philia » des anciens grecs –, il ne subsiste alors que le chacun pour soi, donc le tous contre tous.
Tout devient permis, et ce « tout » sous-entend malheureusement le pire.

Soyons donc heureux qu’il y ait encore les gendarmes pour patrouiller dans le Var et veiller sur les biens et les personnes – selon l’expression consacrée –, mais prenons aussi acte, à travers ces événements révélateurs (ces gendarmes n’ont pas été envoyés pour rien), que vivent désormais parmi nous des bêtes sauvages, plus promptes à piller qu’à aider.
Un jour les cages seront ouvertes, et les gardiens (ou gendarmes) ne seront plus forcément là.

Chacun de nous l’a-t-il réellement, concrètement envisagé ?

Philippe Vardon

 

http://www.bvoltaire.fr  du 25/01/2014

Le Voile Entre Aussi Dans Le Sport ! ? !

basket-voilees

! Basketteuses Voilées !

Le communautarisme vient de faire son entrée dans le sport !

Une équipe féminine de basket va disputer son premier match revêtue du voile islamique !
Il y avait bien eu, ici ou là, des projets de compétitions féminines auxquelles devaient participer des sportives voilées, mais ils avaient tous échoué :
le bon sens tenait bon.
Hélas !
Ue bon sens vient de lâcher prise :
Une équipe féminine de basket va disputer son premier match revêtue du voile islamique !

Pour une première, c’est une première, mais ce n’est pas une première sportive :
C’est une première communautariste, la pire de toutes, celle qui bafoue ouvertement l’esprit du sport lui-même, puisque le sport transcende toute religion .
(Le sport transcende également toute race et toute nationalité, n’en déplaise aux racistes et aux agitateurs de drapeaux !)

Évidemment, les naïfs verront dans cette extension du voile les progrès du« vivre-ensemble », alors que les lucides auront compris qu’il s’agit d’un pas supplémentaire dans la course à l’islamisation de notre pays.
Quant aux inconditionnels de la « différence », ils se réjouiront de cette initiative, vu qu’ils ne condamnent pas ceux qui bafouent les lois de la République dès lors qu’ils sont d’obédience musulmane.
Il est vrai que ces mêmes inconditionnels ont pris soin d’habiller la réalité de mots admirables, au point de faire de l’islam une « religion d’amour, de tolérance et de paix » !
Après tout, chacun a le droit de voir midi à sa porte, de considérer « Hitler » comme un authentique démocrate, de vénérer « Lénine », « Staline » et « Mao », de vivre sa foi à sa guise…
Bref, d’arborer le voile islamique dans une rencontre sportive si ça lui plaît, car ce n’est pas un simple match de basket qui pourrait inquiéter la France !
Les joueuses du Mans ont d’ailleurs précisé qu’elles porteront le voile dans le respect des lois de la République, puisqu’elles ne cacheront pas leur visage (sic !).

Désormais, ce ne sont plus les hautes instances du sport français qui fixent les limites de la tenue réglementaire des basketteuses et autres sportives, mais « la burqa » !
Le problème est que cette énième lâcheté exaspère, à bon droit, les Français véritables, qui entendent qu’en France on vive à la Française !
Voilà pourquoi nos élus devraient réviser très sérieusement leur islamophilie, autrement dit leur dhimmitude, car la France profonde ne veut plus d’un islam qui se permet, pour lui seul, ce qu’aucune autre religion ne se permettrait pour elle-même sur le sol Français.

La France n’est pas l’Arabie saoudite !

La France n’est pas à vendre à quelque pays musulman que ce soit !
La France n’est pas à vendre !
Son prix est bien trop élevé.
Il est même hors de prix, car c’est le prix de la liberté !
Et cette même liberté n’a qu’un mot face à l’islamophilie de nos élus :
« Stop ! »,
« Assez ! »,
« Ça suffit ! »,
« On n’en veut plus ! »,
« La coupe est pleine ! »,
« Trop, c’est trop ! »,
« Non, non et non ! »

Maurice Vidal

http://www.bvoltaire.fr  du 25/01/2014

 

 

 

 

Qui nous dit que ce ne seront pas des hommes qui seront sur le terrain ?
Attention, les manches longues sont exigées par leur « charia », celles qui n’en portent pas devraient être mises sur le banc de touche…comme celles qui perdraient leur voile pendant le jeu !
Il va falloir refaire de nouvelles règles du basket pour « ces dames » !
Décidément, notre sport devient du n’importe quoi si les islamistes se mêlent de s’immiscer dans des traditions autres que les guérillas… ou les tâches familiales spécifiquement féminines chez eux.

Le Voile Est L’ Etendard De L’ Islam.

orient-occident-e1376861149859

Le voile islamique aux origines de l’islam et de nos jours.

Des fleuves d’encre ont coulé sur le voile islamique sans dissiper la confusion à son sujet.
Les juristes occidentaux qui n’y comprennent goutte se sont contentés de prendre les affirmations des islamistes pour de l’argent comptant, à savoir que le port du voile pour la musulmane, constitue une obligation religieuse incontournable.
Certaines militantes islamistes vont même plus loin, elles prétendent que la femme qui se voile fait preuve d’une profonde spiritualité, il ne s’agirait pas seulement d’une obligation religieuse qui lui est imposée par Allah, mais de la voie royale qui mène au salut !
Bien entendu, elles ne nous expliquent pas pourquoi cette voie n’est pas ouverte aux hommes, et pourquoi ces derniers ne l’empruntent pas pour se rapprocher de leur créateur.

On le voit bien le sujet prête à controverse.
D’autant plus que les musulmans ne s’entendent pas sur les exigences d’Allah, autrement dit il n’existe pas de règle claire sur ce que la femme a intérêt à cacher si elle veut éviter la damnation éternelle.
Parlant de damnation, on ne peut s’empêcher de penser aux centaines de millions de musulmanes qui se sont promenées tête nue depuis 1910 et celles qui ont quitté ce monde pour l’autre doivent en ce moment rôtir dans leur enfer.
On comprend mieux pourquoi au Québec, les petites musulmanes se voilent par choix à 9 ans et même à un âge plus tendre, elles ne prennent aucune chance, de peur de connaître le même sort que leurs grand-mères!

La théologie du voile

À en croire les islamistes, Allah dans sa grande sagesse a créé le poil qu’il a équitablement distribué aux humains.
Par le truchement du poil, Allah a distingué les femmes des hommes :
Aux hommes il a donné la barbe et aux femmes les longs cheveux.
Allah a voulu que les attributs de la virilité chez les hommes soient visibles, il a ordonné aux croyants de laisser pousser leur barbe et de l’exhiber avec fierté.
Mais à l’inverse il a voulu que les attributs de la féminité chez les femmes soient cachés, il a donc enjoint aux croyantes de se voiler.
Telle est la volonté d’Allah qu’un vrai croyant ne discute pas : la barbe masculine doit être visible, la chevelure féminine doit être cachée.
C’est ce point précis que les juges de la cour suprême du Canada ont scrupuleusement noté et retenu, sans aller plus loin dans la compréhension de la théologie capillaire islamique.

Mais la bonne volonté des juges et leur propension à croire à la sincérité des islamistes ne semblent pas avoir de limite.
Il n’y a pas si longtemps ils ont eu à se prononcer sur le cas d’une musulmane qui refusait de découvrir son visage pour témoigner en cour.
Plutôt que d’affirmer clairement la prééminence de la justice sur les choix d’ordre religieux, ils ont ouvert une brèche par laquelle les islamistes sont tout heureux de s’infiltrer avec l’intention de l’élargir à la première occasion.
Mais nos braves juges auraient dû fouiller davantage l’histoire sainte de l’islam, un peu de curiosité les aurait peut-être empêchés d’errer.
Voilà ce qu’ils auraient pu trouver :
Leprophète Mahomet, c’est bien connu, avait une dent contre les juifs, il leur a fait bonne guerre et les a consciencieusement exterminés, non sans prendre pour captives et esclaves sexuelles les épouses de leurs chefs.
De retour de l’oasis de Khaïbar qu’il a conquise aux dépens de la tribu israélite des Banu Nadir, Mahomet n’était pas peu fier d’exhiber son butin et Safia sa captive, dont il venait de tuer le mari, après l’avoir soumis à la torture pour qu’il dévoile l’emplacement de son trésor.
Sur le chemin du retour et après l’avoir violée, il s’éprit de la pauvre veuve, ému par sa beauté bien plus que par ses larmes.
Il l’épousa aussitôt, faisant fi des règles coraniques qui imposent un délai de trois cycles menstruels pour le remariage des veuves.
En épousant Safia, Mahomet lui imposa le voile pour bien montrer qu’elle était désormais sa femme et non une esclave (Boukhari:v4).
En effet le voile, comme on le verra plus bas, avait été rendu obligatoire pour les femmes musulmanes libres, les esclaves musulmanes ne le portaient pas.

Le voile servait donc, entre autres, à distinguer les femmes libres des esclaves, il ne s’agissait pas d’une pratique religieuse à proprement parler mais d’un signe qui indiquait l’appartenance sociale.

Mais, aux premiers temps de l’islam, voiler la femme libre la mettait à l’abri des violences sexuelles perpétrées par les guerriers musulmans, ces derniers ne se privaient pas de violer les femmes lorsqu’ils tuaient et pillaient « dans la voie D’Allah ».
Bien souvent emportés par leurzèle, ils ne faisaient pas de distinction entre les croyantes et les infidèles, ce qui provoqua le mécontentement des compagnons de Mahomet.
Fort opportunément, Allah a fait descendre le fameux verset du voile qui ordonne à Mahomet de dire aux femmes des croyants de se voiler car :
«…c’est pour elles le meilleur moyen de se faire reconnaître et de ne pas subir de préjudice» (coran XXXIII.59).
Étrange cette idée de cacher la femme afin qu’elle soit reconnue !
Reconnue en tant que musulmane bien sûr, et par qui si ce n’est par les valeureux guerriers musulmans ?
Il n’est pas venu à l’esprit d’Allah d’interdire à ses guerriers de violer les femmes des infidèles, leur ardeur pour l’islam eût été refroidie.

Simple remarque :
Plus de 90% des viols dans les pays scandinaves sont perpétrés par des musulmans, 100% des victimes sont des femmes non-voilées, quatorze siècles plus tard les mêmes causes produisent les mêmes effets… en « Scandinarabie ».

Le voile étendard de l’islamisation 

Le port du voile ne fait pas partie des cinq piliers de l’islam.
Les origines du voile aussi modestes que prosaïques ont été malheureusement oubliées ou plutôt occultées par les islamistes.
Il n’y a rien dans l’islam qui ressemble aux dix commandements, il y a bien les cinq piliers de l’islam, mais le port du voile par les femmes n’en fait pas partie.
Quand on y regarde de près on réalise que le voile tient finalement peu de place dans les textes sacrés de l’islam, ce qui fait dire à plus d’un juriste islamique que le voile est «ada» (coutume) et non «ebada» (pratique religieuse).
Cette opinion s’appuie sur le fait que la directive coranique concernant le voile n’a de caractère contraignant que pour les musulmans vivant au temps de Mahomet, en cela elle ressemble aux nombreux versets du coran qui légitiment l’esclavage mais qui, à cause de cela, n’ont aucune valeur pour les musulmans d’aujourd’hui.

Dans les années trente et jusqu’aux années quatre-vingt, les épouses et les filles des « imams » et des « muftis » en Égypte et ailleurs sortaient tête nue et arboraient des toilettes à l’occidentale, les femmes et les filles des leaders des Frères musulmans également.
Mais il y a plus, les femmes saoudiennes pour qui le port du « niqab » est obligatoire en Arabie, étaient exemptes de le porter à l’étranger.
Dans l’avion qui les conduisait au Liban ou en Europe, elles glissaient furtivement en direction des toilettes, pour en sortir quelques minutes plus tard entièrement transformées : bras et jambes nus, talons hauts, robe serrée à la taille, yeux outrageusement fardés, coiffure spectaculaire, démarche provocante…
Le phénomène était à ce point frappant que les non-avertis en restaient bouche bée ; plus l’avion s’éloignait de l’Arabie et plus son intérieur changeait de couleur, de noir goudron au départ il prenait progressivement toutes les couleurs de l’arc-en ciel !

Les islamistes qui nous parlent de l’obligation religieuse du voile ou de sa valeur spirituelle insultent ouvertement notre intelligence.
On a vu plus haut que le rôle premier du voile est d’indiquer le rang social de la musulmane en tant que femme libre, c’est à dire non esclave, et ce afin de la mettre à l’abri de la concupiscence et des agressions de nature sexuelle de la part de musulmans armés.
Le port du voile suppose donc l’existence d’un climat et d’un environnement islamiques conflictuels où règnent le désordre et l’insécurité.
C’est ce type de climat et d’environnement qui prévalaient du temps de Mahomet et de ses successeurs.
Dans une société musulmane pacifique d’où l’esclavage est banni, le voile perd toute sa pertinence.
La prévalence du voile est actuellement l’indice le plus fidèle des progrès de l’intégrisme.

Il a fallu par conséquent attribuer au voile islamique une autre signification et lui confier un nouveau rôle.
C’est ainsi qu’il est devenu, depuis les années soixante-dix, le signe caractéristique de l’islamisation et l’étendard des intégristes musulmans.
Sa prévalence est actuellement l’indice le plus fidèle des progrès de l’intégrisme.
L’islamisation c’est à la fois le programme des monarchies pétrolières et celui des « Frères musulmans » du côté « sunnite ».
Dans sa version « chiite » il a été imposé de force par les « ayatollahs » en Iran, en Irak, au Liban et un peu partout, comme à Montréal, où on retrouve des communautés « chiites ».
L’islamisation s’est réalisée par étapes, il s’agissait dans un premier temps d’islamiser les peuples musulmans. Mais comment pouvait-on parler d’islamisation des musulmans, ne l’étaient-ils pas déjà ?
À cette question les islamistes répondaient par la négative: les musulmans durant les trois-quarts du vingtième siècle n’étaient plus musulmans, par les habitudes de vie qu’ils avaient acquises et par leur laxisme dans la pratique religieuse ils avaient sans le savoir renié l’islam, ils étaient devenus des apostats, des «Kouffars» au même titre que les juifs, les chrétiens et les peuples d’Occident.
Ceux d’entre eux qui s’obstinaientdans le «kufr» (l’incroyance) devaient être exclus de la communauté des croyants et rejetés jusqu’à ce qu’ils se repentent.
Le vrai croyant est celui qui observe scrupuleusement les obligations de l’islam et ses interdits, qui se fait un devoir de rejeter, voire de haïr tout ce qui lui est étranger, qui en tous points se conforme aux directives et aux « fatwas » des autorités religieuses, et qui pratique le prosélytisme à l’intérieur de sa famille et dans la société.
Une obligation de plus a été imposée à la femme :
Cacher dans la mesure du possible tout son corps, en particulier ses cheveux, et ne rien laisser deviner de ses charmes physiques sources de «fitna», mot qui signifie à la fois tentation, troubles et désordres. La modestie par ailleurs l’oblige à baisser le regard en tout temps, particulièrement en présence des hommes.
L’islamisation c’est donc l’observance obsessionnelle et tatillonne de l’islam et la haine de tout ce qui n’est pas islamique.
Elle aboutit invariablement à l’enfermement et à la violence.
À l’exemple du voile,l’islamisation a ses degrés.
De la même façon que le voile se décline en plusieurs variantes, du simple foulard jusqu’au « niqab », l’islamisation peut n’être que superficielle ou profondément perturbatrice.
Mais le voile, même le moins tapageur, fait office de barrière qui sépare les femmes des hommes et les musulmanes des infidèles, il est synonyme d’exclusion.

Si le voile est devenu l’emblème et même l’étendard de l’intégrisme, c’est que les islamistes l’ont voulu ainsi.
Sans véritable fondement doctrinal, ils l’ont hissé au rang d’obligation religieuse absolue.
Il y a des raisons à cela et elles  sont principalement d’ordre historique et psychologique.
Peu de gens sont conscients du traumatisme ou plus précisément de la blessure narcissique que les fondamentalistes ont subi dans les années vingt, quand ils ont assisté impuissants à la disparition du califat ottoman et à l’occidentalisation galopante des musulmans.
Le spectacle de millions de musulmanes s’émancipant du voile, le féminisme naissant, l’accès des filles à l’instruction, la place honorable réservée aux femmes au théâtre, au cinéma, dans la chanson et même dans les journaux et la littérature, a profondément blessé ceux qui n’y voyaient que l’œuvre de Satan et un danger mortel pour l’islam. Mais les mentalités avaient à ce point changé que la simple mention du voile islamique provoquait rires et moqueries, ceux qui prêchaient pour le rétablir se voyaient taxés d’ignorance et d’obscurantisme.

Image de prévisualisation YouTube

Dans une vidéo datant des années 1950,
le président égyptien Nasser plaisante sur
l’obligation de porter le voile exigée
par les « Frères musulmans »

Les islamistes et en particulier les « Frères musulmans » ont longtemps ruminé leur rage et leur impuissance, ils se devaient de renverser la vapeur dès que l’occasion leur serait offerte.
Quand ils en ont eu les moyens financiers, ils entreprirent leur campagne d’islamisation en commençant par voiler les femmes.
Tous les moyens étaient bons mais c’est la filière matrimoniale qui a donné au début les meilleurs résultats.
Il a suffi de convaincre les hommes que les jeunes filles voilées étaient plus vertueuses et plus soumises que les non-voilées, pour que la cote des voilées s’élève et qu’en contrepartie celle des non-voilées dégringole.
Du coup celles qui désiraient ardemment se marier mais qui repoussaient le voile, avaient moins de chances d’attraper un bon parti.
Que faire en pareille situation, sinon se résigner à arborer le voile et espérer pour le mieux ?
En Occident l’habit ne fait pas le moine mais en terre d’islam le voile fait la vertu, il est à lui seul toute la vertu !
Les Saoudiens de leur côté ne sont pas restés inactifs, leur ressources financières illimitées leur ont permis de ramener dans le droit chemin les célébrités qui naguère étaient sources de scandale et de réprobation. Chanteuses, danseuses et comédiennes célèbres et adulées retrouvèrent soudain le chemin du repentir et de la rédemption en renonçant à leur art, en arborant avec ostentation le voile et en accomplissant le pèlerinage de la Mecque.
Joignant l’utile à la piété elles s’enrichirent en donnant le bon exemple.
C’est ainsi que, grâce à l’argent du pétrole, il leur a été possible de rentabiliser la vertu.
Mais la manière douce, utilisée au début a cédé la place à la manière forte, au moment où le nombre de femmes voilées a atteint un chiffre significatif.
Propos méprisants, insultes et harcèlement à l’égard des non-voilées se sont ajoutés aux pressions d’ordre moral qu’elles enduraient dans le cercle plus étroit de la famille et des amies. Il s’est avéré difficile pour les femmes de résister longtemps à ce type de pression, se voiler pour avoir la paix s’est révélé l’unique solution dans un tel contexte.
Celles qui ont résisté longtemps avant de céder ont dû battre en retraite face aux menaces.
Plusieurs ont subi des violences tant physiques que morales et plus d’une y a perdu la vie.
L’exemple de l’Algérie est bien connu, plus près de nous le meurtre d’ »Aqsa Parvez » et l’affaire « Shafia » restent vivants dans nos mémoires.

Le voile, en tant qu’étendard, est fortement taché de sang.

Malgré l’augmentation de la pratique religieuse, ou plus probablement à cause d’elle, le sexe ne cesse d’obséder les hommes.
Serait-on surpris d’apprendre que la généralisation du voile islamique dans les pays arabes est actuellement la cause de tous les maux qu’il était supposé guérir ?
Les Égyptiennes de soixante-dix ans et plus se souviennent avec nostalgie des années soixante et soixante-dix, quand elles pouvaient circuler dans la rue légèrement vêtues sans risquer de se faire harceler.
Dans les pays islamiques, le harcèlement sexuel est devenu un véritable fléau, il affecte sans discrimination toutes les femmes, celles qui portent le « niqab » comme celles qui ne se cachent pas les cheveux.
On l’a vu lors des manifestations de la place « Tahrir » au Caire, des groupes d’hommes, agissant en meutes, ont agressé sexuellement des femmes, certaines n’ont échappé que de justesse à la mort.
Les femmes dans les pays musulmans évitent de sortir, celles qui travaillent et qui doivent quitter leur domicile, le font à leurs risques et périls.
Toutes sans distinction se plaignent du harcèlement verbal et physique, les rues sont devenues pour elles un enfer.

Le sexe ne cesse d’obséder les hommes, de l’imam de la mosquée jusqu’au jeune sans emploi qui passe son temps à flâner dans les rues.
La possession du corps de la femme est devenue le but ultime de la vie et la récompense suprême dans l’au-delà. L’islamisation des sociétés les a conduits à l’échec sur tous les plans, les principales victimes en sont les jeunes.
Condamnés à vivre dans une société bloquée, leur présent est un gâchis et leur avenir n’est pas moins sombre.
À elle seule la privation de sexe symbolise et résume toutes les privations.
La frustration que les hommes ne peuvent plus refouler remonte constamment à la surface, elle devient le prétexte au passage à l’acte.
C’est ainsi que le harcèlement sexuel dans les lieux publics est devenu une soupape de sécurité dont les sociétés islamiques ne peuvent plus se passer, il est un exutoire socialement banalisé pour ne pas dire socialement acceptable.
Les femmes en sont doublement les victimes, elles sont condamnées à le subir tous les jours et elles portent le blâme de l’avoir provoqué.

L’offensive du voile en Occident

Point n’est besoin de répéter que les islamistes exploitent les droits et les libertés garantis en Occident pour le miner et éventuellement rendre inopérants ces mêmes droits et ces mêmes libertés.
Les islamistes sont convaincus que l’islam est en danger tant qu’ils n’ont pas dominé ou, à tout le moins, fait échec à la culture et à la civilisation occidentales.
La littérature islamiste est très riche à ce sujet, et ceux qui s’avisent de ne pas la prendre au sérieux se condamnent à ne rien comprendre au processus d’islamisation des sociétés occidentales.

C’est encore une fois par le truchement du voile que l’islamisation s’implante et progresse.
Les islamistes savent pertinemment que le voile choque et scandalise les Occidentaux, c’est pourquoi ils font tout pour l’imposer en invoquant leurs droits religieux.
Ce faisant ils font d’une pierre plusieurs coups:
• ils prennent leur revanche sur l’Occident en imposant leur volonté,
• ils remettent en question le principe de l’égalité des sexes,
• ils rendent légitime leur rejet des valeurs occidentales,
• ils réussissent à diviser la société et en particulier les femmes, entre défenseurs inconditionnels des droits et défenseurs de la culture et des valeurs occidentales,
• ils font la démonstration de leur force auprès des immigrants musulmans au nom de qui ils prétendent parler,
• ils se posent comme interlocuteurs incontournables face aux administrations publiques.

Mais les islamistes vont encore plus loin, grâce à un contingent de militantes voilées, ils jettent de la poudre aux yeux et sèment la confusion.
Quoi de mieux pour cacher la sinistre pratique de voiler les filles impubères, que de saturer les écrans avec des voilées volontaires en mission commandée ?
Il s’agit pour eux de convaincre le public et plus particulièrement les politiciens, les médias, les féministes et les défenseurs des droits que les femmes se voilent en toute connaissance de cause, qu’en ce faisant elles exercent leur liberté de choix.

En conclusion

Accepter le voile et le légitimer c’est accepter et légitimer l’islamisation et donc le rejet et la haine de tout ce qui n’est pas musulman.
C’est aussi reconnaître comme pratique religieuse légitime le fait de rejeter et de haïr.
La vérité doit être dite sur l’islamisation et l’intégrisme mais les politiciens, les magistrats, les bien-pensants et les médias semblent démunis quand ils ne se montrent pas complices des intégristes.
Pourtant les faits sont là, il suffit de faire enquête et de les exposer (tous les faits sans exception) avec honnêteté.
Nos politiciens se sont trompés lourdement quand ils ont ouvert grand la porte aux intégristes, nos juges, ceux de la cour suprême en particulier, ont erré quand ils se sont abstenus d’examiner l’islam en profondeur.
Auraient-ils usé des mêmes arguments pour légitimer le nazisme ?
Les grands médias nationaux, Radio Canada et La Presse en tête, sont coupables de désinformation et de complaisance en faveur des intégristes.
Les défenseurs des droits portent une lourde responsabilité du fait qu’ils choisissent d’ignorer le danger que représentent les islamistes, comme si ces derniers n’avaient rien à voir avec les crimes perpétrés en Syrie, en Irak, en Égypte, en Tunisie, en Algérie, au Soudan, au Nigéria, au Pakistan et partout où ils décident de s’installer.

Face à la démission et à la lâcheté des élites, les citoyens n’ont d’autre choix que de prendre en main leur destin.
L’histoire contemporaine ne peut être ignorée, les horreurs qui se déroulent dans le monde musulman ne sont pas le fait du hasard, l’islamisation dont l’étendard est le voile en est largement responsable, elle a commencé mine de rien dans les années soixante-dix et nul ne s’est donné la peine d’anticiper les malheurs qu’elle allait causer. L’intégrisme a pris racine chez nous, l’islamisation est en marche, allons-nous la laisser se développer sans restriction ?

Hélios d’Alexandrie

http://www.postedeveille.ca  du 19/01/2014

Les Mots Choisis Et Acceptés Du Jour !

0-300x225

« Enculé de ta race », lance le député !

Il nous fait penser au professeur moraliste avec ses élèves qui, le soir venu, tabasse sa femme.
« Il », c’est Razzy Hammadi, un de ces nouveaux visages de la politique, dont on nous injecte à outrance, comme à des dissidents dans un hôpital psychiatrique soviétique, les apparitions sur tous les plateaux télé.
« Razzy », c’est le donneur de leçons professionnel, toujours bien propre sur lui, qui en sait plus que tout le monde sur la République et ses « valeurs » supposées.
Le problème, pour « Razzy », c’est qu’une vidéo circule sur le Net depuis quelques jours, et dans cette vidéo, son image de gentleman en prend un sale coup derrière la nuque.

L’image est bancale, l’atmosphère sombre d’une fin de soirée qui dégénère entre deux ou trois zyvas de banlieue.
« Razzy », sweat à capuche, est chaud comme une bouillotte, on ne sait pas ce qu’il a pris les heures qui précèdent le très court métrage amateur.
Mais là, c’est pas du Chaplin :
Le truc, pas marrant du tout, montre le député socialiste donnant un coup de poing, lançant « fils de pute, enculé de ta race » à son interlocuteur.
On est bien loin des joutes verbales d’antan, quand les députés de la Troisième, en fins bretteurs cultivés, s’affrontaient à coups d’imparfait du subjonctif.
Sur « i>Télé », l’expert politique maison, celui qui a tout le temps l’air enrhumé, a pris derechef la défense de l’irréprochable républicain :
« Il a géré la crise en homme, en élu de son époque, il n’a pas fait un communiqué, il n’a pas fui les journalistes, il est allé sur une chaîne de télévision – en l’occurrence  »Canal+ » –de sa génération, de son temps également. »
Laurence Ferrari, un brin complotiste, souligne :
« C’était peut-être un coup monté »….
Cela me rappelle quand un mec s’était engueulé avec une socialiste de Mantes-la-Jolie au siècle dernier.
C’était pourtant largement plus sobre, mais les médias avaient tapé beaucoup plus dur à l’époque.
Faut dire que le mec en question, c’était Jean-Marie…

Presque émouvant à sa tribune, « David Assouline », porte-parole du PS, a réagi à la diffusion de la vidéo :
« Cela relève d’un procédé dégradant », ce sont « des mots non maîtrisés » mais « c’est détestable d’utiliser cela pour disqualifier un candidat aux municipales à Montreuil ».
Quand « Razzy » vient s’expliquer sur « Canal » dans la « Grande Édition » (20 janvier), le présentateur « Ali Baddou » le cueille un peu à froid :
« Aujourd’hui, vous êtes dans votre tenue de député, de bon écolier, j’allais dire… »
Effectivement, ce jour-là, « Razzy » surjoue son rôle de premier de la classe.
Un peu comme si « Jamel Debbouze » interprétait « Chaban-Delmas ».
Y a un truc qui cloche.
« Mais on ne parle pas comme ça quand on est un élu de la nation ! », lance « Ali ».
« J’ai réagi en homme », se défend l’autre.
Sur la vie d’sa mère !

Le très droitier « Charles De Gaulle » traitait souvent les députés de « racaille ».
Avec « Razzy Hammadi » un siècle plus tard, l’expression prend tout son sens !

Joris Karl

http://www.bvoltaire.fr  du23/01/2014

 

Image de prévisualisation YouTube

Bartolone défend Hammadi

qui traite un blanc d’enculé

de sa race et de fils de pute.

Problème Des « Jihadistes » Européens.

Jihadiste

Que faire de ces musulmans qui vont en Syrie au côté des rebelles ?

Des « jihadistes » européens et américains sont entraînés en Syrie par « Al-Qaïda » pour répandre la terreur islamiste en Occident.
Selon des responsables européens du renseignement, il y a eu, au cours de ces dernières semaines, une accélération alarmante du nombre de « jihadistes » occidentaux se rendant en Syrie pour s’initier aux techniques de combat auprès de groupes islamistes liés à « Al-Qaïda. »
Leur mission serait de créer des cellules terroristes, une fois de retour dans leurs pays respectifs.

Dans une analyse incisive du problème « jihadiste » auquel l’Europe fait face, le politologue norvégien « Thomas Hegghammer » a déclaré :
«Nous pouvons affirmer avec certitude qu’au moins 1.200 musulmans européens sont partis en Syrie depuis le début de la guerre.
(Ils seraient maintenant plus de 2.000).
Ce chiffre est terrifiant :
Nous parlons du plus grand contingent de combattants musulmans européens jamais impliqué dans un conflit de l’histoire moderne.
Nous pouvons conclure que le nombre de combattants étrangers européens en Syrie est sans précédent et des plus alarmants.
La France, l’Allemagne et la Grande Bretagne pourraient avoir le plus grand contingent de combattants en Syrie, mais le Danemark, la Norvège, la Belgique, la Hollande et l’Autriche y auraient contribué, dans une plus grande proportion, par rapport à leur population … et ces petits pays seraient dès lors confrontés à des problèmes plus importants, par rapport à leurs voisins, car ils disposent de forces policières limitées. »

« Les « Britanniques » se battant en Syrie suivent un entraînement de « jihadiste » et sont encouragés à rentrer dans leur pays pour y lancer des attaques sur le territoire » ont déclaré « Murad », un transfuge d’ »Al-Qaïda » et des sources européennes des services de sécurité au journal «  »The Telegraph » ».
Lors d’une rare interview accordée par « Murad », transfuge de l’ »ISIS » (« Islamic state of Iraq and al-Sham ») à la frontière turco-syrienne, ce dernier confirme pour la première fois que les recrues européennes et américaines sont endoctrinées à l’idéologie extrémiste anti-occidentale, entraînés à fabriquer des bombes, à faire exploser des voitures piégées et des vestes-suicide et à créer de nouvelles cellules terroristes dès leur retour au pays.
Il explique :
«Ces “rebelles” partis en Syrie, pour renverser le régime de « Bachar al Assad », sont déjà manipulés par des fanatiques dans leurs pays d’origine. »
Ses commentaires font écho à la préoccupation grandissante des services de sécurité anglais qui craignent le retour de 500 à 700 « Britanniques » actuellement en Syrie, prêts à reproduire les attaques du 11 septembre 2001 et celles de Londres de 2005.
Ils estiment que la menace terroriste dirigée contre la Grande Bretagne par Al-Qaïda s’accroît de jour en jour et craignent qu’au fur et à mesure de l’affaiblissement de ce pays déchiré par la guerre, des groupes d’opposition, des organisations terroristes, dont l’ »ISIS », exerceront une influence accrue leur permettant de recruter des étrangers sur le sol européen et les gagner à leur cause.
La menace en provenance de Syrie est à l’ordre du jour du « M15″ (« Service de renseignements intérieur ») et l’Agence d’espionnage reçoit de plus en plus de fonds pour faire face au danger que représentent les « jihadistes » qui ne sont pas tués en Syrie et qui reviendront radicalisés, prêts à commettre des attentats en Europe.

Dans une interview au « Daily Telegraph », le transfuge d’ »Al-Qaïda » déclara au sujet des combattants étrangers rencontrés en Syrie :

Ils discutent des bâtiment qu’ils aimeraient faire sauter en Europe

« Ils parlent souvent d’attaques terroristes et expriment leur fierté et leur admiration à l’égard des attentats du 9/11 à « NY » et ceux de Londres en 2005.
« Les mujahideen » [saints guerriers] britanniques, français, américains, discutent de leurs projets d’avenir … des lieux publics où ils souhaitent se faire exploser, des bâtiments qu’ils aimeraient faire sauter en Europe et aux U.S.A.
Un « Américain » fit part de son rêve : pulvériser la Maison Blanche.
Chacun nomme sa cible préférée, une fois de retour au pays. »

Bref, une aimable conversation de salon autour d’une tasse de thé et des cookies …

Pour « Murad » le transfuge d’ »Al-Qaïda », ce qui se passe en Syrie ce n’est pas le jihad :
«  « ISIS » ne protège pas les Musulmans, il les tue.
J’aimerais dire aux « mujahideen » : ne venez pas en Syrie.
Ce n’est pas le « jihad », vous serez obligés de tuer d’autres Musulmans »

« Murad », étudiant en droit à Alep, une orientation détestée par « Al-Qaïda » car elle enseigne la loi laïque, la loi des hommes et non celle de la « charia », décida de rejoindre l’ »ISIS » à Alep en août dernier, car il croyait que le groupe servait l’islam et protégeait les Musulmans.
Il accompagna les unités d’ »ISIS » à Raqqa et à Jabal – al-Akrad, une région tenue par les rebelles près de la côté méditerranéenne.
« Murad » déclara que le sentiment anti-occidental au sein de l’ »ISIS » était virulent et ses leaders projetaient d’attaquer les cibles occidentales.
« Les réunions étaient organisées en secret, mais certains de mes « camarades » combattants européens d’ »ISIS » me dirent que l’émir les renvoyait en Europe pour enseigner le « jihad » guerrier aux Musulmans. »

Nombreux, parmi ces volontaires étrangers, sont venus en Syrie avec des intentions louables, révoltés par les images de femmes et d’enfants assassinés par le régime de « Bachar Al Assad » et dans l’espoir de défendre leurs frères musulmans.
Jeunes et impressionnables, il ne connaissent rien d’ »Al-Qaïda ».
Une fois sur place, ils subissent un endoctrinement idéologique et un entraînement au combat des plus violents.
Chaque matin, les combattants se lèvent à 5h00 pour prier.
Ensuite, ils étudent le coran, puis suivent un entraînement militaire pendant deux ou trois heures, et apprennent comment faire exploser une voiture piégée et des vestes-suicide.
« Nous savons tous comment procéder, c’est l’une des premières leçons, une formation des plus simples.
Il existe différentes sortes de vestes.
L’une a le détonateur attaché à une corde et tenue par une main, l’autre est munie de 5 détonateurs.
Nous devions les porter pendant les batailles, pour éviter de nous laisser kidnapper ou arrêter.
C’est très facile de les fabriquer, j’ai montré à mes deux frères comme faire une veste-suicide. »

Toutefois, Murad n’était pas d’accord avec certains ordres de l’émir, qui exigeait de lutter contre des frères rebelles syriens et de les traiter comme des « kouffars » ou des « incroyants.
« Murad » :
« Ils commencèrent à tuer les combattants d’autres groupes islamistes et traitaient les rebelles de l’Armée libre syrienne de “kouffars ».
Mais je connaissais certains de ces gens qu’ils appelaient « kouffars » et je savais qu’ils étaient de braves gens, qui s’opposaient honnêtement au régime.”

L’émir nous mentait : la base que nous devions attaquer était tenue par d’autres rebelles

« Murad » :
« Les commandants militaires mentaient : ils nous racontaient que la base militaire que nous devions attaquer était pro-Bachar, alors qu’en réalité, elle était tenue par d’autres rebelles. »

La goutte d’eau qui fit déborder le vase fut le meurtre de l’un de ses amis : « Sultan Shami » de Damas.
« Sultan » déserta l’armée il y a environ un an et demi.
Il devint un activiste médiatique et l’un des hommes des plus recherchés par le régime de « Bachar ».
Mais il fut kidnappé par l’ »ISIS » et dix jours après son enlèvement, « Murad » découvrit son corps dans le sous-sol d’une base de l’ »ISIS ».
Une nuit, « Murad » décida donc de s’enfuir et se réfugia en Turquie.

Les centaines de « jihadistes » qui reviendront en Europe, aguerris au combat et remplis de haine envers l’Occident et ses valeurs, avides de revanche et prêts à devenir des « martyrs » représentent le plus grand danger auquel l’Occident va être confronté dans les mois et années à venir.

Mais nos gouvernements protègeront leurs droits au retour, dépenseront une fortune dans leur suivi psychologique, les programmes de retour à la vie normale, au détriment des droits des citoyens à vivre dans la sécurité.

Et conformément à la « taqîya », l’ordre religieux de se dissimuler pour le « jihad », ils tromperont les occidentaux, feindront d’être réinsérés, seront mêmes habillés à l’européenne.

En toute logique, ces « jihadistes » devraient être déchus de leur nationalité et interdits de séjour dans leurs pays respectifs.
Ils ont choisi leur camp, celui de la trahison, du terrorisme, de la violence, de la mort, qu’ils soient renvoyés auprès de leurs frères islamistes, pour servir la cause d’Allah en terre d’islam.
Mais s’opposer au retour dans leurs pays respectifs de ces individus serait de l’islamophobie, contraire aux Droits de l’Homme …

Mieux vaut mourir dans un attentat terroriste que de faire une entorse aux Droits de l’homme…

Rosaly pour « Dreuz.info ».

http://www.dreuz.info  du 24/01/2014

L’ « I.V.G. » Une Dérive Eugéniste ?

basilique-fourviere

Le cardinal « Barbarin » dénonce un risque de « dérive eugéniste ».

Le cardinal de Lyon « Philippe Barbarin » a critiqué la récente modification de la loi « Veil » par le Parlement Français.
Quelques jours après la suppression de la notion de « détresse » dans la loi « Veil » sur l’avortement, le cardinal « Barbarin était l’invité de « RTL » vendredi 24 janvier.

Je trouve que cela est un refus de la génération suivante, a réagit l’archevêque de Lyon.
Et puis pire encore :
Par derrière vous avez quelque chose qui va faire la suppression des petites filles.
Je me rappelle d’un dialogue public avec « Axel Kahn ».
Il a dit :
« Ce qui m’horrifie dans cette disposition, c’est que l’on va supprimer des petites filles rien que parce qu’elles sont des petites filles », se souvient « Philippe Barbarin ».
C’est déjà le cas en Grande-Bretagne, en Inde.
La France n’est pas au-dessus des pays voisins, a-t-il estimé.
Et cela, tout le monde le voit venir.
Alors on fait un grand silence, mais c’est quelque chose qui est véritablement une horreur, a-t-il déclaré.

Vous avez une dérive eugéniste risquée qui est grave, et que vous constatez en Inde, en Chine, en Grande-Bretagne
(« Philippe Barbarin », cardinal de Lyon)

Interrogé par « Jean-Michel Aphatie », pour savoir s’il pense que les femmes Françaises avorteront plus fréquemment lorsqu’elles attendent des filles, le cardinal a répondu :
« Vous avez une dérive eugéniste risquée qui est grave, et que vous constatez en Inde, en Chine, en Grande-Bretagne.
C’est quelque chose qui m’horrifie.
Ce qui est fondamental, c’est qu’une vie, lorsqu’elle est là, on la respecte.
D’ailleurs c’est un principe de la République française.
Dans le code civil il est écrit que la République s’engage à protéger la vie dès son commencement ».

Je dis non : on n’est pas maître de son corps
(« Philippe Barbarin », cardinal de Lyon)

Avec la récente modification de la loi « Veil » de 1975, nous disons « chacun fait ce qu’il veut, il est maître de son corps », estime Philippe Barbarin.
« Eh bien je dis non : on n’est pas maître de son corps, on na va pas dire à un enfant de se mutiler« .

La miséricorde de Dieu est plus grande que nos difficultés humaines ou que nos propres péchés.
(« Philippe Barbarin », cardinal de Lyon)

L’archevêque de Lyon a rappelé que « dépénaliser [l'avortement], faire attention aux personnes en état de détresse, ça c’est sûr, il faut vraiment le faire ».
Il est nécessaire selon lui de « toujours avoir une attention et une délicatesse » envers ces personnes, a-t-il insisté.
« D’ailleurs dans l’Église, lorsque nous étions face à cette question de l’avortement avec des gens qui l’avaient vécu, nous essayons toujours de montrer que la miséricorde de Dieu est plus grande que nos difficultés humaines ou que nos propres péchés ».

Raphaël Bosse-Platière

http://www.rtl.fr/actualites/info/  du 24/01/2014

Des Expériences O.G.M. En France ! !

93168641

Monsanto installe un discret centre d’expériences dans le Loiret

Lentement mais sûrement, souvent par l’intermédiaire de dirigeants ou de sociétés qui servent de poissons-pilotes, Monsanto quadrille le territoire français pour développer ses activités actuellement interdites.
De façon à être présent partout pour le cas où le « lobby des OGM » réussisse à arracher quelques autorisations.
A force d’essais sous serre ou d’essais clandestins en plein champ.

Ce qui se passe dans un lieu-dit « Bruyères de l’Etang » d’une petite commune du Loiret, Autry-le-Chatel, est révélateur des méthodes et manoeuvres en cours dans de nombreux départements.
Quoi de plus innocent, sur l’emplacement d’une pépinière, que l’installation au bord d’un étang, il y a une bonne dizaine d’années, d’une société dénommé « Loiret Semence ».
Ca fait local.
Que le propriétaire, se trouve être un Néerlandais, n’est pas extraordinaire puisqu’aprés tout nous sommes en Europe.
Evidemment que le Hollandais en question soit aussi le gestionnaire de la société « Ruiter Seeds » spécialisée dans les semences de légumes hybrides, pourrait éveiller l’attention.
Mais, bon, pas de quoi inquiéter les élus et la presse locale et régionale…

D’autant plus que dans la région se pose la question des emplois que le nouveau propriétaire en promet à la pelle.
Car évidemment, le lecteur aura deviné :
Par fusion dont les détails ont été déposés le 16 juillet dernier au greffe du tribunal d’Orléans et de Lyon, le nouveau propriétaire des lieux se trouve être Monsanto.
Ce n’est pas une prise de participation, juste une absorption.
On ne garde la pancarte « Loiret Semence » que pour rassurer le gogo.
Car, les lieux ont changé en quelques mois :
A la place des banales serres anciennes, prés de deux hectares de serres de six à huit mètres de hauteur et climatisées en permanence à 20 degrés.
Trois millions et demi d’euros de travaux réalisés, tant pis pour les emplois promis, par des entreprises venues des Pays Bas.
Sans compter les clôtures nouvelles renforcées et les remblais de protection.
A droite de l’emplacement Monsanto, des bulldozers complètent l’installation et des ouvriers installent depuis quelques jours une clôture autour des champs rachetés le long de l’implantation.

Autrement dit, d’ici à la prochaine saison, de quoi installer discrètement, à l’écart de toute habitation et des regards curieux, des essais à l’air libre de légumes « OGM » :
Essentiellement des tomates, des poivrons, des concombres et des cucurbitacés.
A l’abri derrière des grilles et un no man’s land.
Lequel sera évidemment surveillé en permanence par des caméras de vidéo surveillance qui ne sont pas encore installées, ce qui permet des visites discrètes.
Car les nouveaux responsables le disent clairement, explique un cadre un peu embêté :
« Notre projet est de fournir à l’Europe, à l’Asie et à l’Amérique Latine de nouvelles variétés résistantes à des maladies et à des parasites pour des légumes de consommation courante.
Mais pour ce rachat, on ne nous a guère demandé notre avis.
On sentait cela arriver depuis longtemps
 ».
Il ne s’agira plus d’hybrides mais essentiellement de graines et greffons « OGM ».
Mais le problème, c’est qu’il faudra vérifier la résistance de ces « monstres » en plein air pour que les clients ne viennent pas râler, d’où les champs…

Au début de l’année, la même manipulation d’entreprises s’est produite à Saint Andiol dans les Bouches du Rhône.

http://france.eternelle.over-blog.com  du 22/01/2014

 

§§§§§§§§§§

monsanto

Monsanto fait payer des amendes aux agriculteurs bio

Le jugement est tombé, le géant de la biochimie Monsanto conserve le droit de poursuivre en justice les agriculteurs biologiques dont la production a été malencontreusement contaminée par les « OGM » sorti de ses laboratoires.
C’est un paradoxe qui soulève l’indignation et l’incompréhension au sein de la population américaine.
Monsanto, qui détient le fameux brevet pour l’herbicide « Roundup » et pour les semences génétiquement modifiées capables de résister à ce même désherbant, conserve le droit de poursuivre en justice n’importe quel agriculteur dont la production de maïs contiendrait plus d’1% d’ »OGM ».

Belle ironie, sachant que ce sont les organismes génétiquement modifiés eux-mêmes qui contaminent les productions  biologiques avoisinantes.
Comme si cela ne suffisait pas de rendre les productions de ces agriculteurs invendables car non conformes auxexigences de l’agriculture biologique, Monsanto compte aussi s’enrichir sur la contamination dont elle est à l’origine.
Lundi, la cour d’appel fédérale des Etats-Unis a débouté le groupe d’une cinquantaine d’agriculteurs bio alliés dans une bataille juridique qui semble pencher en faveur du géant de la biochimie.
Les juges américains ont statué en s’appuyant sur  l’engagement pris par la société sur son site « web », où elle explique en quelques lignes qu’une action en justice serait engagée uniquement dans le cas où plus d’1% de la production des agriculteurs biologiques contiendrait des « OGM ».
Aucune raison de s’inquiéter donc, si Monsanto a promis.
Là en est bien la preuve,  entre 1997 et 2010, la société a déposé 144 plaintes pour violation de brevet.
Reste à savoir que la contamination par les « OGM » est parfaitement accidentelle, et que les agriculteurs n’ont pas forcément conscience que leur production est atteinte.
Leur crainte de voir les avocats de Monsanto les traîner en justice pour violation de brevet  est donc bel et bien fondée, mais la justice américaine continue à faire l’autruche.

Alors qui est à blâmer pour cette mascarade ?
Certains pointent du doigt le lobby Monsanto, qui a maintes fois réussi à rallier juges et politiciens à ses côtés.
Dernier exemple en date, le « Monsanto Protection Act », ratifié fin mars 2013, qui empêche la justice américaine de suspendre la vente ou la culture d’OGM, malgré la remise en cause de leur homologation.

Justine Chrisment

http://www.cnbc.com  du 10/06/2013

 

 §§§§§§§§§§

bill gates

Bill Gates et Monsanto

Ils se consacrent à détruire l’agriculture organique dans le monde.

Blackwater a été fondée par « Erik Prince » suite au génocide rwandais en 1994.
Ce brave homme se disait « choqué » (on le serait à moins !) par cette tragédie et a décidé « par humanité » de fonder « Blackwater » en 1995, ayant hérité de la fortune de son père décédé l’année précédente.
« Prince » a fait ses premières « armes » au « SEAL », forces spéciales de la marine américaine.
S’il manquait quelque chose à la « néfaste » société Monsanto, c’était une armée officielle d’assassins payés.
C’est fait !
Monsanto est la société « parapluie » de « Resident Evil » mais dans le monde réel.
Elle contrôle la distribution des aliments, partage des financiers avec l’industrie pharmaceutique et fabrique des armes nucléaires et bactériologiques.
C’est ce que révèle un article de « Jeremy Scahill » pour le journal « The Nation » dans lequel il informe que la plus grande armée mercenaire de la planète, le « service » criminel d’intelligence « Blackwater » (connue sous le nom de Xe services et plus récemment sous celui d’Academi), a été vendu à la société transnationale Monsanto.

Après d’innombrables plaintes internationales pour violation de la loi , et s’étant fait connaitre par ses massacres en Irak et dans d’autres pays, « Blackwater » a changé de nom en 2009.
Toutefois il continue d’être le plus grand sous-traitant privé du Département d’Etat des Etats-Unis en tant qu’agence secrète de « services de sécurité » qui pratique le terrorisme d’état en donnant au gouvernement la possibilité de le nier.

POURQUOI LES CONCERTS DE CASSEROLES NE SERVENT A RIEN ?

« Political Blind Spot«  a dénoncé le fait que beaucoup d’agents de la CIA et d’ex militaires travaillent pour « Blackwater » ou pour des compagnies en relation qui cherchent à détourner l’attention de sa mauvaise réputation et à réaliser d’importants bénéfices commerciaux.
Ces mercenaires vendent leurs services, qui vont de l’information illégale, à l’intelligence d’infiltration, le lobbysme politique et l’entrainement paramilitaire, à des gouvernements, des banques, et des sociétés multinationales.
Selon « Scahill », les affaires avec Monsanto, « Chevron », et des géants financiers comme « Barclays » ou « Deutsche Bank », se développent par le biais de deux entreprises (« Total Intelligence solutions » et « Terrorism research center ») dont le propriétaire est « Erik Prince », qui est également propriétaire de « Blackwater » .
C’est quand il était directeur de « Total Intelligence Service » en 2008, que « Cofer Black » (qui s’était fait connaitre par sa brutalité en tant que directeur de la « CIA »), contacta Monsanto.
Monsanto s’offrit ses services pour espionner et infiltrer des organisations de droits de l’homme, des droits des animaux et des organisations ayant des activités anti-transgéniques, en plus d’exercer un contrôle sur d’autres sociétés biotechnologiques et pharmaceutiques.
La société Monsanto n’assassine pas seulement des personnes avec ses produits chimiques mais aussi par balles et au moyen d’ « accidents ».
Ses victimes sont des journalistes, des activistes politiques, et tous ceux qui peuvent être un obstacle potentiel à ses plans d’expansion.
Contacté par « Scahill », le directeur de Monsanto, « Kevin Wilson » refusa de faire des commentaires.
Toutefois, il fut confirmé plus tard à « The Nation » que Monsanto avait passé un contrat avec Total Intelligence en 2008 et 2009.
Mais, selon Monsanto , c’était seulement « pour faire un suivi d’information publique de ses opposants.
Le directeur de Monsanto crut bon de préciser que Total Intelligence était une société « totalement séparée de « Blackwater » ».

Mais « Scahill » possède des copies de courriers électroniques de « Cofer Black » envoyés après la réunion avec « Kevin Wilson » de Monsanto, où il explique à d’autres ex-agents de la « CIA », que cette réunion avait mis en évidence le fait que « Total Intelligence » était devenu « le bras d’intelligence de Monsanto » pour espionner les activistes et faire d’autres actions comme par exemple intégrer légalement ces groupes.
Monsanto a payé 127.000 dollars à Blackwater en 2008, et 105.000 en 2009.
Il n’est pas surprenant qu’une entreprise amplement dédiée à la science de la mort, comme Monsanto, qui dès le début s’est consacrée à produire des poisons toxiques comme l’ »Agent Orange », les « PCB » (biphényles chlorés), des pesticides, des hormones, des graines génétiquement modifiées, et même la bombe atomique, s’associe avec une organisation d’assassins et de mercenaires.

LES DEBUTS DE LA RELATION BILL GATES ET MONSANTO

Presqu’en même temps que la publication de cet article dans « The Nation », l’organisation des agriculteurs organiques « Via Campesina »signala que la « fondation Bill et Melinda Gates »avait acheté 500.000 actions de Monsanto, au prix de plus de 23 millions de dollars faisant ainsi tomber leur masque de philanthropes.
C’est encore une association de criminels qui n’a rien de surprenant.

Bill Gates contrôle plus de 90% du marché des licences dans le monde de l’informatique, en plus de promotionner des campagnes de vaccination pour les laboratoires génocidaires, tout en étant responsable d’expérimentation illégale de médicaments dans des pays sous-développés.
Pendant que Monsanto contrôle 90% du marché mondial des graines transgéniques et des graines commerciales au niveau mondial, et a fondé « Pharmacia » qui appartient aujourd’hui à Pfizer.

En d’autres termes, il n’existe pas de pires monopoles dans le secteur industriel, ni d’aussi immenses.
L’existence même de ces sociétés implique que la terre est sous le joug d’un régime financier totalitaire qui nie le principe de « compétitivité de libre commerce ».
Bill Gates aussi bien que Monsanto sont extrêmement agressifs quand il s’agit de défendre leurs monopoles mal acquis.
Exécutant les ordres de la famille « Rothschild », Bill Gates et Monsanto se consacrent à détruire l’agriculture organique dans le monde entier, ce qui débuta avec la création de l « Alliance pour une révolution verte en Afrique » (« AGRA ») qui œuvra comme un cheval de Troie pour enlever les graines traditionnelles aux pays Africains pauvres et les remplacer par des graines transgéniques.
Pour cela, la fondation engagea « Robert Horsch » en 2006, qui était alors directeur de Monsanto.

Maintenant Gates obtient de grands bénéfices en se soumettant aux politiques de dépeuplement mises en œuvre par la banque sioniste mondiale.

Article original en espagnol : « matrizur.org »

http://www.oragesdacier.info  du 21/01/2014

 

tous-cobayes

Nos Cerveaux Contrôlés par Des Ondes.

EEG

La race humaine finira par tuer toute vie évoluée sur la terre !

Les soviétiques ont montré le chemin dans le domaine des risques liés à la pollution électromagnétique et les enseignements à en tirer.
Comme nous avons eu l’occasion de le constater, ils ont apparemment été les premiers à exploiter ces dangers à des fins malveillantes.
Cependant, l’éventail des armes potentielles dépasse largement les possibilités du signal de Moscou et les américains en étudient activement plusieurs depuis de nombreuses années.
La plupart ou tous les effets des radiations électromagnétiques décrits ci-dessous peuvent être graduellement augmentés ou diminués pour une utilisation contre des individus ou des foules et des armées entières : le plus primitif de ces armements serait une sorte de lance-flammes électromagnétique avec un plus grand rayon d’action que les modèles chimiques.
En 1955 déjà, des chiens ont été cuits à mort lors d’expériences à l’institut de recherche médicale navale et des émetteurs de forte puissance fonctionnant avec des ondes courtes « UHF » peuvent en quelques secondes seulement sérieusement brûler la peau exposée.

Impulsion électromagnétique (« EMP » Electromagnetic Pulse) est un terme désignant l’onde d’énergie électromagnétique extrêmement puissante produite quasi instantanément par une explosion nucléaire.
Elle a été découverte pour la première fois vers la fin des années 60.
L’ »EMP » produite par une onde à plusieurs milliers de kms au dessus de la terre détruirait tous les systèmes électriques de tout un continent.
Au début des années 70, des générateurs de radiations électromagnétiques d’un nouveau genre, émettant à des puissances dix ou vingt fois supérieures à ce qui existait déjà, ont été développés afin de simuler l’ »EMP » pour pouvoir inventer des systèmes de communication qui en seraient protégés.
En 1973, ces émetteurs ont été décrits lors d’une conférence privée au Laboratoire d’armes navales (« Naval Weapons Laboratory ») de Dahlgreen, Virginie, où il a été débattu de leur utilisation pour produire des faisceaux d’énergie anti-personnelle et pour des missiles anti-ballistiques.
Aucune information sur les développements ultérieurs n’a été publiée depuis et les difficultés inhérentes au suivi des missiles longue portée laissent penser que les faisceaux « ABM » ne sont pas encore faisables mais l’utilisation des faisceaux d’énergie électro-magnétique comme arme contre des personnes sans protection ne pose pas autant de problèmes.
Pour certaines densités de puissance, on remarque un effet “alouette“ ou “papillon attiré par la lumière” qui rendrait une telle arme encore plus efficace.
Comme l’inventeur « Sol Michaelson » l’a décrit en 1958, chacun des chiens utilisés au cours de ses expériences “se mettait à se débattre pour se dégager de la laisse” en faisant preuve “d’agitation et d’une grande activité musculaire” cependant “pour on ne sait quelle raison, l’animal continuait à rester face à l’émetteur”.
Les rayons « UHF » peuvent également entraîner une faiblesse musculaire et un état léthargique qui sont peut-être, avec celui décrit ci-dessus, deux autres aspects d’un même effet.
Lors d’expériences soviétiques sur des rats en 1960, après une exposition de 5 mn à 100 000 microwatts, le temps de natation des rats au cours d’un test d’endurance est passé de 60 à 5 minutes.
La découverte d’ »Allan Frey » que des micro-ondes pulsés augmentaient la perméabilité de la barrière hématoméningée pourrait être transformée en une arme supplémentaire afin d’accroître les effets des drogues, bactéries ou poison.
La fenêtre de production du calcium découverte par « Ross Adey » pourrait être utilisée pour interférer avec le fonctionnement de tout le cerveau.
Au début des années 60, « Frey » a constaté que, lorsque des micro-ondes de 300 à 3000 MHz étaient pulsés à certaines cadences, les gens (même sourds) pouvaient les “entendre”.
Le faisceau provoquait un grondement, des sifflements, des cliquetis ou des bourdonnements, en fonction de la fréquence exacte et de la cadence auxquelles les impulsions étaient émises.
Le bruit semblait provenir d’une faible distance derrière la tête.
Au début, « Frey » a été ridiculisé pour cette déclaration, ainsi que beaucoup de techniciens radar qui avaient été traités de fous pour avoir entendu certains faisceaux radar.
Des travaux ultérieurs ont montré la zone la plus réceptive aux micro-ondes se trouve quelque part dans la région temporale du cerveau, juste au-dessous et face aux oreilles.
Le phénomène résulte apparement d’ondes de pression déclenchées dans la cervelle, dont certaines activent les récepteurs de son de l’oreille interne par conduction osseuse alors que d’autres stimulent directement les cellules nerveuses dans les conduits auditifs.
Des expériences sur des rats ont prouvé qu’un signal fort peut produire une pression acoustique de 120 décibels ou approximativement le niveau atteint près d’un avion à réaction en train de décoller.
Evidemment, un tel faisceau pourrait être très douloureux pour les personnes et empêcher toute communication orale.
Le Docteur « Joseph C. Sharp » de l’Institut de recherche des armées à Walter Reed a démontré, en 1973, que ce même effet pouvait être utilisé bien plus subtilement.
« Sharp » lui-même a entendu et compris des mots qui lui ont été transmis par micro-ondes pulsés projetés directement dans son cerveau sous la forme d’un audiogramme (un analogue des vibrations sonores du mot) tandis qu’il se trouvait dans une chambre isolante, libre de tout écho.
Un tel dispositif trouve des applications évidentes dans le cadre d’opérations secrètes destinées à pousser une personne ciblée à bout avec des voix venant de nulle part ou pour transmettre des instructions indétectables à un assassin programmé.
Il existe d’ailleurs des preuves que des fréquences pulsées d’un autre type peuvent provoquer des réactions similaires dans d’autres tissus qui pourraient perturber divers processus métaboliques.
Un groupe, sous la direction de « R.G. Olsen » et « J.D. Grissett » du laboratoire naval et aérospatial de recherches médicales à Pennsacola, a déjà démontré de tels effets sur des simulations de tissus musculaires et ils disposent d’un contrat à durée illimitée pour trouver des faisceaux efficaces pour les tissus humains.
Dans les années 60, « Frey » a également rapporté qu’il pouvait accélérer, ralentir ou arrêter des coeurs de grenouilles en synchronisant la fréquence à laquelle un faisceau micro-onde était pulsé avec les pulsations du coeur lui-même.
Des résultats similaires ont été obtenus avec des grenouilles vivantes, montrant qu’il est possible techniquement de provoquer un arrêt cardiaque avec un faisceau conçu pour pénétrer la poitrine humaine.
Outre les méthodes permettant de blesser ou de tuer des gens avec des radiations électromagnétiques, il existe plusieurs façons de contrôler leur comportement.
« Ross Adey » et ses collègues ont démontré que des micro-ondes modulées de différentes façons peuvent imposer un type d’activité cérébrale à différentes régions du cerveau.
En travaillant avec des chats, ils ont constaté que la fréquence de certaines ondes cérébrales qui apparaissaient lors de comportements conditionnés pouvait être accrue de manière sélective, en modifiant la forme des micro-ondes avec des variations rythmiques en amplitude (hauteur), équivalentes à des fréquences d’ »EEG ».
Par exemple, une modulation de 3 Hz a permis de diminuer le nombre d’ondes alpha de 10 Hz dans un endroit du cerveau de l’animal et de renforcer les ondes bêta de 14 Hz dans un autre.
Certains radars permettent de repérer une mouche à 1 km ou de dépister un homme à une distance de 40 km.
Aussi, plusieurs chercheurs ont supposé que des faisceaux focalisés de radiation électromagnétique d’une telle précision pourraient “faire plier le mental” de la même façon que la stimulation électrique du cerveau grâce à l’action de fils électriques.
Nous connaissons bien les possibilités qu’offre la stimulation électrique du cerveau pour contrôler le mental grâce aux travaux de « Jose Delgado ».
L’un de ces signaux a par exemple poussé un chat à lécher sa fourrure, pour ensuite lécher compulsivement le sol et les barreaux de sa cage.
Un signal conçu pour stimuler une portion du thalamus d’un singe, un centre important au milieu du cerveau pour l’intégration des mouvements musculaires, a déclenché une réaction complexe le singe est allé à une extrémité de la cage, puis à l’autre, pour ensuite grimper au toit et redescendre.
L’animal a reproduit cette même activité autant de fois qu’il a été stimulé par le signal, jusqu’à 60 fois en une heure, mais pas en aveugle, la bête était toujours capable d’éviter les obstacles, les menaces du mâle dominant, tout en exécutant l’impératif électrique.
Stimulés par un autre type de signal, les singes ont tourné la tête ou ont souri jusqu’à 20 000 fois dans un intervalle de deux semaines, même s’ils étaient déjà occupés à d’autres activités.
Pour paraphraser la conclusion de « Delgado » :
les animaux avaient l’air de jouets électroniques”.
Même les instincts et les émotions peuvent être changés.
Lors d’une expérience, une mère qui s’occupait à temps plein de son bébé a soudainement repoussé l’enfant à chaque fois que le signal était émis.
Le conditionnement d’évitement peut être obtenu pour n’importe quel acte en stimulant simplement les centres responsables du plaisir ou de la douleur dans le système lymbique d’un animal ou d’une personne.
Si, par la suite, la surveillance des potentiels évoqués obtenus par « EEG » (électroencéphalogramme) était combiné à l’émission de radio-fréquences et de micro-ondes destinés à provoquer des pensées ou des états d’esprits déterminés, tels que la soumission et le contentement, on obtiendrait une méthode de contrôle des esprits constituant une menace énorme pour toutes les sociétés – la tyrannie sans terreur.

D’après les scientifiques spécialisés dans l’imagerie mentale, ce n’est pas encore pour tout de suite.
Pourtant, certaines conditions sont réunies qui pourraient nous faire croire que nous le vivons. Sans même prendre en compte les théories sur les conspirations, l’omniprésence familière et hypnotique de la télé et de la radio, combinées aux effets biologiques de leurs faisceaux d’émissions, pourrait déjà constituer une force similaire de standardisation de masse, que ce soit intentionnel ou non.
Face aux dangers potentiels de la léthargie télévisuelle, il ne faut pas rester à bailler aux corneilles.
Il est bien connu qu’une attention détendue, face à tout stimulus ne nécessitant pas beaucoup de concentration, comme un film ou un programme télé, va se transformer en état hypnoïde pendant lequel le cerveau devient particulièrement réceptif aux suggestions.
D’autres situations entraînant des états hypnoïdes sont le sommeil léger, les rêveries ou les courtes périodes passées à attendre un signal ou une action prédéterminée comme un feu de circulation par exemple.

La CIA, l’Agence Centrale pour le Renseignement, a subventionné les recherches sur le contrôle des cerveaux au moins dès 1960.
Lorsque le programme « MK Ultra », mondialement connu et essentiellement centré sur l’hypnose et les drogues hallucinogènes, affectait une partie du budget de la recherche sur les capteurs bioélectriques (essentiellement l’ »EEG » à l’époque) et comment les adapter à la surveillance et aux interrogatoires, de même que pour trouver “des techniques permettant d’activer électroniquement l’organisme humain à distance”.
Dans son témoignage devant le sous-comité du Sénat sur la santé et la recherche scientifique du 21/09/77, le directeur de « MK Ultra », le Docteur « Sydney Gottlieb s’est souvenu :
Il y avait un intérêt constant pour les effets observés sur les gens qui se trouvent dans un champ d’énergie radio et il est probable que, parmi les innombrables projets, quelqu’un ait tenté de vérifier s’il était possible d’hypnotiser plus facilement une autre personne si elle se trouve dans un faisceau radio.
Les hypnotistes utilisent souvent un rayon stroboscopique qui lance des éclairs lumineux à la fréquence des ondes alpha afin de faciliter le passage en transe.

Il apparaît que, pendant plus de 30 ans, les nations du bloc communiste ont utilisé des ondes de type (« ELF ») très basses fréquences pour obtenir le même résultat, peut-être même avec plus d’efficacité, sans craindre de se faire détecter.
« Ross Adey » a récemment perdu la plupart de ses financements du gouvernement et est devenu un peu plus loquace sur les utilisations militaires des radiations électromagnétiques.
En 1983, il a organisé une réunion publique à l’hôpital de Loma Linda en Virginie et il a communiqué des photos et des informations concernant la machine russe appelée : « LIDA ».
C’était un petit émetteur qui rayonnait des ondes de 10 Hz pour tranquiliser et accroître la suggestibilité. La boîte était conçue à partir d’un ancien tube électronique et un homme qui avait été prisonnier de guerre en Corée a signalé que des dispositifs similaires avaient été utilisés pendant les interrogatoires.

L’intérêt des américains pour l’interaction hypnose/radiation électromagnétique était encore très fort en 1974 quand un projet de recherche a été déposé pour étudier sur des volontaires des techniques pouvant être utiles.
« J.F. Schapitz », chargé des expériences a déclaré:
Lors de cette expérience, nous allons prouver que la parole de l’hypnotiste peut également être véhiculée par de l’énergie électromagnétique directement dans le subconscient, c’est-à-dire sans employer de dispositifs techniques afin de recevoir ou de décoder les messages et sans que la personne exposée à cette influence ait la possibilité de contrôler l’information reçue consciemment.
Comme essai préalable à l’étude du concept, « Schapitz » a proposé d’enregistrer l’activité cérébrale provoquée par des drogues spécifiques, puis de moduler ces informations dans un faisceau micro-ondes afin de les projeter dans le cerveau d’une personne non droguée pour vérifier si le même état de conscience pourrait être reproduit uniquement par l’émission du faisceau.
Le protocole principal de Schapitz était composé de 4 expériences.
Lors de la première, les sujets devaient recevoir un test de 100 questions, allant de simples à techniques, afin que tous eussent connaissance d’une partie des réponses mais pas de chacune d’entre elles.
Par la suite, tandis qu’ils seraient dans un état hypnoïde, tout en ne sachant pas qu’ils sont irradiés, ces volontaires devaient être soumis à des faisceaux d’informations suggérant des réponses à certaines des questions auxquelles ils n’auront pas répondus, de l’amnésie pour certaines de leurs bonnes réponses, et des falsifications de souvenirs pour d’autres réponses correctes.
Un nouveau test devait avoir lieu deux semaines plus tard afin de vérifier les résultats.
La seconde expérience devait consister à implanter des suggestions hypnotiques concernant des actes simples, comme quitter le laboratoire afin d’acheter un article en particulier, dont l’exécution aurait été déclenchée par une heure suggérée, un mot prononcé, ou la vue.
Les sujets devaient être interrogés ultérieurement.
On peut supposer que ces personnes vont rationnaliser leur comportement et considérer qu’ils avaient l’intention de le faire.
Lors d’une troisième expérience, les sujets devaient effectuer deux tests de personnalité. Pendant les tests, différentes réponses à certaines questions allaient être suggérées à plusieurs reprises, ainsi que des modifications non pathologiques de la personnalité, pour finir par une nouvelle évaluation lors d’un autre test un mois plus tard.
Dans certains cas, les sujets devaient être préalablement hypnotisés pour les amener à parler dans leur sommeil afin que le programmeur des émissions de micro-ondes pût adapter les ordres aux pensées déjà présentes dans le cerveau.
Finalement, il était prévu dans le protocole d’effectuer les tests standards attestant d’un état de transe hypnotique profond, comme la rigidité musculaire, en utilisant uniquement les faisceaux micro-ondes.
Bien sûr, comme ces informations ont été diffusées volontairement grâce à la loi sur la liberté de l’information (FOIA), il est recommandé de faire preuve de scepticisme.
Les résultats n’ont pas été publiés, donc les travaux ont pu ne pas être concluants et les projets de recherche ont peut-être été publiés seulement pour convaincre les soviétiques et notre propre public que les capacités américaines de contrôler les esprits sont meilleures qu’elles ne le sont en réalité.
Ceci-dit, la réalité a peut-être déjà largement dépassé le stade de ce projet de recherche, le rendant suffisament anodin pour pouvoir être publié tout en remplissant les conditions requises par la loi sur la liberté de l’information (« FOIA »).

Parmi les armes électromagnétiques potentielles, combien ont réellement été développées et/ou utilisées ?
Ceux qui n’ont pas accès aux informations classifiées n’ont aucun moyen de le savoir.
Les rumeurs ne manquent pas.
« Boris Spassky » a prétendu avoir perdu le championnat du monde de jeux d’échec face à « Bobby Fischer » parce qu’il était bombardé avec des rayons qui déconcentrent.
Je me souviens avoir entendu parler d’une expérience américaine secrète dans laquelle un scientifique a soi-disant été piégé à accepter des invitations pour trois conférences successives afin de faire à chaque fois le même exposé.
Le premier s’est bien passé, mais lors des deux derniers, il a été irradié avec des ondes basses fréquences (« ELF ») afin de provoquer la décharge d’ions de calcium, découverte par « Adey ».
Selon mes sources, sa présentation est devenue confuse et inefficace.
Un autre document de la « DIA » (Agence de renseignement pour la Défense) obtenu en 1976 par la loi sur la liberté de l’information est peut-être révélateur.
Préparé par « Ronald L. Adams » et « E.A. Williams » des « Laboratoires de Battelle Colombus », il s’intitule “effets biologiques des radiations électromagnétiques (ondes radio et micro-ondes), pays communistes d’Asie et d’Europe.
Les pages publiées relatent simplement les découvertes d’ »Allen Frey » sans mentionner son nom, insinuant à la place que seuls les « rouges » seraient assez ignobles pour étudier ces choses afin de les transformer en armes. Juste après la mention du phénomène de passage de la barrière hématoméningé, un paragraphe a été effacé, suivi de la phrase tentante :
l’étude ci-dessus est une lecture recommandée pour ceux qui s’intéressent à l’énergie micro-ondes appliquée aux armes.
Même sans ce document, et en tenant compte uniquement du rythme implacable auquel sont conçues les armes, nous serions vraiment très naïfs de supposer que les Etats-Unis n’ont pas d’arsenal électromagnétique.
Les soviétiques utilisent peut-être déjà le leur, à une échelle dépassant de beaucoup, cependant, celle du signal de Moscou.

Pendant la célébration du bicentenaire des Etats-Unis le 4 juillet 1976, un nouveau signal radio pouvait être entendu dans le monde entier.
Il a continué à être émis plus ou moins sans interruption depuis.
Passant alternativement d’une fréquence à une autre entre 3,26 et 17,54 MHz, ses impulsions sont modulées à une cadence de plusieurs émissions par seconde, elles s’apparentent donc à un pivert (« woodpecker ») ou à une scie qui vrombit.
Le signal a vite été remonté jusqu’à un énorme émetteur près de Kiev en Ukraine.
Le signal est si fort qu’il noie tous les autres signaux sur sa longueur d’onde.
Quand il est apparu pour la première fois, l’Union des Télécommunications Internationales de l’ »ONU » a protesté parce qu’il causait des interférences entre plusieurs canaux de communications, y compris les fréquences d’urgence pour les avions effectuant des vols transocéaniques.
Maintenant, le signal « Woodpecker » (Pivert) laisse des “trous”, il saute les fréquences les plus importantes tandis qu’il se déplace à travers le spectre.
Le signal est actuellement maintenu à un coût énorme par sept nations situées sur le territoire russe, les sept émetteurs radio les plus puissants du monde.
Dans l’intervalle d’une année ou deux après que le Pivert eut commencé à frapper, il y a constamment eu des plaintes concernant des symptômes sans cause apparente de la part de gens habitant dans plusieurs villes des Etats-Unis et du Canada, mais principalement d’Eugene dans l’Oregon.
Les sensations (pressions et douleurs dans la tête, anxiété, fatigue, insomnie, défauts de coordination et torpeur, le tout accompagné de tintements aigus dans les oreilles) étaient caractéristiques de fortes irradiations avec radio-fréquences et des micro-ondes.
En Oregon, entre Eugene et Corvallis, un puissant signal radio centré sur 4,75 MHz a été enregistré, les niveaux étaient plus élevés en l’air qu’au sol.
Plusieurs théories peu satisfaisantes ont été avancées, y compris l’idée d’émissions provenant des lignes haute tension endommagées par l’hiver, mais la plupart des ingénieurs qui ont étudié le signal en ont conclu que c’était une manifestation du Pivert (« Woodpecker »).
On a émis l’hypothèse qu’il était dirigé vers l’Oregon par des émetteurs amplificateurs de Tesla.
Cet appareil inventé par « Nikola Tesla » pendant ses expériences sur la transmission globale et sans fil d’énergie, dans un laboratoire près de « Pikes Peak » au début du siècle, n’a pas été vraiment étudié à l’Ouest.
Il permettrait à un émetteur d’envoyer un signal radio par la terre à n’importe quel endroit souhaité se trouvant à la surface tout en maintenant ou même en augmentant la puissance du signal quand il émerge.
« Paul Brodeur » (écrivain spécialisé) a suggéré que, puisque la société « TRW » a proposé par le passé un système de transmissions par « ELF » pour la Marine militaire qui utiliserait une ligne haute tension existante de 1368 km s’achevant en Oregon, le phénomène d’Eugene aurait pu être une interaction entre un signal émis par la Marine et les tentatives de brouillages des soviétiques.
Quelqu’en soit la raison, le Pivert continue à fonctionner et il y a plusieurs possibilités inquiétantes quant à son objectif principal.
Un ancien Chef de la recherche Navale a confié, en privé, qu’il ne pensait pas que ce soit dirigé contre la population américaine comme certains l’ont supposé.
Cependant, « Robert Beck », un physicien de Los Angeles qui est régulièrement employé comme consultant du Ministère de la Défense m’a dit que le signal servait un triple objectif.
Il sert de radar transhorizon primitif qui repèrerait une première attaque massive de missiles américains si les satellites espions soviétiques et autres détecteurs devaient être hors d’état de fonctionner a-t-il dit.
En second lieu, les modulations du signal contiennent des « ELF » qui servent à communiquer avec les sous-marins immergés.
Troisièmement, il a prétendu que le signal a des effets biologiques au sujet desquels il a promis plus d’informations.
Bien sûr, je n’ai pas été en mesure de le contacter depuis.

La magnétosphère et ses ceintures de « Van Allen », composées de particules emprisonnées, produisent toutes sortes de radiations électromagnétiques.
Comme elles ont initialement été étudiées grâce aux amplificateurs sonores, les premières à avoir été découvertes vers 1920 ont reçu des noms fantaisistes comme siffleurs, choeur de l’aube et rugissement de lion.
Beaucoup sont la conséquence d’ondes « VLF » produites par les éclairs qui rebondissent d’un pôle à l’autre plusieurs fois le long des “conduits magnétiques” dans la magnétosphère.
Cette résonance amplifie énormément les ondes « VLF » d’origine.
Les mesures des satellites ont prouvé que les énergies artificielles des lignes haute tension sont amplifiées de la même manière en haute altitude au dessus de la terre, un phénomène connu sous le nom de résonance harmonique des lignes haute tension.
Le phénomène de résonance concerne également l’énergie radio et micro-onde.
Cette énergie amplifiée interagit avec les particules des ceintures de « Van Allen » en produisant de la chaleur, de la lumière, des rayons X et, surtout, des retombées de particules chargées qui servent de noyaux aux gouttes de pluie.
Lors de travaux récents avec des fusées sondes, on a fait correspondre des régions spécifiques de telles précipitations d’ions avec l’énergie de stations radio bien précises et il a été constaté que les chutes de particules chargées se produisent en règle générale à l’Est de la source de radiation électromagnétique en suivant le mouvement habituellement vers l’est imposé par les conditions météorologiques.
En 1983, les mesures des satellites météréologiques « Ariel 3 et 4″ ont montré que l’importance de la résonance harmonique des lignes haute tension au dessus de l’Amérique du Nord avait créé un conduit permanent depuis la magnétosphère jusqu’en bas dans l’homospère, avec pour conséquence une diffusion continue d’ions et d’énergie sur tout le continent.
En présentant ces résultats au Colloque sur la compatibilité électromagnétique à Zurich en mars 1983, « K. Bullough » a rappelé aux auditeurs que les orages ont augmenté de 25% au-dessus de l’Amérique du Nord entre 1930 et 1975 par rapport à la période allant de 1900 à 1930, et il a suggéré que l’élévation de la quantité d’énergie dans la haute atmosphère en était responsable.
Depuis le milieu des années 70, il y a eu une augmentation dramatique des inondations, des sécheresses et tous les problèmes que cela entraîne, en raison de conditions météorologiques incohérentes, hors-normes.
L’hypothèse suggérant que ce serait dû en partie à la pollution électromagnétique et aurait été amplifié, délibérément ou pas, par le signal “pivert” soviétique, paraît probable.
Il semble actuellement possible de provoquer des changements climatiques catastrophiques au-dessus d’un pays ciblé et, même sans la perspective d’une telle guerre climatique, l’expansion continue de l’énergie électrique menace la viabilité de toute vie sur terre.

Le texte de cette association privée de chercheurs indépendants a été écrit à partir de documents obtenus par la loi américaine sur la liberté de l’information (« FOIA »).

 ( 2002 Media Guide to Disarmament in Geneva page 25 ISBN: 92-9045-002-2, www.unidir.org/pdf/activites/pdf2-act201.pdf »class= »postlink » target= »_blank » rel= »nofollow »>document PDF )

http://france.eternelle.over-blog.com  du 20/01/2014

« Haribo », C’ Est Beau La Vie !

Haribo

Mais quelquefois, c’est compliqué  !

Dans les pays scandinaves, la marque de bonbons allemande annonce qu’elle retire de l’assortiment « Skipper Mix », existant pourtant depuis de nombreuses années, ses réglisses en forme de masque primitif africain, certains consommateurs les ayant jugés racistes.
« Nous avons estimé que nous pouvions garder ce produit (Skipper Mix), et en retirer les parties que certains consommateurs ont jugées offensantes », explique le directeur de Haribo Suède, « Ola Dagliden ».
« Ola » a raison, c’est plus prudent.
On imagine, durant les longues soirées d’hiver devant la cheminée — et Dieu sait si elles sont longues là-bas —, ces hordes de « Breivik » qui les traquaient un à un au fond de la boîte, ces pauvre réglisses cachées derrière deux fraises « Tagada », et mordaient dedans rageusement, avec des rires sardoniques :
« Mouhahaha… ».

C’est plus prudent, mais ce n’est pas suffisant.
Le mieux aurait été, pour désamorcer l’affaire, d’arrêter complètement le produit.
Car lorsqu’on ne verra plus dans le « Skipper Mix » que des « Chamallows » roses ou blancs, énormes, ventripotents, gonflés d’importance, écrasant quelques rares « Dragibus » rasant les murs, ce sera fort peu éducatif, sur le plan du « vivre ensemble », pour tous les enfants qui viennent piocher dans la boîte…
Pour ceux qui s’inquiéteraient, détendez-vous, en France, nous ne risquons rien.
Pour une fois, nous avons damé le pion aux Scandinaves, qui pourtant ont souvent, dans ces domaines essentiels, une longueur d’avance :
Ces bonbons n’existent déjà plus sous nos cieux.
Traditionnellement appelés « tête de nègre » ou « masque », ces réglisses vieilles comme le monde qui pouvaient prendre aussi la forme de visages d’indien ou de cow-boy ont été d’abord rebaptisées « Melting Potes ».
Nettement plus porteur… mais apparemment pas encore assez convaincant :
Lesdites réglisses ont été supprimées l’an dernier.

En France, nous ne risquons rien… quoique.
Car il reste les bananes « Haribo ».
Dont la forme oblongue stylisée peut d’ailleurs aussi s’apparenter à une quenelle.
« Haribo » reste juge, bien sûr, mais est prévenu :
Il faut faire très attentions aux susceptibilités locales.
Il y a des métiers, comme ça, qu’on pense anodins et de tout repos…
Si l’on ajoute ce mini-scandale à celui, en 2012, occasionné par la présence de gélatine de porc dans la composition de nombre de leurs produits, on se demande parfois si « Haribo », confiseur depuis près d’un siècle, ne devrait pas se mettre à vendre des cravates.
Histoire de souffler un peu.

Et même sans bosser chez « Haribo », on a la tête qui tourne.
On ne sait pas – on ne sait plus – s’il faut en rire ou en pleurer.
Se ranger aux côtés de ceux qui pestent et tempêtent :
Et les « pets-de-nonne », c’est flatteur, peut-être ?
Ou de ceux qui rentrent le cou frileusement et qui, au cinéma, quand ils veulent montrer « Denzel Washington », pointent le doigt vers l’écran en disant : « Là, le type avec un pull rouge. »
On ne sait pas, on ne sait plus.
Mais on pressent que tout ça n’est pas très malin.
Et même vaguement dangereux.
Comme ces pensions un peu trop vissées d’autrefois.
Des vieilles filles inquisitrices, leur morale sourcilleuse en bandoulière, voyaient le mal partout, jusque dans les détails les plus insignifiants.
Certains disent qu’elles n’ont pas été pour rien dans le déclenchement de Mai 68.
Les vieilles filles ont changé de tête, la morale aussi, mais l’inquisition reste la même.
Et les mêmes causes pourraient produire les mêmes effets.

Gabrielle Cluzel

http://www.bvoltaire.fr  du 22/01/2014

 

L’ Ecole Ignore Les Enfants De Thulé !

neovik

Le combat entre la Croix et le Marteau

Tous les pseudo-historiens obsédés par le problème des fameuses « sources écrites » décrivent une des plus fantastiques aventures de notre monde comme une sorte de chaos où il ne serait rien survenu. 
Ce sont, pour eux, des années obscures, des siècles «noirs».
Ils ne consentiront à faire redémarrer l’Histoire qu’après avoir mis l’essence du christianisme dans son moteur.
Une fois convertis à la Foi de l’Orient, les païens deviennent, enfin, des gens bien convenables que l’on peut accueillir dans la fraternité universelle.

Mais nos prestidigitateurs ont escamoté près de dix siècles !
Les plus significatifs et les plus déterminants.
Heureusement, les archéologues et les philologues nous aident à y voir un peu plus clair.
Ce qui s’était passé deux ou trois mille ans avant notre ère va recommencer.
Une fois encore, le centre de dispersion, la « matrice des peuples » ce sera la plaine du Nord, et singulièrement la péninsule jutlandaise.
C’est du pays de l’ambre que les fils de l’éternelle Hyperborée vont, à nouveau, déferler sur toute l’Europe.

Mais qui se fera le chantre de cette colossale migration,  ce « Völkerswanderung » prodigieux, qui constitue, jusqu’à l’époque des vikings, notre nouvelle Longue Marche ?
Aventure bien plus prodigieuse que celle de leurs descendants du XIXè siècle, qui devaient, à leur tour, connaître l’épopée du «western » des plaines de l’Ouest américain et de l’immense steppe sibérienne.
Le Danois « Johannès V. Jenser » a, naguère tenté une telle entreprise romanesque, mais son oeuvre n’a jamais été traduite en français, une fois encore, un tel récit montrerait combien les peuples européens, dans toutes leurs nécessaires diversités, n’en ont pas moins été fécondés par les mêmes vagues de conquérants, surgis des rivages marécageux de la Baltique et des forêts immenses où avait naguère lutté et vaincu « Arminius le Chérusque ».
Une fois encore, l’opposition séculaire entre le Nord et le Sud y perdrait de sa dangereuse acuité.
On trouve toujours d’authentiques Hyperboréens des rivages de Galice aux collines de Provence.
Une opposition des Gaulois et des Teutons n’a finalement pas plus de sens profond que la lutte des Germains et des Romains.
Les Alains de la mer Noire et les Celtes de Bretagne sont du même sang.
Ils sont authentiques fils de Thulé.

astre

La Longue Marche des peuples de l’Europe du Nord

À la veille de ces invasions d’où devait sortir notre monde médiéval…
Il est intéressant d’égrener les noms de chaque « Sippe », ou tribu, et de chercher à les localiser dans l’espace, que les auteurs latins appelaient indifféremment Hyperborée ou Germanie.
À l’est, les Goths, venus de la Baltique jusqu’en Ukraine, se divisent en Ostrogoths, les « Brillants », et en Wisigoths, les « Sages ».
Les Gépides voisinent avec les Vandales.
Les Burgondes, venus de l’île de Bornholm, cette autre Thulé, glissent de l’Oder vers le Rhin.
À l’ouest, les Alamans se maintiennent sur ce fleuve, tandis que les Francs se divisent en Ripuaires et Saliens.
 Au nord, les Angles et les Jutes occupent la presqu’île sacrée des rivages de l’ambre.
Entre les bouches de l’Elbe et de la Weser, vivent les Saxons et les Frisons, tandis que les Lombards sont installés entre l’Elbe et l’Oder.

Soudain, la carte s’anime.
Les tribus se mettent en marche.
Le sang du Nord coule comme la lave des volcans de l’Islande, recouvrant peu à peu toutes les provinces du monde romain, agonisant sous le poison d’une foi étrangère.
Divisé par Dioclétien en diocèses, l’Empire va mourir.
L’unité politique ne recouvre plus qu’un chaos ethnique.
Que peuvent, contre les lois de la vie, les phrases du poète chrétien « Prudence » :
« Du mélange des peuples, une race unique est née…
La paix romaine a préparé la voie à la venue du Christ…
Déjà, ô Christ, tu saisis le monde, que la Paix et Rome tiennent en un noeud serré. »

L’épée des héritiers d’ »Arminius » va trancher ce noeud multicolore.
Eux, refusent cette fin des temps, que prêchent saint « Jérôme » et les prophètes de l’Apocalypse.
Les Barbares croient en leur puissance et en leur force.
Ils ne sont pas les prédicateurs d’un autre monde, ils sont l’éternelle jeunesse de cette terre.
Jeunes, jeunes, bien sûr, mais avec toutes les imprudences et les naïvetés de la jeunesse.
Devant les évêques, rompus à toutes les acrobaties dialectiques, ils ne vont pas faire le poids. On nous raconte que la conversion au christianisme a été spontanée, puisque la nouvelle religion venue d’Orientaurait été « supérieure » à nos vieux cultes barbares.
La bonne blague !
On imagine assez mal les chefs barbares discutant théologie avec ces petits clercs au verbe intarissable.
Les seuls qui auraient pu, peut-être, discuter au IVè siècle, c’étaient les prêtres païens les « godis ».
Il n’en restaient plus beaucoup.
Déjà, les Romains avaient commencé l’anéantissement systématique de la classe sacerdotale hyperboréenne.
Sur l’île de Mona, par exemple ils avaient massacré tous les druides.
Cette histoire d’une conversion pour des raisons « religieuses » est stupides.

Mais tout le monde semble l’admettre, car elle rejoint les idées à la mode.
Sans la victoire du monothéisme, on ne pourrait ni parler de l’identité de tous les humains, ni définir l’homme par l’extra-humain.
Le mythe égalitaire va naître du christianisme et sera récupéré par le marxisme.
Aussi, tous les bouffeurs de curés francs-maçons parlent sans rire de la supériorité du christianisme.
La réalité est tellement plus évidente.
C’est tout simplement une histoire de politique.
Les chefs barbares avaient déjà besoin de songer à leurs électeurs, ce qui mène à toutes les bêtises.

marteau

Les raisons véritables de la conversion des « Barbares »

Dans cette décadence de l’Empire romain, il ne reste plus qu’un seul pouvoir, invisible, mais réel, celui de l’appareil ecclésiastique.
L’Eglise est devenue organisation, elle contrôle, de plus en plus, de grandes masses de populations, sur l’étendue de l’Empire agonisant.
L’Eglise allait devenir la seule interlocutrice possible entre la grande masse conquise et les chefs conquérants. Les Barbares sont des hommes d’actions.
Pour contrôler leurs nouveaux sujets, des immenses territoires qu’ils ont conquis, ils vont faire confiance à ceux qui les connaissent bien et qui, depuis des génération et des générations les manipulent.
Ce sera l’Eglise.

Car le pouvoir des chefs germains semble moins grands, à long terme, que celui des évêques chrétiens, qui contrôlent les populations.
Le système de coercition mentale du christianisme fonctionne souvent depuis plus d’un siècle.
Il a fait ses preuves.
Les Barbares sont éblouis par l’intelligence, le fanatisme et la culture de ceux qui se présentent comme leurs interlocuteurs privilégiés.
Ils ne « font pas le poids » devant ce mélange de raisonnement astucieux et de malhonnêteté habile.
Ils n’ont pas été comme eux formés à la dialectique révolutionnaire.

Les chefs barbares s’épuisent en querelles personnelles.
Pour se maintenir au pouvoir, contre leur concurrents, les candidats ont besoin d’appuis.
Ce que leur offrent leurs interlocuteurs chrétiens, rompus aux intrigues.
Leurs arguments étaient :
« Le Dieu unique à créé le monde.
L’ordre du monde ne peut être que l’ordre de Dieu.
Lui désobéir serait désobéir à Dieu lui même.
Si tu te convertis avec tes hommes, ton pouvoir précaire se transformera en pouvoir divinisé. » La confirmation de cette dialectique imparable se retrouvait dans le fait, que ce sont les chefs qui ont ordonné à leurs hommes de se soumettre à la volonté des évangélisateurs chrétiens, car ils en escomptaient un bénéfice immédiat.

Le Christianisme est aussi le triomphe du monde citadin sur le monde rural.
Il ne faut pas oublier l’immense poids numérique des populations urbaines et des paysans « soviétisés » des fermes de l’Etat.
La masse humaine de la population européenne, à l’époque des Grandes évasions, se trouve dans le sud et non pas le nord.
Le rapport de forces est écrasant.
Mais le plus grave est que les chefs barbares n’avaient aucune conscience historique.
Depuis bien longtemps, la classe des « Godis » avait disparu.
Elle seule aurait pu être consciente de l’enjeu du combat qui se livrait entre Rome et Thulé.

ecu

Les Invasions Barbares

Les Barbares qui ont pris Rome, en ce beau jour de 410, ne sont plus des païens mais des chrétiens, de la variété schismatique arienne.
Leur premier soin sera de massacrer les Romains resté païens, que leur désignent leur coreligionnaires.
Ainsi périront les dernières familles patriciennes, fidèles aux dieux du sang et du sol italiotes.
Les Grandes invasions barbares continuent.
Après l’Italie, la Gaule tout entière brûle comme une torche.
Le Rhin est franchi.
Et le Danube.
Voici que déferlent les Vandales, les Suèves, les Alains, les Burgondes, les Alamans.
L’Espagne est atteinte.
« Athaulf le Wisigoth » rêve d’unir le nom romain et la force gothique.

Mais trop de guerres civiles opposent entre eux ces purs fils d’Hyperborée.
Vieille maladie qui consacre l’absolue primauté de l’individu chez les Germains, mais les rend incapables de se soumettre à la loi d’un seul.
Ils n’ont jamais voulu d’autre maître qu’eux-mêmes.
Dans la lointaine île de Bretagne, les Pictes d’Ecosse franchissent le mur d’ »Hadrien » et les Scots d’Irlande s’installent au pays de Galles, des Bretons passent la Manche et s’installent en Armorique.
Du Boulonnais au Bessin, les côtes de Gaule sont franques et saxonnes.
En Méditerranée, « Genséric le Vandale » occupe les Baléares, franchit le détroit de Gibraltar et s’empare de Carthage.
La vieille rivale de « Massalia » et de Rome tombe au mains d’un fils de Thulé.
« Théodoric le Wisigoth » a stoppé « Attila » aux Champs catalauniques et sauvé l’Europe des « Huns », en 451. Le royaume « wisighotique » ira de la boucle de la Loire au détroit de Gibraltar et de l’océan Atlantique aux Alpes maritimes.
En septembre 476, « Romulus », le dernier empereur romain d’Occident, surnommé « Augustule » n’est plus qu’un enfant prisonnier aux mains de l’Hyperboréen « Odoacre ».

Les fils de Thulé pouvaient tenir le monde, mais ils se sont déchirés comme des colporteurs sur un marché.
« Théodoric l’Ostrogoth » envahit l’Italie et assassine « Odoacre ».
« Clovis le Franc » s’empare de Soissons et se bat contre les Alamans.
A la fin du Vè siècle ou au début du Vè, on hésite encore entre les dates de 498 ou de 506, il se convertit au catholicisme, pour devenir « roi de droit divin » et affermit ainsi son pouvoir.
Il reçoit le baptême un jour du solstice d’hiver !
Ce reniement de la foi de Thulé lui assure le soutient de l’Eglise et lui permet de vaincre les Wisigoths.
La « force historique » de « Clovis » et de son vieux complice l’évêque « Rémi », c’est le germe de mort au sein du monde germanique.

saxons

Le massacre,  ultime ressource des évangélisateurs à Verden

Désormais, les pires ennemis de Thulé, ce seront des Hyperboréens convertis.
Dès le VIIè siècle le triomphe du christianisme apparaît total en Occident.
La victoire absolue a été obtenue en Irlande, où les populations gaéliques, sensibles au merveilleux, se sont montré vite éblouies par les récits fantastiques des missionnaires.
Une des Terre sacrées de l’Hyperborée basculait ainsi dans un gigantesque éblouissement, et rejoignait le camp de Rome.

Mais commence aussi pour le christianisme la lutte la plus dure.
Les ressources de la dialectique s’épuisent en avançant vers l’Est et le Nord.
La nouvelle méthode, maintenant que les chefs barbares de l’Occident ont mis par calcul politique, leur épée au service de la croix, ce ne sera plus le verbiage mais le massacre.
Les païens sont mal armés pour se défendre.
Ils n’ont jamais possédé d’organisation religieuse centralisée et l’île sainte de Thulé reste davantage un symbole qu’une réalité.
Les croyances païennes sont nombreuses et diffuses.
Elles varient selon les peuples et même selon les individus.
Chaque homme « en prend et en laisse » avec les dieux comme chefs.
La foi reste affaire individuelle et intérieure.

En face, l’Eglise apparaît comme un bloc sans faille.
Elle a prit la succession de la Rome antique et elle va entièrement contrôler le pouvoir qui a succédé à celui des empereurs.
Le Clergé va réaliser avec « Charlemagne » la totale alliance du trône et de l’autel.
Thulé ne pourra rien contre le globe et la croix.
« Charlemagne » est, certes, un beau symbole pour enterrer la petite querelle entre les Gaulois et les Teutons.
Est-il allemand ou est-il français cet empereur qui va régner à Aix-la Chapelle ?
Mais le couronnement de l’an 800 est une catastrophe.
« Karl der Gross » n’est pas l’unificateur de notre continent.
C’est le fossoyeur de notre liberté.
« Charlemagne » n’a pas relié les lambeaux de l’ancien Empire romain.
Il a fait couler un fleuve de sang entre les fils fidèles de Thulé et les rénégats qu’il menait à l’assaut des libres peuples du Nord.
Sa guerre contre les Frisons et les Saxons reste un crime imprescriptible.
Lui aussi, il préférait « la politique ».

Le véritable héros de Thulé dans cette aventure, c’est « Witukind le Païen ».
L’Eglise parle pudiquement de la conversion des Saxons.
Un baptême dans le sang !
Il ne faudra jamais oublier ce qui s’est passé à Verden en 782.
Verden, est une petite ville de Basse-Saxe.
L’endroit maudit, « Sachsenheim », se situe au nord de la ville.
Cette allée circulaire de plusieurs kilomètres borde une prairie gorgées d’eau.
Là, s’est déroulé le massacre.
Quatre mille cinq cents Saxons ont été passés au fil de l’épée par les soudards chrétiens de « Charlemagne ».
Le chemin est bordé de grosses pierres qui atteignent parfois la taille d’un homme.
On en compte autant que de païens massacrés pour leur foi.
Immense temple naturel qui perpétue le souvenir de cette effroyable exécution des captifs.
Mais ce qui est plus odieux .
C’est que, après la dernière guerre, le clergé allemand a réussi à récupérer ce lieu, où désormais s’élèvent les bâtiments d’une école évangélique.
Des versets de la Bible sont gravés sur certaines pierres et, au milieu du champ des martyrs, se dresse une immense croix :
Le mensonge s’ajoutait à l’horreur.
On avait osé changé le camp des victimes.

Après l’installation des Lombards en Italie du Nord, la venue des Danois et des Norvégiens, en Angleterre et en France, constituait le dernier acte de l’immense « Völkerwanderung » nordique.
Les Scandinaves étaient resté païens et « Odin », le dieu borgne, envoyait ses corbeaux pour les guider sur la route des vagues.
Les vikings n’ont pas réussit pourtant, à créer un empire du Nord Hyperboréen et païen, alors qu’ils occupaient un prodigieux espace géographique, de Terre-Neuve à la Volga et de l’Islande à Byzance.
Il leur manquait une volonté politique d’unité.
Mais ils étaient trop épris de liberté pour se soumettre au moindre pouvoir.
Le « centre » de leur monde oscillait sans cesse de la Norvège à l’Angleterre et du Danemark à la Normandie, au hasard des équipées royales.
Après la décision prise, à l’ »Althing » islandais de l’an Mil, de se convertir au christianisme, toute cette tempête se calme.

Pourtant il reste quelques païens irréductibles.
Ces derniers fidèles à la foi du Nord, on les retrouve en 1047, à la bataille du Val-ès-Dunes au cours de laquelle les barons nordiques du cotentin se sont révoltés contre « Guillaume le Bâtard » et ses troupes chrétiennes alliées aux Français.
On entendit une dernière foi la vieille clameur païenne de « Thor aïe » retentir sur une terre d’Occident.

Le dieu au marteau devait s’incliner devant le duc à la Croix.

croix

 

 

Konigsberg

 

http://france.eternelle.over-blog.com  du 20/01/2014

Quelques Subtilités de Notre Français !

Pivot

Un  très beau texte de Bernard Pivot

Vieillir,  c’est chiant.
J’aurais pu dire :
vieillir, c’est désolant, c’est  insupportable, c’est douloureux, c’est horrible, c’est déprimant, c’est  mortel.
Mais  j’ai préféré « chiant » parce que c’est un adjectif vigoureux qui ne fait  pas  triste.
Vieillir,  c’est chiant parce qu’on ne sait pas quand ça a commencé et l’on sait  encore moins quand ça  finira.
Non,  ce n’est pas vrai qu’on vieillit dès notre  naissance.
On  a été longtemps si frais, si jeune, si  appétissant.
On  était bien dans sa  peau.
On  se sentait conquérant.
Invulnérable.
La vie devant soi.
Même à cinquante  ans, c’était encore très bien.
Même à soixante.
Si, si, je vous assure,  j’étais encore plein de muscles, de projets, de désirs, de  flamme.
Je  le suis toujours, mais voilà, entre-temps j’ai vu le regard des jeunes,  des hommes et des femmes dans la force de l’âge qu’ils ne me considéraient  plus comme un des leurs, même apparenté, même à la marge.
J’ai lu dans  leurs yeux qu’ils n’auraient plus jamais d’indulgence à mon égard.
Qu’ils  seraient polis, déférents, louangeurs, mais  impitoyables.
Sans  m’en rendre compte, j’étais entré dans l’apartheid de l’âge.
Le plus  terrible est venu des dédicaces des écrivains, surtout des débutants.
“Avec respect”, “En hommage respectueux”, “Avec mes sentiments très  respectueux”.
Les salauds!
Ils croyaient probablement me faire plaisir en  décapuchonnant leur stylo plein de respect? Les cons! Et du « cher  Monsieur Pivot » long et solennel comme une citation à l’ordre des Arts et  Lettres qui vous fiche dix ans de plus  !
Un  jour, dans le métro, c’était la première fois, une jeune fille s’est levée  pour me donner sa place.
J’ai failli la gifler.
Puis la priant de se  rasseoir, je lui ai demandé si je faisais vraiment vieux, si je lui étais  apparu  fatigué.
“Non, non, pas du tout, a-t-elle répondu, embarrassée.
J’ai pensé  que”…
Moi aussitôt : «Vous pensiez  que…?
“Je pensais, je ne sais pas, je ne sais plus, que ça vous ferait plaisir  de vous  asseoir”.
“Parce que j’ai les cheveux  blancs” ?
“Non, c’est pas ça, je vous ai vu debout et comme vous êtes plus âgé que  moi, çà été un réflexe, je me suis  levée”…
“Je parais beaucoup beaucoup plus âgé que  vous”?
« Non,  oui, enfin un peu, mais ce n’est pas une question  d’âge”…
“Une question de quoi,  alors?”
“Je ne sais pas, une question de politesse, enfin je  crois”…»
J’ai  arrêté de la taquiner, je l’ai remerciée de son geste généreux et l’ai  accompagnée à la station où elle descendait pour lui offrir un  verre.

Lutter  contre le vieillissement c’est, dans la mesure du possible, ne renoncer à  rien.
Ni au travail, ni aux voyages, ni aux spectacles, ni aux livres, ni  à la gourmandise, ni à l’amour, ni au  rêve.
Rêver,  c’est se souvenir tant qu’à faire, des heures exquises.
C’est penser aux  jolis rendez-vous qui nous  attendent.
C’est  laisser son esprit vagabonder entre le désir et  l’utopie.
La  musique est un puissant excitant du rêve.
La musique est une drogue douce.
J’aimerais mourir, rêveur, dans un fauteuil en écoutant soit l’adagio du  Concerto no 23 en la majeur de Mozart, soit, du même, l’andante de son  Concerto no 21 en ut majeur, musiques au bout desquelles se révéleront à  mes yeux pas même étonnés les paysages sublimes de  l’au-delà.
Mais  Mozart et moi ne sommes pas  pressés.
Nous  allons prendre notre temps.
Avec l’âge le temps passe, soit trop vite,  soit trop lentement.
Nous ignorons à combien se monte encore notre  capital.
En années ?
En mois ?
En jours ?
Non, il ne faut pas considérer le  temps qui nous reste comme un capital.
Mais comme un usufruit dont, tant  que nous en sommes capables, il faut jouir sans modération.
Après nous, le  déluge ?
Non,  Mozart.
Voilà,  ceci est bien écrit, mais cela est le lot de tous, nous vieillissons  !…
Bien  ou mal, mais le poids des ans donne de son joug au  quotidien.

Extrait de son livre paru  en avril 2011 :   »Les mots de ma vie ! »

 

 Commentaire de Guy Joachim

 

Pour les férus de la langue française, un petit bijou que vous ne connaissiez peut-être pas.
Le plus long mot « palindrome » de la langue française est «ressasser ».
C’est-à-dire qu’il se lit dans les deux sens.

« Institutionnalisation » est le plus long « lipogramme » en « e ».
C’est-à-dire qu’il ne comporte aucun « e ».

L’ »anagramme » de « guérison » est « soigneur »
C’est-à-dire que le mot comprend les mêmes lettres.

« Endolori » est l’ »anagramme » de son « antonyme » « indolore », ce qui est paradoxal.

« Squelette » est le seul mot masculin qui se finit en « ette ».

« Où » est le seul mot contenant un « u » avec un accent grave.
Il a aussi une touche de clavier à lui tout seul !

Le mot « simple » ne rime avec aucun autre mot.
Tout comme «triomphe », « quatorze », « quinze », « pauvre », « «meurtre» , «monstre », « belge », « goinfre » ou « larve ».
« Délice », « amour » et « orgue » ont la particularité d’être de genre masculin et deviennent féminin à la forme plurielle.
Toutefois, peu sont ceux qui acceptent l’amour au pluriel.
C’est ainsi !

« Oiseaux » est, avec 7 lettres, le plus long mot dont on ne prononce aucune des lettres : [o], [i], [s], [e], [a], [u], [x] .
« oiseau » est aussi le plus petit mot de langue française contenant toutes les voyelles.
Eh oui !

Autre Que Réseau Social

 

gif_dictionnaire

Changeons Donc Un Peu D’ Air !

république

Interrogations autour
de l’appartement de

Gayet et Hollande.

Plusieurs médias ont affirmé ce dimanche que l’appartement qui abritait secrètement la relation entre François Hollande et l’actrice Julie Gayet était lié au grand banditisme corse, l’avocat d’un homme mis en cause niant toutefois tout lien de son client avec cette affaire.

L’homme mis en cause, « »Michel Ferracci » n’a jamais été ni propriétaire, ni locataire de cet appartement», a affirmé Maître « Pierre Haïk ».
« Michel Ferracci », acteur apparaissant notamment dans la série télévisée «Mafiosa», a été condamné en novembre 2013 à 18 mois de prison avec sursis dans l’affaire des détournements du cercle de jeux parisien « Wagram » au profit de membres du gang corse de la «Brise de mer».
L’Elysée n’a pas réagi à ces informations de presse.
« Mediapart » écrit que l’appartement, situé dans le VIIIe arrondissement, tout près de l’Elysée, «est au nom de Michel Ferracci».
Selon le site d’information en ligne, il était prêté à Julie Gayet par une actrice, ex-femme de « Michel Ferracci » et devenue par la suite compagne de « François Masini », réputé proche du milieu corse et assassiné en mai 2013.
L’hebdomadaire »Valeurs actuelles » assure, quant à lui, que l’appartement a appartenu à «un grand patron du CAC 40» et serait aujourd’hui détenu par une milliardaire, qui le louerait à « Michel Ferracci » et sa compagne actuelle.
« Le Point » affirme de son côté que l’appartement était prêté depuis six mois par une comédienne qui y vivait jusque-là avec « Michel Ferracci ».
«L’information concernant « Michel Ferraci » est fausse», a déclaré Maître « Haïk ».
Selon l’avocat, «si son nom est sorti, c’est parce que son ex-femme, dont il est séparé depuis six ans, habite dans cet immeuble avec ses enfants, qui portent son nom», lequel apparaît donc sur une boîte aux lettres de l’immeuble et sur la liste des abonnés au téléphone.
L’avocat souligne par ailleurs que son client n’a jamais eu affaire à la justice en dehors du dossier du cercle « Wagram », dont il était jadis salarié.

http://www.ledauphine.com/ du 12/01/2014

Commentaires … Un Baisodrome Frelatré !

Hollande irait « tirer sa crampe » dans un appartement dont le propriétaire serait lié à la mafia Corse.
Ben! Nom de Dieu… il a les cuisses propres le François.
En ne prenant pas soin de regarder dans quel cul il met sa bite, il va peut-être tremper dans une affaire de gangsters corses.
Les culottes des femmes nous réservent parfois de drôles de surprises.
Quand on pense que ce gougnafier ne s’occupe pas des problèmes de la France, mais va baiser à couilles rabattues dans un endroit louche.
Enfin…
« La politique, c’est comme l’andouillette, ça doit sentir la merde, mais pas trop. »
C’est « Édouard Herriot » qui répétait souvent cette phrase.
À propos d’ »Herriot », il paraît qu’il était monté comme un cheval, même les putes ne voulaient pas se faire tringler par lui.
Au fait!
Les socialistes ont peut-être leur intelligence dans leur queue.
« Dieu a donné à l’homme un sexe et un cerveau, mais pas suffisamment de sang pour les irriguer tous les deux en même temps. »
Elle est marrante l’autre écervelée de « Royal », elle dit:
« Il faut tourner la page et passer à autre chose. »
Il n’y tient peut-être pas l’obsédé de la tringle.
C’est vrai !
Il vaut mieux être plusieurs sur une bonne affaire, que seul sur une mauvaise, mais je ne peux pas parler !
Je ne l’ai jamais «jointée» cette «meuf».
Comme dit le vieil adage:
«la bite fait pas le moine, même si Satan l’habite».

C’est deux Bretons qui se marient.
Pendant la nuit de noces, la femme dit au mari… arrête un peu… ta corne m’use.

http://leseldozeille.centerblog.net/  du 19/01/2014

Fiers De Parler Français En France.

apprendre

Saluer ses collègues en arabe montrerait-il une radicalisation religieuse ?

C’est en tout cas ce que semble penser le préfet des Alpes-Maritimes.
Ce dernier a décidé de suspendre pour cette raison l’habilitation d’un agent de sûreté de l’aéroport de Nice.
Un employé de la société de sécurité « ICTS », est privé de travail et de ressources depuis plus de deux mois.
Il a saisi le tribunal administratif qui doit se réunir ce 21 janvier pour étudier son cas.

«Cela fait trois ans qu’il travaille comme agent de sûreté, raconte « Smaïl Jebali », membre du « Collectif contre l’islamophobie en France » (« CCIF »).
Il s’agit d’un employé exemplaire, consciencieux et rigoureux.
C’est un musulman pratiquant, mais il ne l’a jamais fait de manière ostentatoire.
Il n’a jamais pratiqué de rituels sur son temps de travail.»

Selon la préfecture (qui n’a pas souhaité répondre à nos questions), le jeune père de famille «aurait défavorablement attiré l’attention».
D’après «Nice-Matin», l’administration se justifie «en raison de son changement de comportement qui s’est traduit notamment par le salut de ses collèges en disant salam aleykum (ndlr : le salut en arabe) et son refus de parler aux femmes ou des les saluer».
La préfecture décide donc le 13 novembre 2013 de suspendre, pour une durée de 2 mois, son habilitation pour l’accès en zone réservée de l’aéroport de Nice.

Le jeune père de famille décide alors de saisir le tribunal administratif de Nice.
Le 12 décembre, cette juridiction décide de suspendre la suspension de la préfecture.
Essentiellement pour deux raisons :
-Premièrement, «le préfet n’indique pas en quoi il aurait défavorablement attiré l’attention, ni ne démontre le caractère urgent de la mesure attaquée», stipule l’ordonnance du tribunal que nous nous sommes procurée.
- Deuxièmement, «la décision attaquée préjudicie immédiatement et gravement à sa situation en tant qu’elle l’empêche de poursuivre l’exécution de son contrat de travail et ce, alors que son employeur, ni aucune autre société, n’a d’emploi à lui proposer en zone non sécurisée de l’aéroport», poursuit la juridiction.
En clair, l’agent de sûreté se retrouve avec pour seules ressources les quelque 400 € versés par la caisse d’allocations familiales.
Alors qu’avec sa femme sans travail et son enfant âgé d’un an, «il doit faire face à des échéances de loyer de 650 €», précise l’ordonnance.

La préfecture a toutefois décidé de ne pas lâcher l’affaire.
Le 17 décembre 2013, Monsieur M. reçoit un courrier qui suspend à nouveau son habilitation.
«Elle a alors reproché à mon client sa radicalisation religieuse, l’accusant de parler arabe avec ses collègues et de faire l’apologie d’actes terroristes !
Si c’était vrai, il serait déjà en garde à vue», remarque Maître « Guez Guez », l’avocat de l’agent, dans les colonnes du «Parisien» ce vendredi.
«Le préfet doit s’expliquer, lance de son côté le « CCIF ».
Comment explique-t-il qu’un jeune père de famille au casier judiciaire vierge et apprécié de sa direction soit injustement mis à l’écart de son activité professionnelle ?»
Et de se poser la question :
«Suffirait-il de s’exprimer en arabe pour être aussitôt suspecté de terrorisme et se voir priver de son emploi et de son salaire ?»

Gaïa pour « Dreuz.info »

http://www.dreuz.info/  du 20/01/2014

Le Français est la langue qui doit nous être enseignée dans nos écoles primaires, c’est celle de notre Nation !
Que, dans le privé, l’on parle autrement, peu nous chaud, nous sommes en France, mais notre langue administrative DOIT être respectée sur le lieu de notre travail et dans les lieux publics…hélas, ce n’est plus le cas de nos jours !
Bien sûr, nos langues régionales ont encore droit de cité, rien n’est plus normal puisqu’elles sont le creuset de notre langue nationale…mais toutes ces langues ou dialectes ETRANGERS parlés par des citoyens soit-disant français ne devraient même plus être entendus où que ce soit, dans le bus, dans la rue, dans les commerces, dans tous les lieux publics de France !
Ce ne sont pas les touristes qui envahissent de vocables incompréhensibles notre beau pays, ils ont des tenues correctes et reconnaissables, sont toujours discrets, en groupes plus ou moins nombreux et accompagnés d’un interprète.

A-T-On Consulté Les Parents ?

peur-300x133(1)

Que peut valoir le reste, il ne s’agit, ici, que d’un extrait !

https://www.sante-sexuelle.ch/wp-content/uploads/2013/11/Standards-OMS_fr.pdf

La masturbation pour tous à la maternelle.
Pour les experts es pédagogie:
- Il faut apprendre, de 0 à 4 ans, la « masturbation enfantine » et laisser l’enfant exprimer « ses besoins, ses désirs et ses limites », en termes de sexualité.
Outil ludique suprême : on conseille de faire cela en « jouant au docteur » (SIC).
« DSK », « Frédéric Mitterrand », « Jack Lang » et « Daniel Cohn Bendit » ne renieraient pas ce rapport…

- A quatre ans, quand ils ont bien appris « les différentes sortes de relations familiales » et qu’on les a encouragé à « explorer les différentes identités sexuelles », les gosses peuvent désormais découvrir « l’égalité entre les sexes » et surtout « l’amitié et l’amour envers les personnes de même sexe ».

- A six ans, l’enfant doit maitriser les « différentes normes en matière de sexualité », on lui apprend également tout sur « l’éjaculation et les menstruations » et sur les « méthodes de contraception ».
Il faut bien qu’un gamin de six ans sache mettre une capote si on veut que le monde aille mieux !
Évidemment, après avoir parlé de tout ça, il faut sensibiliser les gosses de 6 ans à la théorie du genre et qu’on leur apprenne l’ignominie des « rôles socialement associés aux genres ».

- 9 à 12 ans, l’enfant doit découvrir le « Planning familial », les « MST », les orientations sexuelles, tout en gardant en tête « l’influence des inégalités liées au genre » et la pression exercée par « le groupe, la culture, la religion, la loi ».

- De 12 à 15 ans, il est temps de promouvoir l’avortement et la « grossesse dans les couples de même sexe » (???).
« PMA », « GPA », don de sperme et prostitution seront les derniers angles de cette éducation sexuelle du futur.

Avec la génération de demeurés qu’ils nous préparent, on peut craindre que le « PS » ne dispose de nombreux électeurs d’ici une petite quinzaine d’années…

http://24heuresactu.com/2014/01/15/oms-la-masturbation-pour-tous-a-la-maternelle/

C’est bien plus important que de s’entraîner au calcul mental, à la compréhension de texte et au vocabulaire….
Que voulez-vous, progrès oblige !
Sans stigmatiser, j’imagine déjà le petit caïd en herbe, de 6 ans, face à la petite copine.
Avec cela que les enseignants n’ont plus le droit d’être présents là où les enfants se déshabillent !
Ca promet!

Claude Laurent

http://www.resistancerepublicaine.eu/ du 19/01/2014

Aucune Sécurité Pour Nos Eglises !

clocher-300x187

La chapelle Notre-Dame-du-Haut
de Le Corbusier vandalisée

La Chapelle Notre-Dame-du-Haut, réalisée par l’architecte Le Corbusier, a été la cible de dégradations vendredi soir à Ronchamp (Haute-Saône).
Un vitrail d’origine de la chapelle, construite en 1955 par l’architecte franco-suisse « Le Corbusier » (1887-1965), a été brisé et un tronc de quête en béton, qui ne contenait pas d’argent, arraché et sorti de la chapelle.
«Ils ont cassé en mille morceaux le seul vitrage signé Le Corbusier.
Il les a tous peints, mais c’est sur ce vitrage incolore, où il avait dessiné la lune, qu’il avait apposé sa signature», a indiqué « Benoît Cornu », premier adjoint au maire de la commune.
Les dégâts sont «inestimables», a poursuivi l’élu.
Le ou les auteurs des faits ont également tenté de forcer la porte de la boutique-bibliothèque de la Chapelle, en vain, a-t-il ajouté.
La chapelle inscrite aux monuments historiques en 1967, avec le label «Patrimoine du XXe siècle», attire chaque année 80 000 touristes.
Elle fait partie d’une liste d’œuvres du célèbre architecte qui tenteront en juin 2016, pour la troisième fois, de rejoindre le patrimoine mondial de l’Unesco.

Une religieuse du monastère des sœurs clarisses, édifié en 2011 par l’architecte italien « Renzo Piano » et proche de la chapelle de Le Corbusier, a découvert les dégradations vendredi vers 19 h 30 et fait part de son émotion.

«J’ai mal à la chapelle», a-t-elle dit.

La gendarmerie a lancé un appel à témoins, demandant à toute personne susceptible d’apporter un témoignage de contacter la gendarmerie de Champagney (Haute-Saône) ou de Vesoul.

Depuis le Moyen-Age, les pèlerins se pressent sur ce site où « Charles-Edouard Jeanneret », dit « Le Corbusier », a «voulu créer un lieu de silence, de prière, de paix, de joie intérieure».

Il semblerait que tout le monde n’a pas compris le message.

http://www.leparisien.fr/faits-divers  18/01/2014

Le Socialisme Actuel est Dégénéré.

Vacher-de-Lapouge

Georges Vacher de Lapouge
(1854 – 1936)

Il ferait tache dans la gauche d’aujourd’hui !

Magistrat, puis anthropologue, « Georges Vacher de Lapouge » milite activement dans les rangs socialistes.
Il fonde en 1888 la section de Montpellier du Parti Ouvrier de « Jules Guesde ».
Il se présente comme candidat socialiste aux élections municipales en 1888 et 1892.
C’est un eugéniste.
Cela signifie qu’il est soucieux de l’amélioration globale du groupe humain auquel il appartient, par élimination des tares et des handicaps.
L’eugénisme est une idéologie de progrès, et il n’est pas étonnant qu’elle ait  pu se mêler au socialisme.
Notre homme est d’abord soucieux d’eugénisme biologique, c’est-à-dire d’amélioration de la race à laquelle il appartient (« l’Homo Europœus »), par élimination des non-conformes.
Il est raciste.
De son eugénisme biologique, il déduit un eugénisme social et culturel, en montrant par une abondance de chiffres et de corrélations que les citoyens les meilleurs et les plus actifs sont aussi les mieux « racés ».

L’eugénisme biologique est-il un précurseur de l’anti-communautarisme ?

Il existe une parenté de raisonnement entre les deux idéologies :
- Toutes deux se réfèrent à une pureté, à une norme perdue.
Pour « Vacher de Lapouge », la norme est l’ »Homo Europœus », qui est une construction intellectuelle et qui n’a sans doute jamais existé.
Pour l’anti-communautariste, la norme est la démarche citoyenne, qui prend sa source mythique dans la Révolution française.
En ce sens, l’anti-communautariste est un eugéniste culturel, partisan du retour à une morale politique perdue.
La confrontation avec l’étranger est vécue, non comme un enrichissement, mais comme la cause du déclin.
- Compte tenu du flou du modèle, la particularité des deux idéologies réside non pas tant dans leurs utopies positives que dans leurs rejets.
« Vacher de Lapouge » a de la répulsion pour tout ce qui est éloigné de son  »Homo Europœus » fantasmé :
le métis par rapport à la race pure, le brachycéphale par rapport au dolichocéphale, le sémite par rapport à l’aryen.
De la même façon, l’anti-communautariste se méfie tout ce qui est éloigné du citoyen français fantasmé :
Le croyant par rapport au laïc, le bilingue franco-breton par rapport  au monolingue français, le délinquant par rapport  au bon citoyen.
- En rejetant des individus, les deux idéologies s’en prennent surtout aux groupes allogènes qu’ils voient comme des communautés hostiles et intentionnellement malfaisantes.
« Vacher de Lapouge » pointe du doigt les Juifs en tant que communauté organisée dans un but de conquête.
Les anti-communautaristes pointent du doigt les juifs, les musulmans, les bretons ou les homosexuels.
Ceux-ci sont accusés non seulement d’être hors-norme citoyenne, mais de comploter collectivement contre la norme.
Il y a dans les deux cas abus de raisonnements inductifs, biaisés par des nostalgies de pureté perdue et des soupçons de complot.

La parenté entre racisme et anti-communautarisme concerne les schémas de raisonnement, mais elle s’arrête là.
- En effet, l’anti-communautarisme s’apparente à un nationalisme laïc ou à un chauvinisme.
La référence est clairement la France.
Tous les mythes de la nation française sont assumés, et c’est l’intérêt de la France et des Français qui est brandi.
- « Vacher de Lapouge » est très éloigné du nationalisme.
Il fait le constat, dans ses ouvrages, qu’il n’existe pas de race française, et que la France présente un mélange racial qui va en s’amplifiant.
Défenseur de la race européenne, de l’Europœus, notre anthropologue n’a donc aucun attrait pour la nation Française.
Dans son ouvrage  »Race et milieu social », il fait souvent preuve d’un humour glacial quand il parle du destin de la France, assombri par les métissages successifs.
« Si l’on peut chercher quelque part un peuple gaulois, ce n’est pas en France mais en Irlande, et par suite de l’émigration irlandaise l’Amérique a plus de sang gaulois que la France ».(Vacher de Lapouge)
« Vacher de Lapouge » fait une démonstration intéressante :
Le nationalisme et le racisme sont des idéologies qui, même si elle se côtoient superficiellement, se contredisent en profondeur.
Le souci de la communauté nationale exclut de créer en interne des oppositions de races qui affaibliraient la nation.
Le raciste authentique, pour sa part, veut en finir avec les identités nationales qui rendent confuses le combat des races au niveau mondial.

Notre homme est fermement expansionniste.
Sa défense de l’Europœus justifie la notion française d’universalité dans ses prolongements coloniaux, et ouvre la porte à la notion nazie de l’espace vital.
La vision de l’avenir portée par « Vacher de Lapouge » ressemble à celle de Jules Ferry sur le destin des races supérieures, opposée au nationalisme de « Clémenceau ».
Ceci nous permet de voir que, si l’anti-communautarisme français s’apparente à un nationalisme, ce n’en est pas vraiment un.
Le mélange entre la défense de l’exception française et la prétention à l’universalité en fait un hybride entre « Napoléon » et « Clémenceau ».
L’anti-communautarisme ne peut rassembler les deux positions que dans le cadre d’un « remake » fantasmé de guerre mondiale.
La désignation d’ennemis communs permet de renouer l’union sacrée et de faire revivre les mythes associés.

En conclusion, « Vacher de Lapouge » n’est pas véritablement un précurseur de l’anti-communautarisme.
Cependant, il utilise des schémas de raisonnement qui valent d’être connus pour mieux comprendre la logique anti-communautariste.

 

§§§§§§§§§§

Laissons parler un vrai socialiste Français : « Vacher de Lapouge »…

 

Comme bien d’autres :
(Voir Gellion DanglarAugustin HamonAlbert RegnardGustave Tridon)
« Vacher de Lapouge » considère que l’antisémitisme chrétien est un phénomène mineur par rapport à un antisémitisme laïc, qui est bien plus ancien et plus conforme à la Raison :

La nation juive contemporaine est le meilleur exemple de convergence psychique :
Les Juifs sont blonds, les Juifs sont bruns, mais partout ils sont les mêmes, arrogants dans le succès, serviles dans le revers, cauteleux, filous au possible, grands amasseurs d’argent, d’une intelligence remarquable, et cependant impuissants à créer.
Aussi dans tous les temps ont-ils été odieux, et accablés de persécutions qu’ils ont toujours mises sur le compte de leur religion, mais qu’ils semblent avoir méritées par leur mauvaise foi, leur cupidité et leur esprit de domination.
Si l’on réfléchit que l’antisémitisme est bien antérieur au christianisme, qu’il remonte au moins au XVème siècle avant notre ère, il est difficile de voir dans le supplice du Christ la cause unique de la haine dont ils ont été poursuivis par les chrétiens.
(« Georges Vacher de Lapouge »- « L’Aryen, son rôle social »- 1899)

Stratégies de la guerre des Juifs contre les Aryens :
Est-il probable que les Juifs aillent plus loin, parviennent à se substituer à la population indigène éliminée par la misère ou autrement ?
Je ne le crois pas.
Le Juif est de nature incapable de travail productif.
Il est courtier, spéculateur, il n’est pas ouvrier, pas agriculteur.
Organisé pour s’emparer habilement du fruit du travail d’autrui, le Juif ne peut exister sans une population bien plus nombreuse d’inférieurs qui sèment, récoltent, tissent et construisent pour lui.
S’il n’est pas la première aristocratie du monde, il est certainement la mieux adaptée à la vie parasitaire.
Prédateur, rien que prédateur, il est un bourgeois, il ne peut, ne veut être qu’un bourgeois.
Le Juif, obéissant à ses aptitudes prodigieuses de spéculateur et d’escroc, traite toute affaire politique comme une spéculation ou une escroquerie.
Il ne voit que le résultat immédiat, que l’avantage direct, sans s’inquiéter des répercussions.
C’est le parfait opportuniste, jamais il ne se doute que l’avenir est fils du présent, il ne vit que dans et pour le présent.
C’est pourquoi sa direction politique n’est pas seulement immorale, mais encore et surtout destructive [...]
Les Aryens n’ont donc pas à se préoccuper de la concurrence des Juifs dans la direction des peuples.
Quand même le rêve politique de l’ambition juive viendrait à se réaliser, chose possible en somme dans cette période de l’histoire où l’intérêt économique est seul pris en considération, le désordre et l’anarchie mettraient promptement à la discrétion des peuples guerriers de race blonde les États qui auraient accepté la domination sémitique.
Si grandes que soient les forces des peuples soumis à sa direction, le Juif se chargera lui-même de les désorganiser, de les détruire, et de faire partie belle à ses adversaires.

(« Georges Vacher de Lapouge » – même source)

Le déclin français et la rupture des liens sociaux :
La faute aux groupes multiraciaux et multiculturels.
Ce raisonnement inductif est commun à « Vacher de Lapouge » et à l’anti-communautarisme.
Le caractère des Français contemporains, leur manière de voir les questions politiques, religieuses, morales et même littéraires, diffèrent beaucoup de ce qui existait dans le passé.
La différence s’accuse d’autant plus que la démocratisation des moeurs et des institutions substitue de plus en plus l’influence des classes inférieures à celle des classes supérieures.
Elle se montre jusque dans les plus petits détails.
Il suffit de comparer la littérature de café-concert, vraie littérature de nègre, avec la littérature populaire du Moyen-Age, pour se rendre compte de l’intensité de la régression intellectuelle.
L’humeur agressive du Français d’autrefois a disparu, remplacée par des dispositions pacifiques exagérées jusqu’à l’amour de la paix à tout prix.
L’esprit d’indépendance individuelle et d’opposition politique, fécond en rébellions et en guerres civiles, s’est évanoui, laissant à sa place une servilité complète.
La très curieuse tentative de destruction du christianisme à laquelle nous assistons ne provoque que des récriminations platoniques dans le pays qui a vu la Ligue et les guerres de religion.
Le Français historique est bien éteint.
A sa place, nous trouvons un peuple nouveau, de mentalité différente.
C’est la première fois dans l’histoire qu’un peuple brachycéphale arrive à l’autonomie.
L’avenir seul apprendra si cette expérience intéressante se terminera par l’écroulement définitif de la France, ou si elle donnera la formule des sociétés à venir.
Ce n’est pas nous qui le saurons.

Chez le métis humain, le besoin moral de perpétuer sa race n’existe pas ou n’existe guère.
Il ne sent que l’aiguillon matériel du désir, qu’il peut satisfaire sans engendrer.
Il se produit dans son esprit une dissociation entre le besoin de reproduction qui disparaît et le besoin de jouir, qui subsiste.
La fécondation n’est plus le but, elle est l’accident.
Le métis ne sent pas la charge d’une race à perpétuer :
Il sent que chez lui se heurtent les hérédités de plusieurs.
Ce n’est pas, en effet, une race qu’il aurait à perpétuer, c’est deux, c’est plusieurs, c’est-à-dire l’impossible en soi.
Par là s’expliquent l’égoïsme social, et la rupture des liens sociaux.
Dans mon mémoire de 1886 sur la dépopulation j’écrivais :
« Cette résorption dans le moi de tous les sentiments de race, de nation, de famille, substitue au peuple une simple collection d’individus juxtaposés (…) »
(« Georges Vacher de Lapouge » – « Race et milieu social »-1909)

http://www.contreculture.org/AT_VacherdeLapouge.html

Un socialiste raciste ?
Pourquoi les socialistes actuels luttent-ils contre le racisme ?
C’est le Chaos !

Le « Boomerang » Arrive En France !

asu zoa

Quand bien même Dieudonné serait antisémite…

Il paraît évident que rien ne prédisposait « Dieudonné M’Bala M’Bala » à l’antisémitisme dont il est accusé aujourd’hui, ses collaborations avec « Élie Semoun » en sont la preuve.
Son exclusion du « show business » après son « sketch » du colon israélien marque le début de son « réputé » antisémitisme.
Sa mise au banc du monde du spectacle sous les pressions des diverses associations telles que la « LICRA » n’a, on l’a vu, rien amélioré.
Dieudonné a, on peut le déplorer, renchéri dans la provocation et les associations de défense de la mémoire ont durci sa mise à l’écart.

Ainsi, ces associations ont fini par générer de l’antisémitisme chez un humoriste qui n’en avait jamais montré la moindre trace.
Elles ont rendu le meilleur humoriste de France inaudible par toute une partie de la population, elles ont pour partie gâché son immense talent.
Tout amateur reconnaîtra que ses spectacles ont perdu en qualité depuis sa très forte politisation antisioniste.
Oublions un instant les « c’est lui/eux qu’a commencé », regardons simplement le début et la fin de l’affaire Dieudonné.
De la censure d’un « sketch » antisioniste (critique à l’égard de la politique israélienne donc) sur le plateau d’ »Ardisson » au Dieudonné et à ses spectacles que nous connaissons aujourd’hui.
Ne nous attardons pas sur les rebondissements de sa carrière censurée, le résultat importe plus.

Il est temps pour ces associations de se remettre en question.

L’efficacité de la censure est, Dieudonné l’a montré, nulle.
Pire, la censure dessert aujourd’hui sa cause initiale et cela est d’autant plus grave que la cause est juste.
Si « Dieudonné » est réellement antisémite, ses censeurs en portent aujourd’hui une part de responsabilité qui est aussi abjecte qu’évidente.
Dans une plus large mesure, toutes les associations qui cherchent à faire avancer une cause ou reculer une haine doivent se poser la question de leur efficacité et des conséquences de leur action :
les « Femen » n’ont-elles pas desservi (ou dénaturé) le féminisme ?
« SOS Racisme » n’a-t-il pas davantage créé du racisme qu’il ne l’a combattu ?
Le lobby « LGBT » n’a-t-il pas fait naître chez certains de l’homophobie ?

Quand un peuple traverse des difficultés comme c’est le cas aujourd’hui, qu’il n’est plus écouté de ses politiques, les associations communautaristes et minoritaires, parce qu’écoutées, doivent se mettre en retrait et prôner l’union plutôt que l’exclusion… sous peine de s’exclure elles-mêmes, avec leurs causes, de la communauté nationale et des causes nationales.

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/  du 19/01/2014

 

 

Que font les loueurs israéliens de « la Main d’Or » envers ce locataire ayant toujours payé rubis sur l’ongle ?

Etudions De la Vraie Petite Histoire.

metissagevig

Observations à partir du peuplement martiniquais.

La  Martinique ne fut découverte qu’en 1502, le 15 juin, au cours du quatrième voyage de  »Christophe Colomb ».
Ce voyage était celui de la réhabilitation du navigateur, tombé en disgrâce en 1499, car ses agissements et ses écrits avaient lassé les souverains espagnols …
Les Espagnols en prirent possession au nom de sa Majesté Très catholique, mais ne s’y installèrent pas.
Vers 1660 la révolution sucrière va modeler le destin historique de la Martinique.
Pour répondre à la demande accrue de sucre sur les marchés européens, l’île se transforme en une véritable usine à sucre subordonnée à l’intérêt du commerce métropolitain.
Dans un premier temps on s’efforce de faire venir des travailleurs européens (les engagés).
Mais ce système est vite abandonné car peu rentable.
Le travailleur blanc sous contrat ne reste aux Antilles que durant trois ans.
Les conditions de vie épouvantables que leur imposent les maîtres finissent par être connues en métropole et le flux des engagements se tarit. Par exemple s’ils étaient 12000 à s’engager en 1656 en Guadeloupe, ils n’étaient plus que 3000 en 1671.
C’est alors que l’on va se tourner vers l’Afrique noire considérée comme un grand réservoir de main d’œuvre.
Un système esclavagiste se met en place basé sur la traite des noirs qui apporte à la colonie de nouveaux contingents d’esclaves pour grossir les rangs existants et remplacer les morts.

Survient alors le métissage.

Dans la société esclavagiste, où il existe une disproportion numérique entre un petit groupe de dominants de race blanche et une masse énorme de dominés de race noire, le métissage a très tôt été considéré comme quelque chose de subversif.
Pourtant au début de la colonisation, à cause sans doute de la rareté des femmes blanches, l’attitude des autorités coloniales face au problème du métissage, est dans l’ensemble relativement souple.
Contrairement à ce qui se passe dans d’autres systèmes de colonisation, au départ, les mariages entre blancs et noirs sont parfaitement admis.
Seulement, la source la plus importante du métissage reste, dès cette première époque, le concubinage entre hommes blancs et femmes noires.
Le « Père du Tertre » nous dit que vers le milieu du XVIème siècle, on avait l’habitude d’accorder la liberté aux enfants nés de telles unions :
« (…) Je dis seulement en général, qu’il y a quelques habitants qui ont abusé de leurs négresses, aussi bien que des commandeurs qui les mènent au travail (…)
Les enfants qui naissent de ces approches illégitimes, sont communément appelés Mulâtres dans toute l’Amérique (…) faisant sans doute allusion aux mulets, parce que ces pauvres enfants sont engendrés d’un blanc et d’une noire, comme le mulet est produit de deux animaux de différente espèce.
( …), Messieurs les Gouverneurs ont eu pitié de ces pauvres enfants, car ils ont crû qu’ils étaient assez malheureux de porter sur leur front et dans la couleur de leur visage l’opprobre de leur naissance, sans ajouter l’esclavage pour punir un crime dont ils sont innocents.
C’est pourquoi ils ne se sont point arrêtés à cet axiome de droit, qui rend l’enfant de la condition de la mère qui l’enfante, « Partus sequitur ventrem », et ils les ont déclarés libres pour punir le péché de leurs pères ».
(ibid pp. 478-479).
A partir de 1685, le « Code Noir » limite ces affranchissements et remet en vigueur la vieille règle romaine.
Seulement, cette nouvelle législation ne stoppe pas pour autant le développement du groupe des gens de couleur libres.
Jusqu’au milieu du XVIIIème siècle les libres de couleur sont peu nombreux.
Au cours de la seconde moitié de ce siècle, le groupe augmente de manière significative.
A la veille de la Révolution, il représente une importante minorité au sein de la société esclavagiste.
Cet essor démographique de la classe intermédiaire ne va pas manquer d’inquiéter les blancs qui vont chercher à en limiter la portée.
Par rapport aux esclaves qui n’ont aucun droit, les gens de couleur libres apparaissent comme des privilégiés.
D’une part, ils ont la liberté, d’autre part ils peuvent se livrer à des activités rémunératrices.
En théorie, rien ne les distingue des blancs.
« Le Code Noir » ne pose-t-il pas en effet le principe de l’équivalence entre « liberté naturelle » et « liberté acquise »?
Pourtant, dans la pratique, de nombreuses barrières existent entre les deux classes.
Seuls les blancs ont des droits politiques, peuvent occuper un rang important dans la Milice et exercer certaines professions (en particulier dans l’administration).

La discrimination raciale est poussée même dans les moindres détails :
A l’église, des bancs sont réservés aux blancs.
Dans les « cérémonies » ceux -ci ne marchent pas à côté des libres, on va jusqu’à interdire aux libres de porter des habits et des bijoux trop luxueux.
Cependant ces nombreux obstacles n’ont pas empêché une certaine promotion sociale du groupe des gens de couleur libres.
Si au début de la colonisation ils étaient surtout des artisans, à la fin de l’Ancien régime de nombreuses familles libres ont fait fortune et commencent à jouer un rôle important dans la société esclavagiste.

Autre Que Réseau Social

Arrêtons Nos Lamentations Secondaires !

esclavage vie05

La Vérité sur les Traites Négrières et l’esclavage des Noirs.

 Si aujourd’hui les Noirs sont libérés de l’esclavage, c’est grâce aux Blancs !
L’esclavage des Noirs fut essentiellement l’oeuvre de l’Empire arabe puis de l’Empire ottoman, formations politiques qui dominaient militairement, culturellement et économiquement la région du monde par lesquelles s’effectuaient la traite négrière (traversée du Sahara, de la Méditerranée, de la mer Noire, de la mer Rouge) et les principaux marchés aux esclaves (grandes villes d’Afrique du nord et de la péninsule arabique, puis de Turquie) .
Elle a été la plus longue et la plus régulière des trois traites, ce qui explique qu’elle ait globalement été la plus importante en termes de nombre d’individus asservis :
17 millions de Noirs réduits en esclavage par les musulmans sur une période allant du VIIe siècle à 1920.

esclaves

Le point de vue musulman sur les Noirs est sans équivoque et ne varie guère au fil des siècles : -Le médecin irakien « Ibn Butlan » (1001-1066) écrit dans son “Guide de l’esclavage” à propos des femmes noires “Elles ont instinctivement le sens du rythme et de la danse, ce qui compense la grossièreté de leur langage. Elles supportent les travaux les plus durs mais on ne peut trouver aucun plaisir avec elles à cause de l’odeur de leurs aisselles et de la rudesse de leur corps”.
- »Iyad al-Sabti » (1083-1149) que les Noirs “sont de tous les hommes les plus corrompus et les plus adonnés à la procréation (…) leur vie est comme celle des bêtes.
Ils ne prêtent attention à rien des affaires de ce monde, si ce n’est au manger et aux femmes.
En dehors de cela, rien ne mérite leur attention”

-et l’historien et philosophe berbère « Ibn Khaldoun » (1332-1406) que “les seuls peuples à accepter l’esclavage sont les nègres en raison d’un degré inférieur d’humanité, leur place étant plus proche du stade animal” et que “plus au Sud, il n’y a plus de civilisation digne d’intérêt.
On n’y trouve que les hommes les plus proches des bêtes que d’un être intelligent.
Ces gens-là vivent dans les lieux sauvages et les grottes, ils mangent de l’herbe, des graines crues. Quelquesfois, ils se mangent entre eux.
On ne peut les compter au nombre des humains”
.
-l’écrivain égyptien « Al-Abshili » (1338-1446), quant à lui, demande “Y’a t-il rien de plus vil que les esclaves noirs, de moins bon et de plus mauvais ? “

Arrêtons Nos Lamentations Secondaires ! dans EDUCATION miniature-dal-W%C3%A2siti-sur-le-manuscrit-des-Maq%C3%A2m%C3%A2t

marché aux esclaves musulman – miniature d’al-Wâsiti sur le manuscrit des Maqâmât

Les mahométans castraient la plupart des jeunes mâles noirs, destinés à la garde de leurs harems, ce qui ne fut pas le cas de la traite atlantique , la seule actuellement médiatisée.
Ce commerce d’Africains au profit d’autres Africains d’un côté, et d’Européens (Espagnols, Portugais, puis Anglais, Français, Néerlandais, Danois et ensuite Brésiliens et Cubains) de l’autre, totalisa 11 millions de personnes, dont l’essentiel à partir de la fin du 17ème siècle.
La traite intracontinentale des Noirs africains remonte au moins au XIe siècle, et la traite européenne ne fut pas une innovation en Afrique, mais une évolution d’un système préexistant.
Les Blancs n’étaient tolérés que sur le littoral pour entrer en contact avec des intermédiaires noirs qui réalisaient ainsi d’énormes bénéfices.
Eux-même avaient acheté ces esclaves, sur des marchés se tenant dans les grandes villes africaines, à d’autres Noirs qui les avaient enlevés dans l’arrière-pays.

Tuerie

Si malgré la sélection rigoureuse opérée lors de cette première transaction, il se trouvait que certains esclaves ne trouvent pas preneurs auprès de l’acheteur européen, les infortunés étaient alors massacrés par leurs frères de race dès que le vaisseau des acheteurs quittait la côte.

Esclaves1

En échange les Européens introduisirent en Afrique des aliments venus des Amériques tels le maïs, les haricots, le manioc et la patate douce.
La traite épongeait donc les excédents d’une population en croissance du fait de cette révolution alimentaire, car jusqu’alors en guise de légumes les Africains ne connaissaient guère que le mil et des cucurbitacés de faible valeur nutritive.

Les quatre grands états côtiers que furent l’Oyo, l’Ashanti, le Bénin et le Dahomey durent leur fortune à la traite car leur développement fut corrélé au commerce des esclaves, et son abolition les ruina!
Bien avant 1850, le nombre de captifs restant en Afrique occidentale était plus élevé que le nombre de captifs exportés par les traites occidentales :
14 millions de personnes, dont une partie est ensuite revendue par des Noirs eux-même à des Européens ou des Arabes.

Le commerce des esclaves en Afrique a toujours existé, comme dans toutes les autres parties du monde avant l’avènement du christianisme.
Il faisait partie des activités commerciales traditionnelles, les personnels et réseaux demeurèrent identiques et la seule nouveauté fut le raccordement avec les circuits déjà existants – ceux instaurés par les Noirs eux-même, puis ceux rajoutés par les musulmans.
Ce n’est qu’avec l’arrivée de missionnaires de la Church Missionary Society, des Pères du Saint-Esprit et des Pères Blancs que le combat contre l’esclavage commença, et encore leurs efforts fussent-ils demeurés vains sans les interventions armées permises par l’implantation coloniale de la France, de la Grande-Bretagne, du Portugal, de l’Allemagne et de la Belgique.

Les Africains ont donc de tous temps pratiqué l’esclavage et le font encore.
L’abolition de la traite négrière , puis celle de l’esclavage, ont été décrétées en Occident, appliquées dans le monde colonial sous domination ou influence blanche avant d’être exportées en Afrique Noire et en Orient.
Ainsi le pape Pie VII écrivait-il à Louis XVIII en 1814 :
La religion désapprouve et maudit ce commerce ignoble par lequel les Africains sont exportés et vendus comme s’ils n’étaient pas des hommes mais tout simplement des animaux.
L’abolition de l’esclavage a été proclamée une première fois en France pendant la Révolution, à l’initiative de l’abbé « Henri Grégoire » le 4 février 1794, le deuxième décret d’abolition de l’esclavage signé le 27 avril 1848 par « Lamartine », toujours en France!*

Brazza

Il est également à noter que pendant que le catholicisme romain dénonçait et réprouvait l’esclavage, de grands familles juives et protestantes s’enrichissaient en le pratiquant intensément  et qu’au même moment, la Méditerranée connaissait l’apogée d’une autre sorte d’esclavage : celle des chrétiens asservis en Afrique du Nord et au Levant.
Plus d’un million d’Européens furent asservis en Afrique du Nord entre 1530 et 1780.
Vers 1675, les esclaves chrétiens formaient le quart de la population d’Alger.
Si une minorité était rachetée par leur famille ou par l’Eglise, une autre partie était vendue comme domestique, et la majorité allait aux galères et au « bagne » :
Le sort de ces derniers était terrible , soumis à des travaux extrêmement durs (carrières de sel, construction, coupe du bois ) ils ne survivaient que fort misérablement .
A quand des monuments commémoratifs comme celui de Nantes ( D’un coût de 7.900.000 €uros), en plein centre d’Alger, Tunis et Tripoli ?

Brigid Trismegiste

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 15/01/2014

123

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43