Archive | 17/01/2014

Milices Juives Dans Paris !

BeI7

Cela circule « librement » sur la toile.

A consommer avec précaution !

Dieudonné l’antisémite a changé le titre de son spectacle mais rien n’a changé sur le fond:
toujours autant antisémite, toujours autant négationniste !
Ne nous démobilisons pas en pensant que c’est terminé et que cet antisémite a subitement changé alors que cela fait 10 ans qui crache sa haine antisémite !
La manifestation du 16 janvier à 18h30 près du théâtre de la Main d’Or est maintenue car rien n’est terminé avec Dieudonné l’antisémite !

2013-12-30T150401Z_9581655_PM1E9CU15NF01_RTRMADP_3_FRANCE-ANTISEMITISM_0

Les citoyens français, juifs et non juifs, sont ils tous endormis quand l’antisémitisme, les meetings de haine se déroulent sous leurs yeux ???

Réveillez vos consciences !
Réveillez-vous de votre torpeur !
Montrons à tous ces antisémites et racistes de tout bords que la France citoyenne existe toujours et qu’elle sait encore se tenir debout !

Mobilisez vous tous pour que nous soyons des milliers à manifester le 16 janvier près du théâtre de la Main d’Or lieu d’où s’est propagé cette gangrène d’un autre âge !!!

C’est le 16 janvier à partir de 18h30 et nous devons être tous mobilisés car rien n’est encore terminé !
La « bête immonde » est toujours là !

Faudra-t-il attendre qu’un autre Merah tue à nouveau des enfants pour que la France se lève ???
Faudra-t-il attendre que vos propres enfants soient agressés pour que vous vous sentiez « concernés » ???

Beaucoup de français souffrent de cécité et ne voient pas ce qui se trame.
Ils ont déjà oublié les leçons de l’histoire, les leçons des heures les plus sombres de l’Europe…
Certains qui ne retiennent rien et non aucun respect pour leurs parents et grands-parents estiment même pouvoir rire de l’extermination de 6 millions de juifs…

Non seulement Dieudonné n’est pas encore fini, mais il reste des Soral, des Joe Le Corbeau (moins connu sous son vrai nom, Noël Gérard), des Zéon, des Ruysen et des tas d’autres antisémites à combattre !

Alors envoyons leur un message clair: les français sont debout et refusent de voir cette gangrène se répandre dans notre pays !

J’invite tous ceux qui se prétendent citoyens, patriotes, républicains de tous bords politiques à nous rejoindre et à manifester avec nous le 16 janvier leur refus de voir la France retrouver les heures sombres de l’occupation.

L’antisémitisme, le négationnisme sont un cancer au même titre que le racisme et nous devons les combattre si nous ne voulons pas perdre notre âme et nos valeurs républicaines !

Tous présents le 16 janvier près du théâtre de la Main d’Or à partir de 18h30 !

Communiqué d’Europe Israël - 
Les Fils et Filles des Déportés Juifs de France, la famille Klarsfeld, le BNVCA, le CCJ93, le CCJ94, la LDJ, le Bétar, CIEUX, se joignent à la manifestation du 16 janvier 2014.

source : jssnews.com

http://france.eternelle.over-blog.com  du 17/01/2014

Les enfants « de la guerre » sont tous des séniors maintenant, quand ils ne reposent pas dans leur dernière demeure, qu’ils soient juifs ou non-juifs.
L’histoire ne commence pas avec cet holocauste qui n’a pas été le seul événement de cette seconde guerre mondiale occidentale.
A propos d’histoire, les ressortissants de confession juive n’ont acquis la nationalité Française qu’après 1789.

Le Catholicisme et La Politique.

notre-dame1-e1383329371452

Rendons à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César !

Hélas, si les chrétiens ne s’investissent pas davantage en politique, je crois que c’est dû notamment à la religion catholique elle-même qui est un handicap pour le croyant à s’investir dans les affaires de ce monde, d’où d’ailleurs un réveil très tardif de leur part contre la loi Taubira, le deuxième seulement après la grande manifestation contre la suppression de l’enseignement libre par Mitterrand alors que les entorses des gouvernements précédents contre la civilisation franco-chrétienne qui n’ont pas suscité la résistance attendue se sont multipliées : avortement, regroupement familial, pornographie, divorce de masse, etc..

1. L’exil intérieur

En quoi le catholicisme est intrinsèquement une gêne pour l’action politique ?
Tout simplement parce que cette religion confesse un Dieu « qui n’est pas de ce monde » et que ceux qui suivent Jésus composent un troupeau distinct du reste de l’humanité puisque suivant le Vrai Dieu (Cf. le passage de la grande prière de Jésus à Dieu son Père dans l’Évangile de Saint Jean juste après la Cène).
Dans la Bible, le monde temporel est considéré comme inférieur à celui du divin.
Par conséquent, il faut « rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César », le deuxième symbolisant le monde d’  »ici-bas » scindé du spirituel qui lui est supérieur.
Les affaires de ce monde ne deviennent plus cruciales pour le salut du fidèle selon la foi chrétienne.

De plus, l’apôtre Paul qui eut une ascendance décisive dans la formation du christianisme, a écrit dans ses épîtres que le fidèle doit se plier aux décisions politiques sans se rebeller :
« Obéissez aux magistrats et dirigeants qui détiennent leur pouvoir par Dieu ».
Cette injonction est renforcée par l’exemple du Christ qui nous demande de ne pas nous révolter en cas d’injustice :
Ainsi il se laisse persécuter alors qu’il est dans son bon droit, nous demande de tendre l’autre joue en cas d’affront et d’attendre la justice divine.
« Heureux les assoiffés de justice car ils seront rassasiés » dans le royaume des cieux, enseigne-t-il dans le sermon des Béatitudes.

Les catholiques me répondront à juste titre que le Christ a pourtant dit qu’il apporterait le glaive et le feu sur la Terre divisant jusqu’aux familles et amis, « quiconque n’est pas avec moi est contre moi » déclare-t-il.
Néanmoins, lorsqu’il exprime cela, il ne signifie pas que les fidèles doivent eux-mêmes utiliser la force mais qu’étant le seul vrai Dieu, il y aura forcément des divisions au sein même des fratries pour des questions de dogmes, ouvrant ainsi la porte à tous les fanatismes, hérésies, schismes et divisons inhérents aux trois religions du Livre toutes persuadées de détenir la « Vérité Unique ».
Résultat ?
Les catholiques ont développé ce que l’abbé « Guillaume de Tanouärn » nomme très justement le comportement de « l’exil intérieur ».
Selon lui, après la Révolution française, les catholiques pourtant majoritaires, n’ont pas tenté de reprendre durablement le pouvoir car cette reprise demande un caractère puissant susceptible d’utiliser la force qui est honnie dans les évangiles.
Et donc, selon l’abbé, ils vivent en marge de la politique depuis deux siècles.

J’ajouterai qu’il n’a pas fallu attendre la révolution française pour observer ce comportement de détachement et de soumission.
Le grand penseur politique du XVIe siècle, l’Italien « Nicolas Machiavel », ahuri devant la passivité de ses concitoyens face aux invasions françaises de François Ier conclut que c’était dû à l’influence néfaste du christianisme qui incite à la servitude du croyant au lieu – et à l’opposé des spiritualités antiques – de prôner la fierté et le dépassement de soi comme valeurs permettant la communion au divin.

2. L’accomplissement politique

À l’inverse, dans l’hindouisme, le paganisme gréco-romain, le shintoïsme japonais ou le taoïsme chinois, le monde est consubstantiel au divin qui l’a engendré, l’investissement politique de l’individu est donc primordial car c’est par l’accomplissement de sa vocation politique, économique et sociale qu’il s’unit à Dieu et non en suivant des préceptes et des commandements le séparant du monde considéré comme souillé par le péché dans l’espoir d’une rétribution dans l’au-delà.
Résultat ?
Dans ces religions, le spirituel n’étant pas séparé du temporel, n’ayant donc pas de distinction entre sacré et profane, la force ayant tout autant sa place dans le panthéon des vertus que la justice ou l’amour, la contribution de l’individu dans la vie de la cité est exceptionnellement importante.
C’est pour cette raison, par exemple, que « Confucius » exhortait le peuple à se révolter contre ses gouvernants en cas d’injustice.
Dans le « Mahabharata », poème du XIIIe siècle avant Jésus-Christ et texte angulaire de la spiritualité indienne, le héros et prince « Arjuna », né d’une vierge et d’un dieu, s’insurge contre ses cousins qui lui ont volé son domaine royal.
Une grande bataille s’engage mais à l’aube de l’affrontement, il se décourage, préférant devenir brahmane et se retirer en ermite ou dans un monastère pour sauver la paix.
Dieu lui apparaît sous la forme de « Krishna » et le presse de se battre, expliquant qu’il doit rétablir la Justice et donc l’équilibre du Cosmos pour accomplir son destin et s’unir à Lui.
Dans cette épopée hindoue, l’on peut lire :
« le Destin de Dieu est tout, mais sans son accomplissement par l’homme il n’est rien »

Cette vison spirituelle est aux antipodes de la chrétienne mais le résultat est là :
Alors que les musulmans venus du Moyen-Orient et d’Asie centrale tentent depuis des siècles de convertir parfois à grand coup de massacres les Hindous à leur foi qu’ils considèrent comme l’unique vraie, ces derniers ne se sont jamais laissés faire, allant jusqu’à utiliser la violence pour se protéger alors que, malheureusement, les chrétiens d’Orient persécutés depuis des centaines d’années disparaissent doucement mais sûrement, confessant un Dieu qui leur demande de tendre l’autre joue alors que celui d’en face oblige ses adeptes au « Jihad » pour rentrer au Paradis.

Je crois que si les catholiques veulent s’investir davantage, il faut qu’ils fassent une introspection pour voir ce qu’il ne va pas dans leur propres représentations spirituelles.
Je pense qu’ils concluraient de se débarrasser de l’aspect sémitique de soumission et de « Vérité Unique » inhérentes aux peuples du désert pour ne garder que l’immense apport païen indo-européen :
Les rites, les saints avec leurs miracles et surtout le Mystère de l’Incarnation du Dieu-Sauveur par une Vierge présent dans toutes les grandes religions préchrétiennes de l’Europe et symbolisant la sacralité de la totalité du monde émanant de Dieu et donc aussi de toutes les facettes du comportement humain dont celles de la force, de la fierté, de la grandeur, de l’ambition  et de la puissance.
Le Bien et le Mal ne consistent pas en l’obéissance d’un comportement moral mais en l’accomplissement ou non du destin que nous ressentons au plus profonde de nous-même et qui est en réalité ce que Dieu attend de chacun d’entre nous afin, pendant notre passage sur Terre, de participer à l’ordre du Cosmos.

3. La cohérence de la communauté politique

Pour donner un exemple extrême :
Selon les paganismes, celui qui s’épanouit dans la carrière des armes en sacrifiant des vies humaines et se sacrifiant pour protéger sa patrie s’unit tout autant à Dieu que le moine ou le médecin.
À l’opposé, aux yeux des païens (et sans doute de Dieu lui-même), tout catholique qui désire au plus profond de soi entrer en politique mais s’y refuse par crainte de l’ambition, de l’usage de la dissimulation, de la ruse et de la force, qualités immanentes à l’art de gouverner afin d’imposer par tout moyen un programme qu’il estime juste et dans l’intérêt de ses compatriotes commet une faute grave vis-à-vis des siens et de Dieu duquel il s’éloigne en impactant négativement sur le Cosmos.

On me dira, à juste titre, que si tout le monde veut devenir guerrier ou politicien, ce serait l’anarchie !
Justement non, car Dieu faisant bien les choses, Il donne à chacun des souhaits différents :
Devenir mère, militaire, banquier, médecin, prêtre, artiste, politique, espion, commissaire, marchand, agriculteur, etc. permettant la cohésion et la coordination parfaite d’une communauté politique.
Dans la fourmilière et dans la ruche, chaque fourmi ou abeille est assignée à une tâche particulière coopérant au bien-être collectif.
Il y a des fourmis exploratrices, agricultrices, productrices, professeurs mais aussi guerrières.

N’en déplaise à notre orgueil humain, il n’y a aucune différence de nature entre nous et les animaux mais simplement de degré, notre programmation cérébrale étant plus riche que la leur mais nous n’avons rien inventé de profondément différent.
Exemple, comme le rappelle le biologiste « Jean-Claude Ameisen », les abeilles aussi ont créé la démocratie avec « des candidats » utilisant  pendant « des campagnes présidentielles » toutes leurs forces de persuasion, de propagande, de dénigrement du concurrent et de captation des foules afin d’acquérir le plus grand nombre de votes populaires pour les décisions vitales engageant leur « cité ».

La France, l’Europe et l’Occident dégénèrent car de moins en moins de gens accomplissent leur vocation.
« La désagrégation d’un peuple apparaît lorsque chaque membre ne s’accomplit plus communautairement et individuellement , on constate qu’en France plus personne n’est à sa place :
Ainsi le militaire fait de l’humanitaire, l’espion sous-payé quitte les institutions étatiques pour devenir mercenaire d’entreprises, les politiques pratiquent leur métier comme un gagne-pain et non de manière sacrificielle, l’immigré est de moins en moins l’individu qui désire embrasser la culture du pays d’accueil mais de plus en plus celui qui vient pour recevoir des droits ou, pire, servir malgré lui d’esclave aux multinationales, les femmes sont forcées de remplacer des hommes à grand coup de lois artificielles et vice-versa, les blancs ne perpétuant plus leur lignée face à des Extra-européens qui explosent la leur, etc. à l’image des cellules d’un corps qui en se déprogrammant deviennent cancérigènes et s’autodétruisent »,  avais-je écrit sur Nouvelles de France dans mon hommage à l’historien Dominique Venner.

Jean Dutrueil

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/  du 17/01/2014

 

 

Il y a bien des années que les vrais catholiques n’ont plus la parole !

Petite Fable Impromptue.

papy-300x206

La favorite supplantée

 

Tant va la cruche à l’eau,
Nous dit un proverbe connu,
Qu’à la fin elle se casse…
Un jour le temps, Fatalement,
Pour elle aussi sera venu
De céder à son tour à une autre sa place
Et de devoir alors repartir à zéro…
De cette vieille moralité
Voici un exemple nouveau
Cueilli dans notre fraiche actualité,
Que, du mieux que j’ai pu,
Je me suis appliqué, ô lecteurs inconnus,
Pour vous à versifier ;
Un exemple nouveau
Qu’ici, modestement, je donne à méditer.

*

Qui d’entre vous ne se souvient
Du temps où, non sans morgue, Valérie nous disait :
« Je ne suis pas comme les autres,
Toutes ces cruches,
Ces vraies godiches ;
Je ne suis pas un oripeau, un’ fanfreluche,
Qu’on exhibe et brandit, pour fair’ joli.
En vérité, en vérité, je vous le dis Catégoriquement :
Je me refuse à faire la potiche… »
– Chiche !
« Tas d’abrutis et vous bande de garnements,
Tenez-vous le pour dit :
De France désormais suis la première dame,
Devant qui tout s’incline et que le peuple acclame… »
– Tu parles !
« A l’Elysée Palace, j’ai z’un secrétariat,
Un cabinet particulier qu’on m’a donné
Pour m’éviter tous les tracas,
Pour répondre à ma place à mon courrier d’altesse
Et pour mieux surveiller mon image dans la presse
Au bras du président, partout je me pavane
Et sous les projecteurs, je minaude et je pose
Ainsi qu’une vedette au festival de Cannes !
Il n’est rien que je n’ose :
Sur tous les grands sujets, je tranche et pontifie ;
Rien ne peut m’empêcher de donner mon avis.
Décidément, c’est vrai, je me crois tout permis :
Sous mon pesant mépris j’écrase et j’humilie
La pov’ godich’ qui m’a précédée dans son lit
Et, chaque fois que je le puis,
Copieusement, la Ségolène, je la débine…
Alors que je ne suis, en fait, qu’un’ concubine,
Tous les grands de ce monde ensemble nous invitent
Com’ si du Président j’étais la légitime.
Alors tant pis pour vous si cela vous chagrine,
Tant pis pour vous si cela vous irrite,
Le Président vous l’a pourtant dit et redit :
« Elle est sans contredit,
Ma Valérie chérie,
La femme de ma vie :
Cochon qui s’en dédit ! »
– Voire ?

*

Hélas, hélas, en ce bas-monde,
Tout lasse, tout passe, tout casse…
Hélas, hélas, en la machine ronde,
Il n’est rien d’assuré,
Rien de définitif.
A quoi peut-on se fier
En l’univers mouvant, en cet instable monde
Où tout est relatif ?
Un vulgaire manège,
Où perché sur son siège,
Tour à tour
Chacun est entraîné,
Fait quelques petits tours,
Grisé, tout ébahi,
Puis, sa ronde finie,
Redescend, étourdi,
Et vient bien vite, ensuite, rentrer dedans le rang.
Un monde où tout branle et fluctue,
Où au flux impétueux s’enchaîne le reflux…
De cette vérité, il faut se pénétrer :
Au pinacle aujourd’hui, demain au pilori !
C’est-là la triste loi à quoi tous sont soumis.
La Roche Tarpéienne du Capitole est proche,
Comme la rue du Cirque qui jouxte l’Elysée
(Un cirque ? Décidément une vraie clownerie !)
Où une certaine Julie
Dessous le sombre porche
Nuitamment s’est glissée…
Personne alors ne s’en serait douté :
Pourtant il y avait bien anguille sous la roche !

*

« C’est fini : adieu donc, veau, vache, cochon, couvées !
Aujourd’hui me voici triste et désemparée,
Comme vous, électeurs, il m’a cocufiée,
Publiquement, aux yeux de tous
Il n’a pas craint de m’humilier,
De me bafouer
Sans pitié !
C’est plus pour moi qu’une simple secousse !
Dans le triste hôpital où il m’a reléguée,
Je me repose, a-t-il –
Quelle impudence ! –
Osé vous déclarer, lors de sa conférence !
En fait, je me morfonds
Car je vois bien qu’au fond,
Si je suis aujourd’hui une hospitalisée,
Demain probablement je ne serai
Plus qu’une femme licenciée
Et jetée sans vergogne hors de mon Elysée,
Une femme au chômage et bien mal remerciée,
Avec pour moi peut-être aucune indemnité.
Pourtant, comme tout un chacun le sait,
Tellement elles sont vraiment catastrophiques
Les statistiques
De la France à redresser,
La courbe du chômage
Qui, petit à petit,
Inexorablement,
(Certes, c’est bien dommage !
Pourtant se pouvait-il qu’il en soit autrement ?),
S’achemine vers des sommets
Tellement inouïs,
Jamais jusques alors atteints ni dépassés,
Dans ces conditions, vous me l’accorderez,
Pourquoi encore en rajouter ?
Pourquoi à Pôle Emploi
M’envoyer pour pointer ?
Mais si jamais il ose, cet horrible bonhomme,
Me faire ça à moi,
Je le traîne aux prud’hommes
Et sans tergiverser
Je le fais condamner
Pour tromperie odieuse,
Harcèlement mental,
Promesses fallacieuses,
Licenciement brutal…
Il ne faudrait quand même pas
Qu’il me croie aussi con, moi la grand’ journalisse,
Que tous ces brav’ couillons, tous ces pov’ socialisses
Qui pour lui ont voté et qu’il a entubés…
Ah, mais ! »

André Pouchet

http://www.ndf.fr/  du 17/01/2014

 

On Ne Nous Dit Vraiment Pas Tout.

braguette1-300x147

Entre grand-guignol et vaudeville ordinaire à l’Élysée…

Une certaine actrice, la quarantaine, serait enceinte de quatre mois.
De quoi redonner du baume au cœur aux millions de chômeurs de ce pays.
La confusion des genres entre vie publique et vie privée rassemble (enfin) une nation outragée qui vilipende, au passage, les manquements à la déontologie journalistique.
Je n’ai jamais lu ni ne lirai jamais « Closer » par qui le scandale arrive et qui constitue un manquement à ma déontologie culturelle.
Ce qui n’empêche guère l’information, et l’on se demande bien comment, de me parvenir en direct du caniveau.
Je n’ai pas souvenir, certes, d’une si vertueuse levée de boucliers à l’évocation scandalisée, en son temps, des escapades (privées) « sarkozyennes » sur le pont d’un yacht ami et milliardaire dont le nom m’échappe.
Certes, l’un s’affichait, l’autre se faufile en catimini…

Aujourd’hui, la main sur le cœur, le féroce et élyséen « ennemi de la finance »nous vend une absence totale de faille dans le dispositif sécuritaire de ses nocturnes escapades.
Mais pouvait-on totalement exclure que le « deux-roues » présidentiel ne croise malencontreusement la route d’un fêtard automobiliste ?
Quant au numéro de grand-guignol lors de la conférence de presse autour de« la » question brûlant toutes les lèvres, et dont hérita – tel un sésame… que dis-je… une récompense – le « président de l’Association de la presse présidentielle » (?!) diantre !…
« Madame Trierweiler est-elle toujours Première dame de France ? »
L’univers retient son souffle.

De source sûre, la dame trompée, première ou non, se remet du choc nerveux à l’hôpital.
Et pour conclure ce vaudeville « ordinaire » (et non pas « normal »), ce complément d’information trouvé non pas dans la presse française au lendemain de la conférence de presse, mais dans le journal néerlandais « De Telegraaf » citant une source proche du Président, ainsi qu’un journaliste de la chaîne « M6″, et le « Daily Mail » :
Une certaine actrice, la quarantaine, serait enceinte de quatre mois.
De quoi redonner du baume au cœur aux millions de chômeurs de ce pays…

Silvio Molenaar

http://www.bvoltaire.fr/  du 17/01/2014

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43