Archive | 24/01/2014

Les Mots Choisis Et Acceptés Du Jour !

0-300x225

« Enculé de ta race », lance le député !

Il nous fait penser au professeur moraliste avec ses élèves qui, le soir venu, tabasse sa femme.
« Il », c’est Razzy Hammadi, un de ces nouveaux visages de la politique, dont on nous injecte à outrance, comme à des dissidents dans un hôpital psychiatrique soviétique, les apparitions sur tous les plateaux télé.
« Razzy », c’est le donneur de leçons professionnel, toujours bien propre sur lui, qui en sait plus que tout le monde sur la République et ses « valeurs » supposées.
Le problème, pour « Razzy », c’est qu’une vidéo circule sur le Net depuis quelques jours, et dans cette vidéo, son image de gentleman en prend un sale coup derrière la nuque.

L’image est bancale, l’atmosphère sombre d’une fin de soirée qui dégénère entre deux ou trois zyvas de banlieue.
« Razzy », sweat à capuche, est chaud comme une bouillotte, on ne sait pas ce qu’il a pris les heures qui précèdent le très court métrage amateur.
Mais là, c’est pas du Chaplin :
Le truc, pas marrant du tout, montre le député socialiste donnant un coup de poing, lançant « fils de pute, enculé de ta race » à son interlocuteur.
On est bien loin des joutes verbales d’antan, quand les députés de la Troisième, en fins bretteurs cultivés, s’affrontaient à coups d’imparfait du subjonctif.
Sur « i>Télé », l’expert politique maison, celui qui a tout le temps l’air enrhumé, a pris derechef la défense de l’irréprochable républicain :
« Il a géré la crise en homme, en élu de son époque, il n’a pas fait un communiqué, il n’a pas fui les journalistes, il est allé sur une chaîne de télévision – en l’occurrence  »Canal+ » –de sa génération, de son temps également. »
Laurence Ferrari, un brin complotiste, souligne :
« C’était peut-être un coup monté »….
Cela me rappelle quand un mec s’était engueulé avec une socialiste de Mantes-la-Jolie au siècle dernier.
C’était pourtant largement plus sobre, mais les médias avaient tapé beaucoup plus dur à l’époque.
Faut dire que le mec en question, c’était Jean-Marie…

Presque émouvant à sa tribune, « David Assouline », porte-parole du PS, a réagi à la diffusion de la vidéo :
« Cela relève d’un procédé dégradant », ce sont « des mots non maîtrisés » mais « c’est détestable d’utiliser cela pour disqualifier un candidat aux municipales à Montreuil ».
Quand « Razzy » vient s’expliquer sur « Canal » dans la « Grande Édition » (20 janvier), le présentateur « Ali Baddou » le cueille un peu à froid :
« Aujourd’hui, vous êtes dans votre tenue de député, de bon écolier, j’allais dire… »
Effectivement, ce jour-là, « Razzy » surjoue son rôle de premier de la classe.
Un peu comme si « Jamel Debbouze » interprétait « Chaban-Delmas ».
Y a un truc qui cloche.
« Mais on ne parle pas comme ça quand on est un élu de la nation ! », lance « Ali ».
« J’ai réagi en homme », se défend l’autre.
Sur la vie d’sa mère !

Le très droitier « Charles De Gaulle » traitait souvent les députés de « racaille ».
Avec « Razzy Hammadi » un siècle plus tard, l’expression prend tout son sens !

Joris Karl

http://www.bvoltaire.fr  du23/01/2014

 

Image de prévisualisation YouTube

Bartolone défend Hammadi

qui traite un blanc d’enculé

de sa race et de fils de pute.

Problème Des « Jihadistes » Européens.

Jihadiste

Que faire de ces musulmans qui vont en Syrie au côté des rebelles ?

Des « jihadistes » européens et américains sont entraînés en Syrie par « Al-Qaïda » pour répandre la terreur islamiste en Occident.
Selon des responsables européens du renseignement, il y a eu, au cours de ces dernières semaines, une accélération alarmante du nombre de « jihadistes » occidentaux se rendant en Syrie pour s’initier aux techniques de combat auprès de groupes islamistes liés à « Al-Qaïda. »
Leur mission serait de créer des cellules terroristes, une fois de retour dans leurs pays respectifs.

Dans une analyse incisive du problème « jihadiste » auquel l’Europe fait face, le politologue norvégien « Thomas Hegghammer » a déclaré :
«Nous pouvons affirmer avec certitude qu’au moins 1.200 musulmans européens sont partis en Syrie depuis le début de la guerre.
(Ils seraient maintenant plus de 2.000).
Ce chiffre est terrifiant :
Nous parlons du plus grand contingent de combattants musulmans européens jamais impliqué dans un conflit de l’histoire moderne.
Nous pouvons conclure que le nombre de combattants étrangers européens en Syrie est sans précédent et des plus alarmants.
La France, l’Allemagne et la Grande Bretagne pourraient avoir le plus grand contingent de combattants en Syrie, mais le Danemark, la Norvège, la Belgique, la Hollande et l’Autriche y auraient contribué, dans une plus grande proportion, par rapport à leur population … et ces petits pays seraient dès lors confrontés à des problèmes plus importants, par rapport à leurs voisins, car ils disposent de forces policières limitées. »

« Les « Britanniques » se battant en Syrie suivent un entraînement de « jihadiste » et sont encouragés à rentrer dans leur pays pour y lancer des attaques sur le territoire » ont déclaré « Murad », un transfuge d’ »Al-Qaïda » et des sources européennes des services de sécurité au journal «  »The Telegraph » ».
Lors d’une rare interview accordée par « Murad », transfuge de l’ »ISIS » (« Islamic state of Iraq and al-Sham ») à la frontière turco-syrienne, ce dernier confirme pour la première fois que les recrues européennes et américaines sont endoctrinées à l’idéologie extrémiste anti-occidentale, entraînés à fabriquer des bombes, à faire exploser des voitures piégées et des vestes-suicide et à créer de nouvelles cellules terroristes dès leur retour au pays.
Il explique :
«Ces “rebelles” partis en Syrie, pour renverser le régime de « Bachar al Assad », sont déjà manipulés par des fanatiques dans leurs pays d’origine. »
Ses commentaires font écho à la préoccupation grandissante des services de sécurité anglais qui craignent le retour de 500 à 700 « Britanniques » actuellement en Syrie, prêts à reproduire les attaques du 11 septembre 2001 et celles de Londres de 2005.
Ils estiment que la menace terroriste dirigée contre la Grande Bretagne par Al-Qaïda s’accroît de jour en jour et craignent qu’au fur et à mesure de l’affaiblissement de ce pays déchiré par la guerre, des groupes d’opposition, des organisations terroristes, dont l’ »ISIS », exerceront une influence accrue leur permettant de recruter des étrangers sur le sol européen et les gagner à leur cause.
La menace en provenance de Syrie est à l’ordre du jour du « M15″ (« Service de renseignements intérieur ») et l’Agence d’espionnage reçoit de plus en plus de fonds pour faire face au danger que représentent les « jihadistes » qui ne sont pas tués en Syrie et qui reviendront radicalisés, prêts à commettre des attentats en Europe.

Dans une interview au « Daily Telegraph », le transfuge d’ »Al-Qaïda » déclara au sujet des combattants étrangers rencontrés en Syrie :

Ils discutent des bâtiment qu’ils aimeraient faire sauter en Europe

« Ils parlent souvent d’attaques terroristes et expriment leur fierté et leur admiration à l’égard des attentats du 9/11 à « NY » et ceux de Londres en 2005.
« Les mujahideen » [saints guerriers] britanniques, français, américains, discutent de leurs projets d’avenir … des lieux publics où ils souhaitent se faire exploser, des bâtiments qu’ils aimeraient faire sauter en Europe et aux U.S.A.
Un « Américain » fit part de son rêve : pulvériser la Maison Blanche.
Chacun nomme sa cible préférée, une fois de retour au pays. »

Bref, une aimable conversation de salon autour d’une tasse de thé et des cookies …

Pour « Murad » le transfuge d’ »Al-Qaïda », ce qui se passe en Syrie ce n’est pas le jihad :
«  « ISIS » ne protège pas les Musulmans, il les tue.
J’aimerais dire aux « mujahideen » : ne venez pas en Syrie.
Ce n’est pas le « jihad », vous serez obligés de tuer d’autres Musulmans »

« Murad », étudiant en droit à Alep, une orientation détestée par « Al-Qaïda » car elle enseigne la loi laïque, la loi des hommes et non celle de la « charia », décida de rejoindre l’ »ISIS » à Alep en août dernier, car il croyait que le groupe servait l’islam et protégeait les Musulmans.
Il accompagna les unités d’ »ISIS » à Raqqa et à Jabal – al-Akrad, une région tenue par les rebelles près de la côté méditerranéenne.
« Murad » déclara que le sentiment anti-occidental au sein de l’ »ISIS » était virulent et ses leaders projetaient d’attaquer les cibles occidentales.
« Les réunions étaient organisées en secret, mais certains de mes « camarades » combattants européens d’ »ISIS » me dirent que l’émir les renvoyait en Europe pour enseigner le « jihad » guerrier aux Musulmans. »

Nombreux, parmi ces volontaires étrangers, sont venus en Syrie avec des intentions louables, révoltés par les images de femmes et d’enfants assassinés par le régime de « Bachar Al Assad » et dans l’espoir de défendre leurs frères musulmans.
Jeunes et impressionnables, il ne connaissent rien d’ »Al-Qaïda ».
Une fois sur place, ils subissent un endoctrinement idéologique et un entraînement au combat des plus violents.
Chaque matin, les combattants se lèvent à 5h00 pour prier.
Ensuite, ils étudent le coran, puis suivent un entraînement militaire pendant deux ou trois heures, et apprennent comment faire exploser une voiture piégée et des vestes-suicide.
« Nous savons tous comment procéder, c’est l’une des premières leçons, une formation des plus simples.
Il existe différentes sortes de vestes.
L’une a le détonateur attaché à une corde et tenue par une main, l’autre est munie de 5 détonateurs.
Nous devions les porter pendant les batailles, pour éviter de nous laisser kidnapper ou arrêter.
C’est très facile de les fabriquer, j’ai montré à mes deux frères comme faire une veste-suicide. »

Toutefois, Murad n’était pas d’accord avec certains ordres de l’émir, qui exigeait de lutter contre des frères rebelles syriens et de les traiter comme des « kouffars » ou des « incroyants.
« Murad » :
« Ils commencèrent à tuer les combattants d’autres groupes islamistes et traitaient les rebelles de l’Armée libre syrienne de “kouffars ».
Mais je connaissais certains de ces gens qu’ils appelaient « kouffars » et je savais qu’ils étaient de braves gens, qui s’opposaient honnêtement au régime.”

L’émir nous mentait : la base que nous devions attaquer était tenue par d’autres rebelles

« Murad » :
« Les commandants militaires mentaient : ils nous racontaient que la base militaire que nous devions attaquer était pro-Bachar, alors qu’en réalité, elle était tenue par d’autres rebelles. »

La goutte d’eau qui fit déborder le vase fut le meurtre de l’un de ses amis : « Sultan Shami » de Damas.
« Sultan » déserta l’armée il y a environ un an et demi.
Il devint un activiste médiatique et l’un des hommes des plus recherchés par le régime de « Bachar ».
Mais il fut kidnappé par l’ »ISIS » et dix jours après son enlèvement, « Murad » découvrit son corps dans le sous-sol d’une base de l’ »ISIS ».
Une nuit, « Murad » décida donc de s’enfuir et se réfugia en Turquie.

Les centaines de « jihadistes » qui reviendront en Europe, aguerris au combat et remplis de haine envers l’Occident et ses valeurs, avides de revanche et prêts à devenir des « martyrs » représentent le plus grand danger auquel l’Occident va être confronté dans les mois et années à venir.

Mais nos gouvernements protègeront leurs droits au retour, dépenseront une fortune dans leur suivi psychologique, les programmes de retour à la vie normale, au détriment des droits des citoyens à vivre dans la sécurité.

Et conformément à la « taqîya », l’ordre religieux de se dissimuler pour le « jihad », ils tromperont les occidentaux, feindront d’être réinsérés, seront mêmes habillés à l’européenne.

En toute logique, ces « jihadistes » devraient être déchus de leur nationalité et interdits de séjour dans leurs pays respectifs.
Ils ont choisi leur camp, celui de la trahison, du terrorisme, de la violence, de la mort, qu’ils soient renvoyés auprès de leurs frères islamistes, pour servir la cause d’Allah en terre d’islam.
Mais s’opposer au retour dans leurs pays respectifs de ces individus serait de l’islamophobie, contraire aux Droits de l’Homme …

Mieux vaut mourir dans un attentat terroriste que de faire une entorse aux Droits de l’homme…

Rosaly pour « Dreuz.info ».

http://www.dreuz.info  du 24/01/2014

L’ « I.V.G. » Une Dérive Eugéniste ?

basilique-fourviere

Le cardinal « Barbarin » dénonce un risque de « dérive eugéniste ».

Le cardinal de Lyon « Philippe Barbarin » a critiqué la récente modification de la loi « Veil » par le Parlement Français.
Quelques jours après la suppression de la notion de « détresse » dans la loi « Veil » sur l’avortement, le cardinal « Barbarin était l’invité de « RTL » vendredi 24 janvier.

Je trouve que cela est un refus de la génération suivante, a réagit l’archevêque de Lyon.
Et puis pire encore :
Par derrière vous avez quelque chose qui va faire la suppression des petites filles.
Je me rappelle d’un dialogue public avec « Axel Kahn ».
Il a dit :
« Ce qui m’horrifie dans cette disposition, c’est que l’on va supprimer des petites filles rien que parce qu’elles sont des petites filles », se souvient « Philippe Barbarin ».
C’est déjà le cas en Grande-Bretagne, en Inde.
La France n’est pas au-dessus des pays voisins, a-t-il estimé.
Et cela, tout le monde le voit venir.
Alors on fait un grand silence, mais c’est quelque chose qui est véritablement une horreur, a-t-il déclaré.

Vous avez une dérive eugéniste risquée qui est grave, et que vous constatez en Inde, en Chine, en Grande-Bretagne
(« Philippe Barbarin », cardinal de Lyon)

Interrogé par « Jean-Michel Aphatie », pour savoir s’il pense que les femmes Françaises avorteront plus fréquemment lorsqu’elles attendent des filles, le cardinal a répondu :
« Vous avez une dérive eugéniste risquée qui est grave, et que vous constatez en Inde, en Chine, en Grande-Bretagne.
C’est quelque chose qui m’horrifie.
Ce qui est fondamental, c’est qu’une vie, lorsqu’elle est là, on la respecte.
D’ailleurs c’est un principe de la République française.
Dans le code civil il est écrit que la République s’engage à protéger la vie dès son commencement ».

Je dis non : on n’est pas maître de son corps
(« Philippe Barbarin », cardinal de Lyon)

Avec la récente modification de la loi « Veil » de 1975, nous disons « chacun fait ce qu’il veut, il est maître de son corps », estime Philippe Barbarin.
« Eh bien je dis non : on n’est pas maître de son corps, on na va pas dire à un enfant de se mutiler« .

La miséricorde de Dieu est plus grande que nos difficultés humaines ou que nos propres péchés.
(« Philippe Barbarin », cardinal de Lyon)

L’archevêque de Lyon a rappelé que « dépénaliser [l'avortement], faire attention aux personnes en état de détresse, ça c’est sûr, il faut vraiment le faire ».
Il est nécessaire selon lui de « toujours avoir une attention et une délicatesse » envers ces personnes, a-t-il insisté.
« D’ailleurs dans l’Église, lorsque nous étions face à cette question de l’avortement avec des gens qui l’avaient vécu, nous essayons toujours de montrer que la miséricorde de Dieu est plus grande que nos difficultés humaines ou que nos propres péchés ».

Raphaël Bosse-Platière

http://www.rtl.fr/actualites/info/  du 24/01/2014

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43