Archive | 27/01/2014

Les Français Parlent De La France.

pays171-300x225

Vous aimez trop Grand Corps Malade !

 

 e-slam censuré par les médias

Image de prévisualisation YouTube

 il n’est vraiment pas « politiquement correct »!

Profitez-en pour copier la vidéo sur une clé ou sur votre disque,  trop nombreuses sont celles de lui qui ont déjà été supprimées.

 

Tri Yann 30 Ans Au Zenith

Image de prévisualisation YouTube

De la musique, des costumes, des refrains
qui sont de nos latitudes et longitudes !

 

 

Saint-Malo Grande Marée 2014

Image de prévisualisation YouTube

Un superbe spectacle visible
sans aller à l’autre bout du monde

Inconscient qui se fait emporter par le courant
en traversant le passage de Gois

Image de prévisualisation YouTube

Les médias parlent de tout sauf
de nos faits divers qui nous intéressent

« >Autre Que  Réseau Social

Les Français En Colère Etaient Bien Là !

 

jour de colère

Le pouvoir tente de déstabiliser
« Jour de Colère »

Monsieur le Préfet,

Je suis le conseil d’une déclarante au nom du collectif   »Jour de Colère«  de manifestation qui doit se dérouler dimanche 26 janvier à 14 heures pour aller de la place de la Bastille à la place Vauban.

Bien que la déclaration ait été faite le 7 janvier vous avez finalement décidé d’imposer une modification du lieu d’arrivée Place Vauban hier en fin de matinée, ce qui, pour les organisateurs, pose d’évidentes difficultés matérielles.

Vous avez prétexté la proximité de la place de l’Opéra avec des lieux sensibles, comme si la Place Vauban qui se situe près de l’assemblée nationale n’était pas également un lieu sensible.

En outre, vous avez imposé un parcours rallongé pour éviter les quais et le boulevard Saint-Germain en invoquant des raisons liées à la circulation mais que l’on peut aussi aisément considérer comme une volonté d’occulter délibérément la visibilité de cette manifestation populaire.

La manifestation étant déclarée jusqu’à 18 heures, vous avez affirmé que le délai était largement suffisant.

Cependant, compte tenu de la longueur de ce parcours qui n’est pas du fait des organisateurs qui entendent tout faire pour respecter les délais, il va de soi que tout dépassement de cet horaire, notamment pour tenir des discours qui sont l’un des buts de toute manifestation démocratique, ne pourra leur être imputable et aucune rigueur ne pourra leur être tenue de ce fait.

Enfin, vos services ont cru bon devoir communiquer par des voies occultes à la presse le nom de jeune fille d’une personne initialement co-déclarante, en communiquant notamment des éléments sur son lieu de travail où de nombreux journalistes l’ont appelée.

Ce faisant et, alors qu’elle n’a finalement pour des raisons de disponibilité pas pu signer cette déclaration, certains membres de vos services ont donc révélé des informations détenues au titre du secret et ce dans une évidente intention de nuire.

A cet égard, je m’étonne qu’une journaliste du « Journal du Dimanche » ait été informé du lieu d’arrivée de la manifestation place Vauban et ce alors qu’aucune information n’avait été faite officiellement par le collectif « Jour De Colère », démontrant ainsi qu’un ou plusieurs membres de vos services étaient en lien avec la presse.

Compte tenu de ces éléments et de la malveillance manifeste de certains des membres de vos services, je vous invite à enquêter sur cette évidente violation de la déontologie policière sans préjudice de plainte pénale au titre de l’article 226-13.

Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en la marque de mon plus profond respect.

 

 

§§§§§§§§§§

JOUR-DE-COLERE1-212x300

Cent Soixante Mille Manifestants

C’est une foule considérable de 160.000 français en colère qui a défilé cet après-midi à Paris.
Partis de la Place de la Bastille à 14h, le cortège s’étalait plus de 2, 5 Km à 15h15, heure à laquelle les derniers manifestants ont quitté la Bastille.
Outre les provocations de la milice socialiste « Antifa » sur le pont d’Austerlitz et celle des Femens Boulevard Saint Marcel, les manifestants du Jour de Colère ont aussi dû supporter des violences policières dès le début de l’après-midi.
Gaz lacrymogènes et tirs de flash-ball ont été utilisés contre des manifestants pacifiques et un passant de 70 ans a été jeté au sol sans raison par des policiers.
Place Vauban, ils étaient attendus par des canons à eau et des pelleteuses blindées.
Manuel Valls a déployé des moyens dignes de l’Ukraine, en attendant peut-être utiliser ceux employés à Damas.

Sans s’arrêter ces provocations, les manifestants ont délivré leurs messages de manière résolue et non-violente. La colère fiscale, le ras-le-bol du chômage ou des entraves que subissent les artisans, les commerçants et les paysans ont été les premiers slogans du Jour de Colère.
Le cortège massé derrière la banderole « Liberté d’expression » était un des plus importants.
Il a rapidement entrainé la totalité des manifestants à reprendre ses slogans :
« François, casse-toi ! » ou
« Hollande, dictateur ! »,
soutenus par le chant de la Marseillaise.
C’est donc un mouvement de colère inédit qui a explosé aujourd’hui et qui n’arrêtera plus de se répandre.

Il ne reste qu’une issue à cette crise :
les parlementaires doivent immédiatement prendre les responsabilités que la constitution de la Vème République leur confie.
Selon l’article 68 de la constitution, il appartient aux élus des deux assemblés de se constituer, par un vote, en Haute Cour de justice, afin d’engager la procédure de destitution du Président de la République pour « manquement grave » à l’exercice de ses fonctions.
La ruine à laquelle il a conduit la France, alors qu’il ne se préoccupe lui-même que de ses turpitudes privées, ne lui permet plus de se parer du titre de Président de la République.

Le Jour de Colère exige solennellement des députés et des sénateurs qu’ils engagent cette procédure de destitution immédiatement.
Le peuple, souverain de notre démocratie, leur adresse cet ultimatum et saura le leur rappeler dans les semaines qui viennent.

http://www.jourdecolere.com  du 26/01/2014

Le « PS » Trahit Le Peuple Français.

la-gauche-m-a-tuer-e1385146999978

Comment les socialistes aident le terrorisme islamique…

De Royal à Hollande en passant par Delanoë et bien d’autre au PS, les contacts socialistes  avec le « Hamas » palestinien et le « Hezbollah » Libanais terroriste n’on jamais cessé !
La preuve que les socialistes ont toujours privilégié les musulmans à leurs peuples trop « moisis » !
Avant le 22 juillet 2013 le Hezbollah, « Parti de Dieu » chiite libanais, n’était pas considéré officiellement par l’EU et la France comme mouvement terroriste, bien qu’il le fût aux Etats-Unis depuis 1997 et dans bien d’autres pays, avec une longue liste d’attentats terroristes à son actif depuis son apparition en 1982.

En octobre 2006 Ségolène Royal échangeait fort aimablement avec l’un de ses représentants à Beyrouth.
Le mois précédent, sans le nommer précisément, Bertrand Delanoë l’avait couvert d’éloges.
Ainsi l’on apprend que, le 17 janvier 2014, « Emmanuel Bonne », conseiller spécial de François Hollande, rencontrait à Beyrouth, EN CATIMINI, un haut responsable du mouvement terroriste.

Si ce sont les Américains et les israéliens, qui ont subi le plus gros des attaques terroristes perpétrées par le Hezbollah, la France, elle aussi, a été très largement touchée !
En octobre 1983, 241 marines américains et 56 parachutistes français de la force multinationale étaient tués lors de l’explosion de deux camions piégés devant des casernes des marines et de l’armée française à Beyrouth (Le Drakkar).
En décembre de la même année une attaque contre des soldats français de la FINUL au sud du Liban faisait 10 morts, dont 1 soldat français, et plus de 110 blessés.
En 1985 les diplomates français « Marcel Carton » et « Marcel Fontaine », le journaliste « Jean-Paul Kauffmann » et le chercheur au « CNRS Michel Seurat » étaient enlevés.
« Seurat » sera assassiné en 1986, sans que ne soit jamais retrouvé son corps.
Cette année-là six autres Français étaient enlevés, dont quatre journalistes d’Antenne 2.
Entre décembre 1985 et septembre 1986 onze attentats perpétrés à Paris faisaient 13 morts et des centaines de blessés.
Deux autres attentats étaient heureusement déjoués.
Le Hezbollah a à son actif des centaines de victimes et des milliers de blessés.
Ce qui lui a valu d’être placé de longue date sur la liste des organisations terroristes des Etats-Unis, du Canada, de l’Australie, de la Grande-Bretagne, du Bahrein et des pays arabes du Golfe Persique.

L’Union européenne attendra donc 30 ans !!!

Jusqu’en juillet 2013 pour ne placer que « la branche armée » du Hezbollah sur sa liste des organisations terroristes, une distinction artificielle rejetée d’ailleurs par les Etats-Unis.
Le 7 mai 2007 « Susan E.Rice », alors Ambassadeur des Etats-Unis aux Nations unies, déclarait avec lucidité : « Je vais être très claire :
nous ne voyons aucune distinction entre les ailes soi-disant politiques et militaires de ces groupes.
Et nous n’aurons pas de contacts avec jusqu’à ce qu’elles déposent les armes, quel que puisse être leur implication au sein du gouvernement libanais
 ».
Par ailleurs, le responsable des relations internationales du « Hezbollah », « Ammar Moussaoui », celui-là même que vient de rencontrer en catimini« Emmanuel Bonne », émissaire de François Hollande à Beyrouth, condamnait alors « avec force la décision européenne de mettre son parti sur liste noire, la considérant comme une insulte au Liban et à son peuple ».
Il soulignait que « tout le monde sait que les branches militaires et politique du « Hezbollah » sont une seule et même chose ».
Fin 2006, déjà, Ségolène Royal, candidate du PS à la présidence de la République, fait une tournée au Proche-Orient, flanquée de l’un de ses directeurs de campagne, le très anti-israélien (pour ne pas dire antisémite) Jean-Louis Bianco.
Et à propos d’une grande manifestation du « Hezbollah » à Beyrouth, dans la foulée de l’assassinat du ministre anti-syrien « Pierre Gemayel », elle parle de « moment démocratique », affiche sa volonté de « parler avec tout le monde », et déclare à un député du « Hezbollah », qui vient de se lancer à son intention, à une diatribe anti-américaine et anti-israélienne, comparant Israël au nazisme, :
« il y a beaucoup de choses que je partage avec vous… »
Confrontée au tollé provoqué par cet épisode navrant, son entourage accusera perfidement, le traducteur, de ne pas lui avoir tout traduit… et donc pas le mot « nazya » entendu cependant par l’ensemble des journalistes présents. Ségolène Royal se fendra d’un communiqué de presse qui condamnera ces propos le lendemain.
Mais ajoutera aussi « Personne, personne ne m’empêchera de continuer à dialoguer avec des représentants démocratiquement élus ». (sic)

Quelque temps auparavant, à la mi-septembre 2006, c’est le Maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, qui se rendait à Beyrouth pour y dire sa solidarité avec les Libanais, la « souffrance ressentie par Paris », disait-il, « avec les Libanais tout au long de cette crise… »
C’est ainsi que Delanoë évoquait la seconde guerre du Liban, sans dire un mot de ce qui l’avait réellement provoquée et que je vous rappelle ici.
Le but de la guerre était d’une part de faire cesser les nombreux tirs de roquettes « Katioucha » envoyés par les agents du « Hezbollah » vers les villes du nord d’Israël, où résident près d’un million de personnes.
D’autre part d’affaiblir en profondeur l’organisation terroriste du « Hezbollah » qui opère à partir du territoire libanais.
Et enfin, l’objectif était de libérer les 2 soldats israéliens kidnappés par des hommes du Hezbollah le 12 juillet 2006 au matin.
Annonçant ses rencontres avec « beaucoup d’autorités religieuses de toutes les confessions… » « Des personnalités libanaises représentatives de ce peuple que nous aimons, de sa diversité, de ses engagements », Bertrand Delanoë ajoutait :
« il n’est pas possible de repousser un Libanais patriote qui met son peuple, son histoire, son avenir avant toute autre considération quelle que soit sa religion, quel que soit son parti, il est libanais, et c’est pour cela que la France l’aime ».
On ne saurait être plus clair… mais surtout l’on souhaiterait que les socialistes considèrent les patriotes Français avec le même respect et le même amour !!!

Peut être faudra-t-il pour cela, que les patriotes
se lancent dans le terrorisme et posent quelques bombes au siège du PS ?!!

Aujourd’hui l’on retrouve la même volonté française, sous la présidence de normal 1er, cette fois, de discuter avec « tous les partis politiques » libanais quels qu’ils soient, rapporte le quotidien libanais « L’Orient Le Jour » (sans faire une ligne d’ailleurs dans la merdiasphére hexagonale) qui relate la visite du « conseiller du président français François Hollande » ayant « rencontré le vendredi 19 janvier 2014 à Beyrouth un responsable du « Hezbollah », le mouvement chiite libanais engagé dans les combats en Syrie aux côtés des troupes du régime… »
Notant que « il s’agit de la première réunion d’un haut responsable français avec le « Hezbollah » depuis que la branche militaire du mouvement chiite a été inscrite le 22 juillet 2013 sur la liste de l’Union européenne des organisations terroristes ».
Ainsi, et selon, le mouvement terroriste chiite, «  »Ammar el-Moussaoui », qui dirige les relations internationales du « Hezbollah », a rencontré le conseiller du président français François Hollande pour le Moyen-Orient, « Emmanuel Bonne », qui était accompagné de l’ambassadeur de France à Beyrouth « Patrice Paoli »… »
Pour discuter des « développements tant au niveau local que régional… »
Le 17 décembre 2013, dans un entretien avec le quotidien libanais « The Daily Star », l’ambassadeur de France jugeait « qu’une entente entre l’Iran et l’Arabie Saoudite et un dialogue maintenu avec le « Hezbollah », est nécessaire… »
Dans un pays décrit comme « allant à la dérive…»
Dans un autre entretien début décembre 2013, avec « As Safir », cette fois.
S’il qualifiait l’intervention du Hezbollah en Syrie « d’erreur », le diplomate en poste au Liban depuis 2012, semblait mettre en doute la justesse de la décision européenne d’inscrire la branche armée du « Hezbollah » sur sa liste de mouvements terroristes et ajoutait :
« la France ne veut rompre aucun lien avec des partis libanais représentatifs…
Elle veut dialoguer avec tous.
Notre dialogue avec le « Hezbollah » continue donc avec ses représentants politiques
 ».
S’il admettait, naïvement, que « l’Iran, en tant qu’Etat, devrait combattre le terrorisme, » (sic) il ajoutait :
« le « Hezbollah » est un parti politique, pas un Etat.
La France coopère avec des Etats et des gouvernements.
Combattre le terrorisme est la responsabilité du gouvernement, de l’armée et des forces de sécurité libanais…
 »

Trente milliards de dollars saoudiens, et des contacts maintenus avec le Hezbollah.

Selon « Al Balad » (journal libanais proche du 14-Mars mouvement anti-syrien) cette rencontre entre le conseiller spécial de François Hollande et un responsable du « Hezbollah » « a voulu assurer que Paris maintient son rôle de médiateur ainsi que son parrainage de toute éventuelle sortie de crise au Liban et que les relations avec le « Hezbollah » sont constantes ».

Elle s’inscrit dans ce contexte :
le Prince saoudien « Bandar Bin Sultan » s’est rendu, ajoute le quotidien, « en France chargé d’un panier de stimulants économiques qui ont fait venir l’eau à la bouche de François Hollande.
Ce dernier n’a pu résister longtemps au charme des 30 milliards de dollars qui ont été proposés par le royaume.
Il a donc accepté de jouer avec tact le jeu qui consiste à contenir l’aventurisme saoudien sans toutefois oublier de rassurer les Américains du fait que les intérêts qui lient les deux pays sont purement d’ordre économique.
A cet effet, Hollande a tout d’abord levé le veto que la France avait opposé à l’inscription de l’aile militaire du « Hezbollah » sur la liste « UE » des organisations terroristes.
Quelques jours après la décision européenne, l’administration française a adressé discrètement une invitation au député « Ali Fayyad » 
».
En octobre 2013 le député du « Hezbollah » était reçu au Quai d’Orsay, (toujours en catimini) pour expliquer son point de vue à l’égard de la décision européenne et pour dire :
« que celle-ci n’aura aucun impact sur la volonté de Paris d’être ouvert à l’égard du « Hezbollah » ».

Quelles qu’aient pu être les raisons ayant conduit à une telle rencontre entre un émissaire de François Hollande et un des dirigeants du « Hezbollah », il n’en reste pas moins que l’on constate une volonté constante de dialoguer avec le « Hezbollah » terroriste, par des personnalités appartenant au PS, volonté qui demeure inchangée en dépit de l’inscription de la branche armée de ce parti sur la liste des mouvements terroristes de l’Union européenne…

Voila comment le PS et le gouvernement salissent la France !

En maintenant des relations contre nature avec les musulmans les plus dégénérés, les plus fanatiques !

Comment le PS et Hollande se compromettent honteusement avec des assassins de civils français et soldats français !

Pour n’en douter pas une seconde, recevoir le vote des musulmans de France et avec l’affaire Dieudonné convoiter le vote des juifs de France !

Jamais les socialistes français ne reculeront devant les plus bas instincts électoraux !

Les grands oubliés de ces tractations indignes, vous le remarquerez,
sont bien entendu les chrétiens « moisis » de France !

André GALILEO

http://ripostelaique.com  du n° 339, le 26/01/2014

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43