Archive | 28/01/2014

Un Pays D’ Asie Ne Peut Être En Europe.

turquie-e1371990470667

La Turquie ne peut être en Europe.

Si presque la moitié des Français étaient favorables à l’admission de la Turquie dans l’Union européenne il y a dix ans, plus de trois-quarts  y sont aujourd’hui hostiles.
Lorsqu’en 1999 la Turquie fut admise à poser sa candidature à l’entrée dans l’Union européenne, cette candidature semblait s’inscrire tout naturellement dans la logique de l’histoire de ce grand pays dont les neuf dixièmes du territoire sont pourtant situés en Asie et dont la population est en quasi-totalité, depuis le début du XXe siècle – et pour cause – de religion musulmane.

Héritiers et continuateurs d’Atatürk, les dirigeants d’alors étaient légitimes à vouloir arrimer leur pays au Vieux Continent et à une modernité qui n’était pas seulement technique et économique, mais idéologique et culturelle.
La Turquie n’avait-elle pas été depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale le meilleur rempart de l’Occident face au bloc communiste, n’y restait-elle pas le seul et indéfectible allié des États-Unis et d’Israël, n’était-elle pas le plus solide bastion de la laïcité au sein d’un monde musulman que commençaient à démanger les prurits du repli sur soi, du fanatisme et du terrorisme ?

Qu’attendre aujourd’hui de la rencontre entre un président français qui bat les records d’impopularité et un Premier ministre turc largement contesté ?
Puissance émergente, la Turquie entreprenante et laborieuse a droit à notre intérêt, à notre considération, à notre respect.
En revanche, sur le plan politique, nous n’avons plus d’atomes crochus avec un gouvernement qui soutient en Égypte les « Frères musulmans », qui appuie en Syrie les rebelles islamistes, qui mène dans la sphère turcophone étendue de la Russie à la Chine une opération de reconquête, et dont les liens avec l’Occident ne cessent de se distendre.
« Recep Tayyip Erdoğan », quant à lui, poursuit l’épreuve de force qu’il a engagée avec l’armée, la magistrature, les classes moyennes, les étudiants, les médias et d’une manière générale avec toutes les forces vives qui s’opposent à sa mainmise sur tous les pouvoirs et à sa tentative rétrograde de résurrection d’un passé islamiste que l’on avait cru révolu à jamais sur les bords du Bosphore.
Les seules portes qui demeurent ouvertes dans la démocratie selon Monsieur « Erdoğan » sont celles des prisons qui n’ont jamais accueilli un aussi grand nombre de journalistes, d’universitaires, d’intellectuels, de militaires et d’opposants.

L’opinion en France ne s’y est pas trompée.
Si 46 % des Français étaient encore favorables à l’admission de la Turquie dans l’Union européenne il y a dix ans, 83 % y sont aujourd’hui hostiles.
La dérive des continents ne se limite pas à des phénomènes géologiques scientifiquement constatables et mesurables.

La Turquie de 2014 s’est éloignée de nous.

Elle ne saurait prétendre sans imposture à être considérée comme un pays européen.

Dominique Jamet

http://www.bvoltaire.fr  du 28/01/2014

La Suisse Aussi En A Ras Le Bol !

immigration1-300x133

Une votation contre l’immigration de masse.

L’initiative contre l’immigration de masse crée des remous au « Mouvement Citoyens Genevois » !
Le 9 février prochain aura lieu une votation importante en Suisse.
En effet, à l’initiative du comité d’Egerkingen, que certains présentent comme l’aile dure du parti de droite populiste UDC (c’est ce comité qui était à l’origine de la votation contre les minarets en Suisse), doit avoir avoir lieu une votation contre l’immigration de masse.
Pour appuyer cette campagne est sorti une campagne d’affiches et autres visuels, avec ces propos :
« Bientôt un million de musulmans ?
Par conséquent, stop à l’immigration de masse »
.
Aux côtés du logo de l’ »UDC », se trouvent celui de la « Lega tessinoise » mais surtout celui du  Mouvement citoyen genevois (« MCG »).
« Et c’est là que le bât blesse ».

En effet, le « MCG » – mouvement populiste du canton de Genève – a fait élire comme conseiller fédéral « un Suisse converti à… l’islam » !
Et c’est peu dire donc que « Mauro Poggia », puis que c’est de lui qu’il s’agit (en novembre dernier, « Novopress » en avait dressé le portrait édifiant), n’apprécie guère cette collaboration du « MCG » à la campagne de l’ »UDC ».
Il affirme ainsi à la pressse helvétique :
« Le parti a été instrumentalisé et il doit réagir.
La cartouche de la peur a fonctionné une première fois avec l’islam, lors de l’initiative antiminarets, et ils réessaient.
Cela me conforte dans mon opposition à cette initiative qui, sous couvert de protection de la population ou de l’emploi, ne fait que désigner « l’Autre » comme un péril pour l’identité suisse. »

Ce qui n’est pas sans rappeler une ligne très « réconciliatrice » de notre côté des Alpes…

De plus, le « MCG » se défend mollement et semble suivre la ligne de son conseiller fédéral.
Le président du « MCG », Roger Golay, explique  :
« J’ai été surpris de voir figurer [le logo du "MCG"] sur ce graphique et m’en suis publiquement distancié.
Nous défendons tous les résidents genevois, quelle que soit leur couleur de peau ou leur religion.»

Des propos rassembleurs qui ne coïncident pas avec l’hystérie que manifeste le « MCG » à l’égard des frontaliers…

http://fr.novopress.info  du 28/01/2014

Ce n’est pas parce que les états de l’Union Européenne – dont ne fait pas partie la Suisse, il faut le rappeler – se laissent complaisement envahir par une population majoritairement d’outre-méditerranée qu’il faut que ce petit pays se voit pris d’assaut par les chômeurs de plus en plus nombreux.
Etre le porte-monnaie de l’Europe, cela fait des décennies qu’il s’acquitte très bien de cette tâche.
N’être qu’un pion dans la stratégie machiavélique des financiers mondialistes tirant les ficelles de leur chaos organisé !

Un Fameux Jour De Colère A Paris

-

Sommes-nous  revenus en 1788 ?

Le sens des évènements qui ont eu lieu à Paris le 26 janvier est à chercher bien au-delà de la rhétorique réductrice adoptée par les journaux de gauche.
Le Monde, Libé, le Nouvel Observateur évoquent un ramassis hétéroclite d’éléments marginaux alliant réactionnaires antédiluviens, partisans de Dieudo, fachos islamophobes, Identitaires de tout poil et intégristes catholiques manifestement apparentés aux Veilleurs ainsi qu’au mouvement France Jeunesse Civitas.L’Express n’a même pas hésité à pointer du doigt « la frange radicale de la Manif pour tous » qui serait à l’origine d’un soulèvement assez important projeté depuis le 30.10.2013.
On sait aujourd’hui que les opposants au mariage gay ne représentaient qu’une part assez modeste des contestataires à en juger par la composante réelle, en effet archi-diverse, des mouvances présentes.

Si l’emphase du Huffington Post dissimule à peine la nervosité de ses journalistes quant à la marche anti-gouvernementale du samedi dernier, on relèvera d’emblée la réserve affichée parLe Figaro ou Le Point, plutôt soucieux de pénétrer les tenants et aboutissants d’une manif pas comme les autres.
Premièrement, les méthodes ostentatoires auxquelles ont eu recours les participants ne sont pas sans rappeler les fameuses performances politiques en vogue ces dernières années.
C’est ainsi que l’on a pu voir des Français enterrer symboliquement les promesses de François Hollande en apposant une croix blanche sur chacune d’entre elles.
C’est ainsi que l’on a pu voir des personnes aux visages cachés par des pancartes toutes porteuses d’un message laconique et cinglant dénonçant d’une manière ou d’une autre les méfaits de l’équipe Ayrault.
Quoi qu’on puisse en dire dans le « mainstream » gauchisant, ces prises de position n’avaient rien de violent.
Elle faisait juste état, souvent en français presque soutenu, d’un malaise économique, social et identitaire sans précédent.
Deuxièmement, l’adhésion à la marche de groupes au demeurant incompatibles (Réseaux Identitaires et dieudonnistes défenseurs des communautés chiites de France pour ne citer qu’un exemple) montre bien que les points communs ont eu le dessus sur les points de divergence.

Le fait que la droite ait assez peu commenté l’évènement s’explique par la solidarité tacite qu’elle semble éprouver à l’égard des protestataires.
Sans applaudir la manif en tant que telle, source de déstabilisation, « Luc Chatel », ancien ministre UMP, a cependant été plus qu’explicite en avouant « comprendre la démarche du collectif Jour de colère ».
Le centre-droit incarné en l’occurrence par « Christine Boutin », présidente d’honneur du Parti chrétien-démocrate, a refusé de se joindre à la marche pour la simple et bonne raison que celle-ci risquerait de dégénérer sans pour autant arguer un éventuel rejet des thèses qui y seront véhiculées.
Là encore, il est à constater que la gauche hollandienne est réellement plus seule que jamais, même face à des partis dont la modération traditionnelle a toujours contribué au rapprochement UMP-Centre-PS contre ceux qu’ils traitent d’extrémistes.

Le Monde a beau se démener comme un beau diable en essayant de réduire la colère des couches moyennes au remue-ménage d’un grand fourre-tout psychopathique, trois réalités fondamentales transparaissent :
- Le regroupement en question aussi métaphoriquement désigné par le terme « coagulation » renvoie plus particulièrement à l’idée d’insurrection civique dans l’esprit de le Constitution de 1793 qui, même si elle n’a jamais été appliquée, a néanmoins perduré à travers cette sacralisation de 1789 dont les socialistes se sont faits les chantres les plus éminents.
L’éveil national auquel nous assistons depuis voilà près d’un an peut à ce titre être considéré comme un retour de manivelle.
On se demande dans cette optique ce qu’il en serait si le système de démocratie directe suisse était adopté en France sachant que la cote de popularité de François Hollande peine à dépasser les 15-18 %.
On se demande aussi si « Le Monde » continuerait à occulter la réalité des faits en désignant les 80% de la population restante de marginaux, de rétrogrades ou de fous à lier.
Quand « Pierre Mendès-France » avait comparé 1953 à 1788 en dirigeant ses foudres contre la personne de « René Coty » et la politique de décolonisation maladroite menée au crépuscule de la IVème République, ils ne pouvaient s’imaginer la profondeur toute abyssale des préoccupations que susciteraient soixante ans plus tard la double crise qui frappe de plein fouet la société française :
identitaire et socio-économique.
- Jusqu’à présent, les mouvements de protestation de ces dernières années ne débordaient guère du moule républicain.
Or, forcément, les idéaux de la République étaient incarnés par le pouvoir en place, si critiqué soit-il.
Lorsque des journalistes ont demandé aux insurgés s’ils étaient républicains, ils ne dirent ni oui ni non, en répondant simplement qu’ils étaient Français.
Il y a donc un hiatus à la fois symbolique et symptomatique entre république et France, un hiatus reflétant la crise identitaire mentionnée tout à l’heure.
- Enfin, il faut se rendre compte que le « Jour de colère » ne représente pas la sempiternelle confrontation de la droite avec la gauche mais bien un soulèvement en puissance des classes populaires et moyennes contre un gouvernement dont ils ne veulent résolument plus.
On est donc projeté au-delà de la problématique des partis, au-delà de la scission artificielle entre libéraux et conservateurs que l’on entend absolutiser alors qu’elle n’est en réalité plus que très relative et secondaire.

 La conscience rousseauiste dont parle l’historien « Laurent Avezon » faisant allusion au fameux contrat social qui fait que le peuple lègue provisoirement l’exécutif au souverain (en l’occurrence au président) est fort probablement en passe de s’éveiller.
Si donc François Hollande salue le renversement des « dictateurs » comme « Assad » qui pourtant, pour sa part, jouit d’une côte de popularité des plus honorables, il apparait pour le moins curieux que le président de 15% des Français ne tire aucune conclusion pratique de son impopularité.
On comprend maintenant mieux pourquoi Louis XVI a presque disparu des programmes scolaires.
Mais alors, pour plus de cohérence, peut-être faudrait-il réduire la Révolution à une demi-page ?

Françoise Compoint

http://french.ruvr.ru  du 27/01/2014

 

 

§§§§§§§§§§

 

 -

Des drapeaux Français dans la rue

La police compte 17 000 manifestants et les organisateurs 120 000.
Le Printemps Français avec « Béatrice Bourges », FFI.2 avec » Erick Mary », Holland DégageCivitas avec les catholiques en colère, NON au Changement de Peuple et de Civilisation
( NCPC ) et les défenseurs de « Dieudonné » étaient présents parmi les Français ( plus de 50 associations) en colère pour montrer la ligne rouge au gouvernement.
Le collectif breton qui a déposé la marque des Bonnets Rouges et le Front National n’étaient pas là.
Les médias, qui ont été traités de médias collabos dans les rangs des manifestants, parlent de réunions d’intégristes en évoquant les manifestants qui dénoncent la loi « Taubira » et le changement de société et de population.
La police française a mis en garde à vue plus d’une centaine de manifestants pacifiques dont un journaliste de l’agence « Info Libre ».

De « FFI2″ au « Printemps Français » en passant par les défenseurs de « Dieudonné » et de « NCPC », nous avons des Français qui se sont mués en résistants et qui ne veulent pas voir le pays être détruit par le mondialisme.

Nous avons affaire, en ce début de 21e siècle, de nouveau à des groupes de résistants pour défendre la France dans ses valeurs les plus profondes contre une culture d’invasion.

Les drapeaux de nations étrangères comme le drapeau européen n’étaient pas agités dans le ciel de Paris.

Ce dimanche 26 janvier, tous étaient unis pour sauver la France.

Contre un changement de société.


« Lorsque les hommes tournent le dos au mensonge, le mensonge cesse purement et simplement d’exister » (de Soljenitsyne) est un slogan du Printemps Français.
« Béatrice Bourges » est sur tous les fronts.
Elle est invitée en Allemagne et entretien des liens étroits avec la Russie.
Les Allemands qui se battent contre la destruction de la famille sur leur territoire reconnaissent en « Béatrice Bourges » une femme très courageuse et s’amusent à répéter dans leurs conférences :
« Imaginez-vous !
Le gouvernement français traite « Béatrice Bourges » de femme ennemie numéro 1 du pays ».
Durant la manifestation du « Jour de colère », « Béatrice Bourges » a réclamé que le Parlement entame une procédure de destitution de François Hollande, au nom de son impopularité et de son incapacité à gouverner.
De nombreux manifestants ont été pris aux tripes par son discours.
« Vous m’avez pris aux tripes Madame Béatrice Bourge !!!
Excusez-moi de vous dire cela, « vous en avez » !! »,
«Je salue son courage dans sa lutte contre le pouvoir », écrivent « Claude Féré » et « Xavier Darcy » sur le compte Facebook du « Printemps Français ».

Le directeur de la publication de NCPC est « Renaud Camus ».
« NCPC est destiné à faire connaître ce mouvement d’opposition résolue à l’immigration de masse et aux transformations politiques, morales et culturelles qu’elle impose», lit-on sur le site.
Dans un entretien d’août 2012 « Renaud Camus » nous avait parlé de la situation du pays.

Préserver la France.

« Nous sommes un collectif citoyen.
Nous avons fait notre premier stage militant à Annecy avec 17 stagiaires dont 9 femmes.
Actuellement nous avons 60 % de femmes pour 40 % d’hommes dans nos rangs.
Les médias voulaient nous donner une image martiale.
Notre public est composé de mères de famille et de jeunes femmes.
Notre projet est associatif et familial », explique « Erick Mary » qui met le projet « FFI.2″ sur les rails et dit bien «FFI.2 n’a pas vocation à devenir un parti politique».
« FFI.2″ veut fabriquer du réseau.
« Nous voulons avoir le lien direct pour la nourriture avec les fermes bios par lesAMAP(Associations qui mutualisent des familles auprès des producteurs de fruits et de légumes).
On ne passe plus par un grand groupe.
Nous sommes en train de créer des réseaux de résistance».
« Erick Mary » parle aussi de l’importance de fonder des crèches familiales et patriotiques :
« Nous voulons proposer à des mères d’origine africaine de mettre leurs enfants avec des petits Français pour bien apprendre la langue.
En échange elles doivent s’engager par des cours du soir à apprendre un métier et aussi la langue française.
C’est important pour recréer du lien.
Il faut créer des réseaux associatifs qui vont répondre au démantèlement de la République et de l’État.
Il faut palier à la fin des services publics en France.
Ils veulent casser toutes ces bonnes choses en France qui font notre pays !

Ils veulent faire de nous des Américains !».

Pour « Erick Mary » ce n’est pas Hollande le problème mais l’Union européenne avec ses traités qui sont appliqués et qui visent la destruction de la France en introduisant la création de « Länder » dans le pays.

Garde à vue.

Plus d’une centaine de manifestants pacifiques ont été mis derrière des fils barbelés durant plus de 3 heures.
« Nous sommes là depuis trois heures.
Il est 23 heures 30», dit une jeune femme.
Le journaliste de l’agence « Info Libre » qui a été raflé aussi par la police utilise sa caméra pour nous montrer l’état de détention :
« Regardez le nombre de personnes qui se trouvent là.
Regardez les fils barbelés !».
On voit dans une autre section d’autres manifestants qui viennent de recevoir leur notification d’arrestation pour garde à vue.
Avant d’arrêter, le journaliste dit :
« Regardez bien ce qui se passe en France !
Le pays qui donne des leçons de démocratie aux autres pays … »

Olivier Renault

http://french.ruvr.ru  du 27/01/2014

Cela se passe en France, fin janvier 2014 et nos journaux d’informations ne nous en parlent à peine !
Par contre, dimanche et lundi, nous avons été abreuvés jusqu’à la nausée de films ou documentaires sur la seconde guerre mondiale et…bien sûr, les éternelles « lamentations » !
Il y en a marre, penser aux morts est une affaire privée et personnelle, pensons à ceux qui veulent vivre…ou à ceux qui essaient selon leurs modestes moyens, quand des mégalomanes pervers et sournois veulent les en empêcher !

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43