FRANCIA, FRIC

France-Soir N’ Est Plus, Mais Les Autres ?

mort-et-con-300x225

« France-Soir » pouvait crever,

surtout pas les journaux du système !

En décembre 2011, « France-Soir » mourait.
Dans l’indifférence (presque) générale, un titre historique de la presse Française disparaissait : France-Soir.
Les plus anciens se souviennent de l’époque d’un journal qui, sous la direction de « Pierre Lazareff », vendait 1 million d’exemplaires par jour, au temps de sa splendeur, avant d’être repris par « Robert Hersant ».
Ce n’est pas trahir la vérité que de dire que la disparition de ce quotidien a été plutôt bien vécue par l’ensemble des confrères de la presse française, pour au moins trois raisons.

1 – Le propriétaire, qui avait investi le modique somme de 70 millions dans le quotidien, s’appelait Alexandre Pugatchev, et avait le défaut d’être le fils d’un homme considéré comme le banquier de Poutine, ce qui, dans le climat russophobe de la presse Française, qu’on vérifie encore à l’occasion des Jeux Olympiques, n’aidait pas à la solidarité des autres journalistes.

2 – Ensuite, avec une candeur désarmante, le jeune homme, sur un plateau de télévision, avait avoué qu’il voterait Marine Le Pen aux présidentielles, comme 20 % d’électeurs Français.

3 – Enfin, sur la fin, la ligne du journal devenait davantage « populiste », comme le disent, la bouche en cul de poule, les bobos, dès qu’on ose aborder l’immigration, l’insécurité et l’islam, ce que ce quotidien, à bout de souffle, n’hésitait plus à faire… mais trop tardivement.

« France-Soir » est donc mort depuis plus de deux ans.
Dans le même temps, « L’Humanité », qui n’a plus guère de lecteurs, vient de se voir annuler une dette de 4 millions d’euros par les députés français, suite à un amendement opportun présenté par le gouvernement.

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/le-gouvernement-annule-une-dette-de-4-millions-de-l-humanite/

Rappelons qu’il y a une vingtaine d’années, comme le rappelait « Alain Falento », pour sauver le journal communiste déjà à l’agonie, on avait fait entrer dans le capital « TF1″, « Hachette » et les « Caisses d’Epargne », autant de symboles fort prolétariens.
Il y avait donc, là encore, la volonté de sauver le quotidien historique du « PCF ».

http://ripostelaique.com/lhumanite-un-journal-sans-lecteurs-dirige-par-un-parti-sans-electeurs-2.html

http://www.fdesouche.com/418199-vers-un-mediapartgate-edwy-plenel-tombera-t-il-pour-fraude-fiscale

Que dire du sort de « Médiapart », sur lequel le site « Fdesouche » a constitué un remarquable dossier ?
Voilà « Edwy Plenel » qui, de manière autoritaire, s’est autorisé à ne payer que 2 % de TVA, alors que la loi est de 19,6 %.

« Plenel » évoque l’égalité.
Sans entrer dans le débat de fond, peut-on comparer la presse internet, qui ne nécessite ni investissement lourd en rotative, ni système de distribution, avec la presse papier ?
Mais le pire n’est pas là.
Après avoir joué les gros bras avec « Médiapart », le gouvernement (peut-être la peur de voir d’autres scandales sortir) a finalement amnistié « Plenel », est revenu à 2 % de TVA, et donc effacé 3 millions d’ardoises, que paiera le contribuable.
Imaginons le plombier du coin faire la même chose…

Reste le cas de Libération.
Pourtant gavé de subventions (14 millions en 2010), le quotidien bobo de la Rue de Béranger a juste un souci, qui, apparemment, n’a jamais dérangé les journaleux qui y sévissent :
Plus personne ne l’achète, et ce n’est que justice, quand on y lit le contenu méprisant pour nos compatriotes.

http://www.observatoiredessubventions.com/2012/subventions-a-la-presse/

On envisage donc le dépôt de bilan, après que les vaillants journalistes du titre, adeptes de la société multiculturelle et du « Vivre Ensemble » ont refusé de quitter les locaux coûteux de la rue Béranger (près de la place de la République) pour mettre leurs belles idées en application dans le 9-3.

http://www.lefigaro.fr/medias/2014/02/08/20004-20140208ARTFIG00119–liberation-au-pied-du-mur.php

Le bobo-en-chef de la rédaction, « Nicolas Demorand », qui cristallisait toutes les rancoeurs, est parti.
Le gouvernement et ses députés écolo-socialistes vont-ils laisser crever Libération ?
Va-t-on nous faire le coup que ce quotidien serait indispensable à l’exercice de la démocratie, ce qui n’était pas le cas de France-Soir, qui véhiculait des idées nauséeuses…?
A moins que « Bergé », « Niel » et « Pigasse », propriétaires du « Monde » et du « Nouvel Observateur », eux aussi lourdement déficitaires, malgré les aides nombreuses à la presse perçues, n’expliquent à Hollande que la disparition d’un rival pourrait redonner de l’oxygène à leurs titres…?

Une seule certitude :
Les voyous qui nous gouvernement n’hésiteront pas à ponctionner encore davantage l’argent des Français pour financer des journaux que plus grand monde ne lit, mais qui permettent aux télévisions d’inviter leurs journalistes sur les plateaux.
La petite mafia journalistique est en effet un rouage essentiel de propagande pour véhiculer le message mondialiste, libre-échangiste et multiculturel.
Si cela disparait, les Français, en mal d’information, risqueraient de se tourner encore plus nombreux vers des sites internet patriotes  et d’une télévision alternative (« TV-Libertés »), et de comprendre l’enfumage dont ils sont victimes depuis des années.

Il en va de la survie du système, et cela n’a pas de prix.
France-Soir peut donc crever, surtout pas L’Humanité, Médiapart ou Libération…

Jeanne Bourdillon

http://ripostelaique.com/ du n° 342, le 16/02/2014

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43