Archive | mars 2014

Fuyons Le Navire Qui Chavire !

israel-blason-armoiries-244x300

L’émigration des Juifs de France a atteint de nouveaux records.

Explosion de l’émigration juive de France vers Israël en janvier et février.
Selon l’agence juive, 854 Français ont émigré en Israël entre janvier et février 2014, soit trois fois plus que l’an dernier pour la même période.

Quand les manifestants hurlent dans Paris « Juif la France n’est pas à toi! » et que l’extrême gauche défile avec des croix gammées au milieu d’une étoile de David, les Juifs entendent le message.

Hervé Roubaix pour « Dreuz.info« .

§§§§§§§§§§

J’ai oublié de vous dire que j’ai quitté la France.

C’était la veille de l’élection de François Hollande, le 7 mai 2012, qui sera élu à 51,6%.
Le pays de mon enfance où je suis né ne me manque guère.
Là où je réside maintenant, la qualité de vie y est bien meilleure.
Cette décision de partir n’était pas chose facile, à cause de la langue, des différences culturelles, de la mentalité…
Mais il fallait changer d’horizon.

Ironie de l’histoire, mon père était rapatrié et me voilà expatrié, à plus de 3000 kms, comme des milliers de Français qui ont choisi l’exil pour diverses raisons :
fiscalité de plus en plus lourde, insécurité galopante, désinformation des médias et privations de liberté.

Pour pouvoir respirer et ne plus être agressé par l’atmosphère nauséabonde et opprimante, j’ai mis les voiles, ou plutôt j’ai déployé mes ailes, celles de la liberté, vers une contrée plus ensoleillée et où les gens sont plus positifs, et beaucoup moins assistés.

Un pays qui considère les chefs d’entreprise comme des pestiférés n’est pas loin d’une dictature stalinienne. Celui qui prend des risques, travaille 12 heures par jour et ne connait pas les « RTT » est stigmatisé, pris pour un voleur pendant que d’autres profitent des générosités du système social.

La France fonce droit dans le mur.
Elle attire chaque année plus de 200 000 immigrés ne sachant pour la plupart ni lire, ni écrire la langue du pays qui les accueille.

Un pays où l’effort, le mérite et la création de richesse sont devenus des délits, des vices, voire une maladie mentale, ne peut qu’aller vers le déclin.

Dans l’application de sa fiscalité et de sa dépense publique, la France ressemble à un pays communiste. Selon un récent rapport de la banque mondiale, La France occupe la 169ème position mondiale (sur 185 pays) pour la lourdeur de ses impôts. Un racket étatisé devenu un enfer fiscal pour des millions de Français qui travaillent dur.

La France excelle par son inculture économique.
Je trouve cela assez surprenant de la part d’un pays qui a inventé le cinéma, la photographie, le concorde et le TGV et à qui l’on doit quelques célèbres économistes.

Jamais « Google », « Apple », « Waze » ou « What’s up » n’auraient pu voir le jour en France à cause de cette profonde inculture et de sa frilosité vis-à-vis de la mondialisation.

La France a loupé la révolution numérique.
Elle est à la traîne des nouvelles technologies.
Avec son collectivisme, elle pratique le totalitarisme étatique, la négation même de l’individu, de ses droits les plus naturels et inaliénables.

J’ai oublié de vous dire que j’ai quitté la France, j’ai fait mes valises.

J’ai liquidé mon patrimoine et emmené avec moi ma femme et mes deux enfants vers d’autres cieux plus bleus.

Le pays des droits de l’homme où celui qui agit en légitime défense est incarcéré, pendant que son agresseur est remis en liberté, m’inspire dégoût et révolte.

La France nation noble et généreuse.
Année après année, l’invasion de la France par les mosquées s’aggrave.
Cette invasion a lieu grâce à la complicité active des élus de gauche comme de droite, qui violent la loi de 1905 pour favoriser et financer leur construction.
La France compte plus de 2.500 mosquées et lieux de prières, pour une population musulmane estimée à 10 millions de personnes, la plus importante d’Europe.

Lors des manifestations contre le mariage pour tous en mars 2013, les forces de l’ordre ont fait preuve d’une brutalité terrible.
Ils ont gazé à bout portant des enfants, alors que ces mêmes forces sont incapables de faire régner l’ordre dans les territoires perdus de la République.

La France qui ferme les yeux sur des associations pro-palestiniennes dites de charité, comme le « CBSP » pourtant classée terroriste aux Etats-unis, au Canada, en Australie et en Israël pour ses implications dans le financement du terrorisme.

La France de « France 2″, chaine du service public, engagée pour la cause palestinienne, prenant une part active dans la propagande anti israélienne dont s’inspirent des tueurs de juifs comme les « Fofana », les « Mohamed Merah » et la pourriture antisémite: « Dieudonné Mbala Mbala », « Alain Soral », « Joe le Corbeau », etc.

La France, via ses collectivités, envoie chaque année la coquette somme de 10M€ par an aux arabes palestiniens pendant que des millions de Français vivent en dessous du seuil de pauvreté, pendant que des entreprises françaises déposent le bilan et licencient.

Juin 2013, Le Musée du Jeu de Paume consacre une exposition photo à la mémoire de terroristes palestiniens.
Ce même musée qui avec le Louvre avait servi d’entrepôt des œuvres d’art volées à des juifs par les nazis.

Des mairies, Bagnolet, Bezons, Champigny sur Marne, Ivry sur Seine, Grigny, et bien d’autres villes rouges, nomment citoyens d’honneur des terroristes palestiniens.

Le bourreau devient la victime, les valeurs sont inversées.
Dénoncez-le, ils vous trainent ne justice : ce pays est gravement malade.

J’ai quitté la France je suis libre de le dire.

Lorsqu’une personne se fait tabasser dans le RER par la racaille, personne ne bouge.
Ils se mettent à plusieurs contre un seul.
Ca me met en rage.

J’ai oublié de vous dire que j’ai quitté la France pour des motifs qui n’ont rien à voir avec ma carrière, ma volonté de m’enrichir, d’obtenir de meilleures conditions de vie, ou par goût de l’aventure. J’ai quitté la France pour des raisons liées à l’insécurité, surtout celle de mes enfants.

Le niveau scolaire baisse depuis dix ans et va encore baisser.
Dans les couloirs du ministère de l’Éducation nationale, les technocrates ne parlent que de cette dégringolade annoncée.

La France est un pays muselé par le lobby des média islamo-gauchistes.

Essayer d’agir contre la racaille qui pourrit votre vie, les associations antiracistes porteront plainte – contre vous.
Vous serez poursuivis en justice pour racisme, islamophobie ou diffamation.
Je sais de quoi je parle : j’en ai fait l’expérience.

Ce pays est plombé pour les trente prochaines années.

Le discours dominant est de prendre les bourreaux pour des victimes et les victimes pour des bourreaux.

La culture de la complaisance et de l’excuse permet à la racaille de récidiver.
Le citoyen français a juste le droit qu’on lui crache au visage, à être insulté, se faire rouer de coups.

Je ne suis pas adepte du politiquement correct, ou de cette autocensure considérée comme une qualité morale par certains.

J’ai oublié de vous dire que j’ai quitté la France pour un pays porteur d’avenir, où celui qui travaille dur s’attire le respect.
Une considération de l’être humain chère à mes yeux.

L’UMP et le PS ont fait de mon pays de naissance un pays d’assistés, de parasites qui ont pillé les richesses du pays pendant que d’autres suent au travail et sont asphyxiés par les cotisations sociales.

Vous allez penser que je fais partie de l’anti-France.
A jouer les renégats, les déserteurs, les brebis galeuses ou les frustrés qui n’ont en tête que la volonté perverse de noircir ce pays où coulent le vin et le fromage, aux belles et verdoyantes régions, aux milles musées et châteaux majestueux.

Le pays où je réside a trois de ses universites classées au top 100 du rapport annuel « ARWU«  (classement académique mondial des universités) : l’université hébraïque de Jérusalem, l’institut Weizmann de Science et Technion, l’institut israélien de technologie.

Oui, je parle d’Israël, la « startup nation », source d’inspiration qui consacre 4% de son PIB à la recherche et au développement.

Seulement 1/3 des citoyens des pays membres de l’ »OCDE » ont reçu un enseignement supérieur.
Presque 50% des Israéliens ont le niveau de formation supérieur.
L’innovation ne se décrète pas, elle se vit par la force de l’engagement à tous les niveaux.

Quand je prends le bus ou le train, il n’y a pas de racaille en vue.
Mon voyage est toujours agréable.
Lorsqu’une personne se fait agresser, tout le monde intervient, c’est la solidarité.
L’agresseur est traduit en justice sur le champ.
Une jeune fille de 17 ans peut sortir le soir, seule, sans se faire traiter de salope ni se faire arracher son portable.

Les femmes et les hommes en uniforme sont respectés, les assistés ne sont pas des « VIP ».

Les derniers événements qui ont marqué la France, je les suis sur internet.
Parfois je les trouve comiques.
La France est la risée du monde, qui n’en croit pas ses yeux de la voir se laisser coloniser par ses anciens colonisés, de voir le gouvernement encourager sur son sol sa substitution ethnique.

Aujourd’hui, mon destin et mon avenir se font en Israël, et malgré mon âge, je suis retourné à l’école pour apprendre la langue.

Dans ma classe, il y avait plus de 20 nationalités.
Dans quelques années, quand je serai à la retraite, j’aurais cette joie de voir grandir mes enfants et petits-enfants dans un pays où ils sont protégés, sur la terre de leurs ancêtres.

Aucun pays n’est parfait.
Celui qui perd ses valeurs est voué à sa perte.

Shalom d’Israël

Jean Vercors pour « Dreuz.info« .

 

http://www.dreuz.info/  du 31/03/2014

 

Vous n’avez pas oublié,  vous avez pris le temps de voir si vous ne vous étiez pas trompé de  décision.
Je suis néanmoins toujours LIBRE de penser :  » un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ! « .
La main de Dieu a voulu que mes parents soient Français, que je naisse en France, que je sois donc Française, que j’ai appris à aimer ma Patrie, ce n’est pas quand elle se trouve dans la tourmente que je vais l’abandonner !

Les Français de souche, mais non israëlites,  ne cessent de répéter tout ce que vous venez d’invoquer pour votre départ, cela ne les ferait pas courir vers Israël, ils savent que leur place est en France.

Normal 1er Semble Ne Pas Avoir Compris.

dent or

François Hollande va changer son gouvernement.

Mais il ne peut amender sérieusement sa politique économique.
Une claque, une gifle… ces mots, revenus « ad nauseam » dans les commentaires journalistiques sur les municipales décrivent évidemment une réalité, celle d’une sanction subie par le Parti socialiste, plus que confirmée ce dimanche 30 mars lors du deuxième tour.
De nombreux sympathisants socialistes n’ont pas voulu trouver le chemin de leur bureau de vote, contribuant largement à l’abstention record.
Les messages lancés par l’exécutif dans l’entre deux tours – nous avons entendu le mécontentement, il y aura un geste fiscal en faveur des ménages- n’ont pas convaincu outre mesure cet électorat de gauche déçu par François Hollande.
Pour la simple raison que cette « annonce » était à côté de la plaque.
Tout comme pourrait l’être le changement du gouvernement.

La déception du « peuple de gauche », notamment des quelque 5 millions de fonctionnaires dont la majorité penche en faveur du PS, vient plutôt d’une  politique qui est loin de le favoriser.
Une politique qui n’a pas quasiment pas changé, d’un gouvernement à l’autre.
Alors que François Hollande avait fait toute sa campagne sur le thème du changement -c’est maintenant.

Rigueur salariale et suppression de postes dans de nombreux ministères

Une politique faite de rigueur salariale – le point d’indice qui détermine les traitements des agents publics est resté gelé depuis 2010- et de suppressions de postes dans la plupart des ministères.
Certes, c’en est fini du un sur deux -un fonctionnaire d’Etat sur deux partant en retraite n’était pas remplacé, sous Sarkozy, le nombre global de fonctionnaires étant désormais stabilisé-, mais hors éducation nationale, rien ne change : les suppressions de postes perdurent.
Il en va de même dans les hôpitaux, et aussi, c’est nouveau, dans les collectivités locales, soumises à une rigueur jamais vue.

François Hollande n’avait certes pas promis de massives embauches dans la fonction publique. Mais, en annonçant l’abandon de la « Révision générale des politiques publiques », mise en place par Nicolas Sarkozy, et vilipendée par les syndicats de fonctionnaires, il avait fait naître un véritable espoir de changement.
Or, c’est tout le contraire qui se produit : les politiques menées sous Sarkozy sont dans beaucoup d’endroit confirmées, voire amplifiées.

La déception du peuple de gauche

La déception est donc immense, au sein de cette base du « peuple de gauche ».
Et ce n’est pas la confirmation du pacte de stabilité et ses 50 milliards d’euros d’économies dans la dépense publique qui vont renverser la tendance.

Adoucir le rythme de ces économies, une solution ?
Cela ne risque de ne pas être à la hauteur.
D’autant que ce sera difficile à négocier à Bruxelles : le gouvernement devra bientôt présenter à la commission européenne son programme de redressement des finances publiques pour les trois années à venir.

De fait, François Hollande est coincé entre, d’une part,  l’Europe, qui lui dicte largement sa politique économique -de la baisse des déficits publics à la hausse de la TVA pour financer des baisses de charges-  à travers des traités on ne peut plus contraignants et la pression bruxello-allemande, et, d’autre part,  un électorat qui ne veut plus de cette rigueur, et qui avait voulu croire en la renégociation de ces traités promise par François Hollande.

« On ne change pas continuellement de politique » a affirmé ce dimanche soir le ministre du Travail, « Michel Sapin ». De fait, par delà le remaniement, même important, le changement, ce n’est toujours pas pour maintenant.
Le pacte de responsabilité sera soumis aux députés en avril, comme prévu.
Il s’agira de convaincre une partie de la majorité, qui risque de se montrer de plus en plus récalcitrante.

Yvan Best

 

http://www.latribune.fr/  du 31/03/2014

Qu’il soit de gauche ou non, le peuple de notre France profonde est vraiment bien long à se réveiller de la léthargie dans laquelle il a été progressivement plongé depuis des décennies !
C’est un travail de longue haleine, minutieux, pervers, utilisant tous les moyens… et qui continuera de plus belle, nous ne faisons que tourner en rond.
Le mal serait-il si grave que les Français, s’ils n’ont pas de pétrole, n’aient plus d’idées aujourd’hui pour se défaire de ces véritables marionnettes qui sont incapables de les représenter depuis…vraiment trop… trop… trop longtemps ?
Voter pour faire comprendre qu’on est mécontent de Hollande et entendre le verbiage de Woerth…, on revient sur nos pas et les magouilles vont continuer !

 

france-faillite-565x250

 

C’est Même Une Entreprise D’ Etat.

muslim-e1377889337143

La France est-elle
une couveuse à barbares ?

Sept cents « Français » ou résidents dans notre pays participeraient à la guerre contre le gouvernement syrien.
Ils seraient avec près de 2 000 Européens enrôlés dans les groupes islamistes plus ou moins liés à « Al Qaïda ».
Près de la frontière turque, une de ces bandes composée de Français et de Belges francophones, et désignée par les habitants terrorisés comme   « la brigade française »  aurait mené une répression barbare contre les opposants, y compris les rebelles de l’Armée Syrienne Libre : exécutions publiques, tortures, profanation des cadavres.
L’association du nom de notre pays à ces actes éveille d’abord la honte, mais doit surtout susciter la réflexion dans deux directions.

La première est celle des causes.
Comment des jeunes ayant vécu dans notre pays, éduqués au sein de son système scolaire, peuvent-ils se comporter de la sorte  ?
L’irresponsabilité criminelle de nos gouvernements y a une lourde part.
La plus immédiate réside dans l’aventurisme qui a fait participer notre pays à la déstabilisation et à la diabolisation du régime baasiste syrien : un sésame pour les « djihadistes » en herbe. L’enthousiasme pour le prétendu Printemps Arabe s’est éteint avec l’anarchie libyenne et le coup d’Etat égyptien.
On peut s’étonner de la légèreté des gouvernants et de la faiblesse des informations données par les services de renseignement et l’une des diplomaties les plus nombreuses au monde.
Ils n’ont pas prévu les « printemps ».
On se souvient des vacances tunisiennes de « MAM » et du séjour égyptien de Fillon.

Ils ont encore moins prévu les conséquences :
La violente explosion tribale en Libye qui a retenti sur l’ensemble du Sahel et le bras de fer entre l’Armée et les « Frères Musulmans » en Egypte.
La capacité de résistance et le poids des alliés de « Assad » n’ont pas non plus été anticipés.
Alors pourquoi ?
Pour servir nos intérêts auprès des pays arabes riches ?
Les retombées de notre soutien décisif à la « révolution libyenne » seraient nulles.
Notre convergence avec le Qatar, de plus en plus présent en France, et l’Arabie Saoudite sur le dossier syrien devient chaque jour moins honorable.
Comment peut-on sans cesse s’ériger en pays des Droits de l’Homme, les évoquer, bien modestement, d’ailleurs devant les Chinois dont la puissance mérite toutes les courbettes, et soutenir l’action offensive de pays qui ne les respectent nullement et financent l’islamisme dans le monde.
Ces deux pays ont d’ailleurs les moyens d’être rivaux.
L’Arabie Saoudite est le banquier bienveillant de la dictature militaire égyptienne tandis que le Qatar est la base de repli des « Frères Musulmans ».
Que va-t-on faire dans cette galère ?
Molière a une fois de plus le mot juste !
S’agit-il de protéger Israël en affaiblissant tous ses voisins arabes par la guerre civile ?
Les malheurs de ces derniers sont sans proportion avec un résultat qui peut être obtenu autrement.
La réussite d’Israël sur le plan économique, sa puissance militaire, et le soutien indéfectible de ses alliés permettent d’envisager plus facilement une paix définitive avec des régimes nationalistes qu’avec des Etats islamistes.
« Sadate » en avait donné l’exemple.
Participe-t-on, comme l’une des pièces, « le fou sans doute », au grand jeu d’échecs planétaire auquel se livrent les Etats-Unis ?
En Syrie comme en Ukraine, la cible est la Russie.
En quoi est-elle l’adversaire de la France ?
Qui peut croire sérieusement que Poutine songe à envahir la Pologne ou les Etats Baltes ?
Il a réussi son coup en Crimée et il s’y arrêtera.
Il n’y a aucune raison particulière de stigmatiser plus Moscou que Ryad ou Pékin.

« Le suicide culturel n’est pourtant pas la meilleure réponse à la stagnation démographique et économique, mais c’est celle des technocrates et des politiciens dont il est vital de se débarrasser ! »

Mais l’engagement de « Français » dans ce triste combat vient aussi de l’abandon de notre politique d’assimilation des immigrés.
Parce que notre démographie et notre économie réclamaient de l’immigration selon les penseurs de salon qui inspirent nos dirigeants, on a ouvert les portes et, avec elles, la boîte de Pandore.
Regroupement familial, distribution gratuite et indolore de la nationalité, constitution de « banlieues » majoritairement peuplées d’immigrés non-européens, discrimination positive, accommodements raisonnables, soutien à la multiplication des lieux de culte financés par l’étranger et incontrôlables, discours de repentance, et censure du patriotisme : la liste est longue des erreurs dénoncées par la courageuse « Malika Sorel ».
Ajoutez-y les paraboles, la facilité des voyages, les multi-nationalités, le laxisme judiciaire notamment à l’égard des mineurs,  l’absence de service militaire et vous avez des barbares de l’intérieur à qui on a appris à détester notre pays et sa culture et qui trouvent plus de plaisir à fantasmer leur prétendue appartenance religieuse qu’à exercer un rôle social positif mais modeste.
Certes le chômage n’arrange rien, mais ce n’est pas un contrat d’avenir qui pourra rivaliser chez un jeune  vidé de tout élan par une éducation insipide avec la fièvre que fait naître un prêche enflammé ou les images venues d’ailleurs, comme un film ou un jeu video dans lesquels il peut, là, s’insérer.
C’est aussi vrai pour l’immigré que pour le converti.
Ce phénomène est le symptôme d’un pays qui ne parvient plus à transmettre des valeurs si tant est qu’il en ait encore.
Le malade belge, ce « paradis » du progrès sociétal, est encore plus touché que nous.
Lorsqu’on fait le vide moral, il ne faut pas s’étonner que n’importe quoi vienne le remplir.

Cette « politique », tellement absurde qu’elle n’en mérite pas le nom, privilégie des intérêts économiques pour les uns, électoraux pour les autres, à court terme.
Les seconds sont déjà déçus.
Les autres le seront aussi lorsque la destruction du tissu social coûtera plus cher que l’illusoire bonus démographique.
Dans l’immédiat, vont revenir en France des fanatiques qui voudront faire payer à notre pays la défaite de leur « prétendue » guerre sainte en Syrie.
Ils auront appris à utiliser les armes et en rapporteront peut-être.
Notre réflexion doit donc aussi porter sur l’avenir plein de risques que les dirigeants irresponsables qui sont à la tête de notre pays depuis si longtemps  ont construit pour ses habitants.
Le regroupement familial date de 1976 sous la présidence de Giscard d’Estaing, Chirac étant Premier ministre.

Il est imposé par Bruxelles depuis 2003.

La gauche au pouvoir facilite de toutes les manières l’immigration.
Le suicide culturel n’est pourtant pas la meilleure réponse à la stagnation démographique et économique, mais c’est celle des technocrates et des politiciens dont il est vital de se débarrasser !

Christian Vanneste

http://www.ndf.fr/  du 29/03/2014

Et Pour Nos Amis A Quatre Pattes ?

Fotolia_veterinaire_piqueur

Nos chats et nos chiens
sont aussi vaccinés.

Les vaccins pour les animaux de compagnie ont récemment été sous le feu de vives critiques étant donné que leurs dangers sont de plus en plus reconnus.
Il faudrait être complètement isolé du monde pour ne pas avoir pris conscience des attaques dont les vaccins ont été la cible par rapport à leur sécurité.
Il suffit de dire que, comme tout autre produit pharmaceutique, il existe des risques et des avantages aux vaccins.
Les risques vont d’une légère inflammation en passant par les allergies, l’hypothyroïdisme et même jusqu’au choc anaphylactique.

Qui notifie les effets des vaccins chez les chiens et les chats ?

Supposons que vous ameniez votre chien ou votre chat chez le vétérinaire pour le faire vacciner et qu’il fasse une réaction au vaccin.
Il faudrait vraiment que la réaction soit particulièrement grave et brutale pour que la plupart des vétérinaires la considèrent comme une réaction au vaccin.
Bien que les réactions aux vaccins puissent prendre des semaines, des mois, voire des années à se développer, (il suffit de penser aux allergies, aux problèmes articulaires, à l’insuffisance rénale ou à l’hypothyroïdie), dans la majorité des cas, les vétérinaires ne pensent à des réactions aux vaccins que si l’animal souffre des symptômes classiques comme la diarrhée soudaine, la léthargie ou des douleurs qui se manifestent dans les quelques heures qui suivent la vaccination.

On pourrait penser que les vétérinaires sont les mieux placés pour déceler les réactions aux vaccins et qu’ils s’empressent de les rapporter à la « FDA » (« Food & Drug Administration »).
On sait cependant que, chez les humains, moins de 1% des effets indésirables des vaccins sont rapportés à la « FDA ».
Moins de 1% ! Il est à parier que les chiffres sont encore plus faibles pour les vaccins vétérinaires.
Mais, à la différence des réactions humaines aux vaccins, les réactions des animaux aux vaccins ne sont généralement pas rapportées à la « FDA ».

Alors qui garde la trace de ces réactions aux vaccins ? 

C’est le « CVB » (Centre des produits biologiques vétérinaires), une division de l’ »USDA » (« United States Department of Agriculture ») qui est responsable de l’approbation et de l’étiquetage des vaccins vétérinaires et du suivi des effets indésirables.

Voici une petite histoire à propos du bon travail effectué par le « CVB » pour assurer la surveillance quant à la sécurité des vaccins.
En septembre 2013, le vétérinaire « Ron Hines » a reçu deux lettres de propriétaires de chiens qui étaient morts après avoir reçu le vaccin contre la leptospirose.
Il a appelé le service vétérinaire du « CVB » qui lui a fait comprendre que les effets indésirables ne seraient pas discutés avec lui, qu’il s’agissait d’une compétence (propriété) des fabricants de vaccins.
Comment ?
Nous ne serions pas autorisés à voir les rapports d’événements indésirables ?
Pas étonnant dès lors que le public pense que les effets secondaires des vaccins soient chose rare. [...]
Il nous faut nous souvenir de tous ces chiens qui sont morts après avoir été empoisonnés par la mélamine il y a quelques années.
Maintenant, imaginez que pareille chose se produise sans qu’il y ait possibilité de déclaration à la « FDA », et sans que les propriétaires d’animaux puissent trouver les rapports relatifs à ces aliments qui ont empoisonné leurs animaux !
C’est effectivement ce qui se passe maintenant avec les vaccins.
Nous ne savons où aller pour nous informer sur leur sécurité.

Donc, comme le Docteur « Hines » n’a pas pu avoir accès aux rapports d’effets secondaires des vaccins contre la leptospirose, il a demandé au « CVB » de pouvoir prendre connaissance des études de sécurité qui avaient été effectuées pour ce vaccin.
A nouveau, le « CVB » a refusé de donner cette information.
« Vous pouvez à tout moment voir sur internet les rapports de réactions aux vaccins que vous prenez », dit « Hines ».
« Mais vous n’êtes pas autorisé à voir la même information quand il s’agit de votre animal de compagnie. » 

Le Docteur « Hines » a finalement déposé une requête d’information, et bien que le « CVB » lui ait signalé que la chose n’était pas possible, il est finalement parvenu, en décembre 2013, à consulter les rapports d’effets secondaires des vaccins contre la leptospirose.
Mais il a dû constater qu’aucun des chiens qui étaient morts ne figurait dans ces rapports. 
Comment pareille chose est-elle possible ?
Eh bien, il semble que 90% des effets indésirables ne sont pas signalés au « CVB » et qu’ils sont directement envoyés aux fabricants de vaccins.
C’est là que cela devient étrange
Qu’est-ce qui se passe quand une réaction négative au vaccin est rapportée au fabricant (chose qui se passe dans 90% des cas) ?
Ce fabricant est alors tenu de transmettre les rapports au « CVB », non ?
Faux !
Le « CVB » ne reçoit les rapports d’effets défavorables que s’il en fait la demande.
Le Docteur Hines a finalement appris que cela arrivait rarement.
Ainsi, les rapports de ces deux chiens, (et on peut parier ceux de milliers d’autres qui seraient morts après la vaccination) n’ont pas été suivis ni vus par qui que ce soit, à l’exception des fabricants de vaccins.

Récapitulons…

Seulement 1% des effets indésirables sont « susceptibles » d’être signalés.
De ce nombre, 90% sont directement signalés au fabricant du vaccin, mais pas au « CVB ».
Quand les fabricants de vaccins reçoivent ces rapports, ils ne sont pas obligés de les transmettre au « CVB » et le « CVB » ne les demande pas systématiquement.
Le nombre infime de rapports qui parviennent au « CVB » ne sont accessibles ni aux vétérinaires ni au grand public.
Il n’existe aucun moyen pour les vétérinaires et propriétaires d’animaux de savoir combien d’effets secondaires sont causés par les vaccins.

A quel genre de système foireux avons-nous affaire ?

Que pouvons-nous faire pour changer la situation ?

Si vous soupçonnez que votre chien ou votre chat a souffert de l’effet secondaire d’un vaccin, assurez-vous que votre vétérinaire fera parvenir son rapport au « CVB ».
Assurez-vous qu’il soit parfaitement complété, faute de quoi, il ne pourrait jamais parvenir au « CVB ».
Notez également que vous ne pouvez établir de rapport sans préalablement contacter le fabricant de vaccins.
Ne vous arrêtez pas là. -
Le « CVB » doit être contacté directement.

Finalement une bonne nouvelle et une demande du Docteur « Hines » :

« Le 8 janvier 2014, j’ai reçu un e-mail du « CVB » m’informant qu’ils envisagent de modifier leur politique et de faire en sorte que les fabricants de vaccins leur rapportent toutes les réactions indésirables.
La chose ne va guère réjouir les compagnies pharmaceutiques car ils possèdent leurs lobbyistes, alors qu’il n’existe pas de lobbying à Washington pour vous et votre animal de compagnie.
Vous devez faire savoir au « CVB » et à vos députés que vous soutenez sa décision.
Veuillez ajouter que l’information doit être postée sur le site du « CVB » d’une manière compréhensible et facile à lire pour les propriétaires d’animaux de compagnie comme vous – tout comme la « FDA » poste, sur son site, des rapports d’effets secondaires des vaccins que vous recevez vous et votre famille pour pouvoir prendre de sages décisions.»

S’il vous plaît, faites savoir au « CVB » que vous exigez mieux encore de leur part.
La lutte sera longue et difficile, mais cette bataille en vaut la peine.

Très important :
Souvenez-vous qu’à l’instar des pédiatres dont le tiers des revenus annuels découlent directement de l’acte vaccinal (sans compter l’effet « boomerang » du business avec les consultations pour effets secondaires de vaccins), les vétérinaires font un énorme business avec les vaccinations des chats et des chiens, et ce d’autant plus qu’elles sont annuelles – ce qui ne repose sur AUCUNE base scientifique mais uniquement sur une affaire commerciale !
Donc il est très clair qu’on va retrouver sur le bienfondé des vaccins pour animaux les mêmes barrières universitaires, les mêmes dogmes qu’avec la vaccination humaine, quoi qu’il semble que les effets graves, dont les cancers directement dus aux vaccins soient un fait connu et accepté des vétérinaires (alors que l’ »establishment » officiel nie que les vaccins humains aient le moindre lien avec le cancer…)

Si vous aimez votre animal de compagnie, ayez la bonne idée de demander à votre vétérinaire de vous montrer la moindre preuve SCIENTIFIQUE (donc une étude publiée dans une revue vétérinaire MAIS qui soit non financée par les fabricants de vaccins) justifiant le bienfondé/ le caractère vital de répéter absolument chaque année les vaccins chez votre chat ou votre chien.
Etant donné que non seulement cela vous coûte de l’argent mais qu’en plus, cela coûte en santé à votre animal, ayez au moins le courage d’exiger ces preuves sonnantes et trébuchantes qu’au moins ça se traduit par une protection accrue réellement substantielle !

Traduit par « Initiative Citoyenne »

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 30/03/2014

Cet article a été divulgué aux Etats-Unis mais il doit se passer la même chose dans notre Europe.

Que Contiennent Donc Les Vaccins ?

Autism

De plus en plus d’enfants autistes aux États-Unis

Avec vingt-six vaccins obligatoires avant l’âge de un an, ils espéraient quoi ?
Il y a deux ans, la proportion d’enfants souffrant de « troubles du spectre autistique » (« TSA ») était de 1 sur 88, rappelle dans leur rapport les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (« CDC »).
Leur dernière estimation publiée jeudi fait état d’un enfant atteint sur 68, soit un taux de 14,7 pour mille chez les enfants de huit ans.
Les « CDC » n’ont pas été en mesure d’expliquer cette forte augmentation, mais ont précisé qu’ils avaient recouru à la même méthode statistique.
La répartition géographique du nombre d’enfants autistes est irrégulière allant d’un enfant sur 175 en Alabama, dans le sud des États-Unis, à 1 sur 45 dans le New Jersey, dans le nord-est.

Ces chiffres continuent à montrer que l’autisme est près de cinq fois plus fréquent chez les garçons que chez les filles avec 1 garçon sur 42 contre 1 fille sur 189.
Il y a également plus d’enfants Blancs que de Noirs ou d’Hispaniques atteints d’autisme, indique les CDC.
Les capacités intellectuelles sont très variables parmi ces enfants allant d’un handicap lourd à une intelligence moyenne et au-delà.
L’étude montre que la proportion d’enfants autistes avec un quotient intellectuel plus élevé augmente.

Besoin urgent de solutions

Ainsi près de la moitié des jeunes autistes ont un quotient intellectuel moyen (85) ou au-dessus. Ils n’étaient que 30% il y a 10 ans.
Le rapport révèle aussi que la plupart des enfants autistes sont diagnostiqués après l’âge de quatre ans, malgré le fait que ce syndrome peut être détecté dès deux ans.
«Nous devons faire davantage pour diagnostiquer les enfants plus tôt», a souligné le Docteur « Coleen Boyle », directrice du centre national des défauts de naissance et des handicaps du développement des « CDC ».
«Une détection précoce de l’autisme est l’outil le plus efficace dont nous disposons actuellement pour faire une différence dans la vie de ces enfants», a-t-elle insisté.

L’académie américaine de pédiatrie (« American Academy of Pediatrics ») a quant à elle souligné dans un communiqué distinct «le besoin urgent» de développer des stratégies de dépistage plus efficaces.
«Il est essentiel qu’en tant que société nous ne restions pas insensibles à ces statistiques», écrit « Susan Hyman », présidente du sous-comité sur l’autisme de l’Académie.
«Ces chiffres nous rappellent les efforts que nous devons faire pour éduquer les médecins et les parents afin de mettre en œuvre des interventions efficaces pour tous les enfants», ajoute-t-elle.

http://www.lessentiel.lu/  du 26/03/2014

 

Il faut dire que les vaccins élaborés à l’heure actuelle doivent être bien différents de ceux administrés vers les années 1950.
Que mettent maintenant les laboratoires pharmaceutiques dans ces vaccins ?
J’avoue ne pas savoir mais avoir de grands doutes après avoir vécu la période pendant laquelle on déconseillait de faire vacciner les enfants.
Les miens ont tous reçu leurs vaccins, à l’ancienne, aucun n’est autiste.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Il vaut Mieux Prévenir Que Guérir…

nuclear-blast

Etat d’alerte en cas d’un éventuel attentat nucléaire.

Les États-Unis sont en état d’alerte et ont déployé des moyens militaires pour défendre le littoral atlantique de New York à Charleston contre une attaque par un missile de croisière ou par un aéronef volant à basse altitude .
Ces mesures de sécurité accrues ont commencé avec l’augmentation des menaces d’Israël envers l’Iran , mais se sont accentuées depuis la disparition mystérieuse du vol 370 de la Malaisie Airlines.

Des sources au plus haut niveau de la hiérarchie militaire et de la communauté du renseignement américain citent la possibilité d’un attentat terroriste pouvant même voir l’emploi d’armes nucléaires susceptibles d’être lancées à partir d’un sous-marin.

Cependant, le plan dont nous avons été informés incluerait le détournement d’un avion de ligne qui serait attribué à des Iraniens ainsi que l’a déclaré « Joel Rosenberg » lors d’un entretien avec « Greta van Susteren » sur « Fox News » le 18 Mars .
Selon lui,  les Iraniens détourneraient l’avion afin d’attaquer Israël .

Les États-Unis  cependant, pensent que quelqu’un d’autre que l’Iran envisage une attaque contre les Etats-Unis et non Israël, dans l’intention de blâmer l’Iran .

Hier , le journaliste d’investigation « Chris Bollyn » a fait une découverte surprenante :
 » Selon les rapports d’observateurs d’avions , Israël possède un boeing identiques à celui de la Malaysia Airlines
Ce Boeing 777-200 est stationné à Tel-Aviv depuis Novembre 2013.
La seule différence visible entre l’ avion disparu et celui de Tel-Aviv serait son numéro de série .
Qu’est-ce que les Israéliens ont prévu avec cet double, jumeau de l’avion de la Malaysia Airlines ?

En utilisant le bimoteur qu’ils ont en stock, les cerveaux terroristes peuvent avoir programmé un plan sinistre faisant réapparaitre l’avion disparu dans le cadre d’un atroce attentat sous faux drapeau .
Le fait de sensibiliser le public à l’existence de l’avion jumeau de Tel Aviv pourrait par conséquent empêcher ce plan diabolique d’aboutir « .

Après la publication de l’article détaillé et argumenté de « Bollyn » , Tel-Aviv  a lancé une contre-offensive médiatique à grande échelle.
Néanmoins, des sources américaines affirment que cette opération s’est retournée contre les israéliens , cela signifie que si leur rôle dans l’affaire de l’avion disparu n’avait jamais été évoqué auparavant , désormais c’est certainement le cas.
Une source haut-placée a déclaré :
«À la lumière des efforts israéliens pour obtenir la libération de « Jonathan Pollard » y compris le chantage manifeste , la détérioration des relations entre Israël et l’administration Obama créé une situation très dangereuse .
Israël pourrait bien faire n’importe quoi
  » .

La mise en garde d’Obama pendant le sommet sur le nucléaire

Le 25 Mars 2014, le président Obama a assisté au sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye aux Pays-Bas .
53 chefs d’état étaient présents.
Le Premier ministre « Netanyahu » d’Israël n’y a pas assisté .
C’est la 3e Sommet sur la sécurité nucléaire qu’Israël a boycotté à ce jour.
Lors de la conférence de presse de clôture , le Premier ministre néerlandais « Mark Rutte » avait juste fini de féliciter l’Iran sur sa coopération, louant les États-Unis pour leur succès diplomatique .

« Rutte » a fait l’annonce suivante en se tenant debout à côté du président Obama :
 » … Des progrès sont réalisés .
Prenez l’Iran .
J’ai parlé avec le président « Rouhani » à Davos lors du Forum économique mondial en Janvier .
Nous avons maintenant des accords intérimaires .
Le fait que j’ai pu m’entretenir avec 
le président « Rouhani » ,  je suis le premier dirigeant néerlandais depuis plus de 30 ou 40 ans à avoir pu discuter avec un dirigeant iranien, n’a été possible qu’en raison des accords intérimaires , et il semble qu’ils tiennent le coup.
L’Amérique maintient son leadership aussi là-bas. « 

Ensuite, le président Obama a déclaré :
«quand il s’agit de notre sécurité, je continue à être beaucoup plus préoccupé par la perspective d’une arme nucléaire explosant dans Manhattan ».
Normalement, un tel avertissement semblerait  moins inquiétant mais nous ne vivons pas des temps normaux.

Mesures spéciales

Le dispositif comprend des avions « AWAC » ( « Airborne Warning and Control »), des systemes  navals de défense antimissile « AEGIS » et des systèmes de défense de missiles de croisière « JLENS » montés sur aérostats .
Il n’est pas inhabituel pour les navires équipés de l’ »AEGIS » d’être déployés au large .
C’est une procédure standard d’utiliser les « AEGIS » pour défendre New York et Washington depuis les  » échecs de procédure  » du « NORAD » lors du 9 /11.
Toutefois, les systèmes « AEGIS » qui avaient été assignés pour alimenter l’  » Iron Dome « , le fameux système de défense anti-missile d’Israël ne sont plus déployés.

Ce changement indique un ou plusieurs ajustements de la  politique stratégique des États-Unis :
• La menace d’une attaque préventive contre Israël par l’Iran est considérée comme inexistante .
• Le retrait des systèmes de  » Iron Dome  » offre aux États-Unis le levier nécessaire au renouvellement des pourparlers avec les palestiniens.
• Les États-Unis reconnaîssent les dangereuses relations existantes entre des factions extrémistes en Israël et aux États-Unis et qui sont capables d’actions , comprenant le terrorisme nucléaire, au détriment des 2 nations.

Quelques thèses conspirationnistes à propos de la fermeture d’ambassades

En 2010 , l’historien israélien , « Martin van Creveld » , a déclaré qu’Israël était prêt à utiliser des armes nucléaires contre les capitales du monde entier , si  » l’état juif  » était menacé .
« Creveld » qui milite pour le retrait d’Israël aux frontières de 1967 est un enseignant respecté et pragmatique, il ne délivrait pas une menace .
Il peut très bien avoir tenté, à sa manière  d’informer le monde d’une telle possibilité.
Il y a quatre jours , le ministère israélien des Affaires étrangères fermait toutes ses ambassades à travers le monde sur la base d’un conflit salarial avec un syndicat .
Bien que cela puisse être vrai , d’autres  » moins confiants  » citent la vielle rumeur qui veut qu’Israël ait stocké des armes nucléaires sous toutes ses ambassades .
Les armes nucléaires dégagent entre autres choses des photons de haute énergie, les « SNM » (matériel nucléaire spécial ) sont détectables par les capteurs des satellites  même s’ils sont stockés dans un conteneur blindé .
Des sources indiquent que des  » SNM  » ont été détectés dans les ambassades et les installations consulaires israéliennes.
Il s’agit en fait d’un plan de guerre qui comprend les attaques simultanées sur les ambassades installations consulaires dans le monde entier d’une nation désignée .
Bien qu’aucune mention spécifique d’Israël n’est faite , l ‘  » option Samson  » cet infâme projet israélien de «mettre à bas le monde  » en cas de menace et les déclarations énigmatiques de « Creveld » viennent à l’esprit.
Ainsi, avec la mystérieuse fermeture des installations israéliennes dans le monde entier , les conspirationnistes pensent que ces installations peuvent contenir des armes nucléaires  » apocalyptiques « .

D’autres facteurs permettent de construire une mosaïque de menace réaliste :
-Les accusations sauvages d’Israël sur le rôle de l’Iran dans le détournement du vol 370 de Malaysia Airlines.
-Les États-Unis viennent de relever les niveaux « DEFCON » à des niveaux jamais vus depuis la crise des missiles de Cuba.
-L’augmentation des menaces israéliennes d’attaques préventives contre l’Iran.
-Les appels de certains parlementaires en vue d’une attaque nucléaire sur l’Iran par les États-Unis.
-La suppression de plus de 70 % du personnel de commandement des armes nucléaires des États-Unis pour « mauvaise conduite ».

Le silence est d’or

Assailli de toutes parts , Israël a eu la possibilité d’exercer à la fois une retenue intelligente et la diplomatie en réponse à une condamnation mondiale sans précédent.
Pourtant, son choix a été d’exercer toutes les options imaginables afin de non seulement augmenter le mépris et l’isolement, mais également de paraître aussi hostile et irresponsable qu’il soit possible de l’être.
On peut se demander si cette politique vise plus à unifier les juifs derrière les bévues de ces israéliens suicidaires que de soutenir un «Etat juif ».

Gordon Duff  pour « http://www.presstv.ir »

Traduction : http://leschroniquesderorschach.blogspot.com/

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 29/03/2014

Il Faut Lire « La Domination Policière ».

41BK+5h7GxL._

Anatomie de la
Brigade Anti-Criminalité.

La BAC est une forme de police qui se déploie en petits groupes mobiles de trois ou quatre policiers relativement autonomes car disposant de capacités judiciaires.
Agissant généralement en civil, plutôt la nuit mais pas seulement, ils patrouillent en voitures banalisées dans les quartiers étiquetés « criminogènes » pour capturer des « suspects » sur le mode de la chasse.

Malgré leur nom, les brigades anticriminalité sont avant tout chargées « de la petite et moyenne délinquance », c’est-à-dire des indisciplines et des illégalismes populaires, ce qui, dans une société structurellement inégalitaire, leur assure une mobilisation constante.
Unité d’intervention particulièrement agressive, fondée sur le harcèlement et la provocation, la BAC a été reconnue par les administrations et les gouvernements successifs comme une forme de police particulièrement efficace, rentable, performante et productive.
En couvrant vingt îlots d’une circonscription de police avec deux équipages en voiture, une BAC permettrait de remplacer soixante patrouilleurs à pieds.
A cette rentabilité s’ajoute une bonne productivité :
« Nous sommes formés pour interpeller une dizaine de personnes en quelques secondes et de préférence en pleine journée pour montrer à la population que nous ne cédons pas un pouce de territoire » explique « Christophe Prévot », patron de la BAC 93.

La BAC est une unité d’intervention qui dispose de capacités judiciaires, c’est-à-dire un commando de police capable d’intervenir de son propre chef.
Elle est ainsi reconnue comme une police dotée du « mode d’action proactif ».
L’adjectif « proactif » a été forgé à partir de notions issues de la psychologie comportementaliste pour être utilisé dans le néo-management au cours des années 1970, moment fondateur de l’ordre néolibéral et sécuritaire.
Il désigne la capacité d’un acteur économique à générer les marchés dont il va se nourrir.
Un dispositif proactif est basé sur sa capacité à créer les situations qui justifient son existence, à favoriser les conditions de sa reproduction et de son extension.
Une unité de police proactive crée les menaces qu’elle est censée réduire en suscitant, en laissant faire, en provoquant voire en fabriquant des désordres pour mieux s’en saisir.

Les BAC émergent au sein d’une conception productiviste qui vise la rentabilisation maximale des coûts du contrôle et l’optimisation de sa productivité en termes « d’affaires » saisies et remises à la justice.

Une mise à disposition (« MAD ») consiste à livrer un « suspect » justifiable à un officier de police judiciaire (OPJ).
Chaque « MAD » correspond à un bâton – un point – dans les statistiques des commissariats.
Cette logique d’organisation du travail policier, calquée sur les techniques comptables du management d’entreprise, détermine un phénomène caractéristique que les policiers appellent la « bâtonnite » – versant tactique de la « politique du chiffre » – qui consiste à fabriquer le plus de « MAD » en capturant des proies de manière industrielle.
La BAC est organisée selon cette logique.
L’un des agents explique :
<Et puis il faut appeler un chat un chat, si on respecte le code de procédure pénale, qu’on attend d’avoir un motif légal pour faire un contrôle, on ne contrôle jamais.
On fait dix affaires dans l’année.
Le parquet, tout le monde le sait.
J’en discutais avec le substitut y a pas longtemps, ils savent très très bien.
Ça c’est irremplaçable.
Mais bon, il faut savoir l’écrire et il faut jouer le jeu.
Faut pas faire n’importe quoi non plus, y a des limites à pas dépasser quand même.
Mais si on attend d’avoir un truc pour faire une affaire, on fera rien. 

La BAC est une police d’abattage, elle est conçue pour obtenir un rendement maximal de captures en optimisant les coûts de production du contrôle policier et en provoquant des affaires.
Cette forme, axée sur les principes du néolibéralisme, s’expérimente principalement dans et pour la ségrégation endocoloniale.
La BAC a été créée sur la base d’une nouvelle doctrine de sécurité publique élaborée sous l’autorité de « Raymond Marcellin », ministre de l’Intérieur dans les années d’après mai 1968.
Il s’agissait de restructurer l’appareil policier dans son ensemble (renseignement, judiciaire, et maintien de l’ordre) selon un modèle contre-insurrectionnel pour soumettre le processus révolutionnaire amorcé en 1968 : purger la population des éléments de la subversion internationale.
C’est dans ce contexte que sont conçues de nouvelles techniques de police pour une nouvelle société (néolibérale et sécuritaire), et notamment la méthode Marcellin.
« On décrit la politique de maintien de l’ordre de « Raymond Marcellin » comme un système de répression musclée qui aurait consisté à laisser se développer le désordre aux seules fins de mieux le réprimer et donc, dans beaucoup d’opérations de police, de faire intervenir les forces de l’ordre avec un retard délibéré. »

Le volontarisme et la discrétion, la tenue civile, le virilisme exacerbé, l’autonomisation et l’obsession pour la traque caractérisent déjà les brigades spéciales de nuit (« BSN ») et les brigades de surveillance de la voie publique (« BSVP ») qui, on l’a vu, voient le jour et se développent dans ces années-là.
Elles constituent une forme de police particulièrement difficile à contrôler par la hiérarchie policière.
La police de choc remet en cause le modèle de répression classique en appliquant à l’ensemble des classes populaires des techniques historiquement réservées à des corps d’exception.
Tout au long des années 1970, la question de l’abolition des brigades spécialisées revient régulièrement dans les hautes sphères de l’Etat.
Elle est même portée par certains syndicats de policiers comme la Fédération autonome des syndicats de police (« FASP ») ou le Syndicat national autonome des policiers en civil (« SNAPC ») qui critiquent en particulier l’autonomisation judiciaire des unités spécialisées.
Depuis sa fondation, la forme BAC pose un véritable problème à l’intérieur des forces de l’ordre car « l’efficacité » dont elle se revendique réside dans sa capacité à produire des désordres gérables.
L’anticriminalité ne s’est pas imposée aisément car depuis son origine, elle est porteuse d’une dynamique de restructuration générale des services assurant le contrôle social.

Mathieu Rigouste dans« La Domination Policière »

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 29/03/2014

Les Menteurs Sont Légion En France !

sourire

De faux doctorats embarassants !

La ministre de la Justice aurait laissé courir la rumeur qu’elle possédait deux doctorats, dénonce un magistrat dans un livre.
Christiane Taubira ferait partie de ceux qui mentent sur leur CV.
C’est ce qu’affirme le magistrat « Philippe Bilger«  dans son dernier ouvrage « Contre la justice laxiste », à paraître le 2 avril.
« Elle a laissé dire, et ne l’a jamais contesté dans l’espace médiatique, qu’elle avait deux doctorats, l’un en économie, l’autre en ethnologie. (…)
Pourtant, de ceux-ci, pas le moindre indice, pas le plus petit début de commencement de preuve ! » écrit-il. L’avocat en veut pour preuve que, sur le site de données « theses.fr », aucune trace de thèse soutenue par Christiane Taubira ne peut être retrouvée.
Cette accusation, révélée par « Rue89″ vendredi, a été largement reprise sur les réseaux sociaux et par plusieurs sites d’extrême droite.

Contacté par « Rue89″, le cabinet de la ministre des Sceaux affirme que la polémique n’a pas lieu d’être, puisque la ministre n’a pas de doctorat, mais « un troisième cycle en économie, des études en sociologie et ethnologie et un cursus au Centre français de la coopération agricole (« CFCA ») », précise-t-il, ajoutant que Christiane Taubira n’a jamais dit elle-même qu’elle possédait ces diplômes.
Aucun document officiel n’en fait d’ailleurs mention.
Ni sa notice biographique publiée sur le site du gouvernement où la ministre est présentée comme « professeur de sciences économiques » ni dans le trombinoscope du gouvernement transmis chaque année aux médias, note le site d’information.

La faute aux journalistes

Pour le cabinet, cette erreur est uniquement le fait de journalistes « qui travaillent un peu trop sur Wikipédia« .
Depuis son arrivée au ministère de la Justice en 2012, de nombreux médias ont relayé l’information des faux diplômes.
Mais la principale concernée ne les a jamais contredits, et c’est cela que ses détracteurs lui reprochent. « Philippe Bilger » évoque un extrait de l’émission de « France 2″ « Des paroles et des actes » diffusée en septembre 2013.
Lorsque « David Pujadas » la présente comme « titulaire d’un doctorat d’économie et d’un doctorat d’ethnologie, elle opine du chef sans apporter aucune précision », assène le magistrat.
Christiane Taubira ne corrigera pas l’erreur sur le plateau, mais son cabinet note deux phrases qu’elle a prononcées.
« Je pense que je peux revenir sur le portrait », dit-elle à « David Pujadas », sans avoir le temps de le faire, et lorsque le journaliste « Jeff Wittenberg » vante ses « notions » d’économie « parce que vous avez un doctorat d’économie », la ministre rétorque « arrêtez de m’additionner des diplômes », sans poursuivre sur sa lancée.

Reste que les accusations portées par « Philippe Bilger » font un peu désordre, à quelques jours d’un possible remaniement ministériel et alors que Christiane Taubira est déjà accusée par la droite d’avoir menti sur l’affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy.

Source : http://www.lepoint.fr.

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 29/03/2014

« L’ Etoile Jaune Et Le Croissant »…? ! ? !

etoile jaune

Les médias autorisés français ne nous disent pas tout !

Créé en 1953 pour perpétuer la mémoire de la « Shoah », l’organisme israélien « Yad Vashem » a publié une liste de 23 000 personnes —  «les Justes parmi les nations» — qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, ont sauvé des juifs de la déportation.
Parmi ces 23 000 Justes, «il n’y a pas un seul Arabe.
Pas un seul.
Pas un musulman de France, du Maghreb ou du Moyen-Orient».
Stupéfait par cette absence, et découvrant, lors d’un documentaire diffusé par France 3, que des juifs doivent leur salut à des musulmans, un jeune journaliste et écrivain, ‘Mohamed Aïssaoui’, est parti à la recherche de ces Justes et vient de publier le résultat de son enquête : « L’étoile jaune et le croissant ».

Résultat des recherches qui ont duré près de 3 ans et ont amené l’auteur à consulter les archives les plus diverses dans les lieux les plus variés —  commissariats, bibliothèques, Musée des égouts de Paris… — comme à rencontrer de nombreuses personnes susceptibles de l’éclairer, le livre de « M. Aïssaoui » est absolument passionnant.
Loin de se présenter comme un rapport administratif, il prend la forme d’une enquête à laquelle le lecteur s’associe, qu’il s’agisse d’assister à un entretien avec le recteur de la Grande Mosquée de Paris, « Dalil Boubakeur », l’humoriste « Philippe Bouvard », dont la mère, juive, fut proche du premier recteur, « Kaddour Benghabrit », ou encore de découvrir « Salim (« Simon Chemoune ») Halali », l’un des plus célèbres chanteurs des années cinquante, qui vécut pendant l’Occupation dans la Grande Mosquée de Paris.

Au total, comme le précise « Derri Berkani » dans un reportage sur La Mosquée de Paris  :
Une résistance oubliée, diffusé en 1991 par France 3, «1732 personnes sont passées par la Mosquée entre 1940 et 1944, où les conduisaient des ouvriers algériens, membres clandestins des FTP — Francs-tireurs et partisans.
La plupart de ces juifs étaient des enfants, qui s’abritaient pour une ou deux journées dans les sous-sols et les combles.
Leur nombre correspondrait à celui des tickets de rationnement distribués».
Chiffre incomplet, car beaucoup d’autres ont été sauvés :
La Mosquée délivrait de faux certificats d’identité, qui mentionnaient la confession musulmane de l’intéressé, de faux certificats de conversion à l’islam, comme elle adressait à des catholiques des juifs qu’ils faisaient passer à l’étranger.

Construite comme l’hôpital franco-musulman de Bobigny par un architecte juif, la Grande Mosquée fut un centre de résistance.
Les Allemands le soupçonnaient, mais ils ne purent jamais le prouver.
Grâce à l’habileté du premier recteur, « Kaddour Benghabrit », un personnage hors normes, né à Sidi Bel Abbès en 1868, parfait bilingue et d’une vaste culture.

D’abord magistrat, puis conseiller du gouvernement marocain, chef du service de l’interprétariat, plus tard ministre plénipotentiaire du roi du Maroc, il crée en 1922 la Grande Mosquée de Paris, en devient à 58 ans le premier recteur et reçoit, dans ses jardins, son restaurant, son centre culturel, de très nombreuses personnalités.
Poète, romancier, musicien et très mondain, il organise de nombreuses soirées dans la Mosquée, qui devient, dit l’actuel recteur « Dalil Boubakeur », «un Palais des Mille et Une Nuits… .
Si Kaddour jouait au grand seigneur…
C’était assez éloigné de la rigueur religieuse».
Les Allemands furent-ils dupes, impressionnés  ?
Ils ne trouvèrent rien à reprocher à ce recteur mélomane — qui sauva de nombreux juifs, entre autres une musicienne, « Georgette Zerbib », qui vécut quelques jours à la Mosquée, puis fut transférée clandestinement à Toulouse.

Ses recherches conduisirent « Mohamed Aïssaoui » au Maghreb et, tout d’abord, au Maroc, dont le roi, « Mohammed V », eut une conduite exemplaire :
Il refusa que les juifs marocains portent l’étoile jaune et, au représentant du gouvernement de Vichy, qui en avait fait préparer 200 000, il demanda d’en ajouter une cinquantaine : pour lui et les membres de sa famille. «Les juifs marocains sont mes sujets, rappelait-il souvent, et comme tous les autres sujets, il est de mon devoir de les protéger.»
Un Musée du judaïsme existe à Casablanca, et l’actuel roi du Maroc, « Mohammed VI », manifeste la même ouverture d’esprit que son grand-père :
«Dans quel pays arabe ou du Moyen-Orient, demande « Mohamed Aïssaoui », peut-on voir que le conseiller du roi est un juif, tel « André Azoulay » ?»

L’auteur de « L’étoile jaune et le croissant » espérait trouver des informations à Alger : il fut déçu.
«Un si jeune pays amputé de sa si longue histoire !
Quel gâchis !
Rien ne semble être préservé ici.
Ni le passé ni l’avenir…
Il y a comme une volonté invisible et obsédante d’effacer les traces.
‘‘Vous savez, on se méfie toujours quand il y a une recherche sur les juifs.
Souvent, on préfère ne pas donner suite’’».
Malgré tout, « M. Aïssaoui » apprit, en regardant un documentaire de « Serge Lalou », que le grand-père de ce réalisateur avait été maire de Laghouat dans les années 1920 et que, dans sa famille, «deux livres sont transmis de génération en génération : une Thora en arabe et un Coran en hébreu».
En terminant son enquête, « M. Aïssaoui » présente à « Yad Vashem » une dizaine de personnalités arabes dont tout prouve qu’elles méritent d’être déclarées «Justes devant la nation».

C’est beaucoup demander à un Etat qui, chaque jour, massacre des Palestiniens.

Maurice Tarik Maschino

http://www.elwatan.com/  du 29/03/2014

Il faut regarder à l’étranger pour en apprendre au sujet de NOTRE histoire !

Motus sur Les Gaffes Des Américains !

nucléaire

Incident nucléaire au Nouveau-Mexique (Etats-Unis).

« Arnie Gundersen » est un expert des techniques nucléaires de renommée internationale.
Il a fondé l’association « Fairewinds » destinée à informer les citoyens sur l’extrême dangerosité  que peut représenter l’énergie nucléaire, ainsi que présenter les alternatives possibles à mettre en place.

Image de prévisualisation YouTube

Dans cette vidéo, Arnie Gundersen nous explique ce qui s’est produit, le 14 février dernier, sur le site « WIPP » (« Waste Isolation Pilote Plan » : Usine pilote d’isolation des déchets) au Nouveau-Mexique.
Suite à l’effondrement de la voute de ce cimetière nucléaire creusé à environ 800 mètres de profondeur, une fuite à été détectée dans un conteneur destiné à piéger des matières hautement radioactives comme le plutonium.

Suite à cela, le site a été entièrement évacué, les travaux d’enfouissement interrompus et détournés dans une autre carrière d’enfouissement au Texas.

L’ »IRSN » (« Institut de Recherche sur la Sureté Nucléaire ») a publié un rapport au constat alarmant, et pourtant non repris par l’ensemble des médias et de la classe politique française…

Le ministère de l’énergie américain, le « DOE » (« Department Of Energy ») a annoncé dans un communiqué officiel, vouloir envoyer, la semaine prochain, une équipe au fond de la mine pour reprendre le contrôle complet du site.

De notre côté nous notons les éléments suivantes :

  • La formation géologique (saline) dans laquelle a été creusé ce site a comme particularité d’être soumise au fluage, une caractéristique de certaines matières d’apparence solide mais qui se comportent aussi comme des liquides.
    Une cavité creusée dans du sel aura comme particularité de voir son volume « redistribué », autrement dit les parois se tasse avec le temps.
    La cohésion mécanique du sel étant très faible, autant enfouir des déchets dans du yaourt !
  • Le plutonium 239, présent sur le site, provient des anciennes ogives des armes nucléaires US démantelées suite aux accords SALT et START bilatéraux USA/Russie.
    Plusieurs centaines de tonnes de Plutonium 239 sont déjà enfouis.
    La dose mortelle par inhalation est de 5 microgrammes.
    Le plutonium est enfoui avec de l’américium 241, une matière très chaude car perdant la moitié de sa radioactivité en 392 ans !
    Certains colis peuvent chauffer à plus de 300 degrés, ce qui risque de vaporiser dans l’ensemble du volume, un aérosol hautement radio-toxique.
    L’américium 241 présent sur place fait que n’importe quelle surface du site émet des rayons gamma, rayons très pénétrants dont il est impossible de se prémunir, même avec le port d’une combinaison !
  • Aujourd’hui la radioactivité remonte jusqu’à la surface à l’aide des puits d’aération et se trouve piégée dans des filtres à haute performance.

 

Cette technologie d’enfouissement ne sera viable que lorsque les gaines techniques (Ascenseurs, monte-charges, conduites) seront soustraites à la formation saline.
Tant qu’elles en seront à ce stade, une énorme fontaine de radioactivité crachera indéfiniment des matières mortelles à la surface…
Enfin, et non des moindres, les alentours de ce cimetière nucléaire sont bourrés de puits de gaz de schiste, dont certains suspectent que la fracturation hydraulique puisse compromettre l’étanchéité du sous-sol, créant autant de cheminées à poison nucléaire que de puits…

Lisandro Dias pour   »http://www.agenceinfolibre.fr »

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 27/03/2014

 

censure-

Eh Oui Les Médias N’ En Disent Rien !

web-e1373995146759

La toile est une mine
de ré-informations !

Madame le Maire, Martine Aubry, accorde une bienveillante attention à tous ce qui est « romanos »…ou « gens du voyage »,  pour parler  politiquement correct…
En effet, ces « braves gens », qui n’en veulent à rien d ‘autre qu’à nos biens, ont le droit de « squatter » les abords de la Cité hospitalière et des facs…
Ils arrivent par hordes d’une cinquantaine de caravanes dernier cri, tractées par des bagnoles neuves à 100 000 euros:
coupés Mercedes, BMW série 7… ou Audi 6 pour les plus « pauvres » !
Ils se garent pendant 2 ou 3 semaines, sur les trottoirs, là où, si tu t’y mets, tu as une prune dans le 1/4h, et la fourrière dans l’heure !
Les gosses jouent dans la rue où ils insultent, agressent, crachent sur les passants, saccagent le mobilier urbain, et pillent les voitures…
Pour les besoins naturels de tout ce joli monde, rien de mieux que les toilettes des facs, qu’ils laissent dans un état inimaginable.
Puis, ils en profitent pour ramasser les ordinateurs (ou tout matériel informatique) qui « traînent » dans les bureaux…
Les Doyens des facs préviennent la police lilloise qui recommande de s’adresser à la mairie, qui répond que c’est du ressort de la Préfecture, qui déclare que c’est l’affaire de la gendarmerie… et ainsi de suite…
Bref, personne n’ose se mouiller, sachant que la presse locale gauchisante n’attend que ça pour dénoncer l’expulsion brutale et inhumaine de toutes ces femmes et enfants en bas âge qui ne demandaient qu’un peu de place dans notre société bourgeoise si égoïste !
Et que dire de leurs bébés qu’ils font hospitaliser l’hiver, en pédiatrie pour la moindre fièvre…en « oubliant » de venir les rechercher le lendemain, sous prétexte qu’ils ont dû quitter l’endroit en urgence…et sans laisser d’adresse bien sûr !
Ils reviennent 4 ou 5 mois après, reprendre leurs gosses qui ont été logés, nourris, soignés et habillés par notre bonne vieille sécu.
Et voilà, le tour est joué !
Mais ça, c’est silence radio absolu…
Je n’invente rien, je suis médecin à la maternité « Jeanne de Flandre », et je m’occupe de ces gamins….>
Aucun média n’en parle….
C’est ça le socialisme « Aubriesque »…
J’en tremble !
Honnêtement, pensez-vous que les Français vont être assez cons pour se laisser berner encore longtemps par cette bande d’incapables ?

Je vous le demande humblement, si vous êtes contre cet état de laxisme aggravé, faites comme moi, envoyez ce message à toutes vos connaissances !

Autre Que Réseau Social

Il Faut Toujours Etre Prudents !

0-300x225

MESSAGE IMPORTANT,
pensez à vos petits-enfants.

 

Il est important de prendre des pailles pour boire !
C’est grave  et très sérieux !

 

Avec l’été qui devrait arriver, il faudrait redoubler de prudence devant cette éventualité.
Qui aurait pu se douter d’un tel danger ?

 

Avis aux futurs buveurs directement à la canette.

Lavez les canettes AVANT  ! !

Même chose pour les canettes de bière et toute autre boisson.

Voici un  incident  qui s’est produit récemment dans le nord du Texas.

Une femme est allée faire de la navigation de plaisance.
Elle a apporté des canettes de cola qu’elle a placé dans le réfrigérateur du bateau.
Le lundi, elle a été transportée à l’hôpital et placée dans l’unité des soins intensifs.

Elle est morte le mercredi.

L’autopsie a conclu qu’elle est morte de la « leptospirose ».
Cela a été attribué à la canette de cola non lavée, et  bu  à même la canette.
Les tests ont démontré que la canette était contaminée par l’urine séchée de rats et ainsi avoir permis l’apparition de la maladie  « la leptospirose  » .
L’urine de RAT contient des substances toxiques et peut causer la mort.
Il est fortement recommandé de laver toutes les canettes avant de boire à même la bouteille.
Les canettes sont généralement stockées dans des entrepôts et transportées directement vers les magasins sans être nettoyées.
Une étude du « NYCU » a montré que les canettes sont plus contaminées que les toilettes publiques (c’est-à-dire), pleine de germes et de bactéries.
Ainsi, il faut les laver avec de l’eau avant de les mettre à la bouche pour éviter toute forme d’incident mortel.

S’il vous plaît transmettez ce message à toutes les personnes que vous aimez.

Moi,  je l’ai fait !!

Autre Que Réseau Social

Elections, Piège A…*Pigeons* !

républiques

C’est un prodigieux moyen de propagande.

Toujours ignares et bornés, souvent faméliques et corrompus, voilà les maîtres de la France.
On nous dit qu’on les changera.
Changer le personnel ne servira à rien.
De pareilles institutions corrompent leurs hommes quels qu’ils soient.

Charles Maurras.

C’est un prodigieux moyen de propagande, c’est aussi, hélas, un élément d’abêtissement en ce sens que les gens se fient à ce qu’on leur montre.
Ils n’imaginent plus.
Ils voient.
Ils perdent la notion de jugement et ils se prêtent gentiment à la fainéantise.
La TV est dangereuse pour les hommes.
L’alcoolisme, le bavardage, et la politique en font déjà des abrutis.
Etait-il nécessaire d’ajouter encore quelque chose ?

Louis-Ferdinand Céline.

La République, ça !
Allons donc !
La République, cette puante macédoine défaisons, de mendiants, de prévaricateurs, de trafiquants d’influence, de ministres véreux ?

Henri Béraud.

Créer des mécontents pour obtenir les agités, et jouir enfin du désordre, c’est le procédé ordinaire de l’esprit de révolution.
Charles Maurras.

L’adrénaline fait frémir les candidats en lice.
Les élections à venir donnent du travail aux journaleux et à leur canard en faillite, aux préfectures, aux politiciens évidemment et souvent à leur progéniture, à leur femme ou maîtresse, aux banques, aux imprimeries, à la Poste…
Et puis les élections, surtout, font perdre du temps aux hommes et aux femmes qui n’ont rien compris.
Tout d’abord, la campagne électorale les excite et attise les petites divisions de nounous « commèreuses » et de citoyens fictifs.
Dans le même temps, les abrutis qui se prennent encore au jeu électoral cultivent consciemment ou inconsciemment (peu importe) un esprit de supporteur, de fan enclin à soutenir devant son poste chinois de télévision le dernier candidat « du » terroir mis à la mode par un Système qui tire les ficelles de toutes les marionnettes les plus en vue.
(Que devient « José Bové » que le média graisseux et olivâtre a explicitement fait passer pour le nouvel « Astérix de notre Gaule » il y a quelques années et cela au cours d’une émission télé qui lui était entièrement consacrée en première partie de soirée ?)

Candidat du terroir ou candidat du peuple comme l’inénarrable « Jean-Luc Mélenchon » qui passa toute sa jeunesse à pourrir son pantalon et son tablier en peau de porc au sein d’un Sénat où les profiteurs s’empiffrent comme des ténias bien planqués dans leur boue.
Longévité sénatrice et maçonnerie rigolarde qui ne l’empêchent pas d’être présenté comme un homme populaire et même quasi révolutionnaire par ces média qui veulent faire l’opinion.

Faut-il encore une fois, par ailleurs, décrire la manière avec laquelle les commentateurs assermentés présentent l’égérie des invertis et de la république en danger ?
Cette femme parvenue à deux doigts de la fin de son processus de dédiabolisation serait la candidate du renouveau et de la laïcité défendue bec et ongle contre les terrifiants nazislamistes.
Nous savons depuis 2002 et la grosse fanfaronnade de « Roger Cukierman » présentant le second tour obtenu par « Jean-Marie Le Pen » lors du 21 avril comme un avertissement adressé à la population judéophobe et antisioniste que l’opposition patriotique officielle était factice.
Cet événement est en effet des plus éloquents, constitue l’indice que la grosse machinerie électorale est une énorme guignolerie qui persiste à dicter sa loi aux gens placides, abrutis, éduqués, polis, bêtes suivant les ordres appuyés de l’Engeance.

Et la masse d’individus ébahis reste suffisamment importante pour que rien ne change.
Grâce à la magie des élections qui dessinent artificiellement les camps politiques puis malaxent les consciences subjuguées par ces partis tout superficiels et qui ne peuvent faire un tri politique qu’en fonction de ce que le Système propose, le citoyen isolé comme jamais dans cette société contre-nature est condamné à tourner en rond jusqu’à la mort.

Car évidemment, les choix proposés sont tous artificiels :
Ils ont l’apparence de la radicalité, de la nouveauté, de l’authenticité, de la générosité, de la tolérance, de l’intransigeance, de la propreté, de l’écologie, du patriotisme, du racisme, que sais-je encore ?
C’est un peu comme le cinéma 3D qui déglingue les yeux et le bulbe des petits enfants cinéphiles.
L’impression totale du réel, mais surtout, en outre, l’impossibilité de fuir cette prison mentale.

Trop de journaux, trop de télé, trop de radio, trop de conformisme au travail, à l’école, en famille, trop de politesse idéologique, trop de retenue, trop de grégarisme, trop d’ignorance, trop de naïveté, trop de pensée comprimée, trop de tabous.
L’électeur est avant tout un individu enseveli de préjugés systémiques.
Il est programmé mentalement au cours de son interminable enfance (une enfance et une adolescence prolongées et des études souvent bidon qui n’en finissent pas) non seulement pour vénérer (même inconsciemment) ou pour maintenir complètement irrationnellement un état d’esprit maladif de tolérance, d’antiracisme névrotique, une propension à ne pas accepter l’enracinement, à exiger l’égalité pour rien, à se chamailler entre frères et à se faire battre sans broncher par l’Autre, mais aussi est-il programmé, le cerveau verrouillé, pour ne pas imaginer la vie, la société, le monde sans l’électoralisme, sans l’urne qui sanctifie, sans la griserie des « vingt heures » annonçant le vainqueur et le défait, sans ce suspens interminable qui précède le grand match, le « Super Bowl » de la politicaillerie émaillée de ses strass, de ses paillettes et de ses publicités.

La comédie américaine grand public de facture moyenne « The Truman Show » constitue dans une certaine mesure une allégorie de ce que vit l’électeur lambda.
Il a le sentiment d’avoir le choix, de pouvoir s’engager d’une manière opératoire sur tel ou tel chemin, d’aimer ou de ne pas apprécier telle ou telle personne, de « voir ailleurs » quand il le souhaite.
Ce sentiment de liberté n’est pas remis en cause, jamais remis en question en son for intérieur.
Il le vit naturellement.
Sous l’œil torve de ses maîtres qu’il ne parvient même pas à détecter (puisqu’il ne les cherche pas…), l’électeur s’excite, pactise, s’épanche, déchante, erre, s’agrippe de nouveau à son candidat, à son parti… et c’est reparti pour un tour.
Parfois l’image du hamster enfermé dans sa cage affreuse et tournant, désœuvré, sa roue, nous fait penser à cet électeur qui s’excite ainsi bestialement ou comme un chien baveux avec son os en plastique qui fait « pouet pouet » quand il le mord en grognant.

Mais voilà, l’élection l’a fait fantasmer !
Il s’est défoulé par son biais.
Il a rêvé.
Il a trouvé un nouveau point d’appui.
Il a le sentiment faux de ne pas être seul.
Bref, l’électeur ne peut imaginer la politique autrement que dans le cadre prétendument démocratique.
L’électeur actif tout comme l’électeur passif, le petit « nightclubeur » qui n’a jamais voté et qui ne votera jamais !
Il faut le dire sans ambages :
Il existe bel et bien une conscience collective assise sur la croyance superstitieuse de la démocratie curative et de l’élection prophylactique.
Il existe bien la survivance historique de l’homme providentiel dans cette conscience collective mais même l’unité héroïque, l’individu charismatique désiré reste assimilé, dans cette idéosphère si prégnante, au système électoral dans son entièreté.

veilleurs

Réveillons-nous !

D’aucuns nous rétorqueront que la critique de l’électoralisme et du démocratisme est incongrue à quelques semaines des élections préférées des Français, les municipales.
Pouah !
Nous connaissons les antiennes des « modérants » ne manquant jamais de nous dire que les municipales ont leur spécificité, que ces élections ne sont pas contrôlées par le Système.
Enfin, avec le bulldozer de l’intercommunalité, l’aspect pragmatique des élections locales en a pris un coup… Les petites libertés disparaissent, qu’on le veuille ou non.

Mais reste la grosse propagande électoraliste amadouant l’homme, l’exhortant à participer au devoir de sa liberté.
Car la petite élection locale, celle où presque tout le monde connaît tout le monde, la villageoise, n’a pas besoin de la fanfare médiatique pour vivre, n’a pas besoin du fantasme démocratiste pour être considérée comme utile :
Elle est une histoire de familles, a trait à la vie organique des populations enracinées.
Nous pensons, quant à nous, que si nous pouvions nous en passer pendant quelque temps, ce ne serait pas plus mal.
Histoire de désintoxiquer complètement le Français, de le désaliéner, de le mettre devant le fait accompli qui lui dessillera les yeux.

Oui nous pouvons vivre sans démocratie effective ou de carton ! Doit-il s’en convaincre avant d’appréhender, enfin, son intrinsèque nocivité ?

Il est plus que temps de renouer avec la pensée nationaliste et antidémocratique.
Pensée centrale et axiome politique oublié avec ces quarante ans de Front national et de jeux électoraux incessants.
Quarante ans d’approximation nationale, quarante ans de publicité démocratique sous le masque patriotique, quarante ans de volontés gaspillées, quarante ans d’oubli, quarante ans pour remiser dans les livres d’histoire écrits par d’obscurs nomades la pensée nationaliste radicale.
Une longévité étouffante qui ne permit « in fine » qu’à légitimer auprès de la mouvance nationale l’urne poisseuse de la Gueuse et la grand-messe du « Vingt heures ».

Il faut douter, enfin, du patriotisme et dénier le nationalisme à ces électoralistes bien peignés qui s’incrustent chez les nationalistes sincères pour trouver colleurs d’affiches, cotisants et cybers militants.
Mais bon sang !
Comment pourrions-nous oublier la grande leçon d’un « Ernest Renan », libéral contraint de témoigner en faveur de la monarchie entière, de la non-démocratie dans son essence et même de la dictature.

« En quoi consiste la vraie pénitence ? s’interroge Renan.
Tous les Pères de la vie spirituelle sont d’accord sur ce point :
la pénitence ne consiste pas à mener une vie dure, à jeûner, à se mortifier.
Elle consiste à se corriger de ses défauts, et parmi ses défauts à se corriger justement de ceux qu’on aime, de ce défaut favori qui est presque toujours le fond même de notre nature, le principe secret de nos actions.
Quel est pour la France ce défaut favori, dont il importe avant tout qu’elle se corrige ?
C’est le goût de la démocratie superficielle 
[...]. 
Corrigeons-nous de la démocratie.
 »
Cette dernière est la pire erreur.
« C’est, en tout cas, l’erreur qui affaiblit le plus une nation.
Une assemblée élue ne réforme pas.
Donnez à la France un roi jeune, sérieux, austère en ses mœurs ; qu’il règne cinquante ans, qu’il groupe autour de lui des hommes âpres au travail, fanatiques de leur œuvre, et la France aura encore un siècle de gloire et de prospérité.
 »

Les élections municipales ne peuvent redorer le blason de leur démocratie.
Quels que soient les résultats des prochaines fêtes urniques.
Nous nous rappelons, de notre côté, de l’extase vécue par de jeunes militants à la suite de la victoire des « Mégret » à Vitrolles…
«Aujourd’hui Vitrolles, demain la France ! » lisions-nous alors sur les murs de notre université.
Il n’a pas fallu grand-chose pour dégonfler l’euphorie mégrétiste et, à terme, nous l’avons observé, le nationalisme de certains militants.
Aujourd’hui ces élections s’illustrent avant tout par la mise en valeur d’un FN post-nationaliste et d’un populisme des plus niais.

Les histoires de fesses de Hollande, les petites polémiques cousues main, et la starisation de candidats hybrides comme ce transsexuel effrayant étiqueté écologiste qui comble de bonheur gitons politiciens, journaleux égrillards, dégénérés tératoïdes,crapoussins de bistrots, janissaires préfectoraux, greluchons de conseils régionaux, hétaïres élyséennes, cagots voyageurs, uranistes marinistes, et Roger-bontemps du spectacle télévisuel, complétant le tableau d’une campagne électorale toujours plus dérisoire.

Nous devons rompre radicalement avec la culture morbide de l’électoralisme, et c’est à nous de prendre l’initiative, de décider du moment où plus rien ne sera comme avant !
C’est à nous de prôner la fin de la démocratie.

Personne ne le fera à notre place.
Ni « Dieudonné », ni « Zemmour », ni la « familia » ou la maisonnée « Le Pen », ni les prétendants de telle ou telle dynastie moribonde.
Si nous devons commencer par la destruction des symboles démocratiques, nous le ferons.
À nous de réfléchir dès maintenant sur l’incontournable problématique anti-démocratique.
Arrêtons de perdre un temps si précieux avec ces gesticulations qui ne profitent qu’à quelques malins et à l’Engeance.

François-Xavier Rochette pour « Rivarol »

https://bibliothequedecombat.wordpress.com/  du 21/03/2014

Non Aux Enseignants Esclaves De L’ Etat.

ecole

Le (dernier ?) mauvais coup de Vincent Peillon

Une modification du décret de 1950 va encore aggraver la paupérisation des enseignants, parmi les moins bien payés des pays de l’ »OCDE ».

Le 27 mars prochain, Vincent Peillon, quelques jours avant de quitter (sans doute ?) le ministère pour cause de campagne des européennes (il a ingénieusement prévu de se faire tête de liste dans le Sud-Est, ce qui lui assure, quel que soit le désamour électoral pour son parti, un gîte à Bruxelles pour les années à venir) et de remplacement par Ségolène Royaldisent les augures, fera signer à la plupart des syndicats d’enseignants l’abrogation des « décrets de 1950″ qui régulaient depuis soixante-trois ans le temps de service des profs.

J’en ai déjà parlé ici même début janvier.
On en était alors aux intentions.
La plupart des syndicats n’ont pas bougé, sinon dans le sens du ministre.
Dès lors, pourquoi se gêner et ne pas passer aux actes ?

Le nouveau texte, qui ramène les enseignants au cadre général de la fonction publique, établit que ce seront désormais 1 607 heures qui seront dues – en 36 semaines de cours.
Soit un peu plus de 44 heures par semaine :
Cela fait beaucoup, cela contrarie la loi, et contrarie même Mme Royal, qui proposait jadis que nous passions tous à 35 heures.
On peut donc s’attendre à un allongement de l’année scolaire
-(rentrée en août, 37, 38, 39 semaines de cours ?
Impossible – les élèves n’y résisteraient pas, les chronobiologistes qui ont envahi la rue de Grenelle et imposé au ministre l’idée absurde des « rythmes scolaires » protesteraient sauvagement), et à ce que les enseignants soient mis à disposition des chefs d’établissement
-(pour jouer aux concierges ? animateurs de centres aérés ? gentils animateurs ?) et des responsables départementaux (pour les certifiés) ou régionaux (pour les agrégés).

Celui qui paie décide

Parce qu’en même temps que le sabotage du temps de travail (je résume : les profs travailleront deux fois plus pour un salaire équivalent, voire nettement inférieur en ce qui concerne les classes préparatoires), les syndicats se voient imposer la territorialisation de l’enseignement :
dans un grand accès de fièvre anti-jacobine, le ministre souhaite effectivement ranger une fois pour toutes les établissements sous la férule des autorités locales qui les gèrent – les municipalités pour le primaire, les conseils généraux pour les collèges, les régions pour les lycées.
C’est celui qui paie qui décide, n’est-ce pas, même s’il est incompétent.

À Marseille, où j’écris, j’entends d’ici les cris d’enthousiasme de mes collègues à la perspective de dépendre désormais de « Patrick Mennucci », ce phare de l’intelligence qui prétend diriger la troisième ville de France.

Fin des garanties nationales, fin des libertés pédagogiques.
Ah, si, il restera toujours la possibilité, pour les plus fortunés, d’inscrire leurs bambins dans des structures totalement privées.

La presse a été curieusement muette sur cette casse des conditions de travail de ceux qui forment les enfants – y compris ceux des journalistes.
C’est que le projet du ministère s’est intelligemment étalé dans le temps, avec moult écrans de fumée et désinformation massive (curieusement relayée par des syndicats censés défendre les enseignants), après les manifestations brutales de refus organisées par les profs de prépa en décembre :
ils se battaient pour leurs salaires, certes, et pour la réussite de leurs élèves (le noyau dur de ce qui marche encore en France, faut-il le rappeler).
Mais ils voyaient aussi venir Peillon avec ses gros sabots, qui, avec son projet, impose désormais à tous les enseignants des « missions » aux contours assez flous pour qu’on y glisse n’importe quoi.

Travailler plus pour gagner encore moins

Un fait aurait pu alerter les journalistes spécialisés :
Luc Chatel, précédent ministre, mais aussi membre éminent d’une UMP qui d’habitude n’est pas avare de critiques, se félicite de l’initiative de son successeur.
À ceci près qu’il envisageait d’augmenter les enseignants (travailler plus pour gagner plus), et qu’un ministère de gauche, sûr du vote d’un corps qu’il croit captif, impose, lui, de travailler beaucoup plus pour ne pas gagner davantage (et même nettement moins : les salaires, parmi les plus bas de l’ »OCDE« , sont bloqués depuis des années, et les calculs les plus objectifs prouvent un recul, en dix ans, de 20 % des salaires, calculés en pouvoir d’achat).

Une pétition circule sur le Net pour organiser une protestation massive contre cet étrange projet qui vise à vider largement l’enseignement de ses fonctions… d’enseignement.
Après tout, pourquoi se gêner ?
Le ministère, autosatisfait des résultats pédagogiques (87 % de réussite au bac l’année dernière – qui dit mieux ?), estime que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais que l’on peut encore améliorer la réception des parents (la FCPE a bien plus de pouvoir, rue de Grenelle, que le plus puissant des syndicats d’enseignants), la mise à disposition des profs, l’écrasement des syndicats (qui ne fera pleurer personne à droite), et la caporalisation de tout le système :
une partie des rémunérations sera désormais affectée par le chef d’établissement lui-même, sur des critères… personnels.
De même, la liberté pédagogique passera désormais sous les fourches caudines du « projet d’établissement » (la « réunionite », qui épuise tant de cadres dans le secteur privé aujourd’hui, gagne l’Éducation), matrice de toutes les dérives des pédagogues fous qui contrôlent la rue de Grenelle.

Diviser les syndicats

Cette semaine, le magazine « Marianne » se demande – question intéressante – qui tient véritablement les commandes du gouvernement.
Lobbies, anciens condisciples de la « promotion Voltaire », responsables européens, et quelques personnalités occultes se tiennent les coudes et sont les vrais maîtres de la France.
Pour l’Éducation, ce serait largement le « Snes », parce qu’il est le principal syndicat du second degré, et plus globalement la « FSU », parce qu’elle syndique une majorité des personnels de l’Éducation nationale (et pas mal d’autres dans la fonction publique).

C’est très exagéré.
Les temps où le « Snes » cogérait le ministère sont bien finis, et « Frédérique Rolet » n’a pas avec « Vincent Peillon », que je sache, les excellentes relations que « Monique Vuaillat » entretenait avec « François Bayrou »…
Ça ne l’empêche pas de se tortiller pour épauler sans trop oser le dire le projet Peillon, même si localement des sections entières de son syndicat condamnent avec la plus extrême fermeté cette avancée en arrière que propose ou impose le ministre.
Les adhérents du « Snalc », dans les établissements, sont loin, très loin d’octroyer au ministre le blanc-seing que lui décernerait la direction du syndicat.
Ça barde dans les états-majors.
Peut-être était-ce aussi le projet de Peillon :
Diviser la base et les directions afin de réduire l’influence des uns et des autres.

Les ministres, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît, comme disait à peu près « Michel Audiard ».
L’adjointe aux basses oeuvres de Vincent Peillon, « George Pau-Langevin », ne vient-elle pas d’expliquer que nous participons – involontairement, dit-elle – à la discrimination raciale ?

Mal aimés du café du commerce

En fait, ce sont aujourd’hui les syndicats les plus idéologues qui tiennent les rênes – essentiellement le « SE-Unsa » et le « SGEN », qui sont, pour l’un, truffés de socialistes encartés, et pour l’autre, farcis d’ex-membres des Jeunesses ouvrières chrétiennes qui ont engendré « Philippe Meirieu » et ses clones.
Le vrai pouvoir des copains, des coquins, des gredins et des grenelliens est là.
Et proposer que les projets d’établissement soient les cadres directeurs de la pédagogie, c’est se livrer pieds et poings liés à des gens pour lesquels la transmission des savoirs n’est pas un enjeu prioritaire, pour parler poliment.
Ni la remise en cause du collège unique.
Ni la contestation de la politique des ZEP.
Ni…

Je sais bien que les enseignants sont théoriquement très estimés, mais en pratique fort peu aimés (jalousie ? ignorance ?) par l’ensemble de la population.
Le café du commerce déborde de gens qui pensent que nous exerçons une profession de paresseux accrochés à leurs quatorze semaines de vacances, une profession où il suffit de parler pour être entendus d’élèves toujours obéissants :
Ce doit être pour cette raison que si peu de candidats se présentent aux concours de recrutement, que tant d’enseignants craquent, que la clinique de la Verrière est débordée, et que certains collègues en finissent avec ce métier si enviable, parfois par des moyens atroces.
Aux abonnés des « yaka » de comptoir et des « ilsuffitde » de bistro, je suggère de venir faire cours une semaine dans un collège quelconque, pour voir.
Après, on en reparle.

Mauvais coups

Les enseignants font de leur mieux pour former des générations de Français – ceux qui me lisent en ce moment même leur doivent au moins la capacité… de lire – et de critiquer.
Ce n’est pas rien, c’est même presque tout.
Les enseignants ont fait leur boulot depuis soixante ans dans le cadre d’un statut dérogatoire, mais fonctionnel : ces 15 ou 18 heures de cours correspondent, de l’aveu même des services du ministère, à 40 heures de travail hebdomadaire effectives en moyenne – et bien davantage en classes prépas, cette cible de choix de Vincent Peillon. Pendant que la durée hebdomadaire du travail diminuait, elle est restée la même pour les enseignants, avec des salaires bloqués (voire en diminution : Claude Allègre, via le calcul modifié des heures « sup », a diminué de 17 % les revenus moyens des enseignants – et il y en a encore qui votent PS !).

Les projets du ministre sont autant de mauvais coups portés à la fois aux enseignants et à leurs élèves.
Parce qu’accabler les profs se répercutera fatalement sur les élèves :
Qui aura encore envie de faire ce métier, sinon de façon temporaire, en bouche-trou avant de trouver un emploi véritablement rémunérateur ?
Les profs seront-ils encore capables d’exiger le meilleur, quand ils seront choisis parmi les ultimes masochistes ?

Signez et faites signer la pétition qui proteste contre les mauvais coups conjugués du ministère et de syndicats idéologues !
Intervenez dans les établissements, et aussi parmi les parents d’élèves, pour exiger non une « évolution » vers l’abîme, mais une révolution qui ramènera le savoir au premier plan, et la transmission de ce savoir au premier rang des exigences.
Ou cessez à jamais de vous plaindre.

Jean-Paul Brighelli pour « http://www.lepoint.fr »

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 27/03/2014

Les Films Actuels Sont En Danger…

filippetti

« Netflix » arrive, la France a peur, Maman Filippetti veille…

La France, dit-on, est une grande puissance économique.
C’est un pays qui aurait la bombe atomique, des infrastructures de rêve, une situation géographique très favorable, un climat tempéré et un système social à la fois souple et doux au toucher que le monde entier nous envie (de loin, certes, mais tout de même).
Ça n’empêche pas le pays, comme le titre avec courage un « Figaro«  toujours aussi subventionné, de trembler comme une feuille dans la bourrasque devant l’éventuelle implantation d’un nouveau distributeur de films sur le territoire.

La peur règne :
« Netflix », le géant américain capitaliste sans foi ni loi débarque incessamment sous peu avec ses hordes d’octets barbares et ses flots de gigabits de l’enfer pour arroser de ses vapeurs numériques délétères les territoires jusqu’alors riants et joyeux pourtant placés sous la protection de la baronnie Filippetti.
Au son des cors de guerre produits par les bataillons américains, les distributeurs français se sont tous blottis les uns contre les autres, derrière la forteresse légale que la France a construite, en réclamant vivement, entre deux tremblements, l’intervention musclée et salvatrice de Dame Aurélie, psalmodiant avec ferveur l’Onomatopée Cultureuse pour qu’elle arrive enfin.
Et la voilà, tout de blanc vêtue, sur son poney ministériel, partant d’un petit trot cadencé, munie des lettres de créance du Roy Françoy Le Mou, bien décidée à ne pas se laisser faire, « scrogneugneu », parce qu’il y a des règles, mon bon monsieur, et qu’on ne peut pas débarquer comme ça au pays du lait et du miel et des fromages et du vin et des 35H et de la retraite à 60 ans sans faire des concessions, non mais.

Avant d’aller plus loin, petit rappel des épisodes précédents:
Cela fait quelques temps que la rumeur, insistante, indiquerait que « Netflix », la société de vidéos à la demande, souhaiterait s’installer en Europe et en France notamment.
Cette société propose, à la demande, des films et des séries, en « streaming », directement par internet, pour un abonnement mensuel ridiculement petit comparé à une place de cinéma ou même aux cartes prépayées.
Son arrivée imminente (on parle de Septembre), inquiète (on le comprend aisément) les professionnels du secteur audiovisuel qui redoutent une concurrence qu’ils s’empressent de qualifier de déloyale : « Netflix » propose des choses pas cher et facile d’accès, alors que, jusqu’à présent, les distributeurs se battaient plutôt pour conserver des prix élevés, empêcher la distribution par internet à tous prix, et limitaient autant que possible la disponibilité des nouveautés.

Pire, et c’est là le nœud du problème dans lequel intervient immédiatement l’Onomatopée, les distributeurs français sont contraints par la loi :
-d’une part à financer la création de ce que certains n’hésitent toujours pas, dans leur immense mansuétude (ou leur aveuglement ?) à qualifier d’« œuvres françaises »,
-et d’autre part, de diffuser un quota de « franchouilleries » ces « œuvres » afin d’assurer que le public, jusque là captif, ne puisse vraiment pas échapper à la petite giclée de productions du terroir, même si beaucoup croyaient avoir déjà payé, avec leurs impôts, le droit d’en être épargnés.

« Netflix », de son côté, par la nature même de son business, distribue au client ce qu’il demande (et non ce que le Ministère de la Propagande lui impose).
Si ce dernier réclame cinq fois des films américains, « Netflix », en vil commerçant apatride capitaliste néolibéral sans morale, s’exécute et lui livre, à domicile, cinq films américains et (coïncidence ?) exactement ceux que le client à demandés.
Impossible pour la société d’intercaler l’une ou l’autre publicité gouvernementale de sensibilisation à la malbouffe, l’homophobie, les violences familiales ou ces devoirs civiques rigolos qui permettent de choisir avec discernement entre un escroc ou une crapule.
Impossible aussi d’imposer un « navet » film français après trois ou quatre films américains alors que jusqu’à présent, en France, le client est un peu roi mais pas trop.

Pire encore :
« Netflix », n’ayant pas eu les gentilles contraintes légales, les mignons bâtons dans les roues et les aimables bastonnades fiscales qui se sont abattues sur le secteur en France, a pu largement grossir, se développer et dispose à présent de moyens financiers colossaux (on parle de 2 milliards de dollars par an) pour racheter des films et des séries.
Voilà qui pourrait salement orienter la production, y compris française, vers autre chose que cette qualité qu’on dira pudiquement différente à laquelle nous avons été habitués jusqu’à présent.

Pour « Orélifilipéti », le choix est assez cornélien :
-D’un coté, des distributeurs qui sont depuis longtemps introduits dans tous les services de son ministère, qui connaissent à peu près tout le monde, fournissent les uns et les autres en plateformes d’expression, en renvois d’ascenseurs et en motifs de prébendes juteuses.
De l’autre, un trublion, américain de surcroît, qui va, à l’évidence, créer du chômage, de la misère et des morts de petits chevaux par brouettée, en répondant à une demande de consommateur, en proposant des prix trop bas, en introduisant de la concurrence dont on « sait », depuis « Arnaud Montebourg », qu’elle est extrêmement néfaste.
Et … la possibilité d’une implantation des principaux centres d’hébergement de « Netflix » en France au lieu du Luxembourg.

Zut.
Tout n’est pas aussi simple que prévu dans la Baronnie de l’Onomatopée :
elle doit d’un côté tout faire pour calmer ses ouailles qui frémissent de peur à l’idée qu’on puisse venir manger leurs plates-bandes, et de l’autre, elle doit tout de même favoriser l’arrivée d’un concurrent si sérieux qu’on sait tous qu’il signe (enfin) la mort d’un certain « modèle de distribution à la française », avec notamment ses quotas et ses cargaisons de films pourris, pseudo-intellectuels et chiants comme un vendredi midi sous la pluie à Dunkerque ou de séries dégoulinantes de bien-pensance agressivement niaise ou, dans le meilleur des cas, aux moyens techniques si pathétiques qu’elles en deviennent comiques.

Catastrophe :
Il avait été envisagé d’interdire (parce que La Loi, c’est Plus Fort Que Toi) aux pays européens voisins de distribuer du contenu à la demande sur le sol français sans que ces fameux quotas, ces gentilles contraintes et ce si pratique financement ne soient mis en place.
Un décret, dit « anti-contournement », illisible et impraticable, avait été pondu.
Re-zut :
Le dispositif est incompatible avec les directives en vigueur, et techniquement, ne vaut pas un pet de lapin (même français, même bio, même élevé au grain).
Et comme en plus, « iTunes » propose déjà des services « à la demande » depuis le Luxembourg sans être inquiété, on comprend très vite qu’il ne faut qu’un peu d’emmerdements sur « Netflix » pour que la grosse boîte américaine aille poser ses serveurs et son siège ailleurs que dans l’enfer fiscal français.

Les semaines qui viennent promettent donc une bataille homérique entre la Culture à la Française, lardée de petits arrangements, de connivences, de contraintes légales ridicules, de monopoles de droits et d’habitudes délétères, et ces nouveaux paradigmes introduits par Internet qui, inéluctablement, abat progressivement chacune des lignes Maginot que le pouvoir, toujours en retard d’une guerre, continue d’ériger consciencieusement pendant que tout passe discrètement sur les côtés.

Dans ce monde mouvant aux technologies qui évoluent heureusement bien plus vite que nos politiciens et leur insupportable législhorrée, l’Onomatopée ne pourra donc compter sur aucune certitude.

Et si l’on ajoute les résultats des récentes élections, elle ne pourra même  pas compter sur sa propre place…

H16

http://www.ndf.fr/  du 27/03/2014

La Rose Socialiste Bel Et Bien Fanée.

rose flétrie

Le PS agonisant :
« Hollande m’a tuer ! »

Les résultats des élections municipales de mars 2014 indiquent une nette défaite du PS et de la gauche.
Mais s’agit-il seulement d’une défaite ?
N’est-ce pas le début de la fin ?
On s’accorde à dire que Mitterrand a tué le PC.
Faut-il commencer à dire que Hollande a tué le PS ?

Ces derniers mois, à plusieurs reprises, des millions de Français, majoritairement de culture judéo-chrétienne, sont descendus dans la rue – ce qu’ils n’avaient jamais fait auparavant.
À une échelle humaine, le soixante-huitardisme a subi un coup d’arrêt en 2013.
À une échelle historique, le grand cycle de gauche commencé à la Renaissance s’est terminé en 2013.
Le culte de l’individu, sans dieu, libre de tous ses caprices et irresponsable de tout, y compris de lui-même, a déraillé, de façon définitive.
Pendant cinq siècles, le balancier idéologique s’est dirigé toujours plus vers la gauche.
Ce mouvement est désormais inversé.

L’art de la prédiction est difficile, surtout quand elle concerne l’avenir.
Nous savons déjà que le PC est mort dans les années 1980.
Les élections municipales de mars 2014 montrent un affaissement du PS, une stabilité de l’UMP et l’émergence du FN.
Telle « Athéna » sortie directement casquée et armée de la cuisse de « Zeus », « Marine Le Pen » se réjouit de cette victoire.
Le FN joue dans la cour des grands.
Ce premier combat est gagné.
Mais le tripartisme PS-UMP-FN est une situation transitoire, qui pourrait être brève.

Notons au passage que la fusion de l’UDF et du RPR est un échec, puisque l’UMP continue surtout l’UDF.
Une sorte de néo-RPR s’est reformée.
Certes, le FN n’est pas la réplique du RPR (loin s’en faut), mais l’espace populaire et patriote, abandonné par l’UMP – bourgeoise et euro-mondialiste –, a été réoccupé par le FN.

Dans cette optique, nous observons non pas une défaite mais l’agonie du PS.
Dans le nouveau cycle tourné idéologiquement vers la droite, la disparition du PS suivra celle du PC.
D’ailleurs, quelle est l’assise électorale et politique du PS ?
Le PS, parti autoproclamé progressiste, n’a plus rien à faire « progresser ».
Et l’expérimentation sociétale façon « mariage pour tous », GPA, PMA n’est pas un progrès.
Côté économique, le PS est séparé de l’UMP par l’épaisseur d’un billet de banque.
Côté électorat, peut-on croire que l’addition de la gauche-caviar, des bourgeois-bohèmes du village mondial et des immigrés soit viable dans la durée ?
Des fissures apparaissent déjà.
Le « mariage pour tous » et legender sont deux torpilles qui se retournent contre l’envoyeur, car il est certain que les arabo-musulmans n’approuvent pas que « Mehdi » mette du rouge à lèvres et « Mohamed » des mini-jupes.

Les travailleurs modestes, trahis par le PS, ont déjà basculé en nombre vers le FN.
Lorsque l’UMP et le FN auront fini de se partager la dépouille du PS, et que les anciens RPRistes auront fini de migrer au FN, il restera deux partis.

L’UMP est de gauche mais elle ne le sait pas encore.

Arnaud Fournet

http://www.bvoltaire.fr/  du 27/03/2014

 

 

Pourquoi Nous Faire Du Chantage ?

écrire

Lettre à « Olivier Py »,
directeur du festival d’Avignon.

Monsieur le directeur,

Je vous écris la présente lettre au sujet de votre sortie récente concernant une éventuelle victoire du Front national.
Je me permets de la citer :
« Je ne me vois pas travaillant avec une mairie Front national.
Cela me semble tout à fait inimaginable.
Donc je pense qu’il faudrait partir.
Il n’y aurait aucune autre solution.
 »
Comme tout bon citoyen français, vous avez pris connaissance du résultat sans appel des élections municipales.

Je n’ai aucun intérêt à défendre :
je peux certifier que je connais ce parti, comme tous les Français, mais que lui ne me connaît pas.
Je ne suis qu’un simple résident installé récemment près des murs qui entourent un centre-ville, qui m’a émerveillé et m’émerveille encore.
Mais, pour tout vous dire, si je m’y plais en cette ville comme tant d’autres, c’est avant tout pour la culture que m’offrent ses rues.
Pas cinq cents mètres sans un théâtre, pas une voie dans laquelle l’on ne peut voir des affiches au mur, des lieux de discussion et de savoir, une brocante, une exposition quelconque ou une bâtisse riche d’histoire.
Mon bonheur d’étudiant retient l’image chaleureuse d’un Avignon riche, vivant et haut en couleur.
Toutefois, il est vrai que mon portrait est terni par un ressenti populaire que l’on est forcé de voir : l’inquiétude croissante d’une population en difficulté économique, de plus en plus effrayée par la criminalité.
Il se ressent aussi la crainte de voir des gens qui ne vivent plus ensemble, en proie au communautarisme. Conséquence des politiques menées ou simple « sentiment » fondé sur la déraison ?
Exagérations ?
À vous de voir, votre avis sur la question importe peu, après tout.

La première fois que j’ai mis les pieds ici, ce fut durant l’été, à un moment où le festival battait son plein. Des troupes se succédaient pour présenter chacune leur pièce devant les visiteurs attablés sagement à la terrasse d’un restaurant.
Le bon souvenir d’un repas que je garderai longtemps.
Des pièces classiques à l’art le plus moderne, il y en avait pour tous les goûts.
C’est sans doute ce festival qui a entériné ma décision de m’installer en cet endroit de France.

Et voilà que vous souhaitez le délocaliser.
Estimez-vous que le gauchisme a le monopole de l’art ?
Pardonnez la brutalité de ma question, mais je vous la livre telle qu’elle est venue à moi.
Vous n’avez pas le monopole du beau ou du juste.
Êtes-vous démocrate ?
« Oui, mais je ne le suis plus si les électeurs ne votent pas correctement », me direz-vous ?
Dans la mesure où le Front national n’a fait aucune déclaration sur le festival d’Avignon, je ne peux que regretter votre propos.

Délocaliser le festival ?
Vous le reconnaissez, à Tataouine, ce serait autre chose.
Effectivement.
Si l’élection venait à vous déplaire, libre de mettre votre menace à exécution, de démissionner.
Maintenant, veuillez laisser faire les électeurs.

Festives salutations.

Anthony La Rocca

http://www.bvoltaire.fr/  du 27/03/2014

Quelles Belles Valeurs Républicaines.

france-faillite-565x250

Les voilà, leurs fameuses « valeurs républicaines » !

Ça y est, on sait désormais ce que sont ces omniprésentes « valeurs républicaines » que la quasi-totalité de la classe politique ne cesse de jeter à la face du Front national…
On en arrivait à se demander si elles existaient vraiment…

Tout d’abord, grâce à « Olivier Py », directeur du festival d’Avignon, indigné par le succès du candidat frontiste « Philippe Lottiaux » (il a devancé d’une courte tête la candidate socialiste dimanche soir, lors du premier tour des élections municipales) :
« 30 % au FN, je ne reconnais pas ma ville. »

« Sa » ville, allons bon !
Comme étaient sans doute « ses » villes précédentes :
Orléans, dont il était en 1997 le directeur du Centre dramatique national… ou encore Paris où il dirigeait le Théâtre national de l’Odéon en 2007 !
« Sa » ville, donc !
Comme « sa » conception du suffrage universel… et « ses valeurs républicaines » :
« Je ne me vois pas travaillant avec une mairie Front national.
Cela me semble tout à fait inimaginable [...]
Je n’envisage que deux solutions possibles :
-soit je démissionne et on nomme un nouveau directeur ;
-soit on délocalise le festival dans une autre ville. »

Du chantage aussi, donc…
Et ce ne sont pas les autres autoproclamés propriétaires des « valeurs républicaines » que sont les responsables d’ »Europe Écologie Les Verts » qui le démentent :
Non seulement ils viennent de négocier âprement un accord de fusion de liste à Paris grâce à leurs bons résultats suite au récent pic de pollution dans la capitale – 8,86 % au total, passant les 10 % dans neuf arrondissements et en position de conserver la mairie du IIe –, mais surtout, à Nantes, la liste socialiste de « Johanna Rolland » et la liste « EELV » de « Pascale Chiron » vont fusionner.

Nantes où « Johanna Rolland », adoubée par l’ex-maire, est certes arrivée en tête avec 34,51 %, mais n’a pas réussi à l’emporter dimanche dernier, faute justement d’union avec les écologistes au premier tour des municipales, une première depuis l’arrivée à l’hôtel de ville de Nantes de « Jean-Marc Ayrault » en 1989.
« La question du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, auquel s’oppose « EELV » tandis qu’il est soutenu par les socialistes, est une de leurs principales pommes de discorde et elle a été longuement discutée pour aboutir à une fusion des listes.
Les négociations entre les deux équipes de campagne, entamées dès dimanche soir, ont duré toute la journée de lundi et jusqu’en milieu de soirée 
», rapporte « Le Figaro ».
On imagine aisément ce qu’il en a été :
Les écologistes viennent en aide aux socialistes pour que ceux-ci ne risquent pas de perdre cette ville symbole… à condition, donc, que l’aéroport soit purement et simplement enterré !
Jean-Marc Ayrault s’était obstiné, pourtant, dans ce projet.
Quelle importance désormais ?
Il est désormais tellement « à la ramasse » qu’il n’en est plus à cela près !

Après avoir avalé deux ans durant tant et tant de couleuvres de la part de leurs « alliés » socialistes, on imagine la gourmandise avec laquelle « EELV » vient ainsi de leur rendre la pareille.

Concernant leurs « valeurs républicaines », il faut à l’évidence ajouter la vengeance au chantage.

Rien que du beau monde, tout ça…

Philippe Randa

http://www.bvoltaire.fr/  du 26/03/2014

La Pollution De L’ Air Est Mortifère

pollution

Selon l’OMS, la pollution de l’air a causé des millions de morts en 2012

Quelque 7 millions de personnes sont décédées en 2012 en raison de la pollution de l’air, selon une étude publiée mardi 25 mars par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
« Globalement, plus de 7 millions de morts sont attribuables aux effets des pollutions de l’air extérieure et domestique, et les régions de l’Asie et du Pacifique sont les plus touchées », avec 5,9 millions de décès, indique l’OMS dans son étude.

Ces chiffres sont en forte progression par rapport à la précédente étude qui datait de 2008, en raison d’un changement de méthodologie (non précisé pour le moment), et sont « choquants et plutôt inquiétants », selon les mots du Docteur « Maria Neira », directrice du département de la santé publique à l’OMS.
« La pollution de l’air est désormais le facteur environnemental le plus important affectant la santé, tout le monde est touché, que ce soit dans les pays riches ou dans les pays pauvres », a-t-elle ajouté.

3,2 MILLIONS DE MORTS COMPTABILISÉS EN 2008

En 2012, 3,7 millions de personnes sont décédées en raison d’effets liés à la pollution extérieure et 4,3 millions en raison de la pollution de l’air domestique, soit concrètement, les fumées et émanations liées aux appareils de cuisson, chauffés au bois ou au charbon, ou les instruments de chauffage.

Lire : La pollution pourrait aussi avoir des effets neurologiques

En 2008, lors de la précédente étude, l’OMS avait dénombré 3,2 millions de morts au total dus à la pollution de l’air, dont 1,3 million en raison de la pollution extérieure, et 1,9 million à cause de la pollution domestique.

Cette publication intervient alors que l’Ile-de-France a récemment été touchée par un pic de pollution, poussant le gouvernement à mettre en place dans la région des mesures exceptionnelles (circulation alternée, transports gratuits…).

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire contre X pour « mise en danger de la vie d’autrui » à la suite d’une plainte de deux associations écologistes.

http://france.eternelle.over-blog.com/  du  26/03/2014

Les Inventeurs De Pseudo-Maladies.

pilules

l’art conceptuel à la pharmacie

Une trouvaille juteuse de l’industrie pharmaco-chimique : inventer des concepts de maladies sans réalité afin d’écouler des produits toxiques présentés comme remèdes.
Cela fait quelques décennies que de grands princes de la nullité moderniste ont posé les principes l’art conceptuel, projet dont le but était d’atteindre la forme suprême de l’arnaque :
commercialiser du vide ou pour le dire autrement spéculer sur la non-présence ou bien si l’on préfère vendre du rien.
Vendre du rien, d’accord… mais pas pour rien.
Car ce rien élevé au rang de valeur culturelle est vendu cher et même très cher.
Ce rien permet de faire fortune en échange d’absolument rien.
Ce rien autorise même parfois de recevoir des honneurs, des postes, des rentes et autres charges bien pourvues.

Le succès exemplaire et admirable de cette grandiose supercherie devait inspirer une des industries les plus florissante de notre planète : le complexe pharmaco-chimique.
« Si des escrocs sans œuvre ni talent peuvent le faire, pourquoi pas nous, qui avons aussi de la merde creuse à faire avaler aux pigeons humains ? » s’écria un jour un chef de projet de développement.

Attendre que les gens tombent malades pour leur vendre des médicaments souvent inefficaces, ça ne rapporte pas assez.
Il est bien plus malin d’inverser la logique :
Créer de fausses maladies en inventant des concepts pathologiques improbables et audacieux afin d’écouler des pilules faciles à produire.
Evidemment, le « patient » ne pourra pas être guéri par ces faux médicaments, mais comme il n’est pas vraiment malade, ça ne changera rien pour lui… excepté qu’il risquera finalement de tomber vraiment malade en avalant les molécules qui sont censées le guérir d’une maladie qui n’existait pas au départ !
Génial !
Car on pourra ainsi lui refiler d’autres médocs dont il ne pourra plus se passer.
La pompe à fric est activée.

La pollution occasionnée par la fabrication de ces faux remèdes, les animaux torturés pour obtenir les autorisations permettant de les mettre sur le marché, ainsi que le pillage des sommes affectées aux assurances sociales et autres mutuelles, tout cela est vraiment peu de choses devant le but sublime de l’opération :
permettre à une poignées de voleurs en col blanc d’empocher des sommes colossales grâce à cette arnaque planétaire dont le potentiel de développement est illimité.

Du grand art !

Qaspard Delanuit pour « http://www.agoravox.tv »

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 26/03/2014

P.S.
Article resté aux oubliettes des « tout chaud », comme un certain nombre d’autres.
Il était publié le

 

Du grand art ?
Si on appelle « art » la fourberie, le mensonge, l’appât du gain, le mercantilisme… n’en jetons plus !
je n’applaudirai jamais de telles gens !

Si Nous Parlions De Mise En Bière ?

Bières

Pour les amateurs de bière…
à votre santé !

C’est parti pour la mousse, sans modération vu que c’est pour la santé ! ! !

Saviez-vous que la bière est une des boissons les plus anciennes au monde puisqu’elle faisait déjà partie de l’alimentation des pharaons égyptiens?

Saviez-vous également que les premiers brasseurs étaient… des femmes ? !

En tout cas, la bière, tout comme le vin, aurait des vertus insoupçonnées :
Pour le sommeil, pour les reins, pour les os…

Voyons ensemble les bienfaits de cette boisson délicieuse et rafraîchissante !

1.. La bière garde vos reins en bonne santé.

Une étude en Finlande a constaté que la bière avait plus d’avantages rénaux que les autres boissons alcoolisées.

En effet, chaque bouteille de bière consommée réduit de 40% le risque de développer des calculs rénaux.

2.. La bière est extra pour une meilleure digestion

La bière, en particulier les bières sombres, contient jusqu’à un gramme de fibres solubles dans chaque verre de 30 cl – contrairement au vin, par exemple, qui n’en contient pas.

Or, les fibres ont un rôle important dans le transit intestinal.
Une carence en fibres peut conduire à des troubles gastriques et intestinaux. (constipation ou diarrhée).

3.. La bière est une alliée contre le mauvais cholestérol

Les fibres contenues dans la bière aident également à réduire vos niveaux de LDL, le «mauvais» type de cholestérol .

4.. La bière augmente vos niveaux de vitamines B.

La bière est particulièrement riche en vitamines du groupe B (B1, B2, B6 et B12).

Pour exemple, une étude néerlandaise a constaté que les buveurs de bière avaient des niveaux de vitamine B6 de 30% plus importantes que leurs homologues ne buvant pas de bière et de deux fois plus importantes que les buveurs de vin.

La bière est également abondamment pourvue de vitamines B12 qui est un facteur anti-anémique présent dans très peu d’aliments.

5.. La bière est bonne pour les os !

Une étude de 2009 a conclu que les niveaux élevés de silicium dans la bière peuvent être bons pour votre densité osseuse.

6.. La bière constitue un bon remède contre l’insomnie

La bière contient de l’acide nicotinique et du lactoflavin, tous deux connus pour favoriser les « Zzz Zzzzzzzzz »!

7.. La bière protège contre les infarctus

Un buveur de bières a 40 à 60% moins de risques de faire un infarctus que les gens qui n’en boivent jamais.

8.. La bière empêche la formation des caillots de sang

Les ingrédients contenus dans la bière préviennent la formation des caillots dans le sang.

9.. La bière améliore la mémoire

Selon des études, les buveurs de bière auraient moins de risques de souffrir de la maladie d’Alzheimer ou de démence que les non-buveurs de bière.

10.. La bière permet de lutter contre le stress

Des chercheurs de l’université de Montréal ont établi que deux verres de bière par jour diminuent le stress ou les angoisses liées au travail.

11.. La bière représente un remède contre les rhumes

Boire de la bière chaude est un très bon remède contre les rhumes!

En effet, l’orge chauffée améliore la circulation sanguine et la respiration, elle aide également contre les douleurs articulaires et renforce votre système immunitaire.

Comment faire ?
Réchauffez une bouteille de bière au bain-marie et ajoutez-y ensuite quatre petites cuillères de miel.

12.. La bière rend la peau plus belle

Bonne nouvelle pour le sexe féminin!

Certaines vitamines présentes dans la bière régénèrent la peau et jouent un rôle positif sur les pigments.

Votre peau est donc plus lisse et plus souple.

 

Convaincu ?

Alors c’est parti!
Deux bières pour la mémoire, deux pour la digestion, une autre pour les os, encore une pour les reins et le reste pour lutter contre le froid…
Normalement avec ça, on devrait être en bonne santé, non ? ! (sourire)
C’est pour ça qu’on parle de…Mise en bière !!!

Docteur « BonneBouffe » plaisante bien évidement !
L’idée n’est pas de se saouler tous les soirs, mais bien de boire une petite mousse de temps en temps…
Et surtout sans excès !

Autre Que Réseau Social

 

bière

La Presse Etrangère Sur La France.

ecrire-e1382193574203

Les résultats des municipales françaises vus par la presse internationale .

Les résultats du premier tour des élections municipales françaises sont tombés, hier soir, dimanche 23 mars 2014, à 20 heures.
L’abstention a atteint plus de 38%.
En somme, quatre français sur dix n’ont pas voté.
Au niveau national, l’UMP obtient 48% des voix, le PS 43% et le FN, 7%.
Le FN devrait se maintenir au second tour, dimanche prochain 30 mars, dans la plupart des villes où il avait pour ambition de jouer un rôle (voir l’article d’ »Hervé Roubaix » sur notre blog).
Autre façon de décompter les voix (voir l’article de « J.-P. Grumberg » sur notre blog) :
la droite est à 51,19% et la gauche à 38,32%.

Pour ce qui me concerne, je ne vais pas reprendre ici les commentaires de la presse française.

En revanche, je reproduis ci-après les analyses de quelques médias étrangers (extraits adaptés ; voir les cinq sources en pas de page) :
la journée des deux femmes en lice pour la mairie de Paris a été marquée par la victoire de la troisième dame, la plus attendue, écrit « La Stampa« , au lendemain du score record de la présidente du Front national au premier tour des municipales, le 23 mars.
Son confrère milanais, le « Corriere della Sera« , y voit un signe inquiétant :
comme dans d’autres moments cruciaux de l’histoire récente, les nuages noirs pour l’Europe arrivent encore de France.
Le succès du FN de « Marine Le Pen » est un message populiste d’exaspération, de rejet de la politique, de peur de l’Europe, renforcé par un taux d’abstention record.
Si près de 4 citoyens sur 10 décident de ne pas participer à l’élection de leur maire, cela veut dire que la maladie transalpine est grave et que la contagion – déjà ancrée dans les sociétés européennes pourrait continuer de s’étendre.
Le succès du Front national est également mis en avant par « Il Fatto Quotidiano« , qui retient le message sans nuance envoyé au gouvernement socialiste : pour le socialisme au pouvoir de François Hollande, qui craignait la punition des électeurs, la défaite est totale.
Les candidats UMP sont en tête dans les deux premières villes, Paris, et, surtout, Marseille. L’abstention record montre la désaffection des Français envers l’ »establishment » et, en particulier, la gauche, et la déception pour les deux années de mandat présidentiel du président Hollande.

En Espagne, tous les quotidiens évoquent les résultats historiques du FN de « Marine Le Pen ».
Le nouveau discours populiste et antisystème de « Le Pen », qui avait déjà obtenu 18% lors de la présidentielle de 2012, continue d’attirer de plus en plus de Français, écrit « El País« , qui rappelle que le FN a obtenu des résultats inédits dans des villes grandes et moyennes.
Pour le quotidien espagnol « La Razón« , la victoire du FN est symptomatique d’une certaine déliquescence du climat politique français et du rejet de plus en plus grand de la classe politique.
« El Mundo«  dénonce un nouveau record de désintérêt de la part des électeurs et un manque de crédibilité pour les politiques.
Si les partisans de François Hollande ont été réticents à sortir de leur maison pour cette journée décisive, les partisans du Front national, eux, se sont mobilisés plus que jamais, explique le quotidien national.

En Suisse, le site Internet du « Temps » titre :
Spectaculaire poussée du FN dans l’Hexagone.
C’est le pouvoir socialiste en place qui est clairement sanctionné, continue le quotidien suisse.

Son confrère de Bruxelles, « Le Soir », met la forte poussée du FN à sa une.
Le FN rafle la mise, le PS en déroute, retient le quotidien qui souligne également le taux d’abstention historique de ce scrutin qui s’élève à 38,5%, en hausse de cinq points par rapport à 2008.
« La Libre Belgique«  consacre un édito à ces élections municipales, intitulé « Leçons françaises » :
Le comportement des électeurs français devrait ouvrir les yeux des candidats aux élections belges, analyse « Francis Van de Woestyne ».
Ce qui est surtout inquiétant, c’est le désintérêt des citoyens français à l’égard de la politique.
On sent bien que le hiatus entre gouvernés et gouvernants grandit, explique l’éditorialiste, avant de conclure :
certains leaders de gauche et de droite agissent comme leurs caricatures.
Que chacun se concentre donc sur ses propositions concrètes et évite des slogans creux, misérables, interchangeables.

Dans les journaux allemands, c’est la spectaculaire percée de l’extrême droite qui attire l’attention et c’est la photo de « Marine Le Pen » souriante qui illustre l’ensemble des articles.
Un succès spectaculaire pour « Der Tagesspiegel », énorme pour « Die Welt ».
Les grands lauréats du scrutin d’hier sont l’extrême droite de « Marine Le Pen », souligne le « Spiegel » « online » qui voit la présidente du Front National confirmer son bon résultat (18%) du premier tour de la présidentielle 2012. Pour le site internet de l’hebdomadaire, le parti populiste entérine son statut de troisième force politique du pays.
« Bild » et le quotidien économique « Handelsblatt » résument l’information avec la même formule : « L’extrême droite française a le vent en poupe et Hollande est sanctionné ». Bild conclut que ces élections avaient valeur de test pour François Hollande aux prises avec un chômage-record et des mauvais résultats économiques.
Même tonalité pour « Die Welt » qui voit dans ce virage à droite une « Sanktion » pour le Président.
La défiance à l’égard de l’ensemble de la classe politique traditionnelle est mise en relief.
Comme le fait remarquer la correspondante de la « Frankfurter Allgemeine Zeitung » à Paris, dans un article intitulé « Le Front National sans pitié », Même « monsieur le maire » (en français dans le texte) n’est plus épargné par le ras-le-bol des Français vis-à-vis de leur « establishment »politique.
C’est un choc, commente la « Süddeutsche Zeitung », qui souligne que les grands partis français ont joué le jeu du Front national en minant la confiance de l’électeur à coups de scandales et d’échecs.
Pis, déplore le quotidien allemand, UMP et PS n’expriment aucun regret.
On peut douter que ce choc apportera quelque guérison à la classe politique française.
Ceux qui tiennent à enjoliver la situation pourraient se consoler en se disant qu’au niveau national, les ultras du Front national n’ont obtenu que 7%.
Mais cette interprétation est erronée.
« Marine Le Pen » a transformé son parti en une organisation d’une force de frappe redoutable qui méprise le système démocratique mais qui sait s’en servir en même temps.
Elle est déjà sur son prochain coup :
les élections européennes en mai où elle compte devenir la première force du pays.
Le quotidien « Süddeutsche Zeitung«  titre sur la défaite des socialistes :
« Wähler strafen Hollandes Sozialisten ab » (Les électeurs sanctionnent les socialistes), avec une amère défaite pour le parti au gouvernement.
Le correspondant du journal à Paris explique que les socialistes et les conservateurs n’ont rien appris.
Les deux partis traditionnels ont ébranlé la confiance des électeurs à coups de scandales et de ratages, et ont ainsi fait le jeu de l’extrême droite.
Pour autant, ils ne montrent aucun regret et on peut douter que ce choc soit vraiment salutaire pour la classe politique française, analyse « Christian Wernicke ».
Le quotidien « Die Zeit«  explique que François Hollande a subi une raclée, mais reste modéré sur une victoire du Front national.
Le Front national a atteint de bons scores dans certaines régions, mais obtient moins de 5% des voix sur l’ensemble du pays, détaille l’article (ndmg – ???).
Pour le « Handelsblatt« , les électeurs ont donné une leçon à François Hollande.
Dans un mauvais contexte économique et avec un fort taux de chômage, le vote a servi de sondage pour le président Hollande. Les conservateurs de l’UMP sont aussi critiqués, après des querelles et des affaires internes, explique le quotidien économique (ndmg – certains médias allemands utilisent le mot « conservateur » pour qualifier la molle et modérée UMP qui se situe en fait à gauche des conservateurs allemands de la CDU et de la CSU).

La presse britannique relève la percée du Front national, dirigé, selon le « Financial Times », par la charismatique « Marine Le Pen« .
Un succès attribué par le quotidien économique à la désillusion générale pour les deux principaux partis face au chômage élevé à une croissance en panne.
Le vote de dimanche révèle un mécontentement face au gouvernement le plus impopulaire depuis la naissance des sondages modernes dans les années 50.
Une punition douloureuse pour le Président François Hollande, selon « The Independent ».
Les journaux anglais soulignent la perspective d’un remaniement.
Mais, relève le « Daily Telegraph », l’UMP, impliquée dans une série de scandales de corruption, a échoué à capitaliser sur un vaste rejet de la gauche.
Le « Financial Times » prévient que le FN espère causer un choc encore plus grand aux élections européennes, en disputant la première place à l’UMP.
Le premier tour des élections municipales marque donc la victoire du Front national pour les médias britanniques.
« La BBC«  titre ainsi « France election : National Front makes gains » (Élection en France : le Front National progresse), avant d’expliquer que ce résultat est une grande avancée pour l’extrême droite et l’expression d’une exaspération populaire contre les partis traditionnels de gauche et de droite.
« Le Daily Mail«  annonce une victoire pour l’extrême droite en France alors que les élections locales ont laissé François Hollande humilié.
Les socialistes de François Hollande ont connu d’importantes pertes, les électeurs les ont sanctionnés pour la situation économique désastreuse, écrit le quotidien.

Aux Etats-Unis, le « Daily Beast » évoque une « Marine Le Pen » en route pour l’Elysée, où « Christopher Dickey » écrit :
Elle a beau être l’héritière d’un parti politique créé par son père et souvent accusé d’être un vestige (ou une relique) du fascisme, « Marine Le Pen », âgée de 45 ans, n’est pas « Jean-Marie Le Pen ».
Il y a longtemps qu’elle a abandonné la rhétorique de l’antisémitisme et du racisme à peine déguisé qui ont rendu les partisans de son père tristement célèbres.
Au cours des trois dernières années, elle a infatigablement tiré son parti vers le centre tandis qu’un nombre important d’électeurs mécontents basculaient à droite.
Résultat : le Front national est aujourd’hui la puissance montante de la politique française, ajoute « Christopher Dickey » dans le « Daily Beast ».

Michel Garroté  réd en chef   »www.dreuz.info »

Sources :
http://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/2014/03/24/la-percee-du-fn-un-message-populiste-d-exasperation

http://www.lefigaro.fr/international/2014/03/24/01003-20140324ARTFIG00152-la-presse-europeenne-titre-sur-la-punition-infligee-a-hollande.php

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Apres-les-municipales-Marine-Le-Pen-fait-la-une-en-Europe-2014-03-24-1124910

http://www.slate.fr/france/84971/municipales-presse-internationale-marine-le-pen

http://www.courrierinternational.com/article/2014/03/23/apres-les-municipales-marine-le-pen-en-route-pour-l-elysee

http://www.dreuz.info/  du 24/03/2014

 

 

Municipales, Les Caves Se Rebiffent !

faillite

Le peuple de la France profonde bougerait-il ?

Les Français avaient élu un président socialiste.
Puis une Assemblée nationale majoritaire à gauche, un Sénat itou.
Le vote massivement à droite de ce dimanche pourrait donner à croire qu’ils ont la culture politique d’une girouette.
Il n’en est rien.

Les Français avaient voté à gauche, PAS pour que des enfants se fassent gazer pendant les manifestations contre le mariage pour tous.

PAS pour se faire traiter d’homophobes par les médias quand ils sont hostiles à l’adoption par des homosexuels.

PAS pour qu’un jeune de la « manif pour tous » se fasse emprisonner quand des lascars, qui bastonnent pour un regard ou une cigarette refusée, sont laissés tranquille.

Ils ont voté à gauche, PAS pour que « Christiane Taubira » relâche les voyous alors que plus une seule ville de France n’est sure la nuit.

Ils ont voté à gauche, mais le mépris des politiques PLUS celui des médias, à un moment les caves se rebiffent.

Ils ont voté à gauche certes, mais parce qu’ils pensaient, en se frottant les mains, que les socialistes allaient prendre aux riches pour leur redistribuer.
Ils ont vu l’argent passer, mais pas  pour eux !
Le pognon a été injustement piqué aux pauvres et moins pauvres qui payent et ont payé toute leur vie, et versé aux nouveaux pauvres, qui viennent d’arriver.
Il est allé à la scandaleuse assurance maladie des sans-papiers (« AME »), il est allé aux allocations familiales d’immigrés aux familles nombreuses, au chômage de gens qui ne parlent pas tous français, sans formation professionnelle dans un monde qui n’a pas besoin d’ouvriers, aux priorités logements pour les minorités visibles qui n’ont pas cotisé toute leur vie comme eux, et dont l’entrée massive en France vient grossir les rangs des cinq millions de chômeurs, des prisons et de l’insécurité.

Ils ont voté à gauche oui, mais PAS pour qu’on explique à leurs enfants que « Mehdi » met du rouge à lèvres et que c’est très bien ainsi.
Ce n’est pas très bien ainsi et les Français ne sont pas subitement devenus homophobes parce que les organisations « LBGT » ont dit.

Ils ont voté à gauche oui oui, mais PAS pour se faire museler, diaboliser par le politiquement correct.

Et même s’ils était à peine mille à manifester pour un référendum sur l’immigration, ils sont 75% à trouver que l’islam n’a pas sa place en France, et à se demander pourquoi on ne leur a pas demandé leur avis avant de transformer leur pays, détruire leurs racines et changer leur histoire.

La gauche a pris une déculottée dans un pays anti-capitaliste, anti-mondialisation, anti-libéralisme, favorable à la redistribution des richesses, et qui n’aime pas les patrons.

C’est une prouesse.


Le FN a fortement progressé, il a gagné presque toutes les villes où il présentait des candidats.

Certains se demandent si ce n’est pas le résultat de la dédiabolisation entreprise par Marine Le Pen.
Ils devraient avoir la réponse :
C’est eux qui ont fait passer les communistes pour des gens fréquentables.

Les journalistes aussi sont les grands perdants de l’élection.
Ils sont même aux premières lignes.
L’information qu’on diffuse et celle qu’on ne diffuse pas, c’est eux.
Leur teinte politique n’étant un secret pour personne, constatons que leur « neutralité » à couvrir la vie politique et sociale a laissé les Français de marbre.
Internet a fait le reste puisque c’est vers nous tous, médias en ligne, que les Français se tournent pour trouver l’information.

Pour sortir de la débâcle, le PS devra faire des alliances avec les extrémistes – ce que la godiche UMP s’interdit tout en se laissant insulter de connivence avec le FN…

L’alliance du PS avec l’extrême gauche signifie que les thèses totalitaires, dirigistes et liberticides des idéologues extrémistes ne dégoûtent pas le PS.
Encore quelques années de mésalliances et les Français vont le comprendre.

Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

http://www.dreuz.info/  du 24/03/2014

 

 

dent or

La France Dans L’Ombre D’Obama.

faillite

Hollande a pris ses distances avec la « méchante » Russie.

Notre « bon petit soldat » de Président a signé, avec tous ses collègues, l’accord entre l’Union européenne et l’Ukraine.
Une fois de plus, il emboîte le pas des Etats-Unis et de leur « gentil » Président, si bienveillant avec ses alliés, si attentionné qu’il les faisait écouter par la « NSA », afin d’être au courant de tous leurs désirs.
Qui aime bien écoute bien : Sarkozy en sait quelque chose.
D’ailleurs, entre « Pays des Droits de l’Homme », on est fait pour s’entendre, c’est le cas de le dire.
Comment ne pas succomber au charme de ce virtuose de la communication, quand soi-même  on peine un peu dans l’exercice ?
Pensez donc :
Obama, c’est le champion qui a réussi à obtenir le Prix Nobel de la Paix, en arrivant, sur sa bonne mine, et c’est le même, qui, sans vaine prétention, transforme le « mari de Michelle » en faire-valoir d’une star du talk-show, la si mal payée « Ellen De Generes ».
Mettre l’homme, paraît-il le plus puissant du monde, en partenaire d’une animatrice de télévision, dans le rôle d’un mari démuni lorsque la maîtresse de maison n’est pas là, c’est un condensé de nos démocraties avancées.
Le vrai pouvoir est aux communicants et à ceux qui les emploient.
Les politiques doivent prendre place – et pas trop – dans le spectacle, et celui-ci doit rendre heureux :
Un cocktail euphorisant avec une bonne dose d’humour, une grosse giclée de politiquement correct, et surtout un fond de « je suis comme vous » qui éveille la sympathie.
La démocratie décorative règne.
Elle est fondée sur une démagogie antipopuliste dont le postulat est que le pouvoir consiste à séduire les électeurs, ce qui évite de leur demander leur avis.
L’oligarchie médiatico-politique peut dormir tranquille.
De l’autre côté de l’écran, ils sont contents.

« Comme pour l’Irak, la France aurait dû se démarquer et se faire la championne d’un voisinage constructif entre la Russie et l’Europe dont l’Ukraine aurait été le point de rencontre et non de rupture. »

Moyennant quoi, notre Prix Nobel de la Paix, si sympathique, dont les drones traquent ici et là les terroristes, n’a résolu aucun des conflits dont il a hérité ou dont il a facilité l’éclosion.
En 2009, il était au Caire et prononçait un discours qualifié d’historique, pour lancer à Al-Azhar, un nouveau commencement entre les Musulmans et les Etats-Unis.
Cinq ans plus tard, l’Egypte est redevenue une dictature militaire après avoir frôlé la théocratie des « Frères Musulmans », la Libye a sombré dans l’anarchie tribale qui a coûté la vie dans des conditions horribles à un ambassadeur américain, la Syrie subit une guerre civile atroce que le régime baasiste, allié des Iraniens et des Russes, semble en passe de gagner.
L’Irak à majorité chiite risque de s’inscrire de plus en plus dans l’axe qui unit l’Iran au Hezbollah libanais. Ses troupes, formées et équipées par les Américains, ont sécurisé la frontière avec la Syrie au détriment des opposants syriens pourtant soutenus par les Etats-Unis et leurs alliés du Golfe (opération Al Shabah).
Les « djihadistes » battus étaient équipés de matériel turc…
Or, l’allié turc, dont le gouvernement se démarque de la tradition laïque kémaliste, connaît des difficultés internes.
Ni son aide aux rebelles syriens ni son occupation illégale d’une partie de Chypre n’entraînent de sanction particulière de la communauté internationale.
Pourtant, à Chypre, il s’agissait aussi de protéger la population turque contre les Grecs.
Mais il ne faut pas confondre : lorsqu’il s’agit de Russes et de Poutine, ça n’est pas acceptable.
La question palestinienne n’a pas progressé d’un pas vers une solution.
Israël continue d’implanter des colonies sur le territoire qui était d’ailleurs celui des douze tribus, la Judée-Samarie, Cisjordanie aujourd’hui.
Les Palestiniens, notamment les Chrétiens, en voie de disparition, ont de plus en plus de mal à se faire entendre dans le tohu-bohu moyen-oriental , que notre génial Prix Nobel a fait jaillir de son discours d’Al-Azhar.
L’Iran gagne habilement du temps.
Les Américains sont toujours en Afghanistan dont l’avenir est incertain, et Guantanamo n’est pas fermé.

Avec un pareil bilan, sans ses « talk-show », Obama devrait être considéré comme un Président calamiteux pour le monde.

La Russie de Poutine veut sauvegarder sa sphère minimale d’influence.
Elle a définitivement perdu les limites du bloc soviétique dont les anciens membres sont souvent devenus des adversaires, comme la Pologne, qui n’oublie pas « Katyn ».
On la comprend.
Mais elle ne veut pas être isolée au point de voir d’anciennes républiques de l’URSS s’intégrer dans des dispositifs politiques ou militaires potentiellement hostiles.
Une partie non négligeable de leur population est russophone et même russe.
Le pas a été franchi pour les Pays Baltes.
Il a été amorcé en Ukraine et en Géorgie.
Compte-tenu de l’implication de ces deux pays dans l’histoire russe, avec un « Staline », géorgien, par exemple, la plus grande prudence du camp « occidental » était nécessaire.
Elle n’a pas été observée.
Bien au contraire.
C’est pourquoi, l’alignement jusqu’au suivisme de la France sur les positions américaines et son anonymat au sein d’une Europe à la traîne des Etats-Unis doivent être jugés avec sévérité.

On lit aujourd’hui que le Président Obama et Madame Merkel sont à la tête du camp occidental.

C’est pour notre pays une désertion.
La complicité avec la politique compliquée des Etats-Unis, l’abandon de la politique européenne à la direction de l’Allemagne, dont les intérêts ne sont pas les nôtres, ne sont pas à la hauteur de notre Pays et de son histoire. Comme pour l’Irak, la France aurait dû se démarquer et se faire la championne d’un voisinage constructif entre la Russie et l’Europe dont l’Ukraine aurait été le point de rencontre et non de rupture.

Le silence de la France n’a jamais servi la paix ni l’équilibre du monde.

Christian Vanneste

http://www.ndf.fr/  du 23/03/2014

Pourquoi Ne Pas Imiter IsraëL ?

israel-blason-armoiries-244x300

Israël pratique
le nettoyage ethnique

Le rapporteur de l’ONU pour les territoires palestiniens « Richard Falk » a accusé vendredi Israël de pratiquer une politique de nettoyage ethnique à Jérusalem-Est.
«L’évolution va clairement vers une détérioration en raison de la politique de colonisation israélienne au détriment des droits des Palestiniens», a affirmé vendredi « Richard Falk », rapporteur de l’ONU pour les territoires palestiniens.

Plus de 11.000 Palestiniens ont perdu le droit de résider à Jérusalem depuis 1996, a-t-il précisé.
Arrivé au terme de son mandat de six ans comme rapporteur de l’ONU, « Richard Falk » a confié son pessimisme aux journalistes.
«Tout au long de ces six années, la situation du peuple palestinien et du droit international dans les territoires occupés n’a pas cessé de se détériorer», a déclaré le professeur juif américain.
«L’évolution va clairement vers une détérioration en raison de la politique de colonisation israélienne au détriment des droits des Palestiniens», a-t-il dit.
Le nombre de colonies de peuplement construites en Cisjordanie a doublé l’an dernier.
La construction de centaines de nouvelles maisons dans les territoires palestiniens a déjà été autorisée cette année par le gouvernement israélien, a indiqué « Richard Falk ».

Discrimination systématique

«Les expropriations de biens et les démolitions de maisons palestiniennes, la construction de nouvelles colonies à Jérusalem-Est, l’impossibilité pour les Palestiniens d’y construire équivalent à une discrimination systématique basée sur l’identité ethnique», a-t-il déclaré.
Dans son rapport au Conseil des droits de l’homme, « Richard Falk » a souhaité que la « Cour internationale de justice » (« CIJ ») se penche sur le statut légal de l’occupation israélienne prolongée de manière à mieux garantir les droits des Palestiniens.
L’expert de l’ »ONU » a aussi dénoncé la poursuite de la construction du Mur, déclaré illégal par la « CIJ » en 2004. Environ 85% du Mur de séparation ou barrière de sécurité se trouve sur territoire palestinien en Cisjordanie et plus de 60% des 708 kilomètres prévus sont achevés, a-t-il dit.

Attention détournée

« Richard Falk » a estimé qu’Israël profite des crises en Syrie et en Ukraine qui détournent l’attention de la communauté internationale et permettent à l’Etat hébreu de poursuivre sa «politique annexionniste». «Il y a actuellement très peu d’éléments qui encouragent Israël à y renoncer», a-t-il affirmé.
Le rapporteur a aussi dénoncé les «campagnes diffamatoires» de certaines « ONG » pro-israéliennes, comme « UN Watch », à son encontre.
«Elles ont eu pour effet de détourner l’attention du message vers le messager et de parler des biais supposés de l’observateur plutôt que de ses observations», a affirmé l’universitaire américain.

Le Conseil des droits de l’homme doit nommer la semaine prochaine un nouveau rapporteur pour les territoires palestiniens.

source : http://www.20min.ch

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 23/03/2014

 

Sanctions Ouest Et Boomerang Est !

panique-163x109-e1374775571574

Les Russes retirent massivement leur argent de l’ouest…

105 milliards en bons du trésor US vendus rien que cette semaine !!!
Rappelez vous , « POUTINE » avait menacé de « dumper les « treasuries », ETd’abandonner le Dollar US si il y avait des sanctions » !!!
Les russes s’étaient séparé de 13.5 milliards d’us « treasuries » dés la semaine dernière :
Là, ils auraientcarrément vendus ou « réaffectés » (c’est pareil) 105 milliards !
Pres de 80 % de leurs avoirs !!
La corrélation n’est pas encore officiellement établie, mais elle est fort probable et serait logique … et c’est, « énorme » 

Si les Russes ont l’intention de couler le dollar, c’est un pas qui va dans ce sens, et il suffirait qu’ils provoquent une contagion en incitant leurs proches partenaires, comme la Chine (qui a déjà commencé), à faire de même !

D’abord, « zerohedge » avait publié ce papier :

Les données hebdomadaires de la « Fed » pour les titres du Trésor américain détenus pour le compte d’institutions étrangères et de banques centrales ont fortement baissé au cours de la semaine dernière et peuvent offrir une explication plausible pour expliquer pourquoi l’ »USD » a baissé peu près toute la semaine contre ses principaux homologues.

Les avoirs étrangers de titres du gouvernement américain détenus à la « Fed » ont chuté d’un bond de 104.5 milliards de $ dans la semaine, jusqu’au mercredi 12 Mars, selon les données publiées cette nuit.
Il s’agit de la plus grande chute hebdomadaire unique, à comparer avec juste la goutte que représente les 13,5 milliards de $ de la semaine précédente, et une baisse moyenne sur 4 semaines de 1,5 milliard de dollars.
La précédente plus forte baisse était à la mi-2013 (le 26 Juin, une semaine après la réunion du « FOMC ») quand les avoirs avaient diminué de 32.4 milliards de $.
La vente au cours de la dernière semaine coïncide avec les dernières statistiques de l’emploi américain, une série de données faibles provenant de la Chine et une aggravation de la situation en Crimée et en Ukraine.

La Russie a menacé de répondre par ses propre sanctions contre les mesures économiques qui devraient être imposées par l’UE et les États-Unis après le référendum en Crimée ce week-end.
La Russie détient actuellement 138,6 milliards d’EUR de dollars d’us « treasuries » (sur la base des données de décembre) et le pays a été un vendeur net pour une somme combinée de 11,3 milliards de dollars de « t bonds » au cours des deux derniers mois, selon les données disponibles.
La Chine a vendu 47.8 milliards de $ seulement en Décembre.

Les dernières données du Trésor pour janvier n’arriveront que la semaine prochaine, et donc nous ne saurons pas officiellement avant mai de combien les avoirs de dette du gouvernement américain détenus par la Russie ont chutés en mars.

Donc, soit la Chine vent du « T BOND » et achète de l’euro pour rendre les importations d’ énergie aux européens plus forte….
Soit c’est la Russie, qui a peut être « dumpé » les « t bonds » pour soutenir le rouble … Ou juste pour le « dumping ».

http://www.zerohedge.com/news/2014-03-14/it-begins-past-week-foreigners-sell-record-amount-over-100-billion-treasurys-held-fe

Ensuite ils ont « affiné » en se basant sur le « FT » , ce qui a donné ce papier : 

Plus tôt aujourd’hui, nous avons signalé que, selon les données hebdomadaires de la   »Fed », un montant record – environ 105 milliards – en bons du trésor avait été vendue ou simplement réaffectés (qui ,pour des raisons politiques, est la même chose) à partir des comptes de la « Fed », ce qui porte le montant total de papier US détenu à la « Fed » à un niveau jamais vu, depuis Décembre 2012.

Alors que la Chine était l’un des coupables suggérés pour avoir retiré l’équivalent en papier « USD » , un candidat extrêmement plus probable est la Russie, qui, comme c’est bien connu, a eu une brouille avec l’Occident en général, et son système financier modeste en particulier .
Il s’avère que ce que les institutions officielles russes ont pu faire avec leurs bons du trésor (et nous ne saurons pas avec certitude avant juin), n’était que le début.

En fait, comme le rapporte le « FT », dans les préparations silencieuses et non silencieuses pour ce qui seront des sanctions financières quasi-certaines (qui inclurait un gels des comptes et des confiscations d’actifs après le référendum de Crimée de ce dimanche) les oligarques, ont déjà retiré des milliards des banques de l’ouest ..

Du « Financial Times » : 

« Les entreprises russes retirent des milliards des banques occidentales, craignant que des sanctions américaines sur la crise en Crimée pourraient conduire à un gel des avoirs, selon des banquiers à Moscou.

« Sberbank et VTB », les banques géantes partiellement publiques de la Russie, ainsi que des entreprises industrielles, tels que le groupe d’énergie « Lukoil », sont parmi ceux qui ont rapatrié du cash provenant des prêteurs occidentaux, par des opérations aux États-Unis.
« VTB » a également annulé un sommet des investisseurs aux États-Unis prévue le mois prochain, selon les banquiers.

La dernière chance de pourparlers diplomatiques entre le ministre des Affaires étrangères de la Russie et le secrétaire d’Etat américain pour résoudre les tensions en Ukraine s’est terminée sans accord.

Les marchés étaient nerveux avant le référendum en Crimée de dimanche, sur la sécession de l’Ukraine.
Les commerçants et les hommes d’affaires craignent que cela pourrait déclencher des sanctions occidentales contre la Russie dès lundi. »

Ça aura probablement lieu.
L’impact de ces sanctions forcent la Russie à engager la Chine beaucoup plus activement dans un commerce bilatéral avec elle et, finalement, à effectuer des transactions en utilisant soit des Roubles ou des Renminbi, et de contourner le dollar .

Peut-être même avec de l’or, ce que le prix du métal jaune a reniflé cette semaine, se propulsant à des sommets de 6 mois.
Ce qui créera également des liens financiers entre les deux pays riches en matières premières, encore plus proche, tout en éloignant davantage encore le « diable impérialiste, » , les Etats-Unis.

Superbe job, Obama :
Vous venez de pousser la Russie et la Chine a se rapprocher encore plus par nécessité ! En outre, il n’est donc pas surprenant que pendant que les Russes retiraient leur argent de l’ouest, les entreprises occidentales sortaient du « Dodgeski ».

Un haut banquier de Moscou a dit que 90 pour cent des investisseurs se sont déjà comportés comme si les sanctions étaient en place, ajoutant que c’était de « la gestion à l’exposition prudente ».

Ces mesures constituent le revers de la plus évident de l’ouest, par le retrait des marchés russes de l’argent de l’Ouest , au cours de la dernière quinzaine.

Les commerçants et les banquiers ont dit que les banques américaines ont été particulièrement lourdes vendeuses d’obligations russes.
Selon les données de la Banque des règlements internationaux, les banques américaines et les gestionnaires d’actifs ont entre eux 75 milliards de dollars d’exposition à la Russie. »

http://www.zerohedge.com/news/2014-03-14/russians-have-already-quietly-pulled-their-money-west

« The guardian » a suivi aussi : 

Les Marchés craignent que la Russie ait « dumpé » les bons du Trésor US sur fond de crise en Ukraine.

Le Transfert de plus de 100 milliards de dollars US laisse penser que la Russie est en mouvement pour mettre ses fonds hors de portée des sanctions possibles

Les marchés financiers étaient en état ​​d’alerte la nuit dernière au milieu de la crise en Ukraine, sur des spéculations que le Kremlin avait retiré ses vastes fonds en bons du Trésor, hors des États-Unis.

La Nouvelle que plus de 100 milliards de dollars avaient été retirés aux États-Unis la semaine dernière – au moins trois fois plus qu’à tout autre moment depuis le début de la crise financière – a renforcé les craintes que la Russie se prépare à un retour de bâton de l’Ouest, sous la forme de sanctions et qu’elle déplace ses fonds pour trouver refuge au-delà de l’influence américaine.

Les bonds ont été transférés en dehors des entrepôts de dépôt de la banque centrale des États-Unis la semaine dernière, alors que l’administration Obama avait augmenté la menace de sanctions en réponse à la crise croissante dans l’est de l’Ukraine.
L’an dernier, le plus gros montant déplacé en une semaine était de 32 milliards $.
Les analystes estiment que si le fait peut être attribuée à la Russie, il représente environ 80% des avoirs du pays en obligations de bons du Trésor américain .

La banque centrale russe est susceptible d’être derrière le mouvement, si les riches hommes d’affaires russes devaient également être concernés par les sanctions imposées par Washington qui pourrait geler les fonds qu’ils ont entreposés a la banque centrale américaine.
« Alexei Miller », le patron de la société d’énergie « Gazprom », et « Igor Setchine », qui dirige la compagnie pétrolière « Rosneft«  , sont susceptibles d’être parmi les nombreuses personnalités à Moscou , affectés par des sanctions ciblées imposées à la Russie. L’affaire est venu dans la lumière après que la banque centrale américaine a indiqué que ses avoirs hebdomadaires en bons du Trésor , des placements qu’elle détient pour le compte d’investisseurs extérieurs , ont chuté de 105 milliards de dollars pour la semaine se terminant le 12 Mars, avec une chute de 2.96 billions de $, à 2.85 billions de $ . http://www.theguardian.com/business/2014/mar/14/russia-us-treasury-bill-bonds-ukraine-sanctions

source : http://resistanceauthentique.com

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 23/03/2014

« Obama » Dirige L’ Islam Envahisseur !

Islamic

Pourquoi importons-nous ces envahisseurs hostiles ?

Pour « Obama », il y a trop de Chrétiens en Amérique, mais pas assez de Musulmans.
Sous l’ère « Obama », les portes de l’Amérique s’ouvrent aux « réfugiés » Musulmans, et se ferment aux Chrétiens fuyant les persécutions musulmanes en Egypte, en Syrie, en Irak et ailleurs dans le monde.

Tandis qu’ »Obama », via un nouveau décret, offre l’asile aux islamistes « modérés » n’ayant apporté qu’un « soutien limité » aux terroristes, le Département d’Etat a refusé d’accorder l’asile à 20.000 Chrétiens Coptes d’Egypte, victimes de persécutions, de violences, d’attentats, sous la présidence du Frère Musulman Morsi.
Mais il ouvre grand les bras aux « Frères Musulmans » fuyant l’Egypte.
Il refuse d’accueillir des réfugiés qui ne constituent aucune menace pour la sécurité de l’état, mais encourage la venue d’individus rongés par la haine de l’Amérique.
Politique suicidaire s’il en est.
Pour « Obama », trop d’innocents Musulmans à la recherche d’une vie meilleure, y compris les réfugiés « palestiniens », furent traités de façon indigne suite à la promulgation par le gouvernement « Bush » de lois d’immigration draconiennes, après les attentats du 11 septembre 2001.
Et pour parfaire sa politique suicidaire, non seulement il ouvre les portes de l’Amérique aux ennemis de l’Occident, mais il affaiblit l’armée américaine, en favorisant les soldats musulmans au détriment des soldats américains.

Dans l’armée américaine, l’islam est un sujet intouchable.
Pour « Obama », le danger vient des soldats chrétiens et non des Musulmans fanatisés, comme par exemple le Major « Nidal », auteur du massacre de Fort Wood.
« Le peuple américain devrait être scandalisé d’apprendre que l’Armée américaine enseigne à nos troupes que les ennemis de l’Amérique sont les Chrétiens et le « Tea Party », et qu’ils peuvent être punis s’ils soutiennent ces groupes » a déclaré Monsieur « Berry », un ancien officier des Marines.( « Marine Corps JAG officer »)

Situation identique en Australie, où le Ministère de la Défense a publié un règlement très stict interdisant au personnel en uniforme de participer à un quelconque évènement où l’islam serait vilipendé, sous peine de sanctions sévères.
Comme aux USA, nous assistons en Australie à une situation absurde, où l’armée protège la croyance religieuse islamique, tout en tolérant le dénigrement du christianisme, la religion à laquelle s’identifient pourtant la plupart des soldats australiens.
Les Musulmans australiens, de par leur haine de l’Occident, de son histoire, de sa culture, préfèrent mourir en menant le « jihad » en Syrie plutôt que de servir dans l’armée de leur pays d’adoption et contribuer ainsi à sa défense.
Personne n’ose émettre de critique par crainte d’être accusé d’islamophobie et de voir sa carrière militaire ruinée.
(Source : Sidney Morning Herald – Criticising Islam, gays sets army major up for a fall,” by Paul Sheehan)

« Pamela Geller », à la tête du « SIOA » (« Stop islamisation of America ») et de l’ »AFDI » (« American Freedom Defense Initiative ») a récemment exprimé ses craintes quant à la politique d’immigration de l’Administration « Obama » :
« Nous, les Américains, importons des « jihadistes » depuis des années, via l’immigration musulmane parrainée par le programme d’accueil et de réinsertion des réfugiés, l’octroi de visas religieux et de « diversity visa » (ce système permet aux résidents de certains pays de demander une carte de résident permanent aux USA, la fameuse « green card »)
Le Conseil national américain pour les Réfugiés a déclaré :
« Les USA ont historiquement maintenu une politique d’accueil de réfugiés pour des raisons humanitaires. »
Toutefois, les gens sont toujours choqués quand ils s’aperçoivent de quelle manière fonctionne ce programme d’aide aux réfugiés, car au lieu d’accueillir les minorités religieuses persécutées, opprimées, soumises à la « charia », nous ouvrons les portes à un flux ininterrompu de suprémacistes et de jihadistes haineux envers notre pays.

Et dans leur grande majorité, nos citoyens ignorent une réalité dramatique pour notre avenir :

C’est l’ »ONU », dirigée par l’ »OCI », qui décide de qui bénéficie du statut de réfugié.

En effet, le Haut Commissaire pour les Réfugiés de l’ »ONU » détermine quels réfugiés ont le droit d’être accueillis aux USA pour des raisons humanitaires.
Selon un rapport de 2008, la majorité des réfugiés sont issus de la Corne de l’Afrique (Somalie, Darfour et Ethiopie) de l’Irak, du Pakistan et du Myanmar.
Le budget annuel de l’agence des Nations Unies pour les Réfugiés, composé de contributions gouvernementales, de prêts et de donations, dépasse 1.7 milliard de dollars.

L’Administration « Obama » importe des communautés musulmanes entières en provenance de pays islamiques comme la Somalie.
Certains mois, les chiffres de l’immigration doublent et parfois triplent.
Cette immigration doit être arrêtée.
Nombreux parmi ces « pieux « Musulmans refusent de s’assimiler.
Ils font campagne pour le « jihad » et certains, de plus en plus nombreux, retournent en Somalie, au Pakistan, en Afghanistan pour suivre un entraînement.
Pourquoi importons-nous ces envahisseurs hostiles ?
Ces « réfugiés » musulmans refusent de s’assimiler ou de s’intégrer.
Les attaques perpétrées par les gangs musulmans augmentent à la même vitesse que l’immigration musulmane.
Les gangs musulmans dans le Minnesota se multiplient de façon terrifiante.
Les musulmans attaquent les homosexuels, les femmes, les non musulmans.
Nous constatons une concentration de ces attaques dans les banlieues qui regroupent de fortes populations musulmanes, installées grâce aux programmes du Bureau de Réinsertion des Réfugiés. »
(« Office of Refugee Resettlement »)

Et non seulement l’Administration « Obama » favorise l’immigration de « réfugiés » musulmans au détriment des réfugiés Chrétiens persécutés par les Musulmans en terre d’islam, mais elle refuse de plus en plus l’octroi de visas aux Israéliens.
Le rejet, sous le règne d’ »Obama », a atteint le pic effarant de 80%.
Les chiffres de 2013, donnés par le Département d’Etat américain, révèlent une augmentation de 80% de rejet de demandes de visas de touristes israéliens.
Sur 125.000 demandes de visas, 9.7 % ont été rejetées en 2013, contre 5.4 % en 2012.
Suite à cette hausse, Israël a perdu sa place sur la « liste blanche » la liste de pays dont les citoyens peuvent visiter les USA sans visa.
Seules les nations, ayant un pourcentage de rejet inférieur à 3%, figurent sur cette liste.
Cette augmentation du chiffre de rejet de visas était motivée par des raisons politiques, dans le but d’effacer Israël de la liste blanche. (« white list »).
Au fur et à mesure que les liens avec les USA deviennent de plus en plus tendus, suite à la pression exercée par l’Administration « Obama » et les menaces de boycott sur Israël dans le cadre des négociations de paix avec l’Autorité palestiniennes, les relations entre Israël et la Chine s’intensifient, y compris dans le domaine du tourisme … (Source : Peak in US Rejection of Israeli Visa Requests)

-Si « Obama » favorise l’immigration musulmane, c’est pour rétablir l’équilibre entre Musulmans et Chrétiens, car pour « Obama », il y a trop de chrétiens en Amérique et pas assez de musulmans.
-Si l’Amérique et l’islam doivent se réconcilier, l’Amérique doit devenir plus islamique.
Obama, le premier président américain ayant des racines familiales musulmanes, se doit d’être le défenseur en chef de l’islam, il en avait d’ailleurs fait le serment au monde islamique lors de son discours du Caire.
Il a promis de combattre les stéréotypes négatifs sur l’islam et l’islamophobie, tout en demeurant silencieux sur les persécutions des Chrétiens par les Musulmans au Moyen Orient, en Afrique et en Asie.
L’Amérique non musulmane, de par son existence exceptionnelle de grande puissance mondiale, constitue un affront et une humiliation pour la sensibilité et le suprémacisme islamiques.
Elle est vue comme une « agression » à l’encontre de cette « religion » autrefois si puissante.
-Si, comme le croit « Obama », le clash des civilisations peut être évité, si la paix doit régner entre l’islam et le peuple américain, alors le caractère trop occidental, trop chrétien de ce pays doit être atténué et modifié :
En d’autres termes, l’Amérique doit être refaite à l’image de l’islam.
Pour rappel, selon la croyance des Musulmans, l’islam est la foi ultime et la « religion » choisie par Allah pour conquérir et diriger le monde.
Tous les militants musulmans croient et tous les Musulmans sont endoctrinés à croire que les non Musulmans sont les ennemis d’Allah, en guerre permanente contre l’islam, que ce soit par la parole ou par l’action.
-Si « Obama » s’est incliné devant le roi d’Arabie saoudite, c’est parce qu’il partage le même projet pour l’Amérique : son islamisation.
-Si « Obama » a critiqué la France pour sa loi interdisant le port du voile dans les écoles publiques, c’est pour une bonne raison : la défense de la tradition islamique.
-Si Obama favorise l’immigration musulmane, c’est pour rétablir l’équilibre entre Musulmans et Chrétiens, car pour « Obama », il y a trop de chrétiens en Amérique et pas assez de musulmans.
-Si l’Amérique et l’islam doivent se réconcilier, l’Amérique doit devenir plus islamique.
Dès lors, pour « Obama », la seule façon de faire la paix avec l’Islam est d’ouvrir les vannes de l’immigration musulmane et permettre aux Musulmans de bénéficier de la puissance américaine, de sa richesse, de sa paix.
Si tel n’était pas le cas, s’inquiète « Obama », le choc des civilisations se produirait et pourrait conduire à Armageddon.

« Obama » a étudié l’histoire de l’islam.
Il ressent la douleur, l’humiliation du monde islamique suite à son effondrement, son impuissance et sa misère après des siècles de gloire militaire et impériale.
« Obama » veut changer cette situation dramatique en redonnant à l’islam sa puissance passée, et pour réaliser cet objectif, il veut accroître le nombre de Musulmans en Amérique de manière considérable et les faire participer à la vie politique et culturelle.
C’est une des visions d’ »Obama » et son projet pour l’Amérique, l’Amérique comme elle devrait être, l’Amérique idéale du futur, une Amérique où l’islam occuperait la même place honorable que le christianisme, une Amérique en paix avec le monde musulman.

« Obama » ne tire aucune leçon de ce qui est en train de se produire en Europe occidentale avec sa bombe musulmane, prête à exploser.

« Obama, » comme tout gauchiste, persuadé de détenir la bonne solution aux problèmes, conduit aveuglement son pays vers le chaos.

Rosaly pour « Dreuz.info »

http://www.dreuz.info/  du 22/03/2014

Ce ne sont pas tous les Etats qui doivent « hériter » de ces populations entières…
A la cadence effrénée où les immigrations se font dans le vieux monde et, semble-t-il, en amérique, quand l’Afrique sera vide de toutes ses communautés musulmanes, qui entretiendra ce vaste continent africain ?
Peut-être un vaste parc mondial pour espèces protégées ?
« Obama » est un rêveur passéiste, à moins qu’il veuille inciter ses « caniches » à « sauter le pas halal » pour que son peuple soit plus docile ?

Des Additifs Gonflants Dans Le Pain !

sandwich_2

Les petits pains chimiques des restaurants « Subway »

Une découverte qui a fait l’effet d’une bombe auprès des consommateurs américains.

Très appétissante nouvelle:

«<L’azodicarbonamide est un agent gonflant utilisé pour confectionner des tapis de yoga ; Subway en met aussi dans ses pains pour leur assurer leur moelleux», pas en Europe mais dans ses boutiques d’Amérique du Nordsignale le site l’ »ADN« .

Cette molécule chimique peut être utilisée comme additif alimentaire aux Etats-Unis et au Canada, mais elle n’est pas autorisée dans l’Union européenne et en Australie.
L’ »Efsa » (« Autorité européenne de sécurité des aliments« ) a bien interdit son usage comme agent de traitement de la farine.

Mais ce n’est pas tout, l’azodicarbonamide peut aussi être utilisée comme agent gonflant pour donner du volume et de l’élasticité à certaines matières, par exemple aux matelas de yoga.

Evidemment, l’information de l’usage de cette molécule dans certains pains de la chaîne « Subway » n’a pas du tout plu aux consommateurs américains.
Une pétition a recueilli plus de 95.500 signatures, pour que « Subway » retire cet ingrédient accusé de causer des problèmes respiratoires, de l’asthme et des allergies (même si on connaît mal les niveaux d’exposition auxquels le produit peut être dangereux).

Ce qui a peut-être fait bouger la grande chaîne de sandwichs…
Peu après, CNN explique que « Subway » va retirer l’azodicarbonamide de ses pains.
Le communiqué de l’entreprise se justifie, en précisant que la molécule incriminée est «un ingrédient sans danger, utilisé pour rendre la pâte plus stable et obtenir la texture et le volume désirés» :

«Notre usage de cet ingrédient a toujours été en conformité avec les réglementations sur les additifs alimentaires. Cependant, en 2013, nous avons commencé à supprimer l’azodicarbonamide, et la transformation complète sera terminée dans les prochaines semaines.
Malgré ce que vous avez pu entendre ou lire, ce projet de conversion est en marche depuis un certain temps.»

On n’en sait pour l’instant pas beaucoup plus sur les nouvelles recettes, et l’azodicarbonamide est toujours dans les ingrédients de plusieurs pains, listés par « Subway » aux Etats-Unis.

Suite de l’histoire, l’organisation «Environmental Working Group» publie une liste de 500 aliments commercialisés aux Etats-Unis contenant aussi de la fameuse molécule…
L’azodicarbonamide est en effet beaucoup utilisée dans la boulangerie industrielle, pas que chez « Subway », même sila molécule a été mal testée, selon le « Center for Science in the Public Interest ».

Elle devrait continuer à faire débat outre-Atlantique. 
L’azocarbonamide est bien autorisée par la « FDA »
 (Food and Drug Administration), avec des taux bas très précis.
Pour certains, les arguments contre ce composé chimique manquent de bases scientifiques…

Par exemple, pour une porte-parole de l’ »Institute of Food Technologists », les additifs ne sont pas nécessairement dangereux parce qu’ils sont aussi utilisés dans des matériaux industriels, rapporte « Bloomberg Business Week ».
Pour elle, la littérature scientifique penche plutôt sur une absence de danger dans la consommation de pain, en de si minuscules quantités…

Bon ou mauvais pour la santé, la voix de la sagesse vient de la contributrice de « Forbes »:

«Nous n’avons pas besoin d’additifs chimiques pour garder notre pain doux et élastique, nous devons juste manger du pain frais.»

Lucie de la Héronnière

http://www.slate.fr/  du 13/03/2014

Parlons de ce Paradoxe Français.

militaires

Ces Français volontaires
dans l’armée israélienne.

Une douzaine de pays dans le monde ouvrent les portes de leur armée aux ressortissants étrangers. Un seul le fait sur l’unique critère ethno-religieux, il s’agit d’Israël.
Au-delà de la raison d’être idéologique, cela pose la question du respect du droit international par des États qui laissent leurs ressortissants rejoindre, même temporairement, une armée d’occupation.

En France, la Légion étrangère a été créée en 1831 par Louis-Philippe pour rassembler les différents corps étrangers alors présents dans l’armée française.
Destinée autrefois aux conquêtes coloniales, elle est aujourd’hui un héritage de l’histoire qui ne répond plus à aucune nécessité politique ou militaire.
Ouverte à tout le monde sans distinction, elle facilite l’accession à la nationalité française, mais ne la donne qu’à ceux qui ont été blessés en opération, s’ils la demandent.

Aux États-Unis, la seule condition pour rejoindre l’armée est la détention préalable de la « green card », c’est-à-dire d’être résident légal permanent.
Près de 30 000 étrangers portent l’uniforme militaire américain et cinq mille s’engagent chaque année.
Cela leur offre l’accession beaucoup plus rapide et systématique à la citoyenneté américaine.
De son côté, l’armée américaine est ravie d’enrôler des recrues qui se montrent plus disciplinées et volontaristes que les Américains d’origine, dont l’empressement pour porter l’uniforme a tendance à faiblir.
Passons sur les critères post-coloniaux du Royaume-Uni, qui admet toujours des ressortissants du Commonwealth ; de l’Espagne qui accueille ceux de ses anciennes conquêtes sud-américaines et de la Russie au profit des ressortissants russophones des anciennes républiques soviétiques.

Cas unique, Israël offre à tout non Israélien la possibilité de servir dans ses unités combattantes dès lors qu’il est juif, ou que l’un de ses parents ou grands-parents est juif.

« DES JEUNES LEADERS POUR LES COMMUNAUTÉS JUIVES »

En Israël, différents programmes permettent à tout juif non israélien de porter l’uniforme de l’armée sans pour autant en faire des citoyens israéliens.
L’origine remonte à la fin de la Seconde guerre mondiale, quand quelques milliers de volontaires, appelés les mahalniks, issus de dizaines de pays et partisans de la cause sioniste vinrent soutenir par les armes la création de l’État d’Israël et, dès l’indépendance de 1948, aider la jeune armée israélienne en butte aux pays arabes voisins.

Le principe est resté le même aujourd’hui.

Le programme d’accueil des juifs étrangers dans les unités combattantes a gardé le nom de « Mahal ».
Il incorpore les volontaires pour dix-huit mois, y compris pour des missions dans les territoires occupés palestiniens.
À l’issue de cette période, ceux qui demandent la nationalité israélienne doivent prolonger leur séjour dans l’armée pour encore dix-huit mois pour les hommes et six mois pour les femmes célibataires, afin de se plier à la durée légale de service militaire obligatoire de tout Israélien.
D’autres possibilités de séjour dans l’armée existent pour les juifs non israéliens :
Ils vont de trois semaines maximum (programme « Sar-El », réalisable dès l’âge de 16 ans) à deux mois (programme « Marva », seul à être facturé, à hauteur de 1500 dollars).
Dans ces deux derniers cas, les volontaires gardent un statut civil même s’ils portent l’uniforme et vivent dans des casernements de l’armée régulière, cantonnés à des tâches de servitude dans des bases militaires logistiques pour « Sar-El » mais recevant un entraînement au combat militaire pour « Marva » avec, dans les deux cas des activités complémentaires « éducatives » sur Israël et le sionisme.

Contrairement à la plupart des autres pays, la motivation des volontaires n’est pas d’obtenir la nationalité par ce biais.
La loi dite « du Retour » en vigueur depuis 1950 accorde en effet de droit la nationalité israélienne à tout juif migrant en Israël.
La raison d’être de cet accueil dans l’armée est de « permettre à de jeunes Juifs de partout dans le monde de renforcer leur relation avec Israël et avec le peuple juif en se portant volontaire pour l’armée israélienne.
Les programmes des Forces de défense israéliennes visent à contribuer à la défense d’Israël, seule démocratie du Moyen-Orient, et à fournir de jeunes leaders compétents et enthousiastes aux communautés juives »
.

<a id= »nh5-1″ title= »Everything you need to know about becoming an Israeli soldier and being (…) » href= »http://orientxxi.info/magazine/ces-francais-volontaires-dans-l,0546#nb5-1″ rel= »footnote »>1</a>.

Les effectifs de volontaires pour « Mahal » semblent cependant relativement faibles.
Selon un article de 2007 du Jerusalem Post, un peu plus de mille juifs non israéliens seulement se sont portés volontaires, de 1988 à 2007, pour passer dix-huit mois dans les rangs combattants de l’armée israélienne.
Faute de statistiques disponibles sur « Mahal », celles qui concernent « Sar-El » peuvent néanmoins servir de repère : sur les 4011 participants à « Sar-El » en 2012, les principales nationalités de très loin les plus représentées étaient les États-Unis (1221) et la France (1086), parmi une soixantaine de pays d’origine répertoriés.

La raison d’être de cet accueil au sein de l’armée israélienne est la même que pour les nombreux programmes civils offerts aux juifs non israéliens :
Le renforcement des réseaux de solidarité au sionisme au sein des communautés juives dans le monde et leur entretien idéologique.
Cette stratégie est poursuivie depuis la création d’Israël.
Nombreux en effet sont les juifs non israéliens, notamment en France, à revendiquer leur appartenance morale à Israël, comme s’il s’agissait pour eux de compenser leur non-citoyenneté de l’État d’Israël, pays en permanence « menacé » auquel chaque juif se doit de donner sa contribution.
Ces programmes, qu’ils soient militaires ou civils, semblent atteindre leurs objectifs auprès des impétrants, qui en reviennent généralement encore plus défenseurs de la cause israélienne qu’ils ne l’étaient auparavant.

Cette situation alimente cependant un paradoxe :
-D’un côté un engouement pour Israël des juifs de l’extérieur, qui se manifeste entre autres en Europe par l’augmentation du flux migratoire juif et en particulier français vers Israël : 49 % de plus (de 1469 à 2185) pour les neufs premiers mois de 2013 par rapport à la même période de l’année 2012 (1907).
-De l’autre la proportion croissante d’Israéliens qui quittent Israël, essentiellement vers l’Amérique du Nord et l’Europe, en quête d’une vie socioéconomique meilleure et las de l’état de guerre permanent.
À tel point que l’immigration nette israélienne est en train de décliner :
En 2012, les Israéliens quittant Israël étaient aussi nombreux que les nouveaux immigrants (16 000).

Le discours martelé par le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, qui amalgame à dessein antisionisme et antisémitisme cherche à accroître les vocations à l’« Aliyah » au sein des communautés juives dans le monde. (« Aliyah » = littéralement : « élévation spirituelle » : Acte d’immigration en Israël par un juif.)
Repris en écho par les défenseurs d’Israël à l’étranger, il fait accroître non sans succès la perception de l’antisémitisme régnant, en décalage par rapport à sa réalité concrète.
Il contribue à dynamiser les gestes de solidarité que constituent en particulier le séjour des juifs non israéliens dans l’armée israélienne afin de participer, ne serait-ce qu’un temps, à la défense et la cohésion de l’ « État juif ».
En août 2012, dans un discours de bienvenue d’un groupe d’Américains venus rejoindre l’armée israélienne, le premier ministre déclarait :
« Nous voyons aujourd’hui un nouvel antisémitisme virulent, et nous devons nous défendre nous-même contre cela. La tâche la plus importante est de défendre l’État juif.
C’est ce que nous faisons, c’est ce que vous allez faire et je suis fier de vous »
.

<a id= »nh5-3″ title= »Vanessa Isenson, « Israeli army welcomes North American volunteers », DW.DE, (…) » href= »http://orientxxi.info/magazine/ces-francais-volontaires-dans-l,0546#nb5-3″ rel= »footnote »>3</a>.

UN PARADOXE FRANÇAIS

Avec Israël, nous sommes donc loin du cas des autres pays.
Ce que l’on pourrait, à la rigueur, qualifier de « mercenariat » s’agissant de la Légion en France, et aux États-Unis de ticket d’accession à la citoyenneté américaine, relève uniquement en Israël du soutien à une idéologie, le sionisme, à l’adresse unique de la communauté juive.
Ce qui différencie également le Français engagé dans l’armée américaine de son compatriote volontaire pour l’armée israélienne, c’est que l’un subit, afin de vivre définitivement aux États-Unis, son éventuelle participation à des opérations militaires « hors » droit international, comme en Irak en 2003, alors que l’autre va intentionnellement participer à l’occupation de territoires, en violation du droit international.
Mais cette démarche-là ne semble interroger personne, pas plus que les éventuelles implications de Français dans des violations de la charte internationale des droits de l’Homme ou du droit de la guerre.

La question reste cependant posée.

La légitimité de la démarche mérite également attention.
Alors qu’un Français non israélien, au nom de son appartenance à la communauté juive, trouve légitime de défendre une occupation illégale de territoires, un Français non palestinien, au nom de ses racines arabes, ne peut-il pas trouver tout aussi légitime d’aller défendre sur le terrain les Palestiniens contre l’extension illégale des colonies sur leurs territoires ?
Laquelle de ces deux démarches repose sur une légitimité en accord avec le droit international et le droit français ?
Il est fait grand bruit par ailleurs des Français musulmans qui vont combattre en Syrie aux côtés de la rébellion soutenue par la France, mais qui ont le tort de rejoindre des groupes djihadistes répertoriés comme terroristes.

Mais personne ne parle de ces Français qui, depuis des années, vont participer sous uniforme israélien à une occupation officiellement dénoncée par l’ONU et par l’État français.

Il y a pour le moins un paradoxe en France et, si l’on base la légitimité sur le droit, un grand flottement.

Imaginons qu’un citoyen français, sous uniforme israélien, se trouve confronté dans les territoires occupés à un autre citoyen français engagé dans le soutien de la cause palestinienne.
Il conviendrait alors d’éclairer, vis-à-vis du droit français, le statut légal de chacun de ces deux ressortissants.

Marc Cher-Leparrain

http://orientxxi.info/  du 18/03/2014

Constitution U.S. Inspirée Par Satan ?

francmacon

Des cadavres découverts chez le « père » de la Constitution des U.S.A.

Le 11 février 1998, un ouvrier restaurant la maison londonienne du Père de la Constitution américaine trouva les restes de six enfants et de quatre adultes, cachés sous sa maison, au 36 Craven Street, à côté de Trafalgar Square.
La nouvelle fut même annoncée par la grande presse britannique comme « The Sunday Times ».
Les cadavres datent de l’époque où « Benjamin Franklin » occupait les lieux de 1757 à 1762 et de 1764 à 1775.

Cela vous étonne-t-il ?

Pourtant, le « Time » du 7 juillet 2003, sur sa couverture, demande si « Benjamin Franklin », figurant sur les billets de cent dollars, appartenait à la secte satanique du « The Hell Fire Club ».
Dans un ouvrage publié en 1989, « The Occult Conspiracy, Secret Societies, Their Influence and Power in World History » (La conspiration occulte, les sociétés secrètes, leur influence et leur pouvoir dans l’histoire du monde), l’écrivain anglais « Michael Howard » relate le passé sataniste de « Benjamin Franklin », qui fut une des personnes les plus influentes de la Révolution américaine, et devint Franc-maçon en 1731.

Il entra dans la loge St John de Philadelphie, reconnue comme première loge maçonnique en Amérique.

Il fut également nommé au grade de Grand-Maître de la loge St John.
Journaliste, il écrivit plusieurs articles défendant les loges qui furent publiés dans « The Pennsylvania Gazette ».
En 1732, il contribua à la rédaction des statuts de sa loge et en 1734, il publia« Constitutions », le premier livre maçonnique édité en Amérique.

Dans les années 1770, en tant que diplomate des colonies américaines, « Franklin » devint Grand Maître de la loge des neuf sœurs, à Paris.
Le marquis de « Lafayette » et l’officier de marine écossais « John Paul Jones », qui adhéraient à cette même loge, combattirent dans la Guerre d’indépendance américaine.
À Paris, « Franklin » utilisait ses contacts maçonniques pour collecter des fonds et acheter des armes pour les rebelles américains.

« Franklin » était un Grand Maître Rosicrucien et œuvrait au cœur des opérations « Illuminati » pour étendre le contrôle invisible de l’empire britannique en Amérique.
Les « Illuminati », via les Francs-maçons, contrôlaient et manipulaient les deux côtés (britannique et américain) de la Guerre d’Indépendance tout en contrôlant la Révolution française.

« Benjamin Franklin » était l’« agent 72 » du bureau de renseignement britannique fondé par le mathématicien et alchimiste anglais Docteur  »John Dee » (alias 007).
Pendant cette période, « Benjamin Franklin » était en contact avec les sphères du pouvoir londonien.
Il partageait leurs intérêts maçonniques et occultes.
Sir « Francis Dashwood », était le chancelier de l’ »Exchequer » (Echiquier), la Chambre des comptes britannique, et le fondateur d’une société secrète appelée « Frères de St Francis de Wycombe », plus connue sous le nom de The Hell Fire Club.

« Michael Howard » expose que « The Hell Fire Club » n’était pas un club ordinaire. Situé dans les souterrains d’un bâtiment ayant l’apparence d’une église anglaise, les membres de ce cercle y descendaient à plusieurs dizaines de mètres de profondeur dans une série de tunnels, de pièces et de cavernes, où ils forniquaient avec des prostituées et offraient des sacrifices occultes à Satan.
Dieu seul sait ce que les démons faisaient en ces lieux !

« Benjamin Franklin » était un occultiste…
dévoué à Satan, comme tant de politiciens.

Le premier-ministre britannique « Winston Churchill » était par exemple un druide sorcier.
Le terme de « The Hell Fire Club » (Club des flammes de l’enfer) montre qu’il s’agit d’une défiance et d’un blasphème.
Les labyrinthes de la secte de « Franklin » étaient disposés de telle manière que l’on avait l’impression de descendre en enfer.

Lors de la première réunion du club sataniste, en mai 1746, ils se rencontrèrent à la « George and Vulture public House », au Lombard Street, London.
L’adhésion initiale était limitée à douze membres mais ce chiffre augmenta rapidement.
Bien qu’il n’en fût pas membre officiel, « Benjamin Franklin » assistait occasionnellement aux rencontres du club.
Les membres s’appelaient entre eux « frères ».
« Francis Dashwood » était l’« abbé ».
Les femmes, quant à elles, étaient des « nonnes ».
Ils étaient passionnés par les dévotions à Bacchus et à Venus.
Leur devise « Fay ce que vouldras », empruntée à « François Rabelais », sera reprise par « Aleister Crowley ».
Franc-maçon du 33e degré, ce mage sataniste du XXe siècle, avoue qu’il sacrifia, de 1912 à 1928, cent cinquante enfants par an, dans son livre : « Magick in theory and practice » (La magie en théorie et en pratique), ch. XII :
« Of the bloody sacrifice and matters cognate » (À propos des sacrifices sanglants et des sujets apparentés).

Le « George and Vulture public House » disparut dans un incendie en 1749 !
Cependant, il fut rapidement reconstruit.
Les rencontres s’effectuèrent aussi chez les membres.
« Francis Dashwood » construisit un temple dans le village londonien de « West Wycombe » à côté duquel furent trouvées des catacombes :
Un endroit idéal pour certainement y cacher les dépouilles après les avoir désossées et décharnées !
La première rencontre à « West Wycombe » fut tenue en 1752 pendant la nuit de « Walpurgis ».
En 1762, des tensions internes et des rivalités politiques transformèrent le club en champ d’affrontements publics.
Il fut finalement dissous.

« Evangeline Hunter-Jones », député et présidente des « Amis de la maison de Benjamin Franklin » expose que « les os brûlés étaient enterrés profondément, probablement pour les cacher et il y a tout lieu de penser qu’il y en a encore ».
Mais pour disculper « Benjamin Franklin », elle rétorque que durant ses longues absences, son ami le Docteur  »Hewson », aurait pu effectuer des dissections de cadavres pour ses recherches.
Car, en effet, la plupart des ossements montrent des marques de dissection et des traits de scie.
Un crâne a été percé de plusieurs trous.
Brefs, voilà des cadavres bien dérangeants chez un sataniste ayant appartenu aux plus hautes sphères d’influences européennes et américaines !

La vie du Père de la Constitution de la plus grande démocratie renvoie bien aux déclarations du représentant des « Illuminati » américain, « Albert Pike », Franc-maçon du 33e degré, qui dans « Morals and Dogmas » (1871) affirmait que le Dieu caché de la Franc-maçonnerie était Lucifer.
L’essence luciférienne de la secte est dénoncée, entre autres, dans « La guerre occulte »(1925) par l’ancien Franc-maçon du 29e degré, « Paul Copin-Albancelli ».

Vous comprendrez ainsi pourquoi en démocratie il est toujours délicat de dénoncer le pédo-satanisme.

Laurent Glauzy

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 20/03/2014

 

illuminati-laurent-glauzy

123

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43