Archive | 02/03/2014

Il Faut Etre Eveillé Pour Réagir !

europe

« Le premier qui dort réveille l’autre ! »

La colère fut le premier mot de l’Europe !
Depuis la colère d’Achille, au premier vers de l’Iliade, le mythe de Sisyphe cher à « Albert Camus », en passant par la fureur du Dieu biblique, ce sentiment électrise toute la tradition occidentale.
La colère des dieux relayée par les humains est salutaire, elle nous réveille, stimule, galvanise, comme les embruns d’une mer en furie.

Mais sous vos climats laiteux – je vous écris de Grèce –, la colère extravertie, héritée des dieux de l’Olympe, est mal vue, dérangeante, trop sauvage, comme le paysage qui m’entoure.
On passe vite soit pour un fâcheux présomptueux, un affreux réac, un indécrottable facho ou, lorsqu’on est une femme, pour une hystérique ou une furie.

Sous le couvert d’une illusoire nouvelle morale pour tous, ou d’un Valls à mille temps, l’invective à la bouche, la colère légitime de nos indignés de service semble curieusement, mezza voce, se mettre en sourdine… Même Mélenchon, Chevènement, Régis Debray ou Dieudonné rentrent dans le rang ou se couchent, dans l’attente d’illusoires tsunamis dans les urnes.

La meute semble repue, la soupe médiatique est bonne :

avale des couleuvres et tais-toi !


Pour ceux qui ont de l’oseille, Bibendum s’enrichit de nouvelles étoiles.
Les agendas annoncent les échéances électorales prochaines.
On ira voter entre la poire et le fromage.
Au diable le verdict des urnes.
Comme si le bulletin Bleu Marine allait changer quelque chose, comme si le combat, depuis Gramsci, ne se situait pas ailleurs, sur le terrain culturel.

Il est où, le « gramscisme » de droite que l’on nous promettait ?
Même« Éléments » et « Nouvelle École » s’embourgeoisent.
Que sont nos « empêcheurs de penser en rond » devenus ?
Jean-Edern Hallier nous avait pourtant prévenus :
« Le premier qui dort réveille l’autre ! »
La classe intellectuelle hiberne-t-elle définitivement, confortablement attablée chez Drouant ou chez Lipp, somnolant entre les flatulences des flagellateurs homologués et les éructations « BHLiennes » des rentiers de l’indignation sélective ?

Dans les lupanars cathodiques de la pensée travestie, nos mandarins soulagés ressemblent de plus en plus à des « indicateurs » de police, au mieux de chemin de fer, versant une larme nostalgique sur les trains de l’Histoire qui leur sont passés sous le nez.
Sur le canapé du bordel médiatique, seuls les clandestins ou les rebelles y lisent encore du Rainer Maria Rilke, avant de rejoindre la tanière des loups, « loin des bouzins de « Tel Quel » puant la médecine légale qui reconstruisent le labyrinthe pour y répandre leur sciure» que dénonçait Dominique de Roux.

Disparu trop tôt, le fondateur des « Cahiers de l’Herne » y côtoie le polémologue Julien Freund et son épitaphe insurgée :
« Sachons être suspects.
C’est le signe d’un esprit libre et indépendant, surtout en milieu intellectuel.
 »
C’est sous ce signe incandescent que s’est forgée l’épée d’un Alain de Benoist, Renaud Camus, Dominique Jamet, que se sont aiguisées les plumes au vitriol de Boulevard Voltaire, plus indispensable que jamais.

« Quand on représente une cause « presque’ perdue, il faut sonner de la trompette, sauter sur son cheval, tenter la dernière sortie… », nous exhorte encore « l’ultra-réactionnaire » Jean Raspail dans « Le Camp des Saints ».
Qualifié de « livre raciste » par « Libération » ou de « roman-brûlot d’un provocateur impénitent » par « L’Express », voilà au moins deux bonnes raisons pour s’y replonger, toutes affaires cessantes.

Et en le refermant de se dire qu’il y a urgence, que l’on n’a plus rien à perdre et que l’on ne pourra plus jamais écrire comme avant…

Dans une France peluchée, ankylosée, aphone, redevenons suspects, radicalement suspects, en colère viscéralement.

« La colère, ça fait vivre… », assure mon compatriote Richard Bohringer :
« Quand tu n’es plus en colère, t’es foutu ! »

José Meidinger

http://www.bvoltaire.fr/  du 02/03/2014

 

 

télé

N’y A-T-Il Donc Que Des « Caniches » ?

panique-163x109-e1374775571574

La Troisième Guerre mondiale nous menace-t-elle ?

De quoi nous sommes-nous mêlés de proposer à l’Ukraine une possibilité de rejoindre l’Europe ?
L’Union européenne a été construite dans l’objectif d’éviter une future guerre mondiale, et c’est à cause d’elle que cette Troisième Guerre mondiale risque de nous conduire vers une nouvelle catastrophe.
Il fallait laisser le libre choix à l’Ukraine de se prononcer démocratiquement par référendum sans aucune intervention externe, ni d’un côté ni de l’autre.

On ne peut pas obliger un peuple qui ne le souhaite pas dans sa majorité de quitter un allié pour un autre.
Nous nous gavons de mots !
Ce pauvre peuple dirigé par des gouvernements corrompus et qui, sous la menace d’une dictature russe, n’aspire qu’à rejoindre nos valeurs, nos lois, notre justice, notre niveau de vie élevé et tout le bien-être que nous pouvons – prétendument – leur apporter, etc…

Eh bien, non !
Une moitié de ce peuple ne veut pas entendre parler de l’Europe et on peut même se demander si l’autre moitié en a tellement envie…

Aujourd’hui, l’alternative est simple : soit la partition, soit l’affrontement.
L’Ukraine de l’Est (Crimée) ne reconnaît pas le gouvernement de l’Ukraine de l’Ouest et vice versa.
L’une parle russe, l’autre ukrainien, sans parler des sujets religieux.
La Tchécoslovaquie s’y est résolue et cela ne lui a pas si mal réussi.
La Russie a décidé l’envoi de troupes afin de maintenir l’ordre, protéger ses partisans, mais surtout son accès direct à la Méditerranée par Sébastopol, où se trouve la plus grande partie de sa flotte.

Qu’allons-nous faire ?
L’Union européenne, qui est dans l’incapacité de soutenir la France dans son rôle de gendarme de l’Afrique, va-t-elle envoyer des troupes dans l’Ukraine de l’Ouest ?
Lesquelles ?
Polonaises, finlandaises ?
Comme elle sera incapable de le faire, ce seront les Américains qui, une fois encore, montreront les dents aux Russes.
Et nous revoilà plongés en pleine période de la guerre froide, en 1962, lorsque la flotte et les missiles russes approchaient des côtes cubaines et que nous étions à deux doigts de l’affrontement et de la catastrophe.
À l’époque, l’URSS a fait marche arrière !
Mais aujourd’hui, Poutine fera-t-il marche arrière ?

Ce n’est pas l’Union européenne qui fait peur aux Russes, ni à personne d’ailleurs, et nous craignons bien plus qu’eux une Troisième Guerre mondiale.

Alors, très vite, un nouveau Yalta (qui justement se situe en Crimée/Ukraine) pour sauver un monde de plus en plus en péril par la folie de « quelques » dirigeants !

Manuel Gomez

http://www.bvoltaire.fr/  du 02/03/2014

Quelques Associations D’idées !

Charles Martel at Battle of Tours AKA Poitiers

Les Arabes sont

des envahisseurs nés.

Ils ont repris leurs conquêtes bloquées en France par « Charles Martel » en 732 mais en beaucoup plus grand et plus efficace, car c’est « pacifiquement qu’ils envahissent » l’Europe et le monde grâce aux pétrodollars.
Ils envahissaient Israël en 638 et aujourd’hui ils veulent le reconquérir, mais là l’infiltration est bloquée (malgré les gauchistes) car le combat est armé.

Les droits du peuple juif sur sa terre sont incontestables au nom de la Tora (livre saint pour les Chrétiens) et au nom du Coran (Sourates 5-21; 7-137;…)
De plus, les Accords internationaux de San Rémo de 1920/1922 ont confirmé que la Terre d’Israël appartenait au Peuple Juif après avoir été divisée :
80% à l’Est du Jourdain pour la Palestine arabe, et 20% à l’ouest du Jourdain au peuple juif.
Et maintenant les Islamistes veulent tout, suivant leur politique d’Islamisation du monde.

Comment pourraient ils faire la paix avec Israël avec une telle politique ?

Pour détruire la gauche, il faut tenter de la persuader que le Christianisme comme le Judaïsme sont en danger face à la volonté d’islamisation des islamistes, et que juifs et chrétiens gauchistes ne seront pas épargnés, car en plus d’être juifs ou chrétiens, non seulement ils devront se convertir ou mourir, mais encore ils sont des traitres à leurs peuples et donc méprisés.

Mettre un terme à l’antisionisme/antisémitisme est une nécessité pour les Chrétiens s’ils veulent survivre.
Le but absurde de la gauche libérale qui ne veut aucune contrainte religieuse est de détruire la civilisation judéo-chrétienne au profit de l’islam, une civilisation bien plus rigoureuse, criminelle et primitive.

Ils travaillent à leur perte comme à la perte de leurs frères !

David Bentata pour  »Dreuz.info »

http://www.dreuz.info/  du 01/03/2014

 

Attention, cela ne nous ramènerait-il pas une centaine d’années en arrière ?

 

La Victoire Du Nationalisme Sur L’antisémitisme.


Dans les années 1880, l’Antisémitisme prend en France des proportions trés inquiétantes pour les Juifs.
Les Juifs tentent alors de détourner cette colère populaire contre un ennemi extérieur : l’Allemand.
Aprés la perte de l’Alsace-Lorraine en 1871, « Jacques de Biez » constate que l’idée même de REVANCHE a été lancée par la presse juive.
L’objectif est évident :
Détourner les Français de leur ennemi racial intérieur -les Juifs- vers un ennemi extérieur -nos frères de race Blanche d’outre Rhin-.

L’effacement d’ »Edouard Drumont » se fera au profit de « Maurice Barrès » :
Le nationalisme supplante l’Antisémitisme.
Le Juif jubile, la France est mûre pour la Grande Guerre.
1 600 000 Français de race Blanche sont morts durant la guerre 14-18 :
Un VÉRITABLE crime contre l’humanité !

La Grande Guerre a déshonnoré le nationalisme.

En France, la race Blanche ne s’est jamais totalement relevée de la guerre 14-18.

Le nationalisme est une idéologie fratricide.

Le RACISME, en tant que défense de la Race, lui, est honorable.

http://louisdarquier.tumblr.com/

 

§§§§§§§§§§


Attaché à sa communauté le juif est inassimilable.

Le génie du peuple juif est d’avoir présenté le problème juif sous son seul aspect religieux.
Selon le juif, il y aurait des Français de confession juive, tout comme il y a des Français de religion catholique.

De nombreux goyim (étrangers au peuple juif) sont tombés dans ce piège.
Monseigneur « Lustiger » incarne l’exemple type du juif de religion catholique.

Tout d’abord les sémites ne sont pas d’origine européenne, ils sont ethniquement proches de l’arabe, pas du gaulois.

Ensuite le juif appartient d’abord au peuple d’Israël, c’est sa communauté nationale.

Enfin le judaîsme entérine religieusement le plus vieux racisme que la terre ait jamais porté.

Seul le peuple élu appartient à l’essence même de dieu, les autres hommes sont assimilés à des animaux.

Pas de prosélytisme chez les rabbins, convertir des animaux au judaïsme est inutile.

Dommergue Pollaco de Menasce

A l’aube de l’an 2000, toutes les organisations protestataires racistes, déguisée en antiracisme, sont juives :
SOS racisme, la LICRA, le MRAP qui concoctent sous couvert d’antiracisme, un monstrueux racisme par juxtapositions d’ethnies mutuellement inassimilables et qui ne poseraient aucune problème si elles vivaient selon les normes géographiques, logiques et naturelles qui les concernent.

La mystification antiraciste infligée par le racisme juif mégalomaniaque est une mystification suprême qui repose surtout sur la stupidité des Goyim.

Dommergue Pollaco de Menasce

Réponse A L’ingérence Occidentale à Kiev.

hiver-

La Russie renforce sa présence militaire en Crimée.

Déstabilisée par des protestations anti-gouvernement à Kiev, qui ont abouti à la destitution du président pro-russe Viktor Ianoukovitch, l’Ukraine a vu la Russie renforcer sa présence militaire en Crimée, région russophone.

Jusqu’à craindre une « invasion armée ».

Moscou, à qui un dirigeant de Crimée a demandé d’aider à rétablir « paix et sécurité », assure samedi ne pas vouloir laisser cette demande sans réponse.

L’Ukraine va-t-elle connaître un scénario à la géorgienne ?
Samedi matin, le Kremlin a indiqué que la Russie « ne va pas ignorer la demande » de « Sergïi Aksionov », nouveau Premier ministre de la péninsule de Crimée.
Celui-ci voulait que Moscou restaure « la paix et le calme » dans le territoire pro-russe.
Des témoins ont signalé vendredi soir des mouvements de transports de troupes blindés non identifiés, sur la route entre Sébastopol et Simféropol, la capitale de la république autonome de Crimée, ainsi que l’atterrissage de plusieurs avions-cargo militaires dans un aéroport militaire près de Simféropol.
Par ailleurs, une dizaine de militaires armés, aux uniformes dépourvus de tout signe distinctif ont patrouillé vendredi toute la journée à l’extérieur de l’aéroport de Simféropol.

6.000 soldats russes en Crimée ?

-Le président ukrainien par intérim « Oleksander Tourtchinov » a accusé la Russie d’agression et a estimé que Moscou entendait rejouer en Crimée le scénario qui a conduit au conflit armé de 2008 avec la Géorgie concernant les régions sécessionnistes pro-russes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud.
-Le ministre ukrainien de la Défense a ainsi accusé la Russie d’avoir envoyé récemment 6.000 soldats en renfort en Ukraine et annoncé le placement de l’armée ukrainienne en état d’alerte renforcé dans la région autonome de Crimée.
-Une « invasion armée » russe, estime de son côté le ministre de l’Intérieur par intérim, « Arsen Avakov », pour qui ces mystérieux militaires à l’aéroport de Simféropol « ne dissimulent pas leur appartenance aux forces armées russes ».

Accord entre les deux pays

Moscou n’a ni confirmé ni démenti des mouvements de troupes russes.

A l’issue d’une réunion en urgence et à huis clos du Conseil de sécurité, le représentant de la Russie aux Nations unies, « Vitali Tchourkine », a déclaré que son pays agissait dans le cadre de ses accords avec Kiev. »

La Russie, qui dispose d’une très importante base navale en Crimée, affirme avoir le droit d’organiser des mouvements de troupes en Ukraine dans le cadre d’un accord entre les deux anciens voisins soviétiques.

En ouverture d’un conseil des ministres samedi, le Premier ministre « Arseni Iatseniouk » a déclaré que  »la présence inadéquate des militaires russes en Crimée est une provocation ».
Il a précisé que « les tentatives de faire réagir l’Ukraine par la force ont échoué ».

Opération de déstabilisation

En milieu de journée samedi, la Russie s’est déclarée samedi « extrêmement préoccupée »par de récents événements en Crimée, région autonome du sud de l’Ukraine que des« cercles politiques influents » à Kiev cherchent selon elle à déstabiliser.

Dans un communiqué, le ministère russe des Affaires étrangères affirme que dans la nuit de vendredi à samedi, « des hommes non identifiés envoyés de Kiev » ont tenté de s’emparer du bâtiment abritant le ministère de l’Intérieur de la région autonome.
« En conséquence de cette provocation perfide, il y a eu des blessés », déclare le ministère, ajoutant sans autre détail que l’opération a été mise en échec
Dans la foulée, la « Douma d’Etat », chambre basse du parlement russe, a demandé samedi au président « Vladimir Poutine » de prendre des mesures pour stabiliser la situation en Crimée, rapporte l’agence « Interfax », citant le président de la « Douma »..

Mise en garde des Etats-Unis

Barack Obama a mis la Russie en garde vendredi, prévenant qu’une intervention militaire en Ukraine aurait un « coût », dans une atmosphère de tension avec son vieil ennemi « Vladimir Poutine » rappelant la Guerre froide :

Nous sommes profondément préoccupés par les informations faisant état de mouvements militaires à l’initiative de la Fédération de Russie en Ukraine. 
Les Etats-Unis seront d’accord avec la communauté internationale pour affirmer qu’une intervention militaire en Ukraine aurait des coûts.

Le président Obama et les chefs d’Etats et de gouvernement européens pourraient pratiquer la politique de la chaise vide au sommet du G8 prévu cet été à Sotchi en cas d’intervention militaire de la Russie en Ukraine, a précisé un haut responsable américain.(?!?)

« Toute violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine serait profondément déstabilisante », a déclaré le chef de la Maison blanche qui, après la Syrie, voit avec l’Ukraine un nouveau sujet de discorde avec le Kremlin.
Barack Obama n’a pas précisé ce qu’il considérerait comme une intervention militaire de la Russie.

La communauté internationale préoccupée

Dans une série de communiqués publiés vers 13h, Paris, Londres et Berlin ont appelé à la désescalade en Crimée.
-« Frank-Walter Steinmeier », ministre allemand des Affaires étrangères, a jugé que la situation en Ukraine devenait dangereuse et a demandé à la Russie de faire part de ses intentions au sujet de ses troupes basées en Crimée.
« La situation s’est considérablement aggravée, en Crimée notamment », a déclaré « Frank-Walter Steinmeier ».  »Nous renvoyons le gouvernement russe à ses déclarations publiques sur le sujet » :

Cela suppose également que la Russie offre sans délai une transparence complète sur les mouvements de ses troupes en Crimée, ainsi que sur les objectifs et les intentions qu’ils revêtent

Intégrité territoriale

-De son côté, le secrétaire au Foreign Office « William Hague » a déclaré sur son compte « Twitter »qu’il s’était entretenu par téléphone avec son homologue russe « Sergueï Lavrov » « afin d’appeler à la désescalade en Crimée et au respect de la souveraineté et l’indépendance de l’Ukraine ».
-Laurent Fabius, enfin a indiqué dans un communiqué que « la France est vivement préoccupée par les informations provenant de Crimée, qui font état de mouvements significatifs de forces armées.
« 
 Le ministre français des Affaires étrangères a appelé les parties « à s’abstenir d’actions susceptibles d’alimenter les tensions et de porter atteinte à l’intégrité territoriale de l’Ukraine »

Dette de gaz non payée à la Russie

Le groupe public russe « Gazprom » a par ailleurs indiqué samedi que l’Ukraine avait une« énorme » dette de gaz 1,55 milliard de dollars (1,12 md EUR) non payée à la Russie, et a averti que le prix préférentiel accordé à Kiev par la Russie pourrait être remis en cause.

« Nous avons de bonnes relations avec l’Ukraine, le transit fonctionne, il faut juste payer le gaz…

Pour le moment, les arriérés de paiement se montent à 1,549 milliard de dollars », a déclaré un porte-parole de « Gazprom », « Sergueï Kouprianov », à l’agence Ria Novosti.
« Avec une telle façon de payer et de remplir ses engagements, l’Ukraine ne va, selon toute vraisemblance, pas pouvoir conserver le prix préférentiel dont elle bénéficie actuellement pour le gaz » russe.

« Dmitri Peskov », porte-parole du président russe « Vladimir Poutine », avait indiqué début février que la Russie s’inquiétait de plus en plus du retard de l’Ukraine dans le paiement de ses factures de gaz.

Au bord de la faillite, l’Ukraine risque le défaut de paiement sans une rapide perfusion financière internationale.

http://www.latribune.fr/  du 01/03/2014

 

International ne veut pas dire mondial !
Obama se croit vraiment le chef d’orchestre…il fourre son pif partout et tous les « caniches » doivent dire comme lui !
Mais qu’il s’occupe de ses états, de résoudre la crise financière américaine…dont nous n’avons plus entendu parler !
Il ne digère pas que les Jeux Olympiques n’aient pas été un fiasco !
On dirait que la troisième guerre mondiale le taraude, nous y verrions intervenir les U.S.A. quand la situation est presque perdue, comme pour les précédentes, pour jouer les grands redresseurs de torts et les juges de paix…sans oublier de bien se servir au passage, bien sûr !

 

Image de prévisualisation YouTube

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43