Archive | 05/03/2014

Quand On Vous Rend De La Monnaie …

Lire turque

Déjà vu il y a quelques temps

…mais enfin, vérifiez !

Elles ont déjà fait leur apparition en Bourgogne, où il y a une forte communauté turque, et les commerçants ne se privent pas de nous les « refourguer » … .

NOUS ALLONS EN ÊTRE ENVAHIS AU RETOUR DES VACANCES !!!

ATTENTION À VOTRE MONNAIE AVANT DE LA RANGER.
2 euros = 0,40 Euro

ATTENTION ARNAQUE PROCHAINE !!

Cela est bon à savoir, l’arnaque va venir en France
2 euros = 0,40 euro ?
ATTENTION VÉRIFIEZ BIEN VOTRE MONNAIE
Depuis le 1er janvier la Turquie a une nouvelle monnaie, la « nouvelle lire turque » (Yeni Turk Lirasi), qui remplace l’ancienne lire hyper dévaluée, à laquelle on a enlevé pas moins de six zéros.
Lorsqu’on regarde la nouvelle pièce de 1 lire, on s’aperçoit aussitôt qu’elle ressemble étrangement à la pièce de 2 euros.
Si on compare ces deux pièces, on constate qu’elles ont exactement la même apparence (un anneau de nickel entourant la partie centrale en cuivre) et quasiment la même dimension.
De même, le côté face comporte, comme beaucoup d’euros, une tête (il s’agit ici d’Ataturk, comme les Euros nous montrent le roi d’Espagne, le roi des Belges, Dante, etc. )

La seule différence est qu’à la place du 2 de Deux Euros, il y a un 1.
Et encore peut-on remarquer que ce » 1 « est graphiquement très proche du 1 de la pièce de 1 euro.
Cette pièce d’une lire turque est donc une habile contrefaçon juridiquement inattaquable de la pièce de deux euro.
Or elle vaut 0,40 euro (en Europe, en réalité, elle ne vaut rien du tout).
Elle permet donc de rendre la monnaie, dans toute la zone euro, en faisant de substantiels bénéfices.
Pour l’heure, soyez prudents, vérifiez que lorsqu’on vous rend bien des pièces de deux euros, qu’il ne s’ agit pas de pièces d’une lire turque, car elles ont commencé à circuler.

SOURCE : MINISTÈRE DU BUDGET ET DES FINANCES.

FAITES CIRCULER ET ENVOYEZ A TOUS VOS CONTACTS

Autre Que Réseau Social

Ne Confondons Pas Islam Et Muslis !?!

halal (2)

La stratégie de la « gauche » quand il s’agit de la religion d’allah

Maintenant il y a deux sujets distincts l’un de l’autre, les musulmans d’un côté et l’islam de l’autre !
Ainsi, il est (encore) possible d’évoquer, dans les médias, l’intégration des immigrés musulmans en France mais pas l’islam !
Dès que ce mot est prononcé, c’est le blasphème suprême, les visages se figent chez les journalistes, Les militants « UMPS » et autres associations pro-musulmanes !
Celui qui parle de l’islam devient le plus Nazi des nazis de chez les Nazis !
Pourtant le musulman n’est que le « soumis » à l’islam !
Sans islam point de musulman !

Ainsi, quand un Maire de gauche finance une mosquée ou une école Coranique, sa motivation première, c’est une aide qu’il adresse à ses administrés musulmans, par « égalitarisme » avec les Catholiques.
Mais, jamais, Ô grand jamais, pour aider au développement de l’islam en France.

N’est-il pas étrange que François Hollande, évoque que « l’islam est parfaitement compatible avec les valeurs de la République » dans l’enceinte même de l’Assemblée Constituante de Tunisie, normalement laïque ?
C’est comme si Madame « Merkel », la chancelière Allemande venait au perchoir de notre Assemblée Nationale et déclarait que « le Catholicisme Romain est compatible avec les valeurs de la démocratie Allemande ! »
Aucun risque qu’un journaliste pose la question à notre ministre des affaires étrangère L. Fabius.

Ainsi seule l’association des deux termes « islam » et « Valeur républicaine » sont admises.
Pour éviter l’association entre islam et secte meurtrière, la Gauche a créé un terme trés efficace :

« intégriste ».

Ce qui permet d’associer et de faire des parallèles entre les intégristes catholiques (pacifiques) et les assassins musulmans, comme « Khaled kelkal » ou un « Mohamed Merah » ou des meurtriers suicidaires du 11 septembre.
Ainsi quand l’idéologie que représente l’islam fait que l’un de ses soumis (musulman) commet un acte barbare, en son nom, c’est un « intégriste » mais pas un musulman.
Jean Luc Mélenchon, vice Président du parti pro-islamique « FdG », ne déclarait-il pas, à propos de « Mérah », « pourquoi la presse dit qu’il était fou d’Allah, fou tout court suffisait » !

Mais il y a mieux !

Si vous critiquez, à juste titre, le comportement des musulmans en France, leurs refus de nos valeurs républicaine, de nos us et coutumes, de notre identité culturelle qui est celle des terroirs, vous êtes catalogués de « Raciste » et de   »Xénophobe ».

Si vous dites que l’islam est incompatible avec notre démocratie, vous êtes immédiatement catalogué « intégriste Laïque » !

Comment croire possible que des Français soient d’un côté d’accord pour le développement des mosquées en France mais pas d’accord pour le développement de l’islam en France ?
Ce serait aussi stupide de penser qu’une personne peut-être à la fois opposée à l’immigration massive de musulmans mais d’accord pour le développement de l’islam en France.
Faut vraiment être Socialiste pour le penser !
Ecoutez bien les discours et les débats c’est flagrant !

Très commode cette sécularité linguistique pour éviter tout débat démocratique sur les dangers que représentent l’islam et ses millions d’immigrés et d’enfants d’immigrés musulmans en France.

On doit le dire haut et fort, le 9 mars, à Paris, pour demander que le gouvernement organise un référendum pour que les Français puissent dire s’ils veulent ou non d’une immigration massive de musulmans qui pratiquent, rappelons-le, une « religion 100% OGM » (Origine Garantie Muslim) !

Jeanlg75

http://resistancerepublicaine.eu/  du 05/03/2014

 

aff-9mars-1-212x300

NON à  cette religion

O.rigine G.arantie M.uslim

Manifestons Pour Le Référendum.

downloads-300x225

Les Francais Patriotes disent presque tous comme nous…

Mais les médias taisent la manifestation du 9 mars prochain !

http://www.ipsos.fr/ipsos-public-affairs/actualites/2014-01-21-nouvelles-fractures-francaises-resultats-et-analyse-l-enquete-ipsos-steria

Pour 79% des Français, on n’est jamais assez prudent quand on a affaire aux autres (+1 contre 23% pour qui on peut faire confiance à la plupart des gens).
Pour 58%, la France doit se protéger davantage du monde d’aujourd’hui (=, contre 42% qu’elle doit s’ouvrir davantage).

Le lien de confiance entre les Français et un grand nombre d’institutions politiques s’est durablement brisé.
72% des Français n’ont pas confiance dans l’Assemblée nationale,
73% des Français n’ont pas confiance dans le Sénat.
Pour 88% des personnes interrogées, les hommes et les femmes politiques ne s’occupent pas de ce que pensent les gens.

Les médias sont très vivement critiqués :
77% des personnes interrogées ne leur font pas confiance.
74% des Français pensent que les journalistes ne parlent pas des vrais problèmes des Français.

66% des Français sont d’accord avec l’idée selon laquelle il y a trop d’étrangers en France.
47% pensent que pour réduire le nombre de chômeurs en France, il faut réduire le nombre d’immigrés.
Bien qu’en recul, le rejet de l’Islam est toujours majoritaire : 63% des Français considèrent que cette religion n’est pas compatible avec les valeurs de la société française (-15 à gauche à 46% et -10 à l’UMP à 72%).

Le climat de défiance et de repli s’accompagne comme dans la vague précédente d’une forte demande d’autorité.
L’Armée et la Police font partie des rares institutions auxquelles une majorité de Français accordent encore leur confiance (à respectivement 79% et 73%, contre 46% à la Justice, 31% aux syndicats, etc.).
Parallèlement, une très large majorité de personnes interrogées (84%, -3) s’accordent à dire qu’on a besoin d’un vrai chef en France pour remettre de l’ordre.
(Cela veut dire que 84% des français pensent que François Hollande n’est pas un vrai chef…)

Dans ce contexte, le Front national séduit, au-delà de ses sympathisants, une partie significative de la population.
32% des Français disent que ce parti est proche de leurs préoccupations (38% des employés et 41% des ouvriers). Ses propositions sont perçues comme réalistes par 34% des Français (42% à l’UMP).
Il incarne une alternative politique crédible pour 34% des sondés (40% à l’UMP).

L’adhésion aux critiques contre la vie politique, pourtant déjà très élevée en 2013, gagne encore du terrain.
65% des Français pensent que la plupart des hommes et des femmes politiques sont corrompus.
84% pensent les hommes politiques agissent principalement pour leurs intérêts personnels.
La progression la plus spectaculaire concerne l’idée selon laquelle « le système démocratique fonctionne mal, mes idées ne sont pas bien représentées » (+6 points à 78%).
La hausse est particulièrement nette chez les moins de 35 ans (+12 à 84%) et auprès des sympathisants socialistes (+11 à 50%).

A quatre mois des élections européennes, le repli et la défiance de l’opinion exacerbent les crispations à l’égard de l’Europe.
Pour faire face aux grands problèmes des années à venir, 70% plaide pour un renforcement des pouvoirs nationaux au détriment de ceux de l’UE (67%, +10 à l’UMP).
La contestation de la monnaie unique est également en nette progression.
33% (+5) des Français souhaitent que la France sorte de la zone Euro et repasse au Franc (contre 67%, -5 qu’elle reste dans l’Euro).
Cette idée est désormais majoritaire chez les ouvriers (à 52%, +8 soit l’une des plus fortes progressions).
En outre, seuls 45% des Français (34% des ouvriers) estiment que l’appartenance de la France à l’EU est une bonne chose, contre 40% pour qui c’est une mauvaise chose.

Sous l’apparente stabilité de certains indicateurs, de fortes évolutions sont à l’œuvre au sein des différentes catégories de population.
Là où l’opinion des cadres s’améliore, celle des ouvriers se dégrade assez nettement.
Pour 68% (+7) des cadres, la mondialisation est une opportunité alors qu’elle est perçue comme une menace par 74% (+4) des ouvriers.
De même, pour près de trois cadres sur quatre (72%, +16), la France doit s’ouvrir davantage au monde d’aujourd’hui alors que 75% (+13) des ouvriers pensent qu’elle doit s’en protéger.
La coupure avec le politique est encore plus nette chez dans les classes populaires.
87% des ouvriers pensent que le système démocratique fonctionne mal et que leurs idées ne sont pas bien représentées (+8, alors que cette idée est stable chez les cadres à 65%, +1).
La demande d’autorité est beaucoup plus forte chez les ouvriers : 64% sont favorables au rétablissement de la peine de mort (contre 26% des cadres).
A noter également que 74% des ouvriers estiment qu’on ne se sent plus chez soi comme avant (+7, contre 38% -12 chez les cadres) et que pour 39%, les immigrés qui s’installent en France prennent le travail des Français (+7, contre 9% -13 chez les cadres).

Beate

http://resistancerepublicaine.eu/  du 05/03/2014

 

aff-9mars-1-212x300

 

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43