Archive | 15/03/2014

Les Magouilles Continuent « Forte » !

correct-

Soupçons de fraudes sur listes électorales à Saint-Denis (93)

Un recours a été déposé auprès du Tribunal de Grande Instance par le candidat socialiste « Mathieu Hanotin » en vue de la radiation de 48 Roms des listes électorales de la ville de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

A l’origine de ce recours, l’inscription, par la mairie communiste, sur les listes électorales de 82 Roms ayant la nationalité roumaine, et occupant un terrain mis à disposition par l’Etat à Saint-Denis.
Rappelons que pour être inscrit sur les listes électorales des élections municipales, il faut être ressortissant d’un pays de l’Union Européenne et être domicilié dans la commune concernée depuis un certains nombres d’années.

La question de la domiciliation de 48 Roms de ce campement parait douteuse
Le campement se résume à des petits préfabriqués numérotés à la peinture, des fils électriques et des tuyaux se mélangeant aux antennes de télé sur des toits en tôle. Des logements plus que précaires.
Alors que la qualité de « domicile » pourrait être contestable dans ces conditions, le candidat socialiste remet en cause la domiciliation effective d’adultes Roms du camp :
« Nous avons de vrais doutes sur les contrôles de domiciles de 48 des 82 adultes qui vivent dans ce bidonville, d’où ces 48 recours. »

Autre point de contestation,  le côté collectif des inscriptions qui pourrait cacher un chantage politique
La loi interdit les demandes groupées d’inscription sur les listes électorales afin de protéger les citoyens des pressions politiques éventuelles.
Or dans le cas présent, selon « Mathieu Hanotin », il y aurait bien eu inscription collective orchestrée par divers associations :
« Je ne dis pas que des agents de la mairie ont fait ce travail mais des associations comme le « MRAP », proches du « PCF ».
Ce sont les mêmes qui tractent pour « Didier Paillard » (actuel Maire « PCF »)
 ».
Si la justice ne tranche pas le litige avant le premier tour des élections, son recours deviendra un contentieux post-électoral qui pourrait invalider l’élection en cas de résultat trop serré.

http://fr.novopress.info/  du 15/03/2014

La Guerre Au Transgénique « Monsanto ».

mais

La France interdit la culture du maïs transgénique MON 810

La France a interdit samedi par arrêté l’utilisation du maïs MON 810 de Monsanto, privilégiant le « principe de précaution » dans l’attente que la loi interdisant plus largement toute culture de maïs transgénique soit débattue à l’Assemblée début avril.

« La commercialisation, l’utilisation et la culture des variétés de semences de maïs issues de la lignée de maïs génétiquement modifié MON 810 (…) sont interdites sur le territoire national jusqu’à l’adoption (…) d’une décision définitive » et des mesures communautaires, stipule l’arrêté publié au Journal officiel.
Cette décision avait été annoncée le mois dernier par le ministre de l’Agriculture qui souhaitait sécuriser le débat entre pro et anti-OGM avant les premiers semis.
Le ton est déjà monté vendredi dans les Pyrénées-Atlantiques, avec l’occupation par une quarantaine de « faucheurs volontaires » du siège social de l’association générale des producteurs de maïs (« AGPM »), favorable au maïs « OGM ».

La météo clémente des dernières semaines a permis aux champs de sécher et les premiers semis de maïs ont débuté depuis quelques jours.

Or, si la France avait interdit le MON 810 dès 2008, puis de nouveau en 2012, le Conseil d’Etat, saisi par les pro OGM, a annulé le moratoire en août dernier, pour non conformité au droit européen, rouvrant la voie à son utilisation.

Le gouvernement est monté au créneau le mois dernier, avec un premier texte rejeté par le Sénat, puis avec une proposition de loi visant à interdire le maïs transgénique, adoptée en commission à l’Assemblée nationale.
Mais en raison de la pause parlementaire liée aux élections municipales, les débats ont été fixés au 10 avril, soit après le début des semis.
L’arrêté, s’appuyant sur l’ »urgence » de la situation, estime que « le principe de précaution justifie l’adoption de mesures restrictives ».

- Risques graves pour l’environnement -

Le texte indique également qu’ »au vu de données scientifiques fiables et de résultats très récents de la recherche internationale, la mise en culture de variétés de semences de maïs MON 810 sans mesures de gestion adéquates présenterait des risques graves pour l’environnement ainsi qu’un danger de propagation d’organismes nuisibles devenus résistants ».

Contacté par l’AFP, l’eurodéputé écologiste « José Bové » a salué la publication de cet arrêté, estimant que « c’était la seule façon de pouvoir interdire les « OGM » dans les champs en 2014″.
« On voit bien que certains lobbies vont essayer de faire pression et d’attaquer cette décision mais ça ne changera rien pour cette année », s’est-il réjouit.
Vendredi, le directeur général de l’association générale des producteurs de maïs (« AGPM »), « Luc Esprit », avait indiqué à l’ »AFP » que les producteurs « respecteront le droit » et ne planteront pas d’OGM si cela est interdit même s’il jugeait que « les différentes solutions, si elles sont intéressantes pour les producteurs, doivent exister ».
Le MON 810 résiste à la pyrale, un insecte qui ravage les cultures, principalement en Midi-Pyrénées ou en Aquitaine.
Selon Monsieur « Esprit », il est exclu que « des producteurs se risquent à planter des OGM cette année au risque de devoir détruire leurs parcelles » une fois l’arrêté d’interdiction publié.

Reste, pour « José Bové », la question de la pérennisation du cadre juridique au-delà de 2014.
« On voit bien aujourd’hui que la législation européenne n’est pas satisfaisante », regrette-t-il.
Le renouvellement d’autorisation du MON 810 est actuellement en cours d’examen par l’Union européenne, avec en parallèle des discussions pour revoir le processus d’évaluation des OGM.
Le compromis en discussion permet à chaque Etat d’interdire la culture d’un OGM sur tout ou partie de son territoire pour des raisons autres que la santé et l’environnement, comme l’ordre public, l’aménagement du territoire ou la lutte contre la dissémination.

Selon José Bové, « la commission cherche à amoindrir l’évaluation (desOGM) et renvoyer la responsabilité vers les Etats, ce qui aurait des conséquences dangereuses au niveau du droit international car chaque pays pourrait se faire attaquer par l’ »Organisation mondiale du commerce » (« OMC ») ».

http://tempsreel.nouvelobs.com/  du 15/03/2014

 

§§§§§§§§§§

 

mais-transgenique

Nouvelle étape dans la guerre
entre la France et Monsanto.

Le ministère de l’Agriculture vient d’interdire par arrêté la commercialisation, l’utilisation et la culture du maïs génétiquement modifié MON 810, produit par le groupe agro-alimentaire américain.
«La commercialisation, l’utilisation et la culture des variétés de semences de maïs issues de la lignée de maïs génétiquement modifié MON 810 sont interdites sur le territoire national jusqu’à l’adoption d’une décision définitive», précise l’arrêté publié ce samedi au Journal officiel.
Il s’agit aussi d’interdire par avance le maïs TC1507 (« Pioneer-Dupont ») qui pourrait être autorisé par l’UE.

Cette mesure va s’appliquer jusqu’à la proposition de loi interdisant la culture du maïs transgénique en France qui sera débattue le 10 avril à l’Assemblée.
Le ministère de l’Agriculture a considéré qu’il y avait urgence à l’approche de la période de semis.
Cette proposition de loi déposée par les socialistes et déjà adoptée en commission prévoit que « la mise en culture des variétés de maïs génétiquement modifié est interdite» mais a refusé d’interdire toutes autres plantes génétiquement modifiées.

L’Etat français met en avant le «principe de précaution»

Pour justifier cette mesure, l’arrêté se réfère au «principe de précaution» qui justifie l’adoption de «mesures restrictives».
«Au vu de données scientifiques fiables et de résultats très récents de la recherche internationale, la mise en culture de variétés de semences de maïs MON 810 sans mesures de gestion adéquates présenterait des risques graves pour l’environnement ainsi qu’un danger de propagation d’organismes nuisibles devenus résistants», précise le texte.

Cette mesure intervient alors que le Conseil d’État avait annulé l’été dernier un arrêté d’interdiction datant de 2011 du MON 810.
En février dernier, l’Union européenne a également ouvert la voie à la culture de maïs transgénique.
Mais dans ce domaine, les états de l’UE ont la possibilité d’interdire sur leur territoire un OGM même s’ils sont autorisés par l’Union européenne.

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 15/03/2014

On Nous Empoisonne Sciemment.

eau

Boire l’eau du robinet augumenterait les risques d’Alzheimer

De nombreuses études attestent que les habitants des zones où l’eau potable est particulièrement riche en sulfate aluminium et pauvre en magnésium et en calcium sont plus exposés à la maladie.
la maladie d’Alzheimer était plus de deux fois plus courante chez les Afro-Américains que chez les Yoruba nigérians de même sexe et de même tranche d’âge.
En résumé, à l’échelle mondiale comme à l’échelle ré-gionale, la maladie d’Alzheimer n’a pas de profil spatial aléatoire relativement uniforme.
Elle semble augmenter plus vite que la population ne vieillit et son incidence et sa prévalence sont grandement affectées par la migration.
Bref, elle ne présente aucune des caractéristiques géographiques attendues d’une maladie principalement génétique. ?
Dans leur livre « Genome », « Bishop et Waldholz » affirment qu’« en eux-mêmes et d’eux-mêmes, les gènes aberrants ne provoquent pas la maladie.
Généralement parlant, leur impact sur la santé d’une personne est minime jusqu’à ce qu’elle soit plongée dans un environnement nocif. »
Par conséquent, les répercussions d’un gène aberrant dépendent de la localité et du mode de vie, autrement dit de la géographie.
L’analyse documentaire précédente établit que les « environnements nocifs » qui amplifient l’impact de l’héritage du gène « APO E4″ et d’autres aberrations génétiques liées à Alzheimer possèdent deux caractéristiques majeures. Ils présentent des variations spatiales très claires et leur nombre semble augmenter rapidement.

De nombreuses preuves suggèrent que ces environnements sont des zones où l’eau potable est riche en aluminium dissous (en particulier sous sa forme monomère) et pauvre en magnésium et en calcium.
En outre, cette eau est généralement pauvre en acide silicique.
C’est le cas dans les endroits où les eaux de surface peu alcalines ont beaucoup de mal à amortir les impacts des pluies acides, l’un de ces impacts étant une solubilité accrue de l’aluminium dans les régions à fortes pluies acides et à faible alcalinité, les taux croissants d’aluminium dissous, présents à la fois dans l’eau du sol et dans l’eau de ruissellement, entraînent de vastes dommages écologiques.
Il semble que cet élément soit aussi le facteur de risque environnemental dominant dans la maladie d’Alzheimer.

Intoxication et pertes de mémoire .
En 1988, il a été clairement prouvé qu’un excès d’aluminium dans l’eau potable pouvait affecter la mémoire.
À la suite d’un accident survenu dans une installation anglaise d’adduction d’eau, la population locale a bu une eau contenant des taux excessivement élevés de sulfate d’aluminium.
Les malheureux qui avaient utilisé cette eau contaminée se sont presque tous plaints de pertes de mémoire.

On trouve aussi des preuves significatives du lien entre la démence et l’aluminium dans l’étude menée en Ontario par  »McLachlan » sur 668 autopsies de cerveaux atteints d’Alzheimer.
Ces dernières ont démontré que le risque de développer la maladie d’Alzheimer avait été 2,5 fois plus grand chez les habitants des agglomérations buvant de l’eau qui contenait plus de 100 µg d’aluminium par litre que chez les personnes vivant dans des zones où l’eau potable affichait un taux d’aluminium inférieur.
Les résultats de  »McLachlan » étaient encore plus spectaculaires pour ceux qui avaient bu de l’eau contenant 175 µg d’aluminium par litre.
Selon la façon dont ces patients étaient regroupés, le risque relatif approché de développer la maladie d’Alzheimer allait de 6,7 à 8,14.
Autrement dit, leur cerveau avait 7 à 8 fois plus de risques de présenter les signes caractéristiques de la maladie d’Alzheimer si ces patients avaient régulièrement consommé de l’eau très riche en aluminium.
Plusieurs auteurs ont tenté de quantifier l’ampleur du lien entre la maladie d’Alzheimer et l’aluminium.

« Forbes » et « McLachlan », par exemple, ont étudié ce lien chez les très vieux, à savoir les personnes de plus de 85 ans.
Ils ont découvert que,après avoir tenu compte de six autres facteurs, tels que le fluorure, l’acide salicique, le fer, le pH et la turbidité, ceux qui vivaient dans des quartiers où l’eau potable contenait plus de 250 µg d’aluminium par litre avaient presque 10 fois plus de risques de développer la maladie d’Alzheimer.
Cela confirmait une étude longitudinale antérieure réalisée en Ontario ayant établi que les hommes de plus de 75 ans qui buvaient de l’eau potable contenant au moins 0,0847 mg d’aluminium par litre avaient 1,72 fois plus de risques de présenter une altération du fonctionnement mental.
De même, après un contrôle statistique de cinq autres variables, la mortalité d’Alzheimer affichait un rapport de cotes de 3,54 pour les personnes ayant bu de l’eau qui contenait au moins 0,336 mg d’aluminium par litre.

Une étude longitudinale plus récente de huit ans s’est penchée sur 3 777 personnes de plus de 65 ans vivant dans le sud-ouest de la France en 1988-1989.
Elle a confirmé que celles qui buvaient de l’eau dont la teneur en aluminium dépassait 0,1 mg par litre avaient deux fois plus de risques de développer la maladie d’Alzheimer.

L’impact négatif de l’aluminium semble être atténué par l’acide silicique, le calcium et le magnésium, notamment dans l’eau potable ayant un pH compris entre 7,85 et 8,05.

Rusty James pour son blog

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 15/03/2014

A se demander pourquoi le vaccin contre la grippe ( si fortemment conseillé pour les personnes âgées) contient de nos jours de l’aluminium.

Histoire De La Cyberstratégie Russe

yannick harrel

« Un autre regard sur la Russie »

Le 21 mars sera disponible dans toutes les librairies françaises le premier ouvrage en français sur la cyberstratégie russe.
L’auteur, Yannick Harrel, tient le blog Cyberstratégie Est-Ouest qui a pour vocation depuis 2007 de traiter des problématiques géopolitiques entre l’Ouest et l’Est du continent Eurasiatique ainsi que des enjeux du cyberespace, avec en quelques occasions des développements sur des sujets tiers.

M. Harrel, pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Succinctement, je travaille en portant deux «casquettes», la première en tant qu’expert agréé sur le monde russe et son proche étranger au profit notamment d’une fédération d’entrepreneurs francophones, la seconde en tant que chargé de cours en cyberstratégie économique et financière pour le compte d’une école de commerce.
J’ajoute à escient que je suis blogueur actif depuis 2007 et qu’à ce titre (c’est une condition impérative pour y entrer) je suis membre de l’Alliance GéoStratégique, un collectif de civils et de militaires, de professionnels et de chercheurs, délivrant leurs
analyses dans leur(s) domaine(s) de prédilection.

Qu’est-ce qui vous a incité à vous intéresser au monde russe ?

Mon premier voyage en 1993 pour être exact où j’ai été subjugué par l’incroyable vitalité de ce monde qui sortait à peine de près de soixante-dix ans de communisme.
Par la suite, j’eus l’opportunité d’effectuer des études à Moscou puis à Veliky Novgorod, cette cité où il suffit de tendre l’oreille pour percevoir dans le murmure du vent les hauts faits de l’Histoire russe comme j’aime à l’écrire.
Je tiens aussi à rendre hommage à feu « Henri Troyat », de l’Académie Française, avec qui j’eus un humble échange épistolaire et qui a façonné mon attirance pour le monde russe avec sa suite romanesque, «Tant que la Terre durera».

Pourquoi avoir écrit sur la cyberstratégie russe et que pouvez-vous en dire ?

C’est une demande expresse d’un ami, « Olivier Kempf », ayant opéré une réflexion sur la cyberstratégie et qui a par ailleurs récemment publié son propre ouvrage sur le sujet, qui m’a incité à croiser mes réflexions sur mes deux centres d’intérêt.
De là et depuis mai 2012 il en a résulté une activité soutenue de recherche, de traduction, d’analyse, de mise en perspective puis d’écriture sur le sujet.
Lequel n’a pas été avare de surprises, et c’est tout le charme de tels travaux.
Ainsi les russes ont une approche déjà très neutre technologiquement, tout au contraire de la vision américaine qui est relativement techniciste.
Ensuite, l’appui et la participation aux travaux des institutions régionales et internationales sont autrement plus prononcés à travers la vision russe qu’américaine qui a tendance, cette dernière, à agréger personnellement autour de sa propre vision.
Enfin, l’aspect marchand propre aux textes américains est clairement minoré (mais non absent) dans les documents russes, se focalisant davantage sur ce que j’appelle le substrat civilisationnel.
Il y a une volonté expresse de préserver et de transmettre aux futures générations un héritage qui peut être menacé de l’intérieur ou de l’extérieur.
La Russie sait de par les soubresauts de l’Histoire combien une civilisation est mortelle pour paraphraser le penseur « Paul Valery ».
Nous ne sommes pas ici dans une configuration de politique politicienne mais véritablement dans une démarche civilisationnelle, et c’est ce qui m’a vraiment frappé de par l’étude des textes.

Ensuite, l’autre versant est militaire.
Où l’on sent qu’il y a des tâtonnements sur la forme mais en revanche une volonté qui est de plus en plus claire et nette sur le fond à intégrer le cyberespace (ou espace informationnel) en tant que nouveau champ stratégique. Les russes ont une formidable capacité à apprendre puis s’adapter à leur environnement stratégique et même à innover comme ce fut le cas avec l’art opératif.
Ce qui a été mis en exergue voici quelques années par Monsieur « Jacques Sapir », que je remercie par ailleurs de m’avoir accordé l’honneur de préfacer mon ouvrage.

En filigrane, la stratégie informationnelle russe procède d’une volonté appuyée par les autorités d’asseoir la souveraineté du pays dans le cyberespace sur plusieurs plans: physique, logique et cognitif.
La poursuite de cet objectif est mise à rude épreuve car les menaces dans le cyberespace mutent et surprennent les nombreux acteurs qui s’y trouvent, y compris parfois les plus chevronnés.
Il n’empêche que la Russie a un avantage énorme : la qualité de son potentiel humain.
Au point que certains spécialistes étrangers n’hésitent même plus à recommander l’appui d’informaticiens russes !

Votre ouvrage est dédié à la mémoire du colonel ingénieur « Anatoli Kitov », pourquoi?

Parce que cet individu n’ayant bénéficié d’aucun éclairage en langue française méritait au moins un hommage appuyé pour avoir été un génie de l’informatique au même titre que « Sergueï Lebedev ».
Père de la cybernétique soviétique, il fut un esprit clairvoyant dont les réalisations concrètes n’ont malheureusement pas réussi à emporter la décision au sein de sa hiérarchie de créer le premier maillage intelligent de terminaux informatiques malgré des appuis aussi sérieux que l’amiral « Axel Berg » ou le célèbre mathématicien « Alexeï Lyapunov ».
La cybernétique fut ensuite étouffée par la « brejnévisation » même si « Kitov » ne cessa pas ses recherches, destinées principalement au secteur productif, comme l’élaboration d’un système de gestion automatisé industriel ou encore un langage informatique, l’ALGEM, ayant vocation à faciliter le traitement des informations à caractère économique.

Alexandre Latsa

http://fr.ria.ru/tribune/20130313/197780201.html  du 13/03/2013

 

P.S.
Article resté aux oubliettes des « tout chaud », comme un certain nombre d’autres.
Il était publié le

Pas De Censure Pour CES « Hackers » !

clin-doeil

Importante vague de cyber-attaques contre la Russie

Les sites internet du Kremlin, du ministère russe des Affaires étrangères, de la Banque centrale et de l’agence publique d’information « RIA Novosti » ont subi vendredi des cyber-attaques qui en ont interrompu le fonctionnement.
« C’est une attaque « DDos » sérieuse, qui ne vise pas que le site du Kremlin mais un certain nombre d’autres portails », a indiqué un membre du service de presse du Kremlin cité par « Itar-Tass ».
Il a ajouté qu’il s’agissait de l’attaque la plus puissante depuis la création du site de la présidence russe.
Une attaque DDos (déni de service distribué) consiste à submerger un ensemble de serveurs de trafic sans objet pour le saturer et le paralyser.

Le site du ministère des Affaires étrangères n’était pas non plus accessible dans l’après-midi vendredi.
La Banque centrale russe a également indiqué avoir été victime d’une cyber-attaque.
L’agence publique Ria Novosti a signalé elle aussi une attaque « DDos » contre son site internet.

http://www.7sur7.be/  du 14/03/2014

 

Les « gamins colériques » piquent leur colère en passant par la toile, c’est certainement plus anomyme !
L’ours russe est serein et se sait dans la légalité, il ne joue pas à la gueguerre, lui !

 

§§§§§§§§§§

clavier

Les sites militaires russes protégés contre les cybermenaces d’ici 2017.

Le ministère russe de la Défense prévoit de créer d’ici 2017 une structure spéciale chargée de la sécurité informatique des sites stratégiques, a annoncé jeudi le général « Iouri Kouznetsov », membre de l’Etat-major général des Forces armées de Russie.

« Une structure spéciale sera créée afin de protéger les sites de l’Armée russe contre les attaques cybernétiques », a déclaré le général, ajoutant que les travaux d’organisation étaient réalisés par étapes et devraient être achevés d’ici 2017.

Le responsable n’en a pas donné plus de détails.

L’été dernier, le ministère russe de la Défense a publié ses projets de formation de troupes spéciales, dont les principaux objectifs résideraient dans la surveillance, le traitement des informations extérieures et la lutte contre les cybermenaces.
Auparavant, le ministre « Sergueï Choïgou » a lancé une grande « chasse » aux programmeurs, cette mesure s’expliquant par le volume de logiciels dont l’armée aura besoin dans les cinq années à venir.

http://fr.ria.ru/defense/20140130/200346565.html  du 30/01/2014

Envahis Par Une Maladie Héréditaire.

13549855611354978906892

Plus du tiers des naissances sont extra-européennes en France

C’est le chiffre révélé – indirectement – par la Haute Autorité de Santé sur le nombre de naissances extra-européennes dans l’Hexagone.
La « HAS » dépiste en effet une maladie génétique ne touchant exclusivement que les populations d’origine africaine, orientale ou indienne, la drépanocytose.

Plus de 60% de naissances non européennes à Paris

Ce dépistage a concerné en 2012, selon le site Fdesouche.com, pas moins de 271 887, soit 34% du total des naissances.
Le dépistage révèle en outre de fortes disparités géographiques quant à la colonisation de peuplement induite par ces naissances : elles représentent 5,5% sur le sol breton, mais déjà 60% en région parisienne.

Censure et omerta de la gauche française

Le gouvernement français, sous la pression des universitaires proches du Parti Socialiste ou du Parti Communiste, mais également des médiats – très majoritairement de gauche – ou des « ligues de vertu » antiracistes (« LICRA » – « MRAP » – « SOS Racisme » – « LDH »), interdit a contrario des « USA » ou de l’Angleterre le recensement ethnique de la population.

Ce dépistage est donc un outil assez précis pour faire l’état de la colonisation de peuplement qui se déroule en France.

Depuis de nombreuses années, une véritable censure d’état, alimentée par le terrorisme intellectuel des organisations socialo-communistes, frappe ceux qui tentent de faire l’état des lieux de l’immigration extra-européenne en France.
Jusqu’à lors, avec succès.
Mais l’internet et la compilation de données nouvelles, notamment sanitaires et génétiques, permet de contourner la censure.

Une véritable colonisation de peuplement

Après la région parisienne, c’est l’Alsace et le Sud de la France qui sont le plus touchés, avec respectivement 31% et 43% en Provence.

L’étude cependant, en mettant la focale sur les seules naissances, tend à faire croire que la bascule démographique amenant les populations autochtones en situation de minorité se réalisera assez tardivement.
Plus exactement quand il y aura plus de 50% de naissances allogènes sur la totalité du territoire hexagonal et que ces nouveaux-nés auront atteint 40 ou 50 ans, le temps que les Blancs plus âgés disparaissent.

Or, ce dépistage offre aussi voire surtout la réalité des couples en âge d’avoir des enfants en France, puisque par évidence il faut au moins un parent allogène pour qu’un nouveau-né soit dépisté.
Dès lors, on comprend que déjà plus du tiers des couples étant en âge d’enfanter sont de souche non européenne.

Ce à quoi il faut bien sûr ajouter le flux incessant de nouveaux arrivants, renforcé par le regroupement familial.
Selon le ministère de l’Intérieur, on estime à 10 millions le nombre d’extra-européens en France en fourchette basse, 12 millions en fourchette hausse.
Chiffre officieux ayant été entendu ici et là dans la presse.

Aux « USA », la bascule aura lieu en 2042… ou avant.

Aux Etats-Unis les études démographiques sont parfaitement transparentes.
Elles offrent des études permettant littéralement de faire la cartographie raciale des « USA » et de comprendre les dynamiques à l’oeuvre.
Sur la seule base de l’immigration actuelle, les « USA » ne seront plus majoritairement européens en 2042, mais demeureront de culture européenne et chrétienne, le gros de l’immigration étant hispanique.

Or l’Europe de l’Ouest en général et l’Hexagone en particulier font face à une immigration majoritairement afro-musulmane, avec un fossé civilisationnel béant.

On comprend dès lors que pour seule réponse, l’Etat Français n’a que la répression et la censure pour faire avaler aux Français comme aux Bretons la potion multiraciale et la mise en minorité des peuples blancs sur leurs terres historiques.

Le Peuple Breton a encore une chance

Mais avec, pour l’heure, un fort “retard” sur ce processus de colonisation, le Peuple Breton conserve de nombreux atouts pour se préserver de l’assaut des allogènes.
Et établir, pour leur protection, un état garantissant leur sécurité.

Quand l’Hexagone sera livré à l’inévitable guerre civile future, ouverte ou larvée, les Bretons prendront conscience de l’urgence séparatiste.

Poellgor Skridaozan

http://breizatao.com/  du 13/03/2014

 

beursfrancs

N’oublions pas que depuis 2010
ces chiffres ont encore augmenté

Hollande Les Riches Et Leur Argent.

france-faillite-565x250

Les promesses sont plus cruelles que la réalité.

Quand le PS a-t-il franchi le mur du çon ?
On peut se souvenir du premier avion à avoir franchi le mur du son car il y a une date qui mémorise cet évènement, c’était le 14 octobre 1947.
On peut d’ailleurs se souvenir d’un tas d’autres choses avec le même principe, c’est ce qui fait l’histoire.
En revanche, il est plus difficile de se souvenir quand le P.S. a franchi le mur du çon.

D’une part parce qu’il n’y a pas de date précise et d’autre part parce que la réponse est peut-être dans la question.
Certes le P.S. nous a gratifié de quelques symboles forts comme l’abolition de la peine de mort et les acquis sociaux mais pas beaucoup plus que la droite avec l’avortement, le droit de vote à 18 ans ou encore l’autorisation du divorce par consentement mutuel.
Que s’est-il passé sous la douche d’Alfred ?
Une sensation difficile à décrire car l’eau n’étant pas glacée, aucune trace de sang n’étant visible, pas de choc émotionnel apparent, non, juste l’idée qu’ils ne changeront pas demain.
Parce qu’un matin pas comme les autres on réalise l’ampleur de la fraude.
Que parmi tous les partis politiques qui sont par ailleurs fidèles à leurs principes, bons ou mauvais, seul le parti socialiste est redevable de nous avoir promis d’être là à Noël.
Fin des années 80, je soupçonnais que la relève politique du P.S. serait fraîche et pleine de bonnes intentions à l’image des mes idées et que la fin d’une vieille tradition républicaine encore trop conservatrice à mon goût était proche.
Ainsi l’affaire du Rainbow Warrior qui présentait quand même le vrai visage écologique français ainsi que des méthodes détestables de terrorisme pour arriver à ses fins par un moyen aussi con que celui-là n’avait pas encore trop esquinté mon capital confiance.
Ni même l’affaire des écoutes de l’Élysée et encore moins la révélation de l’existence de « Mazarine » qui montre que les français sont ouverts d’esprit mais qui révélait surtout un président tristement fatigué par l’usure d’un pouvoir qu’il détenait depuis 14 ans.
Non la gauche triompherait de ces deux septennats finalement décevants mais il fallait attendre…
Alors j’ai attendu comme un gamin qui ne sait pas trop ce qu’il veut à Noël mais qui continue de rêver parce que l’arbre à lui seul est un symbole d’espoir.
Le plus désagréable finalement, ce sont ces années d’attente parce que l’érosion du pouvoir n’est pas connue pour être un phénomène rapide.

Je tiens à rappeler la présence de quelques éléphants encore au gouvernement et non des moindres et que l’attente au bout du compte est le reflet d’un désir trompeur noyé dans un ventre mou que j’appellerais l’entre-deux-guerres !
Celle pour les avoir portés au pouvoir et celle qu’il va falloir livrer pour s’en débarrasser à jamais.
La relève a fini par arriver et se fondre dans la masse, digne d’un mix de « David Guetta » et ce pour ma plus grande joie.
Enfin ils sont là, avec un vrai visage et ils ont l’air franchement con.
Enfin !
Ils sont intelligemment dangereux.
Enfin !
Ils sont génialement pervers et facilement identifiables.
L’envie de leur cracher à la gueule est immense et si tout est dit, rien n’est fait pour comprendre cette mutation incompréhensible.

Si nous sommes restés humains avec des valeurs et des idées certes parfois utopiques mais qui nous permettent de nous regarder dans une glace, qu’en est-il de ces hommes et de ces femmes qui véhiculent de l’humanité à coups de porte-voix ?
Comment arriver à les définir avec des mots ?
Fous, pourris, fumiers, sournois, malades mentaux, cyniques, aveugles, y-t-il une phrase ou un mot qui les caractérisent ?
Car oui, ils méritent amplement tous ces termes au vu de l’état invraisemblable dans lequel notre pays se retrouve.
J’ai un souvenir très précis de « Christine Lagarde » annonçant à la télévision 9 mois après la crise de 2008, que celle-ci était désormais derrière nous, mais venant d’elle, je ne vois pas très bien où était le mensonge.
Je ne vous dis pas non plus que seuls les socialistes sont responsables.
Hier non, avec l’Irak, l’Afghanistan et la Lybie mais aujourd’hui avec le Venezuela et l’Ukraine, que ce soit sur un plan international ou national, les preuves sont sous nos yeux.
Les chiffres aussi d’ailleurs, ceux de 2013 sont éloquents : 5,5 millions de chômeurs toutes catégories confondues, 3,6 millions de mal logés, 4,3 millions concernés par la prestation du « RSA » et environ 150.000 « S.D.F », ces chiffres ne sont bien évidement pas additionnables.
Épargnez-moi les « ce n’est pas de leur faute, la mondialisation, les banques, la crise, le système, le capitalisme, l’Europe » et autres conneries du genre dont ils usent eux-mêmes pour se dédouaner d’un constat étranger à leur destin : ils font ce qu’ils peuvent mais ils ne peuvent rien faire !

Je vais reformuler ma question : sont-ils incompétents ou intelligents ?
Si ils sont incompétents alors ils ne peuvent êtres intelligents et si ils sont intelligents alors je suis désolé d’avoir à prononcer ce mot qui me répugne et qui fâche tout le monde, il y a bel et bien un complot car l’intelligence, même au service de l’argent, ne donne pas ce résultat.
Sont-ils donc tous les noms d’oiseaux précités ?
Malheureusement dans tous les cas de figure, c’est bien nous qui sommes fous !
Fous de les laisser en liberté, fous de les écouter et fous de les adouber.
Pensez-y et surtout racontez-moi une fin heureuse à cette histoire, quitte à la trafiquer !
Où croyez- vous que nous allons avec cette Europe qui n’en finit pas de crever, ces interdictions en masse, ces règles chaque jour plus restrictives, ces caméras à tous les coins de rue, ces soi-disant pandémies annuelles, cette bourse qui n’a plus de freins, ces banques de plus en plus carnivores, ces planches à billets qui fonctionnent jour et nuit, ces médias qui ont de la merde dans les yeux, cette nature que l’on détruit à grande vitesse, cet esclavage du pétrole, cette Amérique qui a soif d’argent et de sang et qui veut tout savoir, cet appauvrissement des masses par le plus petit nombre, ces démocraties imposées par la guerre, ces mensonges et arnaques à répétition ?
Pensez-vous que l’atterrissage se fera en douceur et que notre gueule de bois ne sera pas mortelle ?

J’ai passé tous les stades pour en arriver à un sentiment bien plus fort que tous les autres : le vertige !

J’habite sur la planète Terre pour voir la lune et le soleil se coucher, rire et pleurer de ma vie, pas pour que l’on tue des arcs-en-ciel ou que l’on vende du rêve à ceux qui n’ont plus que ça pour vivre.

L’espoir n’est plus la recette qui convient mais l’engagement pour qu’à l’aube d’un grand jour, nous les naufragés d’un Grand Soir soyons attentifs aux changements car retenez bien ceci :
c’est en informant que l’on s’informe.

Sylvain Hoarau

P-S. J’ai bien reçu cette année votre boite de caviar qui pèse 1 g et les frais de transport d’un montant de 45 euros, merci pour tout, je serais là en 2017 !

http://www.legrandsoir.info/ nouveautés de la semaine, le 07/03/2014

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43