Archive | 23/03/2014

La France Dans L’Ombre D’Obama.

faillite

Hollande a pris ses distances avec la « méchante » Russie.

Notre « bon petit soldat » de Président a signé, avec tous ses collègues, l’accord entre l’Union européenne et l’Ukraine.
Une fois de plus, il emboîte le pas des Etats-Unis et de leur « gentil » Président, si bienveillant avec ses alliés, si attentionné qu’il les faisait écouter par la « NSA », afin d’être au courant de tous leurs désirs.
Qui aime bien écoute bien : Sarkozy en sait quelque chose.
D’ailleurs, entre « Pays des Droits de l’Homme », on est fait pour s’entendre, c’est le cas de le dire.
Comment ne pas succomber au charme de ce virtuose de la communication, quand soi-même  on peine un peu dans l’exercice ?
Pensez donc :
Obama, c’est le champion qui a réussi à obtenir le Prix Nobel de la Paix, en arrivant, sur sa bonne mine, et c’est le même, qui, sans vaine prétention, transforme le « mari de Michelle » en faire-valoir d’une star du talk-show, la si mal payée « Ellen De Generes ».
Mettre l’homme, paraît-il le plus puissant du monde, en partenaire d’une animatrice de télévision, dans le rôle d’un mari démuni lorsque la maîtresse de maison n’est pas là, c’est un condensé de nos démocraties avancées.
Le vrai pouvoir est aux communicants et à ceux qui les emploient.
Les politiques doivent prendre place – et pas trop – dans le spectacle, et celui-ci doit rendre heureux :
Un cocktail euphorisant avec une bonne dose d’humour, une grosse giclée de politiquement correct, et surtout un fond de « je suis comme vous » qui éveille la sympathie.
La démocratie décorative règne.
Elle est fondée sur une démagogie antipopuliste dont le postulat est que le pouvoir consiste à séduire les électeurs, ce qui évite de leur demander leur avis.
L’oligarchie médiatico-politique peut dormir tranquille.
De l’autre côté de l’écran, ils sont contents.

« Comme pour l’Irak, la France aurait dû se démarquer et se faire la championne d’un voisinage constructif entre la Russie et l’Europe dont l’Ukraine aurait été le point de rencontre et non de rupture. »

Moyennant quoi, notre Prix Nobel de la Paix, si sympathique, dont les drones traquent ici et là les terroristes, n’a résolu aucun des conflits dont il a hérité ou dont il a facilité l’éclosion.
En 2009, il était au Caire et prononçait un discours qualifié d’historique, pour lancer à Al-Azhar, un nouveau commencement entre les Musulmans et les Etats-Unis.
Cinq ans plus tard, l’Egypte est redevenue une dictature militaire après avoir frôlé la théocratie des « Frères Musulmans », la Libye a sombré dans l’anarchie tribale qui a coûté la vie dans des conditions horribles à un ambassadeur américain, la Syrie subit une guerre civile atroce que le régime baasiste, allié des Iraniens et des Russes, semble en passe de gagner.
L’Irak à majorité chiite risque de s’inscrire de plus en plus dans l’axe qui unit l’Iran au Hezbollah libanais. Ses troupes, formées et équipées par les Américains, ont sécurisé la frontière avec la Syrie au détriment des opposants syriens pourtant soutenus par les Etats-Unis et leurs alliés du Golfe (opération Al Shabah).
Les « djihadistes » battus étaient équipés de matériel turc…
Or, l’allié turc, dont le gouvernement se démarque de la tradition laïque kémaliste, connaît des difficultés internes.
Ni son aide aux rebelles syriens ni son occupation illégale d’une partie de Chypre n’entraînent de sanction particulière de la communauté internationale.
Pourtant, à Chypre, il s’agissait aussi de protéger la population turque contre les Grecs.
Mais il ne faut pas confondre : lorsqu’il s’agit de Russes et de Poutine, ça n’est pas acceptable.
La question palestinienne n’a pas progressé d’un pas vers une solution.
Israël continue d’implanter des colonies sur le territoire qui était d’ailleurs celui des douze tribus, la Judée-Samarie, Cisjordanie aujourd’hui.
Les Palestiniens, notamment les Chrétiens, en voie de disparition, ont de plus en plus de mal à se faire entendre dans le tohu-bohu moyen-oriental , que notre génial Prix Nobel a fait jaillir de son discours d’Al-Azhar.
L’Iran gagne habilement du temps.
Les Américains sont toujours en Afghanistan dont l’avenir est incertain, et Guantanamo n’est pas fermé.

Avec un pareil bilan, sans ses « talk-show », Obama devrait être considéré comme un Président calamiteux pour le monde.

La Russie de Poutine veut sauvegarder sa sphère minimale d’influence.
Elle a définitivement perdu les limites du bloc soviétique dont les anciens membres sont souvent devenus des adversaires, comme la Pologne, qui n’oublie pas « Katyn ».
On la comprend.
Mais elle ne veut pas être isolée au point de voir d’anciennes républiques de l’URSS s’intégrer dans des dispositifs politiques ou militaires potentiellement hostiles.
Une partie non négligeable de leur population est russophone et même russe.
Le pas a été franchi pour les Pays Baltes.
Il a été amorcé en Ukraine et en Géorgie.
Compte-tenu de l’implication de ces deux pays dans l’histoire russe, avec un « Staline », géorgien, par exemple, la plus grande prudence du camp « occidental » était nécessaire.
Elle n’a pas été observée.
Bien au contraire.
C’est pourquoi, l’alignement jusqu’au suivisme de la France sur les positions américaines et son anonymat au sein d’une Europe à la traîne des Etats-Unis doivent être jugés avec sévérité.

On lit aujourd’hui que le Président Obama et Madame Merkel sont à la tête du camp occidental.

C’est pour notre pays une désertion.
La complicité avec la politique compliquée des Etats-Unis, l’abandon de la politique européenne à la direction de l’Allemagne, dont les intérêts ne sont pas les nôtres, ne sont pas à la hauteur de notre Pays et de son histoire. Comme pour l’Irak, la France aurait dû se démarquer et se faire la championne d’un voisinage constructif entre la Russie et l’Europe dont l’Ukraine aurait été le point de rencontre et non de rupture.

Le silence de la France n’a jamais servi la paix ni l’équilibre du monde.

Christian Vanneste

http://www.ndf.fr/  du 23/03/2014

Pourquoi Ne Pas Imiter IsraëL ?

israel-blason-armoiries-244x300

Israël pratique
le nettoyage ethnique

Le rapporteur de l’ONU pour les territoires palestiniens « Richard Falk » a accusé vendredi Israël de pratiquer une politique de nettoyage ethnique à Jérusalem-Est.
«L’évolution va clairement vers une détérioration en raison de la politique de colonisation israélienne au détriment des droits des Palestiniens», a affirmé vendredi « Richard Falk », rapporteur de l’ONU pour les territoires palestiniens.

Plus de 11.000 Palestiniens ont perdu le droit de résider à Jérusalem depuis 1996, a-t-il précisé.
Arrivé au terme de son mandat de six ans comme rapporteur de l’ONU, « Richard Falk » a confié son pessimisme aux journalistes.
«Tout au long de ces six années, la situation du peuple palestinien et du droit international dans les territoires occupés n’a pas cessé de se détériorer», a déclaré le professeur juif américain.
«L’évolution va clairement vers une détérioration en raison de la politique de colonisation israélienne au détriment des droits des Palestiniens», a-t-il dit.
Le nombre de colonies de peuplement construites en Cisjordanie a doublé l’an dernier.
La construction de centaines de nouvelles maisons dans les territoires palestiniens a déjà été autorisée cette année par le gouvernement israélien, a indiqué « Richard Falk ».

Discrimination systématique

«Les expropriations de biens et les démolitions de maisons palestiniennes, la construction de nouvelles colonies à Jérusalem-Est, l’impossibilité pour les Palestiniens d’y construire équivalent à une discrimination systématique basée sur l’identité ethnique», a-t-il déclaré.
Dans son rapport au Conseil des droits de l’homme, « Richard Falk » a souhaité que la « Cour internationale de justice » (« CIJ ») se penche sur le statut légal de l’occupation israélienne prolongée de manière à mieux garantir les droits des Palestiniens.
L’expert de l’ »ONU » a aussi dénoncé la poursuite de la construction du Mur, déclaré illégal par la « CIJ » en 2004. Environ 85% du Mur de séparation ou barrière de sécurité se trouve sur territoire palestinien en Cisjordanie et plus de 60% des 708 kilomètres prévus sont achevés, a-t-il dit.

Attention détournée

« Richard Falk » a estimé qu’Israël profite des crises en Syrie et en Ukraine qui détournent l’attention de la communauté internationale et permettent à l’Etat hébreu de poursuivre sa «politique annexionniste». «Il y a actuellement très peu d’éléments qui encouragent Israël à y renoncer», a-t-il affirmé.
Le rapporteur a aussi dénoncé les «campagnes diffamatoires» de certaines « ONG » pro-israéliennes, comme « UN Watch », à son encontre.
«Elles ont eu pour effet de détourner l’attention du message vers le messager et de parler des biais supposés de l’observateur plutôt que de ses observations», a affirmé l’universitaire américain.

Le Conseil des droits de l’homme doit nommer la semaine prochaine un nouveau rapporteur pour les territoires palestiniens.

source : http://www.20min.ch

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 23/03/2014

 

Sanctions Ouest Et Boomerang Est !

panique-163x109-e1374775571574

Les Russes retirent massivement leur argent de l’ouest…

105 milliards en bons du trésor US vendus rien que cette semaine !!!
Rappelez vous , « POUTINE » avait menacé de « dumper les « treasuries », ETd’abandonner le Dollar US si il y avait des sanctions » !!!
Les russes s’étaient séparé de 13.5 milliards d’us « treasuries » dés la semaine dernière :
Là, ils auraientcarrément vendus ou « réaffectés » (c’est pareil) 105 milliards !
Pres de 80 % de leurs avoirs !!
La corrélation n’est pas encore officiellement établie, mais elle est fort probable et serait logique … et c’est, « énorme » 

Si les Russes ont l’intention de couler le dollar, c’est un pas qui va dans ce sens, et il suffirait qu’ils provoquent une contagion en incitant leurs proches partenaires, comme la Chine (qui a déjà commencé), à faire de même !

D’abord, « zerohedge » avait publié ce papier :

Les données hebdomadaires de la « Fed » pour les titres du Trésor américain détenus pour le compte d’institutions étrangères et de banques centrales ont fortement baissé au cours de la semaine dernière et peuvent offrir une explication plausible pour expliquer pourquoi l’ »USD » a baissé peu près toute la semaine contre ses principaux homologues.

Les avoirs étrangers de titres du gouvernement américain détenus à la « Fed » ont chuté d’un bond de 104.5 milliards de $ dans la semaine, jusqu’au mercredi 12 Mars, selon les données publiées cette nuit.
Il s’agit de la plus grande chute hebdomadaire unique, à comparer avec juste la goutte que représente les 13,5 milliards de $ de la semaine précédente, et une baisse moyenne sur 4 semaines de 1,5 milliard de dollars.
La précédente plus forte baisse était à la mi-2013 (le 26 Juin, une semaine après la réunion du « FOMC ») quand les avoirs avaient diminué de 32.4 milliards de $.
La vente au cours de la dernière semaine coïncide avec les dernières statistiques de l’emploi américain, une série de données faibles provenant de la Chine et une aggravation de la situation en Crimée et en Ukraine.

La Russie a menacé de répondre par ses propre sanctions contre les mesures économiques qui devraient être imposées par l’UE et les États-Unis après le référendum en Crimée ce week-end.
La Russie détient actuellement 138,6 milliards d’EUR de dollars d’us « treasuries » (sur la base des données de décembre) et le pays a été un vendeur net pour une somme combinée de 11,3 milliards de dollars de « t bonds » au cours des deux derniers mois, selon les données disponibles.
La Chine a vendu 47.8 milliards de $ seulement en Décembre.

Les dernières données du Trésor pour janvier n’arriveront que la semaine prochaine, et donc nous ne saurons pas officiellement avant mai de combien les avoirs de dette du gouvernement américain détenus par la Russie ont chutés en mars.

Donc, soit la Chine vent du « T BOND » et achète de l’euro pour rendre les importations d’ énergie aux européens plus forte….
Soit c’est la Russie, qui a peut être « dumpé » les « t bonds » pour soutenir le rouble … Ou juste pour le « dumping ».

http://www.zerohedge.com/news/2014-03-14/it-begins-past-week-foreigners-sell-record-amount-over-100-billion-treasurys-held-fe

Ensuite ils ont « affiné » en se basant sur le « FT » , ce qui a donné ce papier : 

Plus tôt aujourd’hui, nous avons signalé que, selon les données hebdomadaires de la   »Fed », un montant record – environ 105 milliards – en bons du trésor avait été vendue ou simplement réaffectés (qui ,pour des raisons politiques, est la même chose) à partir des comptes de la « Fed », ce qui porte le montant total de papier US détenu à la « Fed » à un niveau jamais vu, depuis Décembre 2012.

Alors que la Chine était l’un des coupables suggérés pour avoir retiré l’équivalent en papier « USD » , un candidat extrêmement plus probable est la Russie, qui, comme c’est bien connu, a eu une brouille avec l’Occident en général, et son système financier modeste en particulier .
Il s’avère que ce que les institutions officielles russes ont pu faire avec leurs bons du trésor (et nous ne saurons pas avec certitude avant juin), n’était que le début.

En fait, comme le rapporte le « FT », dans les préparations silencieuses et non silencieuses pour ce qui seront des sanctions financières quasi-certaines (qui inclurait un gels des comptes et des confiscations d’actifs après le référendum de Crimée de ce dimanche) les oligarques, ont déjà retiré des milliards des banques de l’ouest ..

Du « Financial Times » : 

« Les entreprises russes retirent des milliards des banques occidentales, craignant que des sanctions américaines sur la crise en Crimée pourraient conduire à un gel des avoirs, selon des banquiers à Moscou.

« Sberbank et VTB », les banques géantes partiellement publiques de la Russie, ainsi que des entreprises industrielles, tels que le groupe d’énergie « Lukoil », sont parmi ceux qui ont rapatrié du cash provenant des prêteurs occidentaux, par des opérations aux États-Unis.
« VTB » a également annulé un sommet des investisseurs aux États-Unis prévue le mois prochain, selon les banquiers.

La dernière chance de pourparlers diplomatiques entre le ministre des Affaires étrangères de la Russie et le secrétaire d’Etat américain pour résoudre les tensions en Ukraine s’est terminée sans accord.

Les marchés étaient nerveux avant le référendum en Crimée de dimanche, sur la sécession de l’Ukraine.
Les commerçants et les hommes d’affaires craignent que cela pourrait déclencher des sanctions occidentales contre la Russie dès lundi. »

Ça aura probablement lieu.
L’impact de ces sanctions forcent la Russie à engager la Chine beaucoup plus activement dans un commerce bilatéral avec elle et, finalement, à effectuer des transactions en utilisant soit des Roubles ou des Renminbi, et de contourner le dollar .

Peut-être même avec de l’or, ce que le prix du métal jaune a reniflé cette semaine, se propulsant à des sommets de 6 mois.
Ce qui créera également des liens financiers entre les deux pays riches en matières premières, encore plus proche, tout en éloignant davantage encore le « diable impérialiste, » , les Etats-Unis.

Superbe job, Obama :
Vous venez de pousser la Russie et la Chine a se rapprocher encore plus par nécessité ! En outre, il n’est donc pas surprenant que pendant que les Russes retiraient leur argent de l’ouest, les entreprises occidentales sortaient du « Dodgeski ».

Un haut banquier de Moscou a dit que 90 pour cent des investisseurs se sont déjà comportés comme si les sanctions étaient en place, ajoutant que c’était de « la gestion à l’exposition prudente ».

Ces mesures constituent le revers de la plus évident de l’ouest, par le retrait des marchés russes de l’argent de l’Ouest , au cours de la dernière quinzaine.

Les commerçants et les banquiers ont dit que les banques américaines ont été particulièrement lourdes vendeuses d’obligations russes.
Selon les données de la Banque des règlements internationaux, les banques américaines et les gestionnaires d’actifs ont entre eux 75 milliards de dollars d’exposition à la Russie. »

http://www.zerohedge.com/news/2014-03-14/russians-have-already-quietly-pulled-their-money-west

« The guardian » a suivi aussi : 

Les Marchés craignent que la Russie ait « dumpé » les bons du Trésor US sur fond de crise en Ukraine.

Le Transfert de plus de 100 milliards de dollars US laisse penser que la Russie est en mouvement pour mettre ses fonds hors de portée des sanctions possibles

Les marchés financiers étaient en état ​​d’alerte la nuit dernière au milieu de la crise en Ukraine, sur des spéculations que le Kremlin avait retiré ses vastes fonds en bons du Trésor, hors des États-Unis.

La Nouvelle que plus de 100 milliards de dollars avaient été retirés aux États-Unis la semaine dernière – au moins trois fois plus qu’à tout autre moment depuis le début de la crise financière – a renforcé les craintes que la Russie se prépare à un retour de bâton de l’Ouest, sous la forme de sanctions et qu’elle déplace ses fonds pour trouver refuge au-delà de l’influence américaine.

Les bonds ont été transférés en dehors des entrepôts de dépôt de la banque centrale des États-Unis la semaine dernière, alors que l’administration Obama avait augmenté la menace de sanctions en réponse à la crise croissante dans l’est de l’Ukraine.
L’an dernier, le plus gros montant déplacé en une semaine était de 32 milliards $.
Les analystes estiment que si le fait peut être attribuée à la Russie, il représente environ 80% des avoirs du pays en obligations de bons du Trésor américain .

La banque centrale russe est susceptible d’être derrière le mouvement, si les riches hommes d’affaires russes devaient également être concernés par les sanctions imposées par Washington qui pourrait geler les fonds qu’ils ont entreposés a la banque centrale américaine.
« Alexei Miller », le patron de la société d’énergie « Gazprom », et « Igor Setchine », qui dirige la compagnie pétrolière « Rosneft«  , sont susceptibles d’être parmi les nombreuses personnalités à Moscou , affectés par des sanctions ciblées imposées à la Russie. L’affaire est venu dans la lumière après que la banque centrale américaine a indiqué que ses avoirs hebdomadaires en bons du Trésor , des placements qu’elle détient pour le compte d’investisseurs extérieurs , ont chuté de 105 milliards de dollars pour la semaine se terminant le 12 Mars, avec une chute de 2.96 billions de $, à 2.85 billions de $ . http://www.theguardian.com/business/2014/mar/14/russia-us-treasury-bill-bonds-ukraine-sanctions

source : http://resistanceauthentique.com

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 23/03/2014

« Obama » Dirige L’ Islam Envahisseur !

Islamic

Pourquoi importons-nous ces envahisseurs hostiles ?

Pour « Obama », il y a trop de Chrétiens en Amérique, mais pas assez de Musulmans.
Sous l’ère « Obama », les portes de l’Amérique s’ouvrent aux « réfugiés » Musulmans, et se ferment aux Chrétiens fuyant les persécutions musulmanes en Egypte, en Syrie, en Irak et ailleurs dans le monde.

Tandis qu’ »Obama », via un nouveau décret, offre l’asile aux islamistes « modérés » n’ayant apporté qu’un « soutien limité » aux terroristes, le Département d’Etat a refusé d’accorder l’asile à 20.000 Chrétiens Coptes d’Egypte, victimes de persécutions, de violences, d’attentats, sous la présidence du Frère Musulman Morsi.
Mais il ouvre grand les bras aux « Frères Musulmans » fuyant l’Egypte.
Il refuse d’accueillir des réfugiés qui ne constituent aucune menace pour la sécurité de l’état, mais encourage la venue d’individus rongés par la haine de l’Amérique.
Politique suicidaire s’il en est.
Pour « Obama », trop d’innocents Musulmans à la recherche d’une vie meilleure, y compris les réfugiés « palestiniens », furent traités de façon indigne suite à la promulgation par le gouvernement « Bush » de lois d’immigration draconiennes, après les attentats du 11 septembre 2001.
Et pour parfaire sa politique suicidaire, non seulement il ouvre les portes de l’Amérique aux ennemis de l’Occident, mais il affaiblit l’armée américaine, en favorisant les soldats musulmans au détriment des soldats américains.

Dans l’armée américaine, l’islam est un sujet intouchable.
Pour « Obama », le danger vient des soldats chrétiens et non des Musulmans fanatisés, comme par exemple le Major « Nidal », auteur du massacre de Fort Wood.
« Le peuple américain devrait être scandalisé d’apprendre que l’Armée américaine enseigne à nos troupes que les ennemis de l’Amérique sont les Chrétiens et le « Tea Party », et qu’ils peuvent être punis s’ils soutiennent ces groupes » a déclaré Monsieur « Berry », un ancien officier des Marines.( « Marine Corps JAG officer »)

Situation identique en Australie, où le Ministère de la Défense a publié un règlement très stict interdisant au personnel en uniforme de participer à un quelconque évènement où l’islam serait vilipendé, sous peine de sanctions sévères.
Comme aux USA, nous assistons en Australie à une situation absurde, où l’armée protège la croyance religieuse islamique, tout en tolérant le dénigrement du christianisme, la religion à laquelle s’identifient pourtant la plupart des soldats australiens.
Les Musulmans australiens, de par leur haine de l’Occident, de son histoire, de sa culture, préfèrent mourir en menant le « jihad » en Syrie plutôt que de servir dans l’armée de leur pays d’adoption et contribuer ainsi à sa défense.
Personne n’ose émettre de critique par crainte d’être accusé d’islamophobie et de voir sa carrière militaire ruinée.
(Source : Sidney Morning Herald – Criticising Islam, gays sets army major up for a fall,” by Paul Sheehan)

« Pamela Geller », à la tête du « SIOA » (« Stop islamisation of America ») et de l’ »AFDI » (« American Freedom Defense Initiative ») a récemment exprimé ses craintes quant à la politique d’immigration de l’Administration « Obama » :
« Nous, les Américains, importons des « jihadistes » depuis des années, via l’immigration musulmane parrainée par le programme d’accueil et de réinsertion des réfugiés, l’octroi de visas religieux et de « diversity visa » (ce système permet aux résidents de certains pays de demander une carte de résident permanent aux USA, la fameuse « green card »)
Le Conseil national américain pour les Réfugiés a déclaré :
« Les USA ont historiquement maintenu une politique d’accueil de réfugiés pour des raisons humanitaires. »
Toutefois, les gens sont toujours choqués quand ils s’aperçoivent de quelle manière fonctionne ce programme d’aide aux réfugiés, car au lieu d’accueillir les minorités religieuses persécutées, opprimées, soumises à la « charia », nous ouvrons les portes à un flux ininterrompu de suprémacistes et de jihadistes haineux envers notre pays.

Et dans leur grande majorité, nos citoyens ignorent une réalité dramatique pour notre avenir :

C’est l’ »ONU », dirigée par l’ »OCI », qui décide de qui bénéficie du statut de réfugié.

En effet, le Haut Commissaire pour les Réfugiés de l’ »ONU » détermine quels réfugiés ont le droit d’être accueillis aux USA pour des raisons humanitaires.
Selon un rapport de 2008, la majorité des réfugiés sont issus de la Corne de l’Afrique (Somalie, Darfour et Ethiopie) de l’Irak, du Pakistan et du Myanmar.
Le budget annuel de l’agence des Nations Unies pour les Réfugiés, composé de contributions gouvernementales, de prêts et de donations, dépasse 1.7 milliard de dollars.

L’Administration « Obama » importe des communautés musulmanes entières en provenance de pays islamiques comme la Somalie.
Certains mois, les chiffres de l’immigration doublent et parfois triplent.
Cette immigration doit être arrêtée.
Nombreux parmi ces « pieux « Musulmans refusent de s’assimiler.
Ils font campagne pour le « jihad » et certains, de plus en plus nombreux, retournent en Somalie, au Pakistan, en Afghanistan pour suivre un entraînement.
Pourquoi importons-nous ces envahisseurs hostiles ?
Ces « réfugiés » musulmans refusent de s’assimiler ou de s’intégrer.
Les attaques perpétrées par les gangs musulmans augmentent à la même vitesse que l’immigration musulmane.
Les gangs musulmans dans le Minnesota se multiplient de façon terrifiante.
Les musulmans attaquent les homosexuels, les femmes, les non musulmans.
Nous constatons une concentration de ces attaques dans les banlieues qui regroupent de fortes populations musulmanes, installées grâce aux programmes du Bureau de Réinsertion des Réfugiés. »
(« Office of Refugee Resettlement »)

Et non seulement l’Administration « Obama » favorise l’immigration de « réfugiés » musulmans au détriment des réfugiés Chrétiens persécutés par les Musulmans en terre d’islam, mais elle refuse de plus en plus l’octroi de visas aux Israéliens.
Le rejet, sous le règne d’ »Obama », a atteint le pic effarant de 80%.
Les chiffres de 2013, donnés par le Département d’Etat américain, révèlent une augmentation de 80% de rejet de demandes de visas de touristes israéliens.
Sur 125.000 demandes de visas, 9.7 % ont été rejetées en 2013, contre 5.4 % en 2012.
Suite à cette hausse, Israël a perdu sa place sur la « liste blanche » la liste de pays dont les citoyens peuvent visiter les USA sans visa.
Seules les nations, ayant un pourcentage de rejet inférieur à 3%, figurent sur cette liste.
Cette augmentation du chiffre de rejet de visas était motivée par des raisons politiques, dans le but d’effacer Israël de la liste blanche. (« white list »).
Au fur et à mesure que les liens avec les USA deviennent de plus en plus tendus, suite à la pression exercée par l’Administration « Obama » et les menaces de boycott sur Israël dans le cadre des négociations de paix avec l’Autorité palestiniennes, les relations entre Israël et la Chine s’intensifient, y compris dans le domaine du tourisme … (Source : Peak in US Rejection of Israeli Visa Requests)

-Si « Obama » favorise l’immigration musulmane, c’est pour rétablir l’équilibre entre Musulmans et Chrétiens, car pour « Obama », il y a trop de chrétiens en Amérique et pas assez de musulmans.
-Si l’Amérique et l’islam doivent se réconcilier, l’Amérique doit devenir plus islamique.
Obama, le premier président américain ayant des racines familiales musulmanes, se doit d’être le défenseur en chef de l’islam, il en avait d’ailleurs fait le serment au monde islamique lors de son discours du Caire.
Il a promis de combattre les stéréotypes négatifs sur l’islam et l’islamophobie, tout en demeurant silencieux sur les persécutions des Chrétiens par les Musulmans au Moyen Orient, en Afrique et en Asie.
L’Amérique non musulmane, de par son existence exceptionnelle de grande puissance mondiale, constitue un affront et une humiliation pour la sensibilité et le suprémacisme islamiques.
Elle est vue comme une « agression » à l’encontre de cette « religion » autrefois si puissante.
-Si, comme le croit « Obama », le clash des civilisations peut être évité, si la paix doit régner entre l’islam et le peuple américain, alors le caractère trop occidental, trop chrétien de ce pays doit être atténué et modifié :
En d’autres termes, l’Amérique doit être refaite à l’image de l’islam.
Pour rappel, selon la croyance des Musulmans, l’islam est la foi ultime et la « religion » choisie par Allah pour conquérir et diriger le monde.
Tous les militants musulmans croient et tous les Musulmans sont endoctrinés à croire que les non Musulmans sont les ennemis d’Allah, en guerre permanente contre l’islam, que ce soit par la parole ou par l’action.
-Si « Obama » s’est incliné devant le roi d’Arabie saoudite, c’est parce qu’il partage le même projet pour l’Amérique : son islamisation.
-Si « Obama » a critiqué la France pour sa loi interdisant le port du voile dans les écoles publiques, c’est pour une bonne raison : la défense de la tradition islamique.
-Si Obama favorise l’immigration musulmane, c’est pour rétablir l’équilibre entre Musulmans et Chrétiens, car pour « Obama », il y a trop de chrétiens en Amérique et pas assez de musulmans.
-Si l’Amérique et l’islam doivent se réconcilier, l’Amérique doit devenir plus islamique.
Dès lors, pour « Obama », la seule façon de faire la paix avec l’Islam est d’ouvrir les vannes de l’immigration musulmane et permettre aux Musulmans de bénéficier de la puissance américaine, de sa richesse, de sa paix.
Si tel n’était pas le cas, s’inquiète « Obama », le choc des civilisations se produirait et pourrait conduire à Armageddon.

« Obama » a étudié l’histoire de l’islam.
Il ressent la douleur, l’humiliation du monde islamique suite à son effondrement, son impuissance et sa misère après des siècles de gloire militaire et impériale.
« Obama » veut changer cette situation dramatique en redonnant à l’islam sa puissance passée, et pour réaliser cet objectif, il veut accroître le nombre de Musulmans en Amérique de manière considérable et les faire participer à la vie politique et culturelle.
C’est une des visions d’ »Obama » et son projet pour l’Amérique, l’Amérique comme elle devrait être, l’Amérique idéale du futur, une Amérique où l’islam occuperait la même place honorable que le christianisme, une Amérique en paix avec le monde musulman.

« Obama » ne tire aucune leçon de ce qui est en train de se produire en Europe occidentale avec sa bombe musulmane, prête à exploser.

« Obama, » comme tout gauchiste, persuadé de détenir la bonne solution aux problèmes, conduit aveuglement son pays vers le chaos.

Rosaly pour « Dreuz.info »

http://www.dreuz.info/  du 22/03/2014

Ce ne sont pas tous les Etats qui doivent « hériter » de ces populations entières…
A la cadence effrénée où les immigrations se font dans le vieux monde et, semble-t-il, en amérique, quand l’Afrique sera vide de toutes ses communautés musulmanes, qui entretiendra ce vaste continent africain ?
Peut-être un vaste parc mondial pour espèces protégées ?
« Obama » est un rêveur passéiste, à moins qu’il veuille inciter ses « caniches » à « sauter le pas halal » pour que son peuple soit plus docile ?

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43