Archive | 30/03/2014

C’est Même Une Entreprise D’ Etat.

muslim-e1377889337143

La France est-elle
une couveuse à barbares ?

Sept cents « Français » ou résidents dans notre pays participeraient à la guerre contre le gouvernement syrien.
Ils seraient avec près de 2 000 Européens enrôlés dans les groupes islamistes plus ou moins liés à « Al Qaïda ».
Près de la frontière turque, une de ces bandes composée de Français et de Belges francophones, et désignée par les habitants terrorisés comme   « la brigade française »  aurait mené une répression barbare contre les opposants, y compris les rebelles de l’Armée Syrienne Libre : exécutions publiques, tortures, profanation des cadavres.
L’association du nom de notre pays à ces actes éveille d’abord la honte, mais doit surtout susciter la réflexion dans deux directions.

La première est celle des causes.
Comment des jeunes ayant vécu dans notre pays, éduqués au sein de son système scolaire, peuvent-ils se comporter de la sorte  ?
L’irresponsabilité criminelle de nos gouvernements y a une lourde part.
La plus immédiate réside dans l’aventurisme qui a fait participer notre pays à la déstabilisation et à la diabolisation du régime baasiste syrien : un sésame pour les « djihadistes » en herbe. L’enthousiasme pour le prétendu Printemps Arabe s’est éteint avec l’anarchie libyenne et le coup d’Etat égyptien.
On peut s’étonner de la légèreté des gouvernants et de la faiblesse des informations données par les services de renseignement et l’une des diplomaties les plus nombreuses au monde.
Ils n’ont pas prévu les « printemps ».
On se souvient des vacances tunisiennes de « MAM » et du séjour égyptien de Fillon.

Ils ont encore moins prévu les conséquences :
La violente explosion tribale en Libye qui a retenti sur l’ensemble du Sahel et le bras de fer entre l’Armée et les « Frères Musulmans » en Egypte.
La capacité de résistance et le poids des alliés de « Assad » n’ont pas non plus été anticipés.
Alors pourquoi ?
Pour servir nos intérêts auprès des pays arabes riches ?
Les retombées de notre soutien décisif à la « révolution libyenne » seraient nulles.
Notre convergence avec le Qatar, de plus en plus présent en France, et l’Arabie Saoudite sur le dossier syrien devient chaque jour moins honorable.
Comment peut-on sans cesse s’ériger en pays des Droits de l’Homme, les évoquer, bien modestement, d’ailleurs devant les Chinois dont la puissance mérite toutes les courbettes, et soutenir l’action offensive de pays qui ne les respectent nullement et financent l’islamisme dans le monde.
Ces deux pays ont d’ailleurs les moyens d’être rivaux.
L’Arabie Saoudite est le banquier bienveillant de la dictature militaire égyptienne tandis que le Qatar est la base de repli des « Frères Musulmans ».
Que va-t-on faire dans cette galère ?
Molière a une fois de plus le mot juste !
S’agit-il de protéger Israël en affaiblissant tous ses voisins arabes par la guerre civile ?
Les malheurs de ces derniers sont sans proportion avec un résultat qui peut être obtenu autrement.
La réussite d’Israël sur le plan économique, sa puissance militaire, et le soutien indéfectible de ses alliés permettent d’envisager plus facilement une paix définitive avec des régimes nationalistes qu’avec des Etats islamistes.
« Sadate » en avait donné l’exemple.
Participe-t-on, comme l’une des pièces, « le fou sans doute », au grand jeu d’échecs planétaire auquel se livrent les Etats-Unis ?
En Syrie comme en Ukraine, la cible est la Russie.
En quoi est-elle l’adversaire de la France ?
Qui peut croire sérieusement que Poutine songe à envahir la Pologne ou les Etats Baltes ?
Il a réussi son coup en Crimée et il s’y arrêtera.
Il n’y a aucune raison particulière de stigmatiser plus Moscou que Ryad ou Pékin.

« Le suicide culturel n’est pourtant pas la meilleure réponse à la stagnation démographique et économique, mais c’est celle des technocrates et des politiciens dont il est vital de se débarrasser ! »

Mais l’engagement de « Français » dans ce triste combat vient aussi de l’abandon de notre politique d’assimilation des immigrés.
Parce que notre démographie et notre économie réclamaient de l’immigration selon les penseurs de salon qui inspirent nos dirigeants, on a ouvert les portes et, avec elles, la boîte de Pandore.
Regroupement familial, distribution gratuite et indolore de la nationalité, constitution de « banlieues » majoritairement peuplées d’immigrés non-européens, discrimination positive, accommodements raisonnables, soutien à la multiplication des lieux de culte financés par l’étranger et incontrôlables, discours de repentance, et censure du patriotisme : la liste est longue des erreurs dénoncées par la courageuse « Malika Sorel ».
Ajoutez-y les paraboles, la facilité des voyages, les multi-nationalités, le laxisme judiciaire notamment à l’égard des mineurs,  l’absence de service militaire et vous avez des barbares de l’intérieur à qui on a appris à détester notre pays et sa culture et qui trouvent plus de plaisir à fantasmer leur prétendue appartenance religieuse qu’à exercer un rôle social positif mais modeste.
Certes le chômage n’arrange rien, mais ce n’est pas un contrat d’avenir qui pourra rivaliser chez un jeune  vidé de tout élan par une éducation insipide avec la fièvre que fait naître un prêche enflammé ou les images venues d’ailleurs, comme un film ou un jeu video dans lesquels il peut, là, s’insérer.
C’est aussi vrai pour l’immigré que pour le converti.
Ce phénomène est le symptôme d’un pays qui ne parvient plus à transmettre des valeurs si tant est qu’il en ait encore.
Le malade belge, ce « paradis » du progrès sociétal, est encore plus touché que nous.
Lorsqu’on fait le vide moral, il ne faut pas s’étonner que n’importe quoi vienne le remplir.

Cette « politique », tellement absurde qu’elle n’en mérite pas le nom, privilégie des intérêts économiques pour les uns, électoraux pour les autres, à court terme.
Les seconds sont déjà déçus.
Les autres le seront aussi lorsque la destruction du tissu social coûtera plus cher que l’illusoire bonus démographique.
Dans l’immédiat, vont revenir en France des fanatiques qui voudront faire payer à notre pays la défaite de leur « prétendue » guerre sainte en Syrie.
Ils auront appris à utiliser les armes et en rapporteront peut-être.
Notre réflexion doit donc aussi porter sur l’avenir plein de risques que les dirigeants irresponsables qui sont à la tête de notre pays depuis si longtemps  ont construit pour ses habitants.
Le regroupement familial date de 1976 sous la présidence de Giscard d’Estaing, Chirac étant Premier ministre.

Il est imposé par Bruxelles depuis 2003.

La gauche au pouvoir facilite de toutes les manières l’immigration.
Le suicide culturel n’est pourtant pas la meilleure réponse à la stagnation démographique et économique, mais c’est celle des technocrates et des politiciens dont il est vital de se débarrasser !

Christian Vanneste

http://www.ndf.fr/  du 29/03/2014

Et Pour Nos Amis A Quatre Pattes ?

Fotolia_veterinaire_piqueur

Nos chats et nos chiens
sont aussi vaccinés.

Les vaccins pour les animaux de compagnie ont récemment été sous le feu de vives critiques étant donné que leurs dangers sont de plus en plus reconnus.
Il faudrait être complètement isolé du monde pour ne pas avoir pris conscience des attaques dont les vaccins ont été la cible par rapport à leur sécurité.
Il suffit de dire que, comme tout autre produit pharmaceutique, il existe des risques et des avantages aux vaccins.
Les risques vont d’une légère inflammation en passant par les allergies, l’hypothyroïdisme et même jusqu’au choc anaphylactique.

Qui notifie les effets des vaccins chez les chiens et les chats ?

Supposons que vous ameniez votre chien ou votre chat chez le vétérinaire pour le faire vacciner et qu’il fasse une réaction au vaccin.
Il faudrait vraiment que la réaction soit particulièrement grave et brutale pour que la plupart des vétérinaires la considèrent comme une réaction au vaccin.
Bien que les réactions aux vaccins puissent prendre des semaines, des mois, voire des années à se développer, (il suffit de penser aux allergies, aux problèmes articulaires, à l’insuffisance rénale ou à l’hypothyroïdie), dans la majorité des cas, les vétérinaires ne pensent à des réactions aux vaccins que si l’animal souffre des symptômes classiques comme la diarrhée soudaine, la léthargie ou des douleurs qui se manifestent dans les quelques heures qui suivent la vaccination.

On pourrait penser que les vétérinaires sont les mieux placés pour déceler les réactions aux vaccins et qu’ils s’empressent de les rapporter à la « FDA » (« Food & Drug Administration »).
On sait cependant que, chez les humains, moins de 1% des effets indésirables des vaccins sont rapportés à la « FDA ».
Moins de 1% ! Il est à parier que les chiffres sont encore plus faibles pour les vaccins vétérinaires.
Mais, à la différence des réactions humaines aux vaccins, les réactions des animaux aux vaccins ne sont généralement pas rapportées à la « FDA ».

Alors qui garde la trace de ces réactions aux vaccins ? 

C’est le « CVB » (Centre des produits biologiques vétérinaires), une division de l’ »USDA » (« United States Department of Agriculture ») qui est responsable de l’approbation et de l’étiquetage des vaccins vétérinaires et du suivi des effets indésirables.

Voici une petite histoire à propos du bon travail effectué par le « CVB » pour assurer la surveillance quant à la sécurité des vaccins.
En septembre 2013, le vétérinaire « Ron Hines » a reçu deux lettres de propriétaires de chiens qui étaient morts après avoir reçu le vaccin contre la leptospirose.
Il a appelé le service vétérinaire du « CVB » qui lui a fait comprendre que les effets indésirables ne seraient pas discutés avec lui, qu’il s’agissait d’une compétence (propriété) des fabricants de vaccins.
Comment ?
Nous ne serions pas autorisés à voir les rapports d’événements indésirables ?
Pas étonnant dès lors que le public pense que les effets secondaires des vaccins soient chose rare. [...]
Il nous faut nous souvenir de tous ces chiens qui sont morts après avoir été empoisonnés par la mélamine il y a quelques années.
Maintenant, imaginez que pareille chose se produise sans qu’il y ait possibilité de déclaration à la « FDA », et sans que les propriétaires d’animaux puissent trouver les rapports relatifs à ces aliments qui ont empoisonné leurs animaux !
C’est effectivement ce qui se passe maintenant avec les vaccins.
Nous ne savons où aller pour nous informer sur leur sécurité.

Donc, comme le Docteur « Hines » n’a pas pu avoir accès aux rapports d’effets secondaires des vaccins contre la leptospirose, il a demandé au « CVB » de pouvoir prendre connaissance des études de sécurité qui avaient été effectuées pour ce vaccin.
A nouveau, le « CVB » a refusé de donner cette information.
« Vous pouvez à tout moment voir sur internet les rapports de réactions aux vaccins que vous prenez », dit « Hines ».
« Mais vous n’êtes pas autorisé à voir la même information quand il s’agit de votre animal de compagnie. » 

Le Docteur « Hines » a finalement déposé une requête d’information, et bien que le « CVB » lui ait signalé que la chose n’était pas possible, il est finalement parvenu, en décembre 2013, à consulter les rapports d’effets secondaires des vaccins contre la leptospirose.
Mais il a dû constater qu’aucun des chiens qui étaient morts ne figurait dans ces rapports. 
Comment pareille chose est-elle possible ?
Eh bien, il semble que 90% des effets indésirables ne sont pas signalés au « CVB » et qu’ils sont directement envoyés aux fabricants de vaccins.
C’est là que cela devient étrange
Qu’est-ce qui se passe quand une réaction négative au vaccin est rapportée au fabricant (chose qui se passe dans 90% des cas) ?
Ce fabricant est alors tenu de transmettre les rapports au « CVB », non ?
Faux !
Le « CVB » ne reçoit les rapports d’effets défavorables que s’il en fait la demande.
Le Docteur Hines a finalement appris que cela arrivait rarement.
Ainsi, les rapports de ces deux chiens, (et on peut parier ceux de milliers d’autres qui seraient morts après la vaccination) n’ont pas été suivis ni vus par qui que ce soit, à l’exception des fabricants de vaccins.

Récapitulons…

Seulement 1% des effets indésirables sont « susceptibles » d’être signalés.
De ce nombre, 90% sont directement signalés au fabricant du vaccin, mais pas au « CVB ».
Quand les fabricants de vaccins reçoivent ces rapports, ils ne sont pas obligés de les transmettre au « CVB » et le « CVB » ne les demande pas systématiquement.
Le nombre infime de rapports qui parviennent au « CVB » ne sont accessibles ni aux vétérinaires ni au grand public.
Il n’existe aucun moyen pour les vétérinaires et propriétaires d’animaux de savoir combien d’effets secondaires sont causés par les vaccins.

A quel genre de système foireux avons-nous affaire ?

Que pouvons-nous faire pour changer la situation ?

Si vous soupçonnez que votre chien ou votre chat a souffert de l’effet secondaire d’un vaccin, assurez-vous que votre vétérinaire fera parvenir son rapport au « CVB ».
Assurez-vous qu’il soit parfaitement complété, faute de quoi, il ne pourrait jamais parvenir au « CVB ».
Notez également que vous ne pouvez établir de rapport sans préalablement contacter le fabricant de vaccins.
Ne vous arrêtez pas là. -
Le « CVB » doit être contacté directement.

Finalement une bonne nouvelle et une demande du Docteur « Hines » :

« Le 8 janvier 2014, j’ai reçu un e-mail du « CVB » m’informant qu’ils envisagent de modifier leur politique et de faire en sorte que les fabricants de vaccins leur rapportent toutes les réactions indésirables.
La chose ne va guère réjouir les compagnies pharmaceutiques car ils possèdent leurs lobbyistes, alors qu’il n’existe pas de lobbying à Washington pour vous et votre animal de compagnie.
Vous devez faire savoir au « CVB » et à vos députés que vous soutenez sa décision.
Veuillez ajouter que l’information doit être postée sur le site du « CVB » d’une manière compréhensible et facile à lire pour les propriétaires d’animaux de compagnie comme vous – tout comme la « FDA » poste, sur son site, des rapports d’effets secondaires des vaccins que vous recevez vous et votre famille pour pouvoir prendre de sages décisions.»

S’il vous plaît, faites savoir au « CVB » que vous exigez mieux encore de leur part.
La lutte sera longue et difficile, mais cette bataille en vaut la peine.

Très important :
Souvenez-vous qu’à l’instar des pédiatres dont le tiers des revenus annuels découlent directement de l’acte vaccinal (sans compter l’effet « boomerang » du business avec les consultations pour effets secondaires de vaccins), les vétérinaires font un énorme business avec les vaccinations des chats et des chiens, et ce d’autant plus qu’elles sont annuelles – ce qui ne repose sur AUCUNE base scientifique mais uniquement sur une affaire commerciale !
Donc il est très clair qu’on va retrouver sur le bienfondé des vaccins pour animaux les mêmes barrières universitaires, les mêmes dogmes qu’avec la vaccination humaine, quoi qu’il semble que les effets graves, dont les cancers directement dus aux vaccins soient un fait connu et accepté des vétérinaires (alors que l’ »establishment » officiel nie que les vaccins humains aient le moindre lien avec le cancer…)

Si vous aimez votre animal de compagnie, ayez la bonne idée de demander à votre vétérinaire de vous montrer la moindre preuve SCIENTIFIQUE (donc une étude publiée dans une revue vétérinaire MAIS qui soit non financée par les fabricants de vaccins) justifiant le bienfondé/ le caractère vital de répéter absolument chaque année les vaccins chez votre chat ou votre chien.
Etant donné que non seulement cela vous coûte de l’argent mais qu’en plus, cela coûte en santé à votre animal, ayez au moins le courage d’exiger ces preuves sonnantes et trébuchantes qu’au moins ça se traduit par une protection accrue réellement substantielle !

Traduit par « Initiative Citoyenne »

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 30/03/2014

Cet article a été divulgué aux Etats-Unis mais il doit se passer la même chose dans notre Europe.

Que Contiennent Donc Les Vaccins ?

Autism

De plus en plus d’enfants autistes aux États-Unis

Avec vingt-six vaccins obligatoires avant l’âge de un an, ils espéraient quoi ?
Il y a deux ans, la proportion d’enfants souffrant de « troubles du spectre autistique » (« TSA ») était de 1 sur 88, rappelle dans leur rapport les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (« CDC »).
Leur dernière estimation publiée jeudi fait état d’un enfant atteint sur 68, soit un taux de 14,7 pour mille chez les enfants de huit ans.
Les « CDC » n’ont pas été en mesure d’expliquer cette forte augmentation, mais ont précisé qu’ils avaient recouru à la même méthode statistique.
La répartition géographique du nombre d’enfants autistes est irrégulière allant d’un enfant sur 175 en Alabama, dans le sud des États-Unis, à 1 sur 45 dans le New Jersey, dans le nord-est.

Ces chiffres continuent à montrer que l’autisme est près de cinq fois plus fréquent chez les garçons que chez les filles avec 1 garçon sur 42 contre 1 fille sur 189.
Il y a également plus d’enfants Blancs que de Noirs ou d’Hispaniques atteints d’autisme, indique les CDC.
Les capacités intellectuelles sont très variables parmi ces enfants allant d’un handicap lourd à une intelligence moyenne et au-delà.
L’étude montre que la proportion d’enfants autistes avec un quotient intellectuel plus élevé augmente.

Besoin urgent de solutions

Ainsi près de la moitié des jeunes autistes ont un quotient intellectuel moyen (85) ou au-dessus. Ils n’étaient que 30% il y a 10 ans.
Le rapport révèle aussi que la plupart des enfants autistes sont diagnostiqués après l’âge de quatre ans, malgré le fait que ce syndrome peut être détecté dès deux ans.
«Nous devons faire davantage pour diagnostiquer les enfants plus tôt», a souligné le Docteur « Coleen Boyle », directrice du centre national des défauts de naissance et des handicaps du développement des « CDC ».
«Une détection précoce de l’autisme est l’outil le plus efficace dont nous disposons actuellement pour faire une différence dans la vie de ces enfants», a-t-elle insisté.

L’académie américaine de pédiatrie (« American Academy of Pediatrics ») a quant à elle souligné dans un communiqué distinct «le besoin urgent» de développer des stratégies de dépistage plus efficaces.
«Il est essentiel qu’en tant que société nous ne restions pas insensibles à ces statistiques», écrit « Susan Hyman », présidente du sous-comité sur l’autisme de l’Académie.
«Ces chiffres nous rappellent les efforts que nous devons faire pour éduquer les médecins et les parents afin de mettre en œuvre des interventions efficaces pour tous les enfants», ajoute-t-elle.

http://www.lessentiel.lu/  du 26/03/2014

 

Il faut dire que les vaccins élaborés à l’heure actuelle doivent être bien différents de ceux administrés vers les années 1950.
Que mettent maintenant les laboratoires pharmaceutiques dans ces vaccins ?
J’avoue ne pas savoir mais avoir de grands doutes après avoir vécu la période pendant laquelle on déconseillait de faire vacciner les enfants.
Les miens ont tous reçu leurs vaccins, à l’ancienne, aucun n’est autiste.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Il vaut Mieux Prévenir Que Guérir…

nuclear-blast

Etat d’alerte en cas d’un éventuel attentat nucléaire.

Les États-Unis sont en état d’alerte et ont déployé des moyens militaires pour défendre le littoral atlantique de New York à Charleston contre une attaque par un missile de croisière ou par un aéronef volant à basse altitude .
Ces mesures de sécurité accrues ont commencé avec l’augmentation des menaces d’Israël envers l’Iran , mais se sont accentuées depuis la disparition mystérieuse du vol 370 de la Malaisie Airlines.

Des sources au plus haut niveau de la hiérarchie militaire et de la communauté du renseignement américain citent la possibilité d’un attentat terroriste pouvant même voir l’emploi d’armes nucléaires susceptibles d’être lancées à partir d’un sous-marin.

Cependant, le plan dont nous avons été informés incluerait le détournement d’un avion de ligne qui serait attribué à des Iraniens ainsi que l’a déclaré « Joel Rosenberg » lors d’un entretien avec « Greta van Susteren » sur « Fox News » le 18 Mars .
Selon lui,  les Iraniens détourneraient l’avion afin d’attaquer Israël .

Les États-Unis  cependant, pensent que quelqu’un d’autre que l’Iran envisage une attaque contre les Etats-Unis et non Israël, dans l’intention de blâmer l’Iran .

Hier , le journaliste d’investigation « Chris Bollyn » a fait une découverte surprenante :
 » Selon les rapports d’observateurs d’avions , Israël possède un boeing identiques à celui de la Malaysia Airlines
Ce Boeing 777-200 est stationné à Tel-Aviv depuis Novembre 2013.
La seule différence visible entre l’ avion disparu et celui de Tel-Aviv serait son numéro de série .
Qu’est-ce que les Israéliens ont prévu avec cet double, jumeau de l’avion de la Malaysia Airlines ?

En utilisant le bimoteur qu’ils ont en stock, les cerveaux terroristes peuvent avoir programmé un plan sinistre faisant réapparaitre l’avion disparu dans le cadre d’un atroce attentat sous faux drapeau .
Le fait de sensibiliser le public à l’existence de l’avion jumeau de Tel Aviv pourrait par conséquent empêcher ce plan diabolique d’aboutir « .

Après la publication de l’article détaillé et argumenté de « Bollyn » , Tel-Aviv  a lancé une contre-offensive médiatique à grande échelle.
Néanmoins, des sources américaines affirment que cette opération s’est retournée contre les israéliens , cela signifie que si leur rôle dans l’affaire de l’avion disparu n’avait jamais été évoqué auparavant , désormais c’est certainement le cas.
Une source haut-placée a déclaré :
«À la lumière des efforts israéliens pour obtenir la libération de « Jonathan Pollard » y compris le chantage manifeste , la détérioration des relations entre Israël et l’administration Obama créé une situation très dangereuse .
Israël pourrait bien faire n’importe quoi
  » .

La mise en garde d’Obama pendant le sommet sur le nucléaire

Le 25 Mars 2014, le président Obama a assisté au sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye aux Pays-Bas .
53 chefs d’état étaient présents.
Le Premier ministre « Netanyahu » d’Israël n’y a pas assisté .
C’est la 3e Sommet sur la sécurité nucléaire qu’Israël a boycotté à ce jour.
Lors de la conférence de presse de clôture , le Premier ministre néerlandais « Mark Rutte » avait juste fini de féliciter l’Iran sur sa coopération, louant les États-Unis pour leur succès diplomatique .

« Rutte » a fait l’annonce suivante en se tenant debout à côté du président Obama :
 » … Des progrès sont réalisés .
Prenez l’Iran .
J’ai parlé avec le président « Rouhani » à Davos lors du Forum économique mondial en Janvier .
Nous avons maintenant des accords intérimaires .
Le fait que j’ai pu m’entretenir avec 
le président « Rouhani » ,  je suis le premier dirigeant néerlandais depuis plus de 30 ou 40 ans à avoir pu discuter avec un dirigeant iranien, n’a été possible qu’en raison des accords intérimaires , et il semble qu’ils tiennent le coup.
L’Amérique maintient son leadership aussi là-bas. « 

Ensuite, le président Obama a déclaré :
«quand il s’agit de notre sécurité, je continue à être beaucoup plus préoccupé par la perspective d’une arme nucléaire explosant dans Manhattan ».
Normalement, un tel avertissement semblerait  moins inquiétant mais nous ne vivons pas des temps normaux.

Mesures spéciales

Le dispositif comprend des avions « AWAC » ( « Airborne Warning and Control »), des systemes  navals de défense antimissile « AEGIS » et des systèmes de défense de missiles de croisière « JLENS » montés sur aérostats .
Il n’est pas inhabituel pour les navires équipés de l’ »AEGIS » d’être déployés au large .
C’est une procédure standard d’utiliser les « AEGIS » pour défendre New York et Washington depuis les  » échecs de procédure  » du « NORAD » lors du 9 /11.
Toutefois, les systèmes « AEGIS » qui avaient été assignés pour alimenter l’  » Iron Dome « , le fameux système de défense anti-missile d’Israël ne sont plus déployés.

Ce changement indique un ou plusieurs ajustements de la  politique stratégique des États-Unis :
• La menace d’une attaque préventive contre Israël par l’Iran est considérée comme inexistante .
• Le retrait des systèmes de  » Iron Dome  » offre aux États-Unis le levier nécessaire au renouvellement des pourparlers avec les palestiniens.
• Les États-Unis reconnaîssent les dangereuses relations existantes entre des factions extrémistes en Israël et aux États-Unis et qui sont capables d’actions , comprenant le terrorisme nucléaire, au détriment des 2 nations.

Quelques thèses conspirationnistes à propos de la fermeture d’ambassades

En 2010 , l’historien israélien , « Martin van Creveld » , a déclaré qu’Israël était prêt à utiliser des armes nucléaires contre les capitales du monde entier , si  » l’état juif  » était menacé .
« Creveld » qui milite pour le retrait d’Israël aux frontières de 1967 est un enseignant respecté et pragmatique, il ne délivrait pas une menace .
Il peut très bien avoir tenté, à sa manière  d’informer le monde d’une telle possibilité.
Il y a quatre jours , le ministère israélien des Affaires étrangères fermait toutes ses ambassades à travers le monde sur la base d’un conflit salarial avec un syndicat .
Bien que cela puisse être vrai , d’autres  » moins confiants  » citent la vielle rumeur qui veut qu’Israël ait stocké des armes nucléaires sous toutes ses ambassades .
Les armes nucléaires dégagent entre autres choses des photons de haute énergie, les « SNM » (matériel nucléaire spécial ) sont détectables par les capteurs des satellites  même s’ils sont stockés dans un conteneur blindé .
Des sources indiquent que des  » SNM  » ont été détectés dans les ambassades et les installations consulaires israéliennes.
Il s’agit en fait d’un plan de guerre qui comprend les attaques simultanées sur les ambassades installations consulaires dans le monde entier d’une nation désignée .
Bien qu’aucune mention spécifique d’Israël n’est faite , l ‘  » option Samson  » cet infâme projet israélien de «mettre à bas le monde  » en cas de menace et les déclarations énigmatiques de « Creveld » viennent à l’esprit.
Ainsi, avec la mystérieuse fermeture des installations israéliennes dans le monde entier , les conspirationnistes pensent que ces installations peuvent contenir des armes nucléaires  » apocalyptiques « .

D’autres facteurs permettent de construire une mosaïque de menace réaliste :
-Les accusations sauvages d’Israël sur le rôle de l’Iran dans le détournement du vol 370 de Malaysia Airlines.
-Les États-Unis viennent de relever les niveaux « DEFCON » à des niveaux jamais vus depuis la crise des missiles de Cuba.
-L’augmentation des menaces israéliennes d’attaques préventives contre l’Iran.
-Les appels de certains parlementaires en vue d’une attaque nucléaire sur l’Iran par les États-Unis.
-La suppression de plus de 70 % du personnel de commandement des armes nucléaires des États-Unis pour « mauvaise conduite ».

Le silence est d’or

Assailli de toutes parts , Israël a eu la possibilité d’exercer à la fois une retenue intelligente et la diplomatie en réponse à une condamnation mondiale sans précédent.
Pourtant, son choix a été d’exercer toutes les options imaginables afin de non seulement augmenter le mépris et l’isolement, mais également de paraître aussi hostile et irresponsable qu’il soit possible de l’être.
On peut se demander si cette politique vise plus à unifier les juifs derrière les bévues de ces israéliens suicidaires que de soutenir un «Etat juif ».

Gordon Duff  pour « http://www.presstv.ir »

Traduction : http://leschroniquesderorschach.blogspot.com/

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 29/03/2014

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43