Archive | mars 2014

Il Faut Donc Obéir A « Big Pharma » ???

pharmacie

Deux médecins sanctionnés pour leur guide sur les médicaments

Alors même que ces deux médecins n’exercent même plus, l’ordre des médecins a tout de même cru bon d’interdire de les interdire de médecine pendant 1 an dont 6 mois de sursis pour les sanctionner d’avoir publié leur livre sur les dangers des médicaments.
Le message passé aux confrères qui exercent toujours est :
« Ne faites pas comme eux ou on vous tombera dessus également ».

Cet acharnement est d’ailleurs tout sauf épisodique vu que le docteur« Vercoutère » a lui été interdit de médecine pour ses positions tout à fait légitimes à l’encontre de la vaccination.
Voilà donc ce qu’il en coûte de ne pas s’en tenir au « diktat » de « Big Pharma » et oser délier sa langue sur les sujets qui fâchent en médecine. C’est également pour cela que tant de médecins se taisent… ou attendent leur retraite pour parler librement. Fawkes

La sanction de l’ordre des médecins d’un an d’interdiction d’exercer est surtout symbolique car aucun des deux auteurs du controversé Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux n’exerce plus.

Les Pr Philippe Even et Bernard Debré ont été sanctionnés par l’Ordre des médecins pour leur livre controversé, le Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux, dans lequel ils contestaient notamment l’usage actuel des statines et de la désensibilisation contre les allergies.
Les deux médecins, qui n’exercent plus, ont été sanctionnés à « un an d’interdiction d’exercer la médecine, dont six mois avec sursis », en raison notamment de leur manque de «confraternité », a informé mardi la Chambre régionale de l’ordre des médecins d’Ile-de-France.

Publié en octobre 2012 dans le sillage du scandale du Mediator, l’ouvrage a été un succès en librairie.
Présenté comme le fruit de « 7000 heures d’analyse de 20.000 références internationales », il a toutefois été rapidement attaqué par de nombreux médecins spécialistes.
Pour Jean-François Bergmann, chef du service de médecine interne à l’hôpital parisien Lariboisière, « ce livre, truffé d’erreurs, ne peut pas être considéré comme un guide d’information objectif ».
Qualifié d’« outrancier » par le Pr Patrice Queneau, auteur du rapport 2011 «Sécurité du médicament et pharmacovigilance » de l’Académie de médecine, il était jugé « très critiquable », par le Pr Charles Caulin, ancien président de la Commission d’autorisation de mise sur le marché.
Néanmoins, plusieurs experts soulignaient aussi que l’ouvrage avait le mérite de remettre sur le devant de la scène la question du bon usage du médicament.

Environ 300 plaintes

Professeur de médecine et président de l’Institut Necker, Philippe Even a expliqué qu’il entendait s’attaquer à une industrie pharmaceutique « qui ne se préoccupe pas de santé publique ».
Ce livre a le mérite de « donner un coup de pied dans la termitière », alors que chaque année en France, la « mauvaise utilisation de médicaments » provoque la mort de 20.000 personnes et fait gaspiller 15 milliards d’euros, s’était pour sa part défendu le Pr Debré, urologue et député UMP.

À l’appel de la Fédération française d’allergologie (FFAL), près de 300 médecins avait porté plainte auprès du Conseil de l’ordre pour les pages du guide consacrées à la désensibilisation, dénoncée par les Pr Even et Debré comme étant « ni fondée, ni efficace, ni sans danger ».
La mobilisation des allergologues, qualifiés par les auteurs de « gourous », a atteint dans cette affaire une ampleur rarissime, confiait l’ordre des médecins d’Ile-de-France au Figaro en mai.

Les cardiologues ont également attaqué l’ouvrage pour son « absurde remise en cause » des médicaments anti-cholestérol, en premier lieu les statines.
Le guide affirmait notamment :
« Les statines sont distribués au robinet par les cardiologues et les généralistes à presque tous les hommes et femmes de plus de 50 ans ».

Motifs déontologiques

L’ordre des médecins de la ville de Paris s’était lui-même autosaisi pour des motifs déontologiques.
Le code de la déontologie médicale énonce des principes assez larges tels que :
« Tout médecin doit s’abstenir, même en dehors de l’exercice de sa profession, de tout acte de nature à déconsidérer celle-ci »
(article 31) ou
« Les médecins doivent entretenir entre eux des rapports de bonne confraternité »
(article 56).

Selon Europe-1:
L’Ordre des médecins a insisté dans la motivation de sa sanction sur le fait qu’il convient « d’éviter de mettre en cause la compétence et l’honnêteté de médecins, notamment allergologues et cardiologues » et a « reproché aux deux auteurs leur manque de confraternité ».
Bernard Debré et Philippe Even ont annoncé leur intention de faire appel.

« Nous somme tous les deux à la retraite, cela ne rime à rien.
Au point de vue moral, c’est une honte
 », a déclaré Bernard Debré, dénonçant un « déni de la liberté de parole ».
Les laboratoires Servier, visés à plusieurs reprises dans le livre, ont pour leur part été déboutés d’une action en justice pour insulte et diffamation, par le tribunal de grande instance de Paris en juin.

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 20/03/2014

Lorsque vous êtes en maladie de longue durée, les effets secondaires (trop souvent très négatifs) se cumulent au long des mois, ils le savent mais ne vous en informent jamais.
Ces professeurs ont eu raison !
Ils respectent leur serment d’Hippocrate en faisant passer leur DEVOIR envers la santé de leurs patients avant leur esprit de confraternité logique dans tout corps de métier.
Leur « travail » accompli au mieux passe certainement avant leurs relations avec le corps médical.

Une Histoire De Volailles Malsaine.

batterie

Le test inquiétant de « l’UFC-Que choisir » au sujet des poulets

Après analyse d’une centaine d’échantillons de poulet et de dinde achetés en grande surface, sur les marchés ou en boucherie, « l’UFC-Que choisir » alerte sur la présence de bactéries résistantes à un ou plusieurs antibiotiques.
Le test de l’association de consommateurs, publié lundi 10 mars, démontre que 26 échantillons sont contaminés et parmi eux, 61 % sont porteurs de bactéries résistantes à une ou plusieurs familles d’antibiotiques.

Pire :
Quelque 23 % peuvent survivre à des antibiotiques critiques, « c’est-à-dire les plus cruciaux utilisés en médecine humaine en dernier recours pour des pathologies graves ».
Des résultats inquiétants qui conduisent l’association àenjoindre à la France de « renforcer » la réglementation sur ce sujet de santé publique.

RECOMMANDATIONS AU GOUVERNEMENT

L’UFC souligne que les volailles d’entrée de gamme « semblent plus impactées par l’antibiorésistance que les volailles biologiques », ce qui est logique puisque l’élevage bio encadre et limite strictement le recours aux antibiotiques.
Les traitements allopathiques chimiques (y compris antibiotiques) ne sont possibles qu’en curatif et leur nombre est limité (de 1 à 3 par an selon la durée de vie de l’animal, hors traitements obligatoires et vaccins), selon la Fédération nationale d’agriculture biologique (FNAB).

S’agissant des viandes « Label rouge », « la résistance est moindre » mais lorsqu’elle est présente, « cela concerne les antibiotiques critiques, les plus forts ».

Face à ce constat, l’association de consommateurs demande au gouvernement français de « sacraliser » dans la loi l’engagement de réduction de 25 % de l’utilisation des antibiotiques dans les élevages.
Et d’imposer un découplage strict entre la prescription et la délivrance, sachant qu’aujourd’hui bon nombre de vétérinaires prescrivent et vendent les traitements aux éleveurs.
Enfin, dans la cadre des négociations sur l’accord de libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis (TTIP), l’Europe doit se positionner clairement contre tout allégement des normes européennes en matière de sécurité sanitaire, que ce soit sur l’antibiorésistance, les hormones de croissance ou la décontamination des carcasses à l’eau de Javel, demande encore l’UFC.

http://www.lemonde.fr/  du 11/03/2014

 

 

Que nous en dit Rusty James ?

 

 

Sur 100 Poulets et de dindes achetés en grande surface, sur les marchés ou en boucherie 26 % étaient contaminés

Après analyse d’une centaine d’échantillons de poulet et de dinde achetés en grande surface, sur les marchés ou en boucherie, l’UFC-Que choisir alerte sur la présence de bactéries résistantes à un ou plusieurs antibiotiques. 

Le test de l’association de consommateurs, publié lundi 10 mars, démontre que 26 échantillons sont contaminés et parmi eux, 61 % sont porteurs de bactéries résistantes à une ou plusieurs familles d’antibiotiques.

Pire : quelque 23 % peuvent survivre à des antibiotiques critiques, « c’est-à-dire les plus cruciaux utilisés en médecine humaine en dernier recours pour des pathologies graves ». Des résultats inquiétants qui conduisent l’association à enjoindre à la France de « renforcer » la réglementation sur ce sujet de santé publique.

L’UFC souligne que les volailles d’entrée de gamme « semblent plus impactées par l’antibiorésistance que les volailles biologiques », ce qui est logique puisque l’élevage bio encadre et limite strictement le recours aux antibiotiques.
Les traitements allopathiques chimiques (y compris antibiotiques) ne sont possibles qu’en curatif et leur nombre est limité (de 1 à 3 par an selon la durée de vie de l’animal, hors traitements obligatoires et vaccins), selon la Fédération nationale d’agriculture biologique (FNAB).


S’agissant des viandes Label rouge, « la résistance est moindre » mais lorsqu’elle est présente, « cela concerne les antibiotiques critiques, les plus forts ».

Face à ce constat, l’association de consommateurs demande au gouvernement français de « sacraliser » dans la loi l’engagement de réduction de 25 % de l’utilisation des antibiotiques dans les élevages. Et d’imposer un découplage strict entre la prescription et la délivrance, sachant qu’aujourd’hui bon nombre de vétérinaires prescrivent et vendent les traitements aux éleveurs.

Enfin, dans la cadre des négociations sur l’accord de libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis (TTIP), l’Europe doit se positionner clairement contre tout allégement des normes européennes en matière de sécurité sanitaire, que ce soit sur l’antibiorésistance, les hormones de croissance ou la décontamination des carcasses à l’eau de Javel, demande encore l’UFC.

Pauvres poulets qui respirent les « chemtrails » toute la journée et  bourrés d’antibiotiques évidemment qu’ils sont infectés les autres doivent être élevés en batterie à l’abris la preuve Source: Radio-Canada) Le poulet acheté dans les marchés d’alimentation du Canada est fréquemment contaminé par des bactéries résistantes aux antibiotiques.
Le poulet acheté dans les marchés d’alimentation du Canada est fréquemment contaminé par des bactéries résistantes aux antibiotiques.
C’est ce que révèle une enquête réalisée par les émissions L’Épicerie de Radio-Canadale ,le problème est mondial à mon avis comme l’air que l’on respire.

RJ.

http://rustyjames.canalblog.com/  le 19/03/2014

 

Nos Traditions Bafouées Partout.

censure1-300x173

Un député travailliste condamne les patrouilles chrétiennes dans l’East-End de Londres

L’information date d’il y a un mois environ, mais n’a guère été répercutée dans les médias français.

Et pour cause…

L’on constatera une fois de plus, à l’issue de cet article, que partout où cela est possible, les forces dites “socialistes” prennent systématiquement position contre les populations de souche et les traditions européennes.

Quant aux médias, ils tentent d’étouffer l’affaire autant que faire ce peut.

Ce qui suit se passe à Londres, où l’immigration musulmane commence à poser de sérieux problèmes politiques.

Prémices d’une guerre ethnique ?

Des patrouilles composées de musulmans ayant la nationalité britannique sillonnent certains quartiers afin d’imposer la « charia ».

Dans la foulée, des patrouilles chrétiennes ont été formées afin de défendre les citoyens britanniques, à l’instigation du parti populiste « Britain First », qui après avoir récupéré deux « Land Rovers » de l’armée, a commencé à distribuer des tracts dans les rues de « Brick Lane », largement dominées par une population musulmane :
« ceci est notre pays et si vous voulez vivre ici vous devez accepter nos lois ».

Il n’en fallait pas plus pour que « Jim Fitzpatrick », député du « Labour », déclare en compagnie du Maire de Limerick, où ces patrouilles s’effectuent :
« Je veux voir des rondes de police dans la rue, pas des individus voulant imposer une idéologie ou une religion. » 
Sur une vidéo postée sur Youtube, l’on peut voir « Paul Goldwing », leader de « Britain Firts », installer une banderole devant la mosquée locale :  “Nous sommes tous Anglais… Résistance…” .

Le maire de « Tower Hamlets », « Lutfur Rahman », a pour sa part déclaré qu’il n’y avait pas de place pour de telles manifestations et que le East-End a une tradition de lutte contre de tels discours haineux et provocations contre des minorités.
Un porte-parole de la police a indiqué de son coté qu’ils prenaient l’affaire très au sérieux et que ce quartier serait placé sous surveillance policière renforcée.

http://fr.novopress.info/  du 18/03/2014

 

tyrannie-mediatique-230x350-197x300

Notre Patrimoine Catholique En Danger.

sacré-coeur

La basilique du Sacré-Cœur à Paris vandalisée par des anarchistes.

Cette  profanation  suscite de nombreuses réactions

L’information a été révélée mardi par « Daniel Hamiche » sur l’Observatoire de la Christianophobie : dans la nuit de lundi à mardi, l’entrée de la basilique du Sacré‑Cœur à Montmartre a été couverte de grandes inscriptions à la peinture rouge :
« Ni Dieu ni maître ni Etat », « A bas toute autorité », « Feu aux chapelles ».
Les tags font aussi référence à deux anarchistes actuellement en détention provisoire sous haute sécurité en Espagne.
Ils sont suspectés d’avoir déposé une bombe dans la basilique de Saragosse en octobre.

Rappelons que la basilique de Montmartre, qui fait l’objet de dégradations récurrentes, est un monument mondialement connu, l’un des plus visités de Paris.
Et comme l’a rappelé « Jean‑Frédéric Poisson », « s’attaquer au Sacré Cœur de Montmartre, c’est s’attaquer à la France.
Érigée à l’issue de la guerre de 1870, plus que toute autre église, cette basilique incarne l’unité de notre nation ».

Quelles ont été les réactions dans les médias et parmi les politiques ?

Dans la journée d’hier, une fois n’est pas coutume, les médias parisiens puis les quotidiens nationaux, les hebdomadaires et les radios ont « quasiment » tous réagi.
A quelques jours des municipales, les politiques ont même multiplié les déclarations.
Le maire socialiste de Paris « Bertrand Delanoë » a réagi officiellement et a fait nettoyer les tags dans la journée.
A droite, mis à part des réactions molles, seuls Rachida Dati, plusieurs candidats « FN » ou encore le catholique Charles Beigbeder ont plus vigoureusement fait le rapprochement avec les attaques des « Femen » et ont réclamé une condamnation officielle du gouvernement.

Le gouvernement s’est‑il exprimé ?

Manuel Valls, pour une fois, s’est finalement fendu d’un communiqué condamnant « une offense aux fidèles catholiques » et assurant que « tout est mis en œuvre pour identifier et interpeller les auteurs de ces actes ».
Le député « Jacques Bompard » n’a pas manqué de dénoncer « le deux poids deux mesures dont les chrétiens font l’objet ».
Il rappelle qu’entre janvier et septembre 2013, il y a eu 70 actes de vandalisme contre des lieux de culte chrétiens, et qu’il n’y a généralement aucune condamnation de la part du gouvernement.

Contrairement à ce qu’il se passe en cas d’acte islamophobe…

http://fr.novopress.info/  du 20/03/2014

 

montmartre

 

Un Autre Scandale Bancaire Dissimulé.

banquier

Les banques veulent vendre vos données personnelles !

Les conseils d’un banquier…?
Hier, j’évoquais dans l’un des articles du « Contrarien Matin«  la dernière volonté de la banque « ING » (lien ci-dessous) qui, comme toutes les banques, toujours à la recherche de profits supplémentaires, avait décidé de revendre les informations disponibles concernant les habitudes de ses clients.
Je vous l’expliquerai en détail un peu plus bas, mais sachez qu’un banquier sait absolument tout de vous et c’est effrayant !

Si les banques se lancent dans ce que l’on appelle l’exploitation du «big data », alors on lira en vous comme dans un livre ouvert, on saura vous localiser, vous cibler, vous faire parvenir les bonnes sollicitations commerciales. Exploiter les données bancaires est le rêve absolu de toutes les entreprises de marketing car ces informations sont capitales.

Avant de vous expliquer ce que peut savoir un banquier et comment se protéger de cette intrusion dans votre vie privée, je voulais revenir sur un article du jour concernant la BNP !

BNPP Fortis s’autorise à transmettre les données de ses clients.

C’est un article paru dans L’Écho belge :

« Les « conditions générales bancaires » qui régissent les relations avec ses clients ont été adaptées par la banque au début 2014.
La banque conteste avoir des projets visant à faire usage de cette possibilité.
La Commission de la vie privée a ouvert un dossier.

Alors que la banque ING, aux Pays-Bas, est en train de faire marche arrière quant à ses projets visant à transmettre les données personnelles de ses clients à des opérateurs extérieurs et/ou partenaires commerciaux, on apprend que BNP Paribas Fortis, en Belgique, a ouvert la porte à ce genre d’opérations pourtant fortement critiquées au nom du respect de la vie privée.

BNPP Fortis, la plus grande banque de Belgique, a en effet revu, fin de l’année dernière, ses « conditions générales bancaires », qui régissent les relations avec ses clients.

La nouvelle version de ces conditions générales est d’application depuis le début de l’année.
Et le plus frappant est qu’une série d’articles évoquant l’utilisation et la transmission de données personnelles des clients ont été modifiés, au profit des partenaires commerciaux de la banque « avec lesquels a été conclu un engagement de confidentialité, dans le but exclusif de proposer des services et produits avec la banque ».
Vis-à-vis de tels partenaires commerciaux, ne s’impose donc plus l’interdiction de transmettre des données personnelles des clients de la banque.
Notamment pour des opérations de direct marketing, précisent les nouvelles conditions générales.

BNPP Fortis conteste toutefois avoir de tels projets dans ses cartons. »

Alors ne soyons pas naïfs, ce n’est que partie remise et, comme à chaque fois, cela se fera de façon insidieuse, douce, progressivement afin de vous faire accepter petit à petit des changements qui pourraient sembler mineurs mais qui, en s’additionnant, vous livreront aux mains du grand « marketing » !

Pourquoi ?
Tout simplement parce que l’enjeu commercial est monumental, que les informations que détiennent les banques valent des milliards d’euros, et aussi parce que c’est le « sens de l’histoire ».
Ainsi évolue notre monde, encore plus de consommation de masse pour accumuler encore plus de masses de profits !
C’est la logique de notre système, que vous l’aimiez ou pas, que vous y adhériez ou pas… c’est la logique, et un système pousse toujours sa logique propre jusqu’au bout et cela c’est l’histoire qui nous l’enseigne.

Que peut savoir votre banquier ?

Tous les banquiers le savent, et je suis un ancien banquier « repenti », nous pouvons tout savoir et presque tout déduire de vos prélèvements et de vos dépenses.
Voici quelques exemples qui vous permettront de comprendre comme cela marche… pour de vrai !
Et pas comme on vous l’explique avec des fleurs dans les belles brochures commerciales sur papier glacé.

-Si vous avez des paiements de nuits d’hôtel à intervalle régulier tandis que votre métier consiste à rester assis dans un bureau sans avoir à vous déplacer pour raison professionnelle… alors vous avez vraisemblablement une maîtresse.
C’est un facteur de risque car un divorce qui se passe mal est en général un divorce qui appauvrit.
À surveiller avec attention.

-Si vous avez l’habitude de jouer au poker en ligne et quelles que soient les sommes engagées, alors vous êtes un joueur, ce qui est financièrement encore plus risqué que de vous voir être alcoolique.
À surveiller de façon très étroite, baisser progressivement les plafonds de dépenses des cartes bleues détenues par le client.
En cas de problème, parler de soucis informatiques ou encore d’une nouvelle politique des risques de la banque liée à l’augmentation inquiétante des fraudes.
Idéalement, le pousser gentiment vers la sortie, ne jamais lui répondre, oublier systématiquement ses demandes, etc.

-Vous payez régulièrement un péage le vendredi soir à la sortie du travail ?
Vous avez certainement une résidence secondaire ou une maison de campagne.
Proposer avec le plus grand sourire à votre client une assurance multirisques habitations pour sa maison à la campagne ainsi qu’une alarme… un cambriolage est si vite arrivé de nos jours, ma brave dame…

-Beaucoup de restos ?
Monsieur est sans doute célibataire et n’aime pas les plats surgelés, il préfère le sous vide des restaurateurs. Monsieur est donc assez jeune, assez dépensier.
Découverts réguliers.
Va avoir un problème après les vacances d’été pour payer ses voyages, ses sorties, ses restos… penser à lui coller un prêt personnel avant les grandes vacances… sinon mon brave Monsieur, cela va vous coûter très cher en frais à la rentrée… hein !
Allez signez là, c’est pour votre bien !
Et hop ! un p’tit crédit en plus !

-Monsieur fait des virements permanents à une dame qui n’est pas sa fille ?
Maîtresse probable.
Faire comprendre que vous avez compris.
Proposer à ce client le produit le plus moisi de votre gamme que personne n’arrive à vendre.
Évidemment, votre client, en position de faiblesse, veut absolument vous être agréable, vous n’allez pas non plus l’en dissuader !
Vous vendez votre produit pourri et vous allez crâner dans le bureau de votre chef en faisant bisque-bisque-rage à vos collègues lors de la séance de lobotomisation générale (heu pardon, lors de la réunion commerciale du lundi matin).

-Vos remboursements de Sécu viennent d’augmenter brutalement et sont importants ?
Vous êtes sans doute malade et pas assurable… vous risquez de mourir et de me planter un découvert… supprimer le découvert, ne plus accorder de crédit, baisser les plafonds de la carte bleue…
Penser à proposer une assurance obsèques… sans préciser à votre client qu’il ne doit pas mourir avant 12 mois avant que l’achat de son cercueil soit pris en charge (franchise de temps).

-Vous êtes solvable et je vois passer des crédits à la consommation d’autres organismes ?
Je vous appelle en vous proposant de venir étudier avec votre gentil conseiller une proposition de rachat de crédit.

-Vous percevez des loyers ?
Je vous propose une assurance « propriétaire non occupant » ou « PNO » dans le langage des banquiers.
-Vous avez des enfants ?
Super, génial !
Là j’ai tout plein de trucs pour vous, du Livret A classique, jusqu’à l’assurance décès…
Ben oui mon brave, imaginez qu’il vous arrive quelque chose… comment vos gosses vont faire pour vivre, pour se payer des études ?
Je vous fais très peur avec la Sécu qui ne verse que 7000 euros en cas de décès… eh oui, ça fait pas lourd hein… Allez, signez là !
Pour 5 euros par mois, vous avez un capital de 50.000 euros !
Oui Monsieur, 50.000 !!
C’est pour le bien de vos enfants.
Culpabilisé, un client signe beaucoup plus vite.
Bref, on oublie juste de préciser et d’insister sur le fait que cela n’assure que les accidents accidentels… pas la maladie.
Ce n’est pas de ma faute à moi si les gens ont l’indécence de mourir dans 90 % des cas de maladie et pas d’accident…

Bref, je sais tout de vous, absolument tout, où vous passez vos vacances, avec qui, où vous faites vos courses, quel est le montant moyen de votre Caddie, ce que vous donnez à votre concierge lors des étrennes et bien sûr vos vices et si vous aimez vraiment votre épouse…
Pour bien connaître quelqu’un, regardez comment il se comporte avec l’argent.
C’est très révélateur !
Évidemment, tout cela est cynique au plus haut point et sans aucune moralité, sans bienveillance et sans humanité.

Comment se protéger de cette intrusion massive ?
Conseils pratiques !

Tout d’abord, on voit bien à quel point les banques sont en premier lieu à la recherche de tous les nouveaux revenus possibles mais, surtout, on visualise à quel point nous sommes sensibles car nos banques savent absolument tout de nous.
Vous avez néanmoins la possibilité de lutter contre ce type d’intrusion dans votre vie privée. Pour réussir à perdre vos espions, voici quelques conseils :

Avoir plusieurs banques et répartir vos dépenses ainsi que vos rentrées entre différents comptes.
Par exemple, vos remboursement de sécurité sociale sur un compte dans une banque, cette banque ne vous fera jamais de crédit… vous le savez.
Pas de problème.

• Vos dépenses gênantes, comme vos parties de poker en ligne qui dégradent systématiquement votre scoring bancaire, sur un autre compte avec une carte bleue spécifique et souvent gratuite (Boursorama banque, Fortunéo, etc.).
Cette banque ne vous fera jamais de crédit… vous le savez.
Pas de problème.

Vos revenus sur un autre compte.
Nous appellerons ce compte le Compte Principal !
C’est sur cette banque qui vous donnera vos crédits aux meilleurs taux car vous veillerez à ne jamais être à découvert, à être toujours aimable avec votre banquier et à prendre la totalité des produits gratuits (type livret A, PEL, CEL, compte épargne, etc.).
Vous aurez sur ce compte uniquement vos dépenses courantes.
Si vous n’avez pas de dépenses, alors le banquier saura que votre compte qui ne mouvemente pas en cache un autre…
Et si vous avez besoin d’un crédit, il vous demandera la copie des 3 derniers mois de relevés bancaires…

Vos prélèvements obligatoires doivent être répartis sur plusieurs banques (téléphone, assurance, EDF, loyer, etc.).
Sur votre compte principal seront logés tous les prélèvements liés à votre résidence principale.
Pour le reste, répartissez entre plusieurs banques.

Ne soyez jamais dépendant d’un seul banquier, la fidélité n’est de toute façon plus du tout récompensée.
Vous ne représentez qu’un objectif de rentabilité, vous n’êtes là que pour vous faire coller le maximum de produits inutiles et trop souvent redondants, par exemple ces multiples assurances que l’on tente désespérément de vous coller à chaque passage dans votre agence.

Vous pouvez utiliser la « VeraCarte » qui coûte moins de 20 euros par an désormais et vous permet de payer sans passer par un compte bancaire et avec votre or !
Vous avez les avantages d’une carte bleue, sans limitation ni de retrait ni de paiement (uniquement dans la limite de votre solde créditeur).
L’or servant à alimenter votre compte est physiquement dans des coffres hors système bancaire en Suisse (lien ci-dessous pour plus de renseignements).
Comme notre « VeraCarte » ne vous fera jamais de crédit bancaire… vos dépenses de casinos, d’hôtels ou encore de poker en ligne y seront parfaitement à l’abri des regards indiscrets !!

Vous pouvez désormais aussi utiliser le compte Nickel (le nouveau service accessible chez les buralistes), même si je le trouve cher et qu’il existe de nombreuses banques en ligne totalement gratuites pour ceux qui ne sont pas interdit bancaire…
Donc il est vrai que si vous êtes un client non fiché par la Banque de France, autant aller vers les banques en ligne dont les opérations courantes et les moyens de paiement (CB, etc.) sont totalement gratuits, mais cette alternative a le mérite d’exister.
À vous d’étudier les choses.

• Enfin, vous pouvez aussi utiliser les CB prépayées ou encore, tant que cela est possible, payer le maximum de choses en espèces en particulier… vos transactions intimes et privées.

Pensez toujours à cocher les cases où vous refusez que vos informations personnelles soient revendues et que vous vous opposez à toutes les sollicitations commerciales de votre banque comme des tiers.

N’hésitez pas à prendre, pour 2 euros par mois, un forfait Free dont la puce ira dans votre vieux téléphone.
Ne communiquez à tous ces organismes que cette ligne.
C’est cette ligne qui sera à terme géolocalisée et vous pouvez laisser tranquillement ce vieux portable sur le bureau ou à la maison et ne l’écouter qu’une ou deux fois par semaine !
Vous serez donc à l’abri des sollicitations commerciales qui seront de plus en plus agressives.
D’une façon générale, vous donnerez ce numéro à toutes les entreprises avec lesquelles vous serez amené à être en contact.
Il faut évidemment faire la même chose avec son adresse e-mail.
Une adresse réelle… et une adresse pour tous vos contacts avec une entreprise à vocation commerciale.

Bref, il y a de nombreuses façons de s’en sortir, mais cela se prépare et il faut être organisé. Alors, prêts à entrer en résistance passive ?
La semi-clandestinité légale est en plus, pour un contrarien, un sport intellectuellement très stimulant à pratiquer !
Bonne chance à toutes et tous, préparez-vous !

Charles Sannat pour  » lecontrarien.com »

Liens connexes :

• Article du Contrarien sur ING
• Article de l’Echo sur BNP Paribas Fortis
• En savoir plus sur le fonctionnement de la Vera Carte, ses avantages, ce qu’elle permet… et son prix!

http://www.le-veilleur.com/articles.php?idcat=2&idrub=35&id=1652  le 19/03/2014

Il Faut Défendre Sainte-Rita !

sainte-rita

Une église gallicane abandonnée par les catholiques.

Samedi dernier, « Résistance républicaine » soutenait le combat des paroissiens de Sainte-Rita.
Et, les organisateurs de la manifestation ayant eu la gentillesse de me donner la parole, je me suis d’ailleurs étonnée de l’absence des catholiques, capables d’être un million dans la rue pour s’opposer au mariage homo mais scandaleusement absents lorsqu’une église chrétienne est menacée de destruction.

Doit-on comprendre que nombre de catholiques ont oublié le message christique de fraternité au point d’épouser les querelles entre l’Eglise catholique romaine et l’église gallicane dont relève Sainte-Rita ?
Doit-on les soupçonner de vouloir danser sur la tombe de la dite église gallicane ?

Pour ceux qui ne connaissent pas ses spécificités, je vous renvoie à l’article correspondant de wikipedia.http://fr.wikipedia.org/wiki/Gallicanisme

Ils y découvriront une Eglise typiquement française, héritière d’une tradition commencée avec Philippe le Bel, qui voulait que l’Eglise de France échappe au pouvoir du pape et soit soumise au pouvoir temporel.
Si les Gallicans se reconnaissent comme catholiques romains avec leurs libertés propres, la figure phare de cette Eglise est Bossuet, évêque de Meaux, qui proposa, entre autres, que l’assemblée des évêques et abbés en soit l’organe dirigeant.
On sait un peu moins que c’est cette tradition française qui fut à l’origine de la conception de la révolution française, la Constitution civile du clergé et que le refus du pape de la reconnaître déclencha les poursuites que l’on connaît contre les réfractaires restés fidèles au pape et refusant de prêter serment à la Constitution.
On avouera qu’en ces temps troublés, dans la France de 2014 qui obéit à Bruxelles, une Eglise qui prétend n’obéir qu’aux fidèles français, ça fait désordre pour nos élites européanisées et mondialisées et sans doute aussi, hélas, pour un certain nombre de catholiques décidés à imposer l’église romaine partout, quitte à faire disparaître les autres courants.

L’Eglise gallicane n’est plus dans l’air du temps qui fleure bon la soumission, l’intervention étrangère et l’obéissance à des élites non choisies par ceux auxquels elles prétendent commander.

J’avoue pourtant que, si j’étais chrétienne, je serais très attirée par une église qui accepte le mariage des prêtres, que les femmes soient diacres, renoncent à la confession obligatoire…
Sans doute que l’immense majorité des gens n’aiment pas la liberté et ne pensent qu’à courber le cou sous un joug quelconque, que ce soit celui de Rome, de Bruxelles, du « FMI » ou de l’ »OMC », pour le plus grand malheur et des peuples, et des pays, et de l’homme…

Christine Tasin

http://ripostelaique.com/  du n° 347,le 19/03/2014

 

Image de prévisualisation YouTube

Que Dire De Notre Armée D’ Opérette ?

coq-autruche-300x185(2)

Soldat, ce métier qui ne fait plus recette

En principe, une armée est au service d’une patrie.
En principe.
Est-ce encore le cas ?

Depuis que Jacques Chirac a supprimé le service militaire obligatoire, en 1996, c’est sur une armée de volontaires que repose la défense de notre pays.
C’est une vérité de « La Palice », mais… pour avoir une armée de métier, il faut des gens qui veulent entrer dans le métier de militaire.
Or, il y en a de moins en moins.
Notre confrère « L’Opinion » notait le 12 mars qu’au mois de février, l’armée, qui avait besoin de 730 engagés, n’en avait trouvé que 716.
D’où des déficits en effectifs dans à peu près tous les corps de l’armée.

Il est vrai qu’avec le système informatique « Louvois » de paie des militaires, abandonné fin 2013, l’entrée dans l’armée commençait mal : erreurs de paie, impayés, trop-perçus à rembourser illico, etc.
Il est vrai aussi que la solde augmente peu, et que les « emplois d’avenir » font de la concurrence pour les jeunes qui recherchent du boulot.
Mais, justement, l’armée ce n’est pas – en théorie – un métier comme un autre, un boulot comme un autre.
En principe, une armée est au service d’une patrie.
En principe.
Est-ce encore le cas ?
Une partie des armées de la France a été engagée dans des causes douteuses, par exemple en Afghanistan.

Mais surtout, l’essence du métier de soldat, c’est-à-dire du métier de combattant, en fait un métier pas du tout comme les autres.
Le métier de soldat repose sur une expérience de la solidarité de groupe.
« Jesse Glenn Gray » avait appris, le même jour de mai 1941, à la fois qu’il était docteur en philosophie et qu’il était incorporé dans l’armée américaine.
Quelques mois plus tard, l’Amérique entrait dans la guerre mondiale.
Relatant son expérience de la guerre, il écrivait :
« D’innombrables soldats sont morts, plus ou moins volontairement, non pour leur patrie, leur honneur ou leur foi religieuse, ou pour tout autre bien abstrait, mais parce qu’ils avaient conscience que, en abandonnant leur poste pour sauver leur vie, ils exposeraient leurs compagnons à un plus grand péril.
Le moral du combattant a pour essence cette loyauté envers le groupe.
 » (« Au combat »).

Le principe de l’armée, c’est cela, c’est le dépassement de l’individualisme et de l’égoïsme individuel.
Au moment où le métier de soldat est réduit à la maîtrise de techniques informatiques, il est bon de le rappeler. L’essence de la guerre n’est pas technique, elle est le sacrifice de soi.
C’est une ordalie.

Or, nous sommes loin d’en prendre la mesure.
Le soldat est devenu un membre du « personnel » de l’armée, l’armée française, une force d’intervention des droits de l’homme.
Mourir pour sa patrie ou pour des idées ?
Plus personne ne l’envisage.
Quand un soldat meurt, le ministre de la Défense doit faire effectuer une enquête et rendre des comptes.
C’est évidemment triste, mais ce n’est pas extravagant qu’un soldat se fasse tuer en opération.
Imagine-t-on un alpiniste qui n’envisagerait pas un seul instant qu’il puisse courir un risque ?
Même si, bien entendu, il doit chercher, pour lui et pour ses coéquipiers, à minimiser le risque.

Mais, pour envisager qu’un soldat prenne des risques portant sur sa vie, il faut du même coup envisager qu’il puisse se trouver face à des ennemis.
Mais dans notre pays, patrie de l’idéologie des droits de l’homme, un soldat français est devenu un super-policier.
Quelqu’un qui cherche à appréhender des contrevenants.
Il n’y a plus d’ennemis, rien que des délinquants.
Même les États qui se sont voulus « ennemis » de l’Occident comme, à un moment, l’Iran de « Khomeini », ne sont pas tenus pour des ennemis, mais pour des États voyous.
C’est d’ailleurs pire :
On peut négocier avec un ennemi, alors que l’on doit arraisonner un délinquant.
L’ennemi est devenu introuvable et, par conséquent, comme le dit « Robert Redeker », le soldat est devenu « impossible ».

Pierre Le Vigan

http://www.bvoltaire.fr/  du 17/03/2014

Un Franc-Maçon Nous A Quittés.

france-faillite-565x250

Blondel, un « laïque » islamophile et catholicophobe

« Blondel » est la caricature d’une franc-maçonnerie qui s’est construite en réaction à l’Église catholique et qui rêve d’en finir avec les racines chrétiennes de la France.

De Marc Blondel, les médias retiennent le syndicaliste, secrétaire général de Force ouvrière de 1989 à 2004.
Il serait pourtant intéressant de se pencher sur le dirigeant qui se disait laïque, par ailleurs franc-maçon, et qui prit la direction de la Fédération nationale de la libre pensée (« FNLP ») à partir de 2007.
Chacun sait que cette vieille structure est totalement infiltrée depuis une trentaine d’années par des trotskistes appelés les « lambertistes », du nom du pseudonyme de Pierre Boussel, leur chef historique.
Ceux-ci, d’où sont issus Jospin, Cambadélis, Mélenchon, Corbière, Assouline et nombre de caciques socialistes, se sont spécialisés dans les « OPA » vers les organisations syndicales (notamment « FO »), la franc-maçonnerie (« GODF ») et les milieux laïques (« FNLP »).
Marc Blondel était leur compagnon de route, comme l’a montré « Christophe Bourseiller » dans son livre « Cet étrange monsieur Blondel ».
En toute logique, pour occuper sa retraite, il devint donc président de la Libre pensée à partir de 2007.

Une association dite laïque fort particulière, qui cristallisait l’essentiel de son militantisme contre la « redoutable » Église catholique, appelée vaticane (moyenne d’âge des prêtres : 71 ans), mais laissait s’implanter l’islam en France.
Ainsi, la Libre pensée qualifiera de raciste et de xénophobe la loi du 15 mars 2004 (votée juste 10 ans avant la mort de Blondel) interdisant les signes religieux à l’école, dont le voile.
Autrement dit, le symbole de l’uniforme de l’islam politique dans les écoles de la République, porté par des gamines, ne lui posait aucun problème.
Elle continuera sur cette ligne six ans plus tard, quand il s’agit de légiférer sur la burqa.
J’eus le plaisir de débattre, le 26 janvier 2010, sur « RFI », avec l’ancien secrétaire de « Force ouvrière », sur cette question.

Ses arguments étaient ahurissants.
Il comparaît, au nom de la liberté vestimentaire, la mini-jupe et la burqa.
Il qualifiait les Français – ses compatriotes, majoritairement favorables à cette loi – de xénophobes.
N’hésitant pas à utiliser des arguments de type stalinien (un comble pour l’ancien secrétaire de FO), il osa dire que, finalement, ceux qui ne voulaient pas voir le voile intégral dans la rue étaient des racistes qui refusaient la différence, et donc les nouveaux venus !

 

francmacon

 

Blondel est la caricature d’une franc-maçonnerie qui s’est construite en réaction à l’Église catholique et rêve d’en finir avec les racines chrétiennes de la France, au nom de ce qu’ils osent appeler la laïcité – ce que « Peillon », autre frère, a d’ailleurs revendiqué.
Mais la multiplication de mosquées, d’écoles coraniques, de boucheries « halal », de voiles islamiques et de burqas, l’offensive du ramadan, les salles de prière revendiquées dans les entreprises, symboles d’une recléricalisation guerrière de la société par l’islam, n’ont jamais ému ce syndicaliste, qui préférait sans doute crier « Croa Croa » ou « À bas la calotte »en passant devant une église.
Il n’est guère étonnant que « Jean-Luc Mélenchon » et son adjoint « Alexis Corbière », autres islamophiles catholicophobes, qui se réclament tous deux de la Libre pensée, n’aient jamais protesté – pas davantage que Blondel – contre les prières musulmanes illégales dans les rues de Paris.
De même, le fait que le maire de Paris ait subventionné, à hauteur de plus de 20 millions d’euros, la construction de l’Institut des cultures d’islam (« ICI ») – mosquées déguisées – dans le XVIIIe arrondissement de Paris n’a jamais ému la Libre pensée et son président.

S’il avait été un vrai laïque, Blondel aurait été en première ligne face à l’offensive de l’islam contre la République, depuis près de trente ans, et il aurait entraîné des pans de la gauche dans cet indispensable combat. Au lieu de cela, il n’aura été qu’un fidèle allié de l’islamisation de notre pays, calomniant systématiquement les résistants.

Complice lucide ou idiot utile ?
Laissons-lui le doute…

Pierre Cassen

http://www.bvoltaire.fr/  du 19/03/2014

 

mort-et-con-300x225

Crimée Hostile Pour les « Caniches ».

Pantin

Russie voisine ou U.S.A. lointains,
que choisira l’Union Européenne ?

L’Europe et singulièrement « le triangle de Weimar » constitué par la France, l’Allemagne et la Pologne avaient joué un rôle pour une fois positif dans la question ukrainienne.
En obtenant un accord signé par le Président légitime de l’Ukraine, instaurant une situation transitoire jusqu’à des élections anticipées, l’Europe avait tenu sa place de voisin de l’Ukraine et de la Russie, soucieux de mettre de l’huile dans les rouages plutôt que de la jeter sur le feu.
La suite n’a nullement respecté les accords.
Sous la pression des émeutiers de la place Maïdan, complaisamment glorifiés par nos médias et célébrés jusqu’au ridicule par l’histrion international de service, « BHL », le Parlement ukrainien a pris des mesures précipitées et provocatrices en destituant le Président « Ianoukovytch » et en supprimant l’usage de la langue russe, pourtant parlée par une bonne partie des Ukrainiens.
On peut nourrir des doutes sur la spontanéité des mouvements populaires.
La similitude entre les diverses révolutions des places, symbolisées par des fleurs ou des couleurs, peut procéder de la  contagion ou de l’imitation.
Elle peut aussi être facilitée par des exportateurs intelligents, injectant ce produit performant sur des effervescences plus diffuses.
La présence de mouvements extrémistes, bien organisés, entraînés et équipés, utilisant des méthodes de guérilla urbaine contre les forces de l’ordre fait planer un soupçon sur l’absence d’intervention étrangère « occidentale ».
L’unanimité des médias dans une désinformation manichéenne sent également le déjà vu.
L’esprit critique est un pilier dans une véritable démocratie.
Il doit donner leur chance à la Russie, et à Vladimir Poutine.

La Roumanie chasse « Ceaucescu » après la découverte des charniers de Timisoara.

Les Etats-Unis envahissent l’Irak de l’affreux « Saddam Hussein » pour l’empêcher d’utiliser des armes de destruction massive… inexistantes.

Le modèle de cette manipulation de l’opinion le plus intéressant pour l’Ukraine est le Kosovo.
-Dans le scénario, on a le méchant de service :
« Milosevic », qui, comme « Saddam » n’a manqué aucune occasion de correspondre au rôle.
-On a des faits réels, et un grossissement volontaire à partir de rumeurs ou de « plans » inventés de toutes pièces :
des enfants albanais noyés en voulant échapper aux Serbes, le plan « Fer à Cheval » d’expulsion massive des Albanais, par exemple.
Le Kosovo est une région autonome de la Serbie.
L’ »ONU » décide par sa résolution 1244 de la prendre en mains pour que les ethnies qui l’habitent puissent continuer à y vivre dans la paix et le respect des minorités, mais aussi dans le cadre de l’intégrité territoriale serbe.
Cette situation juridique est soutenue par la force qui a obligé l’Armée serbe à quitter le territoire sous la menace des bombardements déjà subis par Belgrade.
En 2008, le Parlement de la région proclame l’indépendance du Kosovo.
Celle-ci est reconnue par les « occidentaux », mais dénoncée par la Russie et la Chine, comme illégale car elle ne respecte pas l’intégrité des frontières internationales.
La Crimée, c’est le Kosovo à l’envers :
90% de Russes pour 90% d’Albanais, une région autonome avec un parlement qui vote une indépendance au mépris du droit international.
Certains feront remarquer qu’il n’y a pas eu de violences en Crimée à l’encontre des Russes.
Mais, au Kosovo, si la répression serbe a été violente dans les années 90, les vengeances albanaises sur la population serbe, les églises et les monastères orthodoxes, qui ont accompagné le chemin vers l’indépendance ont été nombreuses et meurtrières.
En ignorant cette symétrie, en proclamant la vérité à l’Ouest et l’erreur à l’Est, les « occidentaux » font preuve d’une mauvaise foi totale.
Leur réaction unilatérale après le succès massif du référendum criméen, opposant un droit abstrait à géométrie variable au vote manifestement enthousiaste d’une très large majorité du peuple, est une insulte à l’intelligence.

La réalité n’a ici aucun rapport avec le droit.
Les Etats-Unis ne veulent pas que la Russie reprenne la voie de la puissance, et retrouve en influence directe les limites de l’URSS.
Ils ne veulent pas qu’avec ses alliés elle puisse jouer un rôle au Moyen-Orient ou même en Amérique latine.
Si ce dernier point, on peut souhaiter que le lamentable régime qui sévit au Vénézuela soit renversé, en revanche, on ne saurait trop condamner le soutien sans discernement apporté aux adversaires d’Assad en Syrie.
C’est cette aide, et celle des alliés du golfe, qui ont transformé un mouvement de révolte populaire en guerre civile qu’Assad semble en passe de gagner contre des opposants désormais divisés et dominés par des musulmans fanatiques.
On comprend les raisons historiques qui conduisent les Etats qui ont rejoint l’Union Européenne après l’effondrement du bloc soviétique à adopter une attitude hostile à la Russie.

On ne voit pas l’intérêt de l’Europe d’embrasser systématiquement les vues américaines.

L’Amérique est loin.

Elle s’intéresse
prioritairement à l’Asie.

La Russie nourrit un projet eurasien, qui doit embarrasser  les Etats-Unis, mais c’est notre voisine.

Comme l’élargissement européen a suffisamment montré ses dangers, la seule solution européenne consiste à développer les meilleures relations politiques et économiques avec la Russie, sans ingérence dans ses affaires intérieures, et sans prendre en compte la stratégie américaine.

L’Europe est en train de manquer cette opportunité.
Quant à la France, participant aux sanctions dérisoires et menaçant de suspendre la livraison de navires de guerre, au détriment de son industrie navale, elle trahit sa mission et son histoire en devenant le caniche américain au lieu d’être à la tête d’une Europe forte et indépendante, capable de servir ses intérêts plutôt que d’envelopper ceux des autres dans les bons sentiments, les artifices juridiques et les punitions symboliques.

Christian Vanneste

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/  du 19/03/2014

C’ Est Le Festival Des Nuls Chez Nous.

la-ferme-des-animaux

Les gouvernants s’agitent et…font beaucoup de vent !

C’est entendu : les gouvernants ne gouvernent plus, ils offrent un spectacle entre cinéma et cirque.
Aujourd’hui, on dirait plutôt « cirque », si ce n’était pas vexant pour les artistes qui s’y produisent.
Un gouvernant perçoit un problème, une difficulté pour le corps social dont il est responsable.
Il en étudie les causes en faisant appel à des experts.
Après s’être entouré de conseils, il prend des mesures afin de les résoudre.
Les modalités de mise en oeuvre dépendront ensuite du fonctionnement propre des institutions du pays, du décret autoritaire jusqu’à la proposition d’une consultation populaire.
Les gens qui s’agitent inutilement sur la scène politique française font toute autre chose.
Ils sont mis en difficulté sur un sujet par l’opposition ou plus souvent par la presse et de plus en plus par des mouvements organisés ou non de la société civile.
Ils réagissent dans le court terme de la communication, dans la journée pour la presse écrite, dans l’heure pour les médias audiovisuels, notamment les chaînes d’information, et dans la minute pour internet.
Ils n’étudient rien, ne trouvent aucune solution à long terme.
Ils communiquent.
Les gouvernants ne sont plus que des sémaphores qui envoient des signaux, parfois des « SOS », dans la panique et l’improvisation.
Le détenteur apparent du pouvoir se réduit à n’être qu’un émetteur de symboles.
On attend du pouvoir une action efficace.
On n’a qu’un geste, parfois maladroit, une parole, de plus en plus souvent mensongère.
Au lieu d’apporter un remède réel à la population concernée, le politicien ne pense qu’à mettre du baume au coeur de celui qui l’a interpellé.
Au lieu de réformes nécessaires, on n’a plus que des messages ciblés.

Trois exemples parmi beaucoup d’autres nous ont été offerts récemment.
La championne de cette nouvelle forme de politique est Madame Taubira.
Engluée dans une affaire que l’opposition a  habilement transformée en grave dysfonctionnement judiciaire, elle a improvisé une mise en scène maladroite à la sortie du Conseil des ministres, en brandissant un document qui démentait ce qu’elle clamait.
Mais, pour effacer le mensonge découvert et infamant, l’image que le public retiendra est celle d’une ministre casquée et habillée de rose, entrant à l’Élysée sur un vélo, entourée de deux gardes du corps cyclistes, précédée de sa voiture, et semble-t-il accompagnée d’une voiture et d’une moto  également chargées de sa protection.
On ne lui reprochera pas.
Le quartier n’est pas sûr.
On ne cesse de cambrioler les bijoutiers autour du ministère de la Justice.
Mais ce grotesque équipage arrivant à l’Élysée dans le but de rassurer l’opinion sur la sérénité de la ministre prend manifestement les Français pour des imbéciles.

Les Français n’ont pas tous la possibilité d’aller au travail à vélo, tandis que leur chauffeur les accompagne en voiture.
Pourtant, un automobiliste francilien sur deux a du se priver de sa voiture lundi pour faire preuve de civisme face au pic de pollution.
Cette mesure prend à nouveau les Français pour des idiots.
A vrai dire, elle ne s’adresse pas à eux, et vise encore moins la pollution.
Elle cherche à satisfaire les pastèques.
Elle se plie à une revendication de ces ennemis obsessionnels de la liberté.
Leur discours pathologiquement anxiogène débouche systématiquement sur des restrictions et des contraintes, des taxations et des contraventions.
Dénoncer le citoyen normal comme un criminel potentiel, l’automobiliste roulant au diesel par économie et pour son travail comme un coupable, porter atteinte à l’usage de sa propriété, pourtant financé quotidiennement, rien de plus jouissif !
Ces enragés ne songent qu’à inhiber et à punir !
Or le ciblage politique sur le diesel, comme sur la vitesse, ou le réchauffement climatique ne sont que de bonnes vieilles méthodes totalitaires :
Il faut toujours pointer du doigt l’ennemi public pour justifier la Terreur.
La pollution en Île-de-France a de multiples causes.
Le dioxyde de souffre, par exemple, est d’origine industrielle.
Les particules fines désignées comme le mal, ciblées, elles aussi, dans un souci de communication, sont pour un tiers produites par l’industrie et pour un quart seulement par le trafic.
Les incitations, la carotte plutôt que le bâton, et les progrès techniques sont plus efficaces que des dispositions coercitives et inégalitaires d’un jour ou deux d’interdiction.
Pour l’oxyde d’azote, sa production a régressé dès la prise de conscience du problème, grâce à l’amélioration des véhicules, depuis 1990.
Une partie non négligeable de la pollution est apportée par les vents du Nord et de l’Est, depuis l’Allemagne, notamment, qui vient d’abandonner brutalement le nucléaire dans un geste de communication politique et fait appel aux très polluantes centrales au charbon.

Plus sympathique, plus rigolo est « Arnaud Montebourg », l’inutile ministre d’un redressement productif, qui s’effondre, produit de moins en moins et n’exporte plus.
Lui aussi réduit son rôle à de la figuration.
On pense au comédien condamné aux petits boulots d’animateur dans les supermarchés :
Arnaud et sa marinière, Montebourg et sa Zoé.
Tandis que les chiffres soulignent le recul de notre industrie et la perte d’emplois que cela entraîne, le Ministre, qui n’a aucun levier budgétaire efficace à sa disposition, se mêle de tout et se ridiculise tant on néglige ses avis.
Il voulait Bouygues et c’est Numéricable.
La fusion entre deux opérateurs concurrents aurait cependant eu un effet néfaste sur l’emploi.
Mais le ministre de s’en prendre à la désertion fiscale du « Pdg », à son « holding » au Luxembourg, à sa localisation boursière aux Pays-Bas, aux paradis fiscaux etc…
Comme si les responsables économiques étaient tenus par masochisme à subir les effets fiscaux et financiers de la mauvaise gouvernance française.
S’en tenant aux symboles, faute de la moindre parcelle de pouvoir, il a stigmatisé le maillot de l’équipe de France, fabriqué pour « Nike » en Thaïlande.
Sympathique, mais dérisoire.
À la fin d’un mauvais spectacle, le public applaudit parfois par politesse et compassion.
Applaudissons Montebourg pour son patriotisme affiché et impuissant.

Christian Vanneste

http://www.ndf.fr/   du  17/03/2014

 

 

L’ U.E.File Du Mauvais Coton !

venise

Inspirée par la Crimée,Venise vote pour se séparer de Rome.

L’information est publiée par la très sérieuse BBC.
Le vote vient de commencer à Venise et dans la région pour savoir si la population souhaite se séparer de l’Italie, alors que les sondages d’opinion indiquent que les 2/3 des 4 millions d’électeurs sont favorables à se séparer de Rome, et comme pour la Crimée, le vote n’est pas légal.(?)
Plusieurs activistes et partis politiques ont organisé ce référendum afin de recréer la République de Venise, en réminiscence de son existence passée pendant plus de 1,000 ans, perdue sous Napoléon en 1797.

Le référendum se passe sur internet, et dure jusqu’au premier jour du printemps, vendredi 21 mars, et, cela ne surprendra pas, presqu’aucun média italien n’en a parlé.

Plusieurs régions d’Europe ont des intentions séparatistes, la « Catalogne » en Espagne étant un exemple, et l’ »Ecosse », qui doit décider, en septembre prochain, de devenir indépendante.

Selon « Luca Zaia », le gouverneur de Venise, conteste le fait que la constitution italienne interdit la secession car le droit international autorise  « le droit à l’auto-détermination ». 

C’est d’ailleurs en raison de la crainte du droit des peuples à l’auto-détermination que l’Autorité palestinienne refuse de conduire un référendum pour demander aux Palestiniens s’ils veulent un état indépendant ou un rattachement à Israël :
Tous savent – et les sondages constants le rappellent, que 2/3 des Palestiniens préfèrent vivre dans la douce et démocratique Israël que dans une dure et autoritaire Palestine.

Et pour revenir à la Crimée, les déclarations péremptoires de la France, de l’Union européenne et de Barack Obama qui affirment que le vote est illégal – même si le chiffre du oui au rattachement à la Russie est digne de la Corée du nord – cette affirmation est rien moins que douteuse, aucun grand expert de droit international n’étant d’accord.

Jean-Patrick Grumberg pour « Dreuz.info ».

http://www.dreuz.info/  du 18/03/2014

 

Que de « caniches » dans cette Union Européenne !

Autres Lieux… Autres Coutumes…

Loyasse_6323

On ne rigole pas
dans les cimetières !

Des fois que Josiane Couston aurait entraîné les morts sur la dangereuse pente de l’alcoolisme…
Jean-Luc Couston était un joyeux drille.
S’il n’allait pas jusqu’à dire que la mort est un des plaisirs de la vie, il la jugeait néanmoins dans l’ordre des choses et entendait qu’elle n’entravât pas l’existence de ceux qui restent.
Les pleureuses n’ont qu’un temps et ce brave homme avait laissé en guise de testament des consignes plus joyeuses.
Rappelé en 2011 auprès du Père éternel à l’âge précoce de 61 ans, il avait inscrit dans ses dernières volontés le désir de voir son épouse survivante et ses amis venir fêter sur sa tombe son anniversaire, et d’y trinquer à sa santé dans l’au-delà.
Ce qu’a donc fait Josiane Couston, le 17 juillet dernier, en se rendant avec quelques amis au cimetière de Sauveterre (Gard).
On a débouché le champagne, levé son verre à l’ami Jean-Luc et évoqué, au milieu des bulles, le souvenir du cher disparu.

Hélas, si d’aucuns s’installent auprès des cimetières car les morts ne sont point dérangeants, il en est d’autres qui ne veulent pas qu’on vienne les réveiller.
Certains, dérangés dans leurs prières sur la tombe d’à côté, ont appelé la police qui, toujours pleine de malice, s’est empressée d’intervenir.
Qui ?
Quoi ?
Où cela ?
Des satanistes ?
L’extrême droite nécrophile ?
L’ombre de Carpentras planait sur le cimetière…

La veuve a donc été verbalisée : 38 euros d’amende !
Pour « violation d’une interdiction ou manquement à une obligation édictée par décret ou arrêté de police pour assurer la tranquillité, la sécurité ou la salubrité publique », écrit« La Provence ».
Des fois que Josiane Couston aurait entraîné les morts sur la dangereuse pente de l’alcoolisme…

Josiane a contesté :
les voisins ne s’étaient pas plaints, nul tapage à réveiller les morts !
Oui mais voilà :
« La veuve ignorait alors l’interdiction de boire de l’alcool dans un cimetière. »
Grave lacune.
D’autant (l’histoire ne le dit pas) que la criminelle a peut-être des origines exotiques.
De celles, par exemple, où la coutume veut que l’on honore les morts par des libations joyeuses et bruyantes, quand on ne les déterre pas carrément avant de les remettre au trou dans un joli linceul tout propret après avoir partagé un gueuleton avec eux, comme à Madagascar.

Vous n’aviez pas le droit de boire, a dit la justice.
J’en profite pour vous signaler, chers lecteurs, qu’on n’a pas le droit non plus de boire de l’alcool dans les jardins publics.
Qu’à cela ne tienne, dit la veuve, fidèle à son époux.
Car,« au-delà de cette amende, c’est une question de principe pour cette dame qui a tenu, sans penser à mal, à honorer le vœu de son époux », dit son avocat, laquelle espère bien obtenir la relaxe de sa cliente lors de l’audience qui se tiendra incessamment devant le tribunal de police d’Uzès.

Si elles gagnent, elles pourront toujours aller arroser cela au Champomy sur la tombe de Jean-Luc.

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr/  du 18/03/2014

Un Reflet Sordide De Notre Epoque.

nouvelles-images-humour-rigolote-bonne-nuit-img-270x300

Assez rigolé, on passe à la gérontophilie !

C’est beau, ça lutte contre les stéréotypes et ça promeut la solidarité entre les générations.
« Tomboy » était « éducatif »« La Vie d’Adèle » « époustouflant » ,« L’Inconnu du lac » « hyper-réaliste ».
Les médias s’arrachent les superlatifs, les films les récompenses…
Leur point commun ?
La promotion de l’homosexualité.

Promoteur officieux d’une société sans norme ni repère, le cinéma accélère le rythme.
Bisexualité, homosexualité… et maintenant gérontophilie !
C’est ni plus ni moins le titre d’un film qui sortira en salle le 26 mars prochain.
Lake est amoureux d’une jeune fille de son âge… une histoire qui frisait l’intégrisme, en clair.
Du coup, il se fait embaucher par une maison de retraite et tombe sous le charme d’un « séduisant patient » de 82 ans, d’origine africaine de surcroît.
Il aurait été bien dommage de se passer d’un petit refrain immigrationniste…

Deux hommes, 18 ans… 82 ans, ravalez donc vos préjugés, on vous parle d’amour, là. On « repousse les limites » avec une histoire « romantique »dégoulinante de bons sentiments pour vous expliquer, vieux réacs que vous êtes, que la famille – père, mère et enfants – comme socle de la société, c’est vraiment fini.
On a commencé par caser un divorce systématique, des remariages à l’envi, une mère qui pour compenser son ennuyeuse hétérosexualité fume des joints avec sa fille, des couples « gay » nettement plus sympathiques que les vieux hétéros qui passent leurs journées à s’engueuler, la gamine homosexuelle qui réussit à briser les codes d’une société patriarcale étouffante, la petite fille qui découvre son avenir en glissant un pénis en pâte à modeler dans sa culotte…
Il était temps d’innover !

Un jeune et un vieux… c’est beau, pleurez, bande de fachos !
Bon, pour l’instant, on s’empresse de vous préciser que « Lake » a 18 ans, le progressisme est patient… mais on compte sans doute sur l’émotion des spectateurs pour préparer un accueil triomphant au prochain chef-d’œuvre Pédophilia.
Ne hurlez pas, l’enfant n’aura que quelques années de moins, rien de choquant.

C’est beau, ça lutte contre les stéréotypes et ça promeut la solidarité entre les générations. Faire un film sur un garçon attentionné envers un grand-père pour encourager la jeune génération à prendre soin de ses racines ne suffisait pas, il fallait que ce soit sexuel, évidemment.
Continuer à résumer l’homme à ses pulsions sexuelles en tous genres, c’est mieux, question de dignité.
Et quand la future génération aura bien compris qu’elle n’est ni homme ni femme, ni noire ni blanche, ni catho ni bouddhiste, ni enfant ni adulte, sans Ciel ni racine mais persuadée de sa toute-puissance sur la nature, enfin elle sera « libre », si si.
Et le cinéma pourra redevenir un art, depuis le temps qu’il n’est plus qu’un outil idéologique.

L’avantage, c’est que le jour où votre fille tombera éperdument amoureuse de son chien, plus aucun stéréotype réactionnaire ne viendra barrer la route à son…« bonheur »
Elle pourra peut-être même l’épouser, continuons de rêver…

Charlotte D’Ornellas

http://www.bvoltaire.fr/  du 18/03/2014

 

 

Le monde des médias ET du cinéma est noyauté par qui…mais par nos « chers amis » qui nous veulent « tout le bien du monde « !
La presse et la télé ont compris que nous avons le choix de chercher nos informations ailleurs.
Sont venues à la rescousse les équipes du cinéma pour nous pondre des films « publicitaires » de ce que nous ne voulions pas entendre !

Heureusement que restent des chefs d’oeuvre tournés par de vrais artistes…jusqu’à ce que la dictature médiatique ne nous permette plus de les regarder.
Pauvre France !

Dans quel bourbier nauséabond patauges-tu ?

Ils Veulent Semer La Zizanie Partout.

unclesamaff2

Un siècle d’interventionnisme

‘etatsunien’ meurtrier

Fenêtre privilégiée du monde russe sur la mer Noire, la Crimée possède une histoire et une situation géographique singulières.
Théâtre sous le Second Empire d’une intervention militaire franco-anglaise destinée à stopper l’expansionnisme de la Russie des tsars, hôte de la conférence de Yalta en 1945, cette région d’une superficie et d’une population équivalentes à celle de la Lorraine dispose aujourd’hui d’un statut de république autonome au sein de l’état ukrainien.
À l’heure actuelle, la volonté des populations russophones de Crimée de s’affranchir de la tutelle d’une Ukraine passée sous la coupe d’un gouvernement pro-occidental est au cœur d’une nouvelle controverse diplomatique.

L’occupation par des forces armées russes de plusieurs points stratégiques de la péninsule n’a pas tardé à déclencher un feu nourri de réactions indignées des gouvernements et des « média mainstream » occidentaux.
Ainsi, « Angela Merkel » a déclaré « illégal  » le référendum prévu pour le 16 mars.

http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2014/03/09/merkel-affirme-que-le-referendum-en-crimee-est-illegal

François Hollande a fait savoir que « l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Ukraine ne [pouvaient] pas se négocier  ».

[2http://www.leparisien.fr/international/video-hollande-pas-de-referendum-sur-la-crimee-sans-l-accord-de-l-ukraine-07-03-2014-3652567.php/

Plusieurs éditorialistes ont mentionné le « sort incertain » de la minorité tatare de Crimée, sous-entendant probablement que la sécurité de cette dernière pourrait être compromise en cas d’occupation russe prolongée.

http://www.lepoint.fr/monde/ukraine-le-grand-malaise-des-tatars-de-crimee-08-03-2014-1798923_24.php ethttp://www.lemonde.fr/international/article/2014/03/06/courtises-par-les-autorites-prorusses-les-tatars-de-crimee-hesitent-a-choisir-leur-camp_4378415_3210.html

C’est oublier que la Fédération de Russie compte 6 millions de citoyens tatars, qu’il existe sur les bords de la Volga une république autonome du Tatarstan et que personne à Moscou ne remet en question l’appartenance des Tatars à la nation russe.
La Maison Blanche a, quant à elle, affirmé, par la voix de son secrétaire d’État   »John Kerry », que « la Crimée est l’Ukraine ».

http://www.lepoint.fr/monde/washington-la-crimee-est-l-ukraine-06-03-2014-1798432_24.php

Le message adressé est donc sans équivoque :
La présence de troupes russes en Crimée et la tenue prochaine d’un référendum constitueraient un grave cas d’ingérence et une violation du droit international.
L’appareil d’État étatsunien est, il est vrai, particulièrement au fait des cas de conflits et de tensions directement ou indirectement causés par des ingérences extérieures.

 

Nous livrons ici au lecteur une liste volontairement  »non-exhaustive«  recensant quelques exemples de conflits armés impliquant les États-Unis, parfois appuyés par des puissances européennes.

 

• 1898 :

Conflit hispano-américain qui aboutira à la perte par l’Espagne des Philippines, de Cuba et de Porto Rico, territoires qui tomberont dans l’escarcelle des États-Unis.
Le magnat de la presse William Randolph Hearst, qui inspira le film « Citizen Kane » à « Orson Welles », se distingua à cette occasion par la propagande belliciste et anti-espagnole relayée par ses journaux.

• 1900 :

Participation, au sein de l’alliance des huit-nations regroupant également les puissances européennes de l’époque, à la guerre des « Boxers », opération de répression d’un mouvement anticolonialiste chinois.

• 1903 :

Appui militaire aux sécessionnistes du Panama, aboutissant à la création d’un nouvel État indépendant dans une province auparavant colombienne.

• 1950-1953 :

Envoi de 300 000 soldats au cours de la guerre de Corée.
Deux décennies avant la guerre du Vietnam, l’armée américaine aurait déversé sur la Corée du Nord plus de 3 millions de litres de napalm.
http://www.monde-diplomatique.fr/2004/12/CUMINGS/11732

• 1953 :

La CIA appuie un coup d’État en Iran visant à renvoyer le Premier ministre « Mossadegh », non-aligné et partisan de l’indépendance énergétique.

• 1961 :

Soutien à une tentative de coup d’État à Cuba, lors du débarquement de la « Baie des cochons ».

• 1961-1972 :

Guerre du Vietnam.

• 1965 :

Occupation de la République dominicaine.

• 1973 :

Soutien militaire au coup d’État chilien, devant aboutir au renversement de Salvador Allende et à la prise de pouvoir du général Pinochet.

• 1979-1992 :

Armement des moudjahidines afghans au cours de leur lutte contre l’Armée rouge.

• 1981-1988 :

Soutien à la guérilla contre-révolutionnaire luttant contre le régime sandiniste au Nicaragua.

• 1989 :

Invasion du Panama et renversement de Manuel Noriega.

• 1990-1991 :

Guerre du Golfe, intervention au sein d’une coalition de 34 états qui dévastera l’armée et les infrastructures irakiennes.

• 1994 :

Intervention en Haïti pour soutenir Jean-Bertrand Aristide.

• 1999 :

Frappes aériennes en Serbie et au Kosovo, soutien militaire et logistique à l’« UCK », organisation terroriste financée par la mafia albanaise.

• À partir de 2001 :

Interventions en Afghanistan ;

• 2003-2011 :

Guerre d’Irak.
La chute de « Saddam Hussein » et l’occupation étrangère ont livré un pays dévasté aux violences intercommunautaires.
On estime à 500 000 le nombre de victimes du conflit.
http://www.lepoint.fr/monde/les-500-000-morts-de-la-guerre-en-irak-18-10-2013-1745327_24.php

• 2011 :

Intervention militaire en Libye.

Rappelons que la liste n’est pas exhaustive

Rappelons aussi que les ingérences occidentales, qu’elles se fassent par le biais d’appuis logistiques ou financiers aux groupes d’agitation interne (comme en Ukraine ou en Syrie) ou par des interventions militaires directes, ont essentiellement précédé des situations de chaos et de barbarie prolongées, comme en témoignent l’état actuel de l’Afghanistan, redevenu une place centrale de la production de pavot ( Voir les ouvrages de « Peter Dale Scott » « La machine de guerre américaine » et « La route vers le nouveau désordre mondial ») et la violence extrême qui perdure en Irak .

http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/irak-au-moins-21-morts-dans-un-attentat-suicide_548151.html

Nous sommes bien loin des promesses de libération démocratique qui justifient les exactions interventionnistes de Washington et ses alliés.

Source initiale : http://www.egaliteetreconciliation.fr/

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 15/03/2014

Attitude Révélatrice Aux U.S.A.

racisme anti-blanc

Fête de la « diversité »… interdite aux Blancs !

South Puget Sound Community College est un établissement d’enseignement supérieur d’Olympia, la capitale de l’état de Washington.
Politiquement correct oblige – dans une ville où la population reste à très forte majorité blanche –, le collège est évidemment pourvu d’un « Centre pour la diversité et l’égalité ».
Un « cours de diversité » est obligatoire pour tous les étudiants.

Encouragé par ce climat, un groupe des « Personnels enseignants et administratifs de couleur » a dernièrement envoyé une circulaire électronique aux trois cents employés du campus pour une happy hour destinée à « créer du soutien et de la communauté » pour les personnes de couleur.
Les destinataires étaient invités à répondre pour connaître la date et l’heure de l’événement, gardées confidentielles.

Tous les destinataires, sauf les Blancs.

À ceux-là, la circulaire disait :
« Si vous voulez créer un espace pour les Blancs afin de vous rencontrer et de travailler sur le racisme, la suprématie blanche et les privilèges blancs, sentez-vous tout-à-fait libres de le faire ».
Bref, allez-vous flageller entre vous!

Certains Blancs ayant quand même protesté, l’événement a été annulé.
Sur sa page Facebook, après que la télévision locale s’est fait l’écho de l’affaire, le collège affirme qu’il «s’agissait simplement d’une erreur, par quelqu’un qui est nouveau dans notre communauté ».
Karama Blackhorn, responsable du Centre pour la diversité et l’égalité, qui avait rédigé l’invitation, campe pourtant sur ses positions.
« Ce lieu n’est pas pour les Blancs, ce lieu est pour les personnes de couleur », martèle-t-elle.
Selon elle, les employés de couleur « ne peuvent pas discuter honnêtement des questions raciales si des Blancs sont présents ».

Interrogés par KING-TV, les étudiants sont stupéfaits.
« Ça contredit le message qu’ils essaient de faire passer, dit l’un.
Ne jugez pas les gens d’après leur couleur, mais ils jugent les Blancs parce qu’ils sont blancs »
.

Si l’épisode pouvait leur ouvrir les yeux et leur faire voir la « diversité » pour ce qu’elle est :

 une version « soft » du génocide !

http://fr.novopress.info/  du 17/03/2014

Trois Ans De Guerre En Syrie

hollande-300x116

Et dire que Hollande voulait y faire la guerre !

Le régime Assad résiste et même gagne du terrain.
Cela veut bien dire que le mécontentement populaire du début s’est transformé en une insurrection financée par l’étranger.
Cela veut dire aussi que ce régime totalitaire et laïc fondé sur une ethnie religieuse bénéficie d’un large soutien dans une partie de la population.
Nous sommes de toute évidence face à une guerre d’Espagne musulmane opposant  les chiites aidés par l’Iran aux islamistes sunnites financés par le Qatar et bénéficiant des combattants de la nébuleuse « Al Qaida ».

3 ans après où en est-on ?

Agences de l’ »ONU » et « ONG » ont lancé un cri d’alarme face au conflit dévastateur en Syrie, entré samedi dans sa quatrième année, avec 146 000 morts et le plus grand nombre de déplacés au monde, dans une crise sans issue en vue.
La situation sur le terrain reste bel et bien catastrophique, bombardements incessants, civils pris en otages au milieu des combattants, viol comme arme de guerre.
Les rapports successifs des « ONG » de défense des droits de l’homme n’y changent rien.
La violence perdure dans le pays où 146.000 personnes sont officiellement décédées depuis le début du conflit et des centaines de milliers blessées.

Depuis l’attaque chimique de « la Ghouta », le 21 août 2013, qui a causé 1500 morts, la perspective d’une intervention militaire occidentale est définitivement enterrée, Barack Obama ayant renoncé à une telle option – malgré le franchissement,(?) par le régime de Bachar Al-Assad, de la « ligne rouge » fixée par le président américain – au profit d’un accord sur le démantèlement de l’arsenal chimique syrien, parrainé par Moscou et Washington.

Dégagé de toute pression diplomatique, grâce à la protection acharnée de la Russie, le régime syrien n’a désormais plus que deux choses en tête :
La reconquête militaire et la réélection de Bachar Al-Assad, probablement en juin, pour un nouveau mandat de sept ans.

Que ce serait il passé si la France était intervenue militairement ?
On aurait permis l’instauration d’une dictature islamique ou on se serait enlisé.
Quand on voit la situation dangereuse pour le moins au Mali et  catastrophique en Centrafrique, on ne peut qu’être consterné par l’aventurisme militaire démocratique de François Hollande.

Il ne reste plus qu’a proposer aux « Usa » de déclarer la guerre à la Russie pour une Crimée ukrainienne.

Patience, ça viendra peut être.

Jean Bonnevey

http://metamag.fr/  du 16/03/2014

 

 

 

Le Référendum En Crimée.

justice-de-gauche

« Qualifier le référendum d’illégal  est une profonde sottise »

Les résultats du référendum ont confirmé la volonté d’une majorité de la population de la Crimée de rejoindre la Russie. Ils ont aussi confirmé l’incapacité des dirigeants, qu’ils soient français ou de l’UE et des Etats-Unis, de saisir la nature de ce vote. On rappelle donc dans le texte qui suit quelques points d’importance.

  1. La Crimée fut attribuée administrativement de la Russie à l’Ukraine dans le cadre de l’URSS en 1954. Ceci ne fit l’objet d’aucun vote des populations concernées. Lors de la dissolution de l’URSS en 1991, il fut admis que la Crimée resterait dans l’Ukraine,moyennant la reconnaissance de son statut de république autonome et le respect de la constitution.
  2. Il y a eu, à la suite de 21 février 2014, une interruption de l’ordre constitutionnel en Ukraine. Ceci est reconnu par les pays occidentaux qui qualifient le gouvernement de « révolutionnaire ». Ceci découle surtout du fait que nulle autorité qualifiée (la Cour Constitutionnelle étant dissoute par le nouveau pouvoir) n’a constaté la vacance du pouvoir. Le nouveau gouvernement est d’ailleurs loin de représenter tous les Ukrainiens, comme on aurait pu s’y attendre logiquement. C’est donc une autorité de fait.
  3. À la suite de cela, les autorités de la République Autonome de Crimée ont considéré que cela créait une nouvelle situation, dans laquelle les droits de la Crimée n’étaient plus garantis, et ont décidé la tenu du référendum du 16 mars. Leur décision est donc une réaction à la rupture de l’ordre constitutionnel à Kiev. Elle n’est ni légale ni illégale dans la mesure où cet ordre constitutionnel n’existe plus. Qualifier le référendum d’illégal du point de vue de la loi ukrainienne est donc une profonde sottise et montre de la part des dirigeants qui utilisent cet argument une incompréhension totale des principes du Droit.
  4. Du point de vue du Droit international, deux principes s’opposent, l’intangibilité des frontières et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Si les pays qui aujourd’hui s’opposent au référendum avaient fait pression pour que le gouvernement de Kiev remette son pouvoir à un gouvernement de concorde nationale, réunissant toutes les parties en présence, ils auraient eu quelques droits à faire valoir le principe de l’intangibilité. Mais, ayant choisi de reconnaître unilatéralement un gouvernement ne représentant qu’une partie de la population, ils ne peuvent plus user de cet argument sans contrevenir directement au second argument, celui sur le droit des peuples. L’argument d’une illégalité du point de vue du droit international tombe alors de lui-même en raison de la carence des pays soulevant cet argument à faire valoir la nécessité d’un gouvernement de concorde national en Ukraine qui seul, avec une assemblée constituante, aurait été en mesure d’offrir une issue légale à cette crise.
  5. Dans ces conditions, la seule position possible était de demander la présence d’observateurs officiels pour ce référendum. Cela ne semble pas avoir été fait. Les observateurs (députés du Parlement Européen) présents le sont donc en leur nom personnel. Ils disent ne rien avoir vu de scandaleux. Cela laisse cependant planer un doute sur les conditions de tenue du scrutin, mais ce doute provenant de l’attitude même des pays occidentaux, il doit profiter aux autorités de la République Autonome de Crimée. Ce vote, dans les faits, semble s’être tenu dans les conditions habituelles pour l’Ukraine.
  6. On notera dans le cas de la France que les dirigeants qui aujourd’hui contestent le référendum en Ukraine sont ceux qui n’ont pas voulu reconnaître le résultat du référendum de 2005 et l’ont remplacé par un traité (le Traité de Lisbonne) qui ne fut pas présenté au peuple. Ces mêmes dirigeants on accepté le referendum séparant Mayotte des Comores et rattachant cette île à la France. Ces deux faits soulignent que la légitimité de la position de ces dirigeants sur la question du référendum de Crimée pourrait être facilement mise en doute.
  7. Il convient maintenant de regarder l’avenir. Il ne fait guère de doute que la Russie reconnaîtra le référendum, même si – en théorie – elle peut toujours refuser l’adhésion de la Crimée. Le problème qui va être posé dans les semaines qui viennent est celui des provinces de l’Est de l’Ukraine ou des incidents mortels se multiplient. Toute tentative d’imposer une solution par la force risque de conduire à la guerre civile. Il est donc urgent que toutes les parties prenantes à cette crise, et ceci vaut pour les pays européens comme pour la Russie, exercent une pression conjointe sur les autorités de Kiev pour qu’elles constituent un gouvernement de concorde nationale réunissant tous les partis, pour qu’elles désarment les groupes extrémistes et qu’elles mettent sur pied les élections à une assemblée constituante. La signature de tout accord international par ce gouvernement ne saurait engager que lui-même. L’Union Européenne irait contre le droit si elle signait avec lui un quelconque traité.

Jacques Sapir

 

http://russeurope.hypotheses.org/2116, le 16/03/2014

La Terre Est Vraiment Mise En Danger.

explosion

Ils jouent avec le feu !

Suite à des tremblements de terre liés à la fracturation hydraulique, l’état ordonne la fermeture d’un puits !
Aux USA c’est une première, 2 tremblements de terre ont été directement liés à la fracturation hydraulique.
Les autorités de l’Ohio aux états unis ont ordonné la fermeture d’un puits d’extraction.

Hier les autorités de l’Ohio ont ordonné la fermeture d’un puits de gaz de schiste qui utilisait la technique dite de la fracturation hydraulique (« fracking ») dans le comté de Mahoning après que deux tremblements de terre aient été ressentis dans la région tout près de la frontière avec la Pennsylvanie ont indiqué les journaux locaux.

Les tremblements de terre enregistrés ont été estimé de magnitudes 3 et 2,6 sur l’echelle de Ritcher selon le NEIC de l’US Geological Survey.
Le ministère des Ressources naturelles de l’Ohio (ODNR) a immédiatement ordonné l’interruption des opérations de fracturation sur le site de la société « Texas Hilcorp Energy ».

« Par prudence , nous avons informé le seul opérateur d’extraction de gaz dans la région, et leur avons ordonné de mettre fin à toutes les opérations de fracturation en cours jusqu’à nouvel ordre.
Il n’y a pour l’instant aucun rapport immédiat de blessures ou de dommages. »

Le séisme de magnitude 3 à secoué la région à environ 2h26 du matin, il était suffisamment puissant pour réveiller certains résidents de la région selon la filiale locale de NBC la WFMJ.
l’autre tremblement de terre a été ressenti vers 11h44.

« Alison Auciello », organisateur du groupe de l’environnement alimentaire et du Water Watch de l’Ohio, a déclaré à « Al Jazeera » que l’emplacement et la profondeur des épicentres des derniers tremblements de terre ressentis Lundi sont compatibles avec les lieux des sites de forage ce qui signifie qu’ils peuvent avoir été causé par l’opération de fracturation elle-même.

Les agents de l’État devront évaluer les données complètes avant d’autoriser de nouveau la société « Hillcorp » à continuer ses activités d’extraction dans la région.

« Avant que les entreprises puissent être autorisés à effectuer des opérations de fracturation, les Etats devraient exiger aux entreprises extractrices d’évaluer si leurs puits d’extractions sont ou non situés sur une ligne de faille avant de leur accorder un permis, » dit-elle.
« Rien dans les règlements actuels de l’État l’exige jusqu’à présent , mais cela pourrait changer avec les tremblements de terre ressentis hier. »

Des études récentes ont également mis en évidence les risques environnementaux et de santé publique soupçonnés être associés aux opérations de fracturation. Une étude menée par l’Associated Press en Janvier a constaté que la pollution de l’eau dans quatre États américains étaient directement liée aux puits d’extractions de pétrole et de gaz, et en a conclu que la pollution était beaucoup plus répandue que l’industrie le reconnaît elle même.

Une étude de Décembre publié par l’Université du Missouri a démontré que les fluides utilisés lors de la fracturation hydraulique sont des perturbateurs hormonaux qui peuvent conduire à la stérilité, à des cancers et à une multitude d’autres problèmes de santé.

L’Environmental Protection Agency (EPA) américaine mène actuellement une étude approfondie sur l’impact potentiel de la fracturation hydraulique sur les ressources en eau, ses résultats devraient être publiés vers la fin de l’année.

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 16/03/2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ Algérie Dans L’ Oeil De L’ Oncle Sam.

nsa-logo1-300x225

«L’Algérie est-elle dans le collimateur des USA ?»

Alors que la presse Américaine confirme la présence des marines au Sud de la Tunisie, Moscou alerte Alger.
Un vaste complot se dessine contre l’Algérie, avertit Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Russie.
En visite éclair en Tunisie, il y a quelques jours, le ministre russe des Affaires étrangères, « Serguei Lavrov », a soutenu lors de sa visite, il y a quelques jours à Tunis, que des «parties étrangères» veulent mettre l’Algérie à feu et à sang à travers la commercialisation d’un printemps algérien.
Sans les nommer, le diplomate russe a ajouté que ces mêmes parties «ont ouvert plusieurs fronts près des frontières algériennes depuis la Libye, la Tunisie et le Mali».
Etant des alliés traditionnels, Monsieur « Lavrov » a notamment réitéré le soutien de son pays à l’Algérie.
Le chef de la diplomatie russe a dévoilé, lors de son passage en Tunisie, que l’Algérie est devenue la cible des instigateurs et autres fomenteurs qui insistent pour y écrire le dernier épisode d’un supposé printemps arabe. Aussi, a-t-il mis en garde les autorités algériennes contre les instigateurs de ce qu’on appelle «printemps arabe».
Le ministre russe des « AE » incrimine directement ceux qui ont été à l’origine des bouleversements provoqués délibérément en Tunisie, en Libye et au Mali, d’où parvient la plus grande menace contre l’Algérie.
Il estime que les conspirateurs du nouvel ordre mondial établissent leurs plans à base d’une politique d’influence en misant sur les minorités populaires et les réseaux terroristes.
Cependant, cette menace soulignée par Moscou n’est pas nouvelle pour les services de renseignements algériens, pas une menace qu’ignorent les services de renseignements algériens.
Soumis à une très forte pression depuis le début de la guerre civile en Libye, les forces de sécurité algériennes ont misé sur leur expérience acquise sur le terrain de la lutte antiterroriste.
En un temps relativement court, des milliers d’informations et de témoignages de première main ont été analysés et recoupés par les services du « DRS » engagés dans une course contre la montre contre tous genres de menaces, notamment des groupuscules criminels nés à l’ombre d’une crise libyenne qui aura servi de catalyseur au mouvement jihadiste.
Un mouvement relativisé et parfois banalisé par l’ensemble des parties entrées en guerre contre le régime d’El Guaddafi, dont la France, la Grande-Bretagne et les « USA ».
Dans leur banque de renseignements les services de sécurité ont réussi à identifier des réseaux nouvellement constitués composés de Marocains et de Libyens.
L’arrestation de plusieurs agents du Mossad en Algérie en est la preuve tangible.
Ne jugeant pas nécessaire de dévoiler le véritable scénario programmé contre l’Algérie, des sources très au fait du contexte confient que l’Algérie constitue «un terreau fertile» pour les grands appétits occidentaux.
Le rapport du département d’Etat américain sur les droits de l’homme qui épingle paradoxalement l’Algérie et l’analyse du « Combating Terrorism Center » (« CTC ») de l’Académie militaire de West Point qui a mis sous la loupe tout ce qui se passe dans le sud de l’Algérie, prétextant que cette région névralgique de l’économie du pays, serait l’épicentre d’un éclatement populaire à cause de la marginalisation des minorités, ne peuvent être considérés que comme une introduction aux véritables visées des Occidentaux.
Une perception initiatrice de ce qui se prépare.
Alors que la presse Américaine confirme la présence des marines au Sud de la Tunisie, Moscou alerte Alger.
«L’Algérie est-elle dans le collimateur des USA ?» s’interrogeait L’ »Expression » dans l’une de ses précédentes éditions !
La réponse a été révélée dans les colonnes du Los Angeles Times.
Le journal rapporte que «des troupes de forces spéciales américaines se sont installées en Tunisie».
Cette présence dont nous avons fait foi, mais démentie par les autorités tunisiennes est justifiée, souligne le même organe de presse par le fait «d’entretenir les forces militaires tunisiennes en matière de lutte contre le terrorisme».
Les marines dont le nombre serait d’une cinquantaine ont pris position au sud de la Tunisie à un vol d’oiseau des frontières algériennes depuis le mois de janvier 2014.
«Un avion de type hélicoptère s’y est installé aussi», précise encore le « Los Angeles Times ».
Ce n’est que l’aspect visible de l’iceberg et de l’énorme stratégie de guerre annoncée contre l’Algérie.
En effet, depuis la fin de l’année précédente, des informations vérifiées font état d’une forte présence d’agents des services de renseignement américains et d’agents de l’Africom dans le Sud tunisien.
Jalouse de sa souveraineté, l’Algérie avait agi en un temps record pour libérer plus de 600 otages tout en sécurisant le périmètre.
L’Unité spéciale appelée à mener l’opération avait impressionné le monde entier par son professionnalisme!
Même si les « USA » prétextent leur mobilisation en Afrique pour une coordination de lutte contre le terrorisme et pour préserver leurs intérêts, il est tout de même difficile de ne pas croire que les « USA » n’ont pas un intérêt pour une partie de l’Algérie dont les réserves de gaz de schiste, de gaz conventionnel et d’autres minéraux comme l’uranium.

Des clans complaisants sont déjà sur le terrain pour la mise en marche de la locomotive de déstabilisation.

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 16/03/2014

Nous Finançons Aussi Les Etats Africains.

enfumeur(1)

C’est parti pour le recensement biométrique des fonctionnaires en Guinée

Depuis le 5 mars, un recensement biométrique est à l’œuvre pour connaître enfin le nombre réel de fonctionnaires dans le pays.
Une sorte de police de l’administration a été créée pour contrôler la réalité de chaque emploi public sur le terrain.

Combien de fonctionnaires régulièrement inscrits la fonction publique guinéenne compte-t-elle actuellement ?
100 000 ? 106 000 ? Plus ?
Les statistiques sont contradictoires.
Mais une chose est sûre : les effectifs sont pléthoriques.
Le nombre de fonctionnaires a même doublé en dix ans (passant de 50 000 à plus de 100 000, ndlr)”, a estimé le Premier ministre, « Mohamed Saïd Fofana ».
Une explosion de la masse salariale qui pèse de plus en plus lourdement sur le budget de l’État.
Pour tirer les choses au clair, le gouvernement a lancé, début mars, une importante opération de comptage de fonctionnaires et agents contractuels permanents de l’État.
C’est le deuxième en moins de cinq ans.
Mais le nouveau recensement, qui se veut exhaustif, a cela de particulier qu’il est biométrique.
Désormais, la fiche de chaque fonctionnaire de l’État contiendra, en plus des données alphanumériques (nom, prénoms, âge, date et lieu de naissance), des données biométriques (photo et empreintes digitales).
Une carte sera délivrée à chaque agent recensé.

Financement de la Banque mondiale

L’opération est mise en œuvre par le ministère de la Fonction publique, de la Réforme de l’État et de la Modernisation de l’administration à travers un financement de la Banque mondiale pour un montant de 1,9 million de dollars (1,42 million d’euros).

Le recensement se déroule en deux étapes :
La première consiste en la numérisation des fiches d’identification des agents dans les départements ministériels, gouvernorats, préfectures, sous-préfectures, ensuite, des équipes d’identification seront déployées sur le terrain pour prendre les photos et numériser les empreintes digitales.
Un opérateur technique, le français « Gemalto Innovatec », a été recruté par les soins de la Banque mondiale pour procéder au recensement dans chacune des quatre régions naturelles que compte la Guinée.
Aucun délai pour la durée de l’opération n’a été avancé pour l’instant.

Chasse aux agents fictifs

Pour garantir la sécurité du système et éviter la fraude, un département chargé de l’inspection générale de l’administration publique a été créé afin de contrôler l’effectivité de la présence des fonctionnaires sur leur lieu de travail.
“C’est une sorte de police d’administration”, s’enthousiasme un cadre du ministère de la Fonction publique.

Le gouvernement entend certes maîtriser le nombre de fonctionnaires et sécuriser le fichier de la fonction publique, mais le principal enjeu de ce recensement biométrique reste la lutte contre la fraude.
C’est une chasse aux agents fictifs (décédés, déplacés ou détachés, doublons) qui permettra de combler un important manque à gagner, à l’image de ce qui a été fait récemment au Sénégal, où le recensement biométrique a permis de déceler plus de 11 000 agents fictifs.

http://www.acteurspublics.com/  du 13/03/2014

Et notre peuple qui s’appauvrit, n’a-t-il pas besoin que la fraude soit éradiquée en France, même au plus haut ?
Cette « police d’administration » n’existe-elle pas chez nous qui savons exporter notre savoir faire ?
Si oui est doit être accepter beaucoup d’exceptions, ce ne devrait pas être, nous aurions des ministres plus honnêtes  !

Les Magouilles Continuent « Forte » !

correct-

Soupçons de fraudes sur listes électorales à Saint-Denis (93)

Un recours a été déposé auprès du Tribunal de Grande Instance par le candidat socialiste « Mathieu Hanotin » en vue de la radiation de 48 Roms des listes électorales de la ville de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

A l’origine de ce recours, l’inscription, par la mairie communiste, sur les listes électorales de 82 Roms ayant la nationalité roumaine, et occupant un terrain mis à disposition par l’Etat à Saint-Denis.
Rappelons que pour être inscrit sur les listes électorales des élections municipales, il faut être ressortissant d’un pays de l’Union Européenne et être domicilié dans la commune concernée depuis un certains nombres d’années.

La question de la domiciliation de 48 Roms de ce campement parait douteuse
Le campement se résume à des petits préfabriqués numérotés à la peinture, des fils électriques et des tuyaux se mélangeant aux antennes de télé sur des toits en tôle. Des logements plus que précaires.
Alors que la qualité de « domicile » pourrait être contestable dans ces conditions, le candidat socialiste remet en cause la domiciliation effective d’adultes Roms du camp :
« Nous avons de vrais doutes sur les contrôles de domiciles de 48 des 82 adultes qui vivent dans ce bidonville, d’où ces 48 recours. »

Autre point de contestation,  le côté collectif des inscriptions qui pourrait cacher un chantage politique
La loi interdit les demandes groupées d’inscription sur les listes électorales afin de protéger les citoyens des pressions politiques éventuelles.
Or dans le cas présent, selon « Mathieu Hanotin », il y aurait bien eu inscription collective orchestrée par divers associations :
« Je ne dis pas que des agents de la mairie ont fait ce travail mais des associations comme le « MRAP », proches du « PCF ».
Ce sont les mêmes qui tractent pour « Didier Paillard » (actuel Maire « PCF »)
 ».
Si la justice ne tranche pas le litige avant le premier tour des élections, son recours deviendra un contentieux post-électoral qui pourrait invalider l’élection en cas de résultat trop serré.

http://fr.novopress.info/  du 15/03/2014

La Guerre Au Transgénique « Monsanto ».

mais

La France interdit la culture du maïs transgénique MON 810

La France a interdit samedi par arrêté l’utilisation du maïs MON 810 de Monsanto, privilégiant le « principe de précaution » dans l’attente que la loi interdisant plus largement toute culture de maïs transgénique soit débattue à l’Assemblée début avril.

« La commercialisation, l’utilisation et la culture des variétés de semences de maïs issues de la lignée de maïs génétiquement modifié MON 810 (…) sont interdites sur le territoire national jusqu’à l’adoption (…) d’une décision définitive » et des mesures communautaires, stipule l’arrêté publié au Journal officiel.
Cette décision avait été annoncée le mois dernier par le ministre de l’Agriculture qui souhaitait sécuriser le débat entre pro et anti-OGM avant les premiers semis.
Le ton est déjà monté vendredi dans les Pyrénées-Atlantiques, avec l’occupation par une quarantaine de « faucheurs volontaires » du siège social de l’association générale des producteurs de maïs (« AGPM »), favorable au maïs « OGM ».

La météo clémente des dernières semaines a permis aux champs de sécher et les premiers semis de maïs ont débuté depuis quelques jours.

Or, si la France avait interdit le MON 810 dès 2008, puis de nouveau en 2012, le Conseil d’Etat, saisi par les pro OGM, a annulé le moratoire en août dernier, pour non conformité au droit européen, rouvrant la voie à son utilisation.

Le gouvernement est monté au créneau le mois dernier, avec un premier texte rejeté par le Sénat, puis avec une proposition de loi visant à interdire le maïs transgénique, adoptée en commission à l’Assemblée nationale.
Mais en raison de la pause parlementaire liée aux élections municipales, les débats ont été fixés au 10 avril, soit après le début des semis.
L’arrêté, s’appuyant sur l’ »urgence » de la situation, estime que « le principe de précaution justifie l’adoption de mesures restrictives ».

- Risques graves pour l’environnement -

Le texte indique également qu’ »au vu de données scientifiques fiables et de résultats très récents de la recherche internationale, la mise en culture de variétés de semences de maïs MON 810 sans mesures de gestion adéquates présenterait des risques graves pour l’environnement ainsi qu’un danger de propagation d’organismes nuisibles devenus résistants ».

Contacté par l’AFP, l’eurodéputé écologiste « José Bové » a salué la publication de cet arrêté, estimant que « c’était la seule façon de pouvoir interdire les « OGM » dans les champs en 2014″.
« On voit bien que certains lobbies vont essayer de faire pression et d’attaquer cette décision mais ça ne changera rien pour cette année », s’est-il réjouit.
Vendredi, le directeur général de l’association générale des producteurs de maïs (« AGPM »), « Luc Esprit », avait indiqué à l’ »AFP » que les producteurs « respecteront le droit » et ne planteront pas d’OGM si cela est interdit même s’il jugeait que « les différentes solutions, si elles sont intéressantes pour les producteurs, doivent exister ».
Le MON 810 résiste à la pyrale, un insecte qui ravage les cultures, principalement en Midi-Pyrénées ou en Aquitaine.
Selon Monsieur « Esprit », il est exclu que « des producteurs se risquent à planter des OGM cette année au risque de devoir détruire leurs parcelles » une fois l’arrêté d’interdiction publié.

Reste, pour « José Bové », la question de la pérennisation du cadre juridique au-delà de 2014.
« On voit bien aujourd’hui que la législation européenne n’est pas satisfaisante », regrette-t-il.
Le renouvellement d’autorisation du MON 810 est actuellement en cours d’examen par l’Union européenne, avec en parallèle des discussions pour revoir le processus d’évaluation des OGM.
Le compromis en discussion permet à chaque Etat d’interdire la culture d’un OGM sur tout ou partie de son territoire pour des raisons autres que la santé et l’environnement, comme l’ordre public, l’aménagement du territoire ou la lutte contre la dissémination.

Selon José Bové, « la commission cherche à amoindrir l’évaluation (desOGM) et renvoyer la responsabilité vers les Etats, ce qui aurait des conséquences dangereuses au niveau du droit international car chaque pays pourrait se faire attaquer par l’ »Organisation mondiale du commerce » (« OMC ») ».

http://tempsreel.nouvelobs.com/  du 15/03/2014

 

§§§§§§§§§§

 

mais-transgenique

Nouvelle étape dans la guerre
entre la France et Monsanto.

Le ministère de l’Agriculture vient d’interdire par arrêté la commercialisation, l’utilisation et la culture du maïs génétiquement modifié MON 810, produit par le groupe agro-alimentaire américain.
«La commercialisation, l’utilisation et la culture des variétés de semences de maïs issues de la lignée de maïs génétiquement modifié MON 810 sont interdites sur le territoire national jusqu’à l’adoption d’une décision définitive», précise l’arrêté publié ce samedi au Journal officiel.
Il s’agit aussi d’interdire par avance le maïs TC1507 (« Pioneer-Dupont ») qui pourrait être autorisé par l’UE.

Cette mesure va s’appliquer jusqu’à la proposition de loi interdisant la culture du maïs transgénique en France qui sera débattue le 10 avril à l’Assemblée.
Le ministère de l’Agriculture a considéré qu’il y avait urgence à l’approche de la période de semis.
Cette proposition de loi déposée par les socialistes et déjà adoptée en commission prévoit que « la mise en culture des variétés de maïs génétiquement modifié est interdite» mais a refusé d’interdire toutes autres plantes génétiquement modifiées.

L’Etat français met en avant le «principe de précaution»

Pour justifier cette mesure, l’arrêté se réfère au «principe de précaution» qui justifie l’adoption de «mesures restrictives».
«Au vu de données scientifiques fiables et de résultats très récents de la recherche internationale, la mise en culture de variétés de semences de maïs MON 810 sans mesures de gestion adéquates présenterait des risques graves pour l’environnement ainsi qu’un danger de propagation d’organismes nuisibles devenus résistants», précise le texte.

Cette mesure intervient alors que le Conseil d’État avait annulé l’été dernier un arrêté d’interdiction datant de 2011 du MON 810.
En février dernier, l’Union européenne a également ouvert la voie à la culture de maïs transgénique.
Mais dans ce domaine, les états de l’UE ont la possibilité d’interdire sur leur territoire un OGM même s’ils sont autorisés par l’Union européenne.

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 15/03/2014

On Nous Empoisonne Sciemment.

eau

Boire l’eau du robinet augumenterait les risques d’Alzheimer

De nombreuses études attestent que les habitants des zones où l’eau potable est particulièrement riche en sulfate aluminium et pauvre en magnésium et en calcium sont plus exposés à la maladie.
la maladie d’Alzheimer était plus de deux fois plus courante chez les Afro-Américains que chez les Yoruba nigérians de même sexe et de même tranche d’âge.
En résumé, à l’échelle mondiale comme à l’échelle ré-gionale, la maladie d’Alzheimer n’a pas de profil spatial aléatoire relativement uniforme.
Elle semble augmenter plus vite que la population ne vieillit et son incidence et sa prévalence sont grandement affectées par la migration.
Bref, elle ne présente aucune des caractéristiques géographiques attendues d’une maladie principalement génétique. ?
Dans leur livre « Genome », « Bishop et Waldholz » affirment qu’« en eux-mêmes et d’eux-mêmes, les gènes aberrants ne provoquent pas la maladie.
Généralement parlant, leur impact sur la santé d’une personne est minime jusqu’à ce qu’elle soit plongée dans un environnement nocif. »
Par conséquent, les répercussions d’un gène aberrant dépendent de la localité et du mode de vie, autrement dit de la géographie.
L’analyse documentaire précédente établit que les « environnements nocifs » qui amplifient l’impact de l’héritage du gène « APO E4″ et d’autres aberrations génétiques liées à Alzheimer possèdent deux caractéristiques majeures. Ils présentent des variations spatiales très claires et leur nombre semble augmenter rapidement.

De nombreuses preuves suggèrent que ces environnements sont des zones où l’eau potable est riche en aluminium dissous (en particulier sous sa forme monomère) et pauvre en magnésium et en calcium.
En outre, cette eau est généralement pauvre en acide silicique.
C’est le cas dans les endroits où les eaux de surface peu alcalines ont beaucoup de mal à amortir les impacts des pluies acides, l’un de ces impacts étant une solubilité accrue de l’aluminium dans les régions à fortes pluies acides et à faible alcalinité, les taux croissants d’aluminium dissous, présents à la fois dans l’eau du sol et dans l’eau de ruissellement, entraînent de vastes dommages écologiques.
Il semble que cet élément soit aussi le facteur de risque environnemental dominant dans la maladie d’Alzheimer.

Intoxication et pertes de mémoire .
En 1988, il a été clairement prouvé qu’un excès d’aluminium dans l’eau potable pouvait affecter la mémoire.
À la suite d’un accident survenu dans une installation anglaise d’adduction d’eau, la population locale a bu une eau contenant des taux excessivement élevés de sulfate d’aluminium.
Les malheureux qui avaient utilisé cette eau contaminée se sont presque tous plaints de pertes de mémoire.

On trouve aussi des preuves significatives du lien entre la démence et l’aluminium dans l’étude menée en Ontario par  »McLachlan » sur 668 autopsies de cerveaux atteints d’Alzheimer.
Ces dernières ont démontré que le risque de développer la maladie d’Alzheimer avait été 2,5 fois plus grand chez les habitants des agglomérations buvant de l’eau qui contenait plus de 100 µg d’aluminium par litre que chez les personnes vivant dans des zones où l’eau potable affichait un taux d’aluminium inférieur.
Les résultats de  »McLachlan » étaient encore plus spectaculaires pour ceux qui avaient bu de l’eau contenant 175 µg d’aluminium par litre.
Selon la façon dont ces patients étaient regroupés, le risque relatif approché de développer la maladie d’Alzheimer allait de 6,7 à 8,14.
Autrement dit, leur cerveau avait 7 à 8 fois plus de risques de présenter les signes caractéristiques de la maladie d’Alzheimer si ces patients avaient régulièrement consommé de l’eau très riche en aluminium.
Plusieurs auteurs ont tenté de quantifier l’ampleur du lien entre la maladie d’Alzheimer et l’aluminium.

« Forbes » et « McLachlan », par exemple, ont étudié ce lien chez les très vieux, à savoir les personnes de plus de 85 ans.
Ils ont découvert que,après avoir tenu compte de six autres facteurs, tels que le fluorure, l’acide salicique, le fer, le pH et la turbidité, ceux qui vivaient dans des quartiers où l’eau potable contenait plus de 250 µg d’aluminium par litre avaient presque 10 fois plus de risques de développer la maladie d’Alzheimer.
Cela confirmait une étude longitudinale antérieure réalisée en Ontario ayant établi que les hommes de plus de 75 ans qui buvaient de l’eau potable contenant au moins 0,0847 mg d’aluminium par litre avaient 1,72 fois plus de risques de présenter une altération du fonctionnement mental.
De même, après un contrôle statistique de cinq autres variables, la mortalité d’Alzheimer affichait un rapport de cotes de 3,54 pour les personnes ayant bu de l’eau qui contenait au moins 0,336 mg d’aluminium par litre.

Une étude longitudinale plus récente de huit ans s’est penchée sur 3 777 personnes de plus de 65 ans vivant dans le sud-ouest de la France en 1988-1989.
Elle a confirmé que celles qui buvaient de l’eau dont la teneur en aluminium dépassait 0,1 mg par litre avaient deux fois plus de risques de développer la maladie d’Alzheimer.

L’impact négatif de l’aluminium semble être atténué par l’acide silicique, le calcium et le magnésium, notamment dans l’eau potable ayant un pH compris entre 7,85 et 8,05.

Rusty James pour son blog

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 15/03/2014

A se demander pourquoi le vaccin contre la grippe ( si fortemment conseillé pour les personnes âgées) contient de nos jours de l’aluminium.

Histoire De La Cyberstratégie Russe

yannick harrel

« Un autre regard sur la Russie »

Le 21 mars sera disponible dans toutes les librairies françaises le premier ouvrage en français sur la cyberstratégie russe.
L’auteur, Yannick Harrel, tient le blog Cyberstratégie Est-Ouest qui a pour vocation depuis 2007 de traiter des problématiques géopolitiques entre l’Ouest et l’Est du continent Eurasiatique ainsi que des enjeux du cyberespace, avec en quelques occasions des développements sur des sujets tiers.

M. Harrel, pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Succinctement, je travaille en portant deux «casquettes», la première en tant qu’expert agréé sur le monde russe et son proche étranger au profit notamment d’une fédération d’entrepreneurs francophones, la seconde en tant que chargé de cours en cyberstratégie économique et financière pour le compte d’une école de commerce.
J’ajoute à escient que je suis blogueur actif depuis 2007 et qu’à ce titre (c’est une condition impérative pour y entrer) je suis membre de l’Alliance GéoStratégique, un collectif de civils et de militaires, de professionnels et de chercheurs, délivrant leurs
analyses dans leur(s) domaine(s) de prédilection.

Qu’est-ce qui vous a incité à vous intéresser au monde russe ?

Mon premier voyage en 1993 pour être exact où j’ai été subjugué par l’incroyable vitalité de ce monde qui sortait à peine de près de soixante-dix ans de communisme.
Par la suite, j’eus l’opportunité d’effectuer des études à Moscou puis à Veliky Novgorod, cette cité où il suffit de tendre l’oreille pour percevoir dans le murmure du vent les hauts faits de l’Histoire russe comme j’aime à l’écrire.
Je tiens aussi à rendre hommage à feu « Henri Troyat », de l’Académie Française, avec qui j’eus un humble échange épistolaire et qui a façonné mon attirance pour le monde russe avec sa suite romanesque, «Tant que la Terre durera».

Pourquoi avoir écrit sur la cyberstratégie russe et que pouvez-vous en dire ?

C’est une demande expresse d’un ami, « Olivier Kempf », ayant opéré une réflexion sur la cyberstratégie et qui a par ailleurs récemment publié son propre ouvrage sur le sujet, qui m’a incité à croiser mes réflexions sur mes deux centres d’intérêt.
De là et depuis mai 2012 il en a résulté une activité soutenue de recherche, de traduction, d’analyse, de mise en perspective puis d’écriture sur le sujet.
Lequel n’a pas été avare de surprises, et c’est tout le charme de tels travaux.
Ainsi les russes ont une approche déjà très neutre technologiquement, tout au contraire de la vision américaine qui est relativement techniciste.
Ensuite, l’appui et la participation aux travaux des institutions régionales et internationales sont autrement plus prononcés à travers la vision russe qu’américaine qui a tendance, cette dernière, à agréger personnellement autour de sa propre vision.
Enfin, l’aspect marchand propre aux textes américains est clairement minoré (mais non absent) dans les documents russes, se focalisant davantage sur ce que j’appelle le substrat civilisationnel.
Il y a une volonté expresse de préserver et de transmettre aux futures générations un héritage qui peut être menacé de l’intérieur ou de l’extérieur.
La Russie sait de par les soubresauts de l’Histoire combien une civilisation est mortelle pour paraphraser le penseur « Paul Valery ».
Nous ne sommes pas ici dans une configuration de politique politicienne mais véritablement dans une démarche civilisationnelle, et c’est ce qui m’a vraiment frappé de par l’étude des textes.

Ensuite, l’autre versant est militaire.
Où l’on sent qu’il y a des tâtonnements sur la forme mais en revanche une volonté qui est de plus en plus claire et nette sur le fond à intégrer le cyberespace (ou espace informationnel) en tant que nouveau champ stratégique. Les russes ont une formidable capacité à apprendre puis s’adapter à leur environnement stratégique et même à innover comme ce fut le cas avec l’art opératif.
Ce qui a été mis en exergue voici quelques années par Monsieur « Jacques Sapir », que je remercie par ailleurs de m’avoir accordé l’honneur de préfacer mon ouvrage.

En filigrane, la stratégie informationnelle russe procède d’une volonté appuyée par les autorités d’asseoir la souveraineté du pays dans le cyberespace sur plusieurs plans: physique, logique et cognitif.
La poursuite de cet objectif est mise à rude épreuve car les menaces dans le cyberespace mutent et surprennent les nombreux acteurs qui s’y trouvent, y compris parfois les plus chevronnés.
Il n’empêche que la Russie a un avantage énorme : la qualité de son potentiel humain.
Au point que certains spécialistes étrangers n’hésitent même plus à recommander l’appui d’informaticiens russes !

Votre ouvrage est dédié à la mémoire du colonel ingénieur « Anatoli Kitov », pourquoi?

Parce que cet individu n’ayant bénéficié d’aucun éclairage en langue française méritait au moins un hommage appuyé pour avoir été un génie de l’informatique au même titre que « Sergueï Lebedev ».
Père de la cybernétique soviétique, il fut un esprit clairvoyant dont les réalisations concrètes n’ont malheureusement pas réussi à emporter la décision au sein de sa hiérarchie de créer le premier maillage intelligent de terminaux informatiques malgré des appuis aussi sérieux que l’amiral « Axel Berg » ou le célèbre mathématicien « Alexeï Lyapunov ».
La cybernétique fut ensuite étouffée par la « brejnévisation » même si « Kitov » ne cessa pas ses recherches, destinées principalement au secteur productif, comme l’élaboration d’un système de gestion automatisé industriel ou encore un langage informatique, l’ALGEM, ayant vocation à faciliter le traitement des informations à caractère économique.

Alexandre Latsa

http://fr.ria.ru/tribune/20130313/197780201.html  du 13/03/2013

 

P.S.
Article resté aux oubliettes des « tout chaud », comme un certain nombre d’autres.
Il était publié le

Pas De Censure Pour CES « Hackers » !

clin-doeil

Importante vague de cyber-attaques contre la Russie

Les sites internet du Kremlin, du ministère russe des Affaires étrangères, de la Banque centrale et de l’agence publique d’information « RIA Novosti » ont subi vendredi des cyber-attaques qui en ont interrompu le fonctionnement.
« C’est une attaque « DDos » sérieuse, qui ne vise pas que le site du Kremlin mais un certain nombre d’autres portails », a indiqué un membre du service de presse du Kremlin cité par « Itar-Tass ».
Il a ajouté qu’il s’agissait de l’attaque la plus puissante depuis la création du site de la présidence russe.
Une attaque DDos (déni de service distribué) consiste à submerger un ensemble de serveurs de trafic sans objet pour le saturer et le paralyser.

Le site du ministère des Affaires étrangères n’était pas non plus accessible dans l’après-midi vendredi.
La Banque centrale russe a également indiqué avoir été victime d’une cyber-attaque.
L’agence publique Ria Novosti a signalé elle aussi une attaque « DDos » contre son site internet.

http://www.7sur7.be/  du 14/03/2014

 

Les « gamins colériques » piquent leur colère en passant par la toile, c’est certainement plus anomyme !
L’ours russe est serein et se sait dans la légalité, il ne joue pas à la gueguerre, lui !

 

§§§§§§§§§§

clavier

Les sites militaires russes protégés contre les cybermenaces d’ici 2017.

Le ministère russe de la Défense prévoit de créer d’ici 2017 une structure spéciale chargée de la sécurité informatique des sites stratégiques, a annoncé jeudi le général « Iouri Kouznetsov », membre de l’Etat-major général des Forces armées de Russie.

« Une structure spéciale sera créée afin de protéger les sites de l’Armée russe contre les attaques cybernétiques », a déclaré le général, ajoutant que les travaux d’organisation étaient réalisés par étapes et devraient être achevés d’ici 2017.

Le responsable n’en a pas donné plus de détails.

L’été dernier, le ministère russe de la Défense a publié ses projets de formation de troupes spéciales, dont les principaux objectifs résideraient dans la surveillance, le traitement des informations extérieures et la lutte contre les cybermenaces.
Auparavant, le ministre « Sergueï Choïgou » a lancé une grande « chasse » aux programmeurs, cette mesure s’expliquant par le volume de logiciels dont l’armée aura besoin dans les cinq années à venir.

http://fr.ria.ru/defense/20140130/200346565.html  du 30/01/2014

Envahis Par Une Maladie Héréditaire.

13549855611354978906892

Plus du tiers des naissances sont extra-européennes en France

C’est le chiffre révélé – indirectement – par la Haute Autorité de Santé sur le nombre de naissances extra-européennes dans l’Hexagone.
La « HAS » dépiste en effet une maladie génétique ne touchant exclusivement que les populations d’origine africaine, orientale ou indienne, la drépanocytose.

Plus de 60% de naissances non européennes à Paris

Ce dépistage a concerné en 2012, selon le site Fdesouche.com, pas moins de 271 887, soit 34% du total des naissances.
Le dépistage révèle en outre de fortes disparités géographiques quant à la colonisation de peuplement induite par ces naissances : elles représentent 5,5% sur le sol breton, mais déjà 60% en région parisienne.

Censure et omerta de la gauche française

Le gouvernement français, sous la pression des universitaires proches du Parti Socialiste ou du Parti Communiste, mais également des médiats – très majoritairement de gauche – ou des « ligues de vertu » antiracistes (« LICRA » – « MRAP » – « SOS Racisme » – « LDH »), interdit a contrario des « USA » ou de l’Angleterre le recensement ethnique de la population.

Ce dépistage est donc un outil assez précis pour faire l’état de la colonisation de peuplement qui se déroule en France.

Depuis de nombreuses années, une véritable censure d’état, alimentée par le terrorisme intellectuel des organisations socialo-communistes, frappe ceux qui tentent de faire l’état des lieux de l’immigration extra-européenne en France.
Jusqu’à lors, avec succès.
Mais l’internet et la compilation de données nouvelles, notamment sanitaires et génétiques, permet de contourner la censure.

Une véritable colonisation de peuplement

Après la région parisienne, c’est l’Alsace et le Sud de la France qui sont le plus touchés, avec respectivement 31% et 43% en Provence.

L’étude cependant, en mettant la focale sur les seules naissances, tend à faire croire que la bascule démographique amenant les populations autochtones en situation de minorité se réalisera assez tardivement.
Plus exactement quand il y aura plus de 50% de naissances allogènes sur la totalité du territoire hexagonal et que ces nouveaux-nés auront atteint 40 ou 50 ans, le temps que les Blancs plus âgés disparaissent.

Or, ce dépistage offre aussi voire surtout la réalité des couples en âge d’avoir des enfants en France, puisque par évidence il faut au moins un parent allogène pour qu’un nouveau-né soit dépisté.
Dès lors, on comprend que déjà plus du tiers des couples étant en âge d’enfanter sont de souche non européenne.

Ce à quoi il faut bien sûr ajouter le flux incessant de nouveaux arrivants, renforcé par le regroupement familial.
Selon le ministère de l’Intérieur, on estime à 10 millions le nombre d’extra-européens en France en fourchette basse, 12 millions en fourchette hausse.
Chiffre officieux ayant été entendu ici et là dans la presse.

Aux « USA », la bascule aura lieu en 2042… ou avant.

Aux Etats-Unis les études démographiques sont parfaitement transparentes.
Elles offrent des études permettant littéralement de faire la cartographie raciale des « USA » et de comprendre les dynamiques à l’oeuvre.
Sur la seule base de l’immigration actuelle, les « USA » ne seront plus majoritairement européens en 2042, mais demeureront de culture européenne et chrétienne, le gros de l’immigration étant hispanique.

Or l’Europe de l’Ouest en général et l’Hexagone en particulier font face à une immigration majoritairement afro-musulmane, avec un fossé civilisationnel béant.

On comprend dès lors que pour seule réponse, l’Etat Français n’a que la répression et la censure pour faire avaler aux Français comme aux Bretons la potion multiraciale et la mise en minorité des peuples blancs sur leurs terres historiques.

Le Peuple Breton a encore une chance

Mais avec, pour l’heure, un fort “retard” sur ce processus de colonisation, le Peuple Breton conserve de nombreux atouts pour se préserver de l’assaut des allogènes.
Et établir, pour leur protection, un état garantissant leur sécurité.

Quand l’Hexagone sera livré à l’inévitable guerre civile future, ouverte ou larvée, les Bretons prendront conscience de l’urgence séparatiste.

Poellgor Skridaozan

http://breizatao.com/  du 13/03/2014

 

beursfrancs

N’oublions pas que depuis 2010
ces chiffres ont encore augmenté

Hollande Les Riches Et Leur Argent.

france-faillite-565x250

Les promesses sont plus cruelles que la réalité.

Quand le PS a-t-il franchi le mur du çon ?
On peut se souvenir du premier avion à avoir franchi le mur du son car il y a une date qui mémorise cet évènement, c’était le 14 octobre 1947.
On peut d’ailleurs se souvenir d’un tas d’autres choses avec le même principe, c’est ce qui fait l’histoire.
En revanche, il est plus difficile de se souvenir quand le P.S. a franchi le mur du çon.

D’une part parce qu’il n’y a pas de date précise et d’autre part parce que la réponse est peut-être dans la question.
Certes le P.S. nous a gratifié de quelques symboles forts comme l’abolition de la peine de mort et les acquis sociaux mais pas beaucoup plus que la droite avec l’avortement, le droit de vote à 18 ans ou encore l’autorisation du divorce par consentement mutuel.
Que s’est-il passé sous la douche d’Alfred ?
Une sensation difficile à décrire car l’eau n’étant pas glacée, aucune trace de sang n’étant visible, pas de choc émotionnel apparent, non, juste l’idée qu’ils ne changeront pas demain.
Parce qu’un matin pas comme les autres on réalise l’ampleur de la fraude.
Que parmi tous les partis politiques qui sont par ailleurs fidèles à leurs principes, bons ou mauvais, seul le parti socialiste est redevable de nous avoir promis d’être là à Noël.
Fin des années 80, je soupçonnais que la relève politique du P.S. serait fraîche et pleine de bonnes intentions à l’image des mes idées et que la fin d’une vieille tradition républicaine encore trop conservatrice à mon goût était proche.
Ainsi l’affaire du Rainbow Warrior qui présentait quand même le vrai visage écologique français ainsi que des méthodes détestables de terrorisme pour arriver à ses fins par un moyen aussi con que celui-là n’avait pas encore trop esquinté mon capital confiance.
Ni même l’affaire des écoutes de l’Élysée et encore moins la révélation de l’existence de « Mazarine » qui montre que les français sont ouverts d’esprit mais qui révélait surtout un président tristement fatigué par l’usure d’un pouvoir qu’il détenait depuis 14 ans.
Non la gauche triompherait de ces deux septennats finalement décevants mais il fallait attendre…
Alors j’ai attendu comme un gamin qui ne sait pas trop ce qu’il veut à Noël mais qui continue de rêver parce que l’arbre à lui seul est un symbole d’espoir.
Le plus désagréable finalement, ce sont ces années d’attente parce que l’érosion du pouvoir n’est pas connue pour être un phénomène rapide.

Je tiens à rappeler la présence de quelques éléphants encore au gouvernement et non des moindres et que l’attente au bout du compte est le reflet d’un désir trompeur noyé dans un ventre mou que j’appellerais l’entre-deux-guerres !
Celle pour les avoir portés au pouvoir et celle qu’il va falloir livrer pour s’en débarrasser à jamais.
La relève a fini par arriver et se fondre dans la masse, digne d’un mix de « David Guetta » et ce pour ma plus grande joie.
Enfin ils sont là, avec un vrai visage et ils ont l’air franchement con.
Enfin !
Ils sont intelligemment dangereux.
Enfin !
Ils sont génialement pervers et facilement identifiables.
L’envie de leur cracher à la gueule est immense et si tout est dit, rien n’est fait pour comprendre cette mutation incompréhensible.

Si nous sommes restés humains avec des valeurs et des idées certes parfois utopiques mais qui nous permettent de nous regarder dans une glace, qu’en est-il de ces hommes et de ces femmes qui véhiculent de l’humanité à coups de porte-voix ?
Comment arriver à les définir avec des mots ?
Fous, pourris, fumiers, sournois, malades mentaux, cyniques, aveugles, y-t-il une phrase ou un mot qui les caractérisent ?
Car oui, ils méritent amplement tous ces termes au vu de l’état invraisemblable dans lequel notre pays se retrouve.
J’ai un souvenir très précis de « Christine Lagarde » annonçant à la télévision 9 mois après la crise de 2008, que celle-ci était désormais derrière nous, mais venant d’elle, je ne vois pas très bien où était le mensonge.
Je ne vous dis pas non plus que seuls les socialistes sont responsables.
Hier non, avec l’Irak, l’Afghanistan et la Lybie mais aujourd’hui avec le Venezuela et l’Ukraine, que ce soit sur un plan international ou national, les preuves sont sous nos yeux.
Les chiffres aussi d’ailleurs, ceux de 2013 sont éloquents : 5,5 millions de chômeurs toutes catégories confondues, 3,6 millions de mal logés, 4,3 millions concernés par la prestation du « RSA » et environ 150.000 « S.D.F », ces chiffres ne sont bien évidement pas additionnables.
Épargnez-moi les « ce n’est pas de leur faute, la mondialisation, les banques, la crise, le système, le capitalisme, l’Europe » et autres conneries du genre dont ils usent eux-mêmes pour se dédouaner d’un constat étranger à leur destin : ils font ce qu’ils peuvent mais ils ne peuvent rien faire !

Je vais reformuler ma question : sont-ils incompétents ou intelligents ?
Si ils sont incompétents alors ils ne peuvent êtres intelligents et si ils sont intelligents alors je suis désolé d’avoir à prononcer ce mot qui me répugne et qui fâche tout le monde, il y a bel et bien un complot car l’intelligence, même au service de l’argent, ne donne pas ce résultat.
Sont-ils donc tous les noms d’oiseaux précités ?
Malheureusement dans tous les cas de figure, c’est bien nous qui sommes fous !
Fous de les laisser en liberté, fous de les écouter et fous de les adouber.
Pensez-y et surtout racontez-moi une fin heureuse à cette histoire, quitte à la trafiquer !
Où croyez- vous que nous allons avec cette Europe qui n’en finit pas de crever, ces interdictions en masse, ces règles chaque jour plus restrictives, ces caméras à tous les coins de rue, ces soi-disant pandémies annuelles, cette bourse qui n’a plus de freins, ces banques de plus en plus carnivores, ces planches à billets qui fonctionnent jour et nuit, ces médias qui ont de la merde dans les yeux, cette nature que l’on détruit à grande vitesse, cet esclavage du pétrole, cette Amérique qui a soif d’argent et de sang et qui veut tout savoir, cet appauvrissement des masses par le plus petit nombre, ces démocraties imposées par la guerre, ces mensonges et arnaques à répétition ?
Pensez-vous que l’atterrissage se fera en douceur et que notre gueule de bois ne sera pas mortelle ?

J’ai passé tous les stades pour en arriver à un sentiment bien plus fort que tous les autres : le vertige !

J’habite sur la planète Terre pour voir la lune et le soleil se coucher, rire et pleurer de ma vie, pas pour que l’on tue des arcs-en-ciel ou que l’on vende du rêve à ceux qui n’ont plus que ça pour vivre.

L’espoir n’est plus la recette qui convient mais l’engagement pour qu’à l’aube d’un grand jour, nous les naufragés d’un Grand Soir soyons attentifs aux changements car retenez bien ceci :
c’est en informant que l’on s’informe.

Sylvain Hoarau

P-S. J’ai bien reçu cette année votre boite de caviar qui pèse 1 g et les frais de transport d’un montant de 45 euros, merci pour tout, je serais là en 2017 !

http://www.legrandsoir.info/ nouveautés de la semaine, le 07/03/2014

Appel A Mobilisation Pour Breizatao

3507213_3_eb6f_les-bonnets-rouges-bretons-manifestent_6b43368d30bc7f08b40fb11ff51e13f6 (2)

Méthodes staliniennes de l’Etat Français contre BREIZ ATAO :

Suite aux descentes de police à l’encontre de notre éditorialiste Boris Le Lay, ceci dans un climat général de délitement du respect du droit par ce qui devient un véritable gouvernement des juges rouges, les nationalistes et identitaires doivent se mobiliser.

C’est à cause de notre passivité que certaines factions usent du pouvoir qu’elles exercent à des fins de basse police politique et de terreur intellectuelle.

Le parti « UDC » en Suisse, comprenant l’usage des lois dites “antiracistes” par les forces socialo-communistes comme moyens de répression des nationalistes au mépris du droit et de la liberté d’expression, a décidé de soutenir l’abrogation de ces lois.

En France, ce terrorisme politique est encadré par un arsenal répressif considérable parfaitement illégitime et inconstitutionnel.

Aujourd’hui, il s’agit de notre rédacteur, demain, ce sera la totalité de notre équipe, puis tous ceux qui, à un degré ou à un autre, déplairont à des juges anti-nationalistes ou anti-identitaires, affiliés aux syndicats socialistes ou trotskistes – dont le sinistre Syndicat de la Magistrature.

Face aux méthodes policières dignes des démocraties populaires, notamment menaces d’usage d’écoute sans motivation, descentes de police abusive, harcèlement judiciaire motivées par des plaintes fantaisistes contre les opposants ciblés, BREIZ ATAO appelle tous ses lecteurs et sympathisants à réagir fermement.

Parce que nous avons le droit d’écrire ce que nous pensons, parce que les juges n’ont pas tous les droits, parce que nous ne sommes pas des victimes consentantes, il est temps dedéfendre nos droits qui ne sont pas des privilèges.

Les puissants ne sont grands que parce que nous sommes à genoux,

debout !

Faites connaître vos protestations.

Nos armes :
téléphones, fax, emails, courrier.

Mobilisation ordonnée, dans le respect du cadre légal, mais déterminée !

Poellgor Skridaozan

http://breizatao.com/  du 14/03/2014

 

0-300x225

Un Profond Sentiment D’ Obscénité !

musulmann-258x300

Ils se permettent même de bafouer nos lois !

Image de prévisualisation YouTube

Prière musulmane en pleine gare de Chambéry

 

http://resistancerepublicaine.eu/  du 13/03/2014

 

§§§§§§§§§§

pipi

Faire pipi dans la rue, est-ce la même chose qu’y faire la prière musulmane ?

Rosa Valentini  avait, il y a quelques années, écrit un article qui lui avait valu de voir arriver dans sa classe des élèves musulmans furieux lui demandant des comptes.

Cet article n’a rien perdu de sa pertinence, au contraire :

Hier un ami m’a raconté qu’il s’était garé pour aller faire une emplette.
Lorsqu’il a voulu reprendre son véhicule, il a remarqué que juste derrière celui-ci, un individu s’était installé pour faire sa prière musulmane.
Mon ami l’a comparé à ceux qui font pipi là où ils se trouvent, sans gêne, sans honte.
J’ai rétorqué qu’uriner est un besoin naturel et que parfois il est très difficile de se retenir.
Il faut se soulager !
Le bonhomme qui fait sa prière dans la rue, au contraire, peut l’éviter.
Il peut faire cela chez lui en rentrant ou bien il peut faire cela discrètement dans sa tête.

Il y a dix ou vingt ans, les Musulmans vivant dans les pays occidentaux n’avaient pas besoin de prier dans la rue, dans les usines, dans les industries, dans les écoles, dans les universités, dans les halls des aéroports.
Ils n’avaient pas besoin de faire une pause pendant le travail pour aller prier.
Ils n’avaient pas besoin de reporter ou interrompre des conseils municipaux ou des réunions pour cause de prière ou de ramadan.

Maintenant ils le font.
Etaient-ils moins musulmans avant ?
Etaient-ils de mauvais musulmans dans le passé ?
Non !

Alors pourquoi le font-ils maintenant ?
En réalité ils ne prient pas.
C’est cela la vérité ! Ils font autre chose.
Mais quoi ?

Tout d’abord ils obéissent aux injonctions reçues dans les mosquées ou dans les quartiers où sévissent les barbus wahhabites et autres.
Ils s’affichent, se font remarquer, marquent le terrain, affirment leur volonté de montrer qu’ils sont là, qu’ils existent, qu’ils se fichent royalement de la laïcité, de la loi de 1905 en France, de la séparation du religieux et de l’Etat, du public et du privé.
Ensuite ils propagent les pratiques de pays tyranniques où les femmes, les homosexuels et les enfants sont opprimés.
Par conséquent ils s’affichent pour intimider les femmes, les homosexuels et les enfants d’occident.
Troisièmement en montrant leur fausse piété, ils pensent s’attirer l’admiration des occidentaux déçus par les Eglises chrétiennes, par les idéologies marxistes, à la recherche d’un nouveau credo et susceptibles de se convertir à l’Islam.

Si on n’y prend pas garde, cette armée de soldats de l’Islam faisant ses prières un peu partout finira par islamiser l’occident.

C’est pour cela qu’une loi doit être votée pour que la prière soit interdite dans la rue, au travail et dans les lieux autres que religieux.

Alors, me direz-vous, les élus ont raison de financer la construction des mosquées.
Non, ils n’ont pas raison !
Les mosquées ne sont pas des lieux de prière, mais des lieux où l’on transforme les musulmans en soldats de l’Islam.
De plus les individus qui prient dans la rue, dans les usines, ne souffrent pas du manque de mosquées dans leurs communes !
Parfois ils ont le choix entre dix ou quinze mosquées !
Et ils ne peuvent pas aller à la mosquée cinq fois par jour, tout de même !

Ce n’est pas une question de prière !
Ce n’est pas une question de religion et de piété !
C’est un projet géopolitique !

Il faut que les occidentaux s’insurgent contre toute tentative d’islamisation de nos pays avant qu’il ne soit trop tard.
Il faut s’opposer à toute mesure allant dans ce sens.
Je pense à un projet de la Commission Européenne qui, s’il était voté, permettrait aux tribunaux de tous les pays de l’Union Européenne de régler les affaires de divorce suivant les pratiques propres aux pays d’origine des intéressés.
Si un couple d’Arabie Saoudite vivant en France décidait de divorcer, le tribunal français serait tenu de respecter les pratiques propres aux tribunaux de la charia !
Et après le divorce, la Commission Européenne que va-t-elle imposer à nos juges ?

Rosa Valentini

http://ripostelaique.com/Faire-pipi-dans-la-rue-est-ce-la.html   du  n°  087, le 05/05/2009

 

islam-interdit1-e1385317127757

 

Merci « Christine Tasin » pour nous avoir ressorti cet article déjà alarmant mais bien vite oublié…comme tant d’autres !

La France, Par « La Voix De La Russie ».

censure-

L’idée du référendum sur l’immigration fait son chemin

L’initiative de référendum sur l’immigration a réussi à réunir plus de 1500 manifestants sur la place « Denfert Rochereau » à Paris ce dimanche 9 mars et se met en place dans la tête des Français.
On peut qualifier cette rencontre de succès en raison de la totale absence de publications et d’informations dans les médias avant la manifestation.

L’idée générale de référendum effraie le gouvernement.
La question de l’immigration est maintenue depuis des années sous le tapis pour que les Français ne puissent pas, comme en Suisse, donner leur avis.
Déjà, une initiative de référendum dérange et se heurte au déni de l’Assemblée nationale.
Alors, la question de l’immigration sous la forme d’un référendum provoque bien évidemment la volonté de tenir les Français dans leur camisole et loin de l’urne.
« Il faut que le peuple redevienne souverain et qu’il décide chez lui.
Il faut échapper au diktat de Bruxelles.
Je pense que nous sommes dans une société en crise.
Tout le monde le dit.
Les politiques répètent qu’on manque d’argent, qu’on manque de tout, qu’il y a des problèmes.
Est-ce qu’on a les moyens de partager toute la misère du monde ?
Est-ce rendre service aux gens de leur dire vous pouvez venir et savoir qu’ils vont se retrouver à la rue, au chômage ?», explique à l’ »AFP » « Christine Tasin ».

Silence.
« Curieusement, ce dimanche soir, à l’heure où j’écris ces quelques lignes, de retour de Paris, j’apprends que « Le Parisien« , « Liberation« , « Métro« , « L’Express« , « Le Point«  et le journal « Suisse Arcinfo » ont déjà publié un compte-rendu de notre initiative »,s’étonnent les organisateurs du référendum sur l’immigration sur leur site.
Les journalistes de ces rédactions n’ont fait que recopier une dépêche de l’ »AFP » mais on parle du choix des Français de vouloir faire un référendum sur l’immigration.
Les médias qui ont gardé sous silence la mise en place de la manifestation ont dénié en parler une fois la manifestation passée.
L’idée de manifestation devait être tuée dans l’œuf.
Les organisateurs habitués au déni de leurs manifestations et slogans ne perdent pas espoir.
C’est que par expérience, l’homme sait que tout est possible.
Surtout qu’un référendum est un droit fondamental pour une société démocratique et qu’en raison du changement de société rapide du pays, un référendum sur l’immigration est devenu un vote primordial et légitime pour sonder la société française.

Islamisation de la France.
« Elisabeth Lasesart », une Iranienne qui a quitté son pays pour la France pour fuir la « Charia » a écrit sur l’islamisation de la France.
Madame « Lasesart » retrace les faits qu’elle a accumulés en vivant en France et qui montrent que la France est modifiée par l’islam et la langue arabe.
« Elisabeth Lasesart » s’inquiète du changement de la société Française et veut avertir les Français pour qu’ils ne subissent pas ce qu’elle a subi en Iran.
« J’aime énormément la France.
Il ne faut pas que ce si joli pays subisse les conséquences de l’immigration de masse», dit Madame « Lasesart » dans un entretien.
Pour les organisateurs de la manifestation « Référendum immigration », « Riposte laïque » et « Résistance républicaine », « Farida Belghoul » va trop loin quand elle prend à partie « Elisabeth Lasesart ».
On apprend que l’arabe doit devenir obligatoire dans les écoles en France pour faciliter la communication.
Selon les organisateurs de la manifestation contre l’immigration, «  »Farida Belghoul » justifie la fin par les moyens, à savoir l’utilisation de l’arabe pour toucher le maximum de gens (« il faut bien que tout le monde comprenne »), reconnaissant in petto et sans l’avoir voulu que nombre de locuteurs arabisants – et donc non français…- se permettent de manifester contre une loi française… ».

« Remigration ».
« Richard Millet » et « Renaud Camus » ont essuyé des coups en publiant leurs observations dans des livres.
Le changement de peuple est une réalité si présente que des démographes comme « Michèle Tribalat » n’ont pas eu accès aux vrais chiffres car il n’existe pas de statistiques précises puisque c’est interdit.
Aujourd’hui les Français sont appelés Français de souche par les Français issus de l’immigration et se sentent étrangers dans leur pays.
Ces Français s’associent dans des mouvements identitaires comme dans le « Bloc identitaire » qui réclame la « remigration » et l’arrêt de l’islamisation du pays.
Ceux qui se penchent sur la possibilité de mettre en place un référendum sont sidérés de voir qu’il n’est pas aussi simple de le faire car au jour d’aujourd’hui, c’est le président de la République qui décide de la mise en place d’un référendum et pas le peuple.

Olivier Renault

http://french.ruvr.ru/2014_03_11/France-l-idee-du-referendum-sur-l-immigration-fait-son-chemin-8826/ du 11/03/2014

Des voyous terrorisent notre population, c’est à peine si nos médias nous en informent, une manifestation se prépare et se déroule dans le calme dans notre capitale, personne n’en sait rien.
Mais on nous abreuve, « de façon subjective », sur toutes les chaînes, sur tous les quotidiens, de la révolution sanglante en Ukraine quand on sait pertinemment qui en est l’instigateur.
Nous ne sommes pas des « lumières » mais nous ne sommes pas encore tous « mûrs » au point de ne pas nous rendre compte qu’on nous prend pour des débiles !

123

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43