Archive | 08/04/2014

Pauvre France Envahie de Parasites !

cochon rose

Le cochon, symbole du clivage politique français ?

Aucun enfant de confession musulmane n’est jamais« obligé » de consommer du porc, pas plus qu’un enfant catholique n’est forcé de prendre de la viande le vendredi :
il suffit de laisser au bord de l’assiette.

Dans le cochon, tout est bon… pour créer la polémique.
Dès le soir des municipales, « Najat Vallaud-Belkacem » prévenait que, dans les cantines des villes « FN », les enfants seraient obligés de manger du jambon.
Une semaine plus tard, « Marine Le Pen » indiquait qu’aucune « exigence religieuse ne serait acceptée dans les villes « FN » », affirmant que les menus « avec porc » seraient rétablis.
Comme si cet animal symbolisait à lui seul le clivage de la classe politique française.

Pour les mairies du « FN », il s’agit de donner un signal fort très vite, en tout cas avant les européennes.
La question de la cantine, pour laquelle le maire est décisionnaire, pourrait être ce signal-là… d’autant plus « facile », pourrait-on croire, que le Défenseur des droits, « Dominique Baudis », a fait savoir dans un rapport l’an dernier qu’aucun maire ne saurait être tenu de « proposer des menus en fonction de la conviction religieuse ».

Et pourtant.
Pourtant, même le « FN » peine à tenir la ligne et, face à la levée de boucliers, a dû, par la voix de « Marine Le Pen » et de « Florian Philippot », temporiser, expliquer qu’il s’agissait simplement « d’interdire l’interdiction du porc », le choix restant toujours possible, puisqu’il y aurait toujours deux menus. Oubliant sans doute que le coût de cette alternative finit par pousser plus d’une mairie, pour faire des économies d’échelle, à mettre en douce sur pied un menu unique acceptable pour tous… donc sans porc.
Au grand dam de l’interprofession porcine qui s’en inquiète ouvertement, et a adressé il y a un an une lettre à tous les maires des communes de plus de 3.000 habitants.

La vérité, pourtant, force à dire qu’aucun enfant de confession musulmane, puisque c’est de cela qu’il s’agit, n’est jamais « obligé » de consommer du porc, pas plus qu’un enfant catholique n’est forcé de prendre de la viande le vendredi : il suffit de laisser au bord de l’assiette – pas idéal, mais tant d’enfants le font avec les épinards qui ne sont pourtant proscrits par aucune religion… -, de donner à son voisin ou, mieux, de dire à l’employé qui sert les plats : « Non merci, aujourd’hui, je ne prendrai que des légumes… », et les plats étant variés et ne comprenant pas du porc tous les jours, aucun écolier ne mourrait bien sûr de ce déjeuner végétarien occasionnel…
Mais où donc « Najat Vallaud-Belkacem » a-t-elle vu que, dans les cantines françaises, les enfants étaient « obligés » de manger quoi que ce soit, gavés de force à l’entonnoir, telles des oies du Sud-Ouest :
« Tu vas l’avaler, ce jambon ? »

Plus encore qu’il ne symbolise le clivage de la classe politique, le cochon symbolise l’insondable question qui habite nombre de Français :
Pourquoi le« vivre ensemble » à l’échelle d’une nation serait-il si différent du « vivre ensemble » à l’échelle d’une maison ?
La maison France est accueillante, et ouvre grand sa porte ?
Mais il faut alors que les invités, surtout s’ils souhaitent s’installer durablement, jouent le jeu.
S’ils trouvent que la table n’est pas bonne, si certaines spécialités locales ne leur conviennent pas, qu’ils n’en disent rien.
Qu’en gens bien élevés ils prennent garde, discrètement, à ne pas prendre de ce plat qui les débecte, sans le faire remarquer à la maîtresse de maison.
Sans exiger d’elle à grand bruit que, la prochaine fois, elle se débrouille pour faire une tambouille plus consensuelle ou pour proposer un plan B.
Comment, sinon, celle-ci ne s’en trouverait pas blessée, vexée, pleine de rancœur ?
Comment les Français, pour lesquels le cochon fait partie intégrante de l’alimentation traditionnelle, dont la cantine scolaire est un débouché non négligeable pour la filière porcine, ne se trouveraient pas blessés, vexés, pleins de rancœur ?
Et comment imaginer « vivre ensemble » dans la rancœur ?

Gabrielle Cluzel

http://www.bvoltaire.fr/  du 08/04/2014

Nous n’imaginons pas, les moeurs étrangères nous sont imposées quotidiennement par une population qui refuse de se considérer en INVITEE !
Notre pays est LAÏC, ces considérations religieuses ne devraient pas entrer en ligne de compte…excepté dans le PRIVE.

L’ Or Joue Les Filles De L’ Air !

Lingots-d-or

L’or Ukrainien  disparu
est retrouvé en Irak !

Nuit du 7 mars 2014 :
A Borispol, aéroport de Kiev, quarante caisses de lingots d’or sont chargées en secret dans un avion non immatriculé, entouré d’une impressionnante escorte.

Tous les médias occidentaux ont observé le plus grand silence sur cette affaire.
Seule la presse russe a évoqué l’évènement.
Les journaux moscovites supposent que l’Oncle Sam aurait pris livraison des caisses de lingots d’or de l’Ukraine, par crainte d’une improbable invasion russe.

Ainsi, quarante caisses de lingots, constituant peut-être la quasi-totalité de la réserve d’or de l’Ukraine, ont quitté le pays en une seule nuit !
Le « World Gold Council » estime à 42,3 tonnes les réserves d’or de l’Ukraine.
D’après les experts, une caisse de lingots portés par une palette standard contient 900 kg.
Quarante caisses représentent donc environ 36 tonnes d’or.

Par ailleurs, le 27 mars 2014, selon l’organe économique « Les Échos », « l’Irak double ses réserves d’or ».
L’Irak, qui possédait déjà 29,8 tonnes d’or, a acheté 36 tonnes d’or, au prix de 1,5 milliard de dollars.
Par conséquent, ce pays possède à présent 65,8 tonnes d’or qui, d’après les déclarations officielles de Bagdad, servent à stabiliser la monnaie nationale, le dinar.
« Les Échos » affirment qu’aucun gouvernement n’avait acheté autant d’or depuis trois ans.

Les experts se demandent comment une acquisition aussi importante n’a pas altéré les cours du métal jaune.
En effet, en 2013, lorsque Chypre avait été contrainte de mettre en vente une grande partie de ses réserves, soit 13,9 tonnes d’or, les valeurs avaient chuté et le marché avait été saisi d’un vent de panique inédit depuis trente ans.

Curieusement, à présent, la banque centrale de Bagdad achète une quantité trois fois plus importante, sans que le marché n’enregistre aucune baisse.
Sachant que l’Ukraine est presque devenue un satellite des États-Unis, et que Bagdad est sous « libération » américaine, cette transaction demeure bien suspecte.

Celle-ci aurait pu servir de paiement anticipé à une future livraison de pétrole, car Moscou a doublé ses prix à Kiev.

Et, pendant que les Ukrainiens sont dépossédés de leurs réserves (bienvenue en Occident, mes frères !), l’Amérique poursuit ses provocations en envoyant un navire de guerre en mer Noire « en réponse à la situation ukrainienne », mais aussi en déployant des F-15 et des F-16 en Pologne et dans la Baltique pour patrouiller dans l’espace aérien.
Washington offre aussi de protéger militairement l’Arménie et l’Azerbaïdjan, terres d’exercices militaires pour la Russie.
Les États-Unis agissent comme si l’Ukraine était déjà membre de l’ »OTAN ».
En fait, Washington, qui veut toujours sa guerre, entend y parvenir par des provocations.

De plus, les vingt-huit ministres des Affaires étrangères de l’ »OTAN » ont choisi (pour satisfaire l’oncle Sam) de suspendre toute forme concrète de coopération civile et militaire avec la Russie.
L’Alliance atlantique est en train de renforcer les dispositifs militaires dans tous les pays limitrophes de la Russie, proposant de les défendre contre l’envahisseur.
Enfin, via la banque « JP Morgan », ils ont bloqué un virement émanant de l’ambassade russe à « Astana » en faveur de la compagnie d’assurance russe « Sogaz ».
Cette manière de procéder constitue bien un acte contraire à la civilité diplomatique.

Toutes ces provocations ont un but évident :
Obliger Moscou à réagir en maintenant les tensions.
En outre, la disparition de l’or ukrainien constitue surtout le vol d’un État.

Addendum :
« Astana » une capitale dédiée à Satan :
Il est intéressant de noter qu’ »Astana » [anagramme de Satan(a)] est la capitale du Kazakhstan depuis 1997.
Auparavant, elle s’est appelée Akmolinsk jusqu’en 1961, Tselinograd jusqu’en 1992 et Akmola jusqu’en 1997.
Toutes ces nouveautés sont d’autant plus intrigantes qu’ »Astana » accumule les symboles maçonniques (multiplication de globes et de triangles, comme la tour d’observation de Bayterek), à tel point que de nombreux observateurs s’interrogent sur cette prolifération de signes ésotériques.
Quel rôle pourrait remplir « Astana » dans les plans mondialistes ?

Laurent Glauzy

http://www.contre-info.com/  du 08/04/2014

Soignons-Nous Avec Nos Légumes.

 

images

Notre nourriture est vraiment  notre meilleure médecine.

« En 1971, le Président Nixon décréta la guerre contre le cancer en lançant un vaste programme de financement et de recherche visant à éradiquer la maladie.
40 ans plus tard, force est de constater que la situation n’a pas vraiment évolué.

Actuellement, les seuls moyens acceptables de traiter le cancer sont de trancher, empoisonner et irradier le malade. »

Des chercheurs viennent juste de découvrir que les flavonoïdes extraits des oignons jaunes ralentissaient le taux de croissance du cancer du côlon chez les souris aussi efficacement qu’un médicament de chimiothérapie.
Et alors que les souris ont vu leur cholestérol « LDL » monter avec la chimio (effet secondaire possible du médicament), avec l’extrait d’oignon elles ont vu leur niveau de « LDL » baisser.

Les flavonoïdes contenus dans les oignons ralentissent la croissance tumorale du côlon de 67% in vivo.
Dans cette étude, les chercheurs ont donné trois doses de flavonoïdes extraits de l’oignon, un médicament de chimiothérapie oral, un sérum physiologique (comme contrôle) aux souris, avec un régime riche en graisses.
Le régime riche en graisse a été utilisé pour provoquer un taux élevé de graisses dans le sang et du cholestérol (hyperlipidémie) , étant donné que c’est un facteur de risque majeur de cancer du côlon, et de nombreux patients atteints du cancer du côlon ont cette condition.
La dose la plus élevé d’extrait d’oignon a ralenti la croissance des tumeurs du côlon de 67% par rapport au contrôle trois semaines après.
Avec la chimio les souris ont vu la croissance de leur cancer ralentir légèrement plus, mais aucune différence statistiquement significative par rapport à la dose d’extrait d’oignon très élevée.
Cependant il y a eu une grande différence dans les effets secondaires ressentis par les souris.

Flavonoïdes : des avantages importants sans les effets secondaires

Les médicaments de chimio sont connus pour causer des effets secondaires grave, et le médicament utilisé dans cette étude ne fait pas exception :
Il y a plus de 100 effets secondaires possibles, y compris le coma, une cécité temporaire, la perte de la parole, des convulsions, la paralysie et l’effondrement.
Il est également connu que le médicament de chimiothérapie peut induire l’hyperlipidémie (taux élevé de cholestérol et / ou triglycérides) chez l’homme, et c’est exactement ce qui s’est passé avec les souris :
leur taux de cholestérol « LDL » moyen a augmenté de manière significative.
Sans surprise, l’extrait d’oignon a fait l’effet inverse et a réduit considérablement les niveaux de « LDL » des souris.
Plus impressionnant encore, les souris qui ont eu de l’extrait d’oignon ont eu un taux de cholestérol et d’apolipoprotéine B bien plus faible (jusqu’à 60% de moins pour chacun) que les contrôles sur le régime riche en graisses.
Rien de tout cela n’est surprenant.
Les oignons sont connus pour avoir la capacité à diminuer les graisses dans le sang et dans un récent essai contrôlé contre placebo, l’extrait de peau d’oignon a réduit considérablement le taux de cholestérol total, le cholestérol « LDL », et l’indice athérogènes chez les jeunes femmes en pleine santé après seulement deux semaines.

Mais de combien d’oignons avons-nous besoin pour avoir un effet bénéfique contre le cancer ?
Malheureusement, les auteurs de l’étude sur les souris n’ont pas révélé quelle quantité d’extrait d’oignon avait été utilisée.
Cependant, une étude récente menée en Europe donne quelques indices concernant le dosage d’oignons qui pourrait avoir un effet anticancéreux significatif.

L’oignon combat plusieurs cancers, à la bonne dose

L’ail, le poireau, la ciboulette, les échalotes, les oignons et oignons verts (qui sont seulement les jeunes oignons), font tous partie de la famille des liliacées.
Des études précédentes ont montré qu’ils protégeaient contre de multiples cancers, mais, les oignons apparaissent souvent comme le plus puissant, tout simplement parce que nous en mangeons plus.
Une étude récente de la Suisse et de l’Italie a mis en évidence le fait que nous en ayons vraiment besoin.
Manger jusqu’à sept portions d’oignon par semaine a surtout des effets minimes.
Cependant, le fait de manger plus de sept portions par semaine (une portion = 80 grammes) réduit de façon significative les risques des cancers suivants:

Bouche et pharynx: -84%
Larynx: -83%
Ovaire: -73%
Prostate: -71%
Gros intestin: -56%
Rein: -38%
Sein: -25%

Toutes ces baisses de risques avaient une signification statistique, sauf pour le cancer du sein, qui était à la limite (P = 0,08).
Une fois de plus, nous voyons que l’ensemble des aliments sains que nous consommons couramment peuvent avoir un impact majeur sur notre santé et le risque de cancer, si nous en mangeons assez.

La nourriture est vraiment la meilleure médecine.

Source : http://science.naturalnews.com

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 05/04/2014

Ce N’ Est Pourtant Qu’ Une Herbe !

Artemisia Annua

Une herbe incroyable pour vaincre les cancers.

Cette Herbe Incroyable Tue 98% Des Cellules Cancéreuses En Seulement 16 Heures
Des scientifiques ont fait de nombreuses études pour trouver un remède afin de mettre un terme au cancer, sachant que c’est l’une des maladies les plus mortelles.
Cette herbe magique est un de ces remèdes dont personne ne parle dans la communauté médicale, car il peut tuer jusqu’à 98% des cellules cancéreuses en seulement 16 heures.

À savoir, selon une série d’études publiées dans « Science de la vie » :
l’artémisinine, de la « Douce vermouth » du dérivé « d’ Artemisia Annua » était utilisée dans la médecine chinoise et peut tuer 98% des cellules cancéreuses du poumon en moins de 16 heures.
La plante utilisée seule réduit les cellules cancéreuses du poumon jusqu’à 28%, mais en combinant avec le fer, « Artemisia Annua », elle réussit à « effacer » complètement le cancer et en plus, la consommation de cette plante n’a aucun impact sur les cellules pulmonaires saines.

L’artémisinine a été utilisée dans le passé comme un remède antipaludéen puissant, mais il est maintenant prouvé que ce remède est également efficace dans la lutte contre le cancer.

Quand les scientifiques ont ajouté du fer tout en menant l’étude, plus tard il s’est joint au tissu pulmonaire et en particulier aux cellules cancéreuses infectées, l’artémisinine a attaqué sélectivement les «mauvaises» cellules , et a laissé les « bonnes » intactes.

«En général, nos résultats montrent que l’artémisinine arrête le facteur de transcription « E2F1″ et intervient dans la destruction des cellules cancéreuses du poumon, ce qui signifie qu’elle présente un moyen de transcription selon lequel l’artémisinine contrôle la croissance des cellules cancéreuses de la reproduction », a-t-on indiqué dans la conclusion des recherches menées dans le laboratoire du cancer à l’Université de Californie.

La Revue des Sciences de la Vie a présenté une étude de l’Université de Washington, menée par les Docteurs « Narenda Singh » et « Henry Lai ».
Jusqu’à présent, cette étude est la plus vaste faite sur l’artémisinine aux États-Unis.

L’étude a été menée sur des échantillons de tissus in vitro dans un laboratoire, contrairement à l’étude sur les animaux ou les êtres humains qui est menée en vivo.
En utilisant une radiation de nature résistante au rayonnement des cellules du cancer du sein (qui avaient aussi une forte propension à accumuler le fer), l’artémisinine a fait ses preuves avec un taux de 75 % de destruction du cancer après seulement 8 heures et presque 100% de taux de destruction en seulement 24 heures.

Les dépôts de fer dans les cellules cancéreuses étaient faits avec des récepteurs spécifiques pour aider la division cellulaire.
Les cellules normales ont également ces récepteurs mais les cellules cancéreuses en ont la plus grande quantité et en fonction de cela, les cellules cancéreuses peuvent être une cible de combinaison de fer et d’artémisinine.

De nombreuses expériences ont été menées jusqu’à présent et elles ont toutes prouvé que l’artémisinine combiné avec le fer pouvait effectivement détruire le cancer, et que cet extrait avait été utilisé en Chine depuis des milliers d’années comme remède contre le paludisme.

Le parasite du paludisme ne peut pas survivre en présence d’artémisinine car il est riche en fer. Les bio-ingénieurs « Henry Lai » et « Narendra Singh » de l’Université de Washington ont été les premiers scientifiques à le découvrir.

Le Docteur « Len Saputo » appelle l’artémisinine une « bombe intelligente pour le cancer »

Source : « Healthy Food House »

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 05/04/2014

 

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43