Archive | 10/04/2014

A Lire « Le Siècle De 1914″ de Venner.

1914-1918-600x360

Journal de guerre 14-18 d’un Français juif patriote.

Paru aux Editions Tallandier, le livre intitulé « Journal de guerre d’un juif patriote » est un recueil de correspondances d’André Kahn, jeune Français juif mobilisé à 25 ans en 1914.
Comme des millions de ses camarades, il participera à toutes les phases du conflit, de la Marne au Chemin des Dames en passant par Verdun, pour la défense de la France.
Tour à tour simple fantassin, brancardier et infirmier, il assiste aussi au conseil de guerre qui juge les déserteurs.
Jeune avocat, issu de la « bourgeoisie juive » de l’Est de la France, intellectuel en révolte contre sa famille et contre les traditions qu’elle incarne, André Kahn envoie chaque jour à Jeanne, qui deviendra son épouse, une lettre relatant les événements de la journée.
Rampant sous la mitraille et relevant les cadavres après des batailles plus meurtrières les unes que les autres, il va vivre la guerre de 14-18 et l’observer sous tous les angles.
Souhaitée par ses deux petits-fils, le journaliste Jean-François Kahn et le généticien Axel Kahn, l’édition de cette correspondance de 336 pages où se mêlent réflexions politiques, militaires, philosophiques et littéraires, qui révèlent toute l’horreur de cette gigantesque boucherie avec d’autant plus de force que son absurdité, nous est décrite par un patriote qui n’en contestait pas la légitimité. Avec le recul d’un siècle, personne ne pouvait imaginer que la Grande Guerre allait causer le lent déclin de l’Europe, peut-être mortel, comme l’avait diagnostiqué l’Historien Dominique Venner dans son ouvrage « Le siècle de 1914 ».

http://fr.novopress.info/  du  09/04/2014

§§§§§§§§§§

siecle-1914-venner-218x350

 

Souvenons-nous de Dominique Venner.

 Nous vous proposons un extrait d’un livre de Dominique Venner, que l’on ne présente plus, « Le Siècle de 1914″.
Note de l’éditeur :
La guerre de 1914 fut l’événement fondateur du XXème siècle.
Après avoir tué neuf millions d’hommes, cette guerre liquida les trois empires et les aristocraties qui charpentaient l’Europe.
De ce séisme, tout le reste a procédé :
De terribles colères et d’immenses espoirs, la montée des utopies révolutionnaires et l’avènement de régimes nouveaux, puis une Seconde Guerre mondiale plus destructrice encore que la Première.
Elle engendra le déclin de l’Europe, la décolonisation, la destruction de la sociabilité européenne, l’américanisation des mœurs, l’immigration et le terrorisme.
Après 1918, sur les décombres de l’ancienne Europe, quatre figures, le président américain « Wilson », « Lénine », « Mussolini » et « Hitler » ont incarné les grandes utopies du XXème siècle.
Ils sont à l’origine de la lutte sans merci de quatre systèmes rivaux.
De celle-ci, qui occupa une large partie du siècle, est issu le monde dans lequel nous vivons.
Ce livre analyse les idéologies et leur influence sur le comportement des hommes et le déroulement de l’histoire. « Dominique Venner » décrit la genèse et la succession des luttes mortelles qui prirent leur source dans le conflit de l’été 1914 et dont le libéralisme américain est sorti vainqueur.
Pour combien de temps ?
Sur cette question, l’auteur avance des hypothèses originales.


Dans le monde des affaires, les personnes qui ont intégré la mentalité transnationale et cosmopolite ont de meilleures chances de faire carrière que celles qui se sentent des attaches nationales.
Par un effet d’hétérotélie (Hétérotélieou paradoxe des conséquences :
Opposition entre les intentions et le résultat de l’action historique), les Américains, acteurs de cette globalisation, en sont aussi en partie les victimes.
Ayant adopté la mentalité transnationale, leurs élites se sont dénationalisées elles aussi et sont devenues cosmocratiques, réalisant en quelque sorte l’utopie wilsonienne.

La cosmocratie fabrique l’homo œconomicus de l’avenir, le« zombi », l’homme nouveau, vidé de contenu, possédé par l’esprit du marché (Montcorbier).
Le zombi se multiplie sous nos yeux.
Il est apparemment heureux.
« L’esprit du marché lui souffle que le bonheur consiste à satisfaire tous ses désirs. »
Et ses désirs étant ceux du marché ne sont suscités que pour être satisfaits.
Le zombi est heureux tant qu’il ne pense pas et ne souffre pas.
S’il pense, ce n’est plus un zombi.

Une revanche populiste sur Mai 68

Pour assurer l’emprise cosmocratique, l’un de ses instruments privilégiés est l’exploitation du sentiment de culpabilité collective des Européens et de leur penchant compassionnel provenant de leur héritage chrétien.
La « victimologie » est devenue le système de légitimation d’une société peu légitime.
Pour faire oublier ce qu’elle a de contestable, elle s’instaure en tribunal permanent d’un passé criminalisé. Ainsi fait-elle coup double.
Dénonçant les crimes du passé ou ceux de dictatures exotiques, elle s’attribue à bon compte un brevet de moralité.
Par comparaison elle suggère que, malgré sa corruption et ses tares, elle est quand même la plus morale et la meilleure.

Comme se manifestent cependant des résistances appelées « populismes » dans la novlangue cosmocratique, le trait de génie fut d’utiliser les anciens communistes, les ex-soixante-huitards et leurs successeurs, recyclés dans la glorification du marché ou de l’altermondialisme version archéo-gauchiste.
Ils fournissent le clergé inquisitorial de la religion de l’Humanité, ce nouvel opium du peuple dont le foot charpente les grand-messes.
C’est une religion qui a ses tables de la loi avec les droits de l’homme, autrement dit les droits du zombi (Montcorbier).
Elle a ses dogmes et ses bras séculiers.
Elle pourchasse le Mal : être différents, cultiver l’esprit critique ou ne pas être dupe de l’humanisme moralisateur.

Pourtant au tournant du nouveau siècle, des signes se sont accumulés qui montrent l’effritement du système, ses difficultés à faire accepter la pensée unique qu’il sécrète.
En France plusieurs alertes ont retenue l’attention des observateurs, fussent-ils de parti pris.
Ce fut par exemple le « séisme » de l’élection présidentielle du 21 avril 2002 qui a vu l’élimination du premier ministre socialiste, favori des médias, devancé par un candidat « populiste », objet de nombreuses campagnes diffamatoires, dont les médias annonçaient depuis vingt ans la disparition imminente.
Ce fut aussi le choc du référendum du 29 mai 2005 sur la Constitution européenne.
Alors que la quasi-totalité des médias avaient fait campagne en faveur du « oui », répétant que les partisans du « non » ne pouvaient être que des demeurés, le « non » l’a emporté contre toute attente avec 55% des suffrages.
À la suite de quoi, sous l’effet du traumatisme, un journaliste proche du système se livra à une analyse pertinente qui vaut d’être cité comme jalon dans l’appréciation de l’époque :
« La rébellion du 29 mai 2005, écrivait-il, est peut être la revanche sur celle de Mai 1968.
Dans les années 1970 et 1980, les soixante-huitards, leurs clones ou leurs disciples (…) prirent le pouvoir dans les médias, la culture, la pub, la politique, puis bientôt dans la sphère économique et financière.
Inutile de préciser qu’à mesure que leur sort s’améliorait (…), leur idéologie première se lézardait jusqu’à laisser place à un ralliement quasi total, au nom de la modernité (et même de l’internationalisme), au dogme du mondialisme néo-libéral.

« Basculement dans l’autre camp ?
Non, puisque cette conversion à l’économie de marché se doublait d’une rhétorique de fidélité à l’activisme soixante-huitard en ce qui concerne les mœurs et le sociétal :
Liberté pour la circulation des capitaux et du cannabis !
Baisse du coût du travail, mais mariage gay !
Film porno sur chaîne privatisée !

« Aucune contradiction, poursuit l’analyste en plaidant en faveur d’une immigration totalement libre et en dénonçant comme « sécuritaire », c’est à dire quasiment « fasciste », toute velléité de durcissement de la lutte contre la délinquance ou le crime, on peinturlurait d’une couche de laque gauchiste un propos qui ne pouvait que séduire un ultracapitalisme moderne et radicalement insécuritaire et à la recherche de main-d’œuvre bon marché. »

Dominique Venner

« Le Siècle de 1914«  Pygmalion Éditions (2006).

 Acheter sur Amazon

http://fr.novopress.info/  du 02/01/2014

Les Adorateurs Du Veau D’ Or Sont Là !

BeI7

« Les juifs de France sont à l’avant-garde de la République »

Mercredi 19 mars, aux abords du Trocadéro, un homme a été agressé par un groupe d’extrémistes juifs.
Son nom est « Jonathan Moadab ».
Reporter citoyen auprès de l’ »Agence Info Libre », il a éte violemment pris à parti d’après ses camarades s’exprimant sur Facebook.

La Ligue de défense juive, groupuscule extrémiste et ultra-sioniste, s’est réjouie de l’agression via son compte Twitter.

Cette milice communautariste et fascisante participait au rassemblement contre l’antisémitisme qui s’est tenu aujourd’hui, deux ans après la tuerie du collège-lycée juif de Toulouse.

En dépit de ses débordements, la « LDJ » a pu demeurer sur place et entonner son cri patriotique « Le peuple d’Israël vivra! » devant Manuel Valls, présent sur l’estrade en compagnie d’Anne HidalgoMeyer HabibHarlem DesirHassen ChalghoumiMarek HalterPatrick KlugmanClaude GoasguenRoger CukiermanGil Taïeb et Bernard-Henri Lévy.

Lyrique et survolté, le ministre de l’Intérieur a prononcé ces mots stupéfiants de la part d’un membre du gouvernement censé incarner la neutralité religieuse de l’État :

Les juifs de France sont des Français à l’avant-garde de la République et de nos valeurs.

Image de prévisualisation YouTube

Un sympathisant de la manifestation a capturé plusieurs extraits des interventions principales. On peut ainsi découvrir une partie de la foule huer Harlem Désir (et brocarder les noms de Jean-Luc Mélenchon et des Verts).
A l’inverse, Claude Goasguen, député-maire « UMP » du 16ème arrondissement (où s’est déroulé le rassemblement), a été ovationné.

Image de prévisualisation YouTube

À la fin de la vidéo ci-dessus, Manuel Valls fait allusion à son déplacement à Sarcelles, quelques heures auparavant, en milieu d’après-midi.

Le ministre avait tenu à participer à l’inauguration de la place Sandler-et-Monsenogo (dédiée « uniquement » aux victimes du collège-lycée juif de Toulouse) en présence du député-maire socialiste François Pupponi, ancien bras droit de Dominique Strauss-Kahn.

En juin 2013, le successeur de DSK à la mairie de Sarcelles participait à uncolloque alarmiste sur l’islam organisé par un « lobby juif » auto-proclamé.

Comme en témoigne la fin de son discours, Manuel Valls continue d’amalgamer la critique radicale de l’État d’Israël (régime d’occupation et d’apartheid) avec l’antisémitisme.

« Le peuple d’Israël, le peuple d’Israël vaincra! » :
tels ont été d’ailleurs les mots que l’on pouvait entendre, place du Trocadéro, dans les secondes qui ont suivi la fin du discours du ministre de l’Intérieur (extrait audible dans le lien affiché ci-dessous).

Valls 190314

Ses paroles relatives « aux Français juifs » qui constitueraient « l’avant-garde de la République et de nos valeurs » résonnent avec sa déclaration tenue, dès son arrivée au ministère de l’Intérieur, lors d’un dîner régional du Crif :

En mai 2012, le chantre d’une « laïcité exigeante » n’avait ainsi pas craint d’affirmer qu’il existerait une « symbiose » entre « la République » et « le judaïsme français ».

HICHAM HAMZA

http://www.panamza.com/  du 20/03/2014

Et nos Français naïfs n’y voient toujours que du feu !
Nous sommes à présent avec un gouvernement majoritairement JUIF !
Réveillez-vous donc, les victimes du racisme contre ceux qui ne sont pas sémites !
Vous êtes victimes aussi, vous musulmans qui êtes autant sémites que les juifs mais n’êtes pas le peuple « soit-disant » élu !
Les juifs se servent de vous pour semer la zizanie…ils y parviennent sans se salir et rallument les braises quand elles s’assoupissent !
Nous sommes Français, notre République est Laïque, la religion est une affaire PRIVEE !
Luftmenschen, jouez les filles de l’air !

Il N’ Y A Ni Vaccin, ni Traitement.

images (1)

Le virus Ebola  dépeuple en Afrique.

L‘épidémie de la fièvre Ebola en Afrique occidentale est l’une des épidémies qui comporte “le plus de défis” depuis l’apparition de la maladie il y a 40 ans, a estimé mardi l’Organisation mondiale de la santé, alors que le nombre de morts atteint 111.

“Il s’agit de l’une des épidémies qui représente le plus de défis à laquelle nous sommes confrontés”, a déclaré « Keiji Fukuda », vice-directeur général de l’ »OMS ».
Au cours d’un point de presse à Genève, Monsieur « Fukuda » a estimé que la propagation de l‘épidémie, qui a éclaté dans le sud de la Guinée, pour s‘étendre vers Conakry, la capitale, et le pays voisin, le Liberia, était particulièrement inquiétante.

“Nous n’avons pas eu jusqu‘à présent d’épidémie d’Ebola dans cette partie de l’Afrique”, a déclaré Monsieur « Fukuda », dont l’organisation a dépêché des équipes humanitaires sur place.

“Ce genre d‘épidémie est souvent associé à beaucoup de peur et d’anxiété”, a aussi indiqué Monsieur « Fukuda ».

Selon les derniers chiffres publiés mardi par l’ »OMS », il y a 157 cas au total en Guinée, dont 101 mortels. Soixante-sept cas ont été confirmés par des analyses en laboratoire.

Vingt cas ont été enregistrés à Conakry, une ville portuaire.

Au Liberia, il y a eu 21 cas, dont 10 mortels.
Cinq cas ont été confirmés par un laboratoire.

Il y a aussi eu des cas en Sierra Leone, touchant des personnes soupçonnées d’avoir contracté la maladie en Guinée et qui sont mortes au Sierra Leone.

Au Mali, il y a 9 cas suspects.
Deux tests se sont révélés négatifs.

“Nous ne devrions pas accorder trop d’importance aux chiffres”, a recommandé « Stéphane Hugonnet », un expert médical de l’ »OMS », qui vient de rentrer de Guinée.

“Ce qui est le plus important, c’est la tendance et la propagation de l’infection.
Apparemment, il y a un risque que d’autres pays soient infectés, donc, nous devons à tout prix rester vigilants”, a-t-il déclaré à la presse.

Le virus Ebola a été identifié pour la première fois dans les années 1970 dans ce qui est aujourd’hui laRDC (République démocratique du Congo) .

Les épidémies les plus violentes ont affiché un taux de mortalité de 90%, et il n’y a ni vaccin ni traitement.

L‘épidémie la plus importante à ce jour a eu lieu en l’an 2000, en Ouganda, avec 425 cas, dont la moitié ont été mortels.

La fièvre Ebola se traduit par des hémorragies, des vomissements, et des diarrhées.

Les chances de survie augmentent pour les malades s’ils sont hydratés.

Le virus peut être transmis à l’homme par des animaux sauvages, et d’homme à homme par des contacts directs.

Selon les spécialistes, l’isolement des malades confirmés et des cas suspects est l’unique moyen de rompre la chaîne de transmission du virus.

Ces développements inquiètent en Afrique de l’Ouest confrontée pour la première fois à une flambée de cette ampleur, contrairement à l’Afrique centrale, qui a connu des épidémies meurtrières depuis la découverte de ce virus en 1976 en (RDC, ex-Zaïre).

Plusieurs pays, dont des voisins de la Guinée, ont déployé des équipes sanitaires à leurs frontières et mènent des campagnes de sensibilisation et de prévention.

La ministre sénégalaise de la Santé a testé mardi à Dakar le dispositif de prévention mis en place, affirmant que son pays était prêt à faire face “au risque”.

“Nous avons les éléments qu’il faut pour prendre les mesures en cas de risque Ebola, nous avons un système bien huilé”, a affirmé à la presse Madame « Eva Marie Coll Seck », à l’issue d’une visite au port et à l’aéroport de Dakar, qui sont parmi les plus fréquentés en Afrique de l’Ouest.

Un dispositif de lutte contre la fièvre hémorragique y a été mis en place depuis plusieurs semaines :
Surveillance épidémiologique accrue, réunions de coordination régulières, déploiement d‘équipes sanitaires, arraisonnement de navires venant des pays touchés par l‘épidémie, aires d’isolement des cas suspects et messages d’information.

Des milliers de touristes, venant principalement d’Europe, séjournent chaque année au Sénégal et l’arrivée du virus Ebola serait très néfaste pour l‘économie.

Aucun cas confirmé ou suspect n’y a pour l’instant été signalé.

Dakar avait fermé le 30 mars ses frontières terrestres avec la Guinée voisine pour empêcher toute contamination.

http://fr.euronews.com/depeches  du 08/04/2014

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43