DEBATS

Du Beau Monde Au Val De Grâce !

valdegrace

Dominique Baudis n’est plus,  il est de nouveau cité.

« Dominique Baudis » est décédé jeudi 10 avril à l’âge de 66 ans à l’hôpital du Val-de-Grâce à Paris, des suites d’un cancer généralisé. 

Journaliste à « TF1″ puis « France 3″, il avait pris la succession de son père Pierre Baudis à la mairie de Toulouse.
Membre du comité d’honneur de l’Association France-Israël, il avait présidé l’Institut du monde arabe avant d’être nommé défenseur des droits par Nicolas Sarkozy en juin 2011.
Dominique Baudis était surtout l’homme dont le nom planait au-dessus de l’affaire Alègre…

En mai 2003, « Dominique Baudis », alors président du « CSA », avait annoncé lui-même que son nom serait cité dans l’affaire « Patrice Alègre ».
Des prostituées accusait alors la police d’avoir couvert les crimes d’ »Alègre » (plusieurs homicides) parce qu’il aurait été au cœur d’un réseau de prostitution fréquenté par de hautes personnalités toulousaines.
Elles affirmaient également qu’ »Alègre » participait avec « Dominique Baudis » à des soirées où se déroulaient des viols et des actes de torture, y compris sur mineurs.
L’affaire fut relayée notamment par le journaliste « Karl Zéro » et atteignit son apogée avec la lecture de la lettre-confession de « Patrice Alègre » en juin 2003 dans « Le Vrai Journal » sur « Canal + ».
Le gendarme « Michel Roussel », qui avait établi les liens entre « Alègre » et « Baudis », prit mystérieusement et précipitamment sa retraite.
Quant à « Karl Zéro », il connaît depuis lors une traversé du désert, officiant désormais sur une obscure chaîne de la TNT… à la rubrique faits divers.
« Baudis », de son côté, porta plainte pour faux témoignages, gagna ses procès et fit même interdire un livre sur l’affaire.
Avant de quitter la mairie de Toulouse (il fut maire jusqu’en 2001), « Dominique Baudis » adouba comme successeur « Philippe Douste-Blazy » (1999), qu’il accusera plus tard de l’avoir lâché pendant l’affaire « Alègre ».

« Dominique Baudis » est né le 14 avril 1947 à Paris IXéme.
Ancien élève des Jésuites, il était diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris.
Dès 1965, il a pris une part active à la campagne présidentielle de Jean Lecanuet.
Centriste, il a créé le Mouvement des jeunes démocrates, dont il fut secrétaire général de 1967 à 1970.
Ayant effectué son service militaire dans la coopération comme journaliste au Liban, il a été recruté comme correspondant par « TF1″, chaîne dont il devint rapidement présentateur du « JT » (1978-1980).
Il présenta ensuite le « Soir 3″ jusqu’à février 1982.

Ayant hérité du trône de son père à la mairie de Toulouse, il a été conseiller général de la Haute-Garonne (1985-1989), député européen (1984-1988) et député non-inscrit de Haute-Garonne en 1986.
Aux élections européennes de juin 1989, il a soutenu la liste de Simone Veil.
En janvier 1991, il fit partie de la délégation de députés conduite par le CRIF en Terre promise pour manifester sa solidarité avec Israël, à quelques jours du début de la guerre du Golfe.
« Fils spirituel de Lecanuet », il remplaça « Alain Peyrefitte » à la présidence du comité éditorial du « Figaro » en mai 2000, avant de prendre la présidence du « Conseil supérieur de l’audiovisuel » (2001-2007) avec l’aval de Jacques Chirac et de Lionel Jospin.
Alors qu’il présidait depuis 2007 l’ »Institut du Monde arabe », il se fit élire député européen sous étiquette « UMP » (2009).
Il devait abandonner tous ses mandats en juin 2011 pour devenir « Défenseur des droits », un poste créé à l’occasion par Nicolas Sarkozy.

Image de prévisualisation YouTube

extrait de l’entretien de janvier 2013

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 11/04/2014

A propos de pelosse

Française née de parents Français, sur le sol Français, d'identité Française ! e-mail obsolète. consulter le blog.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43