Archive | 18/04/2014

L’ Air Français Devient Irrespirable.

moulin à vent

Les politiciens, notre moulin à « vents » national !

Dans un pays où règnent la bonne humeur, une excellente nourriture, les vins fins et une météo particulièrement clémente, il est globalement assez difficile de mobiliser les uns et les autres, de bouger les foules et de les polariser suffisamment pour les entraîner là où on veut.
Heureusement, certains en France ont trouvé la bonne idée.

Il suffira d’utiliser de l’air.

Comme il s’agit essentiellement de politique, on comprend qu’il faudra d’abord en brasser énormément.
Au cours des décennies et alors que le pays devenait de plus en plus riche, une petite caste s’est donc employée à se gonfler d’air chaud et à le remuer autant que possible.
Les derniers avatars de cette caste, Sarkozy d’un côté et Hollande de l’autre, ont largement démontré qu’on pouvait donner une illusion crédible d’action avec ces petits mouvements de bras éoliens.

Brasser de l’air n’est pas suffisant.
Pour beaucoup, nous le pomper est aussi indispensable :
Rien n’est plus précieux que ce dont on manque soudainement à un moment inattendu.
Et là encore, la caste politicienne a franchement pompé, tant qu’elle a pu, montrant à quelle point elle devenait indispensable.
Comme, d’un côté, les politiciens brassent de l’air, et que de l’autre, ils nous le pompent, beaucoup de citoyens se sont persuadés que toute interruption de leurs actions risquerait de provoquer une asphyxie générale.

Mais tout ceci n’est au final qu’un exercice d’entraînement, une petite mise en jambes indispensable à l’exercice de plus grande ampleur qui a maintenant lieu sur une base pluri-hebdomadaire.
Après avoir brassé et pompé de l’air, il devient indispensable de nous le filtrer et de nous l’analyser méticuleusement, pour parvenir à une conclusion sans appel :
Notre air est pollué, c’est extrêmement dangereux, et il est trop chaud, ce qui est cataclysmique.

Et dans un pays où tout se termine normalement en chanson, on comprend immédiatement qu’avec un air pollué, fini les bons petits plats, terminés les vins fins !
La météo risque bel et bien de tourner au cauchemar durable et permanent à côté duquel les dix plaies d’Égypte auront l’air d’aimables plaisanteries temporaires.
Et pour que le peuple soit bien convaincu de l’absolue nécessité d’une intervention massive de la « Confrérie des Brasseurs & Pompeurs d’Air », rien n’est plus efficace que de ressortir l’argument massue « Selon Une Etude Scientifique ».

C’est ainsi que, « selon une étude scientifique », on apprend que la pollution de l’air tue plus que le tabac :
en substance, l’ »OMS » a regardé les principales causes de mortalité dans le monde et a noté qu’un décès sur huit était lié à des pollutions atmosphériques et des inhalations délétères, pour en conclure que notre air était dangereux.
Fait intéressant, cette pollution serait essentiellement intérieure et majoritairement provoquée par les foyers ouverts à l’intérieur des habitations, provoquant de lourdes émissions de particules microscopiques.

Ce qui n’empêchera pas, au passage, les scribouillards franchouilles de noter qu’appliqué à la France, le taux de décès observés dans le monde à cause de ces hideuses PM10, PM5 et PM2.5 aboutit à une grosse brouettée de morts prématurées (20.000, mazette, plus que sur la route !) et coûterait dans les 20 milliards d’euros à la France en frais de santé et en pertes économiques afférentes.
Sans doute histoire de faire plus classe et plus crédible, là où le pays émergent toussera sous les PM10 de foyers ouverts, un pays développé comme la France subira les cancers de poumons déclenchés par le tabagisme passif, le radon radioactif et le benzène cancérigène (généreusement respiré dès qu’on manipule des produits de bricolage, des meubles ou encore des isolants).
Le détail du mode de calcul, tant par l’ »OMS » (au niveau mondial) que par l’ »ANSES » (au niveau national) vaut son pesant de doigts mouillés.

Et ce n’est pas tout !
Comme nous l’apprennent une brochette de journalistes conscientisés au plus profond de leur fibre éditoriale, pendant que notre air se pollue vilainement, il en profite pour se réchauffer au grand dam de tous nos politiciens / philosophes / écologistes / psychologues qui y voient là un double signe du destin :
d’abord, nous allons tous mourir dans une avalanche de problèmes d’ampleur biblique, c’est absolument évident, et ensuite (et surtout), seuls ces politiciens vont pouvoir nous sauver avec leurs bonnes idées.

En effet, à la faveur du dernier rapport du « GIEC », les articles se multiplient tant pour mobiliser les troupes de citoyens responsables et éco-conscients que pour marteler l’évidence :
le climat va mal, l’air (pollué) n’est plus à labonne température, et (bien sûr) nous allons tous mourir dans des catastrophes abominables.
Pire que tout :
les émissions mondiales de gaz à effet de serre atteignent des niveaux sans précédent (eh oui, que voulez-vous, l’Humanité n’a jamais été aussi riche, c’était tellement mieux lorsque la moitié crevait de faim dans un air propre !) et leur croissance n’a jamais été aussi rapide qu’au cours de la dernière décennie, rappellent les experts au ventre plein.

Pas de doute :
Comme l’explique « Laurence Caramel » qui écrit de gentils articles dans « Le Monde », « à ce rythme, le seuil des 2°C sera franchi dès 2030, c’est « troporibl » ».
Pauvre « Laurence » au nom de confiserie, qu’on sent pleurer à chaudes larmes sur un avenir incertain !
Une telle hausse sera en effet une double catastrophe parce que cela voudra dire :
a/ qu’on pourra faire pousser de la vigne en Normandie (c’est horrible !) et qu’il y aura moins de « SDF » à claquer de froid dans les rues de Paris en hiver (c’est abominable !), et surtout
b/ que l’actuel non-réchauffement, constaté les 17 dernières années, aura été largement compensé.
Zut et flûte, l’Humanité continue à survivre !

Et pour éviter cela, on combattra le nucléaire (parce que s’il ne pollue pas l’air, il est dangereux donc on n’en veut pas), on combattra le charbon (qui n’est pas dangereux mais pollue l’air, donc on n’en veut pas), le pétrole (qui pollue l’air et dont les réserves augmentent, donc on n’en veut pas), le gaz (qui a de méchants effets de serre, donc on n’en veut pas), pour se rabattre sur l’éolien et le photovoltaïque (mais pas les barrages qui défigurent les cuvettes, donc on n’en veut pas).
Le monde futur, couvert de panneaux et de moulins à vents, sera indubitablement plus rigolo.

Et peu importe là encore que les calculs du « GIEC » soient fait avec la même grosse louche que ceux de l’OMS, cette louche si habilement trempée dans les discours partisans de politiciens qui ont bien compris l’intérêt majeur qu’il peut y avoir, sur le plan électoral et financier, à déclencher les sirènes d’alarmisme.
Peu importe que le « GIEC » ait été obligé de notoirement tempérer ses affirmations sur le devenir funeste de l’humanité :
le rapport est d’autant plus prudent que le précédent, truffé d’erreurs, avait fini d’achever toute crédibilité du groupement écologiste.

Tout ceci, finalement, est sans importance.
Seule importe l’absolue nécessité d’une révolution climatique qui permettra sans aucun doute possible à la fois de diminuer les températures terrestres, de purifier notre environnement, de réduire notre pouvoir d’achat et d’accroître celui des gens qui obligent à mettre ces mesures en place !

Et qui mieux que les politiciens pour s’assurer de la cosmosynchronicité des citoyens écoconscients ?
Qui mieux qu’eux pour continuer à brasser et pomper de l’air ?

H16 dans son blog « Hashtable »

http://www.ndf.fr/  du 18/04/2014

Si encore le réchauffement climatique n’était pas une arnaque !
Nous sommes à la fin d’une période glaciaire, mais il faut maintenir le peuple dans l’ignorance et l’effrayer avec des prédictions scabreuses !
Pendant ce temps, certains se font du fric – toujours ce fric – sur le dos des plus crédules.
Les autres, ils casquent à coups de lois ou passent l’arme à gauche, comme les crédules d’ailleurs, dans cet air vicié intentionnellement.

Nous En Reparlerons Dans 20 Ans !

cathéchisme

Quand l’intolérant catéchisme républicain s’abat sur l’enseignement catholique.

La dernière polémique autour de l’enseignement de la morale catholique dans un lycée privé…catholique (sic), fournit une occasion de plus de démontrer que l’idée de République à la française est profondément intolérante et, en son fonctionnement, religieuse.
Pour imposer ses dogmes, elle doit faire avaler son propre catéchisme, de gré ou de force.
Enfin, si « la République se construit dans la mort de Dieu » (dixit Peillon), c’est qu’il ne faut jamais relâcher l’effort lorsqu’on voit son cadavre bouger.

La Révolution Française, « Robespierre », « Ferdinand Buisson », et, plus récemment, le triste Vincent Peillon, ne sont que des épiphénomènes d’une idée – la République – et d’une histoire – celle de la France depuis 1789 –  qui les dépassent largement.
Évidemment, lorsque le gouvernement au pouvoir place des personnes, comme Vincent Peillon, pour qui « la révolution française n’est pas terminée », parce que cette Révolution est « un événement religieux », une « nouvelle genèse »  un « nouveau commencement du monde » et une « nouvelle espérance » qu’il faut porter à son terme, à savoir : « la transformation socialiste et progressiste de la société toute entière », nous sommes heureux.

En fait, les socialistes ultra-républicains (c’est-à-dire l’ensemble de la gauche française) ne sont ni des hommes politique, ni des promoteurs d’une vision multiculturelle de la société.

Ce sont des prophètes, des grands-prêtres laïcards, des moines-soldats de leur dogme qui sont là pour imposer leur vision du monde au détriment des autres.
Ainsi légifèrent-ils sur l’existence humaine dans sa globalité, touchant les axes symboliques fondamentaux d’une civilisation que sont« Eros » et « Thanatos ». 

Cette « affaire de l’école catholique privée « Jean Gerson » », accusée de « dérives intégristes » parce qu’elle enseigne les grandes lignes du catéchisme de l’Église catholique sur le sacro-saint « droit » à l’avortement ( je ne m’appesantirai pas sur le ridicule de la polémique, bien démontrée par « Michel Garroté« ) prouve l’intolérance fondamentale de la République en régime socialiste.
Ce que j’avais appelé « la ligne « Buisson » de la laïcité », à propos de Vincent Peillon – en référence à « Ferdinand Buisson », l’acteur de premier plan de l’expulsion des congrégations religieuses – marche aujourd’hui à plein, et cet épisode n’en est qu’un épiphénomène, car le but de la République socialiste, c’est de s’imposer comme la grande religion nationale, comme le fut, en son temps, le catholicisme :

« [Le but de la morale laïque] est de forger une religion qui soit non seulement, plus religieuse que le catholicisme dominant, mais qui ait davantage de force, de séduction, de persuasion et d’adhésion, que lui. ».

L’éducation a un rôle capital dans le système idéologique socialiste, car l’école est «  un instrument de l’action politique, républicaine et socialiste. ».
Plus encore, l’école est un instrument de la religion laïque dont il se fait le prophète :
« c’est au socialisme qu’il va revenir d’incarner la révolution religieuse dont l’humanité a besoin » (citations de Vincent Peillon, La révolution française n’est pas terminée, op. cit., p. 195).

Et évidemment, l’école sera le temple de cette nouvelle religion :
« c’est bien une nouvelle naissance, une transubstantation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle Église, avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la Loi »
(Vincent Peillon, La révolution française n’est pas terminée, op. cit., p. 18).

Quel est le but de l’éducation nationale, dans un gouvernement socialiste, sinon de former des futurs électeurs socialistes ?
Avec les efforts qui sont fait pour imposer la « théorie du Genre », l’« égalitarisme », le« multiculturalisme destructeur d’identité », l’enseignement des «  »grands homosexuels de l’histoire » », la « lutte contre les discriminations et autres stéréotypes de genre, » et « l’imposition d’une « morale » » qui n’est pas seulement laïque, a-religieuse, mais aussi anti-religieuse, on se dit que nos enfants en sauront bientôt davantage sur la contraception, le mariage homosexuel, l’homophobie, le trans-genre et le cannabis, que sur l’histoire de France ou les règles de conjugaison.

En janvier 2013, Vincent Peillon avait produit une circulaire visant « à rester vigilant envers l’enseignement catholique »

La fronde contre l’enseignement catholique est un vieux projet socialiste.
1905, 1984, et, récemment, Vincent Peillon, qui a commencé à s’attaquer aux retraites des enseignants du privé (déjà dévalorisée de quasiment 30% par rapport à celles du public), puis à produire une circulaire qui enjoint les recteurs « à rester vigilant envers l’enseignement catholique » parce que ce dernier s’était prononcé contre le mariage homosexuel.
« Rester vigilant envers l’enseignement catholique » veut dire, dans son système, qu’aucune idée ne peut se transmettre en dehors des cadres dogmatiques de la République socialiste.

Vous comprenez pourquoi il n’y a aucune contradiction dans leur esprit de socialiste républicainlorsque Vincent Peillon interdisait à l’école privée de parler du mariage gay alors que Najat Belkacem en faisait l’apologie au collège.
Aucune contradiction lorsque la mairie de Paris demande au Rectorat de diligenter une enquête administrative au sein du Lycée catholique « Jean Gerson » « soumis au respect des devoirs et règles républicains, et faire toute la lumière sur les évènements du lundi 14 avril.»
Aucune contradiction, quand cette même mairie socialiste «  dénonce fermement ces propos qui soumettent les élèves parisiens à une guerre idéologique d’un autre temps.  [...] et demeure vigilante quant au respect du droit de chaque adolescente et adolescent d’être informé sur sa sexualité et les moyens de contraception existants, au moyen d’informations validées par les professionnels. ».

Puisque l’enseignement de l’avortement et de la contraception, gratuits et obligatoires, est un devoir républicain, comme le note « Michel Janva » sur le Salon Beige, il faut traquer ceux qui n’accomplissent pas ce devoir.
En d’autres temps, si peu éloignés – et si prochains, on traquait celui qui ne prenait pas sa carte au Parti, ou qui tenait un propos désobligeant envers le gouvernement.

Avec cette conception de la République, nous sommes clairement dans une dialectique néo-marxiste et entièrement religieuse, que la contradiction n’effraie aucunement.
Le moment passé (à savoir les traditions, l’histoire de France, les valeurs chrétiennes) doit être annulé par le moment à venir :
le monde poli, égalitaire, gay, bi, neutre, avorteur et joyeusement socialiste, délivré enfin du joug de la méchante Eglise catholique et de ses principes désuets.
Le bonheur  à portée de bulletin de vote.

Vivien Hoch

http://www.les4verites.com/  du 16/04/2014

 

Il s’agit de l’Eglise Catholique en France car notre histoire compte des siècles de cette religion et seulement quelques décennies de ce misérable socialisme ambitieux.
Cela cache autre chose.
Pourquoi ne soumet-il pas les autres établissements privés à la même vigilance, les établissements judaiques ou coraniques entre autres ?
Les Français « authentiques » sont gênants dans le projet de grand remplacement car ils se font tirer l’oreille pour être envahis.
Les adultes, pas la peine de s’attarder, travaillons sur les enfants !
Bonne chance, « amis » socialistes, dans vingt ans vous verrez le « souk » que vous aurez engendré…si vous faites encore de la sociologie dans vingt ans !

La Liberté D’ Expression En France.

dissidence

Premier congrès européen de la dissidence à Bruxelles.

Mon Camp
J’ai accepté une invitation pour une conférence le 4 mai 2014 à Bruxelles, avec des personnalités bien connues de la “Dissidence” :
Dieudonné, Alain Soral, Salim Laïbi, Joe Lecorbeau, Kémi Seba, Jacob Cohen, Marion Sigaut, etc.
Mais il y aura aussi des personnalités plus proches de notre famille politique, comme Pierre Hillard et Johan Livernette.
Comme j’ai déjà rencontré personnellement la plupart d’entre eux, je ne me sentirai assurément pas comme un canard tout noir au milieu d’oies blanches.

Toutefois, il s’agit de bien garder à l’esprit que le projet politique porté par ce courant de pensée qu’est la “Dissidence” n’est pas le nôtre.
Pour faire court :
l’association d’Alain Soral, Égalité-Réconciliation, valide la présence massive des Afro-maghrébins dans la société française, alors que nous considérons que leur masse est aujourd’hui très largement suffisante pour engloutir, à terme, ce qu’il reste du peuple français.
Pour nous, ce n’est pas acceptable.
Nous pensons donc, au contraire, qu’il faut tout mettre en œuvre pour encourager le maximum d’immigrés afro-maghrébins à rentrer chez eux et à développer leur pays.

Mais ce qui nous rapproche d’Égalité-Réconciliation est au moins aussi fort que ce qui nous sépare, à savoir, la conscience très claire qu’un “Empire” mondial est en train de se constituer sur les décombres du monde traditionnel.
L’ennemi cosmopolite, qui tient entre ses mains les banques et le système médiatique, a un objectif :
supprimer les frontières, détruire les nations, dissoudre les identités, afin d’unifier la terre et d’établir un gouvernement mondial, qui est selon eux la condition nécessaire pour assurer la paix dans le monde.

Mais attention, ce ne sera pas n’importe quelle “paix” (shalom).
Celle-ci devra être absolue, universelle et définitive.
C’est alors que leur messie arrivera, pensent-ils.
Il n’y aura plus de conflits entre les classes sociales ;
il n’y aura plus de conflits entre les nations ;
il n’y aura plus de conflits entre les sexes.
En fait, il n’y aura plus rien pour susciter des tensions entre les hommes sur cette terre :
plus de classes sociales, plus de religion, plus de races, plus de nations, plus de différence entre les hommes et les femmes.
Vous l’avez compris :
il s’agit de tout détruire (solve et coagula).
Ce fanatisme égalitaire représente le fond du judaïsme politique, comme nous l’avons largement démontré dans nos livres.

On comprend maintenant pourquoi les membres de cette secte ont représenté la quasi-totalité des doctrinaires marxistes, qui envisageaient autrefois la prise de pouvoir par le prolétariat de chaque pays afin de liquider les élites nationales et de créer ensuite un monde unifié sans classes sociales.
Ce sont exactement les mêmes qui nous invitent aujourd’hui à oublier nos traditions et nos identités pour nous fondre dans une humanité sans frontières.
Et, si l’on regarde bien, ce sont aussi les mêmes qui sont les partisans les plus acharnés de l’ambiguïté sexuelle, de l’indifférenciation sexuelle, allant jusqu’à envisager très sérieusement la gestation pour les hommes.
Cette secte de fanatiques représente le mal absolu sur cette terre.

Tous les pays doivent selon eux être soumis à leur pouvoir avant la grande fusion totalitaire.
C’est la raison pour laquelle ils ne cessent, depuis des lustres, de fomenter des guerres contre les pays qu’ils jugent récalcitrants.
Ces salopards ont ainsi poussé les Occidentaux dans une guerre contre l’Irak en 1991,
contre l’Afghanistan en 2001,
de nouveau contre l’Irak en 2003,
puis contre la Libye en 2011.
Et la Syrie de Bachar el Assad y serait passée en 2013 si le président russe Vladimir Poutine n’avait pas tapé du poing sur la table.
Déjà, en 2006, les Kouchner, Finkielkraut, Lévy et compagnie voulaient nous envoyer dans une guerre contre l’Iran.
Bien entendu, il ne s’agit pas, selon eux, de défendre l’État d’Israël qui leur est si cher, mais de défendre “l’humanité”.
Il faut apprendre à lire ces salopards, au risque de mourir idiot.

Voilà pourquoi c’est avec joie que j’accepte l’invitation de la “Dissidence” à Bruxelles, organisée par le député Laurent Louis et Abdesselam Laghmich, qui sera tête de la liste “Debout les Belges” aux élections européennes.
Ce n’est pas un ralliement à l’Europe multiculturelle, mais une solidarité naturelle avec des gens qui ont compris le fonctionnement du mondialisme et qui s’y opposent frontalement, comme personne n’avait jamais osé le faire jusqu’à présent.

Pour les esprits chagrins qui y verraient une dérive idéologique, je rappelle qu’en 2006, j’avais été le premier à soutenir Kémi Seba à ses procès.
Et depuis 2006, je ne crois pas m’être rallié à l’idée d’une France africaine.
Je suis aussi allé en Iran en février 2013, et je ne me suis pas converti pour autant à l’islam.
Bref, je ne m’interdis pas de parler courtoisement et amicalement avec des Noirs et des Arabes à partir du moment où ceux-ci respectent mon identité, mes valeurs et mon combat de libération nationale ; d’autant que ces derniers, sensible à notre cause, ne représentent guère qu’une toute petite partie de la masse installée sur notre sol.

Il y a en revanche des gens, dans le milieu “d’extrême droite”, avec qui nous ne pourrons visiblement jamais nous entendre.
Le site Fdesouche, par exemple, qui est l’un des principaux sites de la droite islamophobe,nous boycotte méticuleusement et implacablement depuis des années.
Notre nom y est systématiquement censuré, et tout débat sur la question mondialiste est immédiatement évacué des commentaires.
Pierre Sautarel nous a même signifié hier qu’il fallait que nous cessions au plus vite d’utiliser sur twitter le “hashtag fdesouche“, pour ne pas débaucher ses quelques lecteurs qui feraient preuve d’un peu de curiosité intellectuelle.

Le site Fdesouche a longtemps eu pour modérateur un certain Thomas Ferrier (ce qui est peut-être toujours le cas).
Ce Thomas Ferrier utilise le pseudo de “Thomas Stahler” pour écrire ses articles, et d’innombrables autres pseudos pour ses commentaires sur les forums.
On le voit apparaître sur Fdesouche en tant qu’ “eurosozialist”.
Dans son commentaire 176 du 24 avril 2010, il écrit ingénument :
“Et pourtant je suis sans doute le posteur le plus pro-J sur FDS !”
“Pro-J” signifiant pro-juif, pro-israélien.
Et voici son commentaire 235:
“Perso, systématiquement, je nettoie tout judéophobe et je le bannis immédiatement.”
Il faut lire quelques textes de ce Thomas Ferrier pour comprendre que nous avons affaire à un sacré phénomène de foire :
il exècre le christianisme, paraît vouer une certain admiration pour Adolf Hitler, exalte le fascisme et l’unification européenne et se prétend défenseur de la race blanche.
On nous affirme par ailleurs que d’autres modérateurs de fdesouche seraient aussi de “véritables nazis”.
Fort bien !
Simplement, il faudrait nous expliquer comment on peut être “nazi” en léchant le cul des juifs d’une manière aussi indécente!

Car, je suis désolé de le dire, mais quand on voit le mal que nous ont fait les juifs, rester neutre, c’est être un peu complice.
 Nous avons montré dans nos livres que la quasi-totalité des films faisant l’apologie de l’ouverture des frontières, de la tolérance et du métissage sont des films réalisés par des cinéastes juifs.
Fdesouche n’en parle jamais.
Et ce n’est qu’une toute petite partie du problème.
En revanche, dès que le philosophe Alain Finkielkraut ouvre la bouche, Fdesouche relaie immédiatement l’information (deux fois par semaine depuis dix ans !).

Si Finkielkraut et quelques autres de ses congénères défendent aujourd’hui les “Blancs”, c’est qu’ils se sont aperçus, depuis 2001 environ, que la principale menace, pour eux, ne venait plus de “l’extrême droite, mais de ces immigrés afro-musulmans qu’ils ont pourtant tellement contribué à faire entrer sur notre territoire.
Finkielkraut, contre qui nous n’avons cessé de mettre les patriotes en garde, s’est finalement révélé en janvier 2014 à la faveur de l’affaire Dieudonné.
Chacun a alors pu se rendre compte qu’il était resté juif en son for intérieur, et que sa principale préoccupation, finalement, restait son cher État d’Israël et la lutte contre l’antisémitisme.
Mais Fdesouche continue de l’idolâtrer.
On a récemment rencontré un ancien camarade dans la rue :
un grand lecteur de Fdesouche, qui était convaincu que l’État d’Israël était le poste avancé de l’Europe au Proche-Orient !
Du beau travail d’abrutissement, en vérité!

Que les Identitaires et les Fdesouche aient décidé de ne jamais parler de cette question cruciale, cela peut se comprendre, si on se lance sur le terrain électoral :
il faut racler le plus bas possible pour emporter la conviction des petites-gens peu instruits qui forment une grande partie de la population.
Nous ne disons pas non plus que Fdesouche n’a pas son utilité dans le combat que nous menons tous pour la préservation de notre identité ; nous prétendons simplement que ce site, à lui seul, ne permet pas à un jeune militant de comprendre le monde tel qu’il est et ne lui fournit pas les armes intellectuelles qui pourraient lui permettre de convaincre des gens cultivés et bien insérés dans la société.
À plus ou moins long terme, la fréquentation de Fdesouche rétrécit l’âme, durcit l’esprit et assèche la créativité.
La comparaison avec le travail de Soral et l’équipe d’Égalité-Réconciliation – quoi qu’on pense de son contenu politique – est ici éclairante :
Égalité-Réconciliation a permis de révéler en quelques années une floraison de talents :
des chanteurs, des humoristes, des dessinateurs à foison ; là ou Fdesouche est resté parfaitement stérile.

Et en ce qui nous concerne, nous pensons qu’il est impossible de gagner la guerre contre l’ennemi cosmopolite si l’on n’entretient pas l’esprit, l’intelligence et le talent créatif.
La guerre est aussi psychologique :
quand on prend l’habitude de baisser les yeux devant son maître et qu’on ne prononce jamais le nom du tyran, on finit vite par devenir un esclave.

Sur ce sujet, nous ne saurions trop vous conseiller de lire la troisième partie de notre « Guerre eschatologique ».
Parce qu’il faut lire les livres, et ne pas se contenter des articles glanés ici et là sur internet.
C’est le seul moyen d’acquérir une véritable culture et de fortifier votre esprit.
Si les juifs ont l’esprit souvent plus souple et ingénieux que celui des goys, c’est parce qu’ils lisent beaucoup.
C’est l’esprit juif qu’il faut combattre ;
c’est l’esprit juif que je combats ;
c’est par l’esprit que nous gagnerons, avec l’aide de Dieu !

Hervé Ryssen, 17 avril 2014.

http://herveryssen.hautetfort.com/  du 17/04/2014

 

Un détour par l’aspartame, pour changer de sujet, pourra sans doute en intéresser certains.
Cet édulcorant qui se trouve dans nombre de boissons ou d’aliments aujourd’hui contient du méthanol et sa mise sur le marché se trouve toujours contestée.

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43