Archive | 24/07/2014

Hollande Promet, Ne Tient Pas, Il Trahit.

laiciteautableau

 

Nouvelle trahison laïque de Hollande.

Il appelle les religions au secours !

Stupeur à bord !
Les caciques PS sont tellement déconnectés de la réalité culturelle non bobo, qu’ils ont l’air de découvrir l’étendue des dégâts que peut causer une société multiculturelle à forte prégnance islamique. Ils sont manifestement déconcertés de leur découverte tardive du mépris envers les juifs, propre à toute société islamique et au dogme coranique.

Même si évidemment (on ne change pas ses réflexes de pensée du jour au lendemain) ils n’attribuent cet antisémitisme qu’à une minorité, ils reconnaissent enfin la réalité de cet antisémitisme, à l’image de Valls ou de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur. Le maire PS de Sarcelles, « François Pupponi », reste le maître de la contorsion :

« ce sont une horde de sauvages, des gens qui ont décidé très jeunes de basculer dans un antisémitisme primaire et de l’exprimer à visage découvert, en plein jour, en s’attaquant à une synagogue », mais « ça continue à bien se passer entre les communautés ».

Leurs petits amis de la gauche sont nombreux aussi à se réveiller.
Ainsi le journaliste « Frédéric Haziza », pourtant si peu lucide lorsqu’il désapprouve « Zemmour » ou « Elisabeth Lévy » pourtant à la pointe de la dénonciation de cet antisémitisme, déclare dans le Figaro :

« Il y a depuis trop longtemps une impunité face à cet antisémitisme des quartiers.
Depuis des années, on éprouve des scrupules à le mettre en cause, à le dénoncer, à le combattre.
Du coup, il en acquiert une certaine légitimité et il prospère du fait de l’omerta des pseudo-intellectuels. [...]
Il suffit pourtant, de surfer quelques instants sur le net et les réseaux sociaux pour constater que l’antisémitisme, y est omniprésent.
On l’affiche la haine du Juif aucune retenue, sans aucune censure, avec délectation. »

Bon, l’éveil a débuté, mais la totale prise de conscience sera encore trop longue.
En attendant, l’incompétence reste de mise, ce qui n’est guère surprenant de la part de personnes incapables de percevoir l’apparition des symptômes, et donc incapables de prévenir la situation actuelle.
Et avec l’augmentation annuelle continue de personnes provenant de l’aire musulmane, l’antisémitisme ne risque pas de tarir.

Aussi il est évident que ce n’est pas de ces incapables que la solution viendra.
Ils le sentent d’ailleurs eux-mêmes, car Hollande n’a rien trouvé de mieux à faire face à cette crise que de convoquer en urgence, lundi après-midi 21 juillet, les représentants des religions catholique, musulmane, protestante, juive, bouddhiste et orthodoxe.
Hollande leur rappelant que la lutte contre l’antisémitisme sera une cause nationale, en est réduit à quémander leur intervention, les exhortant à «porter ce message autour d’eux».

Message parfaitement compris par les dirigeants religieux qui n’en demandaient pas tant, trop heureux, et de se voir déléguer la tâche de l’apaisement de cette crise, et de voir ainsi confirmée l’institutionnalisation de la communautarisation de la France en communautés religieuses.
Dalil Boubakeur peut alors affirmer :

« C’est à nous d’éviter certaines dérives, certaines outrances, certains groupes non-contrôlés qui dénaturent l’adhésion de la communauté musulmane à la communauté nationale ».

Le représentant de la Conférence des évêques de France, Momseigneur « Stanislas Lalanne », évêque de Pontoise, renchérissant :

« Nous avons un travail éducatif à faire ».

François Hollande n’est plus ainsi à un abandon près.
L’Etat ne parvient pas à assurer la concorde sociale, confions le travail aux communautés religieuses.
Et puis demain, l’Etat ne résout pas l’échec scolaire, qu’à ne cela tienne, on filera le bébé aux communautés religieuses.
Et puis face à la faillite éventuelle du système social, eurêka, on reviendra aux systèmes de solidarité religieuse.

Lamentable concession de Hollande qui s’avère incapable de défendre notre système républicain laïque.
L’ancienne ministre du si communautariste Sarkozy, « Rachida Dati », pour une fois bien inspirée, l’a compris, en indiquant que le gouvernement est dans l’erreur et ouvre la voie au communautarisme.
Elle estime notamment que la démarche du président tend à traiter «la fracture de notre société par la religion et l’origine», là où une autorité laïque et neutre devrait assurer la fermeté face à la violence.
Elle estime aussi que l’appel aux responsables religieux traduit une incapacité des pouvoirs publics à bien comprendre la situation et à assumer des réponses efficaces.

En adoptant cette attitude, François Hollande trahit la République, définie par sa laïcité dans la Constitution de 1958.

Il adhère au cléricalisme en octroyant aux représentants des religions un rôle politique en tant qu’acteurs au service de leur religion et non pas seulement en tant que citoyens.

La laïcité exclut pourtant que le bon fonctionnement de la République puisse dépendre des croyances religieuses des hommes.

Dans les moments de grande difficulté dans lesquels la République s’est déjà trouvée, la pugnacité a été rarement le propre des hauts responsables socialistes.
Lors de l’attribution des pleins pouvoirs à « Pétain », suite à la débâcle de 1940, sur les 167 député ou sénateurs socialistes présents, seuls 36 votèrent contre.
Devant l’absence de perspectives de la résolution de la guerre d’Algérie, le gouvernement dirigé par le socialiste « Guy Mollet » donne en mars 1956 les pleins pouvoirs à l’armée, sur le sol algérien.

Même si la situation n’a pas encore atteint cette intensité dramatique,

François Hollande est dans la lignée de ces pleutres qui ne prennent pas leurs responsabilités.

Jean Pavée

http://ripostelaique.com/  du n° 365, le 24/07/2014

La France Rejette Ses Propres Enfants.

extase_de_Sainte_Th_r_se

Ils sont Français MAIS autochtones ET catholiques !

Adieu à une famille catholique de dix personnes qui n’a plus sa place en France.

La maison ressemble à ces navires de guerre désarmés, amarrés dans les quais les plus éloignés du port, attendant au mieux la vente, au pire le ferraillage.
Hier, elle était encore pleine de rires et de jouets d’enfants.
Aujourd’hui, les enfants ne rient plus, et ils ont dû se débarrasser de bien des jouets.
Maman a dit, pas plus d’un carton par enfant.
Maman aussi a sacrifié bien des souvenirs d’une vie, Papa a fait de même.
Il n’y a plus une photo de famille aux murs, plus un livre dans les pièces, plus un objet non indispensable : tout est dans des cartons en attendant un hypothétique départ.
Nous sommes le 20 juillet.
La famille attend l’inexorable, l’exil ou la mort.

Le 30 juin, cette famille de 10 personnes apprenait qu’on leur coupait toutes leurs ressources, réservées probablement à des gens plus conformes à « la France de demain ».
Même les allocations familiales leur ont été supprimées.
Durant quelques jours, ils avaient espéré que cela se rétablirait.
Mais le couperet est tombé.
Ils n’auront plus rien pour vivre.

C’est l’acte final d’un bras de fer mené depuis des années contre le système.
Cette famille catholique, mais d’un catholicisme authentique et sans concession, a tenu bon jusque là.
Mais même les plus héroïques doivent parfois baisser le pavillon, les combattants de Westerplatte, de Breslau, de Camerone ou de la Grotte de la Vierge l’ont fait.
Pendant des années, le père a envoyé des CV, cherché un emploi, même sous-qualifié, pour le rendu suivant : aucune réponse 95 %, réponse négative 5 %, entretiens d’embauche obtenu 0.
Maintenant, au moins, les choses sont simples, la famille n’a même plus d’argent pour acheter un billet de train.
Le 10 août, leur connexion internet – dernier lien qui leur reste – sera coupée aussi, faute de paiement. L’électricité suivra.

La famille joue sa dernière carte :
Ils mettent en vente leur maison, la maison où les enfants sont nés et ont grandi, la maison des souvenirs et du bonheur perdu.
Avec l’argent, ils iront s’installer ailleurs, dans un pays étranger qui veut bien d’eux.
Une nouvelle vie, s’ils survivent jusque là.
Car bien sûr, ils n’auront aucune prime de déménagement ou autre.

La famille a contacté la CAF qui leur a dit d’aller se faire voir et que s’ils crevaient de faim, et bien qu’ils se rendent à la permanence de « l’assistance sociale ».
Par le biais d’amis, le père a envoyé plus de 200 mails expliquant la situation.
Le rendu a été le suivant :
4 réponses avec un message de soutien, 1 réponse avec un « je vais voir ce que je peux faire ».
Dans un pays silencieux devant les massacres des chrétiens d’Orient, une famille catholique peut crever de faim dans l’indifférence générale.

La question se pose :
Mais qu’a donc fait la famille pour être ainsi persécutée ?

Il y a plusieurs raisons :
Leurs idées politiques, leurs convictions religieuses, l’ancienne profession du père qui avait mis son nez là où il ne fallait pas.
Mais ils paient surtout une chose vieille de 5 ans.
Ils avaient donné à la télévision une image d’« intégristes catholiques » à cent lieues des clichés officiels, tellement favorable que des années après, des gens les reconnaissaient dans la rue et les félicitaient.
La famille allait le payer très cher.
Dès la diffusion de l’émission, des personnes demandèrent rien de moins qu’une « enquête de la DDASS » car les enfants aidaient à la maison et recevaient une éducation différente.
Le père avait eu le malheur de se frotter déjà à des puissants qui en étaient arrivés à des demandes identiques. Cela se passait en 2006.
En 2010, l’enquête eut lieu et les calomniateurs en furent pour leurs frais.
La mère reçut alors une lettre anonyme mais émanant d’une « petite main » du Grand Orient de France, avec cette conclusion sans appel :
« Quittez la France pendant qu’il en est encore temps ».
La famille ne céda pas au chantage.
Je passe sur les persécutions mesquines subies, cela n’offre que peu d’intérêt, pour en finir à ce dernier coup de Jarnac.
Plus de ressources, donc, impossibilité de nourrir les enfants.
Et victoire des persécuteurs sur tapis vert qui, arguant du fait qu’ils n’ont plus rien à manger, pourront placer à la DDASS les enfants, ce que la justice leur avait refusé.

C’est donc en tant que père de cette famille que j’écris cette lettre d’adieu.
Non pas que nous ayons l’intention d’abréger nos existences, loin s’en faut, mais plutôt adieu à la France qui nous a chassés, nous gens sans origines, pour faire place à d’autres.
Même chose du côté des associations caritatives.
Même chose du côté des partis politiques institutionnels, et je dis bien TOUS…
Y compris ceux qui se targuent de fraternité française.
Et peut être aussi une autre forme d’adieu, car si de l’argent ne rentre pas avant une semaine (et je préfère sous forme de salaire que sous forme de charité, ou mieux encore achat de notre maison), notre avenir est pour le moins compromis.
J’envoie cette lettre à quelques journaux et sites, comme une bouteille à la mer.

Comme disent les Espagnols, « vaya con Dios ».

John Doe

http://ripostelaique.com/  du n° 365, le  23/07/2014

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43