Archive | 21/09/2014

Et CA Ose Encore Refaire Surface ?

a circuler

Comment l’ouverture d’écoles islamistes en France a été appuyée.

Nicolas Sarkozy reçut le 8 octobre 2002 le secrétaire général de la Ligue Islamique Mondiale, « Abdallah Turki », qui vint Place Beauvau pour obtenir un feu vert sur le financement de mosquées en France.
Peu importait apparemment que cette Ligue soit le bras financier et prosélyte de l’Arabie Saoudite, où le wahhabisme d’État est la mouture la plus extrême de l’islam.

La même année, Nicolas Sarkozy reprenait le dossier du Conseil Français du Culte Musulman, et, le 20 juin 2002, lors d’une séance consultative avec les représentants des différentes fédérations de mosquées, il tenta de rassurer :

« Je ne laisserai pas l’intégrisme s’asseoir à la table de la République ».

Pourtant c’est exactement ce qu’il fit en y introduisant la filiale française des « Frères Musulmans », l’UOIF, le mouvement Tabligh, ainsi que les islamistes turcs du « Milli Gorus ». Ouverture aux islamistes qui lui permit d’affirmer lors d’un discours à l’Académie des sciences morales et politiques en 2005

« L’islam plus épicé a toute sa place à la table de la république »!

Traduction dans les faits :

Le recteur de l’Académie de Lyon (1993-2007), « Alain Morvan », voulant s’opposer à l’ouverture d’un lycée par l’UOIF à Décines, nommé « Al-Kindi », eut à subir des pressions ouvertes du cabinet de Nicolas Sarkozy en août 2006.
Convoqué place Beauvau, on lui fit comprendre que désormais, les islamistes correspondaient à la « laïcité ouverte » prêchée par le président.
« Alain Morvan » voulait alerter l’opinion publique.

« Al-Kindi [est] une menace pour les lois de la République » et, « [ses] responsables […] à la philosophie communautariste » veulent « cultiver une représentation d’un islam […] intolérant » 

(Le Progrès, 5 mars 2007.)

Le recteur « Alain Morvan » fut révoqué lors d’un conseil des ministres en mars 2007, consécutivement à ses prises de positions anti-islamistes.

Un reporter « d’Europe 1″ couvrant la première rentrée scolaire au collège « Al-Kindi » rapporta :

« Beaucoup de ces élèves sont voilées, c’est le cas de Manel 12 ans »,

tandis que dans une autre école de l’UOIF à Lille, une journaliste de « Marianne » rapporta (janvier 2004) les considérations d’un élève apparemment envoyé de force par ses parents:

« Ici, on ne nous parle que du coran et de l’islam à longueur de journée, c’est vrai que je suis musulman mais pas au point de devenir Imam ». 

La journaliste, « Ait Aoudia Djaffer », dénonçait dans son article l’état d’esprit de la direction ne cachant pas vouloir faire régner la « charia » !

Le 22 mars 2014 était officiellement lancée, sous l’égide de l’UOIF, laFédération nationale de l’enseignement privé musulman (« FNEM ») regroupant neufs établissements privés, dont trois sont déjà sous contrat avec l’état !

Parmi les écoles reconnues par l’état, le lycée « Al-Kindi » créé sous la pression directe de Nicolas Sarkozy, contre l’avis du sage Recteur évincé…

Observatoire de l’islamisation

http://www.islamisation.fr/  du 21/09/2014

 

Sarkozy doit avoir une mémoire sélective mais ce n’est pas notre cas !
Nous pensons aussi au tintamarre fait par toutes les casseroles qu’il traîne derrière lui.
C’est une audace de bien mauvais aloi…un sinistre culot !

Nul Ne Parle Du Liban, Pourquoi ?

djihadistes

Silence de la presse nationale !

Un soldat libanais, enlevé après des combats avec des djihadistes venus de Syrie, a été exécuté par ses ravisseurs, a annoncé samedi le gouvernement à Beyrouth, un assassinat revendiqué par le « Front Al-Nosra ».

L’armée libanaise, qui combat depuis début août des membres de cette branche syrienne d’Al-Qaïda, ainsi que du groupe jihadiste de l’Etat islamique (EI), a intensifié samedi ses bombardements contre leurs positions dans la région libanaise d’Aarsal, frontalière de la Syrie.

« Le soldat « Mohammad Hammiyé » a été tué par les groupes terroristes qui ont menacé de tuer d’autres soldats », a indiqué le ministre de la Défense « Samir Mokbel ».
Un des comptes « d’Al-Nosra » sur Twitter a annoncé que le groupe avait tué « Mohammad Hammiyé », « première victime de l’entêtement de l’armée libanaise ».
Il s’agit de la première revendication du genre faite par « Al-Nosra » depuis le rapt le 2 août d’une trentaine de soldats et de policiers à Aarsal, localité de l’est du Liban proche de la frontière syrienne, lors de combats inédits entre l’armée et des djihadistes venus de Syrie.

Fin août et début septembre, deux soldats libanais, un sunnite et un chiite, ont été décapités par l’EI qui retient une partie des otages.
« Hammiyé » était de confession chiite.
Dans son tweet, « Al-Nosra » a accusé l’armée d’être « devenue une marionnette aux mains du parti iranien », en référence au Hezbollah chiite, bête noire des djihadistes et des rebelles syriens en raison de son soutien militaire au régime de Damas.
Les djihadistes de confession sunnite réclament le retrait des combattants du Hezbollah de Syrie et accuse l’armée libanaise d’être sous la coupe du parti chiite.

Ils demandent aussi un échange avec des prisonniers islamistes détenus au Liban, ce que Beyrouth refuse.
Après cinq jours de combats début août, les djihadistes se sont retranchés vers les environs montagneux d’Aarsal frontaliers de la Syrie.
Mais des violences sporadiques se sont poursuivies et vendredi, deux soldats libanais ont été tués dans une attaque contre leur patrouille dans la région, poussant l’armée à mener des arrestations massives et à reprendre ses bombardements sur les positions djihadistes.

Samedi, ces bombardements se sont intensifiés selon une source de sécurité, le gouvernement soulignant la nécessité de « confronter les forces extrémistes ».
Au moins 11 membres « d’Al-Nosra » et des rebelles islamistes ont péri dans les bombardements sur la région d’Aarsal, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
Le 5 septembre, « Al-Nosra » a diffusé une nouvelle vidéo des neuf soldats et policiers libanais en affirmant qu’ils pourraient « payer le prix » de l’implication du Hezbollah dans le conflit syrien.
Ce conflit a fortement déstabilisé le Liban voisin, qui accueille plus d’un million de réfugiés et est divisé entre partisans et détracteurs du régime syrien.

http://www.7sur7.be du 20/09/2014

Quelques Derniers Exemples

FTVi
Deux policiers libanais enlevés par des jihadistes ont été remis aux autorités, annonce l’armée libanaise.
Ils étaient retenus depuis le 2 août par des combattants venus de Syrie qui avaient attaqué les forces libanaises à Aarsal.
Ces jihadistes détiennent encore en otage 19 soldats et 15 policiers libanais, enlevés lors des combats dans cette localité de l’est du Liban

FTVi
Le Liban fait part de son mécontentement à la France.
Attaqué à l’est par une offensive de jihadistes venus de Syrie, le pays a demandé à Paris d’accélérer la livraison des armes dont ils ont besoin pour les combattre.

« Il est nécessaire d’accélérer la fourniture d’aides militaires à travers la finalisation des listes des armes demandées à la France dans le cadre de l’accord de financement saoudien et de la conférence de Rome »,

a insisté le chef de l’armée, le général « Jean Kahwahji ».

FTVi
La France est prête à « répondre rapidement aux besoin du Liban », après un appel lancé par le chef de l’armée libanaise, le général « Jean Kahwahji », pour obtenir au plus vite une livraison d’armes.

FTVi
Le Liban subit le contrecoup de la guerre civile en Syrie.
Au moins 16 soldats libanais ont été tués dans des affrontements à Ersal avec des islamistes venus du pays voisins.
Il s’agit du bilan le plus importants en territoire libanais depuis le début de la guerre civile en Syrie.
Les unités de l’armée libanaise ont par ailleurs découvert les corps de 50 activistes armés, selon un responsable des services de sécurité.

FTVi
Deuxième jour de combats au Liban, après l’arrestation d’un membre présumé du Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda.
Dix soldats libanais ont été tués et 13 autres sont portés disparus, possiblement retenus otages, dans des combats avec des hommes armés près de la frontière syrienne.

FTVi
Deux soldats libanais et deux civils ont été tués dans des attaques contre des postes de contrôle dans la région d’Arsaal (Liban), frontalière de la Syrie, à la suite de l’arrestation d’un membre présumé du Front « Al-Nosra », la branche syrienne d’Al-Qaïda.

« L’armée ne permettra à personne de transférer le conflit de la Syrie vers le territoire libanais »,

a réagi l’armée.

http://www.francetvinfo.fr

Nous ignorons tout de çela et nous paierons la gueguerre et les armes de hollande, le caniche qui n’ose désobéir à son mentor !

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43