Archive | 01/10/2014

Quelle « Dèche » Empuantit Notre Air ?

Cochon

Le djihadisme et les adeptes du crétinisme suicidaire

Je viens de passer quelques jours aux Etats Unis.
Et je me plonge à l’instant dans la presse française.
Je découvre qu’une campagne délétère est en cours et s’intensifie.

Les « Musulmans de France », par l’intermédiaire de leurs représentants se « désolidarisent » officiellement des actions de l’Etat Islamique, qu’on s’obstine à appeler Daesh en France.

« Les gens de l’Etat Islamique ne sont pas musulmans »,

disent des spécialistes en carton pâte qui sont à leur spécialité ce que les « Diafoirus » raillés par Molière étaient à la médecine.
Ce sont des « extrémistes » qui n’ont rien à voir avec l’islam, énoncent à l’appui des politiciens de tout bord, qui ajoutent qu’il ne faut pas « stigmatiser » l’islam et ses adeptes. ( !!! )

Aux Etats Unis, l’administration Obama tient le même langage, ce qui n’est pas surprenant, puisqu’Obama est né musulman et puisqu’il est entouré de dhimmis qui parlent comme les doctes spécialistes et les politiciens français.

Mais aux Etats Unis, il y a aussi des gens sensés et scrupuleux à même de dire la vérité, et il existe ce qui a quasiment disparu en France: le pluralisme.
Je suivrai ici ceux qui disent la vérité.

La vérité est que les « Musulmans de France », cela n’existe pas !

L’islam est transnational, et en islam, il existe une communauté des croyants (« umma »).
Les principales organisations musulmanes françaises sont d’ailleurs affiliées à des organisations musulmanes transnationales ou liées à des pays étrangers.

L’UOIF, principale organisation musulmane française est une branche des « Frères Musulmans ».

Il y a dans l’islam des courants, des écoles juridiques, des obédiences qui n’ont pas les mêmes positions sur tout, mais il n’y a pas d’islam de France, non.
Pas plus qu’il n’y a un islam de Belgique, du Luxembourg, ou du Liechstenstein.

La vérité est que la « désolidarisation » des représentants des « Musulmans de France » est une façon de biaiser et de ne pas se confronter à la réalité de l’islam ou de mentir à son sujet.
Elle est que les spécialistes en carton pâte et les politiciens susdits biaisent eux-mêmes, refusent de se confronter à la réalité, mentent, et s’aveuglent tout en aveuglant ceux qui les écoutent.

La vérité est que les membres de l’Etat Islamique sont musulmans, et que si ses membres sont extrémistes, ils n’en sont pas moins des extrémistes musulmans.

La vérité est que l’islam en lui-même, en son essence telle qu’exprimée dans le Coran et les hadiths, est porteur de violence, d’intolérance, de refus de ce que nous appelons liberté, initiative individuelle, droits naturels de l’être humain, égalité de droit, démocratie, libre entreprise.
-Que des Musulmans s’éloignent de l’islam et s’intègrent au monde occidental ne change rien à ce qu’est l’islam.
-Que des mensonges soient proférés sur l’islam par des menteurs professionnels ne change rien à ce qu’il est.
-Que des Musulmans tentent de faire réémerger un islam modéré ne change rien à l’islam tel qu’il est aujourd’hui et au fait que les Musulmans qui tentent de faire réémerger un islam modéré présentement sont ultra minoritaires, voire marginaux, et menacés de morts par leurs coreligionnaires.

La vérité est que l’islam s’est propagé par la prédation, les razzias et la conquête, pas du tout par la paix, l’amour et la fraternité.

La paix est venue par la soumission des vaincus, dans des bains de sang où les égorgements et les décapitations n’étaient pas absents du tout.
La vérité est que la civilisation musulmane a décliné quand elle n’a plus été à même de conquérir, s’est stérilisée il y a huit à dix siècles dans un long sommeil dogmatique, puis s’est effondrée.
Nous sommes, depuis plusieurs décennies dans les séquelles de l’effondrement.

Il n’y a pas d’autorité spirituelle suprême en islam depuis l’abolition du califat par Ataturk en 1924.
Il y a, chez de nombreux musulmans, une nostalgie du califat.
Et les dirigeants de l’Etat Islamique viennent apporter une réponse à cette nostalgie.
Que la majorité des Musulmans rejettent cette réponse semble être un fait.
Cette réponse n’en est pas moins musulmane.
Tout comme tous les mouvements djihadistes sont musulmans.
L’Etat Islamique et les mouvements djihadistes attirent de jeunes Musulmans par milliers, et ce n’est pas un hasard.

Les sentiments prévalents dans le monde musulman sont, de multiples enquêtes le montrent, la nostalgie pour un « grandeur » perdue, une frustration face à la perte de cette grandeur, et, souvent, un ressentiment face à l’Occident, censé être responsable de la perte de cette grandeur (l’autocritique est absente dans l’islam).

Malgré des cas d’intégration effective, l’intégration large des Musulmans dans le monde occidental est, en ce contexte, problématique, on le voit tous les jours, et on l’a vu l’été dernier avec les manifestations et les émeutes de soutien aux djihadistes du Hamas.
L’intégration du monde musulman dans le monde moderne est elle-même, en ce contexte, très problématique.
L’actualité ne cesse de le montrer.

Il n’y a pas de pays musulman qui soit démocratique, au sens qu’on peut donner à ce mot en Occident.
Il n’y a pas de pays musulman développé au sens qu’on peut donner à ce mot en Occident.
Il y a des pays musulmans qui ont une richesse de rente.
Il y a des pays musulmans où des minorités non musulmanes ont entrepris.
Mais une richesse de rente ou des minorités qui entreprennent ne font pas un pays musulman développé. Ce qu’on peut appeler un sous développement politique et économique s’accompagne dans le monde musulman d’un sous développement culturel.
Chercher le nombre de livres publiés dans le monde musulman et chercher le taux d’alphabétisation dans les pays du monde musulman permet de regarder ce sous développement culturel en face.

Les populations les plus antisémites aujourd’hui sur terre sont les populations musulmanes, quel que soit le continent où ces populations vivent.
Les pays où Mein Kampf est un best seller aujourd’hui sont des pays musulmans.

Le monde musulman aujourd’hui est divisé entre pays fondamentalistes et féodaux (Arabie Saoudite, Maroc, émirats, sauf le Qatar), pays soumis à dictatures issues du nationalisme arabe (Algérie, Syrie résiduelle du régime Assad, Egypte), pays islamistes djihadistes (Iran, Liban soumis au Hezbollah, Qatar, Turquie d’Erdogan).
On pourrait ajouter, pays décomposés (Libye, Irak).

Ces divers paramètres doivent être impérativement pris en compte si on veut ouvrir les yeux, et il faut leur ajouter quelques autres.

Tous les Musulmans ne sont pas djihadistes, mais tous les djihadistes sont musulmans.

Cela doit être dit et redit sans cesse.
Quasiment, tous les actes terroristes et barbares commis dans le monde depuis plusieurs décennies ont été commis par des Musulmans.
Cela doit être dit et redit aussi.

Nul n’éloignera du djihad les jeunes Musulmans tentés par celui-ci en disant que les djihadistes ne sont pas musulmans, donc en falsifiant les faits et en laissant des imposteurs pratiquer la falsification, biaiser, mentir, disséminer l’aveuglement.
Nul n’éloignera du djihad les jeunes Musulmans tentés par celui-ci : point.

L’aveuglement est le commencement de la soumission.
Nous allons, je le crains, vers des années très douloureuses.
Particulièrement en Europe.
Et ce n’est pas un supposé « islam de France » qui épargnera aux Français les douleurs à venir.

Ce n’est pas non plus le fait de dire que les djihadistes ne sont pas musulmans qui changera quoi que ce soit à ce que sont les djihadistes.

Dire, enfin, que l’Etat Islamique est un danger, mais placer les autres groupes djihadistes dans une autre catégorie, relève du crétinisme suicidaire.

Prétendre s’allier à des pays djihadistes (Qatar, Turquie, voire Iran et Liban soumis au Hezbollah) pour combattre l’Etat Islamique relève du même crétinisme suicidaire.

Le djihadisme est musulman, même s’il ne représente pas tout l’islam.

Le djihadisme est en guerre et entend détruire la civilisation occidentale.

Le djihadisme a des alliés et des compagnons de route dans le monde occidental.
Les gauchistes, certes.
Mais aussi tous ceux qui falsifient, biaisent, mentent, aveuglent.
Tous ceux qui pratiquent le crétinisme suicidaire.
Tous ceux qui disent que l’Etat Islamique n’est pas musulman, que l’islam est paix, amour et fraternité, que des groupes djihadistes sont moins dangereux que d’autres, ou qu’on peut s’allier à des pays djihadistes pour combattre un groupe djihadiste.

Ces alliés et compagnons de route représentent beaucoup de monde.
Ils représentent vraiment beaucoup de monde en France.

C’est consternant et très inquiétant.

Guy Millière pour  »Dreuz.info »

http://www.dreuz.info/  du 01/10/2014

Une Sale « Dèche » Cet Aïd-El-Kebir !

aidbarbarie-300x300

Le scandale sanitaire des abattoirs temporaires.

Chaque année revient, à une date mobile, (la « science » islamique a institué un calendrier lunaire, encore un décalage avec notre société !) la « grande fête » de l’Aïd el Kebir appelée aussi Aïd el Ahda.
Ce n’est pas jour de fête pour les moutons mais également les bovins qui sont égorgés sans étourdissement dans un sacrifice qui rappelle les « hécatombes » païennes ( du grec littéralement « 100 bœufs » lors des grands sacrifices de l’Antiquité).
Ce n’est d’ailleurs pas la seule persistance de rites païens dans l’islam …

Cette pratique est critiquable à plus d’un titre, sur le plan de la souffrance animale bien sûr, de l’énorme gaspillage occasionné (220 000 moutons en 3 jours) et également scandale sanitaire au niveau des abattoirs temporaires.
Il est hallucinant de lire dans les considérants des  textes officiels censés  encadrer la chose l’expression suivante : «  profond attachement des musulmans à l’accomplissement de ce rite ».
Décidément la République laïque est vraiment bonne fille… avec l’islam, même si elle est mauvaise mère avec ses enfants légitimes.
Et quelles contorsions pour faire cadrer cette pratique inacceptable avec notre société moderne développée !
On nous refait le coup des places insuffisantes dans les mosquées, de l’islam des caves pour instituer des abattoirs temporaires dont aucun n’est aux normes sanitaires.
Or selon l’enquête de l’ »OABA » (Œuvre d’Assistance des Bêtes d’Abattoir) 40 % des abattages sont faits dans les abattoirs pérennes qui pourraient parfaitement absorber le flux de cette pratique, 40 % dans les abattoirs temporaires qui violent tous les principes sanitaires, et 20 % incompressibles dans des sites sauvages (« les baignoires ») car, culturellement, il est important pour le chef de famille de « sacrifier » lui-même son mouton.
Que l’on est loin de Napoléon Bonaparte convoquant les juifs pour leur signifier les lois valables pour tous !

Autre facteur aggravant, les services sanitaires de surveillance sont en rupture de charge en temps normal du fait d’une évolution lente et inexorable à intégrer dans la dégradation générale des services publics, et ne peuvent assurer ce jour là un contrôle correct (rapport 2014 de la Cour des Comptes).
C’est d’autant plus grave qu’en plus des risques classiques, une grave maladie neurologique du mouton, la tremblante, liée à une infection à Prions est en forte hausse, n’est pas testée et se transmet à l’homme par ingestion provoquant une forme atypique de Maladie de Creutzfeldt Jakob. Pour éviter la contagion, en abattoir on élimine avec précaution les MRC (matériaux à risques spécifiés), moelle épinière, cerveau, globes oculaires).
Pour l’Aïd on laisse repartir les consommateurs culturels avec la carcasse et quelques consignes vagues de démedullation mettant en danger non seulement les « consommateurs culturels » (avec un temps d’incubation de 5 à 40 ans  donc ne vous réjouissez pas trop vite…) mais aussi les autres car le prion représente un risque environnemental énorme, le prion n’étant détruit que par l’incinération poussée et peut survivre au moins 70 ans dans le milieu extérieur!
Or il est demandé aux musulmans de jeter les MRC dans la poubelle familiale ce qui est une hérésie et une forfaiture, les autorités sanitaires connaissant parfaitement le risque.

Et tout ceci finalement pour suivre des pratiques qui ne semblent pas si impératives que ça si on en croit les affirmations de « Tarik Ramadan » qui parle de « sclérose de la pensée musulmane » braquée sur un rituel pointilleux :

Image de prévisualisation YouTube

Ou bien les commentaires « d’Abdallah Zekri », responsable de mosquée dans les colonnes du quotidien «  »La Provence » » :
Après tout, le sacrifice n’est pas  un acte… obligatoire.

«On n’est pas tenu de le faire,

explique un responsable de mosquée.

Le plus important dans l’islam, c’est d’avoir la foi et de faire ses prières quotidiennes. »

Puis l’argent investi dans l’animal peut très bien aller ailleurs.
C’est « Abdallah Zekri » qui l’affirme :

« On peut donner de l’argent à une association caritative en France ou aux nécessiteux de sa famille. »

(associations caritatives musulmanes dont certaines recyclent l’argent du halal pour financer des groupes terroristes.)
À chacun de choisir.

http://www.laprovence.com/article/actualites/3046744/polemique-autour-du-prix-des-moutons-pour-laid.html

Une fois de plus on se rend compte que tout ce cirque nous est imposé au mépris de toutes nos règles, pour faire progresser l’emprise de l’islam et de la charia, avec toujours ce savant mélange de « takyya » ( technique d’enfumage codifiée), d’affirmations contradictoires, de soumission volontaire et collabo, d’ignorance et de bêtise aussi .
Alors que sont à notre portée tous les moyens légaux de faire cesser ce scandale.

Alain de Peretti
auteur de « Vérités sur la viande halal »

http://ripostelaique.com/ du n° 375, le 01/10/2014

Sommes Bien Dans La « Dèche ».

laiciteautableau

L’opération «pas d’amalgames» est lancée !

A la suite du sordide assassinat de notre compatriote, et face au rejet manifeste (qui se traduit tant dans les sondages que dans les urnes) de l’islamisation, la caste politico-médiatique a lancé une grande opération « pas d’amalgames ».
Le gouvernement socialiste, sous l’impulsion de Laurent Fabius, avait déjà commencé en utilisant le terme arabe « Daesh » pour ne plus avoir à parler de l’État Islamique, dont le nom rappellerait trop… l’islam.
L’offensive s’est donc renforcée et on a par exemple reproché aux gestionnaires de la page internet en hommage à Hervé Gourdel (facebook) de le présenter comme une victime du « terrorisme islamiste », ce qui semble pourtant rigoureusement exact.
Dès le lendemain de l’annonce de l’assassinat, dans tous nos journaux, sur toutes nos antennes, nous avons vu des imams mais aussi de gentils épiciers ou tenanciers de kebabs expliquer ô combien tout cela n’avait rien à voir avec l’islam.
Dans les colonnes de mon quotidien local, « Nice Matin », le recteur de la mosquée de Cannes a réclamé au passage l’ouverture de nouvelles mosquées et la fin des lois « stigmatisant les musulmans » (celles sur le voile ou la burqa), cela afin – bien entendu – de lutter contre « le radicalisme ».

Le fond de la manœuvre est évident :
Il faut surtout éviter que les Français tirent des conséquences des événements dans le cadre de notre politique intérieure.
Qu’ils s’interrogent par exemple sur la bienveillance dont bénéficie le Qatar dans notre pays, ou encore sur le laxisme, et souvent la compromission, avec les groupes islamistes, qu’ils soient salafistes ou liés aux réseaux des Frères Musulmans (à travers l’UOIF dont Sarkozy a fait un partenaire de l’État).
Et peu importe que 1 000 à 2 000 djihadistes partis de France combattent en Irak ou en Syrie… pas d’amalgames !
En revanche, quand une poignée – car c’est là la réalité – de représentants musulmans rendent hommage à Hervé Gourdel, pour BFM TV « les musulmans de France condamnent » et « Libération » en fait sa une.

Honni, banni même le sondage publié par « Le Figaro » sur son site internet jeudi et demandant aux lecteurs s’ils pensaient « suffisante la condamnation des musulmans de France ».
Publié le matin, le sondage était retiré à midi, le journal s’excusant du bout des lèvres dans un « tweet » expliquant que la question « pouvait prêter à des interprétations regrettables ».
Elle était pourtant très claire, mais une fois de plus la droite éditoriale s’est couchée devant la gauche morale.
Avant la suppression du sondage en ligne près de 2 000 internautes s’étaient déjà prononcés, et ils répondaient à 92% que la condamnation des musulmans était insuffisante…
L’opération « pas d’amalgames » a encore pas mal de boulot devant elle semble-t-il.

Pour rester dans les sondages toujours, et conclure, rappelons qu’une enquête réalisée cet été par l’institut de sondage britannique « ICM research » (organisme sérieux travaillant pour plusieurs journaux anglais) nous avait appris que 16% des « Français », et même 27% des 18-24 ans, auraient une opinion plutôt positive (13%) ou très positive (3%) sur l’État Islamique.
Parmi ceux-ci, il est difficile de ne pas s’imaginer qu’une très large majorité sont musulmans.
Pas rassurant n’est-ce pas ?
Pas d’amalgames me répondra-t-on du côté de la rédaction de  »Libération »

Philippe Vardon
Président de « Nissa Rebela »

http://www.ndf.fr/  du 29/09/2014

Nos médias et nos politiques n’y comprennent plus rien à notre France !
Nous parlons Français, NOUS !

Au fait, la « dèche » c’est de la panade, de la mouise, de la merde (mot dans le dictionnaire), quoi… en Français pas novlangue !
Pas d’amalgame, d’accord, mais au singulier !
Pas d’amalgame :
-Français autochtones et français par droit du sol (loi récente) ou de papiers.
-Français Européens respectueux de nos lois républicaines et français africains (d’alger au cap) voulant imposer leur façon de vivre.
-Français majoritairement chrétiens accueillants et français musulmans quémandeurs.
-Mélange de génotypes INCOMPATIBLES, entre l’Europe et l’afrique (d’alger au cap), par une mixité encouragée par nos politiques mais dont nombre d’enfants paieront les conséquences.
Sans parler de la pseudo-religion, il s’agit de cet amalgame dont nous ne voulons pas !

l’Islam et l’Etat Islamique se réclament de cette même pseudo-religion !

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43