Archive | 15/10/2014

Pas De Place Pour L’ Islam Chez Nous!

la-croix-2-1024x768-500x375 (1)

Ras-le-bol de tout Islam en France

La riposte patriotique est en route.

La débâcle de la gauche au gouvernement implique la frayeur de voir le FN prendre la place de la présidence quand au même moment l’UMP tente un retour héroïque en la personne de Nicolas Sarkozy.
« Riposte Laïque » a une place de choix en remettant en question un débat politique vieillissant et poussiéreux datant des années 80 qui a fait ses preuves en matière d’échec.

Une politique de gauche et humaniste qui se fatigue

Les accusations sont faciles et déjà formatées contre les patriotes de « Riposte Laïque ».
Ils sont accusés d’être des fascistes, des homophobes, des islamophobes et des racistes.
L’insulte suprême de la part de ces politiques gauchistes, ou gauchisants, qui semblent bien convaincus de détenir le savoir de l’évolution de l’humanité en prônant l’islam comme bannière pour la défense des droits de l’homme.

Les personnalités comme « Jacques Attali », « Clémentine Autain », « Mélenchon », « Cinthya Fleury » et tant d’autres… représentent depuis les années 80 une certaine
idée de la bonté du cœur, fer de lance de la politique française.
Cette politique qui transforme la France en état d’accueil de tous, de par le monde ne fonctionne plus
depuis que l’islam a pris une place de meneur et de décideur pour certains élus.
La terre d’accueil internationale fonctionnait quand la laïcité était une vraie valeur dont
le peuple français pouvait être fier.

Aujourd’hui, la politique de transformation et de remplacement que mènent les UMPS en collaboration avec la communauté musulmane a commencé à mettre à mal les valeurs de la République.
On confie l’Éducation nationale à une représentante des frères musulmans ou du Maroc selon
les circonstances.

On permet à des personnalités musulmanes de clamer des outrages
et d’avoir des comportements en totale impunité de la loi républicaine.
Simplement au nom de la tolérance religieuse ou de la liberté d’expression.

Les élus leur permettent de construire des mosquées, des écoles coraniques (en
remplacement des écoles publiques), des associations culturelles musulmanes.

On apprend ensuite que cette tolérance est parfaitement en adéquation avec les signatures
des contrats en armement entre la France et l’Arabie Saoudite ou le Qatar.

Les Français ne sont plus dupes de ce discours politique malheureux et pathétique qui
a mis la France en berne économiquement.

A vouloir trop promouvoir les étrangers comme de vrais français dès leur arrivée en territoire gaulois, ils se permettent de nous dénigrer et nous regarder avec mépris.
Il n’est plus possible de leur faire comprendre qu’en étant des étrangers, ils ne peuvent pas imposer leur idéologie islamiste, antisémite, antichrétienne et homophobe.
L’intégration et l’insertion n’existant plus, ils ne prennent même plus la peine de dire qu’ils sont étrangers.
Après avoir mis en place, cette manière de vivre incohérente, les Français de souche doivent
en plus culpabiliser parce qu’ils sont blancs et non chômeurs.

Le monde marche à l’envers grâce à une politique destructrice qui mène la France au suicide comme le dit si bien « Eric Zemmour ».

La riposte patriotique est inévitable

Les politiques et les journalistes en accord parfait avec l’islamisation de la nation ne
pourront rien changer à la prise de conscience des Français.

Ils ne veulent pas d’une France musulmane où les lois de la charia remplaceront les lois de la République.
Ils ne veulent être remplacés par les étrangers venant en masse des pays musulmans.

Bien que le Front National soit le seul parti politique en faveur de l’idéologie patriote,
« Philippot » qui tend à rattraper les voies musulmanes ne fera pas non plus baisser la
garde des patriotes qui s’organisent quotidiennement pour défendre leurs valeurs
républicaines et leur démocratie.

Les idées à l’encontre de l’islamisation sont bafouées au même titre que les positions
contre les musulmans du FN ont été critiquées dans les années 80.
Aujourd’hui, le terrorisme est passé par là et les Français ont compris que le racisme n’est pas la
cause de la colère qui s’exprime devant un islam qui s’impose même dans l’hémicycle.

Les patriotes sont tous des déçus du « vivre ensemble » et lorsqu’ils ont accueilli les
musulmans, ils ne leur ont jamais accordé le « bradage » de leur république.

A ce jour, cette prise de position patriotique nous amène à la création d’une nouvelle
politique française.

Une nouvelle pensée qui remet en question cette idéologie vieillotte et obsolète de la gauche et de la droite.
On ne pense pas à la création d’un nouveau centre comme dans les années 90, on a tous vu son inutilité dans l’évolution du paysage politique français.
On recherche individuellement ou en groupe à sauver les idées républicaines avec les besoins actuels des Français et les exigences de l’islam.
Ce qui est bien différent de ce que les politiques actuels veulent nous servir.

Nous avons tout à créer pour nous démarquer de l’enclave raciste où l’on veut nous
bloquer.

La figure de proue de l’intolérance en France et en Europe est l’islam et il est
temps que la majorité des Français en soit consciente.
La reconnaissance de cette constatation au sujet de l’islam envahissant est totalement incorrecte mais nécessaire.

La France et les Français ont besoin de se positionner sur leur identité, n’en déplaise
aux grands humanistes qui qualifient ce phénomène de social où les Français
expriment leur peur de l’étranger.
Si les Français étaient aussi frileux devant les étrangers auraient-ils accepté le vivre ensemble ? Évidemment non !

On y a cru mais la politique n’a pas marché car les étrangers n’ont jamais voulu
s’insérer selon les règles de respect de la république.
Ils sont venus en conquérants et ils ne veulent qu’une chose, c’est continuer.

Corinne Valtremont

http://ripostelaique.com/  du n° 377, le 15/10/2014

La terre de France n’a jamais été, n’est pas et ne sera jamais terre d’islam !

Nous Sommes Dans Le « Next Age » !

web-e1373995146759

La mondialisation
des hérésies New Age

Internet peut avoir l’apparence d’un supermarché de différentes chapelles spirituelles ou de nouveaux mouvements religieux.
Des centaines d’organisations non-gouvernementales tissent leur toile, elles proposent de partir à la recherche d’une vérité intérieure, de retrouver des valeurs originelles, de se connecter au monde et de construire celui de demain.
Leur objectif ?
« Court-circuiter l’Etat-nation ».

Ils utilisent Internet
mais aussi l’ONU.

 

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Eric Martin

http://www.ndf.fr/  du 15/10/2014

Pas La Turquie Dans Notre Europe !

erdogan-obama1-565x250 (1)

L’agonie de Kobané réveille des souvenirs !

La Turquie est notre« alliée » au sein de l’OTAN.
Le prétendu « État islamique » est un ennemi implacable.
L’armée turque pourrait intervenir et nettoyer les islamistes rapidement.
Elle ne le fait pas parce qu’elle ne veut pas indirectement soutenir le régime de Damas et révèle ainsi son véritable objectif.
Elle ne le fait pas parce qu’elle ne veut pas aider les Kurdes qu’elle traite en citoyens de seconde zone chez elle, et qui pourraient constituer une zone autonome en continuité avec le Kurdistan turc alors que, de part et d’autre de la frontière, les autonomistes du PKK et ceux du PYD sont en bons termes.
Elle ne le fait pas parce qu’il est assez clair, désormais, que la Turquie a favorisé les djihadistes, y compris ceux de l’« État islamique », en laissant passer les armes et les hommes, en leur permettant de s’entraîner et d’être soignés sur son sol, et en leur fournissant peut-être même un appui militaire discret.

En 1944, les patriotes polonais déclenchent l’insurrection de Varsovie.
L’Armée rouge est de l’autre côté de la Vistule.
Elle ne bougera pas tant que les Allemands n’auront pas anéanti la révolte.
Ce qui restait de l’armée polonaise et de ses officiers après son écrasement par les nazis et les Soviétiques en 1939, après le massacre d’un grand nombre de ses cadres sur l’ordre de Staline à Katyń, pouvait soutenir avec les résistants patriotes le gouvernement légitime réfugié à Londres et non celui soutenu par les communistes à Lublin.
Staline a laissé faire le travail par Hitler pour permettre aux Russes de dominer la Pologne pendant près d’un demi-siècle.
L’impérialisme russe se recouvrait habilement de l’idéologie socialiste, si pleine d’un avenir radieux.
De même aujourd’hui, l’islamisme dit « modéré » d’Erdoğan voile assez bien la renaissance d’un impérialisme turc.

En 1954, des soldats français sont encerclés à Điện Biên Phủ par les communistes du Viet Minh.
Un état-major imprudent, mal informé par un service de renseignement défaillant, s’était fait piéger.
Le 13 mars, les communistes lancent l’assaut.
Le 23, le chef d’état-major français, « Paul Ély », croit obtenir de son homologue américain la promesse d’une frappe massive sur les attaquants et leur artillerie.
Mais le cher général Eisenhower au sourire enjôleur ne l’entendait pas ainsi.
L’Amérique ne devait pas ternir sa mission divine de libératrice de l’humanité en soutenant une armée coloniale.

La politique actuelle d’Obama doit nous rappeler les ambiguïtés permanentes de la diplomatie américaine, son mélange de générosité affichée et d’égoïsme cynique pratiqué, dont leurs alliés ont souvent fait les frais.
Elle doit nous rappeler les interventions militaires trop tardives, celles qui ont été menées maladroitement ou qui ont été stoppées pour des raisons de politique intérieure et au mépris des populations concernées, de la Corée à l’Irak.

Les États-Unis aimeraient présenter leur obsession anti-russe actuelle comme le combat du bien dont le champion serait le gentil Barack contre le mal du méchant Vladimir.
Certes, ce dernier défend clairement les intérêts de la Russie et veut préserver ce qui lui reste d’influence sur ce qui était aussi un empire.
Mais il le fait sans masque idéologique.
On ne saurait en dire autant du président américain, qui fait de la géopolitique d’intérêt national mais en se drapant dans les plis de la conscience pure de l’Amérique.

Quant à l’« allié » turc, il fait la même chose en nappant le nationalisme ottoman sous une couche d’islamisme « modéré ».
Entre Poutine qui aide les pro-russes en Ukraine et Erdoğan qui soutient les djihadistes en Syrie, c’est le second qui est plus dangereux car l’ami de nos ennemis est notre ennemi… à moins que les masques deviennent à ce point insupportables qu’ils soient obligés de tomber.

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr/  du 15/10/2014

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43